Avertir le modérateur

13/02/2009

Un Taxi pour Kaboul

Dans une lettre adressée au général Cogny, de Castries écrit cette phrase, prophétique et révélatrice : « Diên Biên Phû, c’est un peu Verdun, mais sans profondeur et sans la voie sacrée. »
Qu’est donc Kaboul sans ses voies de ravitaillement et son point de passage obligé : "la Passe de Khyber" ?
"Couper le pont aérien revient à gagner la bataille, en asphyxiant et affamant le camp. Ce postulat explique les actions viêt-minh avant le déclenchement des combats et les objectifs des premières attaques. Le 31 janvier 1954, un commando viêt-minh s’est introduit sur la base de Doson (où sont révisés les C-47), pour les détruire. Plusieurs Dakota sont incendiés ou endommagés ; quelques jours avant la bataille, des commandos ont attaqué des aérodromes français du delta (Gialam le 5 mars, Cat Bi le 6 mars), détruisant plusieurs avions. Les objectifs viêt-minh semblent clairs. Ils visent le potentiel aérien français de ravitaillement et d’intervention sur Diên Biên Phû. Les objectifs de l’artillerie viêt-minh à Diên Biên Phû confirment cette hypothèse." http://www.cairn.info/article_p.php ?ID_ARTICLE=GMCC...

C’est bien ce dont redoute maintenant les forces de l’Alliance, ne pas tomber dans le même piège 55 ans après !
Mais qu’en est-il alors de l’avenir de la base américaine de Manas, qui est située au Kirghizstan, est qui contitue un point essentiel pour permettre la continuité de l’approvisionnement des forces de l’Otan en Afghanistan ? Pourquoi le président Koumanbek Bakiev a-t-il annoncé la fermeture de cette base ? Il semblerait que ce dernier ait fait cette annonce après une visite à Moscou où il aurait obtenu un prêt de quelques milliards de dollard, une aide dans le secteur de l’énergie et un coup d’éponge sur l’ardoise des dettes du pays...

Cette nouvelle est d’autant plus inquiêtante pour les forces de l’Otan car la Passe de Khyber, dont nous parle très bien le site de Royal Artillerie : "Au moment où la base américaine de Manas, au Kirghizstan, s’avère cruciale pour la poursuite de l’opération de l’OTAN en Afghanistan, le président kirghiz Kourmanbek Bakiev a annoncé sa fermeture, mardi 4 février, lors d’une visite à Moscou. Quelques minutes plus tôt, il avait obtenu de la Russie un prêt de 2 milliards de dollars, une aide supplémentaire de 150 millions, des investissements russes dans le secteur de l’énergie et l’effacement de la dette de son pays. " N’oubliez-pas de jetter un coup d’oeil attentif sur les cartes : http://royalartillerie.blogspot.com/2008/11/la-passe-de-k...

On comprend donc le très grand interêt stratégique de cette voie de communication, ce qui n’a pas échappé aux taliban, qui après avoir lançés des attaques contre les camions de ravitaillement ces derniers mois : " Après le détournement, le 10 novembre 2008, de 13 camions chargés d’aide militaire occidentale, les autorités pakistanaises de la région tribale de Khyber ont bloqué la route menant de Peshawar à la passe.Les convois de camions recommenceront à circuler sous escorte militaire, a déclaré à Reuters un responsable de la région de Khyber, l’une des sept régions tribales semi-autonomes du Pakistan. "Désormais, ils seront escortés par des véhicules et des membres des services de sécurité", a déclaré ce responsable, Fida Mohammad Bangash." PESHAWAR, Pakistan (Reuters).

Les talibans ont maintenant fait directement sauter le pont il y a quelques jours : " En dépit de ses multiples opérations, l’armée ne parvient pas à venir à bout de la résistance. Situé à 23 km à l’ouest de Peshawar, le pont métallique de 30 m de long a explosé après minuit et, selon les autorités, tout le trafic routier a été interrompu. Les islamistes ont accru leurs attaques contre cette voie stratégique l’an dernier."

Aux vues de ces élements, on peut penser que la stratégie mise au point semble un peu plus complexe qu’une vague successions d’escarmouches isolées. On peut y voir les préparatifs d’une plus grande offensive pour le printemps car il ne faut pas oublier que l’Afghanistan est de venu, depuis les années 80, le terrain de tension idéal pour les nostalgiques de la guerre froide , comme nous l’explique cet article dans Le Point : " La plus importante opération d’envoi d’armes de la CIA fut le pipeline à l’échelle mondiale qui approvisionnait les moudjahidine, les saints guerriers d’Afghanistan qui luttaient contre les 110 000 hommes de l’armée d’occupation soviétique. Cela commença sous Jimmy Carter, en janvier 1980. Comme il s’agissait d’une idée de Carter, Casey ne s’y rallia pas de bon coeur-pas au début, en tout cas. Mais il comprit bientôt l’occasion qui se présentait.« J’étais le premier chef d’antenne envoyé à l’étranger avec cette merveilleuse consigne : "Allez tuer des soldats soviétiques", relata Howard Hart, arrivé au Pakistan pour occuper ce poste en 1981. Imaginez un peu ! J’étais ravi. » Noble objectif. Pourtant, la mission ne consistait pas à libérer l’Afghanistan : personne ne croyait vraiment les Afghans capables de l’emporter. "

P.S.
Je tiens à remercier spécialement morice, rédacteur d’Agoravox, pour son aide, ses infos, qui m'ont permis la réalisation de cet article.

18:23 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu