Avertir le modérateur

18/11/2009

Edimbourg : Manifestation anti-Otan et élection de JM Boucheron à l'assemblée de l'Otan...le diable est à Kaboul avec les talibans... et ça c'est un levier politique

Manifestant OTAN Edimbourg

manifestante à Edimbourg

 

 

Troublant paradoxe...

JM Boucheron, lui qui était allé voir le commandant Massoud en Afghanistan, vient d'être élu vice-président de l'assemblée de l'Otan (info le mamouth).

Voir absolument cette vidéo

En avril 2000 Jean-Michel Boucheron décide avec quelques collègues parlementaires et Bertrand Gallet de rencontrer le commandant Massoud dans sa vallée du Panjshir. Ils s’y rendront en franchissant les lignes talibanes dans un vieil hélicoptère et passeront une semaine en partageant le quotidien du chef de la résistance aux Talibans qui chassa les Soviétiques de l’Afghanistan. Ces très nombreux dialogues furent filmés par le cinéaste Christophe de Ponfilly. Cette casette vidéo destinée à la Commission des Affaires Étrangères de l’Assemblée Nationale est aujourd’hui considérée comme le testament politique de Massoud. Le commandant Massoud fut assassiné un an plus tard, deux jours avant les attentats de New York contre le World Trade Center.

Selon Christophe de Ponfilly :

Mais comment est-il possible qu'un homme politique ne connaisse pas Massoud ?
Boucheron par exemple, m'a confié qu'il travaillait dans des commissions de défense qui s'occupent de réflexions sur la stratégie ; mais ils ne s'intéressent qu'aux pays qui ont des missiles nucléaires. Et l'Afghanistan n'est pas de ceux-là.


Vidéo de la recontre en Afghanistan:

retrouver ce média sur www.ina.fr

A Bazarak, dans la vallée du Panjshir (Afghanistan), le 11 juin 2000, deux députés français (Messieurs Jean-Michel Boucheron et Richard Cazenave), un parlementaire européen (le général Philippe Morillon), un sénateur belge (Monsieur Josy Dubié) et Bertrand Gallet ont questionné Ahmad Shah Massoud. Les parlementaires européens assis autour d'une table posent leurs questions au cdt Massoud. Après l'entretien, ils offrent des cadeaux à Massoud: Morillon explique avoir acheter un livre sur le Cadre Noir à Saumur, Cazenave offre un livre du Parlement Européen et un livre sur de Gaulle et l'appel du 18 juin. Massoud remercie en français. Détail de l'interview : Massoud : "La guerre qui sévit actuellement en Afghanistan n'est pas seulement un conflit interne. Il est surtout dû à une ingérence de pays étrangers ennemis, en particulier le Pakistan." A la question de Philippe Morillon "Quelle est selon vous la solution militaire ?", Massoud répond : "J'ai dit plusieurs fois que la solution n'est pas militaire. Il faut prendre des décisions dans une réunion politique." Le député belge : "Pourquoi êtes vous contre les talibans ? Votre islma est différent du leur ?", Massoud : "Les talibans ne sont pas islamiques. Ils sont très durs. Nous voulons un islma moderne, bon pour les pays occidentaux". A la question de Richard Cazenave : "L'Afghanistan est un pays reconnu comme pourvoyeur de drogue et de terroristes. Qu'en pensez-vous ?", le Cdt Massoud répond : "Nous sommes d'accord même si c'est malheureux. La principale raison de cet état de fait repose sur la responsabilité du Pakistan qui soutient Hekhmatiar et les talibans et les européens qui soutiennent les pakistanais". Jean Michel Boucheron : "Que feriez-vous de Ben Laden si vous étiez au pouvoir ?", Massoud : "Nous ne voulons pas que l'Afghanistan devienne une base du terrorisme." A la question sur l'organisation d'élections libres en Afghanistan sous contrôle d'organismes internationaux, Massoud affirme que la seule façon d'arrêter la guerre dans son pays, est d'organiser des élections libres sous contrôle des Nations Unies s'il le faut. Richard Cazenave : "Etes-vous pour l'égalité des droits pour les femmes, le droit de vote, leur égibilité et le droit à l'éducation ?", Massoud : "Oui, dans une démocratie, elles auront le droit de vote, d'être éligibles et le droit à l'éducation." A la question du problème d'une unité nationale afghane entre les différentes ethnies, Massoud dit insister sur l'union non seulement entre moudjahidines mais entre ethnies. "Dans le nouveau gouvernement, plusieurs ethnies sont représentées". Philippe Morillon : "La communauté internationale est absente en Afghanistan. Qu'en attendez-vous ?". Massoud : "Il n'y a pas de doute à constater que la communauté internationale a oublié l'Afghanistan depuis longtemps. C'est malheureux .Il faut que les nations Unies stoppent les ingérences du Pakistan dans notre pays." A la question : "Le système de partis issus de la Résistance est un échec. L'Afghanistan a besoin d'un leader. Est-ce vous ?", Massoud répond : "Pour sauver la vie de mon peuple et de l'Afghanistan, je suis prêt à prendre n'importe quel poste." Avec Philippe Morillon, Massoud évoque un accord d'échange de prisonniers avec l'Arabie Saoudite qui ne donne que des noms de prisonniers pakistanais et non afghans. Il a dit vouloir échanger des prisonniers afghans contre d'autres prisonniers afghans et vouloir négocier avec les gouvernements pour les prisonniers étrangers. "Ben Laden est leur héros" affirme Morillon qui a rencontré des prisonniers talibans. Massoud relève "Ils ont dit ça ?". Morillon : "Oui, des chinois, pakistanais et birmans". Philippe Morillon : "Quelle sont vos propositions pour désamorcer le conflit à l'intérieur ?", Massoud : "Organiser des élections comme nous l'avons proposé aux talibans qui refusent car ils disent être majoritaires sur le territoire. Après les élections, moi je rendrai les armes, les talibans n'accepteront jamais."




Vidéo du commandand Massoud au parlement :

retrouver ce média sur www.ina.fr

 

Conférence de presse d' Ahmed MASSOUD à Strasbourg. Nicole FONTAINE ouvre la séance. Nicole FONTAINE rappelle les cisrconstances de l'invitation du commandant MASSOUD au Parlement européen et la situation en Afghanistan. La destruction des bouddhas de Bamiyan vient de montrer s'il était nécessaire que les talibans n'ont de respect pour rien. Son invitation est la reconnaissance politique de ce qu'incarne le commandant MASSOUD. Elle se réjouit que les autorités françaises aient souhaité le recevoir. L'ambassadeur du Pakistan a écrit une lettre en apprenant la venue du commandant MASSOUD; Elle commente le contenu de cette lettre Intervention du commandant MASSOUD avec traduction en anglais par un traducteur qui est aux côtés du commandant (traduction simultanée en anglais).

 

Vidéo où le commandant Massoud citait déja le pakistan (et l'ISI?) mais les passages sont "coupés!!!) :

retrouver ce média sur www.ina.fr

Extrait d'une déclaration de Massoud à la délégation européenne en visite en Afghanistan en juin 2000 dont le général Morillon fait partie : il affirme que les Américains "n'ont pas compris la profondeur du problème... qu'ils ne pensent qu'à éliminer Oussama Ben Laden. Le problème n'est pas seulement lui, ça commence par un Ben Laden et plusieurs autres viendront.. " (...) "Nous voulons un islam moderne qui nous permette de vivre en Afghanistan mais aussi en bonnes relations avec le reste du monde".

 

"Alors qu'un petit millier d'individus français n'avaient eu de cesse d'aller aider les Afghans dans leurs épreuves tragiques, la France officielle brilla par sa belle absence. Sans doute ne convient-il pas de critiquer le bon acheteur d'armes pakistanais!
Le 26 septembre 1996, ne parvenant pas à maintenir sa position sous leur poussée, Massoud abandonna Kaboul aux Taliban. En Occident, cette retraite eut bien peu de retentissement et il faudra un temps pour comprendre la portée d'une telle défaite. Certains spécialistes, parfois trop cyniques, jugèrent accpetable la carte Taliban. Au Quai d'Orsay, à Paris, le 7 février 2001 on reçut très officiellement le ministre de la Santé des Taliban. Le jour de sa visite, les abris-bus parisiens affichaient la nudité d'une jeune fille pour une marque de lingerie. L'hypocrite sectaire ferma-t-il les yeux?
Massoud attendrait encore avant d'être reçu officieusement par Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères, qui avait aimé voyager en Afghanistan avant que les Soviétiques ne viennent y semer la guerre.
"

"En juin 2000, de retour dans la vallée du Panshir, j'accompagnai la première mission parlementaire française et le général Morillon, alors député européen. Quatre jours de voyage pour que Michel Boucheron, Richard Cazeneuve et le général ouvrent les yeux sur une réalité bien éloignée de l'Assemblée nationale, de ses querelles de couloir et de parti. Ils étaient enfin venus, nos députés! Ils se rendaient compte que Massoud n'était pas une baudruche, mais un homme qui avait appris de tant d'années de lutte le prix de la vie et de la paix, n'en déplaise à ses détracteurs. A son retour à Paris, le général Morillon organisa une conférence de presse. Le salon ne se remplit pas, preuve flagrante de l'indifférence générale à l'égard des Afghans et de leur sort. Quant à mon film sur ce voyage "officiel", il sera refusé par toutes les chaînes de télévision. Les médias préféraient alors la folie monstrueuse du régime des Taliban. Sensationnel garanti, effet de mode, signe des temps...

Seul le choc provoqué par la destruction des Boudhas de Bamyan réussit à ébranler le 14 mars 2001 la conscience planétaire. C'était nouveau et spectaculaire, ce fut donc médiatique: Quelques jours d'Afghanistan à la Une de la presse... puis quelques mois d'attention avant l'oubli.

En avril 2001, Massoud est en France. "Je me souviens que la première personne venues nous aider était une femme médecin, qu'elle était française, qu'elle s'appelait Laurence Laumonier...", dit Massoud. Nicole Fontaine le reçut officiellement au Parlement européen. Mal conseillés, ni Jacques Chirac, président de la République, ni Lionel Jospin, Premier ministre, ne l'accueillirent. Côté médias, TF1 rata le rendez-vous. Seule l'émission satirique de Karl Zéro réalisera l'interview de celui dont la noblesse était si évidente.
"

Christophe de Ponfilly
Femmes d'Asie Centrale
© Arte Editions, 2004
© Mille et une nuits, département de la Librairie Arthème Fayard, 2004
Parution : 2004

21:49 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

Todo dinбmica y muy positiva! :)

Kicker

Écrit par : Kicker | 16/10/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu