Avertir le modérateur

29/12/2008

Jello Biafra Writes An Open Letter To Barack Obama

http://firedoglake.com/2008/12/16/jello-biafra-writes-an-...

By: Jello Biafra Tuesday December 16, 2008 6:30 am
41
diggs
digg it

Photo by Erin Lubin

(Jello Biafra's 1979 mayoral campaign against Diane Feinstein was the first I ever worked on, which probably says a lot. We're proud to publish his open letter to Barack Obama -- jh)

My Friends (couldn't resist, I had to say it),

Here, by semi-popular demand, are the suggestions I sent to Obama's Change.gov site for citizen input. It veers from writing to Obama himself to writing for the people who may actually read this. A lot of these ideas may be familiar from my albums and spoken word shows. For the most part I stayed away from the big no-brainers covered by others, and from ideas he would never agree to in a million years.

I did not vote for him because of his record in Congress voting for the PATRIOT Act, the anti-immigrant wall, numerous corporate breaks and subsidies, the FISA bill legalizing all the NSA's illegal wiretapping, etc. Nevertheless I, too, felt moved by his speech in the park that night in Chicago, seeing Jesse Jackson cry and wondering how Martin Luther King, Jr would have felt. I can only imagine how much this would have meant to Wesley Willis.

And, yes, I am glad that the adult version of the Eraserhead baby and his pitbull pal were not handed the keys to the White House.

I guess that's why it hurts so much more when the guy we all wish we could hang out with when we see him on TV turns around and backs the wrong position on something important. We expect this from the Clintons and Bidens of the world, but it hurts more with Obama because he knows better. He even said so on the FISA/NSA spying bill that he so eloquently opposed before he changed his vote. His economic and national security teams so far lack anyone from the "change" side of the Democratic Party. Not a good sign.

If you have ideas or comments, don't just send them to me, send them to Change.gov! Even I have the audacity to hope that if one of these ideas penetrates up top, it is a chance worth taking. Tom Hayden is one of many who have pointed out that it is up to this movement to drive Obama, not the other way around.

Jello Biafra

OPEN LETTER TO BARACK OBAMA

PREAMBLE GAMBLE

Dear Mr. Obama,

Congratulations on your recent victory, and for helping build such a strong mandate for change. In that spirit, please do not forget the other aisle you need to reach across. All the relief and publicity for the middle class won't do anything for the 40-100 million Americans who are starving, unemployed or just plain poor.

You have gone out of your way to build a bridge to those of us fed up with war, pollution, inequality, corporate lawlessness and business as usual. You have energized a whole new generation who is far ahead of their elders in knowing what urgently needs to be done. I have never seen such an outpouring of heartfelt emotion, hope and support for an American politician in my life, and I remember Kennedy well. You are the first president in my lifetime to have a bona fide grassroots movement behind you and ready to rock. I hope those crowds' hope and urgency has penetrated deeply enough that you won't let that bridge be washed away.

I remember another person who had the audacity to exploit and toss aside people's hope, and his name is Bill Clinton. Democrats fail time and again when they shirk responsibility and settle for being dealmakers instead of leaders. As important as it is to find common ground and build consensus for change, our situation is so dire we cannot afford any more dealmakers. The people voted for a leader. Anything less risks breaking the hearts of an entire galvanized generation who may then decide it is not worth it to get involved and participate any more.

Strong medicine is needed. Here are some ideas:

IRAQ – TRY THIS!

The closest thing to a solution I have heard was offered clear back in April 2004 by the Organization of the Islamic Conference (www.oic-ico.org). The OIC is comprised of 57 Islamic countries ranging from West Africa clear over to Southeast Asia. At their annual meeting they found six member nations (Indonesia, Malaysia, Bangladesh, Pakistan, Yemen and Morocco) willing to pony up enough of their own troops (approx. 150,000) that our troops could have gone home! Who slammed the door on that one? Colin Powell, on the grounds that having the Islamic soldiers under UN command instead of Americans was out of the question.

WHY??!? Wouldn't a neutral force of Muslim peacekeepers make a lot more headway than the disaster we've made? Wouldn't they at least command a lot more respect, resulting in a huge drop in violence? Surely the non-stop carnage and Iracketeering we have spawned is Exhibit A that we need to get over this colonialist illusion that other countries' problems can only be solved by Americans. The OIC's proposal for US withdrawal and peace in Iraq must be revisited immediately, and also considered for Afghanistan.

We must end not just our military occupation of Iraq, but our economic occupation NOW. Iraq is not ours to sell, and neither is its oil. Your promise not to leave any permanent US military bases in Iraq is a good start. But you have also backed leaving US troops in Iraq to "protect American assets like the Green Zone." The Green Zone is not our "asset." We stole it and we have to give it back. I hope you don't seriously believe we can get away with that giant feudal fortress of an embassy we are building, ten times the size of any other in history. We cannot afford to waste any more money on this, or down the black hole of the Bush administration's crony backroom deals with corrupt, incompetent private contractors like Blackwater, KBR and Halliburton. We need to fire them and they need to leave—NOW.

We do owe the Iraqi people help, and we have an obligation to clean up the mess we have made. That goes double for Afghanistan. But I can't see this getting done unless someone other than the United States is in charge. Let us also not forget the 2 million-plus refugees stuck outside Iraq who are draining the economies of Iraq's neighbors, especially Jordan and Syria.

TERROR – STRATEGY AND DIPLOMACY, NOT WAR

Even if we kill off every insurgent and terrorist-sympathizer from sea to shining sea, what will their kids be like? And theirs? Wake up. The major cause of terrorism is not evil, it's poverty. Michael Moore said it best after 9/11: "Will we ever get to the point that we realize that we will be more secure when the rest of the world isn't living in poverty so we can have nice running shoes?" What do we need an empire for anyway? Ever notice how much happier the British and Europeans are now that they don't have to worry about policing colonial empires anymore?

Many experts and heads of state, in the Middle East and beyond, agree that the best way by far to pull the rug out from under the terrorists and reduce their attacks dramatically is a just and humane resolution of the Israeli-Palestinian conflict. Israel's right to exist is threatened most by the fact that hardcore zealots are running the show on both the Palestinian and Israeli sides. If we don't have the courage to stand up to them, who will? As painful as withdrawal to Israel's pre-1967 borders will be, our future depends on it. So does Israel's. As Reagan said to Gorbachev, "Tear down this wall!"

Threatening Iran made for great red meat on the campaign trail. But any attack on Iran—by us or using the Israelis as a proxy—will blow up in our face worse than Iraq and Afghanistan combined. It will wipe out any good will and benefit of a doubt we have left in the eyes of the rest of the world. Iran is three times the size of Iraq and much more mountainous. The people there already hate our guts, thanks to our overthrow of their democratically elected leader Mohammed Mossadegh in 1954, ushering in 25 years of torture under the Shah. Backing and aiding Saddam Hussein in the eight-year Iran-Iraq war that cost a million lives did not help either.

So, alas, we will not be "greeted as liberators." But we could run straight into a worldwide "Day the Earth Stood Still" if Iran responds by blocking all oil shipments out of the Persian Gulf. Iran knows full well they wouldn't even have to blockade the narrow Strait of Hormuz. All they would have to do is sink a tanker or freighter or two and no other ships will move. Not from Saudi Arabia, Kuwait, the United Arab Emirates, Qatar, Bahrain, Iraq, nothing. Surely we can do better than this. Even Robert Gates seems to think so. Reckless threats against Pakistan will not solve anything, either.

JUST SAY NO TO TORTURE

Closing Guantanamo Bay is not enough. All torture, detentions without trial, kidnappings ("renditions") and illegal and unnecessary spying must end—and end with transparency now. Otherwise we are no better than Saddam Hussein or the Nazis. The whole world knows this and the whole world is watching. What about the 20,000 people we still have locked up without charge in Iraq, and thousands more in Afghanistan???

The USA PATRIOT Act is just about the worst mistake our government has made since FDR threw over 100,000 Japanese-American citizens into concentration camps during World War II. Even you panicked and voted to make the PATRIOT Act permanent. It should be repealed and flushed down the toilet immediately—all of it. Even worse is the Military Commissions Act, in which Senators who should know better, such as Robert Byrd, Sherrod Brown, Ken Salazar and even John McCain voted with the majority to legalize torture, kidnapping and secret trials with secret evidence, wiping out the centuries old human right to habeas corpus. Again, isn't this what our "greatest generation" fought so bravely in World War II to stop the Nazis from doing to us?

What galls me most is that all this iron-fisted trashing of our basic human rights has not caught and convicted one significant terrorist! Even the FBI admits that torture doesn't work.

Meanwhile, if we're serious about preventing another terror attack, why is only 10% of the cargo entering our ports on ships ever inspected? Sure, no airliners have been hijacked by a terrorist wielding the wrong-sized shampoo bottle. But those cargo containers are big enough to smuggle in a small arsenal of rocket launchers and shoulder-fired missiles that could actually bring down a plane; dirty bomb material; or even Bin Laden himself. I sometimes wonder if he's driving a cab in Manhattan right now.

RESTORE THE RULE OF LAW

This means investigating and prosecuting each and every Bush administration official and their cronies who may have committed crimes while in power. Otherwise the lesson learned is you can get away with anything you want because the next administration will be too spineless to take action. For crying out loud, DO NOT make the same mistake Bill Clinton did when he let the rampant corruption, perjury and even terrorist acts of the Reagan and Bush I regimes go unpunished in the interest of moving on from the past. The crime here is this: Not only does everyone involved assume they have license to break even more laws the next time they hold power, but those who should be in jail for the lying, arms smuggling, assassinations and drug dealing in the Contra-gate scandal (like Elliot Abrams, Colin Powell, Richard Armitage and Robert Gates among others) are instead handed even more powerful positions where they have done even worse damage. Can you imagine the havoc and hooliganism if we put our heads in the sand after Watergate, let bygones be bygones, and G. Gordon Liddy wound up as director of the FBI? Secretary of Defense Haldeman? Attorney General Ehrlichman? Karl Rove's chair occupied by Colson, Magruder or Segretti?

Watergate and even Contra-gate pale in comparison to the wholesale lawlessness this time around. From Jack Abramoff's bribes, to outing Valerie Plame; from lying about weapons of mass destruction and getting thousands of people killed; from wholesale fraud and attacks on the right to vote, to the gutting of the Justice Department, to torture and other possible war crimes—this can't be allowed to go on.

Cheney and Rumsfeld were bad enough. But it is equally critical that lower-echelon culprits lacking household names like John Yoo, David Addington (nicknamed "Cheney's Cheney"), and General Geoffrey Miller be held accountable for their alleged involvement in torture and other serious crimes. Otherwise, they could one day rise to Attorney General, Secretary of Defense, or even the Supreme Court and pick up right where they left off in their blood-soaked shredding of the Constitution.

Even a South African-style Truth Commission would be an important step in preventing this from ever happening again. Otherwise, why should I or anyone else obey the law when my own government does not even pretend to? Even if Bush pardons the most blatant war criminals, all we have to do is fulfill President Clinton's promise to join the rest of the world in the International Criminal Court and they might not get away with it after all. We must come clean and drain the swamp now or it is just going to get dirtier. A lot dirtier.

Rule of law must also be restored when it comes to the NSA, FISA and domestic spying. The Internet revolt by your own followers was right. Your vote for letting the NSA, and even the phone companies, off the hook for massive illegal spying on American citizens was a very bad mistake. These are the exact same crimes that got Nixon thrown out of office for Watergate. Now Watergate is legal too? I have to say it—this doesn't remind me of Nixon as much as Italy's ordeal under Silvio Berlusconi. In Italy I have heard the joke again and again that "Berlusconi has to stay in power or else he'll go to jail." Sure enough, every time Berlusconi gets indicted for yet another crime, his majority in Parliament simply changes the law and he goes free. There should be zero tolerance for Berlusconi disease.

Plus, does this much spying even make sense? What are we gaining here besides a bigger avalanche of useless data? If 9/11 was an inside job, it was not one of conspiracy but colossal, runaway incompetence. We were already spying on way too many people, collecting way too much data that no one had time to analyze. Thus finding the real terrorists before they struck was like looking for a needle in a football stadium.

I have a feeling you may sign an important bill or two right from the podium during your inauguration speech. It might be an economic stimulus package or lifting the ban on stem cell research. How about also signing your first executive order declaring all of Bush's presidential signing statements he added on to bills he signed to be null and void. These things will go a long way toward restoring the rule of law.

STAMP OUT ELECTION FRAUD – RESTORE THE RIGHT TO VOTE

I never thought that after all these years we would once again find ourselves fighting for our right to vote. In the United States of America? It is well-established now that every election at least since 2000, including the midterms, has been marred by widespread vote fraud, especially via the hacking and manipulations of electronic voting machines. But these widespread crimes have never been fully investigated, let alone prosecuted. Even the US Civil Rights Commission recommended prosecuting then-Governor Jeb Bush over all the fraud and voter intimidation in Florida during the 2002 election. But his brother's Justice Department declined.

It is obvious the Help America Vote Act has backfired and done the opposite. Optical scan machines are not the answer at all. They have now been proven to be just as hackable as the notorious paperless touch-screens. They should all be junked once and for all. Digital is not always better, and voting should not be privatized. Any system where the people's votes are counted in secret behind closed doors has no place in a democracy. Nor is there room for contracting out the verification of our registration forms to the same corrupt biased companies that manufacture the phony voting machines.

We can't just let this massive, widespread vote stealing go on and pretend it isn't happening. It may be too late to reverse the wreckage of all the stolen elections. But again, a Truth Commission to prove how it was done and who did it is essential to the survival of our democracy. Anyone in Congress with a spine for this? The people have a right to know.

CAMPAIGN FINANCE REFORM – THE EASY WAY

I am sure you would agree that this election campaign was way WAY too long. Other countries, including one just north of us, limit campaign time to between 30 and 60 days. Election fever is much more focused so voter participation is higher. Why can't we do this? Sure, these other countries use parliamentary systems (another change I hope for) where the party in power calls an election and it takes place a short time later. But think of what we could save—and what we would gain—if we limited campaign time to 90 days. There could be 30 days between announcements and the primaries, followed by a 30-day primary season, then a 30-day home stretch to Election Day. Anyone who jumps the gun by jockeying, soliciting contributions or electioneering too early is automatically disqualified.

I hope you would also agree that campaigns for high office have become obscenely expensive. We now have a full-blown Election Industrial Complex. Wouldn't it be great if you didn't need $750 million to run for President? The way our campaign contributions and lobbyists work today has another name in other countries. It's called bribery.

Another way to restore sanity is to go national with a law enacted by popular vote in Nevada. If you don't like any of the candidates for an office in Nevada, you are allowed to vote None of the Above. If N.O.T.A. wins, they have to re-run the election with all new candidates.

You say you want more people to get up and get involved? Lower the voting age! To get people's attention I have suggested lowering it clear down to age 5. But more realistically, I suggest showing people they have a stake in our democracy by allowing ages 14 and up to vote on school boards and school bond issues, 16 and up for local offices and ballot measures, and 18 and up for everything else. Overcoming voter apathy is hard, but when young people cast votes and see results, they'll stick with it long term.

RETHINK AND SHUT DOWN THE WAR ON DRUGS

Prohibition is as absurd and fruitless today as it was when Eliot Ness ran around shooting up Chicago trying to stamp out illegal beer. The world is laughing at us while real people are being robbed, jailed, assaulted and even killed. We have more people locked in prison than any country in the history of the world. But our drug use rate has barely dropped at all. The blood and violence from gangs and narco-traffickers that have left Colombia and Mexico on the verge of becoming failed states is spilling across our borders. This is no country for old men—or old laws.

Could we do worse than to at least try the Harm Reduction programs used most successfully in Holland and other parts of Europe? As unorthodox as this sounds, decriminalizing (not legalizing) even harder drugs, making them available on prescription from the government for free, along with a safe place to use them, has led to a much lower crime rate—and even addiction rate—than ours. Why? The free prescriptions mean the addict does not have to rob and kill people to pay the drug gangs' high prices, and the gangs are put out of business. Dealers are still treated harshly and rehab is strongly encouraged. This could also save up to $50 billion a year for rehab and education that is otherwise wasted by throwing people in prison.

This also frees up billions and billions of dollars to treat the addicts when they want to get off drugs—which will be sooner rather than later. Rehab costs 2/3 less than prison. Our mushrooming prison-industrial complex is draining our money so badly that state after state is slashing funds for education—education!—to pay for throwing more and more people in prison. In California, a prison guard now makes more money than a teacher. So much for family values.

What is wrong with this picture?!??? As president I suggest the commuting of federal prison sentences of all small-time non-violent drug offenders to time served and releasing them immediately. Then strongly urge governors to do the same at the state level. Again, think of all the wasted taxpayer dollars this will free up for more important things like education and rehabilitation. Estimates run as high as $50 billion nationwide.

This does not mean any of these drugs should be legalized, just decriminalized. That is, strictly regulated like alcohol and tobacco, with big-time dealers and gangs treated as harshly as ever. For another way to fight the drug lords, consider this. In 2005 the United States spent $780 million on drug eradication in Afghanistan. Where on earth did it all go? It worked so poorly that $600 million of poppies and heroin escaped into the market anyway.

Do the math: We could have saved a whopping $180 million if we had simply gone to the suppliers and bought the drugs, and then destroyed them so they won't keep making people sick and killing my friends. As sickening as it is to even think of doing business with drug cartels, can anyone think of a better way to cut off the supply? A counter-argument is that this will actually force the gangs to drive the street price way up. But with Harm Reduction programs already in place they will have nothing to sell, no place to sell it, and no suckers willing to buy.

And for crying out loud, isn't it time to finally get real and decriminalize marijuana? If current strains are more potent than the old days, so what? Study after study still proves that marijuana is less harmful—and less addictive—than alcohol or tobacco. Nowadays, going overboard against marijuana has not only flooded our prisons to the breaking point, it has driven the price of cannabis so high that young people are going straight into crack cocaine and methamphetamines. Is this wise?

On top of that, it is not just oil we are dangerously low on, we are running out of wood. If we ever hope to turn the tide on global warming and save what is left of our forests, we must remove all bans on the cultivation of cannabis for its many industrial uses—including the strain of hemp that has no THC in it to get anyone high but is still banned anyway. Recycling is not enough. Why chop down millions of trees to make paper when we can use hemp or kanaf and then grow another crop of paper a few months later? It does not get any greener than this. It will also help rescue a lot of family farms.

Finally, the Joe Biden-authored Illicit Drug Anti-Proliferation Act (formerly known as the RAVE Act), passed as a rider to the Amber Alert Bill, is as big a disgrace as the PATRIOT Act. It has no place in a free society and should be repealed immediately. Long-term rescue of our social fabric and society, not to mention our southern neighbors, depends in major part on enacting humane drug laws.

RESTORE BALANCE TO THE SUPREME COURT

Even George Will complained that Bill Clinton's Supreme Court nominees were too moderate; that the court needs a good progressive or two for the full and thorough consideration of each issue. Balancing the court means choosing a justice or two with the passion and spirit of a Thurgood Marshall, John Marshall or William O. Douglas, even if you do not fully agree with them. You may only have a two-year window before a mid-term Congress cramps your style.

MEDIA REFORM

The Federal Communications Commission should get off their high horse about Janet Jackson's "wardrobe malfunction" or naughty words that everyone says anyway, and instead focus on the rampant hate speech and outright lies that are falsely broadcast as impartial news. Sure, celebrity bullies like Rush Limbaugh, Lou Dobbs, Glenn Beck, and Ann Coulter have a right to say what they want. But when no one—even the target of a personal attack—is allowed the right to reply, the very idea of an informed democracy goes out the window. Was that their goal in the first place?

Nowadays, mainstream corporate media deliberately dumbing down the news, omitting key facts and sides of the story, or neglecting to report the story altogether is the worst form of censorship going on in America today. Since the big mergers, most debate that gets aired at all is restricted to right wing versus ultra-right wing, while the rest of us are allowed to laugh along with Stewart and Colbert. What kind of democracy are we when freedom of speech—or the equally important right to communicate—belongs only to the oligarchs who control the airwaves?

There used to be a law called the Fairness Doctrine that guaranteed the right of reply, without Bill O'Reilly yelling at you to shut up every 15 seconds. It was allowed to expire late in the Reagan years, and urgently needs to be renewed. Your stated opposition to this puzzles me. What better tool is there for "opening up the airwaves and modern communications to as many diverse viewpoints as possible" than making sure they are allowed to be seen and heard in the first place? And how about some enforcement of the laws guaranteeing that the public, not corporations, owns the airwaves. Even the big corporate media barons should again be required to renew their FCC license to broadcast every five years, complete with public hearings.

I also do not think anyone should be allowed to graduate from high school until they pass a class on media literacy. Sadly, we do not yet have the curriculum. In the meantime we must all pitch in with the teaching—to both adults and children.

ECONOMIC STIMULUS – START WITH PEOPLE WHO NEED IT MOST

I'm glad there seems to be a sense up top that national security, the economy, climate collapse and the environment are all intertwined. Think about it. No rogue state or terrorist threatens our national security nearly as much as our collapsing economy. The growing gap between the rich and poor is what is tearing apart the lives of average Americans and their families.

National security means:

• Everyone has a home.

• Everyone has enough decent food to eat.

• Everyone can drink the water without having to buy it in a bottle from Coke or Pepsi.

• No one has to worry about getting their hand cut off at work or having their job outsourced overseas.

• Everyone can be who they are without fear of being detained and tortured without trial.

• Everyone can vote without fear, knowing their vote will be counted—accurately.

• Every woman has the right to choose what to do with her own body.

• Everyone has enough money for life, liberty and the pursuit of happiness.

• Everyone, even if they don't have money, has the right to see a doctor if they're sick or hurt. In so many other countries this is a guaranteed human right by law.

Stimulating and reviving the economy will only succeed from the ground up. This means getting a lot more money quickly to the people on the bottom who need it the most. When they finally have some cash in their pocket they will be more than eager to spend it. Stores perk up, jobs are saved, and the train is finally rolling out of the station. This is why leaders as diverse as Martin Luther King, Milton Friedman and even Richard Nixon have at different times proposed a guaranteed annual income so that everyone can participate and keep our economy humming. Raise the minimum wage to a living wage: $9.50 an hour helps, but $12 an hour is closer to a true living wage. Welfare should not be a dirty word, especially after PBS reported last month that if you count all the Americans who have given up looking for work because they can't find any and dropped off the radar screen, unemployment is actually around 12%! So please remove the time limits on unemployment compensation, welfare benefits and Aid to Families with Dependent Children that were slapped on the least fortunate during the Clinton years.

But where will the money come from when we burn it all up shoveling it down the mouths of the dragons on Wall Street? You are right to point out that trickle-down supply-side economics never trickled down. It wasn't supposed to. How will this be any different? To the average taxpayer this so-called bailout looks more like the last great looting of our treasury before Bush and his cronies get the hell out of dodge. There is also growing concern about the appearance of self-dealing by officials with connections to Goldman Sachs and Citigroup.

So far your own economic team seems alarmingly slanted toward the robber barons who helped create this mess in the first place. Where is Joseph Stiglitz? Where is Robert Reich? Are we still all in this together? Your Economic Advisory Council is supposed to be a council, not a choir! You say you want a support staff that debate and give you diverse ideas. So even if you do not agree with them, how about adding William Greider or Doug Henwood or even Naomi Klein as well?

GREEN JOBS THROUGH GREEN AID

Let's move even faster on climate collapse. The clock is ticking…

Your proposal to spend $150 billion on our crumbling infrastructure is a good beginning. But it is only 10% of the $1.5 trillion in urgent repairs the American Society of Civil Engineers says we need right now to avoid more disasters like the freeway bridge collapse in Minnesota. This does not even account for restocking the Bush-depleted Superfund to clean up toxic waste, or creating affordable housing for everyone. Your plan states, "We'll put people back to work rebuilding our roads and bridges, modernizing schools that are failing our children and building wind farms and solar panels, fuel efficient cars and the alternative energy technology that could free us from our dependence on foreign oil and keep our economy competitive in the years ahead." Therefore, it makes a lot of sense to spend whatever it takes to weather-strip and winterize old homes and buildings now if the owners can't afford it. It will reduce our swollen carbon footprint dramatically and save tens if not hundreds of billions of dollars over the next few years. How about aid for solar panels? Home windmills too? Not just tax breaks, aid. Most people just don't have the money for this. Time magazine reported in 2001 that an American farmer could get $50 for an acre of wheat and $2000 for an acre of wind power. We either pay to do this now or pay a lot more later. Europeans are already way ahead of us on this one.

Also, look for ways to accomplish two or three things at once with every renewal project. Replacing the water or sewer lines? Lay fiber optic cable! Our not-so-liberal mayor in San Francisco, Gavin Newsom, nixed that idea because there was not enough graft in it for telecom companies. His own silly plan for wi-fi towers fell on its face, so a smart opportunity was wasted.

AUTO AID – REQUIRE GREENER CARS

Ever seen a documentary film called Who Killed the Electric Car? They worked so well their owners did not want to give them back. But when their leases came up, Detroit snatched them away and destroyed them. Now Detroit wants a great big handout? Then another? Then another? There should be no bailout for carmakers if all they are willing to offer in return is more fuel-hogging clunkers like the Ford Flex. No aid until they bring back the electric cars! If the Chevy Volt is so great, why aren't they selling them now? For almost 30 years, people who go to design schools have told me that the car designers almost always pursue jobs overseas because Detroit is still unable to adapt as quickly to fresh ideas for the future.

So far "clean coal" seems to be about as clean as our mountains of "clean nuclear waste." Again, no aid to big coal companies unless they end their environmentally devastating "mountain top removal" plundering once and for all.

TRAINS MAKE SENSE – PEOPLE ARE READY

Another crucial way to fight global warming and reduce our dependence on foreign oil is to wake up and get serious about a nationwide high-speed rail system and better rapid transit in the cities. Again, Europe, Japan, and even China are way ahead of us. When I do my speaking tours in Europe it is so much easier and less expensive than traveling here: Just take my backpack and go. Even a normal train is often faster than flying. No traffic jams getting to the airport, no long security lines, no baggage claim wait, no traffic jams back into the next town. I just get on the train and get off the train, right downtown. The scenery is pretty cool too.

Amtrak has hemorrhaged money year after year. But ridership is finally going up, in spite of the decimated service. People have finally grown so fed up with traffic jams, fuel prices and the arrogance of our bumbling airline industry that a proper train system would now do very well. Just ask former Salt Lake City mayor Rocky Anderson, another intriguing choice for a high position in your administration. Californians finally passed a bond issue to begin work on a long-overdue bullet train system between San Francisco Bay and Los Angeles. People I have talked to in random conversation are almost as excited about this as they are about your own election. A similar initiative passed in Florida in 2000, but Governor Jeb Bush impounded the funds.

Surely we can find the money by canceling a few aircraft carriers, tanks and planes we don't need, and by shutting off the faucet for the hundreds of billions wasted on Reagan's star wars fantasy—now known as "missile defense." Are those new installations in the Czech Republic and Poland really worth all the grief they're stirring up with the Russians? The Czech and Polish people don't even want them there!

Green energy technology should also be shared, even given, to the Chinese ASAP. Here on the West Coast I have to wipe a brown sooty film off my windshield every couple of days—and my car is in a garage! It is coal dust from Chinese factories. They open a new coal plant ever few days. According to Mother Jones, sustaining an American lifestyle for a Chinese middle class predicted to reach 600 million will require the resources of several more Earths!

COMPETE GLOBALLY – TAKE BETTER CARE OF OUR PEOPLE

Other countries prefer a healthy workforce and are willing to pay for it. Here we stick our workforce with fat, greedy insurance companies who serve no purpose but to act as a tollbooth or a gatekeeper and charge exorbitant fees before a person can even see a doctor. The result, of course, is the most expensive healthcare system with the least benefit for the buck of any in the industrialized world. You say the big insurance companies "should have a place at the table." Aren't these companies the problem?

Other counties want their workforce to be as well-educated as possible to better care for themselves and compete in the global economy. So they are willing to pay to make sure this happens, instead of kicking them in the face with back-breaking student loans and cutting school funding to the bone.

Other countries want their children to grow up well-nourished and loved instead of dysfunctional. They are happy to pay welfare for single parents to stay home with their little ones, and for 12-18 months maternity leave with 80-90% pay for either parent to make sure no child is left behind.

Traveling overseas it is not hard to notice that many European countries, and not just Scandinavia, have a higher standard of living than we do, and the gap is widening. The reason is they are willing to pay for it.

HUMANE TAX REFORM

Please do not break your promise to raise income taxes on the wealthy and close those Titanic-sized loopholes that allowed two-thirds of US and foreign corporations who do business here to pay no tax at all between 1998 and 2005. We used to have a tiny tax on security speculation and stock transactions. Britain still does. If the annual amount of wheeling and dealing in the stock market really amounts to the reported $500 trillion a year, a mere 1% tax could raise $5 trillion per year and Wall Street would not even feel it! Other ways to raise badly needed revenue without hurting Joe the Plumber would be to tax companies who pollute, divert funds overseas, and ship jobs out of the country, as well as taxing stock windfalls rewarded by Wall Street for balancing the bottom line with employee layoffs.

Last September the Bush administration quietly dynamited Section 382 of the tax code allowing big banks to run off with as much as $140 billion dollars in new tax breaks that many suspect are illegal. Was this illegal? Please enforce the law and stop the bleeding now.

We could also follow the lead of Berlin, Moscow, Beijing, and even the state of Maine and encourage cities to start their own municipal or community banks. Being a non-profit, these banks would provide low-cost loans for homes and small businesses. They would also save cities millions of dollars apiece that they now waste on private banking fees.

Rep. Jan Schakowsky (D - IL) proposes generous tax breaks and shareholder advantages to "patriotic corporations" who limit management salaries to 100 times the lowest-paid fulltime worker. I think 10 times is better. Shareholders need better legal tools to limit runaway CEO pay and looting by top executives.

Schakowsky would also give tax breaks to corporations that: produce at least 90% of their goods and services in the United States; spend at least 50% of the research and development budgets here at home; stay out of employee organizing drives; are clean with the EPA, OSHA and the NRLB; and provide their employees with generous and portable pension funds and health insurance. They must also agree not to price-gouge consumers.

So how do we convince Americans that it is in our best interest to help pay for all of this? It would help if you use your power to inspire and persuade, to get through to people in this country that not all taxes are automatically bad, especially when spent in a way that benefits them directly. Starting with the Boston Tea Party in kindergarten, it is drilled into us that taxes are this terrible violation of our freedom. As adults we have had 30 plus years of media sermons from both parties that we are no longer a community, but a marketplace, and that competitiveness is more important than caring about one another. Isn't it interesting that the people least interested in paying taxes are often the first to complain when a government service they take for granted doesn't work any more?

To wise people up and chip away at this I suggest pointing out what happened to California when voters passed Proposition 13 and gutted what was once the number one education system in the country, if not the world. It is now almost dead last. According to the ACLU, some schools in Los Angeles are not only short on books and desks, they don't even have toilet paper. Californians also voted down an initiative guaranteeing universal healthcare after the Disease Industry ran a blitz of TV ads claiming it would raise people's taxes. They banked on people failing to do the math and see how a slight tax increase would dramatically reduce their own medical bills.

Another example is the tale of two of the Quad Cities on the Mississippi River. In the 1990s, Rock Island, IL voters were willing to raise taxes to build a floodwall. Voters in Davenport, IA rejected a wall three times because it would raise taxes. Guess whose town was devastated the next time the Mississippi flooded? To raise local money for local and state projects voters have to be shown that it is worth raising taxes to pay for these things.

Taxes also wouldn't hurt so much if the people had more say in where their money went. How about placing 12-15 categories in US income tax forms so people can vote what percentage of their tax money they want spent where? I'll bet education, the environment, infrastructure, and services would go straight up and our bloated military cash cow would go straight down.

HELP PEOPLE RESIST FORECLOSURES

To fight the plague of foreclosures, I suggest following the lead of the Cook County Sheriff in Chicago by declaring a moratorium on foreclosure evictions. Debts to predatory lenders should be forgiven at once. Many families are fleeing their homes because they are so frightened of the cruel Bankruptcy Abuse Prevention and Consumer Protection Act of 2005, they are willing to default on their mortgage just to keep up with their credit card debts. You voted against this law. Now let's get rid of it. I am inspired by City Life/Vida Urbana in Boston who have said "Yes We Can" to reviving the Depression-era practice of volunteer rolling brigades who show up to defend people's homes from eviction, and if need be take all the furniture and belongings back from the curb into the house. In addition, they alert the media to help shame the banks and predatory lenders from coming back. In many cases it has worked.

The most intriguing proposal flying around the Internet is for everyone who files an individual tax return to be given $1 million dollars on the condition that they use it to pay off their mortgage in full (thus bailing out the banks) and buy an American car within the next three years. Whatever is left over is theirs to keep and invest. Unfortunately the math does not add up. Even the staggering estimated total of $8 trillion thrown at our collapsing economy would only bring $57,971.01 for each of the 138 million individual tax returns filed each year. Too bad, it is an interesting idea.

"THIS MOVEMENT IS NOT JUST ABOUT ONE PERSON…"

I'm glad to hear you say that, but I keep waiting for you to expand and take it further. To point out how much it also matters who is in the Senate, who is in the House, the Governor, the State legislature, mayors, city councils, school boards, ballot initiatives, county commissioners, you name it. To say that if a person is not satisfied with what is going on in their community, they should get involved. If they are not satisfied with how they are being represented, they should consider running for office themselves. A lot of inspired people would. What else can we do in the meantime to make things better? What simple, easy steps can we take in our own lives? You have two more chances—Inauguration and the State of the Union. Before people return to the slumber of Soundbite McNews.

Bill Clinton could have won back Congress in 1996 if he had used his popularity, convention speech and pulpit for something besides his own shoo-in re-election. But he didn't. I was in the room for Al Gore's acceptance speech in 2000. He didn't bother either. It was just about one person.

I'll be amazed if Mr. Obama or anyone close actually reads this, so this last part is for you folks who have. To me, if there is an Obama movement, it is more like the Pope-mobile. You know, that cage of bulletproof glass on wheels that rolls around with the Pope inside, waving at his adoring flock, "Yo! I'm here! Look at me, I'm the Pope!" Then everybody goes home. But who is driving the Pope-mobile? Can a crowd organize to block the wrong turns and steer it in a better direction?

I did not vote for you, but I dearly want you to succeed at delivering the change you have promised. We have very little time and may not get another chance. Recent history shows we have eight years maximum before the pendulum swings back the other way—and hard. She may lose once or twice, but I fear the Pitbull with Lipstick will one day be bigger than Reagan.

In many ways, people seem to be looking to you as their new great-and-powerful Oprah as much as they look at you as their President. This can be useful too. To revive people's sense of community and what it entails. To persuade people that voting for small local tax increases brings much greater benefits for everyone down the road. To encourage people to not just recycle but look for ways to stop wasting so much. Those same European countries whose standard of living seems to be higher than ours use a fraction per capita of natural resources we do. How do they do it? Think of all the forests we could save just by showing people how much paper they can save just by writing on the other side before they throw it away? Imagine if lawyers figured this out.

HONOR AND RESPECT YOUR MOVEMENT

Please don't ever forget why so many people who had given up hope are investing so much of their hearts and hope in you. If that hope is shattered and they feel betrayed, a great deal more will collapse for good.

So to keep your movement alive—and help it grow beyond you—keep those texts and e-mail lists alive! Keep your Blackberry. Does it matter if it all becomes public record? How about a posting a daily log of what you did and who you and your staff met with, including lobbyists. Why not keep all those campaign offices you opened all over the country alive too? Convert them to branch offices. Senators and House members have branch offices all over their districts. You now represent the whole country. Keep the branches.

Above all, be a leader, not a dealmaker. There are times when cutting a deal is the same as cutting and running. To put it mildly, we can't afford that anymore. There are no sails left to trim.

And if this is a movement about change and not just about one person, it is up to the movement to drive the President, not the other way around. Please do not stand in the way.

Sincerely,

Jello Biafra

http://www.youtube.com/watch?v=Ds_TRSoQkJ0

18:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le procès de Shawn débutera en janvier 2009

Le procès de Shawn  intenté à cause de son rôle lors des blocages d'autoroutes et de chemins de fer traversant le territoire de Tyendinaga débutera en janvier 2009.

Shawn Brant est un activiste mohawk du Territoire Mohawk de Tyendinaga, Ontario, Canada. Dans les années 1990, Brant a participé aux protestations à Oka et à Ipperwash. En avril 2007, avec d'autres membres de la communauté, il a participé à un blocus de 30 heures d'une ligne ferroviaire dans l'Est de l'Ontario. Ce blocus avait pour but de faire fermer une mine de gravier, la Thurlow Aggregates, opérant sur le terrain Culbertson, reconnue comme terre Mohawk depuis 2003 par le gouvernement canadien. Dû à la barricade du 20 avril, des charges criminelles furent déposées contre Shawn Brant.

Lorsque les Conservateurs fédéraux ont déposé leur budget avec presque rien de nouveau pour pallier la pauvreté criante des premières nations, Phil Fontaine, le Chef des Assemblées des Premières Nations a appelé à une journée nationale d’action le 29 juin 2007, la Journée Nationale de Protestation. À cette occasion, la voie ferrée du CN près de près de Deseronto fut une fois de plus bloquée et Shawn Brant encore une fois accusé de méfaits.

De plus, la compagnie Canadien National a intenté une poursuite civile contre Shawn Brant, Jason Maracle et Tara Green, pour dommage et perte de profit dû au blocage de 30 heures, où elle demande un dédommagement de plus de 100 millions de dollars.

Il ne s’excuse pas pour ses actions lors de la journée d’interruption du transport des marchandises et des navettes qui passaient par les voies ferrées sur les territoires autochtones. Selon lui, de telles actions stratégiques sont la réponse nécessaire aux injustices perpétuées par un gouvernement injuste.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Shawn_Brant

Défendons Shawn Brant et les Mohawks de Tyendinaga


Tyendinaga est une communauté Mohawk située sur les rivages de la Baie de Quinte, entre Toronto et Montréal, dans l'est de l'Ontario. La Nation Mohawk est l'une des cinq nations à l'origine de la Confédération Iroquoise.

Impliqués dans une longue lutte pour les terres et l'autonomie – incluant le problème non résolu des terres réclamées, la pauvreté, le suicide et les eaux polluées - les membres de la communauté Mohawk de Tyendinaga se sont organisés afin de défendre leur territoire. De nombreuses actions, incluant des blocages, ont été menées afin d'accélérer le long processus de négociation concernant le Culbertson Tract, un bout de terre longtemps reconnu par le gouvernement et qui a été volé aux Mohawks. En mars 2007, ils se réapproprièrent une carrière présente sur le site ; depuis, les Mohawks font acte d'une présence permanente sur le terrain.


À cause de son rôle de porte-parole au sein de la communauté, Shawn Brant fut arrêté et enfermé de nombreuses fois. Le procès de Shawn (procès intenté à cause de son rôle lors des blocages d'autoroutes et de chemins de fer traversant le territoire de Tyendinaga) débutera en janvier 2009. Le procureur de la Couronne réclame une peine de 12 ans de prison.


Le coup porté envers Shawn Brant est une attaque portée envers tous les peuples autochtones qui luttent pour défendre leur terre et leur communauté. D'autres membres de Tyendinaga ont également été accusés de graves délits et il leur est désormais interdit de participer à toute manifestation. Au lieu de reconnaître la légitimité des exigences des Mohawks de Tyendinaga, le gouvernement et la police criminalisent la communauté.


Nous ne devons pas laisser l'Etat remporter son attaque contre Shawn Brant et les Mohawks de Tyendinaga. En tant qu'alliés non-autochtones, résidant dans des communautés coloniales ou tout près des territoires Mohawks, nous devons nous lever en solidarité avec la souveraineté et l'autonomie des peuples Autochtones. Voir plus bas: « Comment aider? »


--

« Quand CN attaque, on bloque la “track” »


Tandis que de nombreux activistes Mohawks font face à des charges criminelles, d'autres sont traînés dans des procès au civil menés par la Canadian National Railway (CN), une compagnie réalisant plusieurs milliards de profits et installée d'un océan à l'autre. Les quartiers généraux de la compagnie CN se trouvent à Montréal (935, rue de la Gauchetière Est, juste devant la Gare Centrale). Les rails de la CN traversant le territoire de Tyendinaga ont été bloqués en avril 2006 et en juin 2007.

Dans une manœuvre légale qu'on ne peut décrire que comme coloniale, la CN est en ce moment en train de poursuivre en justice trois activistes du territoire Mohawk de Tyendinaga – Shawn Brant, Jason Maracle et Tara Green - pour plus de 100 millions de dollars. Le procès mené par la CN est encore plus agressif quand on considère que les chemins de fer de la CN traversent, dans tout le « Canada », des territoires autochtones. Ce procès est une tactique d'intimidation et de marginalisation des organisateurs autochtones radicaux – ceux qui sont actifs dans la défense légitime de leur terre et de leur gagne-pain.

La CN se sert de la loi et des tribunaux pour attaquer les activistes autochtones, alors que le CEO (chef de la direction) de la compagnie, E. Hunter Harrison, est un membre du Conseil Nord-Américain de Compétitivité (CNAC). Le CNAC est un élément-clé du très récent Partenariat nord-américain pour la Sécurité et la Prospérité (PSP) – entente entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. Le PSP poursuit les mêmes but pro-corporatistes que ceux de l'ALENA (Accords de Libre-Echange Nord-Américains) et des politiques paranoïaques de « Sécurité Intérieure ».



Quand les voyageurs parlent de "l'inconvénient" des trains retardés, ou encore des ponts ou des autoroutes bloqués, il y a un terrible contraste entre cet inconvénient provisoire par rapport au vol permanent et systématique des terres autochtones et les conditions sociales misérables que des centaines d'années de génocide ont produit.

En parallèle avec la campagne de soutien aux Mohawks de Tyendinaga, des organisateurs de la région de Montréal ont lancé une campagne qui dénonce la CN pour son rôle raciste et colonial dans l'attaque portée contre les Mohawks de Tyendinaga. Nous exigeons de la CN qu'elle abandonne son procès raciste.

Si vous voulez aider...

* Le Comité de Soutien de Montréal pour Tyendinaga fait des levées de fond afin de financer la défense légale de Tyendinaga; les frais sont ceux du procès de Shawn et de la maintenance du site de la carrière occupée. Contactez-nous pour verser une contribution ou pour organiser vos propres levées de fonds.

* Nous poursuivons également notre campagne contre la Canadian National Railway, dont les quartiers généraux sont situés à Montréal. Si vous désirez aider en faisant de l'éducation populaire ou des actions durant les prochains mois, entrez en contact avec nous. Pour plus d'informations sur notre campagne contre la CN, voir notre site web.

* De façon plus générale, contactez-nous afin de recevoir plus d'informations sur les évènements et actions à venir ou pour toute mise à jour.



INFO:
indigenoussolidaritymontreal@gmail.com - 514-848-7583 - http://www.amp-montreal.net

17:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/12/2008

La menace terroriste

Michèle Alliot-Marie et la menace terroriste

mercredi 1er octobre 2008, par Alain Gresh

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde du 1er octobre, et intitulée « Les démocraties face au terrorisme », Michèle Alliot-Marie, ministre de l’intérieur, développe sa pensée. Et, pourrait-on dire, tous les poncifs de la doxa sécuritaire face à l’islamisme et au terrorisme.

« Le terrorisme est l’ennemi commun des démocraties. L’islamisme radical n’est certes pas le seul en cause, il demeure toutefois une priorité. Depuis plus de six ans, comme ministre de la défense puis de l’intérieur, j’en ai suivi les modalités, les évolutions et hélas les manifestations. Certaines réalités ne sont pas inutiles à rappeler. »

Le terrorisme, « un ennemi commun » ? Qu’y a-t-il de commun entre Al-Qaida, l’ETA basque, les Tigres tamouls ? En réalité, le seul ennemi, dans l’esprit de la ministre, c’est bien l’islamisme radical.

« La première est que la France est une cible potentielle, car ses valeurs : liberté, tolérance, respect des femmes, laïcité, droits de l’homme, sont en opposition avec celles de l’intégrisme. Elle n’est pas plus menacée que d’autres : ces dernières années ont vu plus d’attentats dans les pays musulmans qu’en Europe. Elle ne l’est pas moins : le démantèlement de réseaux et les arrestations d’islamistes sur notre sol le montrent. »

C’est une reprise sans aucune nuance du discours du président Bush : « ils » nous haïssent non pas à cause de notre politique, mais à cause des valeurs que nous représentons. A quoi Oussama Ben Laden répondait en substance que, si sa haine était dirigée en priorité contre la démocratie et les libertés, son principal objectif serait la Suède, et non les Etats-Unis. Ce type de raisonnement américain, repris par la ministre, a pour avantage (si l’on peut dire) qu’il dispense de toute réflexion sur les effets de la politique américaine ou occidentale dans le monde musulman.

« La deuxième réalité est l’extension géographique du terrorisme islamiste. L’arc du terrorisme intégriste couvre l’Afghanistan, le Pakistan, la Malaisie, l’Indonésie, la Somalie, la péninsule Arabique, le Moyen-Orient, la zone subsaharienne et le Maghreb. De ces bases, il projette ses actions vers l’Europe. »

On pourrait inverser le raisonnement, et dire que ce qui est nouveau, c’est la présence massive de troupes occidentales en Irak, en Afghanistan, au Liban, sans parler des bases et des conseillers militaires ou de sécurité. C’est cet interventionnisme, sans précédent depuis la fin de l’époque coloniale, qui a contribué à créer cet arc de crise et cette internationale de la résistance (lire « Des frontières chamboulées par la guerre américaine » et voir la carte « Autoroute de “l’internationale insurgée” », Le Monde diplomatique, octobre-novembre 2007).

« Les conflits irakien, israélo-palestinien, afghan lui servent de terrain d’entraînement. Les zones grises où les Etats ne parviennent pas à imposer leur autorité abritent ses bases arrière et les trafics de drogue ou d’armes qui le financent. »

Qui a créé ces conflits qui servent de terrain d’entraînement ? En Irak comme en Afghanistan, nous avons une guerre occidentale et, en Palestine, le refus permanent d’Israël d’appliquer les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, refus qui bénéficie d’un soutien américain et de la complaisance européenne.

« La troisième réalité est l’évolution idéologique du terrorisme. Al-Qaida s’est d’abord identifiée à une radicalisation religieuse appelant à une guerre totale entre monde musulman et monde occidental. Cette motivation est encore mise en avant. Pourtant depuis trois ou quatre ans, l’idéologie l’emporte de plus en plus sur le religieux. »

C’est tout simplement faux. On sait depuis longtemps que nombre des adeptes d’Al-Qaida ou des groupes qui lui sont liés sont mus avant tout par des motifs politiques ou nationalistes (comme en Afghanistan). Al-Qaida dispose d’un prestige auprès de certains musulmans non parce que ceux-ci auraient envie de vivre sous un régime de type taliban, mais parce qu’ils veulent s’opposer aux Etats-Unis et à leur politique, et qu’Al-Qaida leur apparaît comme l’organisation qui lutte vraiment contre Washington.

« A l’heure où le communisme s’efface, et avec lui une voie politique de contestation, l’intégrisme accueille des personnes frustrées, en quête d’identité, fragilisées, mais aussi, et c’est une nouveauté, des acteurs apparemment bien intégrés - voire occidentaux, mais sensibilisés par la propagande, comme les médecins des attentats de Londres. »

Sont-ils sensibilisés seulement par la « propagande » ? Ou bien par ce qu’ils peuvent voir sur les écrans de télévision de massacres, d’oppression, d’invasion perpétrés par des troupes étrangères qui prétendent apporter aux pays « arriérés » la civilisation et la démocratie ?

« A ce titre, les Etats arabes ou musulmans et leurs dirigeants deviennent des cibles au même titre que les Occidentaux. »

Oui, cela est vrai... mais, depuis la naissance des groupes violents dans la région, cela l’a toujours été.

« La quatrième réalité, c’est la guerre de la communication. Les terroristes utilisent les images des populations victimes des affrontements au Liban, en Palestine, en Afghanistan, comme propagande contre l’Occident ; celles des otages ou des militaires occidentaux tués comme preuve de leur puissance. »

Les populations victimes « d’affrontements » ? Ou d’une politique d’agression soutenue par les Occidentaux ?

« Ils recherchent la symbolique pour créer la panique. Métros, gares, casernes, rencontres politiques, sportives, culturelles très médiatisées, constituent à ce titre autant de cibles potentielles. Devant cette recherche du toujours plus spectaculaire, l’utilisation d’armes chimiques ou bactériologiques sur des cibles comme les centrales nucléaires, les réservoirs d’eau ou les systèmes informatiques, est une crainte légitime. »

(...)

« Agir, c’est intervenir là où sont les organisations, les réseaux de financement, les camps d’entraînement, les écoles d’endoctrinement. C’est le sens profond de l’engagement de nos militaires en Afghanistan ou au Liban aux côtés de leurs camarades des autres pays, dans des missions aussi risquées qu’indispensables. L’ONU donne sa légitimité à cette action militaire, car ses décisions sont celles de la communauté internationale entière et non des seuls pays occidentaux. »

Quel rapport entre la présence française en Afghanistan et au Liban ? Dans ce deuxième pays, elle n’est présente que parce qu’il y a l’accord de toutes les forces politiques, y compris le Hezbollah. En Afghanistan, la France sert de supplétif aux Etats-Unis, et c’est pourquoi l’armée française doit se retirer de ce pays.

« Agir, c’est aussi contribuer à l’amélioration des conditions de vie et au retour à l’Etat de droit, dans des pays dont la situation politique et l’absence de valeurs démocratiques est de nature à favoriser l’émergence de groupes radicaux. »

Parler de l’Etat de droit pour l’Afghanistan (ou pour l’Irak) relève sans doute d’un sens de l’ironie très particulier...

(...)

« L’Europe ne saurait ignorer qu’elle partage les mêmes risques que l’Amérique. Il est temps de donner un contenu nouveau au dialogue transatlantique avec un cadre qui favorise les échanges d’informations pertinents et garantisse un niveau élevé de protection des droits individuels et des libertés. L’action policière nécessite une législation adaptée, mais qui ne renonce pas à nos valeurs de respect de la démocratie et des droits de l’homme. »

Mais si la politique américaine est l’une des causes essentielles du développement du terrorisme, de quoi allons-nous parler avec Washington ? De la création d’un Etat palestinien promis depuis des années ? Des bombardements de civils en Afghanistan ou en Irak ? Des droits de l’homme tels qu’ils sont interprétés à Guantanamo ou dans les prisons afghanes contrôlées par les Etats-Unis ?

 

http://blog.mondediplo.net/2008-10-01-Michele-Alliot-Mari...

 

 

19/12/2008

Le procès d'un apprenti terroriste lâché par les services secrets

SOCIETE - Il est arrivé souriant, presque détendu. A écouté sans broncher, pendant deux heures et demie, la présidente faire une lecture monocorde d'une instruction entièrement à charge. Kamel Bouchentouf, 35 ans, chauffeur routier originaire de Nancy, comparaissait hier devant le tribunal correctionnel de Paris pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes. Lors de son interpellation, en mai 2007, on a retrouvé à son domicile deux bonbonnes de gaz, un extincteur vide, 500 cartouches de 22 long rifle, de la documentation sur les armes et la fabrication d'explosifs.

Pendant ses quatre jours de garde à vue, Kamel Bouchentouf est rapidement passé aux aveux. A déclaré qu'il préparait des attentats pour le compte de l'organisation Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI, ex-groupe salafiste pour la prédication et le combat, GSPC). A détaillé ses cibles : le consulat américain au Luxembourg, le 13e régiment des dragons parachutistes de Dieuze (l'un des régiments d'élite de l'armée française) et la préfecture de Meurthe-et-Moselle à Nancy. Mais devant son juge d'instruction, il est revenu sur ses aveux et a expliqué qu'il avait subi des pressions lors de sa garde à vue. A révélé qu'il était depuis six ans en contact étroit avec la direction de la surveillance du territoire (DST). Et que ce serait à la demande de ces services secrets qu'il est rentré en relation avec AQMI.

"Pizzas"

Dans le répertoire de son téléphone portable, on a retrouvé, enregistré sous le diminutif "Alex", le numéro d'un agent de la DST de Metz. Sa relation étroite avec ces services ne peut pas être contestée. La facture détaillée de ses communications montre, pour la période allant du 29 juin 2006 au 30 avril 2007, l'existence de 26 coups de fils échangés avec deux lignes fixes des services locaux de la DST. Mais de cela, apparemment, la présidente a moins envie de parler. "Je dis que les experts disent que vous vous êtes connecté à un site qui permet d'entrer en contact avec le chef des talibans en Afghanistan, répète-t-elle en boucle. Sur ce site, vous proposez de partir en Afghanistan faire le jihad." Kamel Bouchentouf lève les bras, mimant l'impuissance : "On m'a imposé des relations avec des groupes islamistes. Les services secrets ne m'ont pas contacté pour acheter des pizzas !"
Lors de l'instruction, ses avocats ont réclamé une confrontation entre Bouchentouf et ses contacts de la DST. Au lieu d'ordonner cette rencontre, qui semblait indispensable au vu du dossier, le juge d'instruction Philippe Coirre a demandé la permission aux services secrets. Qui ont refusé. "Il est incompréhensible que le juge d'instruction demande l'autorisation à la DST", s'insurge Frédéric Berna, l'avocat de Kamel Bouchentouf. "Trois des agents qui m'ont recruté intervenaient également dans mon enquête", enchaîne son client, attirant ainsi l'attention sur ce qui semble une aberration. En vertu de la double casquette de la DST, à la fois police judiciaire et service de renseignement, ses agents peuvent mener des enquêtes accusatoires pour le compte du parquet sur les mêmes individus qu'ils ont auparavant recrutés.
En 2001, Bouchentouf est repéré par les services de sécurité français. L'homme a les caractéristiques d'une recrue idéale pour infiltrer les mouvements jihadistes. Né en France, d'origine algérienne, ayant étudié en Algérie, ex-militaire français, doué en informatique, il se passionne pour la cause arabe et l'islam. Et passe des heures sur des sites consacrés au sujet.

"Frères"

D'après Bouchentouf, la DST lui demande alors d'effectuer des voyages dans le monde arabe pour entrer en contact des groupes jihadistes. Il aurait refusé, mais accepté de rendre d'autres services via Internet : création de sites, envoi de mails et de vidéos en vue de surveiller les communautés islamistes. Dans un mail lu à l'audience, il explique à ses "frères" de l'AQMI qu'il compte fabriquer une bombe, la mettre dans un sac à dos, "et filmer le sac en train de se promener dans les rues françaises".
Après son arrestation, une autre vidéo s'est retrouvée au JT de 20 heures de TF1 dans un sujet sur le terrorisme. Bouchentouf y était facilement identifiable. De cette vidéo, pourtant, il n'existait qu'une copie, placée sous scellés dans le dossier d'instruction. "La DST a essayé de me faire passer pour un déséquilibré, parce que je ne voulais plus répondre à ses demandes", a dit Kamel Bouchentouf. Le procureur a requis huit ans avec deux tiers de sûreté.

Ondine MILLOT

12:32 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Destructions en réunion en relation avec une entreprises terroriste

Lettre ouverte des parents des inculpés du 11 novembre

// Blog

[Note de LB : je republie ce texte reçu par mail des parents des inculpés. Il va de soi que je suis solidaire avec eux et les "inculpés", qui me semblent très sympathiques !]

Lorsque la cacophonie s’accorde pour traîner dans la boue une poignée de jeunes emmurés, il est très difficile de trouver le ton juste qui fasse cesser le vacarme ; laisser place à plus de vérité.

Certains médias se sont empressés d’accréditer la thèse affirmée par la ministre de l’intérieur dans sa conférence de presse, alors que les perquisitions étaient en cours :

Les personnes arrêtées étaient d’emblée condamnées.

Personne n’aura pu rater l’épisode de "police-réalité" que nous avons tous subi la semaine passée. L’angoisse, la peur, les pleurs nous ont submergé et continuent à le faire. Mais ce qui nous a le plus blessés, le plus anéanti, ce sont les marées de mensonges déversées. Aujourd’hui ce sont nos enfants, demain ce pourrait être les vôtres.

Abasourdis, nous le sommes encore, paralysés nous ne le sommes plus. Les quelques évidences qui suivent tentent de rétablir la vérité et de faire taire la vindicte.

Les interpellés ont à l’évidence bénéficié d’un traitement spécial, enfermés pendant 96 heures, cela devait faire d’eux des personnes hors normes. La police les suspecte d’être trop organisés, de vouloir localement subvenir à leurs besoins élémentaires, d’avoir dans un village repris une épicerie qui fermait, d’avoir cultivé des terres abandonnées, d’avoir organisé le ravitaillement en nourriture des personnes âgées des alentours. Nos enfants ont été qualifiés de radicaux. Radical, dans le dictionnaire, signifie prendre le problème à la racine. A Tarnac, ils plantaient des carottes sans chef ni leader. Ils pensent que la vie, l’intelligence et les décisions sont plus joyeuses lorsqu’elles sont collectives.

Nous sommes bien obligés de dire à Michelle Alliot Marie que si la simple lecture du livre "L’insurrection qui vient" du Comité Invisible fait d’une personne un terroriste, à force d’en parler elle risque de bientôt avoir à en dénombrer des milliers sur son territoire. Ce livre, pour qui prend le temps de le lire, n’est pas un "bréviaire terroriste", mais un essai politique qui tente d’ouvrir de nouvelles perspectives.

Aujourd’hui, des financiers responsables de la plus grosse crise économique mondiale de ces 80 dernières années gardent leur liberté de mouvement, ne manquant pas de plonger dans la misère des millions de personnes, alors que nos enfants, eux, uniquement soupçonnés d’avoir débranchés quelques trains, sont enfermés et encourent jusqu’à 20 ans de prison.

L’opération policière la plus impressionnante n’aura pas été de braquer cagoulé un nourrisson de neuf mois en plein sommeil mais plutôt de parvenir à faire croire que la volonté de changer un monde si parfait ne pouvait émaner que de la tête de détraqués mentaux, assassins en puissance.

Lorsque les portes claquent, nous avons peur que ce soient les cagoules qui surgissent. Lorsque les portent s’ouvrent, nous rêvons de voir nos enfants revenir.

Que devient la présomption d’innocence ?

Nous demandons qu’ils soient libérés durant le temps de l’enquête et que soient évidemment abandonnée toute qualification de terrorisme.

Les parents d’Aria, Benjamin, Bertrand, Elsa, Gabrielle, Julien, Mathieu, Yldune.

PS : Nous tenons à saluer et à remercier les habitants de Tarnac qui préfèrent croire ce qu’ils vivent que ce qu’ils voient à la télé.

www.comite-visible.info

www.soutien11novembre.org


Pour ceux qui veulent plus d’informations :

"Terroristes d’ultra-gauche" : Comment justice et presse prennent le train de la police

PAR Claude-Marie Vadrot http://www.politis.fr/_Claude-Marie... , Politis.fr http://www.politis.fr/_Exclu-Web,12...

mercredi 19 novembre 2008

Après les sabotages de lignes TGV le 8 novembre dernier, neuf personnes, bien vite présentées comme des "anarchistes d’ultra-gauche" par les médias et la police, ont été placées en garde à vue. Mais aucun élément n’est venu prouver leur culpabilité et de nombreuses questions restent en suspens.

A lire sur le même sujet, publié dans Politis du 20 novembre et disponible en accès libre : Présumés coupables

http://www.politis.fr/Presumes-coup...

Dimanche 16 novembre, neuf membres présumés d’une « cellule invisible » qualifiée « d’ultra-gauche, mouvance anarcho-autonome » par la ministre de l’Intérieur, ont été mis en examen pour « destructions en réunion en relation avec une entreprise terroriste ». Quatre d’entre-eux ont été mis en liberté sous contrôle judiciaire et cinq incarcérés. Sans qu’il existe, en l’état actuel de l’enquête, la moindre preuve qu’ils aient de près ou de loin participé aux actes de malveillance qui avaient perturbé une semaine plus tôt le trafic des TGV Nord, Est et Sud-Est. Ce qui n’a pas empêché la plupart des médias de répéter les vraies-fausses informations répandues par les policiers pour accréditer l’existence d’un « groupe de terroristes », basé à Tarnac en Corrèze, en train de préparer des sabotages. Quelques informations méritent pourtant d’être examinées de plus près, d’autant qu’elles n’ont pas été répercutées par la presse.

Le groupe cellule invisible existe-t-il ?

Pour la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) et pour la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), la réponse est positive depuis au moins sept mois, depuis qu’elles ont reçu instructions de « trouver des terroristes français ». Mais ce groupe n’a jamais existé comme structure et le mot choisi à dessein par la police et la justice pour les désigner n’a été inspiré que par la signature collective d’un livre, « L’insurrection qui vient » (éditions La Fabrique). Livre théorique plutôt fumeux [Note de LB : connard ! c’est un livre magnifique, pensée limpide et écriture splendide !] qui n’a rien d’un « manuel de sabotage ». Il n’a fait l’objet d’aucune procédure depuis sa parution, le 22 mars 2007, et reste en vente libre pour 7 euros. Une seule réalité : une partie des résidents de Tarnac participaient systématiquement à des manifestations depuis leur installation progressive en 2002.

Le rôle des services spéciaux américains

Le couple « principal » des accusés aurait été repéré en janvier 2008 dans une manifestation organisée devant le bureau de recrutement de l’armée américaine qui se trouve depuis des années sur Times Square, à Manhattan. Ni la première ni la dernière des manifestations dans ce lieu symbolique de New York. Quelques jours plus tard, le couple aurait été interpellé avant la frontière canadienne pour « défaut de papiers ». Premier mystère : ce serait bien la première fois, depuis septembre 2001, que des policiers américains laissent filer des étrangers avec des papiers suspects. Deuxième incohérence : dans leurs premières distillations « d’informations » aux journalistes, les policiers français expliquent que ce couple était soupçonné d’avoir participé à une dégradation du bureau de recrutement. Jusqu’à ce que l’on apprenne que « l’attentat » a eu lieu en avril, Julien et Yldune étant à cette époque revenu en France depuis des mois. La version officielle française dit pourtant que les services spéciaux américains ont (auraient) signalé le couple deux jours après « l’attentat ».

Un groupe sous surveillance ?

Oui. Selon nos informations, au moins depuis deux ans et demi, comme la plupart des groupes ou des individus participant régulièrement à des manifestations. La mise en fiche particulière, avec suivi par des officiers de police, des manifestants considérés comme « actifs » ou « récidivistes » a été ordonnée le 25 mars 2006 par Nicolas Sarkozy lors d’une réunion au ministère de l’Intérieur, au lendemain des premières manifestation anti-CPE.

Michèle Alliot-Marie a pris le relais en étendant le système de suivi.

Le groupe était-il infiltré ?

La question se pose : à en croire ceux qui ont approché des membres du groupe, dans le XXe à Paris et en Corrèze, il n’aurait jamais été question, au delà des discours, du moindre passage à l’acte. Si la pose des fers à béton sur des caténaires est prouvée, ce qui n’est pas encore le cas, il se dit dans l’entourage du groupe que parmi les personnes relâchées (il y a eu 21 interpellation le 9 novembre au matin) figurerait un personnage qui a beaucoup insisté, il y a trois mois, pour un passage de la théorie à la pratique, idée qui rencontrait des résistances. L’histoire des milieux anarchistes est riche d’inflitrations-provocations dans lesquelles la police n’intervient qu’après l’acte illégal « suggéré ». Soupçons à rapprocher d’un témoignage accusateur sous X (anonymat donc garanti) fait « spontanément » jeudi dernier par un membre du « groupe » dans une brigade de gendarmerie du Puy-de-Dôme.

La ministre de l’Intérieur réinvente le délit d’opinion

Le 13 novembre, un représentant du Parquet de Paris a déclaré : « Les éléments recueillis ne permettent pas de les présenter comme coupables, le délit d’opinion n’est pas criminalisé en France ». Le procureur de Paris, sur instructions, a estimé le contraire. Au début de l’enquête, le 8 au matin, les gendarmes ont annoncé disposer d’empreintes et de traces ADN. Dimanche, elles n’existaient plus. Les mises en examen, comme l’expliquent les avocats, ont donc été essentiellement faites sur des présomptions puisqu’en l’état actuel de l’enquête, il n’existe aucune preuve. Mais il est vrai que des policiers ont confié aux journalistes à propos de Julien : « Vous savez, il est très intelligent ». Ce qui constitue sans aucun doute une circonstance aggravante.

http://www.ludovicbablon.com/Lettre-ouverte-des-parents-des

 

 

  • La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit se prononcer sur le maintien en détention du principal accusé dans l'affaire des sabotages de lignes de TGV.

  • La présidente de la chambre, dans un premier temps, avait estimé que la procédure du référé-détention, qui vaut au jeune homme d'être toujours emprisonné, pouvait se justifier dans le cadre de ce dossier de terrorisme.

- le 26/12/2008 - 10h30

Présenté comme le suspect n°1 dans l'enquête sur les sabotages de plusieurs lignes TGV, et comme l'instigateur des dommages, Julien Coupat est derrière les barreaux depuis la mi-novembre, de même que sa compagne, Yldune Lévy. L'affaire porte sur des dégâts commis dans la nuit du 7 au 8 novembre : des crochets constitués de fers à béton assemblés avaient été placés sur plusieurs caténaires. Un autre sabotage, le 26 octobre en Moselle avec une méthode identique, est aussi l'objet de l'enquête. Soupçonné d'appartenir à un groupe qualifié d'anarcho-autonome par les enquêteurs, Julien Coupat conteste les dégradations de caténaires qui lui sont reprochées. La remise en liberté du jeune homme de 34 ans, mis en examen pour direction d'une entreprise terroriste et destructions en réunion à visée terroriste, avait été ordonnée le 19 décembre par un juge des libertés et de la détention, mais avait aussitôt été bloquée par un référé-détention pris par le parquet de Paris.

Mais Julien Coupat et son avocate n'ont pas baissé les bras et en ont appelé à la cour d'appel de Paris. Laquelle devait se prononcer en deux temps, avec une première décision de la présidente de la chambre de l'instruction, avant une réunion de cette même chambre en formation collégiale (un autre président et deux assesseurs) pour statuer au fond. Mardi dernier, lors de la première étape de la procédure, la présidente s'était prononcée pour le maintien en détention, estimant que la procédure d'urgence du référé-détention pouvait se justifier dans le cadre de ce dossier de terrorisme. Ce vendredi, la chambre de l'instruction va devoir confirmer ou infirmer cette décision. Le parquet général a d'ores et déjà annoncé qu'il demanderait de nouveau le maintien en détention.

Une affaire "en dehors des lois"

Compte tenu des délais légaux, la cour d'appel devrait rendre son arrêt dans la journée, estime l'avocate de Coupat, Me Irène Terrel. "Je ne suis pas du tout pessimiste, Julien Coupat non plus. Il est très serein. Il s'expliquera tranquillement vendredi matin", avait-elle déclaré mardi à la presse. Selon elle, l'arrêt rendu mardi était "prévisible, compte tenu de la proximité de l'audience de vendredi". L'avocate fait valoir que Julien Coupat présente "des garanties de représentation et un casier judiciaire vierge". Le contrôle judiciaire prévu par le juge des libertés et de la détention comporte l'interdiction pour le mis en examen de quitter l'Ile-de-France et d'entrer en contact avec les autres personnes mises en cause dans le dossier ainsi que l'obligation de pointer à un commissariat, avait précisé l'avocate.

Moins optimiste, le père de Julien Coupat, Gérard Coupat, avait expliqué vendredi que son fils comme sa compagne "resteront en prison tant que le ministère de l'Intérieur ou les autres ministères décideront qu'il faut les garder". Il dénonce une affaire qui s'est déroulée "en dehors des lois : que ça soit la présomption d'innocence qui est la première règle de droit français, que ce soit la détention provisoire qui doit être exceptionnelle, tout ça n'a pas été respecté". A ce jour, des neuf mis en examen dans ce dossier, Coupat reste le seul avec sa compagne à être en détention, lui à la maison d'arrêt de la Santé, elle à Fleury Mérogis.

Me Steeve Montagne, avocat d'Yldune Lévy, poursuivie pour destructions en réunion et association de malfaiteurs à visée terroriste, avait également déposé une demande de remise en liberté de sa cliente qui a été rejetée par un juge des libertés et de la détention au motif que la jeune femme n'a pas encore été interrogée par le juge d'instruction. Le magistrat a prévu de l'entendre le 8 janvier, selon l'avocat. "Si Coupat est remis en liberté, la détention de Yldune Lévy sera encore moins justifiable", estime le conseil qui compte déposer une nouvelle demande de remise en liberté pour sa cliente après son audition par le juge.http:

html//tf1.lci.fr/infos/france/justice/0,,4207370,00-coupat-passera-t-il-la-saint-sylvestre-en-prison-

 

http://www.youtube.com/watch?v=DsV2AbV3ghI&feature=re...

 

 

Article 9-1

(Loi n° 93-2 du 5 janvier 1993 art. 47 Journal Officiel du 5 janvier 1993) (Loi n° 93-1013 du 24 août 1993 art. 44 Journal Officiel du 25 août 1993 en vigueur le 2 septembre 1993) (Loi n° 94-653 du 29 juillet 1994 art. 1 I Journal Officiel du 30 juillet 1994) (Loi n° 2000-516 du 15 juin 2000 art. 91 Journal Officiel du 16 juin 2000)



Chacun a droit au respect de la présomption d'innocence.
Lorsqu'une personne est, avant toute condamnation, présentée publiquement comme étant coupable de faits faisant l'objet d'une enquête ou d'une instruction judiciaire, le juge peut, même en référé, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que l'insertion d'une rectification ou la diffusion d'un communiqué, aux fins de faire cesser l'atteinte à la présomption d'innocence, et ce aux frais de la personne, physique ou morale, responsable de cette atteinte.

http://www.lexinter.net/Legislation/presomption_d'innocen...

 

La ministre de l'Intérieur verrait des terroristes partout ? A partir d'un groupe de jeunes contestataires un peu en marge de la société (en tout cas, n'acceptant pas tous ses codes d'hyperconsommation), coupable d'avoir envisagé (ou d'avoir effectivement) saboté des lignes TGV (mais sans volonté de faire des victimes, ce qu'a reconnu la SNCF), elle a trouvé un bouc-émissaire idéal, le "terrorisme", rangé implicitement dans le même camp que Ben Laden.

Ecoutez l'interview de Dany Cohn Bendit sur le site de Libération (mais aussi le témoignage de proches des jeunes arrêtés à Tarnac).

 

Post Scriptum


Cohn Bendit est aussi à l'origine, avec les Verts, du rassemblement des écologistes pour les élections européennes de 2009 : Europe écologie (déjà 3 200 signataires)

 

Incidents SNCF Alliot-Marie et Dati veulent sévir

samedi 8 novembre 2008 à 17h20

L'ensemble des enquêtes portant sur les actes de malveillance à l'encontre du réseau SNCF va être placé sous la coordination directe de la Gendarmerie nationale, à la demande de la ministre de l'Intérieur. La Garde des Sceaux a elle donné "des instructions de fermeté" aux procureurs. Plusieurs incidents ont à nouveau perturbé samedi le trafic TGV, Thalys et Eurostar.

dans la presse (Le nouvel obs)

La ministre de l'Intérieur a souhaité que la Gendarmerie Nationale prenne la direction des opérations dans l'affaire des incidents malveillants qui ont visé la SNCF ces dernières semaines, selon un communiqué de la place Beauvau, publié samedi 8 novembre. "Quatre actes de malveillance ont visé ce samedi, entre 06H00 et 12H45, des installations de la SNCF, situées dans l'Oise, l'Yonne et la Seine-et-Marne. Il en est résulté des sérieuses perturbations pour le trafic et les usagers. Les modes opératoires avaient à chaque fois pour objectif d'endommager les caténaires", indique le communiqué. La ministre a donc "donné instruction au directeur général de la Gendarmerie nationale, dont les services ont été saisis par l'autorité judiciaire, de faire en sorte que l'ensemble des enquêtes soient coordonnées sous sa responsabilité directe, afin d'établir les rapprochements éventuels et d (...) (...)

 

 

11:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/12/2008

Freiheit für Julien und Yldune

Interview mit Benjamin über die Durchsuchung und Verhaftung

23 Dez, 2008

 

Autonome Anarchisten, eine Erfindung der Staatsanwaltschaft

Benjamin Rosoux, 30 Jahre, ist einer der am 2. Dezember aus der Untersuchungshaft Freigelassenen im Rahmen der Ermittlungen zur Sabotage auf die Strecken der SNCF. Er erzählt, wie Kriminalbeamte und Polizisten am 11. November gegen 6 Uhr morgens im so genannten Goutailloux, in der Nähe von Tarnac (Corrèze) aufkreuzen und ihn für 4 Tage in Polizeigewahrsam und zwei Wochen in Untersuchungshaft nach Paris bringen.

Die Aussage eines Beschuldigten, der außerdem den Behauptungen widerspricht, in einer, mit dem Verweis auf Terrorismus begründeten, rücksichtslosen Untersuchung.  (weiter)

 

Spekulationen über Haftentlassung

23 Dez, 2008

 

In Frankreich wird über die Haftentlassung von Julien und Yldune spekuliert.

Während der Haftrichter ein entsprechendes Dokument bereits unterzeichnet hat, fordert die Staatsanwaltschaft nun "Sicherheitsverwahrung".

Wir dokumentieren dazu an dieser Stelle einen Artikel von "Le Parisien", der allerdings erneut in einem für französische Medien typischen Tonfall von Julien als "Chef" der "Tarnac-Gruppe" spricht.  (weiter)

 

Adressen der Gefangenen

23 Dez, 2008

 

Hier nun endlich die Adresse von Yldune:

Maison d’arret des femmes
Yildune Levy N° 369 772
6, avenue des Peupliers
F-91700 Fleury Mérogis

Auch Julien freut sich weiterhin über Post:

Julien Coupat
N° d'écrou 290173
42 rue de la santé
F-75014 Paris

Solidarität ist eine Waffe!

 

Über Sabotage als eine der schönen Künste

21 Dez, 2008

 

Der folgende Text wurde von einigen GenossInnen im Zusammenhang der Verhaftungen vom 11. November geschrieben und soll im weiten Umkreis verbreitet werden. In Zeiten der "Krise", wenn der Staat die Kapitalisten mit Milliarden Dollar überhäuft, versucht er ein weiteres Mal einige "böse Rebellen" zu isolieren, um sie alle zu eliminieren. Wir werden dieses betrügerische Spiel nicht mitspielen.

Mensch muss wirklich blind sein, um in Sabotage nicht die klassische Waffe der Ausgebeuteten zu erkennen. Und ein schlechtes Gedächtnis dazu, um zu vergessen, dass RebellInnen in keinem sozialen Krieg darauf warten, das sich alle bewegen, bevor sie damit beginnen ihre Wut auszudrücken.  (weiter)

 

Angriff auf Franzoesisches Institut in Athen

21 Dez, 2008

 

Angriff auf das staatliche Franzoesische Kulturinstitut in Athen mit Steinen und Mollis. Wie zahlreiche griechische Zeitungen heute berichten:  (weiter)

 

trend: Neuer innerer Feind "Ultralinke" - Zur "Terror"anklage gegen Jene von Tarnac

20 Dez, 2008

 

Bernard Schmid berichtet aus Frankreich

Strafrechtliche Ermittlungen gegen die so genannte „Ultragauche“: Die französische Staatsmacht schnitzt sich einen neuen „inneren Feind“ zurecht. Das Terrorismuskonstrukt bricht derzeit in sich zusammen, und ruft bis tief in die linksbürgerliche Presse hinein Widerspruch und Empörung hervor. Zugleich zeugen die Schriften der so genannten ‚Ultragauche’, die den Anklagen wegen jüngst begangener Sabotageakte zugrunde gelegt werden, von einer - pardon – ausgesprochen bescheuerten politischen Konzeption

So nette junge Leute können doch nichts Böses tun. „Ich habe sie selbst im Ort empfangen, und der Erste unter ihnen war Julien Coupat. (Anmerkung: oder Julien C., aber die französische Staatsmacht und das Publikum der Massenmedien kennen ihn ohnehin längst unter vollem Namen…) Er war äußerst nett und sehr intelligent. Sie haben den Gemüseladen wieder eröffnet und den mobilen Verkauf auf den Dörfern wiederbelebt. Sie wissen gar nicht, welche Freude ich empfinde, wenn ich Licht in den Fenstern eines Hofes sehe, der vierzig Jahre lang aufgegeben gewesen war.“  (weiter)

 

Tarnac - Die Anschuldigungen. Schlaglichter eines Interviews mit Benjamin und Matthieu

19 Dez, 2008

 

Im ersten der insgesamt vier Interviews (Video) geben Benjamin und Matthieu einen Einblick in die Verhöre und Interpretationen der SDAT-Beamten in der Zeit während des Polizeigewahrsams. Sie erklären, dass die Akte die dem Richter vorliegen wird, zwei elementar unterschiedliche Versionen der Wahrheit verbirgt, aber damit auch die Geschichte erzählt wie die SDAT und das Innenministerium versuchen das Bild einer "klassischen Terrozelle" mit Strukturen wie z.B. der ETA zu kreieren.
Eine Struktur, die auf einem "geistigen Führer" oder Chef, einer "rechten Hand" und "ausführenden Personen" basiert. Die Vorwürfe rekurrieren auf ein Bild, das aus vielen kleinen und isolierten Überwachungsmomenten zum klassischen Format einer "Terrorzelle" zusammengesetzt wird. Diese "Überwachungsmomente" und andere "Beweise" werden aus einem anderen Kontext genommen instrumentalisiert, oftmals ohne Sinn und Logik.  (weiter)

 

Neues aus der Taïga 18.12.2008 (Update)

18 Dez, 2008

 

Französische und internationale Medien spekulieren, ob der gestrige Sprengstofffund im Kaufhaus Printemps tatsächlich auf eine "Afghanische Revolutionäre Front" zurückzuführen ist.

Weil in einer Anschlagserklärung die Worte "revolutionär" und "kapitalistisch" verwandt werden, wird vielmehr die Urheberschaft von linken (bzw. "ultralinken") Gruppen unterstellt. Im britischen "Indepent" darf ein "Geheimdienstexperte" deren "Terror-Gefahr" ausbreiten:

"'[Die Ultralinke] ist eine Bedrohung, die ernstgenommen werden muß', sagte er gestern. Es gibt eine echte Wiederauferstehung dieser Bewegungen, angeführt von Gruppen in Deutschland, Großbritannien und den USA. Sie ziehen relativ junge Leute an, die oft sehr intelligent sind. Sie beginnen mit Öko-Terrorismus oder den radikalsten Tierrechts-Flügeln oder antikapitalistischen Bewegungen'".

Indes gibt es ein weiteres, sehr empfehlenswertes Solidaritätsvideo über die "bissigen Terroristen", das unter anderem in Tarnac gedreht wurde.  (weiter)

 

Goldene Hakenkralle

17 Dez, 2008

 

Hakenkrallen wurden bislang vor allen Dingen gegen Atommülltransporte in der BRD eingesetzt, wobei "made in germany" vermutlich nicht als copyright zu verstehen ist. An dieser Stelle nur ein Hinweis auf zwei, brillant geplant und durchgeführte, Aktionen: Am 7. Oktober 1996 wurden an 12 Orten in Deutschland Hakenkrallen in Oberleitungen gehängt, am 25. Februar 1997 an 8 weiteren Orten in Norddeutschland. „Autonome Gruppen“ verschickten ein ausführliches Kommuniqué und forderten den Ausstieg der Deutschen Bahn aus den Castor-Transporten. Die Bundesanwaltschaft leitete Verfahren nach §129a ein, am 6. Juli 1999 folgten mehrere Durchsuchungen. Sang- und klanglos wurden die Verfahren vier Jahre später eingestellt, nicht ohne wieder einmal beträchtliches Material über linksradikale Zusammenhänge gesammelt zu haben.

Damals bildete sich eine Solidaritätsgruppe "Goldene Hakenkralle", die den Vorwürfen, mit vielfältigen Aktionen, offensiv entgegentrat! Wer mehr über "damals" wissen will, findet hier weitere Infos.

 

Hakenkrallen: How to?

16 Dez, 2008

 

Wie ist eigentlich die Wirkungsweise von Hakenkrallen?

Die französische Zeitung "Liberation" erklärt ihren LeserInnen wie die Vorrichtungen angebracht werden und welchen Schaden sie anrichten.

Auch eine Webseite der SNCF informiert über die nächtlichen Aktionen bzw. die Aufräumarbeiten. Hier einige Bilder. (weiter)

 

Neues aus der Taïga 16.12.2008

16 Dez, 2008

 

Das Solidaritätskommitee Tarnac (whois? siehe Video-Zusammenfassung) hat heute die zweite Ausgabe eines Newsletters veröffentlicht: "Echos de la Taïga" ("Taïga-Echo"; bezieht sich auf den Namen der Polizei-Razzia in Tarnac am 11. November, "Operation Taïga").

Forderungen der Soligruppe sind z.B. die sofortige Freilassung von Yldune und Julien sowie die Rücknahme des Vorwurfs der "terrorsitischen Vereinigung".

Download Ausgabe 1 | 2

Seit gestern berichten französische Medien, dass bei deutschen Zeitungen (taz und Berliner Zeitung) Anschlagserklärungen zu Hakenkrallenaktionen in Deutschland und Frankreich eingingen.

Während die taz die Erklärung angeblich für unwichtig hielt, hat die Berliner Zeitung sie an die Polizei weitergegeben. Offensichtlich ist das BKA an den Ermittlungen beteiligt. Spekuliert wird nun, wo das Schreiben aufgegeben wurde, Hannover oder Hamburg? Der "Express" schreibt: (weiter)

 

Ultimative-Hyper-Total-Links

16 Dez, 2008

 

Das Unterstützungskommitee in Tarnac hat dazu aufgerufen, die Solidaritätsarbeit mit Grafiken, Karrikaturen oder anderen "kulturellen" Beiträgen zu unterstützen.

Wir dokumentieren hier die englische und deutsche Übersetzung des Lieds "Ultimative-Hyper-Total-Links" (Ultime Hyper Totale gauche), dessen Video auf www.dailymotion.com gepostet wurde. (weiter)

 

Tagesspiegel: Anschläge auf TGV-Bahnlinien - Spuren nach Deutschland

16 Dez, 2008

 

Nach den Anschlägen auf französische Hochgeschwindigkeitsbahnlinien im November häufen sich laut einem Zeitungsbericht Hinweise auf Verbindungen der Täter nach Deutschland.

Paris - Für eine Beteiligung deutscher Extremisten sprächen vor allem die Hakenkrallen, die bei den Attentaten in die TGV-Oberleitungen gehängt wurden, schreibt die französische Sonntagszeitung „Journal Du Dimanche“. Dies sei eine Technik „made in Germany“, die seit fast zehn Jahren vor allem von Kernkraftgegnern genutzt werde. (weiter)

 

Erklärung: der unbeschreiblichen wut ausdruck verleihen!

16 Dez, 2008

 

in den morgenstunden des 16. dezember 2008 haben wir in berlin-treptow in der bulgarischen strasse ein bullerevier und die davor parkenden fahrzeuge mit steinen und farbflaschen attackiert. diese aktion haben wir angesichts des laufenden verfahrens gegen drei angebliche mitglieder der militante gruppe, den verhaftungen von aktivistinnen in frankreich anfang november, der ermordung von alexandros durch bullen am 6. dezember in athen und der freisprüche der bullen am 8. dezember, welche für den tod von oury jalloh verantwortlich sind durchgeführt.  (weiter)

 

Yahoo: Unbekannte haben sich der Sabotage bekannt

16 Dez, 2008

 

Unbekannte haben sich in einem Schreiben auf deutsch in einer linken Berliner Tageszeitung zu den Sabotage gegen Eisenbahnstrecken in Deutschland und Frankreich im November bekannt.

"Weil wir es satt haben, haben wir heute in den morgenstunden unseren Zorn gegen das Transportnetz für Atommüll gerichtet", schreiben die Autoren dieses Briefes, erhalten Mitte November von der TAZ, von da kam er zur AFP. Am Wochenende vom 11. November, von enormen Protesten aufgehalten, brauchte ein Konvoi mit Atommüll Behälter aus Frankreich 3 Tage um im Endlager im Norden Deutschlands zu gelangen. "Mit der Brandstiftung und den Hakenkrallen gaben wir das SIgnal unseres Widerstandes auf den Strecken Paris-Straßburg, Paris-Lille, Paris-Rhône-Alpes, Paris Burgund, Ludwigshafen-Mainz (Westen), Kassel-Region der Ruhr (Zentrum und Westen), Ruhrgebiet-Hannover (idem), Bremen-Hamburg (Norden) und mehrere Strecken in der Nähe von Berlin ", fährt das Schreiben fort. Die Tageszeitung hat beschlossen diesen Brief nicht zu veröffentlichen, weil "wir haben ihn unter journalistischem Gesichtspunkt nicht interessant genug gefunden ", erklärte die Chefredakteurin Bascha Mika der AFP. *  (weiter)

 

20 Thesen zur Subversion der Metropole

15 Dez, 2008

 

Einigen Beschuldigten im Ermittlungsverfahren gegen die Tarnac9 wird von der französischen Polizei und Presse nachgesagt, an der Erstellung verschiedener Bücher und Texte beteiligt gewesen zu sein; darunter das Buch "Der kommende Aufstand", das leider nicht ins deutsche übersetzt vorliegt. Dafür an dieser Stelle die Broschüre "20 Thesen zur Subversion der Metropole", die ähnliche Analysen und Folgerungen entwickelt (rar/ pdf, 800kb). Die Seiten sind zum beidseitigen Drucken und zusammenlegen als Broschüre angeordnet. (weiter)

 

ak: Französische Polizei schießt in den Busch: Festnahmen nach Hakenkrallenaktionen in Tarnac

14 Dez, 2008

 

Am Morgen des 11. November 2008 fand die Ruhe im französischen Dorf Tarnac ein jähes Ende. Beamte der Kriminalpolizei riegelten den kleinen Ort im Département Corrèze im Zentralmassiv ab und durchsuchten einen Bauernhof. Gleichzeitig fanden in Paris, Rouen, Limoges und Metz Razzien statt. Insgesamt wurden zehn Personen aus Frankreich und Belgien in Gewahrsam genommen. Die Mutter einer Inhaftierten wurde nach drei Tagen ohne Anzeige entlassen, vier weitere kamen nach öffentlichem Druck unter Auflagen frei.

Den vier Männern und fünf Frauen wirft die Staatsanwaltschaft vor, eine "kriminelle Vereinigung mit terroristischen Zielen" gegründet zu haben. Fünf Beschuldigten wird unterstellt, in der Nacht des Castortransports vom 7. auf den 8. November Hakenkrallen in die Oberleitungen der französischen Bahn SNCF gehängt zu haben. Tausende Reisende saßen auf Bahnhöfen der prestigeträchtigen TGV- und Thalys-Linien fest. 170 Züge hatten Verspätung. (weiter)

 

Wie die Tarnac9 unterstützen?

14 Dez, 2008

 

1. Briefe, Postkarten oder Mitteilungen an die Gefangenen können geschickt werden an: Comité de soutien aux inculpés de Tarnac, le bourg, 19170 Tarnac.

2. Schreibt Julien, der im Knast in Paris sitzt. Die Adresse ist Julien COUPAT, N° d'écrou 290173, 42 rue de la santé, 75014 Paris, FRANCE.

3. Um Überweisungen nach Frankreich zu bündeln gibt es ein Solikonto in Deutschland: Rote Hilfe e.V., Konto: 7189590600, BLZ: 10020000, Berliner Bank, Verwendungszweck: Tarnac9.

4. Lest die Texte auf den Solidaritätswebseiten und informiert euch über den gegenwärtigen Stand.

5. Schafft Unterstützungsgruppen in eurer Gegend und kontaktiert die anderen. Wir brauchen ein internationales Netzwerk um Solidarität zu zeigen.

6. Welchen Weg ihr auch immer für richtig haltet; übt Druck auf französische Behörden aus, das Verfahren einzustellen.

 

Spendenkonto für die Tarnac9 in Deutschland

11 Dez, 2008

 

Solidarität braucht finanzielle Ressourcen, soviel ist bekannt. Um Überweisungen nach Frankreich zu bündeln haben wir bei der Roten Hilfe ein Solikonto eingerichtet:

Rote Hilfe e.V.
Konto: 7189590600
BLZ: 10020000
Berliner Bank
Verwendungszweck: Tarnac9

 

Glossar zu französischen Verfolgungsbehörden

10 Dez, 2008

 

Wie auch in Deutschland werden die Verfolgungsbehörden in Frankreich gegenwärtig reorganisiert. Es entstehen neue Kompetenzen, Polizei und Geheimdienste arbeiten noch enger zusammen. Der Apparat nimmt dabei auch linksradikale und anarchistische Gruppen aufs Korn (die als "anarcho-autonome" bezeichnet werden), kriminalisiert ihren Protest und betreibt Spaltungen. Tarnac kann als aktueller Höhepunkt gesehen werden, betroffen sind jedoch weit mehr Bewegungen: die freeparty-Szene, Proteste gegen Sarkozy, Unterstützung der Kämpfe in den Abschiebeknästen CPE, Widerstand gegen das Treffen europäischer InnenministerInnen in Vichy im November, Mobilisierung gegen die Datenbank Edvige und ihre "kleine Schwester" Cristina und selbstredend radikale Planungen gegen den für 2009 geplanten NATO-Gipfel.

Um im Dickicht der Verfolgungsbehörden etwas Durchsicht zu verschaffen haben wir dieses Glossar zusammengestellt. Wir freuen uns über Korrekturen und Feedback. (weiter)

 

Solidarity Pickets in Warsaw

10 Dez, 2008

 

On December 9 Warsaw anarchists organized solidarity pickets at the Greek and the French embassies. The first took place in front of the Greek Embassy. The protestors held pictures of Alexandros-Andreas Grigoropoulos, killed by police a few days ago. The anarchists, besides condemning the murder also expressed their support for protestors in Greece, for the planned general strike and the stuggle against capitalism and neoliberal reforms in Greece. The chanted different slogans such as "Murderers", "That's what your "democracy" is like", "Solidarity is our Weapon", "Bourgeoisie your end is near" and "No justice, no peace". Embassy employees refused to speak to the protestors. After some time, the protest moved up the block to the French Embassy. Passing the Parliament, just next to the Embassy, a siren was sounded and anarchists yelled "Watch out! Anarchists are coming!". At the French Embassy the protestors expressed their solidarity for the Tarnac 9.  (weiter)

 

Neues aus der Taïga 8.12.2008

8 Dez, 2008

 

Noch mehr Unterstützung für die Tarnac9 - Demonstration am 13.12.

Inzwischen haben sich neue Unterstützungsgruppen in Frankreich und anderen Ländern konstitutiert, die zu Öffentlichkeitsarbeit und Solidaritätsaktionen für die Tarnac9 aufrufen, darunter auch Moskau, New York, Barcelona, Brüssel, Genf, Strasbourg.

Am 13. Dezember findet eine Antirepressionsdemonstration in Limoges statt.

Das "Comité de soutien aux inculpés de Tarnac" ruft dazu auf, die Solidaritätsarbeit mit Grafiken, Karrikaturen und Illustrationen zu unterstützen. Mehr dazu auf der Webseite des "Comité": www.soutien11novembre.org.

 

Textauszug "L’insurrection qui vient"

8 Dez, 2008

 

Einige der Festgenommen, darunter Julien Corbat, sollen VerfasserInnen des Buches "L’insurrection qui vient" ("The Insurrection to Come") sein, herausgegeben vom "Comité Invisible" ("Unsichtbares Kommitee").

Der Text analysiert weltweite Kämpfe und versucht, radikale Interventionsmöglichkeiten gegen Staat und Polizei aufzuzeigen. Propagiert wird Sabotage gegen die "pseudopodes" (Saugnäpfe) des allgegenwärtigen, vernetzten Machtsystems. Deren Vernetzung soll durchtrennt werden.

Das Buch kann für 7 Euro bestellt werden, ein kleines Exzerpt auf englisch ist online z.B. auf http://deletetheborder.org/node/2216. Die französische Gesamtversion zum Download auf www.lafabrique.fr/IMG/pdf_Insurrection.pdf(weiter)

 

Schreibt den Gefangenen!

8 Dez, 2008

 

Schreibt Julien, der im Knast in Paris sitzt. Die Adresse:

Julien COUPAT
N° d'écrou 290173
42 rue de la santé
75014 Paris
FRANCE

Wir kümmern uns um die Adresse der zweiten Gefangenen, Yldune L.

Solidarität ist eine Waffe!

 

Hamburger Abendblatt: Farbanschlag auf französisches Konsulat

5 Dez, 2008

 

Unbekannte haben einen Farbanschlag auf das französische Generalkonsulat in Hamburg verübt. Sie schleuderten in der Nacht zum Freitag mit Farbe gefüllte Weihnachtsbaumkugeln gegen die Fassade des Gebäudes im Stadtteil Rotherbaum. Bei der Suche nach den Tätern hofft die Polizei auf Hinweise von Zeugen.

Bislang unbekannte Täter haben in der Nacht zum Freitag einen Farbanschlag auf das französische Generalkonsulat in der Heimhuder Straße verübt. Die Staatsschutzabteilung des Landeskriminalamtes ermittelt. Die Tat dürfte im Zusammenhang mit der Festnahme von Castor-Gegnern in Frankreich stehen, die dort Bahngleise angesägt hatten und dabei von der Polizei überrascht wurden. (weiter)

 

21:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/12/2008

Quelques mots sur "l'affaire Coupat" par Maître Eolas

http://www.labandearuquier.com/JukeBox-Video.html

http://maitre-eolas.fr/2008/12/20/1252-quelques-mots-sur-...

 

Que ce soit en mail ou en commentaires, je reçois beaucoup de questions sur l'affaire Coupat, et plus largement sur l'affaire des sabotages des lignes TGV, imputés à un groupuscule d'extrême gauche, et qualifiés d'entreprise terroriste.

Voici juste quelques éclaircissement généraux qu'un juriste peut apporter. Je n'ai accès à aucune pièce du dossier et me garderai de me prononcer sur la responsabilité des personnes interpellées, même si la remise en liberté de certaines et le maintien en détention d'autres peut surprendre. Mais après tout, ces sabotages ne nécessitant pas une infrastructure élaborée, il est possible que seuls certains membres y aient été mêlés. Qui vivra verra.

Voyons donc le cadre général dans lequel se déroule cette instruction, avant de voir ce qui est arrivé à Julien Coupat.

Le cadre général : les infractions terroristes.

Le code de procédure pénale (CPP) pose les règles générales applicables aux instructions. Mais d'années en années, des réformes ont ajouté à la fin du code toute une série de règles dérogatoires au droit commun, jamais au bénéfice des personnes soupçonnées, mais, bien sûr, au nom de notre sécurité, l'alibi absolu avec la protection des enfants (ceux là même qu'il faut envoyer en prison dès 12 ans).

C'est ainsi que le CPP prévoit des règles de procédure spécifiques pour :

► Les actes de terrorisme (art. 706-16 à 706-25-1).
► Le trafic de stupéfiants (art.706-26 à 706-33).
► La traite des être humains[1] (art.706-34 à 706-40).
► Les infractions sexuelles (art. 706-47 à 706-53-12).
► Les infractions en bande organisée (art. 706-73 à 706-106).

Ajoutons à cela des règles dérogatoires pour les infractions commises par les personnes morales, les majeurs protégés, les déments, en matière sanitaire, économique et financière, et de pollution maritime, et vous comprenez que les larmes qui accueillent tant chez les avocats que les magistrats l'annonce d'une nouvelle réforme du CPP ne sont pas toutes de joie et de reconnaissance éperdue.

Revenons en à notre affaire.

En l'espèce, les actes de sabotage des lignes TGV ont été qualifiées d'actes de terrorisme.

Voilà qui peut surprendre quand d'habitude, le terrorisme évoque des bombes dans les transports en commun, des avions qui explosent, ou à tout le moins, des bâtons de dynamite dans une chasse d'eau. Mais une caténaire arrachée, ça fait petit joueur. Ça perturbe le trafic mais ça ne risquait pas de tuer quiconque.

Qu'est ce que la loi entend donc par acte de terrorisme ?

En principe, un acte de terrorisme n'est pas une infraction autonome. Il s'agit d'une infraction de droit commun dont le législateur fait la liste[2], mais commises « intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur ».

À ces délits viennent s'ajouter, bien qu'elles soient présentées comme des infractions autonomes, l'introduction dans l'environnement d'une substance de nature à mettre en péril la santé de l'homme ou des animaux ou le milieu naturel dans le cadre d'une entreprise terroriste, l'association de malfaiteurs[3], le financement d'une organisation se livrant au terrorisme[4], ou le fait de ne pouvoir justifier de son train de vie quand on est en relation habituelle avec des personnes se livrant à du terrorisme[5], qui sont en faits des infractions existantes aggravées ou adaptées (la dernière s'inspire du proxénétisme).

Et à quoi ça sert ?

Tout d'abord, les infractions en questions sont toutes aggravées (sauf l'association de malfaiteurs, on touche déjà le plafond de 10 ans encourus). Les destructions volontaires en réunion, qui font encourir 5 ans de prison, en font encourir sept dans le cadre du terrorisme.

En outre, en présence d'une de ces infractions, le tribunal de grande instance de Paris est compétent, en concurrence avec le parquet local du lieu de l'infraction. Cela ne veut pas dire que deux instructions vont être menées en parallèle, le code prévoit les règles de l'éventuelle transmission du dossier à Paris. Pourquoi ? Parce que les juges et avocats de province sont trop mauvais Parce que le parquet de Paris est doté d'une section spécialisée, la section C1, et de juges d'instruction également spécialisés dans la matière, et qui connaissent bien les différents réseaux, leur fonctionnement, leur mentalité. C'est notamment là-haut, sous les toits, dans la galerie Saint-Éloi, qu'a exercé pendant plus de 20 ans le célèbre juge Bruguière. Enfin, les crimes sont jugés par une cour d'assises spéciale composée de 7 magistrats professionnels sans jurés, pour mettre les citoyens à l'abri des pressions et représailles des organisations terroristes.

Au stade de l'enquête, ce sont des services de police spécialisés (par exemple la Direction Nationale Anti-Terroriste, DNAT) qui sont saisis.

Enfin et surtout, puisqu'il s'agit de votre sécurité, n'est-ce pas, les droits de la défense sont mis au congélateur. La garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures, voire 144 heures (oui, 6 jours) en cas de menace imminente (mais une menace non imminente est-elle une menace ?), le gardé à vue n'ayant droit à s'entretenir avec son avocat qu'au bout de la 72e heure. Car c'est connu, rien ne permet mieux de lutter contre le terrorisme que de priver des suspects de leurs droits de la défense, sauf peut être une prison militaire sur un bout d'île occupée.

Je précise que s'il s'avère que le quidam placé 6 jours en garde à vue n'a rien à voir avec le terrorisme, il ne peut même pas prétendre à un mot d'excuse.

Revenons en à nos anarchosaboteurs.

On leur impute des dégradations, détériorations et destructions en réunion dans le cadre d'une entreprise terroriste (puisqu'ils ont été commis intentionnellement dans le cadre d'une entreprise individuelle ou collective (collectiviste, en l'espèce) ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur, et une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste[6]. Ce qui lui fait encourir 10 ans de prison.

Le fait de recourir à la procédure extraordinaire des infractions terroristes dans cette affaire est contesté dans son principe par des soutiens aux personnes interpellées, et quelques juristes. Sachez qu'en droit, s'il s'avérait que les faits ne relevaient pas de cette procédure dérogatoire car l'entreprise terroriste n'est pas caractérisée (de fait, bloquer des TGV trouble-t-il gravement l'ordre public ?), les faits seraient requalifiées en infraction de droit commun, mais les poursuites n'en resteraient pas moins valables, même avec une garde à vue plus longue que le maximum légal prévu pour ces délits.

Les déboires de Coupat.

Lexpress.fr nous apprend que Julien Coupat, présenté comme le chef des anarchistes (cherchez l'erreur) reste incarcéré malgré la décision de remise en liberté du juge des libertés et de la détention.

Un juge des libertés et de la détention (JLD) a signé vendredi une ordonnance de remise en liberté à la suite d'une demande déposée par son avocate, Me Irène Terrel, à l'issue d'un interrogatoire de Julien Coupat devant le juge d'instruction chargé de l'enquête le 12 décembre.

Situation classique. Le juge d'instruction interroge le mis en examen détenu. L'interrogatoire terminé, l'avocat a aussitôt le réflexe de demander la remise en liberté, puisque maintenant que le client a été entendu, un des motifs de l'incarcérer (prévenir une collusion avec les autres auteurs ou complice) a disparu. Le juge d'instruction peut décider d'office de remettre en liberté, ou l'avocat peut le lui demander. En cas de demande de mise en liberté (dite DML), que ce soit par l'avocat ou le détenu lui-même au greffe de la maison d'arrêt, le juge doit transmettre immédiatement la demande au parquet pour connaître son avis, et soit remettre le détenu en liberté, soit s'il estime qu'il faut rejeter la requête, la transmet avec son avis au JLD dans les 5 jours de la communication de la demande au parquet. L'article nous apprend sans le dire que le juge d'instruction était contre la remise en liberté puisque c'est le JLD qui a statué, et que le parquet s'opposait lui-même à cette remise en liberté, par la procédure spéciale qu'il a utilisée pour paralyser l'ordonnance du JLD..

Le JLD a alors trois jours ouvrables pour rendre une ordonnance motivée susceptible d'appel, par le détenu en cas de rejet de sa demande de mise en liberté, soit par le parquet en cas de remise en liberté. Bien que rien n'interdise au parquet de faire appel d'un refus de mise en liberté. Si, si. C'est déjà arrivé.

Le juge avait jusqu'à lundi pour statuer, mais il n'a pas attendu jusque là et vendredi, il a signé une ordonnance de remise en liberté. Le parquet n'est pas d'accord, le détenu n'étant pas un dignitaire d'une dictature amie de la France (qui a dit “pléonasme” ?) mais un simple citoyen français (anarchiste, certes mais citoyen quand même).

Le jeune homme de 34 ans n'a cependant pas été remis en liberté, le parquet ayant pris un référé-détention contre la décision du JLD. Cet appel doit être examiné mardi par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, selon l'une de ces sources.

Référé détention ? Qu'est-ce donc, me demanderez-vous ?

En 1996, dans un de ces moments de grâce où une majorité de l'assemblée réalise l'importance des droits de la défense (c'était suite à l'affaire Botton…), a été institué une procédure de référé liberté. Quand un juge des libertés et de la détention place quelqu'un en détention, la personne concernée ou son avocat peut immédiatement faire appel et demander que le président de la chambre de l'instruction examine dans les trois jours ouvrables la demande. Il peut décider de remettre le détenu en liberté, ou renvoyer l'affaire devant la chambre de l'instruction dans le cadre de l'examen ordinaire de l'appel. Notons que c'est, à ma connaissance, la seule procédure d'appel qui peut se former immédiatement devant le juge qui vient de rendre la décision. Je vous garantis l'effet pour plomber l'ambiance. C'est l'article 187-1 du CPP.

En 2002, dans un de ces moments de disgrâce qui suit une campagne présidentielle sur le thème de l'insécurité, la même majorité va adopter la procédure inverse : le référé-détention. L'hypothèse est celle d'un JLD qui remet en liberté contre les réquisitions du parquet. Le JLD doit alors notifier sa décision au parquet qui a quatre heures pour faire appel en demandant un examen immédiat de cet appel. La logique aurait voulu que ce soit le président de la chambre d'instruction qui examine ce référé détention, tout comme il examine les référés libertés. Ce sera donc le premier président de la cour d'appel qui s'y collera. Des mauvaises langues, dont je ne suis certainement pas, vous me connaissez, diront qu'un premier président de cour d'appel est à un niveau tel de la hiérarchie (qu'on appelle hors hiérarchie, c'est dire…) que toute possibilité de promotion, qui ne peut se faire qu'en Conseil des ministres, suppose d'être bien vu par le gouvernement en place, donc rend plus… vigilant sur la teneur des décisions politiquement sensibles qu'il pourrait prendre. Heureusement, je ne suis pas mauvaise langue. C'est donc juste une simple incohérence législative.
Le premier président doit statuer au plus tard le deuxième jour ouvrable suivant la demande. Articles 148-1-1 et 187-3 du CPP.

Pour en revenir à notre ami qui n'aime ni l'économie de marché ni les caténaires (ce dernier point étant toutefois contesté), la décision de remise en liberté est paralysée par un référé détention qui doit être examiné mardi au plus tard. Cela provoque, et on la comprend, l'ire de son avocat. Las, soit la douleur l'égare, soit ses propos ont été mal compris par le journaliste.

« Il devrait être libre à l'heure où je vous parle », a affirmé son avocate, dénonçant cette « procédure exceptionnelle qui n'a pas lieu d'être ». « Tout est bloqué par un référé-détention, ce n'est pas normal. Julien Coupat a des garanties de représentation », a-t-elle estimé. « Un référé-détention à la veille de Noël, ça va trop loin, c'est lamentable », a déploré Me Terrel.

Un référé détention est aussi exceptionnel qu'un référé liberté. C'est une voie de recours tout à fait légale ouverte au parquet quand il le souhaite. Dieu sait que c'est frustrant pour un avocat de la défense de sauter sur le fax, lire "Ordonnance de remise en liberté", crier "Youpi", feuilleter les pages et tomber sur un avis de référé détention. Ça met une claque. Il demeure, c'est légal. Et c'est normal que tout soit bloqué par ce référé détention : c'est le but du référé détention. Et aucun texte ne s'oppose à ce qu'il soit exercé la veille (ou l'avant-avant-avant-avant-avant-veille de Noël, c'est pareil, ne jouons pas sur les mots) de Noël.

Voilà les quelques lumières que je puis apporter sur cette affaire. Je me garderai bien, j'insiste, de me prononcer sur le fond, et vous prierai de respecter cette même réserve en commentaire. L'instruction est en cours et nous ne savons rien ou si peu de son contenu. Entre ceux à ma droite qui crient au loup au couteau entre les dents, et ceux à ma gauche qui crient au coup monté contre d'innocents rêveurs qui pensent que la lutte contre l'économie de marché commence en ouvrant une épicerie dans le Limousin, je n'ai aucune envie de trancher et là n'est pas l'objet de ce billet.

Notes

[1] Rien à voir avec la production de lait maternel, il s'agit du proxénétisme.

[2] Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne, l'enlèvement et la séquestration ainsi que le détournement d'aéronef, de navire ou de tout autre moyen de transport, les vols, les extorsions, les destructions, dégradations et détériorations, ainsi que les infractions en matière informatique ; les infractions en matière de groupes de combat et de mouvements dissous ; les infractions en matière d'armes, de produits explosifs ou de matières nucléaires, le recel du produit de ces infractions ; les infractions de blanchiment et même les délits d'initié. Art. 421-1 du Code pénal.

[3] Ajouté par une loi votée au lendemain des attentats de 1995.

[4] Ajouté par une loi votée au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.

[5] Ajouté par une loi votée au lendemain de l'attentat de Bali.

[6] Le fait de participer à un groupement formé ou à une entente établie en vue de la préparation, caractérisée par un ou plusieurs faits matériels, d'un des actes de terrorisme mentionnés aux articles précédents. Article 421-2-1 du code pénal

16:36 | Lien permanent | Commentaires (1) |

JD Merchet : on ne gagnera pas la guerre en Afghanistan

http://www.lefigaro.fr/international/2008/12/05/01003-200...

 

Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération et auteur de «Mourir en Afganistan», estime que la France doit préparer les conditions de son départ.

Le général Christian Baptiste, porte-parole adjoint du ministère de la Défense, est un homme qui pèse tous ces mots. Voilà ce qu'il a dit ce matin, interrogé par l'AFP ; "A ce jour, l'envoi de troupes supplémentaires n'est pas d'actualité. (...) Nous sommes responsables de la sécurité de la région capitale (Kaboul) et le transfert aux forces afghanes va se faire au cours du premier trimestre de 2009. On réfléchit à l'utilisation des troupes à la suite de ce transfert", a-t-il dit.

Le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, porte-parole de l'état-major, a indiqué au Point.fr que "nous étudions diverses possibilités de réorganisation pour l'été 2009, quand la sécurité de la région de Kaboul passera complètement aux mains de l'armée afghane. Très en amont, nous réfléchissons, à la manière de redéployer le dispositif, à effectifs constants."

Plus politique, le ministre de la Défense Hervé Morin a indiqué la France n'envisage "aucun plan d'accroissement des effectifs en Afghanistan". Ni le président Nicolas Sarkozy ni lui même n'ont "donné à l'état-major la consigne de travailler sur un plan de renforcement des effectifs en Afghanistan", a-t-il ajouté. La veille, avant que l'article ne soit publié sur ce blog, le même ministre expliquait sur RTL que «pour l'instant, nous n'avons pas l'intention d'envoyer des hommes supplémentaires (...) Mais une partie de notre propre sécurité se joue en Afghanistan. On ne peut pas laisser ce pays revenir dans les mains des Talibans.»

Résumons : les autorités militaires confirment que le dispositif sera bien réorganisé à l'été comme nous l'indiquions et ne démentent même pas la constitution d'une brigade française sur le théâtre afghan. Le seul point de désaccord porte sur l'envoi de renforts. C'est un sujet politique très délicat, autant sur le plan intérieur - l'opinion est réservée et la gauche hostile - que dans les discussions avec nos alliés. Voici ce qu'écrit la Lettre A d'informations confidentielles : "Le ministre Hervé Morin l'a assuré à la Lettre A : il n'est pas question que la France augmente son contingent en Afghanistan en 2009. Mais les autorités françaises, à commencer par le président de la République, pourront-elles tenir longtemps cette position ? Car l'une des premières demandes (si ce n'est la première) que sera adressée à Paris par Barack Obama portera justement sur une augmentation de la participation française. Des notes ont déjà été rédigées en ce sens au Quai d'Orsay".

L'annonce ne peut être faite que par le président de la République lui-même, au moment où il le jugera opportun. D'ici là, ce ne seront que démentis plus ou moins prudents. Nous nous retrouvons exactement dans la même situation que l'an dernier à la même époque, lorsque les responsables politiques et militaires ne voulaient pas reconnaitre que la France préparait l'envoi de renforts... avant que le président de la République ne l'annonce à l'occasion du sommet de Bucarest, en avril 2008. Deux mois auparavant, voilà ce que nous écrivions : "Sauf coup de théâtre, la question n'est plus de savoir si, mais quand la France annoncera l'envoi de renfort en Afghanistan". C'est un "secret de polichinelle" juge  un bon connaisseur de ce dossier. En clair, le président Sarkozy va-t-il renoncer à son projet stratégique de retour aux premières loges de l'Otan, tout cela pour éviter d'envoyer un ou deux bataillons dans l'Est afghan ?

Ne soyons pas naïfs : nous ne vivons pas dans un pays où l'envoi de soldats à la guerre se ferait en confirmant des informations données par un journaliste. Il faut plus de solennité à cela, et c'est sans doute tant mieux.

Lire en complément l'excellente analyse de Nicolas Gros-Verheyde sur son blog consacré aux affaires de défense, vues de Bruxelles.

FRENCH BRIGADE...

Le ministère de la Défense et l'état-major des armées préparent l'envoi de nouveaux renforts en Afghanistan. Ils devraient permettre de former une brigade à trois (voire quatre) bataillons interarmes. Cela se traduira par l'arrivée de contingents supplémentaires, dont les effectifs exacts ne sont pas encore connus.

Très demandeurs, les Américains parlent déjà de la "French Brigade" qui devrait s'installer dans l'est de l'Afghanistan, à partir de la vallée de la Kapissa - où des renforts sont déjà arrivés à l'été 2008. Cette brigade serait commandée par un officier général et se verrait attribuer un secteur plus large que celui confié aujourd'hui aux militaires français.

Ces renforts se traduiront vraisemblablement par l'arrivée de plusieurs centaines d'hommes supplémentaires en Afghanistan, afin de participer au "surge" souhaité par le nouveau président américain Barack Obama. Ce "surge", expérimenté avec succès en Irak, vise à renforcer les moyens militaires tout en négociant avec des forces locales.

Cette French brigade devrait permettre de mettre un terme à l'éparpillement actuel des militaires français sur le territoire afghan. "Un vrai mille-feuilles, hérité des phases successives de notre engagement" indique un proche du dossier. Les Français sont actuellement dans la RCC (Regional Command Capitale) dont ils assurent le commandement, d'autres sont dans l'Est sous commandement américain, d'autres dans les OMLT (conseillers militaires de l'armée nationale afghane) y compris dans le Sud, d'autres sur la base aérienne de Kandahar et de Bagram, d'autres enfin instruisent l'Armée afghane. L'idée force consiste à regrouper l'ensemble de ces moyens - ou la majeure partie d'entre eux - dans un ensemble cohérent, à la fois sur le plan géographique et sur celui du commandement.

La création de cette brigade doit correspondre au transfert de la sécurité de la capitale Kaboul et de sa région aux seules forces afghanes. Les contigents français seront ainsi rendus disponibles pour d'autres secteurs. Le sort du secteur de Surobi ("afghaniser' ou en secteur français?) n'est pas tranché.

Environ 3000 militaires français sont actuellement présents en Afghanistan, où ils représentent 5% de l'effort militaire occidental. A l'heure où la France entend réintégrer complètement l'Otan,lors du sommet de Kehl, début avril 2009, il s'agit de peser plus au sein de l'Alliance. A titre de comparaison, les Britanniques, qui fournissent déjà 16% de l'effort militaire, viennent d'annoncer l'envoi d'environ 2000 hommes supplémentaires. Si Paris veut jouer un rôle de premier plan au sein de l'Otan, difficile de se faire autant distancer par Londres sur le seul terrain qui compte pour Obama...

10:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/12/2008

Kaboul hiver 2008-2009, vers un autre Stalingrad ?

 

Durant l'hiver se déroulera peut-être en Afghanistan une bataille décisive. Ce sera alors le tournant de ce que certain appelle "la guerre contre le terrorisme".

Les talibans sont maîtres dans Kaboul, où Dany Egreteau avait été enlevé le mois dernier par des hommes armés. " Il a été retenu dans Kaboul " a précisé le quai d’Orsay, par " des hommes de réseaux criminels liés au talibans " d’après les informations transmises par l’ambassade de France à Kaboul. Le 3 novembre dernier, Dany Egreteau, 32 ans, était enlevé en plein cœur de la capitale afghane par deux hommes armés qui ont tué un afghan qui tentait de s’interposer. L’humanitaire effectuait sa première mission dans ce pays. Le 26 novembre, une vidéo montrant l’otage avait été envoyée par ses ravisseurs. Elle montre Dany Egreteau deux canons d’armes à feu collés sur ses tempes. Dans cette vidéo l’otage appelle à payer " la rançon " demandée par les ravisseurs et explique qu’il vit un " cauchemar ".

http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/12/03/iBjWEaEmXvT5k/index.xml

 

Les talibans contrôlent-ils les trois quarts de l'Afghanistan ? C'est ce qu'affirme le Conseil international pour la sécurité et le développement, un centre de réflexion européen. Une conclusion vivement contestée par les forces de la coalition internationale et le gouvernement afghan. Lundi 8 décembre, le Conseil international pour la sécurité et le développement (ICOS, ex-Conseil de Senlis) publie un document intitulé Lutte pour Kaboul : l'avancée talibane. Principale conclusion de ce rapport de 40 pages : les talibans ont une présence permanente sur 72% du territoire afghan cette année, contre 54% en 2007. Autrement dit, ils gagnent du terrain et la stratégie menée par la coalition internationale et le gouvernement afghan vire à l'échec.

« Les talibans sont seulement présents dans le sud et l'est, ce qui ne représente déjà que moins de 50% du pays », a aussitôt répliqué le porte-parole de l'OTAN, James Appathurai. Le ministère afghan des Affaires étrangères a quant à lui déclaré que l'insurrection talibane se limitait « à quelques districts le long de la frontière avec le Pakistan ». Interrogé ce matin par RFI, un diplomate européen affirme sous couvert d'anonymat que le document de l'ICOS contient beaucoup de postulats non vérifiés et qu'il est donc « très contestable ». C'est dans cet amalgame que réside la faiblesse du rapport. A Kaboul, par exemple, la grande majorité des enlèvements sont le fait de bandes criminelles. Même si des liens peuvent apparaître avec les talibans, notamment quand un otage leur est revendu, ces bandes agissent pour l'argent, comme n'importe quel groupe criminel, et non pour les motifs idéologiques des talibans afghans.

Attaques quasi-quotidiennes

En outre, la présence de talibans dans une zone ne signifie pas qu'ils la contrôlent. La guerre qu'ils mènent contre l'armée afghane et les forces étrangères ne comporte pas de ligne de front fixe. Ils posent des mines, lancent des attaques et mènent des embuscades mais se replient lorsque les militaires réinvestissent la zone.

Reste que la violence de la polémique s'explique aussi par l'autre conclusion du rapport de l'ICOS : les talibans s'approchent de la capitale. Ce constat embarrasse la coalition internationale. « D'accord, certains sont peut-être proches de Kaboul. Mais ils ne sont ni nombreux ni efficaces. La situation est difficile aujourd'hui mais elle s'améliorera dans les prochains mois », a concédé le général français Michel Stollsteiner, commandant de la région de Kaboul et de ses provinces, lors d'une conférence de presse dans la capitale afghane le 31 novembre dernier.

Au sud, les talibans multiplient les incursions à la frontière de la province du Logar, à vingt kilomètres seulement de Kaboul. A l'ouest, dans le Wardak, les attaques sont quasi-quotidiennes. Au nord-est, en Kapisa, les militaires français essuient en moyenne un incident par jour.

Le nerf de la guerre, l'approvisionnement : La passe de Khyber

Landikotal -- Un convoi de 13 camions transportant du matériel destiné aux forces occidentales présentes en Afghanistan a été intercepté hier alors qu'il franchissait la légendaire passe de Khyber, qui sépare le nord-ouest du Pakistan et l'Afghanistan.

 

Selon un haut responsable de l'administration régionale, les camions ont été détournés en quatre points sur un tronçon de 35 km par une soixantaine d'hommes au visage masqué. «Pas un coup de feu n'a été tiré», a précisé ce responsable de la région de Khyber, Bakhtiar Mohmand, qui a assuré que le convoi en question ne transportait aucune arme ou munition.
Le responsable pakistanais a montré du doigt des activistes pachtounes proches du chef militaire taliban Baitullah Mehsud. «Ses hommes, qui sont très bien équipés et entraînés, ont orchestré cette opération», a-t-il dit. D'après des habitants de cette région très montagneuse, deux hélicoptères d'attaque de l'armée pakistanaise ont survolé le secteur après le détournement du convoi. Ils ont ouvert le feu, tuant un civil.
http://www.ledevoir.com/2008/11/11/215391.html

PESHAWAR, Pakistan (Reuters) - Les autorités pakistanaises vont rouvrir la passe de Khyber, principale voie d'approvisionnement pour les forces occidentales en Afghanistan, une semaine après le détournement d'une douzaine de camions par des activistes sur la route menant à ce col.

Hormis le détournement de camions, des activistes de Peshawar ont commis un attentat suicide, abattu un employé humanitaire américain et son chauffeur, enlevé un diplomate iranien et tué son garde du corps, et blessé deux journalistes, un Japonais et un Afghan travaillant pour des médias étrangers.

Après le détournement, le 10 novembre, de 13 camions chargés d'aide militaire occidentale, les autorités pakistanaises de la région tribale de Khyber ont bloqué la route menant de Peshawar à la passe.

Les convois de camions recommenceront à circuler sous escorte militaire, a déclaré à Reuters un responsable de la région de Khyber, l'une des sept régions tribales semi-autonomes du Pakistan. "Désormais, ils seront escortés par des véhicules et des membres des services de sécurité", a déclaré ce responsable, Fida Mohammad Bangash.

Conséquence de l'arrêt du trafic sur l'axe routier, on peut voir actuellement des dizaines de Humvee et de camions garés ici et là au bord du périphérique de Peshawar.

"Nous sommes pratiquement devenus les otages des taliban. La sécurité ne règne pas", a déclaré Mohammad Shafiq, un habitant de Khyber, en ajoutant que les islamistes contrôlaient un corridor de 15 km de part et d'autre de la route et que les auxiliaires de l'armée stationnés dans la région ne faisaient pratiquement rien contre eux.

Les forces de sécurité préparent une opération pour chasser les activistes et les bandits actifs dans les hauteurs qui dominent la route du col, a cependant assuré de son côté Bangash.

Certains signes donnent à penser que cette année, l'insurrection islamiste s'est étendue à la région de Khyber, et que des bandits ont commencé à faire eux aussi montre de zèle religieux.

Kamran Haider, version française Eric Faye

A l'est, les attaques se multiplient sur la route de Jalalabad contre les convois de ravitaillement en provenance du Pakistan. L'armée américaine vient de réagir. La majorité d'une brigade de 3500 à 4000 hommes devrait arriver en janvier prochain de Fort-Drum (Etats-Unis) et se déployer dans les provinces du Logar et du Wardak, frontalières de Kaboul. Cette décision n'a pas suscité de polémique.

La présence française vient d'être renforcée:

22 novembre 2008 - Base de Nijrab
Débarqués d'un hélicoptère transport de troupes Chinook CH 47, les "Diables bleus" de l'élément précurseur du 27e BCA, qui ont quitté la France le mercredi 19 novembre 2008, ont posé leurs rangers sur le sol afghan.

Ce détachement constitue le premier échelon des 553 chasseurs alpins qui vont passer six mois dans les montagnes et le désert afghan. Malgré les risques qu'ils connaissent, les chasseurs alpins, entraînés à servir dans les régions montagneuses, ont hâte de commencer leur mission. Ils vont être affrontés à forte partie, face aux groupes armés de talibans dont les effectifs atteignent parfois les 200 hommes, connaissant parfaitement le pays, et qui les attendent...Le ministre de la Défense Hervé Morin a rencontré vendredi matin à Cran-Chevrier (Haute-Savoie) le 27e Bataillon de chasseurs alpins (BCA), dont trois compagnies partiront dans les prochaines semaines en Afghanistan dans le cadre de la force multinationale.
Ces quelque 560 militaires, qui viennent de suivre une "préparation opérationnelle exceptionnelle" de six mois, "sanctionnée par dix jours d'entraînement grandeur réelle dans le Briançonnais", seront déployés entre le 15 novembre et la mi-décembre dans la province de Kapisa, pour relever le 8ème RPIMa, selon le ministre.

http://www.opex360.com/2008/06/06/afghanistan-le-bataillon-francais-sera-deploye-dans-la-province-de-kapisa/

"Pour réussir dans des environnements aussi variés et dans des opérations aussi délicates et dangereuses, il faut des qualités humaines et militaires irréprochables et vous en êtes le bel exemple", a déclaré M. Morin devant l'encadrement militaire de ce "bataillon d'élite", après avoir assisté à un exercice de tirs de combats à balles réelles par une des unités en partance.
Le ministre a souligné "l'esprit de corps très fort et la condition physique et morale excellentes" des chasseurs alpins qui devront notamment porter des charges de 30 ou 40 kilos par 2.000 mètres d'altitude.
Selon M. Morin, "aussi longtemps que durera notre engagement en Afghanistan, des éléments du 27e BCA partiront chaque hiver (pour) des missions de renseignement, de présence, de reconnaissance et de nettoyage de zones tenues par les rebelles".

AFP

La passation de pouvoir s’est déroulée entre le colonel Nicolas le Nen, chef du 27e bataillon de chasseurs alpins d’Annecy, et son homologue Jacques Aragones, patron du 8e régiment parachutiste d’infanterie de marine. Ce même 8e RPIMa qui se serait bien passé d’accéder à une certaine forme de notoriété après la mort de dix de ses hommes, tués dans une embuscade des talibans le 18 août dernier.

Après cet épisode meurtrier, l’heure n’est plus aux fanfaronnades ni à la fleur aux fusils. « L’adversaire est rude et il profite de la moindre opportunité », a reconnu le colonel Aragones dans des propos rapportés par l’armée. Son successeur entend, lui, « continuer dans les pas des camarades du 8e RPIMa, et ce, précise-t-il, en étant concentrés et surtout humbles, car nous avons encore beaucoup de choses à apprendre ici ». De l’humilité, en effet, émanant d’un officier pour lequel il s’agit pourtant de la troisième opération dans le pays.

Combat en montagne

Et le colonel le Nen – qui vient de prendre le commandement du « GTIA Kapisa » (pour groupement tactique interarmes) – n’a sûrement pas fini d’en « apprendre » sur l’Afghanistan. Reste que les missions en Afghanistan durent désormais six mois au lieu de quatre pour les « Opex » (opérations extérieures) classiques. On voit donc mal les pioupious à ski occuper le terrain la moitié de l’année.

Un million de cartouches

Les 180 chasseurs alpins envoyés en Kapisa font partie des quelques 400 hommes dépêchés en renfort en Afghanistan. Peut-être pour couper court à toute polémique sur « l’impréparation » des soldats qui s’est fait jour au lendemain du guet-apens d’août dernier, le ministère de la Défense, comme l’état-major, insistent sur la formation spécifique dévolue à ces militaires. Six mois d’entraînement spécial avec notamment au programme des simulations d’embuscades en milieu escarpé. Les chasseurs alpins sont prêts à défourailler puisqu’ils ont tiré près d’un million de munitions durant leur entraînement.

Les hommes engagés sur le terrain disposent également d’un nouvel équipement destiné à optimiser leur protection. En particulier, deux types de gilets pare-balles de dernière génération offrant une protection contre les projectiles perforants. Autre accessoire, des paires de lunettes balistiques ont été distribuées. « En exploitant des retours d’expériences des forces américaines, nous avons noté que nombre de leurs soldats avaient été gravement touchés aux yeux, voire atteints de cécité à la suite d’explosions, explique-t-on au Commissariat de l’armée de terre (en charge de l’équipement). Ces lunettes protègent à la fois des éclats et de la poussière omniprésente ». Enfin, les chasseurs alpins ne sont pas venus les mains vides puisqu’ils ont embarqué dans leur parquetage plusieurs véhicules blindés légers.

Edition France Soir du mercredi 10 décembre 2008 page

Une polémique concernant l'achat de matériels adaptés au combat en montagne a fait l'objet d'un article particulièrement virulent dans le point il y a quelques jours.
Le scandale du véhicule blindé refusé aux alpins :
http://www.lepoint.fr/actualites-monde/le-scandale-du-vehicule-blinde-refuse-aux-chasseurs-alpins/1648/0/271682

70 légionnaires du deuxième REG (régiment étranger de génie), basé à Saint-Christol, partiront pour une mission de six mois en Afghanistan. « Il s'agira clairement, d'une mission de combat dans la zone la plus risquée, à l'est du pays, là où des accrochages quotidiens ont lieu en ce moment », précise le colonel Chavanat, chef de corps du 2e REG.
Ces 70 hommes appartiennent tous à la 1ere compagnie (sur la centaine d'hommes qu'elle compte). Ils partiront renforcer le 27e bataillon de chasseurs alpins d'Annecy. Et participer ainsi à une force interarmes de 700 hommes.
Leur mission consistera à apporter un appui "génie" à cette force. Ils aideront à "ouvrir la route", ce qui signifie déminage du terrain et autres "aides à la mobilité".
« C'est la configuration du terrain, ajoute le colonel, qui a déterminé notre engagement ».
Le commandant en second du 2e REG, le lieutenant Thierry Morvan, sera du voyage. Il sera, au sein du détachement, « le plus ancien dans le grade le plus élevé ».
Le 2e REG a déjà effectué des missions similaires en Afghanistan, en 2002 et 2004. Plus récemment, en 2007 et 2008, plusieurs de ses cadres ont participé à l'accompagnement de l'armée afghane.Tout le monde en connaît les risques. Et tout le monde se souvient de ce qui est arrivé, le 10 novembre dernier, en Afghanistan, à l'adjudant Sébastien Reynard, dont le casque a été transpercé par une balle. Et qui s'en est sorti vivant...

Michel REMBERT Paru dans l'édition 84A du 14/10/2008 (81342)

http://www.ledauphine.com/armee-le-deuxieme-reg-part-en-afghanistan-une-mission-de-combat-dans-la-zone-la-plus-risquee--@/index.jspz?chaine=27&article=63328

Les troupes françaises présentes sur place se montent à 2885 hommes.

Voilà maintenant ce que nous rapporte Claire BILLET :

http://clairebillet.blog.lemonde.fr/ :

http://clairebillet.blog.lemonde.fr/2008/11/23/les-taliban-aux-portes-de-kaboul/

" Dans les districts voisins, il y a des Taliban, à un ou deux kilomètres d’ici, raconte le Capitaine Momen, commandant une section de l’armée nationale afghane. Il sourit derrière ses lunettes de soleil et pointe du doigt les collines environnantes. Les Taliban se cachent dans les montagnes, les villages voisins et le soir ils sortent et vont parfois faire leur publicité auprès des gens. Ils ont augmenté leurs activités comparé à l’année dernière... Les insurgés gagnent du terrain et se rapprochent de la capitale afghane.

Pourtant, même si les insurgés commencent clairement à encercler Kaboul, à être bien plus actifs dans toutes les provinces voisines depuis un an, leur stratégie n’est pas de prendre la capitale afghane. Ils n’en ont pas les moyens et le savent bien.

Nous ne voulons pas prendre Kaboul. Nous voulons montrer que nous sommes présents et faire une démonstration de force au gouvernement afghan et aux forces d’occuption jusqu’à ce qu’elles quittent notre pays, explique par téléphone Zabiullah Mudjahed, le très éduqué porte-parole de l’insurrection Talibane pour le Nord afghan.

Dans les zones vraiment froides, nous allons diminuer le combat cet hiver, mais pas dans Kaboul, bien au contraire…

http://www.centcom.mil/en/what-we-do/mechanics-battle-tal...

 

00:26 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/12/2008

bike in the trash

Surveillance Camera Video Reveals Bicyclist Sought in Big Apple Bombing

Thursday, March 06, EarthCam

NEW YORK —  Footage from a surveillance camera video released Thursday afternoon shows a biker who might have been involved in the Big Apple bombing and whom authorities are seeking for questioning in the case.

New York City police on Thursday released the video, in which the bicyclist can be seen riding in the dark in the vicinity of the Times Square military recruiting center minutes before the blast.

The footage from a private security camera shows the cyclist riding up to the military station where a small bomb was detonated before dawn. The biker is seen getting off the 10-speed bike at 3:40 a.m. Thursday; the blast occurs three minutes later. It is followed by a brief flash and a cloud of white smoke.

Police say they later found the bike in the trash.

Earlier Thursday, police in Washington, D.C. were investigating letters mentioning the Times Square bombing that were mailed to Capitol Hill offices, however, sources have told FOX News that investigators have found no connection to the attack.

New York City Mayor Michael Bloomberg said the explosion that shook Times Square and disrupted transit appears to have deliberately targeted the military recruiting center where it went off.

Bomb Rocks NYC Recruiting Center

Bloomberg lambasted the perpetrator for apparently going after the armed forces.

"The fact that this appears deliberately directed at the recruiting station insults every one of our brave men and women around the world," the mayor said in a Thursday morning news conference.

Authorities in New York City were looking for the culprit who set off the rudimentary explosive device. A witness described a hooded man on a bicycle wearing a backpack and acting suspiciously just before the blast at the recruiting station.

New York City Police Commissioner Ray Kelly said an ammunition box was found at the scene.

"This was not a particularly sophisticated device," he told reporters.

Kelly said police were talking to the witness who was in the area shortly before the 3:45 a.m. explosion. The witness described a male bicyclist wearing a hood, dark clothing and a backpack and acting strangely — but said didn't see the man's face, according to Kelly.

Bloomberg said no one has come forward to report seeing a suspect plant a bomb, and no one so far has spoken of witnessing the device going off. Authorities have been reviewing all available security camera footage, according to the mayor.

Click here for live streaming video from Times Square

Click here for more from MyFoxNY.com

The blast occurred when an explosive device detonated, causing minor damage to an empty recruiting station in Times Square — an area that is heavily populated with New York City tourists. Hotel guests were shaken by the force in their rooms high above the scene. No one was injured, but the station's glass entryway was shattered.

The Homeland Security department said there was no sign of an "imminent threat" to the United States in the blast, according to Reuters.

The agency also announced Thursday that the FBI would be joining the probe into what caused the explosion.

In October, two small explosive devices were tossed over a fence at the Mexican Consulate on Manhattan's East Side, shattering some windows; police said they believed someone on a bicycle threw the devices. At the time, police said they were investigating whether it was connected to a similar incident at the British consulate on May 5, 2005.

Bloomberg had harsh words for the person or people who planted the explosives.

"Whoever the coward was that committed this disgraceful act on our city will be found and prosecuted to the full extent of the law," he said. "We will not tolerate such attacks. .... People are going about their business. They are not intimidated."

Army Capt. Charlie Jaquillard, who is the commander of Army recruiting in Manhattan, said no one was inside the station at the time — where the Marines, Air Force and Navy also recruit.

"If it is something that's directed toward American troops than it's something that's taken very seriously and is pretty unfortunate," he said.

The explosion prompted a huge police response that disrupted transit at the "crossroads of the world."

It left a gaping hole in the front window and shattered a glass door, twisting and blackening the metal frame of the building, which is on a traffic island.

Police said investigators would have to examine the evidence to determine exactly what kind of device was used.

The recruiting center has drawn sporadic protests for many years, including in October 2005, when a group who call themselves the Granny Peace Brigade rallied there against the Iraq war. Eighteen activists, most of them grandmothers in their 80s and 90s, were later acquitted of disorderly conduct.

Police cars and yellow tape initially blocked drivers from entering one of the world's busiest crossroads, though some traffic was allowed through around the start of rush hour.

Witnesses staying at a Marriott hotel four blocks away said they could feel the building shake with the blast.

"I was up on the 44th floor and I could feel it. It was a big bang," said Darla Peck, 25, of Portland, Oregon.

"It shook the building. I thought it could have been thunder, but I looked down and there was a massive plume of smoke so I knew it was an explosion," said Terry Leighton, 48, of London, who was staying on the 21st floor of the Marriot.

Members of the police department's bomb squad and fire officials gathered outside the station in the early morning darkness, and police cars and yellow tape blocked drivers — most of them behind the wheels of taxicabs — from entering one of the world's busiest crossroads.

Though subway cars passed through the Times Square station without stopping in the early hours of the investigation, normal service was soon restored, with some delays.

The recruiting station was renovated in 1999 to better fit into the flashy ambiance of Times Square, using neon tubing to give the glass and steel office a patriotic American flag motif. For a half century, the station was the armed forces' busiest recruiting center. It has set national records for enlistment, averaging about 10,000 volunteers a year.

Police said it was too early to say if the blast may have been related to the two other minor explosions in the city.

In October, two small explosive devices were tossed over a fence at the Mexican consulate, shattering three windows but causing no injuries. No threats had been made against the consulate, and no one took responsibility for the explosion, police said.

Aside from the attack on the Mexican consulate, another happened on May 5, 2005, at the British consulate. In that incident, the explosions took place in the early morning hours, when Britons were going to the polls in an election that returned Prime Minister Tony Blair to power.

In both cases, the instruments were fake grenades sometimes sold as novelty items. They were packed with black power and detonated with fuses, but incapable of causing serious harm, police said.

The Associated Press contributed to this report.

20:16 | Lien permanent | Commentaires (0) |

New York 6 march 2008

March 6, 2008, 5:33 am

Blast Damages Times Square Recruiting Station

times squarePolice officers, one of them in a hazardous-materials suit, examined the military recruiting station in Times Square after an explosion damaged the front of the building early Thursday morning. (Photo: Chip East/Reuters)
map

Latest Update, 10 p.m. | The police said the explosive device involved in the Times Square blast this morning was “roughly similar” to the devices used in two earlier bombings at foreign consulates in Manhattan, in 2005 and 2007, Police Commissioner Raymond W. Kelly said at an afternoon news conference [video]. The device had been placed in an ammunition box like the kind that can be bought at a military supply store. Officials said that in today’s attack, a man bundled in a gray hooded jacket or sweatshirt and wearing a backpack was seen riding a bicycle around the recruiting station and acting suspiciously moments before the explosion. Video footage from a surveillance camera showed a bicyclist dismounting, approaching the recruitment center, then returning to the bike and riding away before the explosion occurs. (See a related slide show and the latest from Friday’s print edition.)

Full Account | New York City police officers and firefighters cordoned off much of Times Square for more than two hours after a small explosion — set off, the authorities said, by an “improvised explosive device” — damaged the front of the Armed Forces Career Center on the traffic island bounded by 43rd and 44th Streets, Seventh Avenue and Broadway at 3:43 a.m., officials said. No one was injured, and after a temporary interruption, subway service was restored.

Most traffic around Times Square was allowed to pass by 6:45 a.m., after vehicles had been diverted for more than two hours. City officials confirmed that police had initially blocked off the area as a precaution to ensure that there was no secondary device or other threat; the officials emphasized that they did not believe anyone was in danger.

Police officers at the scene said the explosion blew a hole through the front door of the recruiting station, which is at the northern end of the structure.

Members of the Joint Terrorism Task Force, the large Police Department and F.B.I. unit that investigates terrorism, were at the scene of the blast, supporting the Police Department’s Bomb Squad, which along with other police detectives likely will take the lead role in investigating the incident, an F.B.I. official said. The official said that in today’s attack, a man in a gray hooded sweatshirt was seen leaving the scene on a bicycle.

The authorities were looking into whether the explosion was connected to two earlier blasts that were similar in method and timing, the official said. At about 3:40 a.m. on Oct. 26, 2007, two dummy hand grenades that had been fashioned into crude bombs exploded outside the Mexican Consulate at 27 East 39th Street in Murray Hill, shattering windows. The building was not occupied and no one was hurt. At 3:55 a.m. on May 5, 2005, two crude but powerful explosive devices detonated outside the British Consulate at 845 Third Avenue in East Midtown, shattering windows and damaging a planter.

Mr. Kelly spoke with Mayor Michael R. Bloomberg at a news conference at 9:30 a.m. in Times Square. Later, at a second news conference, Mr. Kelly said the explosive material used today “was not particularly powerful,” and that the explosion was “roughly similar” to the earlier consular bombings. Material from the two earlier explosions has been sent to the F.B.I. crime lab in Quantico, Va., and material from today’s explosion will be taken there for analysis as well, Mr. Kelly said.

A witness who was buying a newspaper told police that he saw a man wearing a gray-hooded sweatshirt biking around the recruiting center moments before the bombing. After the bombing, at about 7 a.m., a building superintendent notified the police that a 10-speed bicycle in good condition had been abandoned at Madison Avenue and 38th Street. The police are looking into the possibility that the bicycle had been used by the attacker.

From the writing on the side of the ammunition box found at the site of the explosion, it appeared that the box had once contained belt-mounted machine-gun ammunition. The box was 4 inches wide, 10 inches long and 10 inches deep, Mr. Kelly said.

In the two earlier incidents, the police said the improvised explosive devices were virtually identical. Both contained explosive powder. Both attacks occurred before dawn when there were few people on the street. And in both cases the devices were thrown against building facades.

Both of those attacks were captured on video surveillance. The arc of the device — with its lighted fuse – was visible on the videotape. In the 2007 attack, a witness told police that a man in his 20s on a bicycle pedaled quickly away and turned south onto Park Avenue, the authorities said at the time. The bicyclist was wearing a hooded gray jacket and his face was partly covered, but the police could not say for certain that he threw the grenades. At the time of the Mexican consulate attack, Mr. Kelly, the police commissioner, described the two improvised explosives. He said they were training, or dummy, grenades — perhaps purchased from a novelty shop — that had been hollowed out and stuffed with gunpowder, possibly black powder, and equipped with pyrotechnic fuses. One had a smooth surface, modeled after the “lemon” type used in the Vietnam War, and the other was scored like the rough “pineapple” type used during World War II.

Although the damage today was relatively minor, the prominent location of the blast at a time of heightened concerns about terrorism attracted national attention.

In Washington, a spokeswoman for the United States Department of Homeland Security said it was monitoring and investigating the explosion, Reuters reported. Asked if there was a link to terrorism, the spokeswoman, Laura Keehner, said, “At this time we’re still investigating.”

In West Palm Beach, Fla., Senator John McCain, the presumptive Republican nominee for president, who was campaigning with Gov. Charlie Crist of Florida, said, “My friends, a bad thing happened in Times Square this morning, and that is some idiot tried to harm a recruiting station there in Times Square where we recruit men and women who serve in the military,’’ he said. “We have to track down and prosecute and put in jail people that commit acts of that nature.”

The office of Senator Hillary Rodham Clinton of New York issued this statement this afternoon:

I am deeply concerned by the detonation of a small bomb at the military recruiting office in Times Square. While we should be grateful that there were no injuries and minimal damage, there is an ongoing investigation into whether the attack is linked to foreign terrorist groups, and federal, state, and city authorities should be given every resource and every tool to swiftly complete that investigation. Having worked with and supported our law enforcement and national security authorities in New York, I am confident that they will get the job done.

Whatever else we learn about this attack, it is a reminder of the threats we continue to face at home and the importance of remaining vigilant. I will continue to work to provide all levels of law enforcement with the tools they need to continue to protect us here at home.

Capt. Charles V. Jaquillard, the Army Recruiting Command’s company commander for New York City, said in a phone interview that he was informed of the explosion around 5 a.m. “If it were something directed toward the individuals working at that station, then obviously it’s very unfortunate and of great concern, because there’s nothing more important to us than the safety of our troops,” he said.

The explosion briefly disrupted the vital transit node at Times Square, but full subway service had been restored as of 5:39 a.m. A dozen subway lines — the A, C, E, N, Q, R, W, S and Nos. 1, 2, 3 and 7 — run through Times Square. Subway service on those lines — along with the Nos. 4, 5 and 6 lines, which run through Grand Central Terminal — had been suspended at 4:24 a.m., with some lines restored soon after. The recruiting station sits almost directly atop the western terminus of the S, also known as the 42nd Street shuttle, which connects Times Square with Grand Central Terminal.

“I was getting ready to set up the cart, and then I heard a very loud explosion,” said Bashir Saleh, 51, who was preparing to open his coffee cart at the corner of 43rd Street and Seventh Avenue. “Very, very loud. It was the first time I ever heard such a thing. I thought it was some problem with the cart. I got a gas tank here. I thought it might have exploded, that’s how loud it was. Then I ran out towards the source of the noise. I saw a cloud of smoke, then I saw the police rushing towards it. In a matter of minutes there were 10 to 15 police cars. It was a scary experience for me.”

David Hassan, 41, whose coffee cart is on the southwest corner of the same intersection, across the street from Mr. Saleh’s and was also setting up his cart when the blast occurred, said, “It was the biggest, loudest noise you ever heard. I just turned around, and I saw lots of smoke. It sounded like a bomb. It was scary, very scary. I’m still shaking.”

Other workers nearby offered similar descriptions.

“I just heard a boom,” said Deon Halliday, 43, a maintenance-security worker at Silverstein Properties at 570 Seventh Avenue who was standing on the avenue, examining the scene, at 6 a.m. “I thought it was a garbage truck. It happened around 4 o’clock. I stayed in the building because I didn’t know what it was. I had to secure the building.” He added, “I came out later and I was looking at the street and no cars are coming by. I saw all the helicopters.”

As the sun came up, at least three helicopters flew overhead, but it was not clear whether the helicopters were operated by the police.

Mohammed Hossain, 39, whose coffee cart, is at the corner of Seventh Avenue and 44th Street, said he heard the explosion before 4 a.m. “I heard a loud noise and I turned around and saw smoke,” he said. “And then the cops were everywhere, within minutes.” Mr. Hossain, who has operated the cart for 15 years, said police asked him to close up until about 7:15.

Guests at the New York Marriott Marquis, one of the city’s largest hotels, felt the force of the blast. “I felt the building shaking, and then a second after, I heard the explosion,” said Mercy Sepulveda, who was visiting on business from Fort Lauderdale, Fla., and was staying on the 10th floor of the hotel. “It sounded like a gas tank exploding. And that was it. Ten minutes later I heard the police. After that I kept waking up every 15 minutes or so. But I thought if it was something really big, like a terrorist attack, there would have been more sirens.”

Maggie Shannon, a real estate agent from Washington, who was staying on the hotel’s 29th floor, said: “I thought it was thunder at first, just one single huge bang. So I got up to look out the window, saw nothing, then spent the rest of the night worrying what it was. I thought it couldn’t be a terrorist attack in the middle of the night, right? But I was concerned.”

Just after 6:45 a.m., a handful of law enforcement officers knelt at the foundation of the recruiting station, smashing the carpet of glass shards with long-handled mallets. Two men in hazardous-materials suits stood above them, among more than a dozen investigators from the city’s Police and Fire Departments, the Federal Bureau of Investigation and the Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives. Police vans and squad cars ringed the scene, with clusters of detectives on street corners, paging through notebooks and talking on cellphones.

For about two hours after the explosion, police officers at the scene said Times Square was closed, and they turned people and cars back. A large police van and a police vehicle with lights flashing were parked at 42nd Street and Seventh Avenue by 5:30 a.m. Police had cordoned off much of 41st Street, Seventh Avenue and the subway station entrances. Police officers turned pedestrians away, including a woman who was trying to jog through. Workers already in their buildings in the cordoned off area were not being allowed out, police officers at the scene said. Employees of Reuters were being turned back at the police tape, and officers were telling them to take the day off.

“It happened two hours ago,” one officer said at the scene, describing the situation as “very fluid.”

Traffic was diverted for a time even to the west, at Eighth Avenue and 41st Street, where a large police vehicle blocked the avenue and traffic was being diverted through the Port Authority bus terminal. Cars were backed up on Eighth Avenue, with some drivers honking angrily. By 6:30 a.m., traffic was moving more easily up Eighth Avenue.

The recruiting station — the third that has stood on the site since 1946 — has been the site of regular antiwar protests since the start of the Iraq war in 2003, although until today, the only major threat to the station seemed to come from pigeons.

The station reopened in September 1999 after a $1 million redesign by Stephen Cassell and Adam Yarinsky of the Architecture Research Office, a Manhattan-based architecture firm. The 520-square-foot building is decorated with 33-by-14-foot flags rendered in fluorescent lights and a giant, nine-panel television screen. The interior contains space for Army, Navy, Air Force and Marine recruiters and one bathroom.

The previous recruiting station, often known simply as the booth, opened in 1950. Built of stainless steel, with smoked-glass windows, the 400-square-foot station was an instantly recognizable landmark of Times Square. “It was the only outpost to house recruiters from all four military branches,” Paul von Zielbauer wrote in The Times in February 1999, when the old station was demolished to make way for the redesigned one. “It was the only station that could reject far more recruits than it enlisted — more than 200 a year signed up — and still claim top honors in recruiting circles. And it was the only recruiting station in the country without a bathroom.”

times sqA worker donned a hazardous-materials suit to inspect the damage to the Armed Forces Career Center in Times Square. (Photo: Robert Caplin for The New York Times)

Reporting was contributed by Al Baker, Graham Bowley, Michael Cooper, Sharon Otterman, William K. Rashbaum and Stacey Stowe.

20:08 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu