Avertir le modérateur

31/01/2011

Toy Dolls "My name is Bond"

11:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le spectaculaire au service de Thales et de la Sécurité aéroportuaire

rappel :

Le syndicats des entreprises de sûreté aéroportuaire (SESA) a dénoncé dans un communiqué "la recherche du sensationnel" du reportage diffusé ce soir dans envoyé spécial sur France 2 sur la "sécurité au rabais".

Dans ce reportage des journalistes ont déjoué les systèmes de sécurité des aéroports de Marseille et Roissy en voyageant en cabine avec un pistolet placé dans des bagages à main afin d'illustrer les failles de la sécurité dans les aéroports français, dont les fouilles aux portiques de sécurité sont assurés par des sociétés privées.

piqué au tas sur lefigaro.fr - 06/01/2011

 

Sécurité aéroportuaire : Thales soutient le développement de MultiX, spécialisée dans la détection par rayons X

Neuilly-sur-Seine, le 26 janvier 2011

Thales apporte ses technologies et entre au tour de table de la société spécialisée dans le domaine du contrôle des bagages et colis

Thales annonce aujourd’hui son entrée au tour de table de MultiX, entreprise de technologies innovantes au service de la sécurité aéroportuaire. Fondant son savoir-faire sur la maîtrise de la spectroscopie par rayons X, MultiX a été créée en octobre 2010, avec l’appui du CEA, par Jacques Doremus et Patrick Radisson, tous deux issus du groupe Thales.

Leader mondial des tubes électroniques, Thales Electron Devices, filiale du Groupe de haute technologie Thales, a créé une gamme complète de détecteurs à rayons X pour les applications d’imagerie médicale. A partir de ce coeur d’activité, les équipes de Thales et du CEA ont fait évoluer cette technologie vers la spectroscopie X ouvrant ainsi la voie au développement d’une nouvelle génération de détecteurs de substances illicites. Ces technologies rejoignent aujourd’hui le portefeuille de MultiX.

Pour Marko Erman, SVP Recherche et Technologie du groupe Thales : « C’est une satisfaction de voir des technologies d’abord développées au sein du Groupe trouver toute leur place dans une société aussi innovante que MultiX. Participer activement à l’écosystème d’innovation, c’est savoir interagir avec les établissements publics de recherche et les petites et moyennes entreprises innovantes. Dans les années à venir, nous souhaitons apporter notre soutien au développement de MultiX sur un marché globalisé dont l’expansion est soutenue par un contexte règlementaire en pleine évolution. »

Thales Corporate Ventures, la filiale capital-risque de Thales, a accompagné l’équipe de MultiX dans cette nouvelle étape de son développement, et participe à hauteur de 20% du capital, aux cotés de plusieurs partenaires de référence.

piqué au tas sur www.aeromorning.com - 27/01/2011

 

11:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

La Ligue du Nord joue les censeurs

Aux commandes de la Vénétie, le parti a annoncé qu'il comptait bannir certains ouvrages des bibliothèques municipales et établissements scolaires de la région. Ceux du journaliste Roberto Saviano et des écrivains qui soutiennent Cesare Battisti sont les premiers visés.

Il flotte un air de censure dans la Vénétie de la Ligue du Nord [parti populiste, fédéraliste et xénophobe]. Les écrivains pro-Battisti, d’abord spécifiquement pointés du doigt par un conseiller régional de Vénétie, sont maintenant mis au ban des écoles. Pendant ce temps, dans le silence général, les œuvres des auteurs politiquement gênants disparaissent des étagères dans les bibliothèques municipales.

"Nous n’avons aucune intention de réclamer un quelconque autodafé. Simplement, nous inviterons toutes les écoles de Vénétie à ne pas approuver, faire lire ou conserver dans leurs bibliothèques les textes 'non éducatifs' des écrivains italiens qui ont signé l’appel* [en 2004] en faveur de Cesare Battisti", précise Elena Donazzan, la conseillère régionale chargée de l'éducation et de la formation. Âgée de 39 ans, cette fervente catholique a fait ses armes au Front de la Jeunesse [organisation étudiante du MSI, Mouvement social italien, parti néo-fasciste] avant de passer à l’Alliance nationale (AN, héritier du MSI). "Un boycott civil est le minimum qu’on puisse demander à l’encontre des intellectuels qui réclament l’impunité pour quelqu’un qui a été condamné pour des crimes odieux", s’insurge-t-elle dans une lettre envoyée à tous les proviseurs de la région.

Elena Donazzan a lancé sa croisade après le "coup d’éclat" du conseiller à la culture de Vénétie, Raffaele Speranzon, qui a récemment attaqué les écrivains pro-Battisti, en lançant : "Hors des bibliothèques publiques, tous ces auteurs !" Maintenant, la conseillère régionale en demande officiellement la censure dans les écoles. Le président [Ligue du Nord] de la Vénétie, Luca Zaia, se range à ses côtés, qualifiant d'"abominable" l’affaire Battisti. "Les délinquants, on les jette en prison, on ne les laisse pas en liberté !", tonne-t-il.

En attendant, plusieurs bibliothèques de la région ont dénoncé des cas de censure de la Ligue du Nord - rampants ou explicites. Les livres de Roberto Saviano sont particulièrement visés. En novembre dernier, le directeur d’une bibliothèque de la province de Trévise a signalé que le maire Ligue du Nord de la ville avait explicitement demandé que les livres de l’auteur de Gomorra disparaissent des étagères. Une demande survenue quelques jours après la diffusion de l'émission de Saviano "Vieni via con me" et la polémique qui l'avait opposé au ministre de l'Intérieur Roberto Maroni [Ligue du Nord] - Saviano avait explicitement accusé le parti xénophobe d'avoir favorisé l'inflitration de la Camorra (mafia napolitaine) dans tout le Nord de l'Italie.

Il est difficile de prévoir les effets réels de cette fronde anti-écrivains. Giorgio Corà, proviseur du lycée à Vicence, est convaincu qu’on a “davantage affaire à une provocation politique qu’à une vraie volonté de mettre à l’index des livres. En tout cas, s’il existait des œuvres de ces auteurs dans la bibliothèque de mon école, je n’en empêcherai pas la libre consultation”. La combative Mme Donazzan a récemment défrayé la chronique pour avoir décidé de distribuer à tous les élèves des écoles primaires un exemplaire de la Bible. Cette fois-ci, elle s’est placée en première ligne de la campagne contre les intellectuels pro-Battisti. “Un auteur, un intellectuel, existe par ce qu’il écrit, souligne Mme Donazzan. C’est son rôle dans la société. La pétition en faveur de Battisti est un message aberrant de la part d’intellectuels. La seule chose que nous puissions faire, c’est boycotter leurs livres. De cesser de les lire. De ne pas les accueillir dans les bibliothèques publiques et dans les écoles”. Voici donc le dernier épisode d’une campagne politique lancée la semaine dernière par deux représentants du Peuple de la liberté (PDL, droite) de Vénétie, Roberto Bovo et Paride Costa, en solidarité avec les familles des victimes. Hier, à Strasbourg, ils ont exhorté l’Union européenne et la France à se prononcer en faveur de l’extradition de Battisti par le Brésil. Le Parlement européen doit adopter une résolution dans ce sens.

* En 2004, plus de 500 écrivains ont signé l'appel en faveur de Battisti lancé par le webzine italien Carmilla. Parmi eux : Daniel Pennac, Wu Ming, Massimo Carlotto, Nanni Balestrini, Valerio Evangelisti, etc.

 

L'écrivain Antonio Tabucchi est "consterné" par l'initiative de la conseillère régionale de la Vénétie. "Ça ne m'étonne pas, témoigne-t-il dans La Repubblica. La Vénétie a déjà tenté de retirer la Constitution italienne des bibliothèques". Antonio Tabucchi a récemment publié une tribune retentissante au sujet de l'affaire Battisti dans les colonnes du Monde. Il y dénonçait notamment la complaisance des intellectuels français, en particulier Bernard Henri-Lévy, à l'égard de l'ex-terroriste italien. Bien que favorable à l'extradition de l'ex-terrorriste en Italie, il déplore fermement cette volonté de censure. "Une initiative scandaleuse, un point c'est tout".

piqué au tas sur www.courrierinternational.com - 21/01/2011

09:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Histoire de l'extrême gauche française selon La Case du siècle.

george.jpeg

http://www.20eme-siecle.net/images/aldomoro1978.jpg

http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2008-11/2008-11-08/article_photo_1226147691883-8-0.jpg

Tu auras noté le glissement sémantique d'extrême à ultra ... en convoquant Marx, Trotski, Gracchus Babeuf, Robespierre, Auguste Blanqui ...

00:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/01/2011

30 janvier 2011 France 5 - L'Extrême Gauche en France : le poids de l'héritage (avec l'expert Christophe Bourseiller !)

Les intervenants du documentaire

Comme l’éditorialiste du journal L’Humanité Claude Cabanes, l’historien Christophe Bourseiller [expert cathodique] pointe la politisation très forte de la société comme une spécificité française. Leurs analyses et commentaires émaillent ce documentaire historique, avec ceux d’autres spécialistes avisés : Alexandre Adler, essayiste, Alain Krivine, porte-parole du NPA, Philippe Raynaud, philosophe et politologue, et Aurélie Trouvé, coprésidente d’Attac.

François Lanzenberg plonge dans l’histoire de la gauche radicale en France, des racines aux influences subies par ses diverses composantes. Nourri de nombreux clichés d’époque et d’images d’archives, ce film, proposé dans La Case du siècle par Fabrice d’Almeida, mène le téléspectateur jusqu’à l’époque contemporaine, marquée par la création du NPA.

Avec des personnalités comme Gracchus Babeuf, Robespierre, puis Auguste Blanqui, ou des groupes comme les Enragés, qui appelaient à l’insurrection contre les possédants, la Révolution française et les années qui suivirent constituent la source de tous les courants de pensée et mouvements protestataires et extrémistes de gauche. Au XIXe siècle, le mouvement ouvrier se forme. Marx introduit les concepts de lutte des classes et de dictature du prolétariat. La Ire Internationale est fondée à Londres en 1864. C’est aussi l’époque où se développe le mouvement anarchiste avec, notamment, Ravachol. L’extrême gauche a, ainsi, marqué de son empreinte quelques grandes dates de l’histoire de France : après la révolution de 1789, celle de 1848, la Commune de Paris en 1871, le Front populaire en 1936, Mai 68…

Trotski, une personnalité centrale

Fille de la Révolution française et plus tard de la révolution russe, l’extrême gauche en France sera largement marquée au XXe siècle par la personnalité de Trotski, « génie de la révolution d’Octobre ». Sa rupture avec Staline, intervenue dans les années 20, va modeler les courants de l’extrême gauche dans l’Hexagone, expliquant la fracture vive et durable que l’on y constatera entre celle-ci et le Parti communiste créé en 1920. Ayant séjourné à plusieurs reprises en France, notamment dans les années 30, où il sera à l’origine de la IVe Internationale, Trotski y laissera une empreinte indélébile… encore présente aujourd’hui.
Ainsi, dans les bouleversements de l’après-guerre, ce sont les trotskistes qui sont à la pointe de la protestation sociale. C’est l’époque où apparaît Lutte ouvrière. Puis, durant la guerre d’Algérie, ils jouent un rôle important dans les réseaux de soutien au FLN. On les retrouve bien sûr en Mai 68, où beaucoup d’organisations font ou refont surface. L’idée d’autogestion est mise en avant : et l’on reparle de Rosa Luxemburg. Le mouvement maoïste est aussi présent mais avec une influence « plus culturelle que politique » durant une période « éphémère où des sensibilités très différentes ont cohabité », souligne l’historien Christophe Bourseiller. Plusieurs groupements apparaîtront ensuite, marquant leur appartenance à l’extrême gauche, comme le mouvement du Larzac, où se conjuguent antimilitarisme et retour à la terre, ou Action directe, figure emblématique du terrorisme dans les années 70. Durant toutes ces années, le PC est souvent en lutte contre de petites formations d’ultra-gauche, les uns et les autres occupant successivement le devant de la scène dans une sorte de mouvement de balancier.
Les mouvements d’inspiration trotskiste retrouveront de la vigueur au moment de l’effondrement du bloc de l’Est et de la chute du mur de Berlin en 1989, alors que le PCF continue à s’affaiblir. Ce sont ainsi des syndicalistes trotskistes qui créent Sud en 1988. « Arlette Laguiller et Lutte ouvrière connaissent leurs meilleurs scores à partir de ce moment », remarque encore l’historien, notant pour finir que le « mouvement altermondialiste et Olivier Besancenot participent aujourd’hui au renouvellement générationnel de l’extrême gauche », une tendance qui reprend des forces, alors que la gauche traditionnelle traverse une crise importante. « L’omniprésence de l’extrême gauche comme l’omniprésence de tout courant extrémiste est le signe d’une société malade, d’une France malade », constate pour finir Christophe Bourseiller.

Françoise Pay

piqué au tas sur www.france5.fr

 

09:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/01/2011

BLOCAGE DU CENTRE FERME DE MERKSPLAS EN COURS

Des activistes sont en train de bloquer le centre fermé de merksplas. Plus
d'infos dans la journée sur indymedia bruxelles et
http://gettingthevoiceout.wordpress.com/
Faites passer le message !



COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 28 JANVIER 2011



BLOCAGE DU CENTRE FERMÉ DE MERKSPLAS



Les activistes protestent contre la politique d’asile du gouvernement belge.



Aujourd’hui, le 28 janvier, une trentaine d’activistes protestent contre
le fait que le gouvernement belge enferme des personnes sans papiers et
ferme les frontières. C’est par l’action directe qu’ils ont décidé de
dénoncer et empêcher directement l’application de cette politique, en
bloquant les portes d’entrées du centre fermé de Merksplas. Les activistes
font sortir la voix des migrants de derrières grilles en diffusant leur
histoire hors des murs des centres de détention.



Les activistes rompent l’isolation des « détenus »



Les migrants sont rendus invisibles, réduits à des chiffres. Aujourd’hui,
les activistes font entendre leurs histoires au dehors. Durant l’action,
ils hissent différentes banderoles sur lesquelles sont inscrits des
numéros de téléphone, afin que les détenus puissent les lire et téléphoner
afin de faire connaître leur histoire. Les militants lancent aussi des
balles de tennis avec des messages afin de briser l’isolement des migrants
enfermés.



Les activistes lisent aussi l’histoire de détenus d’autres centres fermés,
qui ont étés récoltés ces derniers mois. Un africain témoigne : « Ce sont
des prisons, ce sont vraiment des prisons, ce ne sont pas des centres
fermés! Si on dit que ce sont des centres, alors ça devrait être comme les
centres croix rouge. Mais vous êtes traité comme un criminel. Vous êtes
barricadés par des fers! »



La politique d’emprisonnement et de déportation



Le centre fermé de Merksplas compte 172 hommes. Il s’agit d’un des six
centres fermés sur le territoire belge. Chaque année, la Belgique expulse
environ 8000 personnes (enfants inclus). Un activiste insiste : « Notre
économie est basée sur la libre circulation des capitaux, alors que des
milliers de personnes sont empêchés de tenter leur chance de vivre une
meilleure vie dans notre pays. On les enferme et les estampille « illégal
et indésirable ». Notre gouvernement arrête ces gens et les enferme comme
des criminels, uniquement parce que leurs papiers ne sont pas en ordre. En
leur faisant subir une expulsion, on fait perdre pour une seconde fois
leur dignité et toute valeur humaine. Ils sont raflés de la société et
renvoyés dans une situation sans issue dans leur pays. »



Les gens sont réduits à des numéros. On peut aussi le remarquer dans les
déclarations de Ministre de la Politique de migration et d’asile Wathelet,
qui défend sa politique en se vantant qu’il y eu plus d’expulsions en 2010
qu’en 2008. Derrière ces chiffres, il parle de vies humaines, avec
lesquelles on ne peut pas jouer. »



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

*Contact presse sur place: 0471 66 50 71



Film et info: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



Images: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



E-mail: gettingthevoiceout@vluchteling.be



*Extraits de témoignages:



« Il y a juste une heure pendant laquelle vous pouvez sortir et vous
amuser un peu dehors, sinon vous êtes toujours enfermé. »



« Le plus dur c’est que tu n’as jamais commis de crime. (…) Tu as une
maison comme celle-ci, tu as tout dedans, tu es déjà bien intégré, et tu
n?as plus le droit de rien prendre, tu portes juste ce avec quoi on t’a
arrêté, tu ne peux plus rentrer chez toi pour aller chercher tes effets,
pour te faire une petite valise, là c’est encore plus dur. »



« Il y en a même un qui a été scotché, l’algérien dont je t’ai parlé. Ça
veut dire attaché des chevilles, des genoux, des mains, scotché
totalement. »


PERSBERICHT 28 JANUARI 2010



BLOKKADE VAN GESLOTEN CENTRUM TE MERKSPLAS



Activisten protesteren tegen opsluitingsbeleid van Belgische regering



Vandaag, vrijdag 28 januari, protesteren een dertigtal activisten tegen
het feit dat de Belgische regering mensen zonder papieren opsluit en het
land uitzet. Ze ondernemen directe actie om dat beleid te verhinderen,
door de toegangspoorten van het gesloten centrum te Merksplas te
blokkeren. De activisten geven de vluchtelingen achter de tralies een
gezicht door hun verhalen ter plekke naar buiten te brengen.



Activisten doorbreken isolement van ‘gedetineerden‘



De vluchtelingen worden onzichtbaar gemaakt, tot cijfers gereduceerd. De
activisten brengen vandaag hun verhalen naar buiten. Ze hijsen tijdens de
actie verschillende spandoeken met een telefoonnummer in de hoogte. Zodat
de gedetineerden het lezen, het nummer bellen en hun verhaal vertellen. De
activisten gooien ook tennisballen met boodschapbriefjes naar binnen om
het gedwongen isolement van de vluchtelingen te doorbreken.



Ook vluchtelingen uit andere centra komen aan het woord, via getuigenissen
die de activisten voorlezen. Een Afrikaan getuigt: “het zijn
gevangenissen, echte gevangenissen. Indien men beweert dat dit centra
zijn, dan zou dit als de centra van het Rode Kruis moeten zijn, waar
mensen op een waardige manier worden geholpen. Maar hier word je behandeld
als een crimineel. Je wordt opgesloten achter tralies, gebarricadeerd met
ijzer.”



Het Belgische opsluitings- en deportatiebeleid



Het gesloten centrum te Merksplas telt 172 mannen. Het is één van de zes
gesloten centra te België waar jaarlijks ongeveer 8000 mensen (inclusief
kinderen) zonder papieren worden opgesloten en van waaruit ze worden
uitgewezen. Een actievoerder legt uit “Onze economie draait op het vrij
verkeer van goederen. Maar vele duizenden mensen die in ons land een kans
willen op een beter leven, sluiten we uit en krijgen de stempel ‘illegaal
en ongewenst’. Onze regering arresteert deze mensen en sluit hen op als
ware criminelen, alleen omdat hun verblijfspapieren niet in orde zijn. Met
hun uitzetting verliezen ze voor de tweede maal hun kans op een
menswaardig bestaan. Ze worden uit de maatschappij geplukt en
teruggestuurd naar de vaak uitzichtloze situatie in eigen land”.



Mensen worden herleid tot nummers. Dat merken we ook in uitspraken van
Minister van Migratie- en Asielbeleid Wathelet, die zijn beleid verdedigt
door te stellen dat er in 2010 meer uitwijzingen zijn geweest dan in 2008.
Achter deze cijfers gaan mensenlevens schuil, daar kunnen we niet mee
spelen.



*°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°*

*Perscontact ter plaatse: 0471 66 50 71



*Filmpje en achtergrondinfo: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



*Foto’s en beeldmateriaal: http://gettingthevoiceout.wordpress.com



*e-mail contact: gettingthevoiceout@vluchteling.be



*Uittreksels van de getuigenissen:*



- Er is slechts 1 uur waarop je je buiten een beetje kan vermaken, voor de
rest zit je altijd opgesloten.



- Het moeilijkste is dat je nooit een misdaad hebt begaan. Je hebt hier
een huis met alles erin, je bent al goed geïntegreerd, maar je hebt niet
langer het recht iets mee te nemen. Je enige bezit is wat je op het moment
van je arrestatie aanhad. Je kan niet naar huis om iets op te halen, een
kleine koffer te pakken, dat is nog het zwaarste.



- Er was zelfs iemand die vastgeplakt werd, ik heb het over een Algerijn.
Dit wil zeggen dat ze enkels, knieën, handen, helemaal vastkleven. Men
draagt je en zet je achterin het vliegtuig.



- Ik voelde me heel slecht en ik begreep niet waarom ze mij geboeid
hadden. Ik had niets misdaan. Ik ben geen dief. Ik had niets verkeerd
gedaan. Ik was hier enkel illegaal.

Centre fermè de Merksplas
Dienst Vreemdelingenzaken - Centrum voor Illegalen

Address:
Steenweg op Wortel 1 /A
2330 Merksplas

courriel du 28/01/2011 -

10:32 | Lien permanent | Commentaires (1) |

EUROPOL - rapport TE-SAT 2010 - Cognin et Poitiers : la fabrique de toto

SmellsLikeBullshit.jpg

COGNIN cité dans le rapport TE-SAT 2010

 

page 34 :

- In France, one left-wing activist was killed and another one severely injured while handling sodium chlorate to manufacture an IED in a disused factory. A total of four people were arrested during the investigation.

 

Totalement faux

 

Relire:

Cognin - Tarnac ou comment justifier la pérennité de la section antiterroriste ?

 

JUSTICE/SAVOIE
L'explosion mortelle de Cognin n'était pas une affaire de terrorisme

chambéry

L'explosion mortelle de Cognin n'est pas le résultat d'une erreur de manipulation d'apprentis terroristes.
Ce sont des experts qui le disent. Quatorze mois après avoir été saisi de l'enquête, le juge d'instruction du pôle antiterroriste de Paris vient, avec un avis favorable du parquet, de renvoyer l'affaire à Chambéry, en se déclarant "incompétent" par ordonnance, il y a quelques jours.
Il appartient maintenant au procureur général, ici, de désigner un nouveau juge d'instruction. Pour rechercher dans le registre du droit commun, entre la manipulation de produits explosifs et les causes de l'accident, si des infractions peuvent être reprochées aux jeunes mis en cause.

 

page 35 :

- Most actions by anarchist extremists are unprepared, impulsive acts committed by small groups. However, violent incidents in the French city of Poitiers on 10 October 2009 [surlignage Probe] showed that these groups are also capable of leading quick and violent actions of street rioting, thereby targeting the law enforcement authority and properties representing governmental and economical power. Similar tactics were observed in Belgium in two attacks against business interests. The French and Belgian cases appear to contradict the generally acknowledged impulsive nature of anarchist activities, in that they appear to have been well prepared in advance and organised down to the minutest details of their execution.

10:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/01/2011

EUROPOL : 294 attentats en Europe en 2009, 1 attribué au terrorisme islamiste

She's_got_a_Beard.jpg

 

La peur du terrorisme islamiste sur le Vieux Continent est inversement proportionnelle à sa réalité: c'est l'un des enseignements de la première enquête sur le sujet de l'agence Europol.

Le premier rapport annuel sur le terrorisme de la toute jeune, et très sérieuse, agence intergouvementale Europol vient d'être rendu public. Il met à mal un certain nombre d'idées reçues, sur l'état de la menace en Europe et ceux qui en sont responsables.

- Un seul attentat est à mettre au compte du terrorisme islamiste. Comme le relève ironiquement Dan Gardner, un journaliste du Vancouver Sun, au Canada, qui commente cette enquête, c'est autant que "le Comité d'action viticole, ce groupe français qui veut mettre un terme à l'importation de vins étrangers"...

Cet unique attentat à la bombe, revendiqué par un groupe islamiste, a été commis en Italie. Les responsables antiterroristes européens continuent néanmoins à considérer la menace islamiste comme la plus importante des menaces terroristes - qui, selon les mêmes, est de manière générale "réelle et sérieuse".

Sparkplugs_are_jewish.jpg

A cela une raison: ils considèrent que, contrairement à leurs homologues séparatistes ou politiques, qui s'en prennent le plus souvent aux représentants de l'Etat, les radicaux musulmans visent à faire le plus de victimes civiles possibles et frappent à l'aveugle.

En outre, les terroristes islamistes ont choisi de mener leurs opérations contre les intérêts européens loin du Vieux Continent, essentiellement en Afrique saharienne et sahélienne, dans la corne de l'Afrique, en Irak, dans quelques Etats du Golfe, en Afghanistan et au Pakistan. L'actualité récente nous le rappelle tragiquement...

- L'immense majorité des attaques terroristes sont liées au séparatisme, exclusivement en France et en Espagne: 89 sur le sol Français, 148, pour l'essentiel attribuées à l'ETA, de l'autre côté des Pyrénées - pour un total de 237 sur 294 en 2009. 40 attentats ont été revendiqués par des mouvements anarchistes ou d'extrême gauche, 4 par des mouvements d'extrême droite.

frère_corbeau.jpg

- Le nombre d'attentats ne cesse de baisser. La décrue, entamée en 2008, s'est accentuée en 2009: 581 attaques, effectives ou avortées, recensées il y a trois ans, 441 en 2008, 294 en 2009. Soit 33% de moins qu'en 2008, pratiquement moitié moins qu'en 2007. Plus inattendu encore, elles n'ont touché que six pays de l'Union européenne - la France, l'Autriche, la Grèce, la Hongrie, l'Italie et l'Espagne.

Le nombre d'arrestations liées à des affaires de terrorisme a lui aussi diminué, passant en trois ans de 841 à 587. Le nombre de tués a en revanche augmenté: quatre victimes en 2008, sept en 2009, toutes membres des forces de l'ordre.

Le nombre d'attentats a été pratiquement divisé par deux en Europe entre 2007 et 2009.

Europol

294 attentats en Europe en 2009, 1 attribué au terrorisme islamiste

- Internet et les réseaux sociaux sont devenus une arme. Que les terroristes utilisent pour communiquer, "organiser leurs opérations, collecter des informations sur leurs cibles futures, revendiquer leurs attaques, informer les autres membres du groupe et même recruter".

piqué au tas sur l'express.fr - 10/01/2011

19:27 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/01/2011

Caen - Prison avec sursis pour les anti Castor

Ils avaient tenté de bloquer un train chargé de déchets radioactifs qui partait pour l’Allemagne : sept militants - six Français et un Allemand - ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Caen à un mois de prison avec sursis et 1.000 à 1.500 euros d’amende. Ils devront en outre payer solidairement 20.500 euros de dommages et intérêts à la SNCF et, individuellement, 1 euro symbolique au groupe nucléaire Areva.


Le parcours fut épique. Parsemé d’embûches, dressées par des militants anti-nucléaire. Des militants vigoureusement opposés au passage de ce train, chargé de déchets radioactifs...
Le convoi était parti le 5 novembre de la Hague, dans la Manche. Il avait mis trois jours pour arriver à destination, en Allemagne (voir nos articles).

La justice française s’en est mêlée, le mois dernier. Sept personnes ont comparu devant le tribunal de grande instance de Caen, pour avoir retardé le convoi pendant plus de trois heures dans la région. Certains s’étaient enchaînés aux voies.
A l’audience, les prévenus - six Français et un Allemand - avaient plaidé la désobéissance civile.

Le TGI n’en a pas tenu compte. Il les a condamné aujourd’hui à un mois de prison avec sursis, et 1.000 à 1.500 euros d’amende. Ils devront en outre payer solidairement 20.500 euros de dommages et intérêts à la SNCF et, individuellement, 1 euro symbolique au groupe nucléaire Areva.
Ils encouraient jusqu’à 3.750 euros d’amende, et six mois de prison.

Leur avocat s’est dit très déçu, et n’a pas exclu de faire appel du jugement.

piqué au tas sur france-info.fr - 26/01/2011

 

 

19:47 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Reclassement à la DCRI : Bernard Squarcini, débusqueur de fuites de cabinet ministeriel

piqué au tas sur www.lemonde.fr - 25/01/2011

R-F_Rayonnement Français.jpg

La DCRI est dans la tourmente

D'ordinaire délaissé ou traité par obligation, le renseignement a connu sous la présidence Sarkozy un formidable regain d'intérêt. Il faut en effet porter au crédit du chef de l'État d'avoir initié une large réforme des "services secrets" français dans l'objectif de perfectionner le dispositif existant. En outre, les budgets alloués connaissent une légère croissance, élément précieux alors que nombre d'administrations subissent les conséquences de la rigueur économique.

Dans le domaine du renseignement intérieur, la création d'un grand service constitue une avancée remarquable qu'il convient de ne pas minorer. A ce sujet, et contrairement à ce que les observateurs ont écrit, la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), qui a vu le jour en juillet 2008, ne procède pas de la fusion de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) et de la Direction Centrale des Renseignements Généraux (DCRG), mais de l'absorption par la première d'une grande partie de la seconde. Pareille action a permis de parfaire la mutualisation des très grandes compétences de la DST et de la DCRG en matière de lutte antiterroriste notamment. La vieille rivalité et le chevauchement des domaines d'action ont désormais cédé le pas à une structure efficace qui compte sans doute parmi les meilleurs services au monde.

image de Les Barbouzes

Toutefois, nos concitoyens ignorent tout de ces aspects positifs et, fort légitimement, ne retiennent que le parfum de scandale qui nimbe la DCRI. En effet, le service a occupé à plusieurs reprises le devant de la scène médiatique, ternissant son image et gagnant la réputation d'une officine spécialisée dans les "coups tordus". La presse a tour à tour accusé le renseignement intérieur d'enquêter sur les rumeurs concernant la vie privée du président de la République, sur des informations transmises par un membre de cabinet ministériel à un journaliste dans le cadre de l'affaire Bettencourt, de surveiller l'activité de certains journalistes ou même d'espionner des ordinateurs de particuliers.

Ces accusations induisent trois principaux constats : en premier lieu, le renseignement est aujourd'hui victime de la trop grande présidentialisation opérée par Nicolas Sarkozy. Alors que la DCRI répondait à sa mission de contre-ingérence en enquêtant sur les rumeurs concernant la vie privée du président de la République (on ne pouvait en effet pas exclure la possibilité de menées subversives orchestrées par une puissance ou une entité étrangère), alors que le service remplissait son office en débusquant l'origine d'une "fuite" en provenance d'un cabinet ministériel, la trop grande immixtion du Chef de l'État dans les affaires de renseignement a laissé accroire que Bernard Squarcini, le patron de la DCRI, s'était livré à des pratiques inacceptables pour une démocratie.

fumeur_de_pipe.jpg

En second lieu, les accusations portées par Médiapart et Le Canard Enchaîné à l'encontre d'un service supposé espionner journalistes et citoyens démontrent le poids que les fantasmes ont pris dans la capacité d'appréciation de la thématique du renseignement. En effet, on imagine mal qu'une administration, fût-elle secrète, procède à des actions éminemment délictueuses, aussi intolérables et contraires à toute éthique du renseignement (même s'il paraît établi que l'article 20 de la loi de 1991 sur les interceptions de sécurité a fait l'objet d'une "surinterprétation", les impératifs de lutte antiterroriste ne pouvant s'appliquer à la surveillance d'un membre de cabinet ministériel).

Mais face à certains emportements médiatiques, on stigmatisera tout particulièrement l'extraordinaire béance intellectuelle concernant la culture française du renseignement en France.

Les services de renseignement qui concourent au rayonnement de notre pays, à la défense de notre sécurité et de nos intérêts, ont un cruel besoin que les Français connaissent mieux leurs activités. L'Espagne a parfaitement compris cette nécessité, elle qui vient de voir se tenir le deuxième colloque international consacré au renseignement à Madrid, à l'initiative du CNI (Centre national du renseignement). Les Espagnols, en érigeant le renseignement en discipline universitaire largement enseignée et médiatisée, permettent aux citoyens de se départir de leurs préventions naturelles, de saisir l'utilité capitale des services secrets. La péninsule ibérique nous montre en cela le chemin à suivre tant sur le plan politique qu'universitaire.

Enfin, ce lynchage médiatique, quand bien même serait-il justifié par de réelles actions illégales, ne remplacera jamais le nécessaire contrôle des services de renseignement et de sécurité. Or, la Délégation parlementaire au renseignement n'a aucun réel pouvoir autre que celui d'audition. Elle a rendu public un document de 23 pages, caractérisé par sa totale vacuité et qui ne saurait mériter le nom de rapport ; nous savons qu'elle a également présenté un document classifié au premier ministre, sans que celui-ci ne jouisse d'aucune capacité contraignante.

document_déclassifié.jpg

Pour ne plus être la risée de nombre de ses homologues européens, la France pourrait s'inspirer avec profit de l'exemple belge ; le royaume a créé le Comité R, émanation d'une commission sénatoriale, présidé par un magistrat. Le Comité a connaissance de détails classifiés et opérationnels. Il fonctionne comme un organisme de contrôle que peuvent saisir les parlementaires ou les citoyens qui l'estiment nécessaire (en cas de délit constaté, le Comité R saisit le Procureur du roi). Il réalise également des préconisations à l'endroit des services. Enfin, le Comité transmet un rapport à la commission sénatoriale et aux autorités gouvernementales.

Ce dispositif présente bien des avantages puisqu'il mêle contrôle administratif et parlementaire tout en respectant la confidentialité des matières abordées. Il implique les représentants du peuple dans le détail sans pour autant les doter d'un fort pouvoir inquisitorial. Il représente un compromis entre la culture exécutive et celle de la représentation sans rien céder aux exigences démocratiques.
Ainsi, en matière de renseignement, les réformes cardinales restent-elles encore à réaliser. Contrôler les services et expliquer à quoi ils servent ne constituent pas des défis majeurs, mais des défis vitaux pour les services secrets et la démocratie elle-même.

Floran Vadillo, politologue, spécialiste des questions de renseignement

 

10:32 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu