Avertir le modérateur

22/02/2010

Extrait de la lettre de G . Büchner à sa famille

...S’il y a une issue à notre époque, c’est la violence.

Nous savons ce que nous avons à attendre de nos princes.

Tout ce qu’ils ont concédé leur a été arraché par la nécessité.

Et même ces concessions, ils nous les ont jetées comme une grâce mendiée et comme un misérable jouet destiné à faire oublier à cet éternel badaud de peuple sa ceinture trop serrée.

C’est un fusil en fer blanc, un sabre en bois, avec lesquels un Allemand seul pouvait être assez plat pour jouer aux soldats.

Nos Etats provinciaux sont une satire de la saine raison, nous pouvons encore nous en embarrasser un siècle, et quand alors nous ferons le bilan, toujours est-il que le peuple aura payé plus cher les beaux discours de ses représentants que l’empereur romain qui fit donner à son poète en titre 20 000 florins pour deux vers boiteux.

On reproche aux jeunes gens d’user de la violence.

Mais ne sommes-nous pas dans un état de violence perpétuelle ?

Parce que nous sommes nés et que nous avons grandi dans un cachot, nous ne remarquons plus la fosse où nous sommes, avec des fers aux mains et aux pieds, et un bâillon sur le bouche.

Qu’appelez-vous donc légalité ?

Une loi qui fait de la grande masse des citoyens un bétail bon pour la corvée afin de satisfaire les besoins artificiels d’une minorité insignifiante et corrompue ?

Et cette loi que soutient la brutalité d’un pouvoir militaire et la roublardise imbécile de ses agents, cette loi est une violence brutale et perpétuelle faite au droit et à la saine raison...


Extrait de la lettre de G . Büchner à sa famille
Strasbourg le 5 avril 1833

09:08 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu