Avertir le modérateur

03/09/2009

Christian Poveda - Salvador - La Vida Loca

Vous avez déjà touTEs vuEs ces photos, un film documentaire allait sortir.

 

19145598.jpg

 

 

Le documentariste Christian Poveda tué par balles au Salvador

SAN SALVADOR — Le photographe et réalisateur français Christian Poveda, qui venait de réaliser un documentaire sur la guerre des gangs au Salvador, dont la sortie était programmée au 30 septembre prochain, a été tué au Salvador. Il était âgé de 54 ans.

La police salvadorienne a précisé dans la nuit de mercredi à jeudi que le corps de Christian Poveda a été retrouvé dans une voiture à Tonacatepeque, une région rurale au nord de la capitale salvadorienne. Il a été tué d'une balle dans la tête.

Le président du Salvador Mauricio Funes s'est dit "dévasté" par l'assassinat du documentariste. Le ministre salvadorien de la Sûreté publique Manuel Melgar a déploré un "acte criminel répugnant" et affirmé que la police travaillera "sans relâche" pour retrouver les meurtriers de Poveda.

Christian Poveda vivait au Salvador et avait récemment réalisé "La Vida Loca", un documentaire sur la vie des membres du gang "La 18". Ce docu-reportage montre des images dérangeantes de membres de gang abattus en pleine rue, des membres de leurs familles pleurant sur leurs cercueils ou encore de jeunes femmes également membres d'un gang dont le visage est lourdement tatoué.

Mais ce film est également un plaidoyer contre les méthodes musclées de la police salvadorienne pour lutter contre ces gangs, Poveda soulignant que les autorités négligent les conditions socio-économiques qui poussent les jeunes Salvadoriens à se tourner vers la criminalité. Si le documentaire admet que les gangs "sèment la terreur", il s'attache aussi à décrire les membres de ces gangs comme représentatifs des ruptures de la famille au Salvador.

"Nous devons comprendre pourquoi un enfant de 12 ou 13 ans rejoint un gang et donne sa vie pour lui", déclarait Poveda dans une récente entrevue au quotidien salvadorien en ligne "El Faro". "Ces enfants ont des problèmes familiaux terribles ou viennent de familles pauvres qui n'ont pas le temps de prendre soin de leurs enfants."

Poveda s'était rendu pour la première fois au Salvador en tant que photographe pour le magazine américain "Time". Il a également couvert des guerres en Iran, en Irak, au Liban et d'autres pays. Il s'est tourné vers le documentaire dans les années 1990 en concentrant son travail sur les gangs du Salvador.

Le Salvador, qui a l'un des taux de criminalité les plus élevés d'Amérique latine, compte plus de 16 000 membres de gangs. Nombre d'entre eux ont été extradés des Etats-Unis après y avoir purgé des peines de prison.

Christian Poveda

La Vida Loca

publié le 10 avril 2008.


En Amérique Centrale, on les appelle les maras. Ces groupes de jeunes, construits sur le modèle des gangs de Los Angeles, sont devenus redoutables et sèment la terreur au Salvador, entre autres. Les gangs, las maras, constitués de jeunes gens tatoués de la tête aux pieds, voués au trafic d’armes et de drogue colonisent peu à peu l’Amérique Centrale. Un choc frontal, un face-à-face hypnotique et fascinant avec la violence et le désespoir. 26 portraits, 26 gros plans sur les enfants perdus du continent américain, 26 visages marqués par la mondialisation, la paupérisation et les illusions brisées. Sans voyeurisme, avec dignité, la question de l’identité est pleinement posée…

JPEG - 60.6 ko
Christian Poveda - La Vida Loca
© Christian Poveda

C’est à Los Angeles que les jeunes immigrés latinos ont monté les deux principaux gangs qui s’affrontent aujourd’hui en Amérique centrale : la Mara Salvatrucha (dite MS) et la M18 qui ont chacune leur langage codé, leurs rites, leurs tatouages. Elles se haïssent cordialement. Les origines de cette lutte à mort, perdues dans les bas-fonds des barrios hispaniques de Los Angeles, sont oubliées de tous. Mais les raisons du déplacement du « champ de bataille » vers le sud paraissent plus claires. Chaque semaine, un avion fédéral en provenance du Texas ou de Californie, ramène, à San Salvador, une centaine de « déportés » enchaînés à leur siège. Immigrés illégaux pour la plupart, arrêtés après un simple contrôle routier, ou mareros (entre 2 et 5 %), condamnés aux États-Unis et renvoyés une fois leur peine effectuée. Ces expulsions massives contribuent au développement de la MS et de la M18 en Amérique Centrale.

JPEG - 60.7 ko
Christian Poveda - La Vida Loca
© Christian Poveda

 

Christian POVEDA | Vù | LA VIDA LOCA
in collaborazione con Unipol Assicurazioni

 

BIOGRAFIA

Christian Poveda è un fotografo e regista franco-spagnolo.

Il suo impegno politico durante la guerra del Vietnam negli anni ‘70 gli consente di sperimentare la forza delle immagini e il potere che queste possono avere su determinati eventi. È stata questa la spinta che lo ha avvicinato al fotogiornalismo e al documentario. Tutto il suo lavoro è rivolto ad avvenimenti politici e sociali straordinari. La filmografia di Christian Poveda vanta oltre 16 documentari presentati nei principali festival e mercati televisivi mondiali: La Vida Loca è uno di questi, presentato nel 2008 al Festival internazionale del cinema di San Sebastian. I suoi lavori sono apparsi su Actuel, Bunte, Cambio 16, El Pais, Epoca, Figaro Magazine, GEO, Interviù, Express, Observer, Le Monde 2, Mondial Basket, Newsweek, New York Times, Nova Magazine, Panorama, Paris Match, Photo, Picnic, Playboy, Quick, Sete, Stern, Time Magazine e VSD.

LA VIDA LOCA

Paragonate alle “marabundas”, fameliche formiche dell’Amazzonia che divorano tutto quello che trovano sul loro cammino e sul modello delle bande giovanili di Los Angeles, le maras stanno seminando il terrore in tutta l’America centrale e in particolare a El Salvador. La Vida Loca è lo studio di un fenomeno di violenza di importazione americana.

Risultato di un’infanzia terribile e piena di odio, odio per coloro che si sono presi tutto senza restituire nulla. L’odio di chi non ha mai avuto niente. L’odio dello sfruttamento, della sottomissione e dell’umiliazione quotidiana. Un odio che è stranamente accattivante, che incarna la disintegrazione della vita familiare all’interno della società salvadoregna e la disperazione in cui questi giovani sono cresciuti.

La Vida Loca è la vita reale di quelle parti: giovani che soffrono, che ci sfidano, che ci guardano con supponenza, che si offendono e che ci detestano. Nonostante questa visione del male nutra le nostre paure e generi incubi, c’è la speranza che questo documentario invochi la nostra compassione e ci porti a interrogare sulla nostra idea del mondo. E così, come animali intrappolati, questa generazione perduta risponde con pessimismo, rivolta e morte. Assenza totale di comunicazione.

La Vida Loca è un documentario sulla solitudine umana assoluta.

 

PREMIERES MONDIALI

- Festival de San Sebastian - International Film Festival, Spagna
- "Visa Pour l'Image" - International Festival of Photojournalism, Perpignan, Francia
- Festival Internacional de Cine de Morelia, Messico
- Festival Internacional San Luis Cine (Argentina)
- Festival du Scoop et du Journalisme d'Angers (Medaglia d’onore), Francia
- IDA's 2008 IDA Documentary Awards Competition
- Pare Lorentz Award Finalists (USA)
- Festival Internacional del Nuevo Cine Latinoamericano de La Habana. (Menzione speciale al Prix documentaire de la Mémoire), Cuba
- DocPoint, Helsinki Documentary Film Festival, Helsinki, Finlandia
- Göteborg Film Festival, Göteborg, Svezia
- Ambulante 2009, festival del documentario itinerante, Messico
- Festival Internacional de Cine en Guadalajara, Messico
- Cinema Novo Festival, Bruges, Belgio

http://www.artefotofestival.org/ita/fotografi/christian_poveda.html

 

17:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu