Avertir le modérateur

17/02/2013

Mais, sachant que Mojdeh Namsetchi collaborait déjà depuis plusieurs mois avant le début du procès, comment se fait-il que ses déclarations n’aient été utilisées qu’un an après ?

Antonio Budini, Jean Weir,Mojdeh Namsetchi, Christos Stratigopulos, Eva Tziutzia,Carlo Tesseri,ROS,O.R.A.I.,

08:54 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Commentaires

on ne dira jamais assez à quel point la justice italienne (tout comme bien sûr la justice française) porte le poids de la culture de l'impunité qui suivit 1945 et ce grâce à "l'amnistie Togliatti" de juin 46 voulue par l'infâme stalinien du même nom -car c'était bien un infâme stalinien, quoi qu'ait tenté par la suite de faire croire la bourgeoisie qui eut les yeux de Chimène pour les communistes à l'italienne, quand à travers eux elle tenta de diviser pour mieux régner. Au nom de la... réconciliation nationale, et de la main-tendue-aux-anciens-fascistes, ce furent jusqu'aux dirigeants du Tribunale speciale per la difesa dello Stato, devant lequel la moindre distribution de tract clandestin avait valu cinq ans de prison au bas mot, qui échappèrent à toute sanction. Il y eut d'ailleurs des remous, parmi la "base" du PCI, pour protester contre cette insanité. Mais bien entendu le grand-parti-des-travailleurs ne tarda pas à faire rentrer les récalcitrants, dans le rang.

Écrit par : luc | 20/02/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu