Avertir le modérateur

26/09/2011

Georges Valois [Alfred-Georges Gressent] ou l'illusion fasciste

Citer ce document / Cite this document :
Guchet Yves. Georges Valois ou l'illusion fasciste. In: Revue française de science politique, 15e année, n°6, 1965. pp. 1111-1144.
doi : 10.3406/rfsp.1965.392901
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1965_num_15_6_392901

 

doc pdf: Georges Valois ou l'illusion fasciste.pdf

 

Georges Valois est généralement représenté (par et sur les sites des amateurs de solstices) comme une personne ayant eu "une trajectoire des plus originale".

Outre le document pdf à consulter, voici un texte piqué au tas sur les cahiers du CESAT (http://www.cesat.terre.defense.gouv.fr/IMG/pdf/Cahiers_23.pdf) datant de mars 2011, permettant de préjuger du fait que Valois, résitant-déporté, reste dans l'air du temps chez nos penseurs-théoriciens de la contre-insurrection et autres marchands de peur.

Quelques extrais :

...

Lecteur [Georges Valois] de Proudhon, Sorel et Nietzsche, il a été, de 1906 à 1924, le disciple de Maurras avec lequel il s’est ensuite brouillé, puis l’ami de Déat comme de Mendès-France. Au coeur de cette vie trépidante, une expérience centrale: la Grande Guerre et Verdun. Inutile de dire que Valois n’était pas homme à y faire de la figuration: il fut vite à la tête d’un de ces corps francs plus souvent aux avant-postes ou dans les lignes ennemies qu’au fond des abris. C’est donc un «officier de la guerre, dont l’éducation militaire s’est faite à la guerre, et dont l’esprit est libre de tout préjugé d’école», selon ses propres termes, qui publie début 1918 «Le cheval de Troie – Essai sur la philosophie et sur la conduite de la guerre». L’essentiel de l’ouvrage est écrit entre le printemps et l’automne 1917, soit à une période où l’armée française se remet peu à peu du désastre du Chemin des Dames et des mutineries qui l’ont suivi, et au moment où les Empires centraux accumulent les succès sur le front italien et sur le front russe.

...

Aux origines de la guerre totale

L’expression «guerre totale» a été popularisée par Léon Daudet dans L’Action française du 11 mars 1916, puis dans un ouvrage paru en 1918 dont l’éditeur n’était autre que Valois. Daudet y définissait la guerre totale comme la mobilisation de tous les moyens civils au bénéfice de l’effort militaire et en imputait la paternité à la mégalomanie allemande. Valois n’est pas plus tendre avec l’Allemagne, qu’il appelle «l’ennemie du genre humain». Mais quelles qu’aient été les responsabilités immédiates de Berlin dans le déclenchement, puis la radicalisation du conflit, notre stratège-philosophe voit en la guerre totale l’aboutissement logique de tendances beaucoup plus anciennes, beaucoup plus profondes et beaucoup plus générales: «Rousseau et Kant sont aux origines philosophiques du système d’idées qui a entraîné l’Europe au service militaire obligatoire», lequel a débouché sur la Grande Guerre. Cette thèse avait déjà été soutenue par Maurras, mais Valois en donne une démonstration particulièrement convaincante.

...

Le grand mérite du «Cheval de Troie» est de remonter au principe de ces fatalités, c’est-à-dire au lien intime entre l’idée nationale dans sa version révolutionnaire (Valois se réclamant évidemment d’une autre conception de la nation), l’armée de conscription et la guerre totale. À cet égard, les analyses valoisiennes confirment le célèbre chapitre premier de «Vom Kriege», dans lequel Clausewitz montre que la violence d’un conflit tend à être proportionnelle à l’implication de la population. Cette implication est maximale lorsqu’on adopte l’équation citoyen = soldat: plus rien ne peut alors arrêter la tuerie et l’emballement des passions, sinon la capitulation sans condition d’un des protagonistes. L’armée de métier, a contrario, est conçue pour mener des guerres limitées et dépassionnées, dans lesquelles l’action de combat se borne à préparer de futures négociations.

En ce sens, une lecture à rebours du «Cheval de Troie» aide à comprendre la grammaire des conflits dans lesquels sont aujourd’hui engagées les armées occidentales.

 

autre extrait d'un texte trouvé sur le net (cnt.ait.caen.free.fr) qui permet de répondre à quelques questions concernant l'entrisme récents dans les SEL ou AMAP :

Le plan de Nouvel âge

[NDLR : Epoque Republique Syndicaliste]

de Georges Valois, 17 février 1936

(extraits)

Un Nouvel âge :

La machine et l’énergie naturelle libèrent l’homme du travail.

L’Humanité est entrée dans un nouvel âge. Elle possède déjà l’équipement de cet âge nouveau. Elle n’en a encore ni le droit, ni les institutions. Ce que l’on appelle la crise n’est rien d’autre que la manifestation de la contradiction entre cet équipement nouveau et les vieilles institutions, qui rendent impossible la répartition des produits de la machinerie universelle.

A cette « crise », le vieux droit, les vieilles institutions ne peuvent apporter aucune solution. Parce que, littéralement, « le monde change de base ».

Le nouvel âge, c’est l’âge caractérisé par le fait que l’humanité a trouvé les moyens de capter l’énergie dans la nature inanimée.

C’est la révolution scientifique et technique la plus grande de toute l’histoire. Elle change tous les moyens d’action de l’homme. Elle l’oblige à changer la structure de toutes ses sociétés.

Aristote avait dit : « Si le ciseau et la navette pouvaient marcher seuls, l’esclavage ne serait plus nécessaire ». La prévision d’Aristote est réalisée. Non seulement l’esclavAGe n’est plus nécessaire. Mais le servage, le salariat devront disparaître. L’homme, obligatoirement cessera d’être un producteur, un travailleur. Il doit devenir inventeur, ingénieur, organisateur, distributeur - mais non travailleur.

Le problème posé à l’humanité désormais, c’est non pas comment contraindre l’homme à travailler, mais comment, par la machine et l’énergie prise à la nature, libérer l’homme du travail, et tirer de toute la machine une masse croissante de produits ?

Le problème est simple. Il est insoluble dans le régime économique et le régime juridique existants. Les machines et l’énergie sont des propriétés privées entre les mains des minorités qui ont cru augmenter leurs profits en les exploitant. Mais l’exploitation rationnelle des machines et de l’énergie a engendré en même temps le chômage des travailleurs et l’abondance des produits destinés à ces mêmes travailleurs dont la puissance d’achat totale baissait par le chômage.

D’où le fait universel que l’on appelle la crise. Fait connu et qui se reproduisait périodiquement depuis l’industrialisation. Mais jusqu’ici, les « crises » étaient annulées par de nouveaux emplois pour les travailleurs éliminés de telle ou telle industrie. Cette fois, l’annulation est impossible, la cadence du progrès est trop rapide, la puissance de production est trop grande. L’humanité est arrivée au moment où elle est obligée de distribuer des loisirs.

L’abondance et ses effets dans le régime actuel.

Nous ne décrirons pas ce que l’on appelle aujourd’hui « l’abondance ». Sur ce point, nous renvoyons aux ouvrages de Jacques Duboin et de Gustave Rodrigues en premier lieu. Nous n’en rappelons que les conclusions essentielles :

1 : Les possibilités de la production humaine sont aujourd’hui telles que, dès maintenant, elles dépassent les moyens de répartition, créant ce que les observateurs peu éclairés appelent la surproduction.

2 : Il n’y a pas surproduction lorsque les besoins humains ne sont pas satisfaits. Il y a une production qui dépasse les moyens d’achat. Les produits et animaux que l’on détruit depuis des années (café, sucre, blé, animaux de boucherie) ou que l’on stocke inutilement (tissus, cuirs, ect.) pourraient être consommés; mais ils ne peuvent être achetés.

3 : La disparition de cette possibilité d’achat vient du chômage causé lui-même par la substitution accélérée du travail mécanique au travail humain. Il y a augmentation croissante des produits et diminution constante des consommateurs possibles.

4 : Cette contradiction met tous les producteurs, agricoles et industriels, dans une situation sans issue, en effet :

a - s’ils utilisent à plein rendement tous les moyens de production, ils créent l’abondance, mais cette abondance n’étant pas vendable, le système actuel des prix s’effondre, la vente s’opère en solde au-dessous du prix de revient, et c’est la ruine.

b - s’ils réduisent leur production, s’ils mettent les machines au ralenti, ils ne peuvent plus amortir ni leurs investissements en matériel, ni leurs capitaux d’exploitation, et c’est la ruine.

Selon l’expression de Gustave Rodrigues, le régime actuel « produit de l’abondance et distribue de la misère ». Il y a discussion sur les solutions proposées. Que faire des chômeurs, des produits invendus ? On a proposé des artifices, réduction du temps de travail sans réduction des salaires, grands travaux (CGT), restauration du pouvoir d’achat des travailleurs et du profit de l’industrie par le « prix social », arbitrairement fixés corporativement (Comité du Plan).

Ces artifices, inventés pour ne pas détruire la structure du régime sont en réalité inapplicables dans une société capitaliste qui est obligée, par sa nature et son fonctionnement, d’une part, de réduire la somme de salaire incorporée dans tout travail, d’autre part de n’entreprendre que des travaux rentables.

L’économie distributive : ses objectifs.

La révolution à accomplir est celle qui fera passer l’humanité de l’économie échangiste à l’économie distributive. Il ne s’agit pas seulement du régime capitaliste lui-même, c’est le régime économique fondé depuis des millénaires sur l’échange entre individus qui est condamné par l’évolution scientifique, technique, économique et sociale.

Le socialisme échouerait s’il se bornait à un « changement de propriétaire », il ne s’agit plus de socialiser les moyens de production et « d’échange ». Nous avons à supprimer les organes d’échange et à créer les organismes de distribution.

Chaque homme, héritier du bien social, a droit aux produits des biens sociaux.

Toute la législation sortie de la Révolution française a été faite pour l’individualisme économique où chacun était libre de faire ce qu’il voulait de sa force de travail ou de ses capitaux. Cette législation est faite pour l’échangisme et la libre concurrence. Elle ne reconnaît de droit aux produits qu’à celui qui dispose d’un moyen d’échange, tiré du travail, des capitaux ou du revenu.

Le rôle historique de la législation révolutionnaire et napoléonienne a été de briser la structure de l’économie corporative, féodale, royale et chrétienne, qui était une économie à privilèges; où le droit de produire était concédé par le prince, limité par les corps professionnels, et soumis à une morale religieuse qui comprimait les appétits du consommateur.

Le droit économique proclamé par la Révolution, appelé par la révolution industrielle commençante agonise aujourd’hui dans les contradictions économiques analysées plus haut. Un nouveau mode de production le détruit. Ce nouveau mode de production appelle un nouveau droit

Ainsi l’analyse de la réalité nous permet de découvrir le fondement juridique de la nouvelle économie :

a) droit de la collectivité ou des collectivités à l’exploitation des moyens de production;

b) droit égal de tout individu à participer à la conduite de cette exploitation;

c) droit égal de tout individu à bénéficier des résultats de cette exploitation;

Ce qui nous conduit tout naturellement à la distribution gratuite des produits.


La nouvelle République

Ni technocratie, ni socialisme d’Etat, ni démocratie de producteurs, mais démocratie sociale de consommateurs par fédération de communes, puis de peuples, jusqu’à l’humanité organisée.

Il ne s’agit plus de socialiser les institutions de l’économie actuelle, d’un seul coup ou par étapes, il s’agit de créer une économie entièrement nouvelle. Il ne s’agit pas non plus de substituer progressivement ou d’un seul coup l’Etat-patron à la poussière de patron du capitalisme. Il s’agit de créer une démocratie sociale effective, directe, avec gestion à la base, comme l’exige le droit nouveau.

Contre tout étatisme.

Jusqu’ici la plupart des écoles socialistes ont été impuissantes à concevoir la réalisation pratique du socialisme sous une autre forme que celle de l’étatisation. Or l’étatisme est contraire à la conception fondamentale du socialisme qui voulait substituer justement l’administration des choses au gouvernement des hommes. L’étatisme aboutit à une répartition des choses par voie d’autorité et à travers un inévitable gouvernement des hommes. C’est très exactement ce que tout humanisme nous interdit de réaliser.

La solution pratique : la démocratie de consommateurs.

Il est simple de substituer l’Etat-patron et dictateur à tous les patrons du capitalisme. Il l’est beaucoup moins de trouver les nouvelles formes de la vie sociale.

L’erreur commise jusqu’ici par le socialisme non étatique, par le syndicalisme révolutionnaire, par les anarchistes et communistes libertaires a été de penser qu’il fallait réaliser la démocratie dans l’usine par l’élection directe des responsables par les travailleurs.

Une démocratie de producteurs, générale ou cellulaire, est impraticable pour une raison fondamentale, les nécessités de la production exigent à la direction l’unité de responsabilité;

Toutes les difficultés tombent à partir du moment où l’on conçoit la société socialiste comme une démocratie de consommateurs.

Cette démocratie de consommateurs qui sera beaucoup plus une démocratie sociale directe qu’une démocratie économique n’aura pas pour objectif de diminuer la production, de « résorber le chômage », de donner du travail aux hommes. Elle aura au contraire comme objectif d’augmenter indéfiniment la masse des produits consommables, d’accroître à cette fin la puissance mécanique, et de diminuer parallèlement le temps de travail.

La société sera désormais conçue comme une fédération de coopératives communales avec gestion à la base.

L’économie distributive

La commune représente la collectivité.

Pour l’économie distributive, l’ensemble des moyens de production est la propriété indivise des sociétés humaines. C’est éminemment une propriété sociale, d’origine sociale et à destination sociale. La part individuelle y est minime, la part sociale s’accroît sans cesse.

Quels organes sociaux peuvent recevoir et gérer cette propriété collective ? Est-ce l’état, ou les sociétés de producteurs, ou les sociétés de consommateurs ?

Pour les raisons qui ont été dites, nous écartons l’Etat, bien qu’on puisse le concevoir comme gérant temporaire, ou même comme gérant permanent de certaines portions de la propriété sociale.

Puisque nous voulons organiser la démocratie à la base, nous devons chercher l’organe social primaire capable de recevoir l’héritage commun de l’humanité. A proprement parler, il n’y a pas d’organe social capable d’hériter; la propriété sociale, demeurant sociale, ne peut que conférer un droit à chaque individu humain, le droit au bénéfice de tous les moyens de production. Par le seul fait de sa naissance, tout individu entre en possession de ce droit. Ce n’est donc pas comme producteur que l’homme entre en possession de ce droit. C’est comme consommateur. Qui le gère pour son compte ? Pratiquement, le seul organe social qui paraît apte à la gestion, c’est le groupe humain primaire : la commune.

La commune sera ainsi la coopérative générale des consommateurs, chargée de gérer directement la portion de propriété sociale qui est sur son territoire. C’est la commune qui sera ainsi héritière, comme gérante - non comme propriétaire - de certaines fonctions exercées aujourd’hui par les propriétaires des entreprises : droit de désigner des responsables, droit de répartir les produits du travail.

La coopérative communale sera administrée par un conseil d’administration. Les administrateurs ne devront pas être permanents. Les coopérateurs et leurs délégués seront amenés à la désignation des plus compétents non en vertu de leur propre compétence, mais à cause de leur intérêt. Ils seront dans la même situation que les actionnaires des sociétés capitalistes qui reconnaissent la compétence des administrateurs aux revenus qu’ils leurs assurent. Dans la coopérative communale, les citoyens reconnaîtront la compétence des administrateurs à la somme des produits qu’ils leur feront distribuer.

Les conseils d’administration des coopératives primaires délégueront des membres au conseil d’administration des magasins de gros intercommunaux.

Les conseils des magasins de gros enverront à leur tour les délégués comme membres de conseils d’administration des usines, lesquels nommeront les directeurs-gérants.

Ces directeurs représentent l’usine dans les syndicats d’industrie. Dans chacun de ces syndicats d’industrie, les syndicats du personnel seront représentés, comme ils le seront dans le conseil intérieur de l’usine.

A proprement parler, il n’y aura plus de salaires; tout être valide devra un temps de service déterminé, pour lequel il recevra une indemnité fixe; l’émulation, l’acceptation de responsabilités spéciales devront être assurées par des indemnités complémentaires.

Les indemnités de service étant versées à tous, il restera dans toutes les exploitations des excédents de production de toute nature. Sur ces excédents, un premier prélèvement sera fait pour les services non directement productifs, travaux publics, habitations, enseignement, justice, malades et retraités. Un second prélèvement sera fait pour le renouvellement du matériel. Les soldes, qui constitueront ce que l’on appelle aujourd’hui le bénéfice net, tous impôts déduits, et qui vont aux actionnaires, iront aux coopératives qui, partout, remplaceront juridiquement et réellement les actionnaires. Ces soldes seront en marchandises et iront tout naturellement d’abord aux coopératives nationales ou régionales pour arriver aux coopératives primaires, et enfin à chaque individu.

L’emploi des moyens monétaires actuels n’aura plus aucun sens. Le système monétaire actuel lié à l’économie échangiste; c’est une survivance des temps barbares.

Dans l’économie distributive, on devra partir de ce principe qu’il faut distribuer chaque année tous les produits consommables dans l’année, mais que l’on ne peut distribuer que cela; que, en conséquence, la quantité de bons (ou de billets) à mettre en circulation doit représenter finalement cette masse de produits, ni plus ni moins.

En conséquence, à toute mise en circulation de produits devra correspondre une mise en circulation égale de bons et billets dont une partie ira aux citoyens à titre de première indemnité, une autre partie aux services publics, et le solde aux coopératives pour répartition entre elles, et enfin pour attribution à chaque membre des coopératives primaires communale.

Ainsi, chaque individu sera titulaire, à sa coopérative de base, d’un crédit en produits qu’il emploiera à sa convenance.

Essayons de nous représenter aussi précisément que possible le mécanisme de l’économie distributive.

A la base est l’individu avec ses droits dont il ne consent que des délégations. La formation sociale primaire est la commune, gestionnaire des droits sur la propriété sociale dont l’individu hérite et dont il bénéficie dans l’indivision. Par l’application de ce premier principe, la traditionnelle organisation de l’Etat régalien est renversée. Quelles que soient les centralisations nécessaires, elles seront toujours contrôlées à la base.

La commune est l’organisme primaire de gestion coopérative de tous les biens et services. Elle doit avoir son conseil communal général et ses quatre sections, économique, culturelle, sociale et administrative. Le rôle du Conseil communal est d’assurer la liaison de tous pour toutes les gestions communales et la liaison du corps communal avec les autres corps. Les membres de la commune nomment le Conseil de gestion de chaque section.

Au premier jour du règne de l’abondance, le vieux système monétaire est supprimé. A la place des billets de banque représentant l’or enfermé dans les caves de la Banque ou représentant une toute petite quantité de marchandises, il est décidé, par l’assemblée des Communes, que désormais, il sera créé exactement autant de certificats de production que les exploitations sortiront de produits. Ni plus ni moins. Ces certificats de production seront chiffrés au moyen d’une nouvelle unité de mesure (l’heure-travail par exemple) en francs qui, au lieu de francs-or seront francs-marchandises, on dirait mieux des francs-produits.

Toute usine, toute exploitation ayant achevé une production, la livrera à ses usagers, leur présentera un certificat global de production, indiquant le nombre d’heures-travail incorporées dans la livraison (tous amortissements compris). Les usagers donneront leur signature pour certifier l’existence des produits reçus.

L’exploitation portera alors son certificat au Bureau central comptable de la commune ou de sa profession (Bureau remplaçant les banques locales actuelles), et le bureau donnera sa signature pour certifier que l’usine et les usagers ont créé un authentique certificat de production.

Cette authentification faite, l’exploitation recevra de l’Institut national comptable (remplaçant la banque actuelle d’émission), des coupures du certificat global de production. Ces coupures remplaceront les billets de banque actuels. Mais au lieu d’être émis en représentation d’apports d’or, ils seront émis en représentation des produits créés dans la proportion de 90 % (on retiendra 10 % pour les pertes éventuelles de produits dans la circulation).

Les exploitations ayant produit auront donc, soit entre leurs mains soit dans les Bureaux comptables, le montant des Certificats.

Comme le lecteur l’aura compris, ce que nous décrivons ci-dessus n’est rien d’autre que le mécanisme de la circulation des billets de banque actuels, mais circulant cette fois en représentation des produits créés, et arrivant entre les mains du consommateur, non parce qu’il est un travailleur, mais parce qu’il est cohéritier dans l’indivision de toute la machinerie gérée par les communes.

La vie nouvelle

Nous sommes dans une société sans classes et sans élite. Chacun, selon ses moyens. Chacun de nous, associé par les liens les plus forts à la vie communale, ne pourra changer de milieu social qu’en agissant sur son propre milieu. Nul n’aura plus le désir de gagner un autre milieu social pour y « paraître ». On ne « paraîtra » qu’en acquérant quelque prestige parmi les siens.

La commune est la société humaine de base. En dehors d’elle, tous les liens sociaux se forment par délégation et fédération. Fédération de communes pour la Région. Fédération de régions pour la Nation. Fédération de nations pour les grands systèmes continentaux. Fédération humaine enfin.

A l’échelon national, l’Etat, ou ce qui en subsistera. Plus exactement, l’organisme de liaison et de coordination des services généraux et des plans propres à un groupe ethnique ou à une fédération de peuples. Pour le gérer, l’assemblée des Communes.

Le couple humain n’est fondé que pour le renouvellement de l’individu. L’enfant qui vient de lui est un individu qui a, dès sa naissance, ses propres droits d’individu. Il n’appartient qu’à lui-même. Il n’est ni à l’Etat, ni à la collectivité, ni à ceux qui lui donnent le jour. Chaque enfant devra prouver dans la commune les moyens d’être lui-même, dans les conditions qui avaient été réservées jusqu’ici aux enfants des aristocraties.

Le plan de transition

Nos objectifs généraux étant définis, nous savons désormais que notre objet est à la fois celui du syndicalisme, celui de la coopération et celui du socialisme, c’est-à-dire l’organisation d’une démocratie sociale à partir de la base. Le premier acte de la révolution doit être la socialisation de la Banque de France, des Banques et des industries de base. Il s’agit de socialiser et non de nationaliser. Elle indique que l’on ne se borne pas à transférer la propriété de ces organismes à l’Etat, mais qu’on va l’intégrer dans un nouveau régime économique et social.

Le grand acte du nouveau régime sera la proclamation du droit nouveau qui ne reconnaîtra ni l’individualisme, ni la libre concurrence, ni l’échangisme, qui déclarera seules légitimes gestionnaires de l’économie les collectivités, communes syndicats, coopératives et leurs fédérations et confédérations, et qui définira leurs fonctions.

 autre texte :

Persée : Critique fasciste de la raison réactionnaire : Lucien Rebatet ...

 extrait :

Cette dissidence a pour incontestable figure de proue un célèbre inconnu : Lucien Rebatet (1903-1972), condamné à mort pour avoir incarné, dans un livre dont la parution en 1942 constitua un véritable événement, ce fascisme du deuxième type, un livre qui se présente aussi comme le parricide intellectuel contre son vieux maître, Charles Maurras. Par lui, nous pouvons accéder à cette critique de droite de la pensée réactionnaire, elle aussi mal connue.
Il est proposé ici de repérer les glissements progressifs, organisés autour de cette critique, où s'origine la dérive fasciste d'un natio naliste nourri à la mamelle maurrassienne.

12:38 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu