Avertir le modérateur

16/02/2009

colision sous-marin

Pendant son retour de patrouille, le Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins (SNLE) Le Triomphant a heurté, en plongée, un objet immergé. Il s'agit, probablement, d'un conteneur. Le dôme sonar, situé à l'avant, a été endommagé. "Cet incident n'a provoqué aucun blessé dans l'équipage et n'a mis en cause la sécurité nucléaire à aucun moment", assure la Marine nationale. "Le sous-marin est rentré par ses propres moyens à L'ile Longue, escorté, comme il est d'usage dans les phases de départ et de retour, par une frégate".
Long de 138 mètres pour un déplacement de 14.000 tonnes en plongée, Le Triomphant embarque 16 missiles balistiques M45.
En permanence, la Marine nationale compte un SNLE à la mer, assurant ainsi la continuité du dispositif de dissuasion nucléaire du pays. Outre le Triomphant, la Force Océanique Stratégique (FOST) compte deux autres SNLE, les Téméraire et Vigilant. Un quatrième bâtiment, Le Terrible, est en essais pour une mise en service l'an prochain.
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=109462

 

LONDRES (AFP) — Deux sous-marins à propulsion nucléaire, l'un britannique l'autre français, sont entrés en collision début février dans l'océan Atlantique, a rapporté lundi le tabloïd britannique The Sun.

Selon le journal, le HMS Vanguard britannique et le Triomphant français ont tous deux été endommagés dans l'incident, mais il n'a pas été fait état d'avaries sur les installations nucléaires des bâtiments. Le sous-marin britannique a été remorqué vers Faslane, en Ecosse, pour des réparations.

Les submersibles - transportant au total à eux deux environ 250 marins - étaient tous deux en plongée et en missions séparées quand ils sont entrés en collision le 3 ou 4 février, assure le quotidien.

Le ministère britannique de la Défense a refusé tout commentaire sur des opérations sous-marines, mais un porte-parole a assuré pouvoir "confirmer que la capacité de dissuasion britannique n'a été affectée à aucun moment et que la sûreté nucléaire n'a pas été mise en péril".

Le HMS Vanguard est l'un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de la Marine britannique.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hl2lLL...

 

L'information est tirée du tabloïd britannique The Sun. Deux sous-marins à propulsion nucléaire, l'un britannique l'autre français, seraient entrés en collision début février dans l'océan Atlantique. Vendredi 6 février, le ministère de la Défense français avait annoncé que le sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), le Triomphant, avait heurté "en début de semaine" un "objet immergé" alors qu'il était en plongée, mais avait pu regagner par ses propres moyens la base de l'Ile-Longue (Finistère). Mais, selon la marine nationale, le bâtiment français, dont le sonar avait été endommagé, avait heurté  "probablement un conteneur" (lire notre article).

S'agit-il du même incident ? La version avancée par l'édition de lundi du journal anglais diffère en tout cas sensiblement. Le HMS Vanguard britannique et le Triomphant français auraient tous deux été endommagés dans l'incident, mais il n'a pas été fait état d'avaries sur les installations nucléaires des bâtiments. Le sous-marin britannique aurait été remorqué vers Faslane, en Ecosse, pour des réparations. Les submersibles -transportant au total à eux deux environ 250 marins- étaient tous deux en plongée et en missions séparées quand ils sont entrés en collision le 3 ou 4 février, assure le quotidien.

"Permanence à la mer" assurée

Le ministère britannique de la Défense a refusé tout commentaire sur des opérations sous-marines, mais un porte-parole a assuré pouvoir "confirmer que la capacité de dissuasion britannique n'a été affectée à aucun moment et que la sûreté nucléaire n'a pas été mise en péril". Le HMS Vanguard est l'un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de la Marine britannique.

Le 6 février, la Marine française avait de son côté assuré que la "permanence à la mer" de la composante sous-marine de la dissuasion nucléaire restait "assurée". Au moins un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), doté de l'arme nucléaire, est en permanence en mer. La France compte actuellement trois SNLE, en attendant l'entrée en service en 2010 du Terrible.

http://tf1.lci.fr/infos/monde/europe/0,,4257496,00-y-a-t-...

 

Collision sans gravité entre un sous-marin japonais et un bateau de pêche

 

Par Rédacteur en chef.
Publié le 12 janvier 2009, dernière mise à jour le 12 janvier 2009.

 

Un sous-marin japonais qui remontait en surface et un bateau de pêche sont entrés samedi en collision, sans gravité, au large de Kirishima (préfecture de Kagoshima), mais personne n’a été blessé, a annoncé la Garde Côtière du Japon.

 

 

Le sous-marin Oyashioeffectuait un exercice d’entraînement au moment de l’accident qui s’est produit samedi à 20 heures. Le bateau de pêche avait à son bord un officier de la marine japonaise qui participait à la veille, justement pour prévenir toute collision entre le sous-marin et les autres navires pendant l’exercice, a ajouté la garde côtière.

Après l’incident, le bateau de pêche a rejoint par ses propres moyens une base de la marine japonaise.

 

Référence :

Japan Times

 

Collision entre un sous-marin américain et un pétrolier japonais en mer d'Oman

C. F.-M. (AVEC AFP)
15/10/2007 | Mise à jour : 06:28
| Ajouter à ma sélection
L'USS NEWPORT NEWS, un sous-marin américain à propulsion nucléaire, et le Mogamigawa, un pétrolier battant pavillon japonais, sont entrés en collision hier, au sud du détroit d'Ormuz. Le commandement de la Ve flotte américaine, basée à Bahreïn, a vite précisé qu'« aucun marin américain ou membre d'équipage du navire japonais n'avait été blessé » et que le système de propulsion du sous-marin ne semblait pas avoir « été affecté par la collision ».
D'une longueur de 110 m, le bâtiment américain, qui compte un équipage de 127 hommes, est basé à Norfolk, en Virginie. Il naviguait dans le cadre d'« un déploiement régulier » dans un secteur relevant du commandement central américain pour les opérations de sécurité maritime, selon le communiqué de la Ve flotte.
Un précédent plus dramatique
De son côté, le ministre japonais des Transports, Tetsuzo Fuyushiba, a indiqué que la collision ne semblait pas avoir provoqué de « fuite d'hydrocarbures ». Affrété par la compagnie Showa Shell, le pétrolier japonais reste « en état de naviguer par ses propres moyens » et, avec à son bord 24 membres d'équipage, il fait route vers un port des Émirats arabes unis.
Tokyo, qui garde le souvenir d'un accident autrement plus dramatique au début de l'année 2001, a demandé au gouvernement américain d'ouvrir une enquête. Le 9 février 2001, un sous-marin américain à propulsion nucléaire, le Greenville, avait coulé un bateau école de pêche japonais, l'Ehime Maru, lors d'une remontée rapide au large des îles Hawaii, dans l'océan Pacifique.
Un civil aux commandes
Neuf des 35 personnes à bord du Ehime Maru, dont quatre élèves de 17 ans, avaient trouvé la mort. Informé du naufrage, le premier ministre japonais d'alors, Yoshiro Mori, déjà au plus bas dans les sondages, (9 % ) n'avait pas jugé bon d'interrompre sa partie de golf. Quatre jours plus tard, le scandale s'amplifiait quand les Américains révélaient que l'équipage du sous-marin nucléaire n'était pas aux commandes au moment de l'incident. C'est un civil, invité à bord avec seize autres personnes dans le cadre d'une opération de relations publiques de la marine américaine, qui avait effectué la manoeuvre de remontée en surface­.
http://www.lefigaro.fr/international/2007/01/10/01003-200...

WASHINGTON, 10 fév (AFP) - L’accident du sous-marin américain à propulsion nucléaire USS Greeneville, entré en collision vendredi avec un navire-école de pêche japonais au large d’Honolulu, est le premier incident grave impliquant un sous-marin nucléaire depuis la tragédie du Koursk, en août 2000.

Voici les principaux accidents de sous-marins à propulsion nucléaire ces dernières années :

12 août 2000 : Le sous-marin russe à propulsion nucléaire Koursk sombre après une explosion par 108 mètres de fond, en mer de Barents. Ses 118 marins y trouvent la mort. Le Koursk transportait aussi 24 missiles. Les autorités russes écartent tout risque de contamination nucléaire.

8 mai 1996 : une collision entre un sous-marin nucléaire d’attaque américain, l’USS Jacksonville, et un cargo saoudien dans l’Atlantique, au large de la base navale américaine de Norfolk (Virginie, est), provoque des dégâts matériels sur les deux bâtiments, mais ne fait pas de victime.

30 mars 1994 : dix marins trouvent la mort suite à une explosion à bord du sous-marin nucléaire d’attaque français Emeraude, en plongée au large de Toulon (sud de la France).

18 août 1993 : une collision entre le sous-marin nucléaire d’attaque fançais, le Rubis, et le pétrolier Lyria, appartenant à Shell-France, au large de Toulon, provoque des dégâts estimés à 30 à 40 millions de francs et une légère pollution pétrolière.

7 avril 1989 : incendie à la suite d’une explosion à bord d’un sous-marin soviétique nucléaire de classe Mike. Le Komsomolets coule à 500 km de la Norvège : 42 morts d’après Moscou.

9 avril 1981 : collision entre le sous-marin nucléaire américain « George Washington » et le cargo japonais « Nissho Maru » à l’est de la mer de Chine, 2 morts à bord du cargo.

13 juin 1973 : collision en mer du Japon entre un sous-marin nucléaire soviétique et un navire de surface, sans autre précision - 27 morts.

12 avril 1970 : selon le Pentagone, un submersible nucléaire soviétique du type November disparaît au large des côtes d’Espagne dans l’Atlantique. Au moins 88 marins soviétiques auraient trouvé la mort.

21 mai 1968 : le sous-marin nucléaire américain Scorpion disparaît entre les Açores et la côte est des Etats-Unis : 99 morts.

10 avril 1963 : le Thresher, sous-marin atomique américain, disparaît au large des côtes de la Nouvelle Angleterre : 129 morts

08:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu