Avertir le modérateur

19/11/2009

Ivan Khutorskoi, 26 ans, ancien chanteur punk

Affrontement entre jeunes d'extrême droite et militants antifascistes à Moscou

L'affrontement entre jeunes ultranationalistes russes et groupes antiracistes musclés se joue désormais dans les rues de Moscou, après le meurtre, lundi, d'un militant antifasciste connu.

Ivan Khutorskoi, 26 ans, ancien chanteur punk, s'occupait de la sécurité des meetings du mouvement Antifa, pour antifasciste. Il était aussi connu pour organiser des rencontres de boxe clandestine à mains nues, et des attaques violentes contre des ultranationalistes.

Il a été abattu lundi soir de deux balles dans la tête devant sa porte, dans un immeuble de la banlieue de Moscou. Le lendemain, environ 80 hommes masqués s'attaquaient à coups de pierres et de barres de fer au siège du mouvement de jeunesse pro-Kremlin Jeune Russie, selon son dirigeant Maxime Mishchenko.

Les détracteurs du Kremlin considèrent que Jeune Russie et d'autres mouvements de jeunesse similaires ont été créés par le pouvoir pour fournir si besoin des bras en cas de bagarre avec l'opposition. Les groupes antiracistes affirment que ces mouvements sont proches des ultranationalistes, dans cette Russie qui compte des dizaines de milliers de skinheads néo-nazis.

"Si personne à part nous n'essaie d'arrêter les nazis et ceux qui les couvrent, nous utiliserons tous les moyens nécessaires", écrit mercredi le bloggeur Anarcho Punk. D'autres ont "dédié" l'assaut contre Jeune Russie à Khutorskoi, figure tutélaire des antifascistes, et qui selon eux avait survécu à trois tentatives d'assassinat.

Selon ces mêmes bloggeurs, Mishchenko, député membre de Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine, est très proches de Russky Obraz, groupe ultranationaliste extrémiste qu'ils pensent être derrière l'assassinat de Khutorskoi. Des allégations qualifiées de "mensonge absolu" par Mishchenko.

Khutorskoi faisait parfois le service d'ordre pour les conférences de presse de Stanislav Markelov, avocat spécialiste des droits de l'homme bête noire des ultranationalistes. Mais il n'était pas là lors de celle de janvier dernier, lorsque Markelov et un journaliste furent abattus.

Selon Galina Kojevnikova, directrice de Sova, organisation indépendante de surveillance des crimes racistes et extrémistes, les groupes Antifa sont en rapide développement ces dernières années, attirant des jeunes gauchistes et ceux qu'inquiète la xénophobie croissante et la multiplication des crimes racistes en Russie. Mais les groupes antifascistes sont loin d'avoir autant de militants que "l'armée des ultranationalistes", dont le mouvement est plus ancien, note-t-elle.AP

nc/v

Copyright 2009 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.

 

 

Hier soir, lundi 16, Ivan Khutorskoi,26ans,a été abattu dans l’escalier de son immeuble de Moscou.
Bien que les gens ne connaissent pas son nom,c’est une perte énorme pour de nombreux antifascistes et militants gauchistes russes ; Ivan avait des idées de gauche et participait souvent à des actions et manifestations sociales. Mais avant tout,il était connu comme un des leaders du mouvement antifa moscovite. Il ne fait aucun doute pour beaucoup de ses amis que des néonazis russes ont commis le crime.
Comme les adresses & noms d’autres antifascistes bien connus (par exemple Stanislav Markelov et Nikolai Girenko), l’adresse et le nom de Ivan étaient fréquemment cités sur des sites nazis appelant à son élimination. En fait ,ce meurtre est la quatrième d’une série d’attaques contre Ivan. La première a eu lieu en 2005,lorsque des nazis l’ont agressé et blessé à la tête avec une lame de rasoir. Cet incident a été filmé et utilisé plus tard dans le documentaire « Ordinary antifascism » sur NTV.
La deuxième fois,les militants d’extrême-droite l’attendaient à l’entrée de son immeuble et cette fois Ivan eut plusieurs blessures au cou , causées par un tournevis et de nombreux coups de batte de base-ball , il survécut miraculeusement.
En janvier 2009, Ivan a été poignardé à l’estomac pendant une bagarre dans la rue et il survécut de nouveau à cette agression. Il semblerait maintenant que les nazis ont atteint leur but à la quatrième tentative.
Récemment , Ivan s’était engagé à assurer la sécurité lors de concerts de groupes antifas et était aussi organisateur de tournoi d’arts martiaux pour antifascistes. Ses amis se souviennent de lui comme quelqu’un de très gentil, connu pour son attachement aux notions d’amitié, de liberté et de solidarité.
A présent , la police d’investigation est en train d’établir les circonstances du crime . Dans le même temps, des informations sur le meurtre sont déjà apparues sur les sites web nazis.
C’est le sixième antifasciste tué à Moscou au cours des dernières années. En avril 2006,Alexander Ryukhin , 19 ans , est décédé après avoir reçu de nombreux coups de couteaux avant un concert de hardcore dans le voisinage de la station de métro Domodedoyskava. Ce meurtre a été élucidé ; trois des agresseurs, militants d’extrême-droite, ont été condamnés à entre 4 ans et demi et 6 ans de prison.
Deux autres agresseurs sont encore recherchés par la police , pendant qu’un sixième , Nikita Thikonov a été arrêté le 4 novembre , soupçonné du meurtre du juge Stanislav Markelov et de la journaliste Anastasia Babuova qui étaient aussi engagés dans le mouvement antifasciste russe . Une vingtaine de néonazis avaient attaqué un groupe de jeunes gens près de « Maroseika 6 » . Alexei a reçu 34 coups de couteau et est décédé sur les lieux .
En octobre 2008, Fyodor Filatov , un leader des skinheads antifascistes a été assassiné à l’entrée de son immeuble.
Le 28 juin 2009 , une bande de nazis a tué l’antifasciste Ilya Dzhaparidze, à l’aide de pistolets et de couteaux. Il a été transporté à l’hopital où il est décédé de multiples blessures .

http://toulouse.indymedia.org/spip.php?page=article&id_article=42547

 

 

Nationalists Suspected in Russian Activist’s Death


 

Published: November 17, 2009

MOSCOW — A young antiracist campaigner who frequently clashed with Russian nationalists has been killed in Moscow in what investigators and analysts suggest is probably part of an increasingly violent conflict between ultranationalists and groups that oppose them.

The 26-year-old victim, identified by antifascist groups and Russian news agencies as Ivan Khutorskoi, was shot in the head in front of his apartment building in eastern Moscow on Monday evening, the investigative wing of Russia’s Prosecutor General’s Office said in a statement on Tuesday. The statement, which did not identify the victim by name, said he was killed possibly because he was “an active participant in the antifascist movement.”

An unidentified police source was quoted by the Interfax news agency as saying that investigators were checking several nationalist groups for possible links to the killing.

Mr. Khutorskoi’s violent death is reminiscent of several fatal attacks in recent years against people associated with Russia’s so-called antifascist movement, a loosely organized group of mostly young activists that evolved in response to rising xenophobic and racist violence in Russia.

Darker-skinned Russian citizens and migrant workers are frequently the targets of attacks, with dozens dying each year in racist and xenophobic murders. Violence against antifascist campaigners, however, is not uncommon.

This month a man with ties to violent nationalist groups confessed to the murder last January of Stanislav Markelov, a lawyer, and Anastasia Baburova, a journalist, both of whom had connections to antifascist circles. Nikita Tikhonov, who has been charged as the shooter, said he killed Mr. Markelov out of revenge.

He did not elaborate, but a man with the same name had been wanted for the 2006 killing of an antifascist campaigner whom Mr. Markelov had represented.

Mr. Khutorskoi had been a visible campaigner against neofascist groups and the victim of several attacks in recent years, including one in 2005 that left him hospitalized.

An acquaintance of Mr. Khutorskoi, who asked to be identified only as Masha, confirmed in a telephone interview that he had been killed. She said that Mr. Khutorskoi, who was a social worker by profession, was a popular and influential member of antifascist and anarchist circles in Moscow — a fact that made him a likely target of violent neofascists.

“Every person who calls himself an antifascist risks the possibility of being killed,” she said.

In response to the violence, antifascist groups have increasingly adopted the tactics of their enemies, carrying out attacks against known nationalists, said Aleksandr Verkhovsky, director of the Sova Center, which monitors nationalist violence. He said the movements were locked in a simmering street war that appeared to intensify of late.

“They are certainly using more serious weapons,” he said. “Several years ago there were just fights and maybe they used sticks. Now knives are common and pistols are used frequently.”

http://www.nytimes.com/2009/11/18/world/europe/18moscow.html



09:26 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu