Avertir le modérateur

07/09/2011

En route... Nouvelles de l'insurrection libyenne…

Tripoli ne fera pas la fête

Quartiers dangereux, groupes de combattants aux intérêts parfois contraires, CNT contre ligue de l’ouest, anciens kadhafistes, check-points partout, assoiffés de justice, jeunes couillons en quête de respect, pour vous donner une idée de la situation, regardez Groland sur la guerre des
banlieues.

Tripoli plage, campement des rebelles de Misrata

Tripoli plage, campement des rebelles de Misrata

En route

A Nalut, tu trouves des autorisations pour pouvoir te rendre à Tripoli où la route est pleine de check-points. Sur ces autorisations figure le nom du chauffeur, chauffeur qui doit être approuvé. Il semble surtout que les membres locaux de l’organisation aient montés un business juteux : 600 dollars pour deux heures de bagnole. En vérité tout le monde se fou de cette autorisation. Il y a tellement de gens en direction de Tripoli que tu peus bien attendre dix minutes à un check-point.
Et peut -être qu’ ici, c’est une autre coalition qui n’est pas aux ordres du CNT.

J’ai voyagé avec deux gars qui avaient du fuir Tripoli depuis 100 et 40 jours. En arrivant, ils ont pleuré.
La situation est chaotique, d’abord, des milliers de journalistes, tous les hôtels sont complets, ensuite plus d’eau, à l’heure où je vous parle je pourrais boire cul sec deux litres d’eau minérale sans exagérer, enfin plus d’électricité. Le contact  est difficile, la méfiance est grande. Des check-points partout, des tirs tout le temps, personne ne nettoie les zones qui craignent, si bien que je dois trouver des ruses de sioux pour éviter des immeubles de snipers quand je vais de mon quartier au centre ville.
Hier, devant l’hôtel Corinthia qui héberge le CNT et toute la presse, en dix minutes j’ai vu : les types du check-point s’engueuler assez fort pour une histoire de cartouches, des mecs tenter de rentrer dans l’hôtel pour y chercher deux ou trois kadhafistes et dix minutes plus tard, une famille se ranger tranquillement le long du renfoncement d’une porte de garage pour éviter des balles venant de Dieu sait où, qui sifflaient dans la rue.
Le sol est jonché de douilles et d’ogives de balles, les combats ont étés durs dans certains quartiers. La vieille ville est le seul endroit à l’abri complet des balles perdues avec ses murs serrés, mais un vrai coupe gorge, à la fin du jeûne il ne fera pas bon s’y balader la nuit avec tous les types saouls et les armes qui vont y traîner.
Tout le monde regrette la guerre, ceux qui l’ont fait un jour, ceux qui l’ont fait six mois. Mais en soit, c’est tellement inavouable que tous, soit la rejouent avec leurs defilés de pick-up et les tirs en l’air soit se mettent la tête à coup de chants patriotiques et de symboles rebelles. Et personne n’avouera que c’etait trop cool, en plus d’être très dur et souvent triste. J’ai vu personne ici faire la fête comme dans les rues de Misrata.

...

la suite ici

12:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu