Avertir le modérateur

01/05/2012

Entre Praxis, mythe et utopie : les Nationalistes Révolutionnaires et l’histoire.

Le terme de nationaliste-révolutionnaire a été popularisé au sein des néo-fascistes français après 1972. Il semble que cette périodisation soit en partie liée à la publication des Langages totalitaires de Jean-Pierre Faye.
Né dès 1934, le terme même de « néo-fascisme » recouvre une certaine ambiguïté. En la période qui nous concerne, les néo-fascistes ne se revendiquent que du programme de 1919 et de celui de Vérone (1943). C’est-à-dire que le néo-fascisme s’identifie au fascisme-mouvement, avant que celui-ci ne fut ce qu’il a été, et au fascisme-régime, lorsque Mussolini lui même refusa de qualifier son embryon d’Etat de « fasciste » estimant le terme « dépassé ». Evacuant la temporalité de la réalisation de l’expérience, le « néo » se réfère paradoxalement à un retour aux sources, aux premier, pré et après fascisme. Le rapport à l’histoire relève en conséquence moins de l’orthodoxie que de l’orthopraxie dans la militance, et plus encore, si on ose le barbarisme, d’une " ortho-œsthetica ".

histoire-sociale.univ-paris1.fr/Collo/LEBOURG.pdf



Le rapport entre NR et histoire peut se ramener à quatre points essentiels.
1. L’Histoire, source de légitimation et de " modernisation "
Suite aux recherches sur les préfascismes, les NR, dont nombre de cadres ont une formation
historique universitaire, ne cessèrent de s'en inspirer. Les néo-fascistes transformèrent leur vision de
leur propre passé, tandis que de nouvelles orientations idéologiques, provenant d’une réactualisation
de thèses oubliées, vinrent dépoussiérer une extrême droite qui peinait à se défaire des icônes de Vichy
et de l’Algérie française – effet amplifié par le vote de la loi Pleven.
Unité Radicale (1998-2002), par exemple, visait à sa création et, selon ses termes, à
l’unification des « nationalistes-révolutionnaires et révolutionnaires conservateurs », et les NR
n’hésitent pas non plus à se présenter comme les nouveaux « non-conformistes », reprenant ainsi en
auto-définition la terminologie des modélisations de MM. Loubet del Bayle et Mohler. Les travaux de
Zeev Sternhell menèrent les nationalistes à afficher des racines sociales, et l’étiquette de « droite
révolutionnaire », dès 1978, a été revendiquée par des cadres NR.
Quant à la problématique polémique sur le « socialisme fasciste » (particulièrement relancée
par le fameux colloque du Club de l’Horloge de 1983 : Socialisme, fascisme : une même famille ?), les
NR en usent à l’inverse de l’extrême droite parlementaire. Revisitant l’histoire du mouvement ouvrier,
ils cherchent à s’y rattacher afin de se défaire de l’accusation marxiste de « bandes armées du
capital », de donner un visage plus acceptable au fascisme, afin de se connoter positivement en une
dimension « révolutionnaire prolétarienne » qui va dans le sens de la théorie de Maurice Aguhlon
relative au « Bien politique ».
Dans le même schéma doit être perçu le référent à la question toujours centrale qu’est la
République.
Les NR ont fait leurs les icônes de la Révolution, pour mieux critiquer son détournement par
les « dynasties bourgeoises ». S’inscrivant d’abord en l’héritage de Drieu et Valois qui considéraient le
fascisme comme aboutissement de 1789, la revendication de filiation n’a cessé d’être plus radicale, et
à partir du Bicentenaire les NR se revendiquent fils de Babeuf. Un autocollant de Nouvelle Résistance
présente Marianne sous l’inscription « 1793-1993 Un même combat pour la Libération Nationale et
Sociale du Peuple ». L’épisode terroriste est ainsi lié à l’un des slogans phares du nationalisme-
révolutionnaire, récupéré depuis les NR allemands et François Duprat du programme de 1930 du
Kommunist Partei Deutschlands. Il ne s’agit plus de 1789 : est fustigé le discours de François Furet
louant 89 et morigénant 93. Est ainsi marqué son propre caractère révolutionnaire face au Système, sa
différence vis-à-vis d’une extrême droite largement empêtrée dans la contre-commémoration et le
mythe vendéen, et affichée sa participation à la modernité – le Club de l’Horloge l’avait signifié lors
d’un séminaire de 1982 : la référence positive à la Grande Révolution est obligatoire pour qui veut
« toucher le cœur des Français ».
Dans la même optique, celle qu’il qualifie de « révisionnisme fasciste », le stratège NR Duprat
renouvela imaginaire et références en sa Revue d’histoire du fascisme. Les phénomènes qui y sont
étudiés et regroupés sont aussi bien européens qu’asiatiques ou latino-américains. Cette perspective fut
aussi utilisée par Maurice Bardèche établissant une stratification entre « fascismes authentiques,
1
pseudo-fascismes et fascismes inattendus » en provenance du Tiers-Monde. Dans cette lignée ideal-
typique, il devait en revenir à louer l’icône de Sparte, représentation idéale de l’Ordre dans l’éternité.
On ne peut que constater que la popularisation de ce comportement et la publication de thèses
sociologiques et historiques anglo-saxonnes visant à comparer et regrouper phénomènes fascistes et
populistes sont concomitantes.
En fondant sa revue, Duprat spécifiait que « l’Histoire est un merveilleux instrument de
combat et [qu'] il serait vain de nier qu’une des raisons importantes de nos difficultés politiques réside
dans l’exploitation historique et la déformation systématique des expériences nationalistes et
populaires du passé ». Il s’agit de se mettre à l’Ecole de l’histoire pour s’améliorer politiquement, pour
contrer les arguments des adversaires, pour faire que son ascendance politique soit positive et non
stigmatisante.
Un exemple révélateur de la pratique de l’Histoire est fourni par l’utilisation d’un article de
Patrick Moreau consacré au strasserisme (1984). L’historien y expose, entre autres, les fondamentaux
idéologiques du Schwarze Front et établit à leur propos une analogie avec les Khmers rouges. Le
Partisan européen, revue NR particulièrement importante dans l’histoire des idées de ce mouvement,
en conseille la lecture. En 1986, un manifeste idéologique NR, publié par des militants wallons liés à
la revue susdite, plagie le texte de M. Moreau tout en le détournant pour faire de Strasser, grâce à
cette analogie, un national-communiste. L’analyse historique a ainsi fourni, à son corps défendant,
concepts idéologiques, mode d’euphémisation propagandiste et grands anciens légitimateurs.
2. L’Histoire, source d’inspiration stratégique
Les mouvements NR considèrent que leur idéologie défie temps et espace.
Durant la Guerre froide, leur discours conspuait le « système de Yalta » et n’était pas sans,
parfois, évoquer les thèses pablistes.
Ceux des années quatre-vingt-dix s’inscrivirent dans la tradition de Goebbels et Franco Freda
pour percevoir une Périphérie planétaire (de la Corée du Nord, à l’Irak et la Serbie) opposée à un
nouveau Systemzeit, « l’ordre américano-sioniste ».
Chaque mouvement ou pays dit « ami », qu’il soit officiellement marxiste-léniniste ou
national-libéral, voit ainsi sa réalité et son cheminement historiques être redéfinis sous cet angle du
front « identitaire » anti-« américano-sioniste » (poussant de la sorte à leur point critique les
conceptions de guérilla anti-américaine quadricontinentale de Jean Thiriart).
L’étude historique est perçue explicitement par les NR comme un mode de réflexion politique.
Duprat l’écrit : elle est un moyen de « transformer le monde », car elle désigne « des fautes, mais aussi
des facteurs de victoire », ce qui entraîne selon lui que « comprendre le passé pour préparer l’avenir,
telle est la tâche des nationalistes, si ceux-ci veulent enfin participer au destin de leur nation ». Ainsi
s’inspire-t-il de ses propres études : la création d’Ordre Nouveau (1970) suit ce qu’il décrit de celle du
Front Révolutionnaire National de Déat, sa vision de la politique extérieure reprend la pensée « co-
nationaliste » de Szálazi, leader des Croix Fléchées hongroises, son articulation dialectique entre NR
et nationaux-populistes (terme dont il use dès 1975) du Front National s’inspire des rapports des Sturn
Abteilungen et du parti nazi. Pour Duprat, toutes les extrêmes droites participent à « l’Opposition
nationale » (nom jadis de la coalition d’Hitler et d’Hugenberg), et doivent mener le « compromis
nationaliste » (référence à Maurras), perçu tel un instrument de darwinisme politique qui éliminera les
courants les moins aptes. Dix ans plus tard, c’est en se référant encore aux SA que les NR cherchent à
organiser la jeunesse prolétarienne skinhead. Alexandre Dougine compare même stalinisme et
fascisme à l’aune des thèses de Karl Popper, pour considérer que le premier parvient mieux que le
second à réaliser « la société fermée », mais que ses insuffisances réclament que l’on opère une
synthèse des deux. S’inspirant de la philosophie de l’histoire, il fournissait par là même une
légitimation historique au Front national-patriote russe auquel il participait.
Enfin, les NR sont très sensibles à l’Histoire du temps présent.
Le système de provocation publicitaire utilisé par les militants provient en droite ligne de
l’observation du Nationaldemokratische Partei Deutschlands, tandis que la stratégie dialectique anti-
immigration s’est nourrie des propagandes tentées par le National Front et le NPD. Des années
soixante à nos jours, la mouvance NR a amplement organisé son attitude sur l’exemple des aléas des
Movimiento Sociale Italiano. Unité Radicale a usé comme de bibles stratégiques des ouvrages de M.
2
Bourseiller, relatif au lambertisme (pour son organisation), et de Mme Mayer sur Ces Français qui
votent Le Pen (pour définir sa cible). Les travaux qui concernent leur propre champ politique sont
autant d’éléments d’élaboration de leur « critique positive de l’action menée ».
Mais cette dimension souligne aussi une interprétation parfois hâtive des leçons de l’histoire.
En effet, les NR cherchent à se mettre à l’école des pratiques qui leur paraissent avoir réussi, quelques
en soient les lieux et temps, et sans guère tenir compte du fait qu’en France ils aient à subir le
« Syndrome de Vichy ». L’Histoire nous paraissant pouvoir se définir comme une analyse multi-
causale d’un phénomène non-reproductible en un espace-temps donné, cette perception d’une
intangibilité des causes et conséquences, cette non-reconnaissance des spécificités des espaces-temps,
sont quelque peu fâcheuses pour qui veut faire œuvre d’historien, peuvent être parfois dangereuses
(mais d’autres fois redoutablement efficientes) pour qui veut faire acte de stratégie. Chez d’aucuns, la
passion pour l’histoire aboutit à une confusion entre écrire sur l’histoire et agir dans l’histoire.
3. L’Histoire, source d’utopies
L’utopie NR est très souvent celle d’une Europe fédérée des espaces mono-ethniques.
La légitimation de cette thèse se fit, en partie, par la récupération des théories les plus
poussées concernant le passé indo-européen de l’Europe, l’ordre indo-européen devenant le passé
référentiel dont la révolution nationaliste se devrait d’assurer le relatif retour (et non plus la France
d’Ancien Régime, Vichy, et autres instants tutélaires traditionnels). S’il s’agit d’un retour qui, pour
être éternel, n’en est pas moins relatif, c’est que les NR, comme la Nouvelle droite, ont repris aux
travaux de M. Mohler le thème révolutionnaire-conservateur d’une histoire qui serait « sphérique » et
légitimerait ainsi l’action politique révolutionnaire marginale.
Julius Evola joue ici un rôle double avec la publication de Cavalcare la tigre (1960). Il y
travaille au sens de l’action politique, alors que l’Occident s’enfoncerait dans le Kali-Yuga (« l’âge
sombre » précédant « l’âge doré » dans une Histoire conçue telle la Roue des Temps – Evola voyant
en l’intrusion des masses dans l’action historique le point critique de son involution). Son hypothèse
essentielle est la conversion à l’apoliteia : le détachement concentré sur le « grand jyhad ». Ses idées
entrent en conjonction avec celles présentées par M. Mohler : l’Occident traverse un interregnum qui
va le mener au stade de la Révolution conservatrice. C’est cette double influence, soulignée par Roger
Griffin, qui rejaillit au sein de la ND et des NR, dont le projet est bien la production d’une rupture
ontologique, d’une Révolution qui soit une palingénésie. La ND de tendance völkisch, et/ou NR,
accentue l’idée jusqu’à reprendre celle d’Alfred Rosenberg : le monde ne sera régénéré que par la
naissance d’un « vieux-neuf », par l’effacement de deux mille ans de christianisme, faisant vivre à
l’Europe sa vision du monde (Weltanschauung) dans l’établissement de sa Volksgemeinschaft
(Guillaume Faye parle d’« archéofuturisme »).
Le concept d’apoliteia fournit aussi la base de la réévaluation idéologique définie par Franco
Freda au sein de La Désintégration du système, texte mythique pour les NR (1967). M. Freda n’y
interprète pas l’apoliteia en un sens démobilisateur, mais en celui du rapport dialectique entre petit et
grand jyhad : l’homme différencié doit affronter par l’héroïsme de l’action violente la dégénérescence
du Système ; créature faustienne, il doit précipiter le Kali-Yuga. M. Freda traduit dans le champ de la
politique activiste, du passage au terrorisme, le discours évolien : il ramène l’apoliteia « au milieu des
ruines » pour qu’elle agisse historiquement.
Ceci participe, au-delà des affirmations philosophiques, à une description tout à la fois vitaliste
et mécaniste de l’histoire. Si Thiriart, idéologue NR d’un jacobinisme continental, voyait lors des
années soixante l’histoire des Etats en y décalquant à l’échelle européenne les conceptions de
Machiavel, il recycle ensuite sur l’espace eurasiatique les conceptions d’Ernst Niekisch, après que les
NR allemands eurent redécouvert ce dernier et que fut publiée la thèse de Louis Dupeux relative au
national-bolchevisme (1979). Comme ce dernier, il conçoit dès lors l’URSS comme ultime recours et
en appelle désormais à une invasion par l’Armée rouge de l’Europe de l’Ouest avec la collaboration
des partisans néo-fascistes indigènes. Manifestement, la redécouverte d’un auteur de « la plus extrême
droite » permit un repositionnement idéologique et stratégique (ses positions accompagnant des
tentatives de jonctions avec des militants communistes).
3
4. L’Histoire réécrite, source du mythe
Les écrits de Duprat historien se classent en trois rubriques symptomatiques :
a)
l’histoire-batailles du Front de l’Est : la Waffen SS devient une armée héroïque
luttant contre le totalitarisme et défendant les libertés de l’Europe ; par analogie
sont magnifiés en tant qu’éléments les affrontements physiques avec les
gauchistes ;
b)
l’histoire politique : elle est entièrement ramenée à l’affrontement entre les
minorités agissantes et exclut les perspectives idéologiques, économiques, etc. Le
moteur de l’Histoire, c’est ici l’affrontement concurrentiel de minorités politiques
dont le combat détermine l’évolution du système politique tout entier. L’après-
1968 voit les NR considérer que la révolution est une fatalité, mais qu’elle pourra
aussi bien aboutir au communisme qu’à l’Ordre nouveau. Cette vision est
essentielle, tant dans leur auto-représentation que dans leur stratégie et tactiques.
c)
le négationnisme : si Duprat n’en est qu’un auteur dilettante, il en est toutefois un
grand diffuseur et installe profondément l’idée au cœur de la doxa néo-fasciste.
Il n’est, bien sûr, pas anodin qu’un tel mouvement, si porté sur la reconstruction historique,
soit dévoué à la cause négationniste – Bardèche en fut d’ailleurs le premier héraut. Pour les NR, la
théorie du complot et l’hypercriticisme sont les bases d’une démonstration historique présentée
comme le fondement de leur raisonnement politique. Négationnisme, antisionisme, socialisme
communautaire et conspirationnisme se joignent pour former un mythe historique au sens sorélien du
terme : le combat, en tous lieux, entre une volonté hégémonique " indifférencialiste " et « égalitariste »
et une volonté « identitaire » – le « mondialisme », ce nouvel Kulturbolchevismus, étant un mot qui
apparaît dans la presse NR dès 1968, trente ans avant qu’il ne soit dans les dictionnaires, lesquels
furent toutefois précédés par le FN qui édita une brochure à ce sujet dès 1992. Tel serait le moteur de
l’histoire.
L’analyse de l’histoire selon le modèle de l’imposition d’un mondialisme hostile aux
particularismes peut devenir une obsession historique agissant sur les référents. Si Strasser et Evola
présentèrent l’Europe de Charlemagne comme un modèle historico-politique, elle fut par la suite
décriée par des auteurs NR, car perçue telle une œuvre cosmopolite destructrice des réalités locales
ethno-culturelles. L’usage, ici mené jusqu’à l’absurde, de cette grille de lecture fournit une conception
d’un sens et d’un moteur de l’histoire qui, à l’heure de la mondialisation néo-libérale, paraît par la
même atteindre sa phase eschatologique, sublimant de la sorte l’action militante marginale.
En ce discours, la présentation des thèses et actes historiques s’avère capitale. Avec la fin de la
guerre d’Algérie, les extrêmes droites francophones récupèrent de l’extrême droite allemande de
l’entre-deux-guerres la dénonciation du « Système » (le Systemzeit de Weimar contre lequel Nieckish
appelait à la « résistance » – Witerdstand ), mais l’OAS se réfère aussi à la continuation de la
Résistance.
Les NR, s’inspirant dès lors de la propagande maoïste, se voient tels les « Nouveaux
Résistants » en lutte contre le « Système », totalitarisme qui veut imposer son paradigme matérialiste
cosmopolite grâce à ses « collabos » qui favoriseraient l’immigration. Le « One world » s’imposerait
grâce à celle-ci, détruisant le substrat ethno-culturel indo-européen, selon un plan rendu possible par
« le mythe de la Shoah ». Celui-ci inhiberait la réaction populaire raciste et permettrait aux
« sionistes» d’imposer leur ordre – les NR reprennent dès 1967 la propagande soviétique assimilant
sionisme et nazisme. La revendication de la filiation avec Niekisch ou Valois permet, dans ce cadre, de
se présenter comme l'immuable combattant du « nazisme génocidaire », de se démarquer de l’icône
marginalisante entre toutes qu’est le nazisme, en même temps que sont avancés mixophobie,
antisémitisme et antisionisme radical.
Recréant d’une part le passé continental, d’autre part l’Histoire des peuples, celle des
migrations et cultures, l’idée NR, qui affirme vouloir chercher en ces racines (terme fondamental de
son éristique) les principes de l’édification de son Ordre nouveau, effectue cette sortie du temps qui
serait typique du système totalitaire. L’idéologie y surgit de la rencontre du champ lexical
propagandiste d’un champ politique mis en forme par l’histoire-discipline avec la négation comme
idéologie politico-historique. Le nationalisme-révolutionnaire est sans doute autant une histoire qu'il
en a une.
4
Conclusion
En considérant le fascisme mussolinien comme un échec empirique au sein d’une tradition
historique, en affirmant que leur projet s’inscrit dans la lignée des Empires d’Europe, les NR désignent
la possibilité de leur réussite politique. D’une manière fort particulière, ils ne cessent de faire référence
à leur propre histoire tout en la soumettant à une révolution perpétuelle (un ancêtre politique
aujourd’hui brandi peut être facilement abandonné demain, un nouvel apparaître et voir sa présentation
évoluer selon les besoins circonstanciels de légitimation, etc.). Ils usent de l’histoire, certes, en tant
qu’élément de légitimation doctrinale, mais aussi, en ce qui concerne l’histoire-discipline, comme
élément de définition doctrinale face aux évolutions de l’histoire immédiate. Elle leur sert tout aussi
bien d’élément d’inspiration et de définition de la stratégie quant aux besoins présents du combat
partisan. Se définissant en tant qu’avant-garde, ils restent persuadés que c'est toujours ce type de
groupes qui façonne l’histoire et lui donne son « sens ». En somme, la vision de l’histoire ainsi créée
sert autant à créer du politique qu’elle est elle-même créée par ce politique.
5

09:44 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu