Avertir le modérateur

27/11/2009

Comment, avec l'aide de l'église ou toute autre agence de communication, justifier l'inégalité entre riches et pauvres par les dons

LE DON AU MOYEN ÂGE : PRATIQUE SOCIALE ET REPRÉSENTATIONS

 

St-louis.gif

Perspectives de recherche

par Eliana Magnani Soares-Christen

 

Version remaniée de l’essai publié dans CEM (bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre), n° 4, 2000, p. 62-74.

(extraits)

Le pauvre – on y reviendra – est un acteur fondamental de l’échange car il est le véhicule du salut du riche. Effectivement, dans un passage de la Vie de saint Éloi, écrite dans le premier quart du VIIIe siècle, on souligne que « Dieu aurait pu faire tous les hommes riches, mais il voulut qu’il y ait des pauvres en ce monde, afin que les riches aient une occasion de racheter leurs péchés (10) ».

Par la volonté du Créateur de sauver les riches, la société est fondée sur l’inégalité. Ainsi, les biens dont dispose le riche sont, en fin de compte, le moyen de son salut (11).

La même idée apparaît dans l’acte de fondation de Cluny qui commence par le rappel suivant : « Si la Providence de Dieu veut qu’il y ait des hommes riches, c’est afin qu’en faisant un bon usage des biens qu’ils possèdent de façon transitoire, ils méritent des récompenses qui dureront toujours (12). »

La donatio pro anima s’articule, en effet, autour de l’idée que Dieu a donné aux hommes la possibilité d’obtenir des biens célestes grâce aux biens terrestres, de construire des choses éternelles avec des biens passagers (13).

Des temporalia, à condition qu’on en fasse un bon usage, peuvent se transformer en caelestia (14).

En ce sens, un acte de Lérins datant de 1033 fait remarquer que parmi les miracles de l’oeuvre du « grand arbitre » et les merveille qu’il a données aux mortels figure le fait que ceux-ci puissent mériter les éternelles et perpétuelles récompenses grâce aux biens matériels et fragiles(15).

L’affirmation se trouve confortée par l’Écriture qui enseigne qu’« on récolte ce qu’on sème » (Pr 22, 8; Si 7, 3; Jb 4, 8; Os 8, 7; Ga 6, 7; 2 Cor 9, 6) et que « la justice de celui qui a distribué et donné aux pauvres de ses biens demeure à jamais » (Ps 112, 9; 2 Co 9, 9). Donc on est en droit d’espérer retrouver dans l’au-delà ce qu’on donne ici-bas.

 

10. Vita sancti Eligii episcopi noviomensis, MIGNE, Patrologia Latina, t. 87, c. 533.

11. Pr 13, 8 dans CL 232 (milieu XIe s.), 208 (1110-1115), CLU 1715 (985), 1784 (988), 3350

(v. 1055), 3506 (1077).

12. CLU 112 (910).

13. CLU 1189 (965/966), 1190 et 1191 (965/966), 2731 (v. 1020), 3377 (1061-73), 3506 (1077).

14. CSV 110 (1014).

15. CL 154 bis (1033).

Piégé par les "Yes Men", des altermondialistes spécialisés dans le détournement, le maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, affirme qu'"il n'y a pas de misère en France" et que les pauvres "vivent très bien". Il croyait s'exprimer sur une télévision américaine.

09:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu