Avertir le modérateur

31/03/2010

ATTENTAT SONORE + SIDEBURNS SWEATS + Full Of Hate au molodoï - Jeudi 8 avril 2010 à 20h

attentatmolodoforumweb.jpg

Attentat sonore Punk-HxC limoges


Sideburns Sweat Punk HxC limoges


F.O.H old school hardcore Haguenau

22:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Strasbourg - Soutien aux Lycéens - à 16:00 devant le Lycée Kléber le jeudi 1/04/2010

Lycée Kléber .png

Rassemblement au soutien des lycéens "interpellés" et menacés de sanction pour avoir participé au débraillage de leur lycée.
Ce jeudi à 16h...devant le lycée Kléber à Strasbourg.

20:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Strasbourg : coup de feu au lycée Jean Monnet - Chi va piano va sano ...

 

le 31/03/2010 à 13h58 L' Alsace

Strasbourg : coup de feu au lycée Jean Monnet ce matin

 

Un individu cagoulé et armé d’un pistolet d’alarme s’est introduit ce matin vers 9h dans une classe de 2nde du lycée Jean Monnet à Strasbourg.

 

Il a tiré un coup de feu avant de prendre la fuite sans être inquiété.

 

Alertée, la police est arrivée sur place vers 11 h.

 

 

garcia-large.jpg

Prudence est mère de sûreté.

17:31 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Feu sur Rebetiko n° 5

Je me permet de réagir, amiE de lutte, à deux "articles" dénoncant "un révisionnisme insurectionnaliste" que je viens de trouver sur la toile, paru, pour le premier, sur Indy Nantes le dimanche 28/03/2010 à 17:10 et le second sur Brèves du désordre mardi 30/03/2010 à 21:52 , se sentant d'ailleurs obligé de citer " Rebetiko : ", pour ma part, les ":" en venant à définir - réduire, à la manière d'une définition de dictionnaire.

Je ne suis personnellement pas inscrit dans les luttes affinitaires depuis des decennies, mais  l'utilisation du terme "révisionnisme" en ces temps de Paix sociale et identitaire, comme forme de procès, c'est un peu gros...

Voici donc les deux titres et liens (que j'ai pourri avec deux**).

Retour historique sur un revisionisme insurectionnaliste

lien : http://nantes.indymedia.org/article/20**202

author dimanche 28 mars 2010 - 17:10author par class/war

 


Rebetiko : Retour historique sur un révisionnisme insurrectionnaliste
(Le 28 mars 2010)

lien : http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=3**096

 

Pour faire simple, je ne connais personne de chez Rebetiko, j'y trouve des choses intéressantes, d'autres qui m'accroche moins. En tout cas, je salue leurs initiatives, les promotionne et distribue.

Chacun peut s'y abonner (rebetiko@riseup.net), participer.

 

Je ne suis pas payé pour prendre leur défense, je fais ça par ce que trouve cette attaque injuste.

 

Les deux extraits de "l'article"  :

 

Selon class/war : "L'été 1944 semblait être une fête lorsqu'on lit Rebetiko. Il semble que l'insurrection était à porté de main (évidemment on ne l'a jamais vu), que l'on est pas passé loin. Nous n'auront cependant pas d'éclaircissement sur la raison de ce non événement."

 

FAUX, moi je lis :  " Pour la plupart des FTP, la lutte libératrice ne devait se borner à ..... . Ce processus révolutionnaire n'est jamais évoqué, mais il était présent dans tous les esprits. " A aucun moment l'insurection est à portée de la main...

 

Selon class/war : "Le sommet du révisionnisme historique (souligné par PROBE) arrive lors de la lecture de l'encart sur Marseille" ..."« Une quinzaine d'entreprises dont les patrons avait collaboré sont réquisitionnés par les ouvriers. Des conseils en contrôleront la production pendant plus de 2 ans. En france la collaboration devient un bon prétexte pour s'attaquer à un millier de patrons. » L'idée n'est pas totalement fausse."


Jugement bien sévère pour un article dans un petit encart de 12.5 lignes du fanzine...


Je trouve qu'un simple article mettant le doigt sur "l'impasse ou racourcit historique" aurait largement suffit...ou, plus classe, envoyer un article complément qui aurait ammené " la vérité ", mais partager de l'info, pour cetainEs, ça fait encore mal au cul...et ils/elles préfèrent plutôt casser du sucre sur le dos de celui qui essaye de faire quelque chose.

 

Pourquoi tant de haine ? Des comptes d'épiciers à régler...sans doutes....

portefeuille-anarchie-avec-chainette-.jpg

Pour ceux et celles qui veulent aller plus loin concernant ces histoires de Lutte :

Robert Mencherini,  La Libération et les entreprises sous gestion ouvrière – Marseille, 1944-1948


13:51 | Lien permanent | Commentaires (0) |

DOGS " Don't need your lovin...anymore "

11:25 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Vidéo Manif anticarcérale Prison de la Santé du 28 mars 2010

prise chez Indy

Les images vidéo de la manif que j’ai filmée (Debbio) jusqu’à 17H15, avant les interpellations, mais déjà encerclée par les CRS.


Manif devant la prison de la Santé : 110 arrestations

10:33 | Lien permanent | Commentaires (2) |

La France et l'Espagne pourraient mettre en place des "équipes communes d'enquête" contre le trafic de drogue.

Drogue : police commune ?

Par PelletierEric, publié le 01/02/2010 à 12:00

En marge du sommet européen consacré à la sécurité qui s'est ouvert à Tolède le 21 janvier, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a proposé à son homologue espagnol la création d'"équipes communes d'enquête" pour lutter contre le trafic de drogue. Des policiers français pourraient être intégrés aux services locaux, à Madrid ou à Malaga. Aujourd'hui, des enquêteurs espagnols participent, selon les mêmes modalités, au dispositif antiterroriste français pour lutter contre ETA, l'organisation séparatiste basque.

 

 

Cabecera Ministerio de Asuntos Exteriores y Cooperacion

LE SECRÉTAIRE D'ÉTAT POUR L'UE FAIT LE BILAN DES DEUX PREMIERS MOIS DE LA PRÉSIDENCE ESPAGNOLE DE L'UE :

(extrait)

* La Présidence espagnole a obtenu, lors du Conseil JAI du 25 février, l'adoption de la Stratégie de sécurité intérieure incluse dans le programme de Stockholm sur la sécurité, la liberté et la justice, ratifié sous la Présidence suédoise.

La nouvelle stratégie définit les menaces communes pour les États membres, les instruments permettant de lutter contre ces dernières et les priorités d'action future.

* Signature de la Déclaration de Tolède pour le renforcement de la coopération entre l'UE et les États-Unis en matière de sécurité et de lutte anti-terroriste.

* Présentation des travaux concernant la création du futur Parquet européen destiné à lutter contre la criminalité transnationale au sein de l'UE : corruption, trafic de drogue, traite d'êtres humains, etc.

 

 

FR
13.1.2010                                  Journal officiel de l’Union européenne                            L 8/11
TRADUCTION
ACCORD
entre l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique sur le traitement et le transfert de données
de messagerie financière de l’Union européenne aux États-Unis d’Amérique aux fins du programme
de surveillance du financement du terrorisme

doc PDF

extrait :

L’UNION EUROPÉENNE,


d’une part, et


LES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE,
d’autre part, dénommés ci-après «les parties»,


DÉSIRANT prévenir et combattre le terrorisme et son financement, notamment en procédant à un échange mutuel d’informations, de façon à protéger leurs sociétés démocratiques respectives et les valeurs, les droits et les libertés qui sont les leurs;


ASPIRANT à renforcer et à encourager la coopération entre les parties dans l’esprit du partenariat transatlantique;


RAPPELANT les conventions des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme et son financement, ainsi que les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, en particulier sa résolution 1373 (2001);


RECONNAISSANT que le programme de surveillance du financement du terrorisme (TFTP) mis en place par le dépar­ tement du Trésor des États-Unis a contribué à identifier et à arrêter des terroristes et leurs financiers, et qu’il a permis d’obtenir de nombreux indices qui ont été communiqués à des fins de lutte contre le terrorisme aux autorités compétentes du monde entier et présentent un intérêt particulier pour les États membres de l’Union européenne («les États membres»);

 

bla bla bla bla bla.......

 

 

 

 

Elque no balla es policia naciona

 

 


09:27 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/03/2010

Rappel : Un rassemblement au Plateau des Glières le dimanche 16 mai 2010

Dans la continuité du film Walter Retour en Résistance, http://www.walterretourenresistance.com

Un rassemblement au Plateau des Glières le dimanche 16 mai 2010.

Il est organisé par l’ass. « Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui » (74)

www.citoyens-resistants.fr

C’est la 4ème édition, avec en avant goût :

http://www.fsd74.org/spip.php?article2287

> Programme de la journée : 10h30 rendez-vous au parking Interventions : Raymond Aubrac et Stéphane Hessel, Odette Nilès, Serge Portelli (magistrat), un médecin désobéisseur et un journaliste.

> Pique nique Utopia63 met en place un car pour se rendre sur place avec : Un départ de Clermont Péage des Martres d’Artières 05h15 environ Arrêt péage Thiers ouest 5h45 Retour Clermont Fd 22h00 environ Prix 35 euros par personne (repas tiré du sac à prévoir).

Attention : Le déplacement sera confirmé si il y a suffisamment d’inscrits au 20 avril 2010.

Merci de transmettre cette information dans vos réseaux, Les inscriptions seront validées avec le paiement par chèque à l’ordre de UTOPIA63. Indiquer départ Clermont ou départ Thiers.

Adresse : Hervé TORREGROSA 41 rue des Papéteries

- La Vidalie

- 63 300 THIERS.

06 99 88 74 95

Bulletin d’inscription:

Glières+Bulletin+d’inscription+RV (pdf)

Glières+Bulletin+d’inscription (Word)

18:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les TCL : le Top des Collabos Lyonnais

pris chez rebellyon info

Publié lundi 29 mars 2010

En milieu d’aprèm, arrêt de tram route de Vienne : 8 flics et une dizaine de contrôleurs besognent. Ça grattouille des contraventions et puis sur le trottoir, un peu cachée derrière le distributeur de tickets, la police est sur un gros coup : un mec n’a pas de papier, il est black en plus : Monte dans la batmobile direction comico puis CRA, la justice n’attend pas.

Un contrôleur à un flic :
- Et pour la contravention on fait comment ? J’ai pas pris d’adresse du coup…
- C’est pas grave, envoyez-la nous, on fera suivre.

Nous à un contrôleur :
- Alors, c’est cool la collaboration avec la police, ça se passe.
- Oh, vous savez, j’fais mon travail, je mets des contraventions et puis juste, quand une personne n’est pas en règle, je la mets de coté.
- Vous appelez les flics quoi. C’est un peu ça la collaboration ! C’était un peu la même avec les juifs, un contrôle, les papiers, et puis hop dans le train direction les camps.
- Non mais là c’est pas pareil, il va pas aller en prison pour un ticket (genre il comprend pas de quoi on lui cause)
- Un centre de rétention, murs, grillages et surveillants, t’appelles pas ça une prison ?
Un autre contrôleur :
- Et puis y’avait pas que les juifs qu’on envoyait dans les camps… P’tit sourire cynique en coin, (style "vous aussi vous pourriez y aller p’tits cons").
- Toutes façons, c’est vos parents, c’est vous, qui avez fait ce système comme il est. Moi je travaille, c’est tout. Si vous êtes pas content, faut le changer, faut vous organiser (le type est d’origine immigrée).
- C’est ça, toi t’es responsable de rien, tu fais rien.
- Si je suis responsable. Mais c’est pas des gens comme moi qui ont collaboré avec les nazis, c’est des chômeurs comme vous qui collaboraient par ce qu’ils avaient pas d’argent. Vous avez vu comment vous êtes sapé ! Moi je travaille, moi !
- Mais t’es un ouf, tu fais quoi là ?! Nous on préfère manger c’qu’on mange plutôt que bouffer du steak à genoux comme toi.

On essaye de s’approcher du type que les condés embarquent :
- Psst ! c’est quoi ton nom ?
Les flics :
- Hey là ! dégagez ! y’a rien à voir, allez de l’autre coté, ça vous concerne pas !
Et nous de répondre ironiquement que y’a aucune loi qui nous interdit d’être là et de demander son nom à ce gars. Un contrôleur en profite pour placer que c’est des lois d’abruti comme nous qui les empêchent de travailler.
Bref, on insiste, on les suit, les poursuit même jusqu’à leur voiture et on finit par avoir le nom du type. On demande au flics de quoi ils ont honte pour se cacher comme ça et on se fait coller contre un poteau avec l’ordre de dégager si on veut pas se faire embarquer. Mais rien de verbal hein ! Tout est dans le langage du corps là !

Le cœur qui bat à la chamade on s’barre, "chômeur, plutôt que contrôleur !", direction l’arrêt de tram précédent. Dans les trams qui suivront, on entre pour prévenir en gueulant un peu que les flics et les leurleurs vont contrôler au prochain arrêt, qu’ils embarquent direct ceux qu’ont pas de papiers.
Un peu l’impression d’être pris pour des tarrés par des gens qui nous soupçonnent de raconter des histoires… "bas ouai, on n’est pas dans un film là, illes croient tellement plus à ce qu’on nous bassine à la télé que quand c’est dans la vrai vie, illes arrivent plus a y croire non plus". Un peu de sourire par ci par là quand même. Mais bon, quelques personnes sont sortis après nous avoir entendu et quelques autres ont préféré ne pas monter et continuer à pieds.

Peut être bien que "les gens" voient pas comment c’est flippant cette frontière invisible qui existe quand à tous moments tu peux te faire embarquer parce que t’as pas le laissez-passer, parce que cet état t’a pas reconnu comme un de ses sujets ou comme un "ayant droit" de circuler sur ses terres… Ça mériterait qu’on foute des barbelés partout pour la faire exister cette frontière, pour emmerder un peu ce monde de résignéEs qui aime trop bien ne pas voir pour ne pas lever le petit doigt, qui quand illes matent pas la télé, matent leur pieds quand faudrait pousser une gueulante.

Trop ouf de dépossession politique, ces types qui se perçoivent comme de simples travailleurs qui n’ont pas d’actes politiques à poser et qui nous nous perçoivent comme des moralistes qui leur prenons la tête, à les juger dans leur actes et qu’on devrait plutôt aller emmerder les hautes sphères et faire de la politique etc… que eux ils ont pas choisis, comme nous dit ce type d’origine immigrée, que cette société lui a imposé son job, qu’il est pas en mesure de choisir. Mais voilà, tellement la normalisation sociale travaille, tellement le schéma du bon français s’impose que c’est nous qui devenons les potentiels collabos parcqu’on est des citoyens de seconde zone qui n’embrassons pas Marianne et sa nation.

Blasant la guerre entre pauvres, entre ces bons citoyens qui ont un taff de merde payé une misère et d’autres précaires, ou encore de voir des français fils d’immigrés qui arrêtent des migrants quasiment comme un acte d’intégration.

09:20 | Lien permanent | Commentaires (0) |

CRA du Mesnil-Amelot

Manif devant le CRA du Mesnil-Amelot

AFP
29/03/2010 |

Environ 300 personnes se sont réunies aujourd'hui à l'appel d'une quinzaine d'associations près du nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, formant un cercle de silence pour dénoncer son ouverture.

"Ce qui se passe avec la construction de ce nouveau centre de rétention est expressif de cette déshumanisation de la politique à l'égard des étrangers", c'est "important de dire notre honte et notre outrage", a affirmé Alain Richard, Franciscain de la communauté de Toulouse, à l'initiative des cercles de silence.

Derrière des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "non au traitement inhumain des immigrés" ou encore "non à l'enfermement des enfants", 300 membres d'associations, riverains ou élus locaux se sont réunis à plusieurs centaines de mètres du nouveau CRA, sans pouvoir accéder à son entrée principale, la route étant bloquée par la police. Plus de 800 messages écrits à destination des retenus étaient également affichés sur un long drap blanc porté par les participants.

Le plus grand centre de rétention de France

Ce nouveau CRA qui devait initialement ouvrir aujourd'hui n'a toujours pas de date officielle d'ouverture. "Nous ne laisserons pas mettre les enfants en prison" a martelé Richard Moyon du Réseau Education sans Frontières (RESF), avant de dénoncer "une chasse à l'enfant intensive" avec l'ouverture de ce nouveau CRA qui comptera 40 places pour des familles. Dominique Nogueres, vice-présidente de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) a regretté l'existence d'une "cité judiciaire à l'intérieur du CRA", qui "éloignera le plus possible les étrangers d'une justice digne et responsable".
Entouré de hauts grillages, de barbelés, de haies épineuses et d'un chemin de ronde, surmonté d'un mirador, le centre est équipé de multiples caméras de vidéo-surveillance, de détecteurs de mouvements et de portes à ouverture magnétiques contrôlés à distance, selon la Cimade, seule ONG autorisée à y intervenir. Dans ce centre de rétention, le plus grand de France, qui va se rajouter au premier CRA de Mesnil-Amelot, il y aura 240 places.(le Figaro)

Le Cra pas encore ouvert, déjà critiqué

Créé le 26.03.10 à 03h39
Mis à jour le 26.03.10 à 03h39
Le nouveau site comportera 2 CRA de 120 places séparés par des bâtiments administratifs.
Le nouveau site comportera 2 CRA de 120 places séparés par des bâtiments administratifs./ S. POUZET / 20 MINUTES

Immigration Un deuxième centre de rétention administrative doit ouvrir au Mesnil-Amelot (77)

Le nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) n'a pas encore ouvert qu'il fait déjà parler de lui. D'après les associations, l'édifice ressemblerait davantage à une prison qu'à un centre de retenue pour les sans-papiers, censés demeurer libres de leurs mouvements. « On ressent une froideur sécuritaire dans cet établissement carcéral », dénonce Clémence Richard, correspondante à la Cimade. Une délégation de l'ONG de défense des droits des migrants a pu visiter à plusieurs reprises le bâtiment avant son ouverture, prévue dans quelques semaines.

Univers carcéral et sécuritaire
Grillages, haies épineuses, barbelés, caméras, détecteurs de mouvements… Il faudra montrer patte blanche à l'entrée. « La police aux frontières contrôlera les entrées et même les déplacements à l'intérieur des bâtiments », déplore Damien Nantes, responsable du service défense des étrangers à la Cimade. « Ils sont retenus pour une faute administrative. On ne peut pas les considérer comme de dangereux délinquants. » Sans compter le bruit incessant des avions qui atterrissent à Roissy, dont une des pistes est dans l'axe des bâtiments.

Un bâtiment jugé « illégal »
La CRA du Mesnil-Amelot pourra « accueillir » jusqu'à 240 retenus (lire encadré). Problème, le décret du 30 mai 2005 fixe une limite de 140 places pour les centres de rétention. Les autorités justifient ce surnombre par une division du site en deux CRA séparés d'une route, mais ce n'est pas l'avis des associations. « Il n'y a qu'une seule entrée, un seul tour de ronde pour les gardiens, un seul grillage autour de l'enceinte. Il n'y a donc bel et bien qu'un seul CRA, de 240 places, ce qui est illégal », estime Damien Nantes. « C'est faux. Nous communiquerons une fois les travaux terminés », répond-on au ministère de l'Immigration. L'association a déposé un recours devant le tribunal administratif en janvier pour annuler l'arrêté ordonnant l'ouverture de l'établissement.

Un « village judiciaire » dans le CRA
L'idée n'est pas nouvelle. La création de salles d'audience délocalisées date de 2003. Mais il y a deux ans, la Cour de cassation avait rappelé que si les tribunaux pouvaient s'installer « à côté » des CRA, cela ne voulait pas dire « à l'intérieur ». « Ce village judiciaire est bien commode. Il est à l'abri du regard du public et du contrôle démocratique », s'inquiète Patrick Henriot, du Syndicat de la magistrature. Le ministère de la Justice est d'ailleurs prêt à y mettre les moyens.
« Pour relier avec un réseau sécurisé les salles au tribunal de grande instance de Meaux et de Bobigny, cela coûterait 200 000 € chaque année. « Il n'y a plus de séparation des pouvoirs, les droits de la défense sont complètement bafoués », ajoute Marianne Lagrue, du syndicat des avocats de France.

Un camp pour les enfants
Ce sera LE centre de rétention des enfants en Ile-de-France. Deux bâtiments, soit 40 places, seront réservés aux familles. Depuis le décret de 2005 qui autorise la retenue des mineurs, 262 enfants ont été enfermés en France. « Ce n'est pas parce qu'il y a du matériel de puériculture qu'on peut les mettre en prison », dénonce la Cimade.

William Molinié


Silence en bout de piste! On expulse...

Au Mesnil-Amelot, en bordure de l'aéroport Charles De Gaulle, se trouve un bâtiment dit "village judiciaire" avec, au rez-de-chaussée, les locaux de police et, au premier étage, des salles d’audience du Tribunal de Meaux délocalisées. Le tout à l'intérieur de la clôture de sécurité entourant le Centre de Rétention Administrative qui recevra 40 personnes par jour, pour finalement en expulser une partie. Ouverture: le 29 mars 2010.

Pour les défenseurs du droit des étrangers à vivre dignement dans le pays où ils projettent leur avenir et celui de leur famille, les Centres de Rétention Administrative (CRA) représentent l'ultime étape d'une série de mauvais traitements contre lesquels il faut lutter inlassablement. Lieux d'enfermement de personnes dont le seul crime est de vivre et travailler en France sans titre de séjour, pour qui l'accès au droit ne peut se faire que dans l'urgence, où l'on place des familles complètes, ils génèrent des tensions mortelles; mutilations, suicides, incendies.

Le nouveau CRA de 240 places ouvre ses portes (si l'on ose dire...) le 29 mars 2010. Nous relayons l'appel à marquer l'opposition à cette ouverture par un Cercle de Silence sur place.

Martine et Jean-Claude Vernier

Ce centre sera le plus grand de France. Il s’ajoutera au premier CRA du Mesnil-Amelot, qui compte déjà 140 places.

 

pistes_mesnil_1_2.jpg

 

L’entrée en fonction de ce véritable camp marque une nouvelle étape de ce que les associations de défense des droits des migrants ont qualifié depuis 2004 d’industrialisation de la rétention. D'exceptionnel, l'enfermement des personnes en situation irrégulière devient peu à peu un outil banal de la politique migratoire. C’est une première atteinte à la dignité des personnes.

Le futur centre de rétention (schema ci dessus) comptera 240 places dont 40 places réservées aux familles. Il est organisé en six "unités de vie" de 40 places, disposées autour de deux bâtiments administratifs jumeaux, eux-mêmes reliés par une passerelle de commandement. Une double enceinte grillagée et barbelée entoure l’ensemble du camp. Des dizaines de caméras et des détecteurs de mouvements complètent ce dispositif carcéral.

Comme pour le CRA de Vincennes, l’Administration utilise la fiction de deux centres de rétention mitoyens pour contourner la réglementation : celle-ci limite à 140 places la capacité d’un centre de rétention.

La construction envisagée de deux salles d’audiences à proximité immédiate du camp instituera une justice d’exception éloignée de tout regard de la société civile.

Un centre de 240 places représente une moyenne de 40 arrivées par jour (c’était le cas au CRA de Vincennes avant l’incendie du 22 juin 2008). Comme l’a montré la situation de Vincennes, ce type d’univers déshumanisé favorise, encore plus qu’ailleurs, le non-droit, les violences, les auto-mutilations et les tentatives de suicide.

Un tel camp ne pourra fonctionner qu'au mépris du respect des droits et de la dignité des personnes qui vont y être enfermées. S'opposer à son ouverture c'est défendre leurs droits fondamentaux d’êtres humains.

Nous nous opposons à l’ouverture du futur centre de rétention du Mesnil Amelot. Nous  dénonçons la criminalisation des migrants et appelons les citoyens et les élus à se mobiliser contre l’internement administratif des étrangers.

Nous appelons tous ceux qui le peuvent à venir se joindre à un cercle de silence qui se tiendra  devant le nouveau centre du Mesnil-Amelot le 29 mars à 13h 30

Nous appelons tous les prochains cercles de silence à informer sur cette ouverture et à faire signer l'appel contre celle-ci.

Pour trouver des éléments d'informations sur le camp voir le ici. Des indications (navettes mises en place, trajet) pour se rendre au Mesnil le 29 seront mises en place.

Les billets récents de Fini de rire sont ici et le sommaire complet est .

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, nous contacter .

08:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu