Avertir le modérateur

31/10/2010

Forum antirépression à Poitiers les 13 et 14 novembre 2010

affiche.jpg

http://nantes.indymedia.org/article/22120

20:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

1er ANTI SOMMET DU CLOWNISTAN - Strasbourg

http://bxl.indymedia.org/articles/511

Strasbourg ; 4, 5, 6 novembre 2010 !

Venez nombreux, nombreuses, permis de séjouir et peine de mort de rire pour tout le monde !!!

Imga0526-medium

Imga0533-medium

Imga0576-medium

si vous souhaitez pustuler pour ce stage de déformation... et decouvrir l'identité NON nationale Clownistanaise...

(roulement de tambourds)

(idem)

contactez ce contact : clownistan@gmail.com

 

au menu de cette déformation :

1. l'identité NON nationale c'est quoi ?

projections, discussions, partages sur notre identité nationale "subie" et celle que nous pouvons construire, choisir

2. l'armée des clowns c'est quoi ?

- une campagne publicitaire affiche ce slogan provocateur : " devenez vous même . com " et devinez ???

c'est la nouvelle campagne de recrutement de l'armée de Terre !

Le Clownistan prépare sa riposte : " devenez vous même . clown ", la contre campagne !

- présentation de la " Clandestine Insurgent Rebels Clowns Army " alias CIRCA et de son histoire non nationale... la surpuissante interpanationale armée des clowns !

- découvertes des jeux subversifs et susceptibles de troubler le désordre public

- échanges d'expériences activistes sur toutes les actions possibles et inimaginables dans la rue, les entreprises, les temples commerciaux, les églises de la sainte consommation, les hotels de popolis, les hotels de ville, les baises militaires, chez Interpopol, etc etc

3. le Clownistan c'est quoi ???

Historique depuis le Jour Premier... mi septembre au Royaume de Belgique avec qui nous sommes en pleins troubles aux désordres diplomatiques et à qui nous avons ouvertement déclaré la guerre intersydérale à coup de peines de morts de rire et autres attaques bizoutiques !

Historique donc... en complément de celui de l'armée des clowns.

bases :

décisions collectives sans chef et au consensus

individus qui s'organisent en réseaux, associations sans chefs

chaque individu possède la non nationalité clownistanaise et occupe simultannement les fonctions d'ambrassadrices / ambrassdeurs, Prézi Dictateur Généralement Génial, mili-Terre, antene locale, porte ta parole, etc etc

notre origine est No Border !

des actions sont prévues chaque jour si il le faut, et il le faut, ne serait ce que pour faire rire, sourire, donner un peu (beaucoup) de joie dans ce monde si triste...

la Bienveillance est notre loi ultime : nous partons du principe que ce sont des êtres bienveillants qui feront une société bienveillante... donc c'est à NOUS de commencer par nous même en refusant la concurrence et en expérimentant le partage, en refusant la destruction de la planète et en la protégeant, bref... bla bla bla

rejoignez nous dans ce projet qui ne se fixe aucune limite, aucun cadre, si ce n'est de bien se marrer et de faire la rire volution partout et pour toujours !!!

ambrassades no border de quelque part entre ici et là, partout et ailleurs...

 

20:12 | Lien permanent | Commentaires (1) |

30/10/2010

Provocations policières - Raymond Marcellin - 21 juin 1973, le train gauchiste et les groupes de combats...

retrouver ce média sur www.ina.fr

Interview de Raymond MARCELLIN, ministre de l'Intérieur, dans un parc, sur l'attitude de la police accusée de négligence volontaire.

"...n'intervient pas dans notre justice qui est indépendante fort heureusement..."

21:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

autour des violences policières

banner_top


Une large partie des sons sur cette page est consacrée au traitement des violences policières qui ont malmené le mouvement citoyen de soutien aux "sans-papiers" et de critique de la politique migratoire européenne autour des activités du NO border camp 2010. A Bruxelles, du 26 septembre au 2 octobre 2010, les activistes engagé(e)s dans la lutte contre les centres-fermés et pour la liberté de circulation ont du faire face à une telle violence dans la "répression préventive" (sic) qu'il leur devenait presque impossible d'exprimer un message entre deux rafles policières.

la suite ici

13:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/10/2010

Bulletin Rebetiko n2 : s'organiser pour continuer

Le retour à la normale tant annoncé a raté son rendez-vous avec les vacances. Chaque jour les blocages continuent et ce mercredi
un quart des stations n’étaient toujours pas approvisionnées. Dans le même temps, l’auto-organisation s’enracine : rapidité de
décision et d’action, mobilité, prise d’initiative, mais aussi assemblées populaires, caisses de grève et de solidarité.
...

 

PDF Document bulletin rebetiko n2 0,85 Mb

19:58 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Alain, expert de New-York à Beijing... le salaire de la peur...

 

Info.expoprotection.com : Quelles sont les principales mutations de la criminalité ces dernières années ? S’adapte-t-elle à la mondialisation ?

Alain Bauer : « Des atteintes aux biens en baisse importante mais marquées par une poussée de la cybercriminalité et une progression constante des atteintes aux personnes, notamment les agressions non crapuleuses. Des entreprises qui sont des cibles, non seulement pour leur production mais aussi pour leur image, leur valeur, leur recherche… Le crime, structurellement et culturellement, est organisé selon les règles de l'économie de marché. L'entreprise criminelle est une entreprise comme les autres, pratiquant l'intégration verticale et horizontale, intéressée aux nouveaux concepts de management, développant l'incentive pour ses personnels, investissant dans la recherche/développement, recyclant et refinançant sa trésorerie. Tout au plus pourrait-on lui reprocher une gestion de la concurrence quelque peu expéditive. Longtemps le crime fut spécialisé. Chaque organisation criminelle s’occupait d’un secteur particulier et laissait à ses homologues le soin d’investir d’autres domaines. Seuls les territoires étaient affaire de monopole par secteur. Puis, par capillarité, appât du gain ou agacement devant une cohabitation géographique imposée, proxénètes et trafiquants d’alcools se sont rapprochés, contrebandiers et faussaires ont commencé à dialoguer. Les opérateurs de stupéfiants se sont imposés au rythme des prohibitions nationales faisant suite à autant de laxisme étatique sur la question de l’opium que sur celle de la cocaïne. Il fut même un temps où les États occidentaux étaient les principaux dealers du monde, allant jusqu’à organiser une guerre contre un État souverain qui avait osé, le premier, interdire les stupéfiants : la Chine de Tseu Hi. »


Info.expoprotection.com : Peut-on dater l’apparition de cette « globalisation du crime » ?

Alain Bauer : « La globalisation du crime est un mouvement entamé parallèlement à l’ouverture des frontières géographiques et au développement des flux migratoires et financiers permettant l'interconnexion entre criminalité locale et d'origine italienne, irlandaise, polonaise, mais aussi basque, israélienne, albanaise, vietnamienne, chinoise, japonaise, etc. Les populations migrantes, dans leur plus grande partie (Afrique, Chine, Irak, Afghanistan…), sont les premières victimes des organisations criminelles mais masquent aussi l’implantation de groupes se dissimulant derrière de légitimes opérations humanitaires. Chacune choisit des points d'ancrage dans les nouveaux mondes – États Unis, Canada, Australie –, puis se développe et s'enracine dans un complexe mouvement d'accords locaux, d'expansion plus ou moins violente, de consolidation territoriale, d'intégration avec les organisations criminelles autochtones. À cet égard, « l’ennemi intérieur criminel » s’appuie naturellement, après une phase de confrontation, sur des groupes locaux, qu’ils soient dominés ou bien ravis de cette opportunité d’expansion. Il en fut ainsi des Irlandais à New York, des Chinois dans l’Ouest américain, des Italiens ou des Russes sur la façade atlantique des États-Unis.

L'ouverture des frontières physiques, la dérégulation des économies et des investissements, la multiplication de bases off-shore pour l'optimisation fiscale (joli nom donné à la fraude), l'hypocrisie des États face à des confettis politiques (Bahamas, Chypre, Monaco, Luxembourg, Îles anglo-normandes, etc.) qui permettent de gérer corruption, rétrocommissions et fraudes en tout genre, ont permis au crime organisé de se connecter sur le même tuyau. Ainsi, rien de plus facile aujourd’hui que d’écouler le produit issus des opérations de trafic d'êtres humains ou de morceaux humains, de stupéfiants, d'œuvres d'art, de faux de toute nature (surtout médicaments, mais également pièces détachées, disques, groupes électrogènes, etc.). Faute de frontières et de gardes-frontières, physiques ou immatériels, la globalisation a renforcé les organisations criminelles, leur a permis de trouver des alliés, de créer de nouvelles filiales, d’investir de nouveaux marchés et de conquérir de nouvelles cibles. Elle a aussi permis à ces structures de s'enraciner dans des États « échoués », ou en voie de l'être (comme la Somalie), incapables d’assurer leurs missions vitales et donc livrés à l’anarchie, à la corruption et aux luttes intestines. États incestueux, où crime et administration cohabitent au prix d'une dramatique saignée sur l'économie nationale (Japon, Thaïlande, Argentine) ; états gangrénés (Pakistan, Italie, Albanie, Chine...), où les politiques de lutte contre la criminalité sont encore embryonnaires ou peu lisibles, peuplent nos univers médiatiques sans vraiment éveiller ni notre curiosité, ni nos inquiétudes. Partout opérateurs anciens et nouveaux évoluent, s’affirment, se combattent sous l’œil tantôt désabusé, tantôt interloqué des pouvoirs d’État. »


« La globalisation du crime est un mouvement entamé parallèlement à l’ouverture des frontières géographiques et au développement des flux migratoires et financiers »

la suite dans :

« une concurrence entre deux ordres »

 


Alain Bauer

 

« L'entreprise criminelle est une entreprise comme les autres, pratiquant l'intégration verticale et horizontale, intéressée aux nouveaux concepts de management, développant l'incentive pour ses personnels, investissant dans la recherche et le développement, recyclant et refinançant sa trésorerie. » Alain Bauer

13:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Oussama au secours d'Hortefeux

 

Oussama-Ben-Laden-1-2.jpg

"Si on n'a pas de Rolex à 50 ans, on a raté sa vie"

 

« Ces menaces sont la démonstration supplémentaire que ce qu’on avait dit et qui avait été corroboré par les services de renseignements français et des pays alliés était exact », confiait hier Brice Hortefeux au « Parisien  » - « Aujourd’hui en France ». Le ministre de l’Intérieur jugeait en septembre que la menace était « réelle » et assurait que la vigilance avait été « renforcée ». Dans l’entourage du chef de l’Etat comme du ministre de l’Intérieur, on indiquait hier soir « avoir déjà pris des mesures » face à une « menace terroriste élevée ». Pas question de surréagir à chaque communiqué, afin de « ne pas faire le jeu » des auteurs de ces menaces. « En l’état actuel de nos informations, soulignait Hortefeux, ces déclarations ne font que justifier le maintien de notre réponse face à la menace terroriste » avec le plan Vigipirate à son niveau rouge.

 

piqué au tas sur leparisien.fr - 28/10/2010

 

Or, comment le marché de la sécurité garderait-il son potentiel de profit, s'il n'entretenait pas lui-même les conditions objectives et subjectives qui le garantissent ? Pas de lutte contre la délinquance sans délinquance, pas de thérapie sans malades, pas de protection sans menaces. La logique mercantile exige que les fauteurs de rentabilité stimulent le champ social avec les galvanisations de la peur et la violence que les exorcise sans jamais y parer.

Raoul Vaneigem
(Pour l'abolition de la société marchande pour une société vivante, p.52, Rivages poche n°480)

12:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/10/2010

Caisse de grève

télécharger le doc

Courrier du 22/10/2010

 

14:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/10/2010

The Slits "Typical Girls" -

 

Adieu Ari Up, princesse du Punk et reine du Dancehall !

C’est le genre de nouvelle que l’on a du mal à croire, mais comme l’info vient directement de sa famille via le site
de John Lydon
aka Johnny Rotten le chanteur des Sex Pistols qui était aussi son beau père, on sait à malheureusement quoi s’en tenir. On ne reverra plus Ari, emporté à 48 ans.

la suite ici

10:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/10/2010

We're getting ready... What are you doing ?

 

23:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu