Avertir le modérateur

08/06/2010

Soutien aux six de Pau accusés d’outrage - Procès le 10 juin

La justice poursuit pour délit d’outrage, sur plainte du préfet des Pyrénées Atlantiques, six personnes ayant soutenu par courriel une famille déboutée du droit d’asile risquant une expulsion.

 

Pierre Favre (Haute-Savoie), Gérard Chevrot (Haute-Savoie), Yves Ribault (Savoie), Valérie Martinez (Val d’Oise), Docteur Eric Soares (Charente-Maritime), Daniel Candas (Rhône) sont tous les six convoqués au tribunal de Pau le 10 juin prochain.

 

Le préfet leur reproche d’avoir : « … proféré à son encontre des accusations (…) allant jusqu’à établir un parallèle entre sa décision et les méthodes utilisées par les nazis et le régime de Vichy » (Philippe Rey - août 2008)

 

Comme les 6 de Pau nous estimons que les enfants n’ont pas leur place dans un centre d’enfermement et nous approuvons leur démarche.

 

Nous nous inquiétons de voir qu’une référence à l’histoire pour apprécier une politique puisse être assimilée à un outrage à haut fonctionnaire alors qu’il s’agit d’une démarche intellectuelle qui procède de la liberté d’expression, droit inscrit dans notre Constitution et fondamental dans toute démocratie.

 

Nous protestons contre l’utilisation faite ici du délit d’outrage pour tenter de limiter la portée de ce droit, dont nous revendiquons l’usage plein et entier.

 

Signer la pétition

 

Rassemblement le 10 juin devant le Palais de justice de Pau à partir de 9h.

HNS-info

 

les6dePaux.pdf

tract distribué à Thorens les Glières (salle Tom Morel) le samedi 15 mai 2010 - Doc Pdf par Probe

 

15:45 | Lien permanent | Commentaires (0) |

mesures tendant à remédier (selon la tête du client) à des difficultés exceptionnelles de logement.

Chapitre Ier : Réquisition. Version en vigueur au 8 juin 2010


Sur proposition du service municipal du logement et après avis du maire, le représentant de l'Etat dans le département peut procéder, par voie de réquisition, pour une durée maximum d'un an renouvelable, à la prise de possession partielle ou totale des locaux à usage d'habitation vacants, inoccupés ou insuffisamment occupés, en vue de les attribuer aux personnes mentionnées à l'article L. 641-2.

Ce pouvoir s'étend à la réquisition totale ou partielle des hôtels, pensions de famille et locaux similaires, à l'exception des hôtels et pensions de famille affectés au tourisme.

A titre transitoire, le représentant de l'Etat dans le département peut, après avis du maire, exercer le droit de réquisition prévu au présent article dans toutes les communes où sévit une crise du logement.

La durée totale des attributions d'office prononcées postérieurement au 1er janvier 1959 ne peut excéder cinq ans, sauf dérogation accordée à titre exceptionnel pour une durée supplémentaire de deux ans au plus dans les conditions fixées par décret.

Sont seules susceptibles de bénéficier des dispositions du présent titre :

Les personnes dépourvues de logement ou logées dans des conditions manifestement insuffisantes ;

Les personnes à l'encontre desquelles une décision judiciaire définitive ordonnant leur expulsion est intervenue.

Les pétitionnaires doivent, préalablement à toute attribution, déposer au service municipal du logement une déclaration indiquant qu'ils appartiennent aux catégories ci-dessus désignées ainsi que le nombre de personnes à leur charge.

L'autorité requérante apprécie la suite à donner aux demandes dont elle est saisie ; les présentes dispositions édictées dans l'intérêt public ne confèrent pas un droit aux pétitionnaires.

Les locaux sont affectés dans des conditions d'occupation suffisantes telles qu'elles sont définies par le décret prévu à l'article L. 621-2. Les bénéficiaires d'attribution d'office, célibataires, veufs ou divorcés sans enfant ne peuvent prétendre qu'à l'occupation d'une seule chambre pour leur habitation.

Le bénéfice de l'attribution d'office cesse lorsque les conditions suffisantes d'occupation cessent elles-mêmes d'être remplies.

Le représentant de l'Etat dans le département peut, en outre, mettre fin à tout moment aux logements d'office effectués par lui. Il doit le faire obligatoirement lorsque le bénéficiaire ne jouit pas des lieux paisiblement et en bon père de famille.

Indépendamment des sanctions prévues au titre V, toute fausse déclaration entraîne la déchéance de l'attribution d'office.

Le détenteur d'un local insuffisamment occupé dispose d'un délai d'un mois, à compter de l'avis qui lui est adressé par le service municipal du logement, pour abandonner le logement ou pour pourvoir à l'occupation effective des lieux d'une manière conforme aux dispositions du présent livre et au profit de personnes appartenant aux catégories prévues à l'article L. 641-2.


Les attributions d'office ne créent au profit des bénéficiaires qu'un titre à une occupation précaire et personnelle des lieux.

Le bénéficiaire qui n'occupe pas lui-même, mais fait occuper par un tiers, un local à lui attribué, est passible des peines prévues à l'article L. 651-3 [*sanction*].

Le montant de l'indemnité d'occupation est fixé, dans la limite du prix licite en matière de loyer, par accord amiable entre le bénéficiaire et le prestataire, ou à défaut d'un tel accord, selon la procédure prévue au chapitre V du titre Ier de la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948 précitée, à la requête de la partie la plus diligente.

L'indemnité d'occupation est réglée directement suivant les usages des lieux au prestataire par le bénéficiaire. Son recouvrement est garanti par le privilège de l'article 2332, 1er alinéa, du code civil.

En cas de non-paiement du montant de l'indemnité par le bénéficiaire, le représentant de l'Etat dans le département règle celle-ci au nom de l'Etat à charge par lui de se retourner contre le bénéficiaire. L'administration peut contester le montant de l'indemnité fixé d'accord entre les parties, mais doit régler la partie non contestée, il est ensuite procédé à la fixation de ladite indemnité dans les conditions prévues à l'article L. 641-7.

Sous peine de déchéance de son recours contre l'Etat, le prestataire adresse au bénéficiaire, dans les quinze jours de toute échéance non réglée de l'indemnité, une mise en demeure par pli recommandé avec demande d'avis de réception, d'avoir à payer dans les quinze jours suivants. Si cette mise en demeure reste sans effet, le prestataire doit notifier au représentant de l'Etat dans le département, dans la même forme, la défaillance du bénéficiaire. Le représentant de l'Etat dans le département peut alors prononcer la levée de la réquisition.

Lorsque le montant de l'indemnité d'occupation a été fixé judiciairement, la mise en demeure doit être adressée par le prestataire au bénéficiaire dans les quinze jours de la date à laquelle la décision judiciaire est devenue définitive. Cette mise en demeure vise les indemnités échues, soit depuis la dénonciation de l'accord amiable intervenu originairement, soit, à défaut d'accord amiable, depuis la prise de possession des lieux par le bénéficiaire. Ces indemnités sont réglées par l'Etat en cas de défaillance dénoncée au représentant de l'Etat dans le département par le prestataire dans les conditions fixées au précédent alinéa.

Les indemnités dues éventuellement par les bénéficiaires en cas de dommages ayant pu résulter de l'occupation sont fixées dans les mêmes conditions que les indemnités d'occupation et leur recouvrement est garanti par le même privilège.

L'Etat est également responsable du règlement de l'indemnité pour ces dommages, à défaut de paiement par le bénéficiaire, mais peut contester le montant de ladite indemnité, si elle a été fixée par accord entre les intéressés, sauf à régler sans délai la partie non contestée. Il est ensuite procédé à la fixation de l'indemnité selon la procédure prévue au chapitre V du titre Ier de la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948 précitée.

Lorsque le montant de l'indemnité est fixé par accord amiable, le délai de quinze jours prévu à l'article L. 641-8, 3e alinéa, court à compter de la date de cet accord ; lorsqu'il est fixé judiciairement, le délai court à compter de la date à laquelle la décision de fixation est devenue définitive.

Sauf application des articles L. 613-1 à L. 613-5, les personnes qui se maintiennent dans les lieux à l'expiration du terme de la réquisition ou de la levée de celle-ci sont passibles d'une amende civile au moins égale, par jour de retard, au déculpe du loyer quotidien. Cette amende est prononcée à la requête du ministère public par le président du tribunal de grande instance du lieu de l'immeuble, statuant en référé. Celui-ci prononce en outre l'expulsion.


Le prestataire et le propriétaire des locaux réquisitionnés ne peuvent s'opposer à l'exécution par le bénéficiaire, aux frais de celui-ci, des travaux strictement indispensables pour rendre les lieux propres à l'habitation, tels que l'installation de l'eau, du gaz et de l'électricité.

Aucune indemnité ne peut être exigée par le bénéficiaire à raison des aménagements réalisés. A l'expiration de la réquisition, l'intéressé peut être mis en demeure par le prestataire ou le propriétaire d'avoir à remettre les lieux en l'état à ses frais.

Les attributions d'office de logements en cours au 1er janvier 1976 peuvent, par dérogation à l'article L. 641-1, être renouvelées en faveur des personnes âgées de plus de soixante-cinq ans ou de soixante ans en cas d'inaptitude au travail, dont les ressources n'excèdent pas le plafond fixé pour bénéficer de la location d'une habitation à loyer modéré ordinaire.

Dans toutes les communes où sévit une crise du logement, les locaux soumis aux dispositions du décret n° 53-960 du 30 septembre 1953, les locaux à caractère artisanal ou professionnel, les locaux définis à l'article 8 de la loi n° 48-1360 du 1er septembre 1948 précitée, et les logements accessoires à chacune de ces catégories de locaux qui sont vacants ou inoccupés, en tout ou partie, peuvent être réquisitionnés dans les conditions prévues par le présent titre.

Les dispositions de l'article L. 641-10 sont applicables aux réquisitions prononcées en vertu du présent article.

Le montant des prestations dues par le bénéficiaire est fixé dans les conditions prévues à l'article L. 641-7 en fonction des dispositions de la loi n. 48-1360 du 1er septembre 1948 précitée relatives au prix du loyer, quelle que soit la nature des locaux requis. Il est réglé conformément aux dispositions des articles L. 641-6 à L. 641-9.

Il en est de même pour les indemnités dues en raison des dommages ayant pu résulter de l'occupation ainsi que pour les dépenses nécessitées par la remise en état des lieux en cas de défaillance du bénéficiaire.


Les locaux vacants ou inoccupés concernés par l'article L. 641-12 sont définis par décret.

Le représentant de l'Etat dans le département détermine, conformément aux dispositions du présent chapitre, l'affectation des locaux des maisons de tolérance fermées par l'application de la loi n° 46-685 du 13 avril 1946.

 

Collectif SDF Alsace

 

15:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/06/2010

Un aspect de la résistance méridionale : maquis et guérilla en r3[1]

En zone Sud, la Région 3 regroupe l’Aude, l’Aveyron, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. La naissance des maquis, à partir du printemps 1943, y est tributaire de contingences topographiques et sécuritaires, délaissant la plaine côtière et la frontière espagnole au profit de l’arrière-pays montagneux. Certes, l’aide fluctuante des Alliés, les choix politiques (action immédiate ou différée) sont autant de facteurs jouant aussi sur la nature et l’activité de ces maquis ; mais ils ont en commun une volonté d’action tout en refusant l’affrontement direct avec l’ennemi. En cela, les techniques de guérilla adoptées (harcèlement, actions ponctuelles et diffuses) contribuent autant à la libération du territoire qu’à la construction d’une mémoire combattante spécifique.



In the Southern Zone, the 3rd Region comprises the departments of Aude, Aveyron, Gard, Hérault, Lozère and Pyrénées-Orientales. The birth of the maquis, in the spring of 1943, draws on topography and security, so they avoid the Mediterranean coastal plain and the Spanish border zone, preferring the mountainous hinterland. Certainly, the fluctuations in Allied support to the maquis, the political debate between action immédiate and action différée, influence the nature and activities of the maquis, but they have in common a will to action while refusing a direct confrontation with the enemy. Thus guerrilla tactics (harassment, selected and varied operations) contribute both to the liberation of France and the commemoration of a specific combativity.

 

Du « rebelle » au « soldat de l’ombre », du « brigand » au « terroriste », la terminologie relative aux maquisards, en ces années 1943-1944, est aussi abondante que révélatrice des états d’esprit et des propagandes. Elle souligne aussi différentes représentations du concept de guérilla. Si, à l’origine, le réfractaire au STO (Service du travail obligatoire) n’est pas un combattant, la population, les autorités allemandes et vichyssoises continuent d’employer ce terme durant les accrochages de l’été 1944. De même, le vocable de « terroriste » renvoie autant, dans les représentations, à la guérilla urbaine des groupes de sédentaires qu’à l’action des maquis. Parallèlement, à la guérilla autonome à connotation révolutionnaire menée par les FTPF (Francs-tireurs et partisans français) s’oppose une structuration militaire classique des maquis AS (Armée secrète) et ORA (Organisation de résistance de l’armée). Au-delà des divergences, c’est pourtant une stratégie de guérilla dite traditionnelle qui est appliquée. Quels éléments la caractérisant retrouve-t-on dans la lutte armée des maquis ? Quelle est la part, dans son application, des circonstances, de contraintes ou de choix délibérés ?

 

La R3 se situe dans le midi de la France où la survivance d’une certaine culture hors la loi aurait été propice à cette forme de lutte[2] [2] J. -M.  Guillon, « Le maquis, une résurgence...
Elle dispose, en outre, d’une zone frontalière avec l’Espagne, d’un littoral considéré comme susceptible d’accueillir un débarquement allié et enfin d’un arrière-pays montagneux favorable à l’implantation de maquis. C’est à travers cet exemple que nous examinerons les fondements topographiques, politiques et militaires de cette guérilla ; sa mise en application sur le terrain, ainsi que l’influence de certains facteurs ayant pesé sur son développement.

Patricia Boyer « Un aspect de la résistance méridionale : maquis et guérilla en r3 », Guerres mondiales et conflits contemporains 2/2004 (n° 214), p. 125-136.


Lire la suite

17:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2010

Les florissants commerces entre la Turquie et Israël

Quel avenir pour le couple Turquie-Israël ?

 

Dès la fin de la guerre froide, la Turquie et Israël ont établi un partenariat stratégique. L’arrivée au pouvoir de l’AKP en Turquie et d’un gouvernement peu enclin au compromis en Israël, combinée à la nouvelle donne géopolitique du Proche-Orient, ont vidé ce partenariat de sa substance. Il est désormais plus une contrainte qu’un atout pour la nouvelle politique étrangère turque. Les deux pays ont pourtant intérêt à préserver les apparences et à maintenir ce partenariat a minima.

Pierre Razoux est responsable de recherches au Collège de défense de l’OTAN à Rome, en charge du dossier du Proche-Orient. Il a récemment publié Histoire de la Géorgie. La clé du Caucase (Paris, Perrin, 2009) et Tsahal, nouvelle histoire de l’armée israélienne (Paris, Perrin, 2008).


article de Cairn.info en PDF

 

 

Israel et la Turquie unis par les programmes de recherche européens.

La Turquie est membre de l’initiative européenne Eureka. Tout comme Israël qui en est d’ailleurs l’une des locomotives.


Eureka catalyse les innovations technologiques en organisant le financement public de projets de R & D menés par des entreprises et des instituts de recherches.

Depuis 1985, 3000 projets ont été labellisés par Eureka, représentant 22 milliards d’euros (public + privé). Les entreprises et les centres de recherches des 37 pays associés à  l’initiative Eureka en ont  bénéficié.


Au sein d’Eureka,  certains axes de rapprochements se sont esquissés. Par exemple, entre la France et Israël qui ont réalisé un nombre record de projets dans tous les secteurs. Israël et la Turquie ont également  très vite vu l’intérêt de coopérer au sein de ce programme. Notamment sur les NTIC, les biotechnologies, les technologies agricoles et l’automobile.

Le 17 mai 2010 dernier (il ya une quinzaine de jours) Israël et la Turquie – via leurs agences respectives Matimop et Tübitak- ont lancé leur 4ème appel à projets dans le cadre d’Eureka. “En raison du succès exceptionnel des appels d’offres précédents” est-il précisé. L’objectif est de développer des produits et des solutions présentant un fort potentiel pour les marchés israéliens et turcs.

La dotation de ce 4ème «call» est de 6 millions d’Euros. Les projets devant être soumis avant le 15 juillet 2010. Cependant les entreprises turques et israéliennes peuvent également soumissionner pour un deuxième programme européen appelé Eurostars, plus contraignant en terme de règlement, mais qui présente l’avantage d’offrir aux entreprises retenues un financement sous forme de subventions.


Le Tübitak turc est rattaché aux services du premier ministre.  Cette agence gouvernementale est désignée comme «Conseil pour la recherche scientifique et technologique». Elle est le bras opérationnel du Conseil suprême pour la science et la technologie (BYTK) qui est la plus haute instance turque en matière de science et technologie. Plus de 1000 chercheurs travaillent dans 15 instituts de recherche sous  sa supervision.

Le Tübitak est également le coordinateur national du 7ème PCRDT, le programme stratégique de recherche européen (doté de 50 milliards d’Euros pour l’édition en cours) dont Israël est membre à part entière. Israël et la Turquie sont par exemple tous les deux associés à la plus importante initiative de recherche dans le domaine des semi-conducteurs : le programme “CATRENE”.

Ce cluster regroupe plus d’une centaine de partenaires européens ; PMEs technologiques et grands groupes.. Les enjeux de ces recherches sont éminemment stratégiques puisqu’il s’agit entre autre de booster la nano-électronique européenne. Les percées en nano-électronique constituant la clé du développement des technologies de l’information.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

 

 

Coopération de défense franco-israélienne: Le non-scoop.

 

Rappel des faits en 8 points.

1) La coopération de défense franco-israélienne est ancienne, officielle et transcende les clivages politiques. Les accords bilatéraux ont été réaffirmés par les gouvernements successifs. Par exemple : signature en Mars 1994 (sous mandat de François Mitterrand) de l’Accord franco-israélien relatif à la recherche de défense.  Autre exemple en Avril 2000 (sous gouvernement Jospin) signature du Memorandum Of Understanding sur la coopération technologique et industrielle en matière de défense.

2) Le Canard Echaîné révèle dans son édition du 2 juin 2010 une discrète coopération militaire franco-israélienne (sic).  Portant notamment sur des échanges techniques en matière de guerre électronique, de lutte de contre-guérilla et de lutte contre les attentats à l’explosif, appliqués à l’Afghanistan.

3) Pour mémoire, la France a engagé plusieurs milliers d’hommes en Afghanistan. La principale menace sur le terrain, comme le rappelle le site Secret défense de Libération sont les engins explosifs improvisés (IED) de plus en plus puissants. L’un moyen de prévention contre ce danger est l’échange de retex (retour d’expérience) inter-armées.

4) La coopération franco-israélienne a  donc été annoncée publiquement à de nombreuses reprises depuis un an dans divers media y compris le site officiel de l’ambassade de France à Tel-Aviv. Voir la revue de presse de l’ambassade de France datée du 18 février 2010. Autre exemple, le site spécialisé TTU a publié en mars dernier une information détaillée sur la question.

5) Parallèlement, la France a lancé une consultation pour l’acquisition d’un nouveau missile destiné à équiper ses troupes en Afghanistan. L’an dernier la solution israélienne a été short-listé en raison de ses capacités techniques supérieures. Ce matériel équipe déjà la plupart des armées européennes en co-production. La communication sur cet épisode non-confidentiel est abondante dans la presse spécialisée et générale.

6) Le site Israelvalley dans son édition d’hier s’interroge sur les raisons de la publication cette semaine de l’information par le Canard. Citation : La raison est assez simple : des acteurs Français tentent de faire dérailler la fructueuse et assez récente (?) coopération militaire France -Israël. Par ailleurs Israelvalley précise qu’en Israël la censure militaire n’autorise pas la presse à traiter des détails de cette coopération.

7) La rencontre l’an dernier à Paris entre le chef d’état-major israélien et ses homologues américain et français, respectivement l’amiral Michael Mullen et le général Jean-Louis Georgelin, a été largement couverte par les médias. La rencontre portait sur la préparation de l’exercice “Juniper Cobra” du 21 octobre 2009 et la lutte anti-terroriste internationale.  Le projet d’exercices conjoints a été annoncé dans la presse à cette époque. Une deuxième rencontre au sommet, confirmant la première, s’est déroulée fin janvier à Bruxelles dans le cadre  de la session des chefs d’état-major de la défense (CEMD).

8) En octobre dernier toujours sur la base de sources supposées sûres, le Canard annonçait des opérations militaires en Iran après décembre 2009. Nous sommes en juin.

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

Israël-Turquie: le choc des mots, le poids du militaire.

 

Survol des relations économiques israelo-turques en 10 points.

1) Israel et la Turquie ont signé un accord de libre-échange en 2000.

2) Les échanges entre Israel et la Turquie ont plus que triplé en 10 ans.

3) Volume des échanges commerciaux entre Israel et la Turquie  = volume des échanges franco-israéliens.

4) Toutefois les exportations turques vers Israel ne représentent que 1.5 % des exportations globales de la Turquie (Montant total des exportations turques en 2009 =102 milliards de $).

5) Israel n’est que le 17 ème client de la Turquie (Bureau des statistiques turc).

6) Même si la Turquie est l’une des principales destinations des touristes israéliens – à fort pouvoir d’achat- ceux-ci ne représentent que 1 % des 27 millions de visiteurs annuels en Turquie (ministère du tourisme turc). Pour un touriste israélien, la Turquie accueille 16 touristes allemands (Bloomberg/ Business Week).

7) L’une des menaces les plus sérieuses porte sur l’annulation de projets civils stratégiques estimés à $20 milliards de dollars dans plusieurs secteurs clés pour les deux pays : l’énergie (Projet de pipe-line Blue Stream 2. Ou encore le projet de centrale israélienne à 1 milliard de dollars co-développé par la société turque Zorlu Energy Group dans le sud d’Israel); secteur de l’eau (projet Manavgat ), des communications (câble fibre optique) ou encore les grands projets d’agri-technologies. (Source : le quotidien turc Vatan cité par Bloomberg).

8 ) Mais le véritable problème pour la Turquie serait la disparition du  marché des équipements militaires avec Israel (JP Morgan cité par Business Week).

9) Les deux tiers du commerce turc avec Israel repose en effet sur des commandes militaires sensibles. Exemples de contrats : Modernisation de chars M-60 pour plus de 600 millions de dollars; Modernisation de 300 hélicoptères pour 57 millions de dollars;  Contrat pour la modernisation d’avions de chasse: 850 millions de dollars; Commande de 10 avions sans pilote (uav) Heron  à IAI pour un montant de 180 millions de dollars. (source turque : http://www.hurriyet.com)

10) Les échanges ne s’arrêtent pas à de simples opérations d’import-export militaires mais s’étendent à des alliances pour la pénétration de marchés tiers. Comme la vente de chars à la Colombie. Defense News présente ainsi la stratégie développée par la joint-venture militaire entre Israel Military Industries (IMI ) et la société de défense turque Aselsan avec quelques apports technologiques allemands. Le consortium israélo-turc est engagé dans la vente à Bogota de chars M 60A1 améliorés. IMI a produit l’électronique et Aselsan l’assemblage. Résultat : un tank à la pointe de la technologie mondiale et deux fois moins cher que les MIA2 Abrams américains, les  Leopards allemands ou même le Merkava Mk4.

 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

 

IMI Delivers the last of 170 Upgraded M-60A1 to the Turkish Army

 

Israel Military Industries (IMI) has delivered the last of 170 upgraded M-60A1 tanks to the Turkish Army. April 7, 2010, at an official ceremony held at the 2nd Turkish Army Depot at Kayseri, Turkey - the location in which the tanks underwent upgrading work in recent years. IMI is the prime contractor for the $687.5 million project, considered to be one of the world's largest tank upgrade programs, bringing the M60A1 tank to level of the world's leading main battle tanks. (more... )

http://defense-update.com/features/2010/april/turkish_tank_15042010.html

20:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/06/2010

We are the people - Nous sommes le peuple

we_are_the_people.jpg

17:32 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Strasbourg - manifestation du lundi 31/05 - Comparution immédiate - Les deux dossiers renvoyés

Justice / Après la manifestation de lundi contre Israël
Les deux dossiers renvoyés

Deux jeunes gens âgés de 19 ans ont été jugés hier en comparution immédiate à la suite des débordements entourant la manifestation contre Israël lundi soir à Strasbourg. Le premier pour avoir brisé une vitrine, le second pour avoir caillassé les forces de l'ordre et un camion de pompiers.
Le jeune Mundolsheimois assure qu'il est victime d'une méprise. Ce n'est pas lui qui, lundi vers 20 h, a jeté un panneau publicitaire dans la vitrine du Crédit immobilier de France, au 3 quai de Paris à Strasbourg. Les policiers, dont l'attention avait été attirée par un groupe d'une quinzaine d'individus qui dégradaient les véhicules garés le long du quai, l'ont interpellé par erreur.  Pour sa défense, le gérant de société évoque un différend préalable avec un brigadier. « Vers 19 h 30, j'ai mangé ...
Antoine Bonin

Pour lire l'article complet voir archives de dna.fr

 

Piqué au tas chez DNA.fr - Article paru dans l'édition du Jeudi 3 Juin 2010

 

17:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Samedi 05 Juin 2010 - Liste des manifestations et rassemblements de protestation en France contre l’acte criminel israélien perpétré à l’encontre de la flottille internationale de la liberté

Le Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens dénonce l’attaque meurtrière de la flottille de la liberté pour Gaza, par l’armée israélienne dans les eaux territoriales internationales et appelle à manifester pour exiger
Maintenant !


La levée du Blocus illégal de Gaza

La fin de l’impunité d’Israël

jugement de tous les crimes de guerre

Des sanctions internationales

suspension de l’Accord d’association avec l’Union Européenne

- Libération immédiate de TOUS les militants-es de la solidarité internationale, de toutes les nationalités détenus-es en Israël

- Acheminement de toute la cargaison humanitaire à Gaza sous contrôle international

- Retour de tous les bateaux.


Samedi 5 juin à 15h

Place de la Bastille

en direction des Invalides

Sur la tribune à l’arrivée : les Français de la flottille de la liberté pour Gaza
Liste des manifestations et rassemblements en France :

- ANNECY : Samedi 05 Juin à 14h30, toujours devant la préfecture à Annecy

- AUBENAS : Samedi 05 Juin à 11 h,Au rond point au champ de mars

- AVIGNON : Samedi 05 Juin, à 14 h 30 à la Gare - SNCF - AVIGNON. Une manif de quartiers démarrera à 13 H 30 de la Fromenterie (Rocade) pour arriver à la gare à 14h 30 (D’où le cortège unitaire convergera vers la place de l’Horloge-Palais des papes)

- BAYONNE : Samedi 05 Juin à 11 h devant la mairie

- BEAUVAIS : Table de signatures de pétitions, Samedi 05 Juin, 15h à 17h, Fontaine rue piétonne

- BLOIS : Samedi 05 Juin à 15 h, devant la préfecture

- BORDEAUX : Samedi 05 Juin à 15h Place de la Victoire

- CAEN : Samedi 05 Juin à 15h devant la Préfecture

- CLERMONT FERRAND : Samedi 05 Juin à 14h30 Place de Jaude

- DOUAI : Samedi 05 Juin à 18h30 devant la Poste

- DUNKERQUE : Samedi 05 Juin à 15h30 devant la Communauté Urbaine de Dunkerque

- EVRY : Samedi 05 Juin à 14h Place des Droits de l’Homme

- GRENOBLE : Samedi 5 juin à 15h30, rue Felix Poulat

- LE HAVRE : Samedi 05 Juin à 15h place de l’hôtel de ville

- LIMOGES Samedi 05 Juin à 15 h au départ de la place de la Motte

- LYON : Samedi 05 Juin à 15 h, place Bellecourt

- MARSEILLE : Samedi 05 Juin à 15h à de la Porte d’Aix au Consulat d’Israël

- MANOSQUE : Samedi 05 Juin, à 14h30 porte Saunerie.

- MONTPELLIER : Samedi 05 Juin de 12h à 15h depuis la place de la Comédie jusqu’à l’Hôtel de la Région

- MONTAUBAN : Samedi 05 Juin à Montauban à 10h30 devant la préfecture.

- NANTES : Samedi 05 Juin à 15h de Commerce vers la préfecture

- NICE : Samedi 05 Juin à 15h, place Garibaldi

- PARIS : Samedi 05 Juin à 15h, place de la Bastille

- POITIERS : Samedi 05 Juin à 14 heures place d’Armes à Poitiers

- REIMS : Samedi 05 Juin à 15h, place d’Erlon, Fontaine de la Solidarité

- SAINT-ETIENNE : Samedi 05 Juin à 15 heures, devant la préfecture

- STRASBOURG : Samedi 05 Juin à partir de 14H, Place de l’Etoile

- TOULOUSE Samedi 05 Juin, à 15h30, à partir de la place du Capitole

- TOURS : Samedi 05 Juin, 14h30 devant l’hôtel de ville à Jean Jaurès

- VANNES : Samedi 05 Juin à 15h, manifestation de l’Hôtel de ville à la préfecture

Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – Alliance for Freedom and Dignity (AFD) - Alternative Libertaire (AL) - Américains contre la Guerre (AAW-France) - Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) - Association des Tunisiens en France (ATF) - Association France Palestine Solidarité (AFPS) - Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) - Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC - France) - Association pour les Jumelages entre les camps de réfugies Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) - Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) - Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) - Cedetim/IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif Faty Koumba : association des libertés, droits de l’Homme et non-violence - Collectif Interuniversitaire pour la Coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) - Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Paix (CJACP) - Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) - Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR P-O) - Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) - - Droit-Solidarité - Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) - Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) - Fédération Syndicale Unitaire (FSU) - - Gauche Unitaire (GU) - Génération Pa lestine - La Courneuve-Palestine - Le Mouvement de la Paix - Les Alternatifs - Les Femmes en noir - Les Verts – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) - Ligue internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté - section française Women’s International League for Peace and Liberty (LIFPL) - Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) - Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Organisation de Femme Egalité - Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) - Parti de Gauche (PG) - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Solidarité Palestine 18e – Union de Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) - Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) - Union Juive Française pour la Paix (UJFP) - Union syndicale Solidaires

Avec le soutien de :

Alghadir-Montreuil - Appel des Cent pour la Paix-Bagnolet - Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) - Comité BDS Clichy Palestine - Coordination Universitaire Interfac d’Ile de France – Forum pour un autre monde - International Jewish Antizionist Network (IJAN) – Lutte Ouvrière (LO) - Marxistes Unitaires - Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) - Parti des Indigènes de la République (PIR) - Respaix Conscience Musulmane (RCM) - Reveil des Consciences - Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) -

Lien article page web

17:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/06/2010

Banlieues, drones, hélicoptères et le fantasme sécuritaire...


Drones, dirigeables et camions 4 X 4 dans les banlieues
Comment intervenir en toute sécurité dans les banlieues chaudes ? La question est au cœur des préoccupations policières, mais aussi des pompiers, qui ont imaginé, avec plus ou moins de succès, une série de parades.

Discrets drones.
A l’instar des forces spéciales en Afghanistan, la police dispose depuis trois ans de drones. Baptisés Elsa (engin léger de surveillance aérienne), ces engins quasiment invisibles et silencieux, pèsent 1 kg, se déplacent à 70 km/h et sont équipés de caméras fonctionnant tant de jour que de nuit, avec des images transmises en direct au sol. Elsa n’aurait pas été testée en banlieue parisienne, les survols des drones étant interdit en zone urbaine par crainte d’accident. En revanche, deux avions de petite taille, avec pilote, ont bien fait des essais en Seine-Saint-Denis, munis de caméras embarquées. Un autre appareil a été testé à Strasbourg lors d’une nuit de Saint-Sylvestre, habituellement chaude dans la ville alsacienne.

Vidéosurveillance aérienne.
Long de 75 m et dotés d’une batterie de caméras sophistiquées, ce Zeppelin a fait son apparition au-dessus de Paris en juin 2005. Officiellement, il s’agissait, selon la Préfecture de Police, de surveiller la circulation routière ou les manifestations. Mais les caméras sont surtout capables de lire des plaques d’immatriculation à plus de 300 mètres d’altitude. C’est d’ailleurs l’utilisation qui en est faite par l’armée israélienne au-dessus de Gaza. Problème, l’engin n’est ni discret ni bon marché. Son exploitation coûte même particulièrement cher : 3.500 € de l’heure. L’expérience n’a pas été poursuivie.

Camions spéciaux feux de forêt.
Fatiguée des embuscades et des camions dégradés à répétition, la brigade des sapeurs-pompiers de Paris y réfléchissait depuis les émeutes de 2005. Elle a franchi le pas. Depuis l’hiver, trois casernes du 93 sont équipées de camions 4 X 4 jusque-là réservés aux feux de forêt ou aux terrains particulièrement accidentés. Un test qui pourrait se généraliser à toutes les casernes intervenant en zone sensible. Ces impressionnants engins avec pare-buffle peuvent s’extraire facilement des situations délicates en franchissant trottoirs et pareterres. Ils peuvent aussi actionner un puissant canon à eau sans que les pompiers aient à quitter l’habitacle.

 

 

Banlieues - Des hélicos pour traquer les bandes
Démanteler les points hauts, prendre plus vite à revers les fauteurs de troubles, tel est le but de nouvelles tactiques d’intervention actuellement mises en place dans les CRS.

A la fin du mois de mai, dans l’ensemble des 61 CRS, les hommes des SPI (sections de protection et d’intervention) auront été entraînés aux interventions héliportées. Certes, comme le confie Hubert Weigel, le directeur central des CRS au ministère de l’Intérieur, « ces nouvelles tactiques ont aussi été imaginées par rapport aux importants services d’ordre qui seront mis en place dans certains points du territoire français, à l’occasion de manifestations telles que les réunions du G8 et du G20, en 2011… ». Mais, un officier de CRS confie qu’il ne faut pas « se cacher derrière son petit doigt : cette formation est surtout destinée à contrer les éruptions de violences urbaines, comme celles par lesquelles nous nous sommes laissés surprendre, voire déborder, à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), par exemple… ». M. Weigel le confirme volontiers : « C’est dans un souci tactique que nous avons imaginé ces nouvelles formes d’intervention. »

D’autres mesures seront d’ailleurs mises en place, parallèlement, dans 6 des 7 zones de défense du pays (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Metz et Rennes), telle la mise à disposition des forces de maintien de l’ordre de canons lanceurs d’eau et de systèmes de grilles autoportées. Paris dispose de ces matériels depuis longtemps.

Guérilla urbaine

Dans le cas précis des émeutes qui secouent parfois les cités sensibles, l’expérience a permis de comprendre que, non seulement les émeutiers bombardaient les policiers depuis les toits des tours ou des immeubles les plus hauts, mais que c’est là qu’ils amassaient leurs réserves de projectiles : boules de pétanque, parpaings, pierres, cocktails Molotov, barres de fer, pièces de mobilier. « Tout ce qui peut aider les forces de maintien de l’ordre civiles à s’adapter aux nouvelles formes de guérilla urbaine est, de notre point de vue, bon à prendre, constate Eric Mildenberger du syndicat de police Alliance. Reste que quelques points doivent être analysés au plus près, dont le coût de telles opérations et la sécurité des personnels. »

Hubert Weigel souligne que c’est aussi dans le cadre de la réduction des moyens, imposée à l’ensemble des directions de la police nationale que ces nouvelles méthodes ont été mises en place. « Mais, avec des heures de vol qui coûtent chacune de 2.500 à 35.00 euros, on peut s’interroger sur les économies réalisées », se demande un brigadier – major de l’est de la France. Mais, c’est surtout la sécurité des personnels qui pose question aux différents intervenants, dont les pilotes de la sécurité civile. « Se poser au milieu d’une avenue, pour lâcher une douzaine de nos collègues d’une SPI qui doivent effectuer une tenaille, ne nous pose pas problème. Survoler la terrasse d’une tour, à quelques mètres de hauteur, pour débarquer des gars bardés de matériel, comme leurs boucliers, est plus pointu. Il suffit qu’un de ces boucliers s’envole dans les pales d’un appareil pour que celui-ci ne soit plus contrôlable. Il faut savoir que, lorsque nous transportons des CRS – montagnards qui doivent former une colonne de secours – tout leur matériel est attaché. Les skis sont fixés les uns aux autres, pour justement éviter que l’un d’entre eux soit projeté dans les pales. A contrario, compte tenu du déplacement d’air, un policier qui débarquera sur un toit avec son bouclier, en le tenant fermement pour ne pas qu’il endommage l’aéronef, peut être lui-même entraîné dans le vide. »

C’est justement pour imaginer toutes les situations, même les plus périlleuses, que les entraînements ont commencées voici plusieurs semaines. Reste l’impact psychologique de telles opérations. « Hormis pour du simple transport de personnels, la dernière fois que des hélicoptères ont été mis tactiquement à la disposition des CRS, c’était en Algérie », se souvient un policier retraité. Et même s’il s’agissait officiellement d’opérations de maintien de l’ordre, c’est bien d’une guerre qu’il s’agissait…

 

Piqué au tas sur fRance-Soir - édition en ligne du 14/05/2010

 

agents_cyclistes_d'île-de-France.jpg

Pneu vélo Michelin, le meilleur, le moins cher !

22:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

L'appel au calme - article des DNA en ligne - 03/06/2010

 

Article paru dans l'édition du
Jeudi 3 Juin 2010

 

Faits Divers

L'appel au calme

Les trois principales associations cultuelles musulmanes de Strasbourg appellent à manifester demain après-midi pour protester contre l'attaque israélienne, lundi, d'un convoi humanitaire à destination de Gaza. Les organisateurs souhaitent un défilé pacifique entre la place de l'Etoile et le Conseil de l'Europe.

La Grande Mosquée de Strasbourg, la mosquée turque Eyyub-Sultan et la coordination des associations de musulmans de Strasbourg entendent protester contre le blocus de Gaza par Israël, qu'elles considèrent « inhumain ». « Nous voulons dénoncer cette agression »  Mais après le rassemblement de lundi, qui fut émaillé d'incidents (lire par ailleurs), elles veulent prendre toutes les précautions pour que leur manifestation, qui débutera demain à 15h, laisse de côté casseurs et fauteurs de troubles. ...

Aurélien Poivret

Des interdictions de stationner des deux côtés des axes empruntés par la manifestation sont prévus le vendredi 4 juin de 1 h du matin à 20 h
Pour lire l'article complet :
accédez aux archives de dna.fr

 

pris au tas sur DNA.fr - 03/06/2010

22:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Chez maman "les colonnies francaises"

19:39 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu