Avertir le modérateur

10/04/2010

Kidnap your boss! A Greek première

Friday, April 9, 2010

Following the fine tradition of “boss kidnapping” in France and elsewhere, workers at the courier company INTERATTICA in Athens decided to take direct action today, when it was announced that the company was going bankrupt and that all 205 of them would be sacked with no compensation. Immediately, all exits to the company’s building were blocked by the workers, trapping the local management inside. Communication was swiftly established with representatives of the company’s headquarters in Paris.A small police force that appeared outside the building threatened with a riot police intervention but retreated soon after.

“Miraculously”, the “bankrupt” company managed to secure the funds to compensate the workers a few hours after the kidnapping. By 1900 local time (GMT+2), the management submitted  a written guarantee that all workers were to be compensated within the next calendar month. Currently (1930 GMT+2), a workers’ committee remains in the building and will stay, guarding the company’s valuables in the building, until all compensations are paid off.

There are constant updates in Greek and photos from today’s events at the website of the Anarchist Innitiative of Aigaleo (Athens).

More updates on the INTERATTICA case on Monday.

After the Greek Riots

 

 

Suivant la plus pure tradition de France et d'ailleurs du "boss-snaping" (ou l'art d'inviter son patron à rester avec les travailleurs sur le lieu de travail pour partager un moment de convivialité prolongé et des discussions franches autour de la notion de lutte des classes), les travailleurs d'Athènes de la compagnie de messagerie INTERATTICA, filiale de la multinationale française Géopost (Chronopost, Exapaq) ont décidé d'enclencher l'action directe aujourd'hui quand on leur a annoncé que la compagnie avait fait faillite et que les 205 salariés allaient être virés sans aucune compensation.

Immédiatement, toutes les sorties du bâtiment ont été bloquées par les travailleurs, qui ont ainsi invité fermement le management à prolonger son séjour avec eux sur les lieux mêmes de l'entreprise.

La communication a été promptement établie avec la siège parisien de la multinationale. Une petite escouade de police est venue faire une apparition à l'extérieur du bâtiment, menaçant de faire appel à une intervention de la police anti émeute, mais ils ont rapidement quitté les lieux peu après.

"Miraculeusement", la compagnie "en faillite" a annoncé avoir réussi à sécuriser les fonds nécessaires pour compenser les travailleurs seulement quelques heures après la retenue du management. A 19 heures (heure locale), le management a remis une promesse écrite que tous les travailleurs seraient compensés dans le prochain mois calendaire.
Actuellement, à 19h30, le comité des travailleurs à décidé de rester dans les bâtiments, gardant les biens et les valeurs de la compagnie, jusqu'à ce que touts les compensations soient effectivement payées.

A suivre ...

 

08:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu