Avertir le modérateur

01/05/2010

Dammarie-les-Lys : ETA "rectifie" le tir

Par communiqué de presse, l'ETA accuse la police française d'être à l'origine de la fusillade qui a coûté la vie à un policier français le 16 mars, et appelle aux "compromis de toutes les parties".

Dans un communiqué écrit en basque et adressé au quotidien Gara, l'organisation armée basque ETA accuse la police française d'être à l'origine de l'échange de tirs au cours duquel un policier français est mort, le 16 mars, à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne).

Madrid et Paris, qui ont rapidement rendu l'ETA responsable de la mort du policier, doivent "s'interroger" sur leurs responsabilités actuelles, la résolution du conflit consistant à "abandonner le chemin stérile de la répression et, à travers le dialogue et la négociation, à se positionner en faveur d'une solution démocratique basée sur le respect de la volonté du peuple basque".

Selon l'ETA, la fusillade trouverait son origine dans l'action de la police française contre ses militants, et en aucun cas l'inverse : "ce sont eux (les policiers français) qui ont approché les gudaris ("soldats" en basque, ndlr) d'ETA pour les séquestrer et qui ont été les premiers à tirer", insiste le communiqué.

Elle affirme qu'après avoir "neutralisé" et "séquestré" ce soir-là quatre militants de l'ETA, la police française "a tiré deux fois en direction d'un militant au sol et sans arme".

Trois autres membres de l'ETA se seraient alors approchés et ont ordonné aux policiers français de "jeter leurs armes et de s'en aller", explique le texte, selon lequel deux policiers ont commencé à se retirer pendant que d'autres ont pointé leurs armes et commencé à tirer.

"C'est ainsi qu'ont débuté les tirs", assure le texte, qui affirme que les "militants d'ETA ont tiré neuf coups de feu, les policiers français, beaucoup plus".

Dans la fusillade, un policier français, Jean-Serge Nérin, 52 ans, a été tué dans la fusillade qui a suivi, et un militant basque de 27 ans, qui a affirmé appartenir à l'ETA, a été arrêté.

Dans un conflit "où les garanties et les compromis de toutes les parties sont nécessaires pour construire un scénario démocratique qui garantira une sortie solide et permanente", ce communiqué intervient alors que le Pays Basque célèbre ce week-end l'Aberri Eguna ("jour de la patrie").

Dans son communiqué, ETA considère que, face à une "photographie politique éclaircie du Pays Basque", ne subsisterait qu'un seul dilemne : "rester enchaîner à la France et l'Espagne ou choisir l'indépendance qui ouvre la porte au développement social, politique, culturel et économique du Pays Basque".

"Entre ces deux projets", conclut le communiqué, "'l'intention d'ETA est de porter une confrontation démocratique qui respectera ce que les citoyens basques décideront, dans un scénario sans violences, sans limites et sans ingérences".

Le communiqué se termine par des condoléances adressées aux proches du militant basque Jon Anza, dont le corps sans vie a été retrouvé dans un hôpital de Toulouse le mois dernier.
04/04/2010 | eitb.com

08:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu