Avertir le modérateur

16/09/2009

Strasbourg :Il faut aider les habitants du squat de rue de l’Abbé-Lemire

Les occupants du squat rue de l’Abbé-Lemire ont choisi la vie en communauté mais sont sous le coup d’une décision d’expulsion. Les occupants du squat rue de l’Abbé-Lemire ont choisi la vie en communauté mais sont sous le coup d’une décision d’expulsion.

Salut / hallo / hi

Ce message s'adresse aux personnes de Strasbourg c'est au sujet d'une expulsion d'un squat à Strasbourg.
Diese nachricht ist für menschen von straßburg ist der gegenstand einer Ausweisung eines hocken in Straßburg.
This message is for people of Strasbourg is the subject of an expulsion of a squat in Strasbourg.

Un des deux squats de Strasbourg est en voix d'expulsion, La limite légale est fixé au 1 octobre 2009.
Suite aux expulsions violentes qui se sont effectuées dernièrement en France (voir les exemples à la fin du message), il est fortement envisageable que les chiens du RAID ou de la BAC  feront encore une fois le sale boulot.
Pour que la fin du squat ne se fasse pas dans le silence et pas sans résistance (oui je suis pessimiste ! ) les personnes habitants le lieu ont décidées de résister et de le faire savoir. La Legal Team est, il me semble, à même de ramener sa science, pour conseiller et couvrir de l'extérieur la défense des futures accusés/victimes.
Pour prendre contact et pour organiser la riposte une réunion et organisée le Samedi 19 Septembre a partir de 15h au 8, rue de l'Abbé LEMIRE.
Vous n'êtes pas obligé de venir en tant que LT, mais vous pouvez venir avec vos projets ArtisticoPoliticoCréativoDeliroEcolobidouilloGéniaux.

http://bonneuil.parti-socialiste.fr/files/violences-policieres.jpg

Chère toutes et tous, Habitants de Strasbourg & Alentours

Nous venons a vous pour vous avisé de notre situation désormais critique,
Au sein de La Belle Mire, nous avons le malheur de vous annoncez collectivement l'imminence d'une très probable expulsion

Notre Adjoint au Maire préféré, aussi connu sous le nom de Mr Philippe BIES, nous aura contraint et forcé a quitter les lieu d'ici au début du mois d'octobre, aux environs du 05.
Ce qui coïncidera avec la date d'ouverture du lieu un an auparavant..

Nous avons donc le plaisir de vous inviter a une réunion/apéritif/disscussion préparatoire en vue de l'organisation d'événements au sein du lieu.
Effectivement nous souhaitons réunir les énergies en présence afin de proposer une semaine entière d'ouverture a des actions artistique pluridisciplinaire(concerts, expositions, performance, lecture, projection...).

Qui se dérouleront du Dimanche 27 Septembre 2009 au Dimanche  03 Octobre 2009.

Pour ce faire nous vous accueillerons ce Samedi 19 Septembre a partir de 15h au 8, rue de l'Abbé LEMIRE ( Arrêt de tram C : Montagne Verte )
Toutes les propositions et bonnes volontés sont les bienvenues.
A samedi !!!

Les Habitants et Satellites de La Belle Mire.

PS : N'hésitez pas a faire circuler cette appel autours de vous !

Merci d'avance

 

 

Rappel des violences policières (non exaustif):

Expulsion et blessés graves Montreuil juillet

http://numerolambda.files.wordpress.com/2009/07/montreuiljuil09.jpeg

Mercredi 8 juillet à 6H du matin, la police et le Raid ont procédé à l’expulsion de la Clinique occupée, 42 boulevard de Chanzy à Montreuil,
Suite du texte ici :
http://montreuilriposte.blogspot.com/2009/07/squat-expuls...

Expulsion interpellation et perquisition au squatt Rennes septembre
D’un côté, une vingtaine de policiers, flash-balls et flingues en main. De l’autre, cinq jeunes, encore couchés, tout surpris par cette débauche de moyens policiers. Le temps d’être expulsés de leur lit et de comprendre ce qui leur arrivait, ils sont déjà perquisitionnés et contrôlés.Les policiers partent en emportant appareils photos, papiers, disques durs, ordinateurs portables. Et embarquent un des habitants du lieu, « connu des services de police » pour avoir déjà servi d’exemple dans une petite affaire liée à l’occupation de l’université Rennes 2 l’an passé. Le tout, il faut le préciser, SANS MÊME EXPOSER LE MOTIF DE CETTE INTERVENTION ...
Suite du texte ici :
http://nantes.indymedia.org/article/18114


Expulsion du camp de sans abris en avril à Strasbourg.
Pierre-Étienne Bisch est le nouveau préfet de notre région. Il  n’a pas mis bien longtemps pour montrer les dents. C’est sur les pauvres d’entre les pauvres, qu’il a lâché sa meute, sur le campement des EDQ, dans la nuit du 27 avril.
Suite du texte ici :
http://strasbourgcurieux.com/libre_cours/2009/04/29/avec-...

 

 

Ainsi squattent-ils
Avec ses quelque 11 000 logements inoccupés – 8% du parc immobilier privé –, Strasbourg apparaît comme un terrain privilégié pour les squatteurs.

Nombre de squats sont peu organisés et éphémères. Le temps pour les occupants de trouver autre chose », assure Monique Maitte, porte-parole du collectif SDF Alsace.
Le quartier Koenigshoffen-Montagne Verte accueille deux squats organisés et, par conséquent, bien connus de la mairie. 0Rue de l’Abbé-Lemire, ils sont huit à vivre dans les locaux d'un ancien jardin d’enfants. Installés depuis l’automne dernier, les « squatteurs » – comme ils n’aiment pas qu’on les appelle – ont fait leur chez-eux de cette maison laissée à l’abandon pendant plus d’un an et demi. Ils n'ont pas hésité à retaper les lieux, histoire de pouvoir y vivre, bien sûr, mais aussi d’y organiser leurs soirées débats, projections ciné ou répétitions destinées aux nombreux musiciens qui gravitent autour de ce lieu de solidarité.

« On est là par choix »

Cet après-midi de mai, quelques-uns dessinent une yourte à l’aide d’un architecte, tandis que dehors un étudiant, habitué des lieux, s’occupe du potager. « On est là par choix, lance un résident de 23 ans. On ne se sent pas marginalisé. La plupart d’entre nous pourraient vivre ailleurs, dans du « logement légal». Mais ce qui nous intéresse, c’est la vie en communauté, dans un lieu de solidarité. »
« Une situation inacceptable », pour le maire de quartier Eric Elkouby : « Le tribunal d’instance a rendu une décision d’expulsion en avril, j’attends que la préfecture l’exécute. » Très remonté sur ce sujet, stigmatisant « l’attitude provocatrice de ces gens qui s’attribuent le bien public », Eric Elkouby invoque également l’existence de projets pour la maison de l’Abbé-Lemire : « L’associationFemmes de Parole pourrait installer un foyer d’hébergement d’urgence. » (NDLR : Un vote de la CUS, en décembre dernier, va dans le sens de l’installation d’une maison-relais pour femmes sans domicile fixe.) Du côté des squatteurs, on voit dans ces projets un prétexte à une expulsion express.

Rénover le quartier

Et les riverains dans tout ça ? « On n’a aucun problème avec nos voisins, assure un squatteur. Seule une association, Portes de la Montagne Verte, veut nous voir partir. » Valérie Gobyn, présidente de l’association fait valoir qu’elle ne fait que déplorer que la décision de justice ne soit pas appliquée. Tout est dans la nuance.
Au 2, route des Romains, un autre squat perdure malgré un avis d’expulsion vieux de deux ans. Ici, pour la dizaine d’occupants, c’est discrétion et profil bas. Il s’agit de ne pas réveiller l’attention de la municipalité, qui avait pour projet de « requalifier l’entrée de Koenigshoffen ».
Si l’association artistique que les squatteurs avaient créée continue d’exister, sa publicité se limite au cercle des initiés. Dans tous les cas, la destruction du bâtiment est dans les cartons de la mairie : « On souhaite rénover cette entrée de quartier, y réaliser de nouvelles constructions. Et ça passe par la destruction de la maison », assure Eric Elkouby. L’adjoint PS fustige l’attentisme de ses prédécesseurs qui, selon lui, ont laissé la situation se gangrener. Face aux squats, l’heure est à la réactivité. « Aujourd’hui, confirme Monique Maitte, dès qu’un squat tente de se créer, la municipalité procède à des expulsions. On ne veut pas qu’ils aient le temps de prendre leurs aises. »
Par ailleurs, la porte-parole de SDF Alsace dénonce l’attitude ambiguë de la mairie : « Route du Polygone, il y a un squat mal famé, fréquenté principalement par des drogués. Là, la mairie laisse couler : elle préfère qu’ils restent entre eux ».

Expulsion musclée

SDF Alsace essaye « d’éduquer les politiques aux squats ». Mais trouve qu’ils sont surtout prompts à expulser : l’avancée des projets de remplacement laisse à désirer. En octobre 2006, les 27 occupants du squat du 204 route de Schirmeck, avaient été évacués manu militari par 144 policiers. La précédente municipalité a racheté le site, détruit le bâtiment avec la volonté d’y installer « un projet immobilier d'habitat mixte », une zone alliant commerces et logements privés. Aujourd’hui, si, selon la Ville de Strasbourg, « les permis de construire pour un plan immobilier sont en route », le « 204 » reste un terrain vague.


Anastasia LEVY
Vincent RUCKLY

08:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu