Avertir le modérateur

02/03/2010

Manuel de survie en garde à vue

Ce manuel est à mettre entre toutes les mains, tant il est vrai que la garde à vue fait partie de la culture policière française.
Son but est de donner corps à une généralisation du silence, à l’extension la plus universelle possible du sabotage du travail policier.
«Coupable» ou pas, là n’est pas la question : la mise à l’amende et l’enfermement, nous ne les souhaitons à personne.
Voici le manuel en format A4 et brochure (pages impaires = recto, paires = verso).
Liberté et impunité pour tous !
Indymedia Nantes, 27 février 2010.
2220730929f3921e7c5fb.jpg

07:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/03/2010

Le Quick Hautepierre n'a pas cédé sous la pression des identitaires de jeune alsace

antifafs quick.JPG
(photo La feuille de Choux)

Retour sur une non-manifestation annoncée

 

Tu m'excusera de ce titre un peu accrocheur mais il fallait bien attirer le chaland..

Tu l'avais vu venir, et comme nous tu te doutais bien que l'«Appel à la manifestation devant le Quick Hautepierre pour dénoncer la politique de la chaîne de ne proposer à ses clients que des hamburgers halal dans un certain nombre de restaurants» fait par jeune Alsace dans les DNA du 26/02/2010 allait partir en eau de boudin...mais il fallait en avoir le coeur net, et Probe a donc rejoint Hautepierre par le tram, ce matin, comme un grand...d'abord seul, puis rejoint au Quick par des petits groupes de gens au fur et a mesure que le coup des 11h approchait.

Des identitaires de Jeune Alsace et Alsace d'Abord allaient-ils réellement descendre de "leurs" collines du 68 pour venir aux abords du quartier de Hautepierre ? Evidement que non !

Malgré les appels virtuels et les gesticulations dématérialisées des régionalistes européens, les effets d'annonces sur fonds de xénophobie et de pratique d'abattage n'ont éclos d'aucun mouvement.

La vigilance des réseaux solidaires a encore une fois manifesté son efficacité sur le terrain.

Les journalistes-reporters d'investigations aggréés sont restés sur leur fin, trois véhicules, caméras...aucun affrontement, aucun incendie, même pas quelques injures. Pourquoi ? Pas un identitaire n'était présent...

La police a assurée une présence syndicale minimum avec 1 fourgon, doutant certainement, avec leur clairvoyance habituelle (ou un coup de fil anonyme ?), que la manifestation n'allait pas avoir lieu et n'a donc pas jugé nécessaire de redéployer le même dispositif que devant l'Ancienne Douane...

Étions nous encore en alerte météo « vigilance orange » ?

Le choix de la date du 1er mars paraissait bien choisie...Mars, dieu de la guerre, fils de Jupiter et de Junon...mais manifestement, la conjoncture des astres n'était pas de bonne augure en ce lundi...en tout cas pas du côté des identitaires dont finalement personne n'a de nouvelles...tant mieux, diras-tu.

 

guerrier.jpg

dessin piqué sans demander chez lui

Mais où sont donc passés les régionalistes ?

Les Identitaires sur Google

En apparence, Novopress a tout d'une agence de presse ordinaire, au même titre que l'Agence France Presse, Reuters ou Associated Press. Google, sur sa page d'information continue, reprend régulièrement ses dépêches: mi-mai sur les violences en Afrique du Sud, voilà quinze jours sur Yannick Noah. Mais Novopress n'est pas l'agence "indépendante" qu'elle prétend être.

Elle a été créée il y a deux ans par le Bloc identitaire, formation d'extrême droite qui compte parmi ses responsables Fabrice Robert, ex-dirigeant d'Unité radicale (organisation dissoute après la tentative d'assassinat de Jacques Chirac par l'un de ses militants, Maxime Brunerie, le 14 juillet 2002), et Guillaume Luyt, ancien dirigeant du Front national de la jeunesse. Refusant toute participation aux élections, les Identitaires préfèrent "une prise du pouvoir via un enracinement local"? ou "via Internet".

Google France continue à y voir une source d'information

Animée par une trentaine de bénévoles, Novopress produit des dépêches rarement neutres idéologiquement. Celle concernant Noah n'était que la reprise d'un article du journal d'extrême droite Présent. Parfois, le début du texte est trompeur, apparemment objectif. Mais la suite ne laisse que rarement place au doute.

Contacté par le JDD, Google France s'étonne, découvre le côté tendancieux de Novopress mais continue à y voir une source d'information répondant aux critères exigés: "Un organe de presse collectif qui ne lance pas d'appels à la haine raciale, n'a aucun contenu pornographique et est régulièrement mis à jour." "Ce n'est pas à nous de les interdire ni de les juger", ajoute une porte-parole. Avant d'ajouter, gênée aux entournures: "Nous allons tout de même regarder avec beaucoup plus d'attention le contenu de ces dépêches." Depuis cet entretien, en huit jours, Novopress a été reprise une demi-douzaine de fois sur Google Actualités.(le JDD 8/6/2008)

 

Tu ne sera donc pas étonné de voir tartiné en long, en large et en travers, des articles concernant nos « preux » gardiens de la consanguinité dans les régions sur Novopress.

Internet est pour eux un excellent moyen d'avancer masqué.

Je te recommande, lors de tes lectures, de toujours vérifier les sources et les liens des articles qui te sont proposés hors de la sphère "classique".

Peinture_rupestre_Akakus.jpg
Peinture rupestre Akakus

21:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Dale Hawkins "Susie Q" ...pour toi, mon Gros Loup...

c'est une image...Car toute distance est une proximité, et toute proximité est encore une distance .

19:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Strasbourg - Plainte pour "omission de porter secours" après un suicide en prison

Plainte pour "omission de porter secours" après un suicide en prison

Le 01/03/2010 à 11:48


La mère d'un détenu, reconnu suicidaire et retrouvé pendu en octobre 2008 à la maison d'arrêt de Strasbourg, a déposé plainte contre le directeur et un service médico-psychiatrique pour "omission de porter secours", a annoncé lundi son avocat parisien Me Yassine Bouzrou.

La mère d'Arthur Haratyunyan fonde sa plainte, envoyée vendredi dernier au procureur à Strasbourg, sur "un série de dysfonctionnements relevés au terme d'une instruction approfondie de plus d'un an", a précisé l'avocat à l'AFP.

Selon Me Bouzrou, le détenu entré en soirée à la maison d'arrêt avait déjà tenté de se suicider lors de sa garde à vue, et un psychiatre avait certifié son état suicidaire.

L'avocat affirme qu'il n'a pas été pris en charge comme cela devrait être le cas, par le Service médico-psychiatrique régional. "A son arrivée vers 2O heures à la prison, le service avait fermé depuis une heure alors qu'il était prévenu de l'arrivée d'un suicidaire", a indiqué l'avocat.

"Cela aurait pu le sauver car les rondes sont plus fréquentes en SMPR et l'oeilleton permet aux surveillants de voir toute la cellule", a-t-il estimé.

Le détenu a été placé dans une cellule normale "où les gardiens ne peuvent pas voir par l'oeilleton le lit superposé occupé par l'arrivant". Selon l'avocat, son co-détenu était un "toxicomane sous Subutex" qui n'a pas constaté immédiatement la pendaison.

Il affirme aussi que les "agents rondiers" n'avaient pas été informés par leur hiérarchie de l'état suicidaire du jeune homme.

La mort volontaire du détenu était survenue alors qu'une vague de suicides avait été enregistrée depuis le début de l'anné avec 90 cas, en hausse de 18% sur un an, selon l'Observatoire international des prisons (OIP).

En octobre 2008, la Cour européenne des droits de l'homme avait condamné la France pour n'avoir pas "protégé le droit à la vie" d'un détenu psychotique, retrouvé pendu en 2000, et pour "traitements inhumains" parce qu'en dépit de son état, il avait été isolé et non pas hospitalisé.



© 2010 AFP

19:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

The Bedlam Four "No one left to love + Psychedelic Mantra"



18:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Rappel de barèmes - Conseils en manifs



Éviter de venir seul.e. Former des petits groupes de 2 ou 3 (des gens
qui se connaissent et qui ne se lâchent jamais pendant la manif).

Éviter d’amener agenda, carnet d’adresses, tracts ou autres papiers
compromettants. De l’eau, de la bouffe, un foulard et des habits de
rechange peuvent être utiles, ainsi que du sérum physiologique.

Avoir des chaussures adaptées (lacets noués) et éviter de porter des
vêtements trop amples : ça gène pour courir, et ça donne des prisespour
vous attraper. Noter (sur le bras par exemple) le nom ou le numéro d’un
avocat, à prévenir en cas de garde à vue. Rester au taquet, mobile et
attentif.ve à l’«environnement », c’est-à-dire aux flics.

Plus on anticipe moins on stresse. Par exemple si on les voit commencer
à charger ou à tirer des lacrymos, on peut s’y préparer. Ils se donnent
souvent des signaux avant de nous attaquer : il faut capter ces signes
pour réagir. On est souvent confrontés à 2 types de keufs : les CRS (ou
Gardes Mobiles) et la BAC.

Les premiers c’est le troupeau : lourdement armés, ils bloquent les
accès, balancent lacrymos et grenades assourdissantes, mais peuvent
aussi faire des arrestations.

Attention aux "civils" et a ceux-celles qui s'habillent en manifestants

Surveiller la BAC. Eux c’est la petite meute très rapide, et très
dangereuse. En civil (parfois avec un brassard orange) elle rôde,
toujours prête à bondir. Ils sont sur les bords de manifs, ou cachés
dans une ruelle. (Ils peuvent aussi surgir en voiture banalisée.) Ils
sont assez repérables (cheveux courts, toujours en baskets), mais
attention ils peuvent se masquer le visage et se faire passer pour des
émeutiers, jusqu’au moment où… ils vous arrêtent. Ils ont souventdes
gros habits gonflés (même en été) ou un sac à dos : dedans, ils cachent
leurs armes favorites : Flash-ball, Tazer, Gazeuse, Tonfa, et biensûr,
révolver.

Leur technique c’est la rapidité : ils se jettent en courant sur
quelqu’un qui a été repéré. Contre ça, il faut surveiller leurs
déplacements. S’ils courent, c’est qu’ils vont attaquer l’un ou l’une
d’entre nous. Dans ce cas, si vous n’êtes pas seul et si vous en avezla
force, vous pouvez tenter, de les gêner (en se mettant sur leur passage
pour les ralentir, en criant l’alerte, en tenant la personne qu’ils
essaient d’arrêter...)

Après, ça se joue collectivement : 10 personnes qui se tiennent
solidement ne se font pas enlever comme ça. Dans tous les cas, le groupe
et la solidarité nous protègent. En cas de gazage. Faut d’abord éviter
les tirs. Ils sont souvent très localisés, il suffit de se décaler de
quelques mètres sur le côté (pas la peine de remonter toute la manif en
courant et d’affoler tout le monde).

Ensuite on peut tenter de couvrir les pastilles noires qui propagent le
gaz (avec une poubelle), de les arroser d’eau, de les écraser (avec de
bonnes chaussures) ou de les renvoyer (au pied ou avec des gants en
cuir). Contre le gaz, respirer au travers d’un tissu imbibé d’eau. On
peut aussi mettre du citron (mais certains disent que c’est nocif), du
coca ou du Mallox (produit pour l’estomac, dispo en pharmacie). Les
lacrymos collent à la peau et aux tissus, donc éviter de se toucher les
yeux et les lèvres avec des mains ou des vêtements contaminés. Il faut
se rincer la peau avec de l’eau. Pour les yeux, utiliser du sérum
physiologique.

Ne pas se faire repérer. Les flics essaient de cibler les plus révoltés.
Pour ça ils peuvent utiliser la vidéo-surveillance de la ville et du
métro. Ensuite ils filment et prennent eux-mêmes des photos. Enfin ils
s’infiltrent : les célèbres RG devenu depuis la Dcri.

On peut essayer de les repérer en début ou en fin de manif, quand ils
discutent avec les autres keufs. Une fois repéré.e.s, faire tourner le
mot pour les griller. Comme il en reste toujours et qu’ils tendent
l’oreille, utiliser des pseudos pour s’appeler, donner un nom de code
pour son groupe, à crier pour se retrouver si on se perd (dans le gaz
par exemple). Contre le repérage, se masquer le visage. Même si « on n’a
rien fait », le seul fait de participer et d’être pris en photo dans une
manif "violente" pourra jouer contre vous. Se masquer libère une marge
d’action, c’est pour ça que le pouvoir a sorti une loi « anti-cagoule »,
qui n’a pas encore eu d’application réelle. Toujours contre le repérage,
il faut changer d’apparence, se changer.

Lutter contre la peur. La première arme de la police c’est la peur.
Sirènes, fusées, grenades assourdissantes et intimidations orales sont
avant tout des techniques de dissuasion. Rester le plus calme possible,
même lors de mouvements de foule. Éviter de crier ou de courir
inutilement (ça augmente le stress des autres). La peur est naturelle
mais on peut apprendre à la canaliser. Un des meilleurs moyens est de
rester avec sa bande : avec mes potes, je me sens en sécurité.

Une charge de police dépasse rarement 60m, il est donc inutile de courir
plus loin, il vaut mieux rester groupé.es et éviter de laisser des
personnes isolées. On l’a dit, pour la BAC, l’individu isolé est un
gibier, seul un groupe soudé est efficace. En cas d’arrestation,
demander à la personne de crier son nom et son adresse puis donner ces
infos aux gens qui s’organisent contre la répression. Ça peut aider à
trouver un bon avocat, et l’ami.e arrêté.e ou ses proches se sentiront
moins seuls.

Si on est arrêté.e, crier son nom aux témoins, et tenter de rester calme
en toutes circonstances. Gardons notre rage pour après la sortie car
l’outrage et rébellion est l’arme judiciaire par excellence pour charger
un dossier. Une fois dans leurs griffes, faire le mort, garder son
calme, et attendre que les amis ou l’avocat se bougent.

En Gard’av. La durée maximale d’un contrôle d’identité est de 4h ; une
garde à vue peut durer 24h, prolongeable jusqu’à 48h, et 96h si vous
êtes un dangereux terroriste ou un gros trafiquant. Insister pour
rencontrer un avocat, demander à voir un médecin. Si cette demande (qui
doit être écrite quelque part) n’est pas satisfaite, c’est un vice de
procédure que vous pourrez utiliser pour annuler les poursuites contre
vous. Et puis ça fait une occaz pour sortir de la cellule ; causer à
quelqu’un, ça fait du bien. Si vous avez des bleus ou blessures, faites
les noter précisément par le médecin, c’est important pour votre défense.

Porter plainte contre les représentants de l’ordre (pour coups et
blessures) pourra, parfois, aider à s’en sortir. L’interrogatoire.
Malgré toutes les pressions des flics (« si tu coopères pas tu vas
rester en taule ! » ; « on a des photos qui prouvent que... » ; « tes
potes nous ont déjà dit que… »), ne JAMAIS croire les flics, mêmele
gentil qui veut vous aider. En garde à vue, on n’a jamais rien à se
reprocher ou à avouer, on est toujours innocent.e, on était qu’un.e
simple manifestant.e parmi d’autres. Même si ça les énerve on a le droit
de garder un silence complet et de ne rien signer. Répéter les mêmes
phrases pour pas se faire avoir. Du genre : « Je parlerai pas tant que
j’aurais pas vu un avocat ». Puis : « Mon avocat m’a dit de ne riendire. »

Si tout le monde se tait, ils auront l’habitude et nous laisserons
tranquilles. (Inutile de discuter politique avec les policiers, c’est
souvent perdre de l’énergie ou se faire piéger par des discussions
apparemment anodines.) Attention, les flics manipulent souvent les PV
(procès-verbaux), il faut bien les relire avant de les signer. Ne pas
hésiter à demander de modifier certains passages de sa déposition.

Le fichage génétique (ADN) est souvent exigé lors de la garde à vue.
Refuser de donner son ADN constitue un délit (passible d’amende et de
prison) mais dans les faits les poursuites ne sont pas systématiques, et
les condamnations sont souvent légères (pas de prison ferme) quand le
prévenu invoque un refus politique du fichage génétique et quand il est
soutenu par des associations, des collectifs. Ils vont vous dire que
c’est dans votre intérêt, que le juge vous trouvera plus sympathique si
vous faites pas de manières avec ça, et qu’ils détruiront le prélèvement
si vous êtes innocent, etc. Ne les écoutez pas, ils mentent purement et
simplement. C’est beaucoup moins risqué de refuser, que d’être fiché ADN
à vie… Et on s’organisera ensemble pour payer les amendes.

La comparution immédiate est faite pour nous juger vite et mal. Il vaut
mieux demander son report pour préparer une défense solide (et changer
d’avocat si le commis d’office est mauvais). Attention, demander un
report de jugement peut déclencher une détention préventive, la prison
en attendant votre procès. Plus on a de garanties de représentation
(études, travail, domicile, témoignage de moralité qui disent que vous
êtes quelqu’un de « bien », etc.), plus on a de chances d’être laissé.e
libre jusqu’à la date du procès.

Après. Eviter de rentrer seul de manif, prendre un moment pour en
discuter ensemble… et revenir plus forts à la prochaine !

Des manifestant-es volontaires

18:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Critical Mass Loses First Amendment Court Fight Against NYPD

 



 

By Heather Grossmann

DNAinfo News Editor

MANHATTAN — A judge ruled against an activist cycling group Tuesday in  lawsuit against the NYPD, despite public outrage over a controversial 2008 video showing a cyclist being pushed off his ride by a police officer in Times Square.

The Critical Mass bicyclist group said that police violated their First Amendment rights by unfairly ticketing them. The group also claimed the NYPD used extreme policing techniques to get them off the road during their monthly Friday night bike rides, but the court didn't buy their argument.

“The court recognized that the policing of Critical Mass rides was not based on any attempt to infringe First Amendment rights, but rather stemmed from Critical Mass bicyclists’ lawless behavior, which included intentionally blocking traffic, riding through red lights, and cycling the wrong way on both one-way and two-way streets," said city lawyer Mark Muschenheim.

Critical Mass also asked the judge at the U.S. District Court for the Southern District of New York to prohibit the NYPD from requiring groups of 50 or more riders to get a parade permit, a request that was also denied.

U.S. District Judge Lewis A. Kaplan said in the decision that the NYPD’s enforcement was intended “to ensure the safety of the public and the riders alike.”

image_xlimage_2010_02_R5969_CRITICAL_MASS_DECISION_02162010.jpg

08:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu