Avertir le modérateur

06/08/2009

En Nouvelle-Calédonie, c'est la politique du tout-répressif qui conduit à ces violences

Quatre manifestants et deux gendarmes blessés en Nouvelle-Calédonie

Le conflit social mené par les syndicalistes de l'UTSKE se poursuit.

Deux gendarmes et quatre manifestants ont été blessés mercredi lors de nouveaux affrontements ayant opposé manifestants et forces de l'ordre en Nouvelle-Calédonie, a-t-on appris de sources concordantes, qui rapportent également l'arrestation de treize personnes. Les troubles les plus importants ont été constatés à la tribu de Saint-Louis, dans la périphérie de Nouméa, où des jeunes et des adhérents du syndicat indépendantiste USTKE avaient dressé des barrages avec des pneus enflammés, a indiqué la gendarmerie.

Les gendarmes dépêchés sur place ont essuyé des tirs, et l'un d'eux a été blessé à la cuisse par un tir de chevrotine. Un autre a reçu un boulon au visage, mais n'a pas été gravement touché, a annoncé une porte-parole du haut-commissariat de Nouvelle-Calédonie. Quatre manifestants ont également été blessés dans ces heurts, a précisé la même source.

Vu la tournure des évènements, les forces de l'ordre se sont ensuite repliées tandis qu'en fin de journée, les émeutiers barraient à nouveau la route et caillassaient les voitures circulant à proximité. Des jets de pierre ont également été constatés à la cité de Montravel, au nord de Nouméa, où les forces de l'ordre sont intervenues en fin de journée en tirant des grenades lacrymogènes, selon la radio.Un total de treize personnes ont été interpellées dans la journée.

Depuis une semaine, un climat d'instabilité règne en Nouvelle-Calédonie, où l'USTKE (Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités) multiplie les actions pour protester contre l'emprisonnement de son président, Gérard Jodar, et l'enlisement d'un conflit social au sein de la compagnie aérienne locale, Aircal.

«Aircal est un prétexte. Ce qui est fondamentalement recherché par l'USTKE, c'est de créer de la tension», a déclaré le haut-commissaire, Yves Dassonville. Louis Kotra Uregei, leader du Parti travailliste, émanation politique de l'USTKE, a appelé à la «poursuite de la mobilisation», accusant M. Dassonville «d'attiser le feu de la confrontation».

«L'USTKE est aujourd'hui devenu un abcès, qui gangrène l'ensemble des relations sociales et des relations syndicales. Un abcès, ça se traite. Il faut l'enlever avec un bistouri. Et je crois que le Haut-commissaire est en train de cureter l'abcès, au fond», a pour sa part déclaré le député UMP, Pierre Frogier.

Mardi, le syndicat a mené des opérations de blocage de zones industrielles, qui se sont soldées par 11 arrestations au lendemain d'affrontements ayant fait une trentaine de blessés parmi les gendarmes.

(Source AFP)

 

 

«L’USTKE a le droit au respect»

Louis Kotra Uregei, leader du Parti travailliste en Nouvelle-Calédonie, estime que le gouvernement, en méprisant les syndicats, est à l'origine du climat de tension qui règne à Nouméa.

Recueilli par MATTHIEU ÉCOIFFIER

Les affrontements se sont poursuivis aujourd'hui en Nouvelle-Calédonie, notamment aux abords du quartier populaire de Monreval au nord de Nouméa, où plus d’un milliers de jeunes ont caillassé un convoi de camions escorté par les forces de l’ordre. Louis Kotra Uregei, leader du Parti travailliste, émanation politique du syndicat USTKE et figure indépendantiste -il fut le signataire des accords de la rue Oudinot prévoyant en annexe des accords de Matignon (1988) un rééquilibrage économique en faveur des populations locales - a rencontré hier Philippe Gomes, président du gouvernement local (droite). Il répond aux questions de Libération.

Comment s’est passée cette réunion?

M. Gomes essaye de rapprocher les différents points de vue. Des contacts ont lieu depuis mardi. Je m’associe à cette tentative de trouver des convergences entre les différents partenaires.

Comment analysez-vous la situation?

Depuis son arrivée il y a deux ans, le Haut-Commissaire Yves Dassonville a voulu jouer au Zorro en s’en prenant continuellement à l’USTKE. Il a tenté de provoquer une ghettoïsation du syndicat. Par une répression systématique et, dernièrement, en encourageant l’intransigeance du patron d’Aircal. Il a par ailleurs eu des mots très durs, traitant les syndicalistes de «voyous», de «bandits», voire de «terroristes». En tant que président du parti travailliste, je condamne l’attitude du haut-commissaire. C’est pour cette raison que je refuse de le rencontrer. L’USTKE a le droit au respect, au même titre que toute organisation syndicale. Que le leader de l’USTKE -Gérard Jodar- soit poursuivi puis incarcéré sur un motif aussi léger que celui «d’entrave à la circulation des aéronefs» c’est un coup monté. Ils ont tout fait pour qu’il se retrouve en prison.

Pourquoi les jeunes des quartiers se mobilisent-ils avec les salariés de l’USTKE?

Dans un pays aussi sensible que la Nouvelle-Calédonie, voilà où l’intransigeance du Haut-commissaire nous mène. Il a mal apprécié l'importance de l'USTKE. Et se retrouve aujourd'hui dépassé par la situation. Ce n’est pas en jouant au va-t-en guerre et en dépêchant des gendarmes armés de flashball et de grenades lacrymogènes que l’on apaisera ce conflit. Puisque c'est la politique du tout-répressif qui conduit à ces violences. Les gens n’ont plus peur. Il y a effectivement des miliers de jeunes dans les rues aux côtés de l’USTKE, mais ce n’est pas le syndicat qui les a appelés! Des camions ont été caillassés. Beaucoup de jeunes s’impliquent car ils en ont marre d’être l’objet de chasses à l’homme. L’argent injecté depuis les accords a permis d’importants investissements d’équipements. Mais l’opulence n’a profité qu’à une toute petite minorité, pas à la population locale.

05/08/2009 à 18h15 Libération

08:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu