Avertir le modérateur

11/11/2009

Hervé "banco" Morin - Commission consultative du secret de la défense nationale - le Bugaled Breizh

"Sur la question du secret-défense en général, Hervé Morin a assuré que depuis qu'il était au ministère de la Défense, "à chaque fois que la commission du secret de la défense nationale (lui) a demandé de (le) lever", il l'avait "fait" Le Nouvel Obs.

Composition de la CCSDN.(wiki)

Celle-ci est actuellement composée de cinq membres : trois sont nommés par le Président de la République, un par le président de l’Assemblée nationale et un par le président du Sénat.

Les magistrats et le conseiller d'État sont nommés par le président de la République pour une durée de 6 ans non renouvelable.

 

EXPOSÉ GÉNÉRAL

Mesdames, Messieurs,

Votre commission des lois s'est saisie pour avis du chapitre VI (articles 12 à 14) concernant le secret de la défense nationale au sein du projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2009 à 2014 et portant diverses dispositions concernant la défense, examiné au fond par la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.

Le dispositif proposé vise principalement à :

- définir des lieux classifiés dont l'accès même dévoile un secret de la défense nationale ;

- clarifier le cadre juridique des perquisitions dans ces lieux ainsi que dans ceux qui accueillent de manière habituelle ou fortuite des informations touchant au secret de la défense nationale.

http://www.senat.fr/rap/a08-493/a08-4931.html

 

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. Monsieur le ministre, puisqu’il est si urgent d’adopter ce texte dont l’examen a pris du retard, je pense que l’on pouvait se passer d’y inclure cet article 12, d’autant qu’il n’a rien à y faire.

« Naturellement, je lèverai le secret défense sur tout document que nous demandera la justice. Il n’y a pas d’autre façon de faire la vérité » : ainsi s’exprimait le Président de la République le 7 juillet dernier à propos de l’assassinat en 1996 des moines de Tibhirine, en Algérie.

Nous pourrions légitimement conclure de ces propos que le secret défense ne doit pas constituer une entrave au bon déroulement de la justice. Pourtant, aujourd'hui, ce projet de loi prévoit d’étendre le champ du secret défense de façon considérable et de restreindre ipso facto le pouvoir d’enquête de la justice et du juge d’instruction avant leur disparition.

Le projet de loi initial était très inquiétant. On nous dit que l’Assemblée nationale a arrangé tout cela. Il était tellement inquiétant que le président de la commission des lois de l’Assemblée nationale s’en est ému, au point de déclarer qu’il était opposé à ces dispositions.

Si, aujourd’hui, un compromis a été trouvé, force est de constater que la nouvelle rédaction constitue toujours un danger puisqu’il s’agit de permettre à la justice de faire toute la lumière sur des faits ou des événements embarrassants pour le pouvoir.

Dans le cas d’une perquisition réalisée dans un lieu précisément identifié abritant des éléments couverts par le secret défense, plusieurs problèmes se posent.

Comme l’a dit ma collègue, le juge d’instruction devra être accompagné du président de la CCSDN. Il devra lui indiquer la nature de l’infraction, les raisons justifiant la perquisition, son objet et les lieux visés par cette perquisition.

Autrement dit, une autorité administrative aura connaissance d’informations relevant d’une instruction judiciaire, ce qui lui donne un pouvoir de contrôle a priori sur la pertinence de la perquisition.

Le déséquilibre reste entier entre les impératifs de protection des intérêts de la nation et de recherche des auteurs d’infractions pénales.

De plus, ces informations sont théoriquement protégées par le secret de l’instruction. Cette procédure augmente le risque de fuites, risque déjà élevé dans le cas d’affaires très sensibles.

Enfin, la liste de ces lieux est fixée par le Premier ministre, sans même que la Commission consultative puisse donner son avis : elle n’en sera que la destinataire.

C’est dans le cas d’une perquisition dans un lieu classé au titre du secret défense que les entraves à la justice sont les plus graves. Le projet de loi initial créait de véritables zones de non-droit, inaccessibles à la justice, mais la rédaction retenue par l’Assemblée nationale ne nous rassure guère. En effet, le régime de la perquisition est ici encore plus contraignant que dans le cas précédent. Le magistrat devra également transmettre au président de la Commission consultative les raisons justifiant la perquisition, son objet, etc.

De surcroît, la perquisition devra être précédée de l’avis de déclassification des lieux rendu par la Commission consultative. Elle ne pourra en outre être réalisée que dans les limites de la déclassification. Ainsi, la perquisition – finalement très restreinte – sera soumise à l’avis d’une autorité administrative, ce qui constitue une entrave au cours de la justice et une atteinte au principe de séparation des pouvoirs.

C’est la raison pour laquelle nous demandons la suppression de cet article, qui n’a pas, je le répète, sa place dans une loi de programmation militaire.

 

 

 

Bugaled Breizh. Hervé Morin promet de "tout mettre sur la table"

11 novembre 2009 à 10h42 -

Ce matin sur Canal +, Hervé Morin a déclaré que son cabinet mettrait  "tout sur la table" en ce qui concerne la levée du secret défense dans l'affaire du Bugaled-Breizh. Des élus bretons avaient réclamé cette mesure début novembre.

 

 

> Notre dossier sur le naufrage du Bugaled Breizh

> 6.000 affiches pour connaître la vérité

"Je recevrai (les élus bretons). J'ai vu leur lettre. Pour tout vous dire, hier, j'ai donné comme consigne à mon cabinet de les recevoir pour qu'on leur mette tout sur la table", a déclaré le ministre de la défense ce matin sur Canal+.

Cette déclaration fait suite à la demande de lever du secret défense formulée par une quarantaine d'élus bretons.La députée du Finistère Annick Le Loch avait également écrit à Hervé Morin pour obtenir cette mesure. Dans sa lettre, l’élue bigoudène demandait au ministre "la levée du secret défense qui pourrait vous être demandée par la justice".

Dans l'attente de la décision de la cour d'appel de Rennes

Le 27 novembre, la cour d’appel de Rennes dira, en effet, si l’enquête sur le naufrage du chalutier de Loctudy doit se poursuivre ou non. Si oui, les parties civiles réclameront que les pays* dotés de sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) donnent leurs positions au moment où le Bugaled-Breizh a coulé. Ceci car les ex-juges d’instruction de Quimper ont conclu à la responsabilité "hautement probable" d’un SNA dans le drame.

Le chalutier bigouden et ses cinq hommes avaient fait naufrage le 15 janvier 2004 dans la Manche.

"Sur la question du secret-défense en général, Hervé Morin a assuré que depuis qu'il était au ministère de la Défense, "à chaque fois que la commission du secret de la défense nationale (lui) a demandé de (le) lever", il l'avait "fait"", précise Le Nouvel Obs.

*France, Angleterre, USA, Russie, Chine

15:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu