Avertir le modérateur

19/12/2012

L'Europe se construit... autour du drone de combat nEUROn...

L'Etat français et le constructeur Dassault Aviation ont prôné la coopération européenne pour le développement du prochain avion de combat en Europe, lors de la présentation d'un précurseur de drone de combat européen dans le sud de la France.Le Neuron, un "démonstrateur" (laboratoire volant) de drone de combat qui a effectuait son premier vol en public aujourd'hui depuis la base aérienne d'Istres, a été développé avec le financement de six pays (France, Italie, Espagne, Grèce, Suède et Suisse) sous la direction de la France et de Dassault Aviation. Cette présentation, en vol et au sol, était organisée à l'intention des hautes autorités françaises et étrangères concernées par le programme. Charles Edestenne, PDG de Dassault Aviation, a souligné  lors de son discours qu'il s'agissait du "premier drone de combat construit en coopération, du premier avion de combat furtif, et du premier avion de combat complètement conçu et développé sur un plateau coopératif virtuel."

piqué au tas sur maritima.info - 19/12/12

L'Etat et Dassault prônent la coopération européenne sur les avions de combat 

Ce discours pro-européen tranche avec la pratique passée.

La France s'était retirée dans les années 80 du programme d'avion de combat Eurofighter, laissant la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie le construire ensemble pendant qu'elle finançait la construction du Rafale par Dassault. Les deux appareils se disputent depuis les marchés à l'exportation.

Si Dassault parle de coopération, c'est à des conditions auxquelles ne répondent pas les programmes européens actuels comme l'Eurofighter, l'avion de transport militaire A400M ou les hélicoptères militaires Tigre et NH90.

Charles Edelstenne a énuméré ces conditions qui ont permis, selon lui, le succès du Neuron: un soutien financier des Etats, "une organisation simple et claire" avec une seule agence gouvernementale (la DGA), et un maître d'oeuvre industriel unique (Dassault).

Il a en outre souligné le fait que les contributions de chaque partenaire ont été basées sur ses compétences "et non (sur) celles qu'il aurait pu acquérir aux frais du programme et donc du contribuable européen", et enfin l'utilisation des mêmes outils informatiques.

Le programme Neuron, a insisté M. Edelstenne, a respecté son budget de 405 millions d'euros. Le respect des budgets est une des fiertés de Dassault, dans une industrie où les dérapages budgétaires sont systématiques.

piqué au tas sur lepoint.fr - 19/12/12

16:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu