Avertir le modérateur

18/03/2012

Justice et vérité pour Wissam

Plus de 300 personnes ont manifesté samedi à Clermont-Ferrand en souvenir de Wissam El-Yamni,  après son interpellation la nuit de la Saint-Sylvestre, la foule se couchant à terre sur la place de Jaude, en plein centre-ville, pour simuler la mort dans un "die-in".
La  a duré un peu plus d'une heure en présence du père et de la mère de Wissam El-Yamni. Son frère Farid a dit à l'AFP que la manifestation visait à "dénoncer les violences policières illégitimes". 
 

"On a l'impression que cela arrangerait tout le monde que ces (deux) policiers (chargés du transfert de Wissam au commissariat) s'en sortent. On demande l'égalité devant la ", a-t-il ajouté.
Fin janvier, le parquet avait annoncé que l'autopsie de Wissam El-Yamni excluait une mort traumatique due à des coups des policiers. Le procureur avait néanmoins envisagé la piste d'une mort consécutive à une "compression des artères carotides internes" lors du transport en voiture de police.
"Nous n'avons toujours pas de policiers mis en examen. On voudrait que ces mises en examen interviennent rapidement", a déclaré Me Jean-Louis Borie, avocat de la femme de Wissam El-Yamni.
Devant les manifestants, Me Borie a souligné que la justice mettait du temps avant de passer et que les instructions prennent parfois un an ou deux. "Il faut faire confiance à la justice, mais celle-ci doit se montrer digne de cette confiance", a-t-il ajouté.
Me Jean-François Canis, avocat du frère et de la soeur de Wissam El-Yamni, a pour sa part estimé qu'il était "inadmissible que Wissam soit mort comme cela".
La mère de Wissam El-Yamni a pleuré pendant la manifestation, soutenue par une proche.
"Voilà plus de deux mois et demi que notre frère est parti dans des conditions inacceptables. On veut que Wissam soit le dernier" à être victime de brutalités policières, a expliqué devant la foule Mounir Moulid, l'un des organisateurs de la manifestation.
Me Borie a assuré à l'AFP que le médecin légiste avait fait son autopsie sans le rapport médical du CHU de Clermont-Ferrand. Il devrait y avoir un rapport d'autopsie définitif jeudi prochain, a indiqué l'avocat.
Wissam El-Yamni, chauffeur routier, est mort neuf jours après être tombé dans le coma à la suite d'un malaise cardiaque lors de son interpellation. L'affaire a provoqué plusieurs nuits de tension dans les rues de Clermont-Ferrand et une forte colère contre la police.
Une information judiciaire pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique" a été ouverte. Deux policiers, actuellement en congés, sont visés dans cette affaire.

piqué au tas sur leparisien.fr - 17/03/2012

08:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu