Avertir le modérateur

09/07/2010

Afghanistan : l’aveu d’un échec


“Afghanistan: désormais cette guerre est celle des Etats-Unis”, titre The Independent. L’annonce du prochain retrait des troupes britanniques de la région de Sangin, dans la province de Helmand, sonne comme l’aveu d’un échec. À l’automne, les 1 400 hommes présents sur place seront remplacés par des Marines de l’armée américaine. Sur les 312 soldats britanniques morts dans le pays, plus de 100 ont été tués près de Sangin, territoire le plus meurtrier pour les soldats de l’OTAN et considéré comme le bastion des talibans. “Conserver son statut de principal allié des États-Unis est l’unique raison pour laquelle la Grande-Bretagne combat en Afghanistan”, estime le quotidien.

piqué sur www.courrierinternational.com - 08/07/2010

 

Général Lamballe : "Il faut quitter l'Afghanistan, le laisser à son sort..."

Le général (2S) Alain Lamballe est un spécialiste reconnu de l'Asie du sud. Il est l'un des principaux contributeurs de la lettre d'information "le Milieu des Empires" dans laquelle il vient de publier une analyse sur la situation afghane qui rejoint celle que j'ai essayé de développer dans "Mourir pour l'Afghanistan". Des positions proches de celles défendues par certains au sein de l'Administration Obama, notamment par le vice-président Joe Biden. En voici les principaux extraits.

"La plupart des observateurs et analystes estiment aujourd’hui qu’aucune solution militaire ne peut être envisagée en Afghanistan. Désormais, l’on parle d’une solution politique. C’est une autre chimère. Il n’y a pas plus de solution politique que de solution militaire. Quand bien même on parviendrait à un accord, les parties afghanes signataires (gouvernement de Karzai, talibans, mouvements autonomes, …) pourraient ensemble ou séparément le déchirer dès le départ des troupes étrangères. Quant aux mouvements et factions non signataires, ils dénonceraient le manque de concertation et affirmeraient la non légitimité de l’accord.

Il faut quitter l’Afghanistan, le laisser à son sort, laisser les Afghans choisir leur propre destin, la guerre civile ou la réconciliation. Si, après notre départ d’Afghanistan, les talibans s’emparent par la force ou non du pouvoir, ce qui est vraisemblable, laissons-les gouverner à leur guise. Les populations qu’ils administreront finiront bien par s’apercevoir qu’ils ne sont pas meilleurs et plus efficaces que les modérés. Ils seront probablement pires et alors, après une prise de conscience populaire, tout peut changer, mais seulement de par la volonté des Afghans.

Si les talibans et les membres d’Al Qaïda nous menacent à partir de leur sanctuaire afghan, protégeons-nous mieux en développant encore nos services de renseignement, en engageant des actions offensives localisées mais seulement sur information précise"

Le général Lamballe a effectué l'essentiel de sa carrière dans le renseignement et les relations internationales. Saint-Cyrien, il  a d'abord servi en Algérie (commando de chasse). Docteur en sociologie politique, il est également diplômé des Langues-O. Il a par exemple été en poste au Pakistan et en Inde.

piqué sur secretdefense.blogs.liberation.fr - 09/07/2010

 

Afghanistan: un ex-soldat anglais libéré

Un ancien soldat britannique devenu patron d'une entreprise de sécurité à Kaboul [c'est pour une oeuvre...] est sorti de sa prison afghane après avoir été acquitté en appel du délit de corruption, a-t-on appris jeudi auprès de son entourage. "Nous avons compris qu'il avait été libéré de la prison de Pul-e-Charkhi mais nous ne savons toujours pas avec certitude où il a été emmené, ni ce qui va se passer maintenant", a déclaré la fille de William Shaw, Lisa Luckyn-Malone, jointe par l'AFP à Londres.

"Nous attendons la confirmation formelle de ce qui se passe exactement là-bas", a-t-elle ajouté. William Shaw avait été condamné en avril à deux ans de prison, après avoir été reconnu coupable d'avoir donné un pot-de-vin à un officiel afghan [impensable quand on connait le pays].

L'ex-soldat, dont la société de sécurité travaille pour les ambassades occidentales à Kaboul, avait reconnu avoir payé pour obtenir la restitution de deux voitures blindées confisquées. Il avait considéré qu'il s'agissait d'un règlement légal pour récupérer les véhicules et non d'un pot-de-vin.

piqué sur www.lefigaro.fr - 08/07/2010

 

Bientôt 4 000 soldats français engagés dans une « guerre compliquée »


Le nouveau chef d'état-major des armées, l'amiral Edouard Guillaud, a annoncé que les effectifs militaires français en Afghanistan seraient « bientôt » portés de 3 750 à 4 000 hommes, engagés dans une guerre « compliquée », lors d'une audition au Sénat. Il a ainsi noté qu'à « chacune de leurs sorties », les soldats français « sont harcelés par les tirs ou les IED (Improvised explosive device, mines artisanales) des insurgés ». « Nous recensons en moyenne 5 à 7 accrochages par semaine »

piqué sur www.leprogres.fr - 05/07/2010

 

A_stan.jpg

Par précaution contre une explosion d'IED, la route est ouverte par le petit troupeau de mouton et un jeune berger...

14:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu