Avertir le modérateur

29/03/2010

Grèce: un mort et deux blessés dans l'explosion d'une bombe à Athènes - Bomb explosion outside the National School of Public Administration in Athens


Une bombe explose à Athènes, un mort, deux blessés

Une bombe explose à Athènes, un mort, deux blessés

Enquêteurs sur les lieux de l'explosion d'une bombe dans le centre d'Athènes. L'explosion, survenue devant une école de formation de fonctionnaires, a tué un homme et fait deux blessés, une femme et un enfant. /Photo prise le 28 mars 2010/REUTERS/Yiorgos Karahalis

 

Une bombe a explosé dimanche soir devant un bâtiment public d'Athènes, tuant un homme et faisant deux blessés, a annoncé la police.

"Il y a un mort et deux blessés, une femme et un enfant", a dit un responsable de la police.

La bombe, qui a explosé devant une école de formation de fonctionnaires, a aussi endommagé des voitures et des bâtiments voisins.

Les attentats perpétrés par des groupes gauchistes ne sont pas rares en Grèce, mais celui de dimanche est le premier à tuer quelqu'un depuis des années.

Harry Papachristou, Nicole Dupont pour le service français

Publié le 28/03/2010 à 23:49 Reuters Le Point


Une bombe a explosé dimanche soir à Athènes, faisant un et deux blessés, dont un grave, devant un bâtiment abritant une école de formation de gestionnaires d'entreprises.
Un adolescent âgé de quinze ans a été tué sur le coup et une fillette de dix ans grièvement blessée par l'explosion tandis que leurs mère a été légèrement blessée. La famille, des ressortissants afghans, étaient probablement en train de passer devant le bâtiment lors de l'explosion, selon les premières informations de la police.

Placée dans un sac, la bombe de forte puissance a explosé dimanche à 22H50 locales (19H50 GMT) dans le quartier populaire de Patissia, dans l'ouest de la capitale grecque. Aucun appel téléphonique n'avait averti de l'imminence de l'explosion.
Le service antiterroriste est arrivé rapidement sur place et a bouclé le quartier.
Des contre des bâtiments publics ou des intérêts économiques ou diplomatiques sont fréquents à Athènes ou Salonique (nord), mais font rarement des victimes et sont généralement précédés par un appel téléphonique qui prévient de l'imminence de l'explosion.
Le dernier à avoir causé des victimes avait eu lieu en octobre dernier à Athènes lorsque six policiers avaient été blessés lors du mitraillage d'un commissariat.
Ces attentats sont souvent revendiqués par des organisations extrémistes, dont les plus actives dans le pays sont les groupes "Conspiration des cellules de feu", "Secte révolutionnaire" et "Lutte Révolutionnaire (EA)". Considéré comme le plus dangereux, ce dernier est placé sur les listes européenne et américaine des organisations terroristes.
La "Conspiration des cellules de feu" a revendiqué ces dernières années plusieurs attentats à l'explosif mais n'a pas provoqué de victime jusqu'ici.
Les derniers attentats en date revendiqués par ce groupe ont endommagé la semaine dernière à Athènes en quelques jours le siège d'un groupe néo-nazi, le domicile d'un responsable pakistanais et un centre de la police des étrangers.
En janvier, le même groupe a signé un attentat qui a visé le parlement grec, sans faire de victime.
Actif depuis 2003, le groupe EA a signé de son côté plus d'une dizaine d'attentats à Athènes, dont en janvier 2007 une attaque à la roquette contre l'ambassade des Etats-Unis, qui n'a fait que des dégâts matériels. Il a grièvement blessé depuis un policier avant de revendiquer en septembre dernier un attentat à la bombe contre la bourse d'Athènes, qui n'a pas fait de victime.
Apparu il y a plus d'un an, Secte révolutionnaire a revendiqué un mitraillage au cours duquel un policier avait été tué.
Le gouvernement socialiste au pouvoir depuis octobre dernier a fait de la lutte contre l'extrémisme l'une de ses priorités. La police a arrêté ces derniers mois huit personnes, membres présumés du groupe "Conspiration des cellules de feu", dont trois ont été placés en détention provisoire.

28.03.2010, 22h41 Le Parisien - AFP

 

athenes bomb 1 .jpg

Bomb explosion outside the National School of Public Administration in Athens; 15-year old Afghani boy is dead

occupiedlondon

Mainstream media report that at around 11pm on Sunday night a bomb exploded outside the building housing the National School of Public Administration in the neighbourhood of Patisia, Athens.

According to the latest media reports a 15-year old Afghani boy died from the explosion. The boy’s sister, 10, and their mother, 45, were lightly injured.



The victim is a boy 15 years old and probably from Afghanistan. The mother at 45 years old and the girl of the family at the age of 10 are injured. The mother, named Nazaf Zahra, stated that her daughter found a bag on the road, gave it to her brother and then happened the explosion. Earlier, a Muslim gathering used to take place in the district, where also exists a Muslim church. As eye-witnesses state, before two weeks some gun-fires took place on the same street between bodyguards of the mafia. The police authorities say that it is also possible that the bomb (if it was a bomb and not a grenade) could have come from Nazi groups. The police announcement says that the explosion happened at 22:41 without a phone call before, so the police forces could not evacuate the area. On other journalist sites talk about 23:03 as the time of the explosion and on a newspaper a journalist states that a phone call has took place …
“Conspiracy Cells of the Fire” urban guerrilla organization has stated in a past communique that they do not want to have any victim because of their bomb actions. The bomb they have put before some days in front of the vice-president of Greek-Pakistani Community was not a racist action, but an action to condemn his neutral position after the kidnappings of several refugees from Pakistan by the Greek secret agencies. The court has also called a British diplomat -involved in the case of kidnappings- to state in the court, event that never happened because of his diplomat asylum.
The Nazi groups have made several “blind attacks” with bombs and grenades during the past against political spaces in order to murder political activists. Until a responsibility announcement will be published, we are not able to know if the certain explosion was a Nazi action, an accident by a left wing group or an action of the mafia …

09:05 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu