Avertir le modérateur

20/02/2010

Libérez Baligh KAIS, transféré du CRA de Geispolsheim à celui de Metz

http://www.lalsace.fr/fr/permalien/article/2731558/Transfert-surprise-d-un-detenu-du-centre-de-retention.html

Etrangers

Transfert surprise d’un détenu du centre de rétention

Un détenu du centre de rétention (CRA) de Geispolsheim, en grève de la faim, a été transféré hier après-midi au CRA de Metz sans que son épouse en soit informée.

« On a dit à mon mari qu’il allait voir un juge, mais quand j’ai réussi à le joindre, il m’a dit qu’il roulait en direction de Metz ». Nadia est très inquiète. Cette étudiante tunisienne ne savait pas hier où les autorités françaises avaient emmené son mari, Baligh Kais, retenu au CRA de Geispolsheim depuis le 11 février. « Il a écrit au préfet jeudi qu’il n’était pas d’accord avec le jugement du tribunal administratif et qu’il allait faire une grève de la faim. Il a été suivi par une vingtaine d’autres personnes du centre. C’est peut-être pour cela qu’on a voulu l’éloigner. »

Le grand-père de Baligh Kais est né en Algérie. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, il est français. Trois de ses frères et sœurs sont français. Son père, gravement malade, est soigné en France où il réside régulièrement.

Baligh Kais, qui est né en France, est retourné en Tunisie à l’âge de 5 ans. N’ayant pas suivi les changements successifs des lois en France, il a laissé passer le moment de demander sa régularisation. Début 2006, il est venu en France pour assister son père. Le 11 février dernier, il a été interpellé en gare de Strasbourg et enfermé au CRA. Le 16, il a été débouté de son recours contre l’obligation de quitter le territoire français délivrée par la préfecture.

S’il est renvoyé en Tunisie, son épouse, sans revenus, ne pourra pas poursuivre ses études et perdra son logement. Et son père ne pourra plus le voir. L’ordre de Malte qui a remplacé la Cimade auprès des détenus du CRA était injoignable hier.

Les services de la préfecture ont indiqué hier soir que Baligh Kais avait effectivement été transféré au CRA de Metz pour libérer de la place à Strasbourg en raison d’un afflux de nouveaux arrivants…

G.D-A.



http://la-feuille-de-chou.fr/?p=6561

L’honneur perdu du préfet Pierre-Etienne Bisch et de son collègue de Moselle

Libérez Baligh KAIS!

La Feuille de Chou revient une fois de plus sur le cas de M. Baligh KAIS, ce travailleur tunisien qui était en rétention depuis jeudi dernier au CRA de Geispolsheim.

Qui était? N’y serait-il plus? Aurait-il été expulsé? Non!

S’est-il échappé du Centre? Non plus, hélas!

Aurait-il été libéré? Non plus!

Alors?

On se souvient qu’hier, il avait déclaré commencer une grève de la faim, et que de dix à vingt autres « retenus » comme ils disent en langue de bois administrative, semblaient sympathiser avec la même idée.

De là à s’imaginer qu’il était un leader, il faut être chef-gendarme ou plus haut encore pour le croire.

Toujours est-il que cet après-midi, vers 15h, on a été prévenu que Baligh Kais avait quitté le CRA de Geispolsheim,  convoyé par la Gendamerie Nationale.

Vers quelle mystérieuse destination? Va savoir! Lui-même l’ignorait.

En tout cas, les gendarmes lui ont ment,i sur ordre, en prétextant une visite chez le juge, puis un trop plein paraît-il dû à la venue au CRA de familles!

Mensonge total, car le CRA de Geispolsheim n’est pas équipé pour recevoir des familles avec enfants.

On imagine l’inquiétude de l’épouse de Baligh, étudiante en région parisienne!

Enfin, vers 18h, on apprit qu’il se trouvait au Centre de rétention de Metz.

Comme l’Alsace-Moselle est accueillante avec les étrangers sans papiers!

On n’aimerait pas être à la place de Pierre-Étienne Bisch préfet de la région Alsace , et du Département du Bas-Rhin.

On ne serait pas fier, le matin en se rasant, ni le soir en se couchant, pas fier de traiter un « retenu«   « wi eine Stück, comme on disait en 1942, outre-Rhin, -comment dit-on en arabe?-un machin qu’on déplace, qu’on trimballe, qu’on déporte, au sens propre de ce mot, c’est à dire qu’on exile, selon le Petit Robert, serait-ce de Geispolsheim à Metz, du Bas-Rhin à la Moselle, en attendant de lui faire prendre l’avion vers la Tunisie, lui qui est né en France!

Le préfet s’imagine-t-il que les co-retenus de Geisposheim vont renoncer à protester de la situation qui leur est faite? Qu’ils cesseront d’exiger leur libération? Qu’ils ne réclameront plus des repas meilleurs et, pourquoi pas, halal, pour les musulmans?

Le préfet serait-il du genre de ces gens du pouvoir qui s’imaginent que si on coupe de supposées têtes, les corps, les jambes, et les  bras seront paralysés?

Détrompe-toi, préfet, cette chienlit repousse comme de la mauvaise herbe après la pluie.

Je suis des millions, comme disait un cagoulé mexicain fumeur de pipe!

Reviens, Jean Moulin!

Dernière minute!

A 22h on a été prévenu de source vérifiée et sûre que M. Kais a été mis à l’isolement au CRA de Metz! Et qu’en plus, à l’endroit où il se trouve,

il y a peu de réseau téléphonique, ce qui rend dificile la communication avec lui. Les brimades doivent cesser!

A propos du silence des médias

Au vu des contact pris, depuis hier, on a un petit espoir que demain samedi, enfin, certains briseront le silence qui protège cette politique inhumaine

menée au nom du peuple français, à qui on préfère raconter des histoires de foulards ou d’insécurité, à n’en plus finir, sans parler des médailles aux Jeux d’hiver.

A quoi sert de réaliser une interview comme telle radio, si c’est pour la laisser sous le boisseau (ordre d’en haut?).

Note grand concours du média le plus prompt à informer enfin de ce qui se passe dans la zone boisée entre des bretelles d’autoroute, près du centre commercial de la Vigie  est lané.

De nombreux prix à gagner, dont un abonnement d’un an et plus si affinités à la Feuille de Chou…le petit média indépendant qui informe lui des choses essentielles.

06:44 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

LA HONTE POUR LA FRANCE
Baligh Kais est un cousin à moi, il ètait très petit quand il est rentré en Tunisie avec sa mère (ma tante) et ses deux soeurs. Son frère ainé Mohammed est le seul qui est resté chez le père en france et il vit encore là.
Je me rappelle bien de nos voisins en Tunisie qui sont devenus francais et ils vivent maintenant en France pourtant aucun d'eux n'est né en France. Alors dans ce cas ca va mais pas pour baligh Kais qui est né dans ce pays de démocratie...
HONTE POUR LA FRANCE
Baligh Kais est né en France et il a dû la quitter à l'âge de cinq ans.
Beaucoup de gens ont eu leurs papiers de séjours mais pas celui qui est né en France. N'oubliez pas que ses parents qui ont décidé pour lui de rentrer en Tunisie à l'époque.
Enfin c'est ainsi qu'on peut detruire des gens.

Écrit par : Elhoucine Taboubi | 29/03/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu