Avertir le modérateur

09/09/2009

Tjostolv Moland Joshua French - RD Congo - barbouzes - contractors

Deux Norvégiens accusés du meurtre d'un Congolais et d'espionnage, début mai dans le nord-est de la RD Congo, ont été condamnés à mort par un tribunal militaire, a appris l'AFP auprès de leur avocat et du ministère public.

Tjostolv Moland, 28 ans et Joshua French, 27 ans, deux ex-militaires "ont été condamnés à la peine capitale" pour avoir tué le 5 mai le chauffeur d'un véhicule 4x4 qu'ils avaient loué à Kisangani, capitale de la Province orientale, a déclaré à l'AFP Me Guillaume Likwela, l'un des avocats des accusés, joint au téléphone.

"C'est une décision de justice, mais une décision dont l'argumentaire ne repose pas sur des preuves irréfutables sauf les déclarations de la partie civile", a déploré à l'AFP Me Likwela, regrettant que le procès ait eu lieu sans interprète, dans une langue, le français, que ne parlent pas ses clients.

Les deux condamnés ont toujours plaidé non coupable.

Le lieutenant-colonel Roger Wabara, qui a requis les peines, a de son côté indiqué à l'AFP que "les condamnés sont des gens qui ont refusé de parler depuis le début du procès, respectant les consignes de leurs avocats".

La Norvège conteste

La peine de mort, si elle peut encore être requise, n'est toutefois plus appliquée et est commuée en prison à perpétuité en RD Congo, où les tribunaux militaires sont compétents pour les affaires avec usage d'armes à feu.

Les condamnés ont cinq jours pour faire appel.

Oslo a aussitôt dénoncé ce verdict, rappelant que "la Norvège est par principe opposée à la peine capitale".

Lors du prononcé du verdict, les deux Norvégiens ont affirmé avoir été attaqués par des bandits alors qu'ils étaient en repérage pour faire venir des touristes dans la région.

Autres condamnations

D'autre part, le tribunal les a condamné pour détention illégale d'arme de guerre, vol à main armée et association de malfaiteurs. L'un est aussi poursuivi pour tentative d'assassinat sur deux autres personnes, et l'autre pour complicité.

D'autres parties civiles, comme la famille et les proches de la victime, l'association des chauffeurs ou le propriétaire de la voiture devront être indemnisés à hauteur de 500. 000 dollars, selon le verdict du tribunal.

Joshua French a été arrêté le 9 mai dans la réserve d'Epulu, située à près de 200 km de Kisangani. Cette réserve abrite des okapis, un mammifère rappelant à la fois la girafe et le zèbre, menacé et victime du braconnage, et vivant exclusivement dans le nord-est de la RDC.

Tjostolv Moland a été arrêté le 11 mai dans le district de l'Ituri, à quelque 500 km de Kisangani. Ce dernier avait créé une société de sécurité basée à Kampala, en Ouganda, et où travaillait également Joshua French.

http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20090908T160335Z/-justice-meurtre-Norvege-Tjostolv-Moland-Deux-Norvegiens-condamnes-a-mort.html

 

Deux Norvégiens condamnés à mort

par  RFI

Article publié le 08/09/2009 Dernière mise à jour le 08/09/2009 à 19:41 TU

Tjostolv Moland, 28 ans, et Joshua French, 27 ans, accusés d'avoir assassiné leur chauffeur congolais, ont été condamnés à mort ce mardi. Le verdict a été prononcé par le tribunal militaire de Kisangani dans le Nord-est du pays. Les deux Norvégiens ont également été reconnus coupables d'espionnage et de détention illégale d'armes de guerre. Le tribunal a par ailleurs ordonné aux deux hommes et à la Norvège de verser l'équivalent de 60 millions de dollars à l'Etat congolais et plusieurs dizaines de milliers de dollars d'indemnités à la famille de la victime. Cette sentence a aussitôt été dénoncée par le gouvernement norvégien.

Tjostolv Moland (g) et Joshua French (d), condamnés à mort par le tribunal de Kinsangani, au Congo.(Photo : Thomas Hubert / Reuters )

Tjostolv Moland (g) et Joshua French (d), condamnés à mort par le tribunal de Kinsangani, au Congo.
(Photo : Thomas Hubert / Reuters )

Joshua French et Tjostolv Moland sont apparus barbus, les cheveux en bataille, devant le tribunal militaire de Kisangani qui les a condamnés à la peine capitale pour le meurtre, le 5 mai dernier, de leur chauffeur Abedi Kasongo. Si pendant toute la durée du procès, les deux accusés qui plaidaient non coupables sont restés silencieux, le verdict a suscité des acclamations dans la salle d'audience.

Pour l'un des juges chargés de l'affaire, il n'y a aucun doute sur la culpabilité des deux Norvégiens. Selon lui, contrairement à ce qu'affirment les prévenus, les deux hommes ne sont pas des touristes mais des militaires toujours en activité et s'ils ne se sont pas présentés à la police aussitôt après les faits, cela prouve qu'ils avaient bien quelque chose à se reprocher. D'après ce magistrat, une preuve irréfutable a été présentée à l'audience : une photo où l'on voit l'un des deux hommes souriant essuyant le sang du chauffeur sur la banquette du véhicule.

Joshua French et Tjostolv Moland ont de leur côté toujours clamé qu'ils avaient été attaqués par des bandits près de Kisangani. Selon l'un de leurs avocats, leur condamnation repose uniquement sur les accusations de la partie civile. D'après lui, ses clients réfléchissent actuellement à la possibilité de faire appel. Ils disposent de cinq jours pour cela. Sinon leur peine pourrait être commuée en prison à perpétuité, la peine de mort n'étant en pratique plus appliquée en RDC.

 

European 'mercenaries' face death penalty in Congo

Verdict expected this week in case of two Norwegians accused of murder and spying in Democratic Republic of Congo

Two alleged mercenaries from Europe are facing the death penalty in the Democratic Republic of Congo after being accused of murder and spying.

Looking pale behind unkempt beards, Joshua French, 27, and Tjostolv Moland, 28, both from Norway, were charged with murder, attempted murder, espionage, conspiracy and armed robbery after their driver was found dead with a gunshot wound to his head in May this year.

"May it please the garrison military court to say that the accusations against Tjostolv Moland and Joshua [French] are established and to sentence them ... to the death penalty," the prosecutor, Major Jean Blaise Bwa Mulundu, told the court last week, according to Reuters.

Norway has strongly expressed concerns that the men are not receiving a fair trial. French himself said: "I don't think any recognised nation would accept this trial in any way or accept any of the evidence."

A murky chain of events led the two men to the grim military courtoom of Kisangani in the lawless east of Congo.

French and Moland were reportedly in the country to set up their own security company. The website Private Military Herald, which monitors the private security industry, claimed that Norwegian military ID cards, counterfeit UN hats and employee ID badges with both correct and false names were found by police at an apartment shared by the two men in Uganda.

The employee badges were believed to use the logo of a Norwegian security company, Special Interventions Group (SIG), on false pretences. A source at SIG said: "We were supposed to have a partnership with these guys a year ago but it didn't happen. They decided to try it for themselves and start their own company. Unfortunately they chose our name and used our ID cards."

The source added: "We don't believe for a second these guys killed anyone. They're just kids who went abroad, tried to think big and set up a company. I don't have a bad word to say about them. They loved Africa and they did not want to be mercenaries."

French and Moland had previously served in Norway's armed forces. Norwegian diplomats say there has been no contact between the accused and their country's military or any other official organisation since 2007.

It is not clear what the two accused were doing in the area. Former soldiers are frequently taken on by private security companies who have stepped up interest in the region due to oil discoveries under Lake Albert, which lies on the border between Congo and Uganda.

French and Moland have said that 47-year-old driver Abedi Kasongo was shot and killed when their car was attacked by gunmen on the road, 60 miles east of the town of Kisangani.

The men were travelling in Congo's north-eastern Orientale province, which is still unstable and plagued by armed groups six years after the country's war officially ended. But the region is starting to attract investors after the discovery of billions of barrels of oil on the Ugandan side of the border by London-listed Tullow Oil and Heritage Oil.

The prosecution demanded last week that Norway pay Congo $500bn in damages over the incident.

Mulundu requested the death penalty for each of the five charges against the two defendants. The verdict is expected to be handed down by the military court this week.

http://www.guardian.co.uk/world/2009/sep/01/congo-accused-norwegians-death-penalty

10:42 | Lien permanent | Commentaires (3) |

Commentaires

bjr, je suis vraiment désolé que la Norvège soit très satanique. Le COngo RDC ffest un pays béni. A l'avocat des accusés de faire gaf. je vous enmerde

Écrit par : Charles | 26/11/2009

Il n'est effectivement pas faux de dire que le Congo RDC n'est pas vraiment un pays béni...à qui la faute ?
Pas de nouvelles plus précises de ces deux personnes ? Pas beaucoup d'info du côté de la presse...
Insulter ne va pas servir à grand chose...

cordialement

Écrit par : fred | 26/11/2009

Ils sont innocents, mais ce sont deux pauvres imbéciles qui ont ignoré que l'Afrique des rebelles n'aime pas les blancs ... Et ... Il ne fallait pas jouer avec eux ...
Je souhaite leur libération et acquittement ...
Leur famille est dévastée ... Et tous les autres qui leurs sont liés sont complètement détruits, anéantis dans leur Honneur ...
Je souhaite que tout revienne dans l'ordre pour tous.

Écrit par : Zara | 15/04/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu