Avertir le modérateur

21/07/2010

Climate Camp 2010 Liège - Les choses à savoir - Alles wat je moet weten

 

FR : Les choses à savoir

 

Plus que quelques jours avant le 2e Camp Action Climat belge qui débutera le jeudi 29 juillet !Ci-dessous, les infos concernant le lieu exact du camp et d'autres points.
Il ne reste que quelques jours pour mobiliser, nous comptons sur vous !


Le lieu du camp

Si ce lieu n'est indiqué nulle part c'est parce qu'il s'agit d'une occupation de terrain.
Le lieu exact sera indiqué dès le 28 juillet à 00h sur ce site
Une équipe du camp climat sera présente de 9h à 13h sur l'esplanade en face de la gare de Liège Guillememin afin de vous indiquer l'endroit où vous rendre. Nous serons également accessible via ce numéro 0484 38 01 48
Les participants sont attendus sur le lieu du camp à 14h pour la réunion pléniaire, réunion importante pour l'organisation du camp.

L'action directe non violente
La grande action de désobéissance civile se déroulera le lundi 2 août et l'entrainement et les briefings se dérouleront sur le camp le dimanche 1er aout toute la journée. Afin de garantir la réussite de l'action, les informations vous serons donné lors du camp. Les actions spontanées « Do It Yourself » sont le bienvenues. Libre à vous d'en proposer aux participants.

Empreinte écologique minimale

Ce camp vise une empreinte écologique minimale, c'est pourquoi nous vous invitons à :
- Venir à vélo (il sera utile lors du camp), à pied ou en transports en commun. Si malgré tout vous êtes contraints de venir en voiture, nous vous invitons à mettre cette voiture à disposition du camp pour des transports éventuels. Pour ce faire, il vous suffira de vous inscrire à l'accueil. Aucun grand parking n'est à disposition des voitures.
- Utiliser votre GSM le moins possible. De plus, il sera impossible de le recharger sur le lieu du camp. Le mieux est donc le charger au maximum à l'avance.

Implication personnelle
L'auto gestion est un principe central du Camp Action Climat. Chacun est donc invité à participer aux tâches collectives. Certaines équipes spécifiques ont encore besoin de personnes pouvant s'y investir durant tout le camp.
Voici les équipes qui ont encore besoin de renfort:
Accueil – Sécurité - « Safety » [électricité, eau, gestion des incendies] – Bar - WC/Déchets – Animation enfants – Legal Team – Facilitation [animer les réunion selon la méthode de décision par consensus] – Traduction écrite ou simultanée [Fr-Nl-Angl] – Contact Police – Médicale

Si vous désirez vous impliquer dans l'une de ces équipes, merci de prendre contact au plus vite par mail info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it ou par téléphone au 0484 38 01 48 - Le matériel (tentes, four solaires, tables chaises,...) est toujours le bienvenu.

Participation financière
Bien que ce camp nécessite un coup réel, nous voulons ce camp accessible à tous. Ainsi un prix libre vous sera demandé pour les frais de nourriture et les frais structurels du camp. Chaque jour nous afficheront le montant reçu par rapport au coup global, en espérant que l'ensemble des participants assumeront le coût total du camp. Les dons sont toujours les bienvenus via 001-4334900-46 [International : IBAN: BE33 0014 3349 0046 | BIC: GEBA BE BB | Bank: BNP/Fortis Bank

Programme et activités
Retrouvez le programme complet ici
Toute animation suplémentaire est possible lors du camp. Chaque participant est libre de faire une proposition.

Absence de logo sur le camp
Afin d'éviter toute tentative de publicité ou de réappropriation. nous n'accepterons aucun logo dans l'enceinte du camp. Ce camp est une initiative qui avant tout individuelle même si plusieurs collectifs et organisations y sont liées de près ou de loin.
Par ailleurs, un espace strictement définis se trouvera dans la tente accueil pour y déposer d'éventuels tracts.

Notre politique face aux médias
Nous souhaitons bénéficier d'un large écho médiatique qui respecte rigoureusement notre message politique.
Les médias alternatifs ainsi que les médias de masse seront autorisés à se présenter sur le camp. Toutefois, afin de garantir l'anonimat des participants qui le désire, chaque journaliste sera clairement identifié et accompagné. Avant toute photographie et/ou prise de vue, une annonce orale sera faite, laissant le choix aux participants d'apparaitre ou non dans le champ médiatique.

En vrac
Ce camp nécessite du matériel de camping de base (tente et sac de couchage).
Une cuisine activiste hollandaise fournira de la nourriture végétalienne chaque jour.
Les animaux dont les chiens seront interdits pour des raisons d'hygiène.
Munissez-vous de votre carte d'identité pour le jour des actions.
Un stand d'impression de T-Shirt Camp Action Climat se tiendra sur le camp, prenez donc vos T-Shirts

Contact
info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it
0484 38 01 48
Lire notre "vision politique"
Communiqué de presse

Dans le cadre du mouvement international grandissant des militants pour la justice climatique, le Camp Action Climat 2010, organisé pour la première fois par des activistes tant néerlandophones que francophones, rassemblera plusieurs centaines de citoyens. Cette seconde édition en Belgique se déroulera du 29 juillet au 4 août en région liégeoise. Ateliers, conférences, échanges et actions directes non violentes se succéderont dans un camp qui se veut neutre en émissions CO2 et ouvert à tous.
Le lundi 2 août, une vaste action de désobéissance civile ciblera une grande entreprise très polluante de la région.

Actions & propositions concrètes

Ce Camp Action Climat s’inscrit dans la lignée des Camps Climat internationaux, dont plusieurs se dérouleront cet été. Des actions directes non violentes y seront organisées. Lors du camp de l'été dernier, quelques 400 militants avaient privé durant plusieurs heures le Port d'Anvers d'un important convoi de charbon.
Le camp est également un laboratoire qui propose des solutions concrètes. Pendant une semaine, les participants vivront dans le souci d'une empreinte écologique minimale (nourriture végétalienne, locale ou récupérée, toilettes sèches, énergie verte,...). Les participants appliqueront également l'autogestion : chaque décision est prise selon le principe du consensus, chaque individu participe aux tâches collectives et a le droit de parole et d'initiative. Ce camp est ouvert à tous, y compris aux enfants pour qui un programme est prévu, à l'écart des actions.

Changeons le système, pas le climat

En décembre, le mouvement climatique a reçu un nouvel élan : si le sommet de Copenhague fut un échec politique, il fut une réussite au niveau de la mobilisation citoyenne, puisque plusieurs milliers d'activistes du réseau international « Climate Justice Action » s'y sont rassemblés pour y réaliser des actions de désobéissance civile, précisément dix ans après le sommet de Seattle, événement fondateur du mouvement altermondialiste. Ce camp climat en est la continuation.

A l’heure actuelle, tant les autorités que les entreprises n’envisagent le problème climatique que sous l’angle du marché, via notamment les certificats d’émission de CO2 « inventés » dans le cadre du protocole de Kyoto. Ces certificats permettent à des entreprises gigantesques telles que Electrabel ou Arcelor-Mittal de générer des bénéfices supplémentaires. Certains secteurs, comme le transport aérien, ont été exclus du protocole de Kyoto. Ces solutions conformes au marché contribuent au fait que rien ne change vraiment: au contraire, elles permettent au système économique actuel de perdurer malgré l'aggravation des crises climatique, sociale et économique.

Pour toutes ces raisons, le Camp Action Climat plaide pour un changement drastique car une croissance illimitée est impossible sur une planète aux ressources limitées. Il existe des alternatives à la logique de marché actuelle basée sur le profit. Si le mécanisme de croissance engendre une surproduction et une surconsommation néfastes à l'environnement et aux individus, il est plus que logique de recentrer l'économie sur les besoins fondamentaux.

Nous militons donc pour mettre un terme à notre dépendance aux énergies fossiles et recourir avec mesure aux énergies renouvelables, pour relocaliser la production et la consommation, pour préserver et garantir l'accès de tous aux ressources vitales (eau, forêts, terre, air,...). Par ailleurs, il n’est pas inutile de signaler la responsabilité historique de la riche élite mondiale et des pays du Nord dans cette crise : la justice entre le Nord et le Sud est essentielle. Il n'y aura pas de solution à la crise climatique sans une redistribution non seulement entre le Sud et le Nord, mais également à l’intérieur des pays... Si nous donnons la priorité à la Terre plutôt qu’au profit, à la solidarité plutôt qu’à la concurrence, alors l’opportunité de vivre une vie formidable sans saccager la planète nous est offerte.

***

Le Camp Action Climat est organisé par une quarantaine de volontaires et a reçu l’appui « politique », financier ou pratique de nombreuses organisations telles que Climat et Justice Sociale, le mouvement politique des Objecteurs de Croissance, Socialisme 21, Masereelfonds, Friends of the Earth Vlaanderen-Brussel, Aardewerk, LEF, Oikos, le CADTM, le Collectif Artivist, Vredesactie, Indymedia Antwerpen, klimaat - en vredesactiegroep Pimpampoentje, la Cité s'invente, Barricade et XminY.

***

Les infos concernant le lieu du camp et les actions vous seront communiquées et seront présentes sur notre site à partir du 29 juillet 2010

Contact : info@campactionclimat.be This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it - 0484 38 01 48


Plus que quelques jours avant le 2e Camp Action Climat belge qui débutera le jeudi 29/07 !
Cliquez ici
Vous trouverez via ce lien toutes les réponses aux questions concernant le lieu exact du camp, le programme, les actions, la participation financière, etc.

Ceci est également l'ultime appel à la mobilisation. Merci de le diffuser le plus possible !







***
NL : Alles wat je moet weten

We naderen het klimaatactiekamp met rasse schreden. Op 29 juli gaan we van start!
Hier vind je alle praktische info die je nodig hebt.
Er blijven nog enkele dagen over om mensen uit te nodigen om af  te komen. Neem zeker al je vrienden en kennissen mee naar het kamp!

www.klimaatactiekamp.org info@klimaatactiekamp.org - 0485/999507

Flyer / Poster

De nieuwe flyer is hier!

poster_en

Download, print, en help ons met promo maken!

(Ze zijn in A4, maar vector-gebaseerde PDFs, dus je kan ze zo klein en zo groot maken als je wil)

17:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Massacre à la Kalachnikov, le "nouveau" scénario du spécialiste (anonyme) de la lutte antiterroriste


Attentats terroristes: la terreur par l'arme à feu

PARIS — Il est [à priori] plus facile d'utiliser une Kalachnikov que de fabriquer une bombe: pour de nombreux experts, le risque d'attaques terroristes par des play_terrorism.jpghommes [sexisme ordinaire] armés, tirant dans une foule sans défense, n'a jamais été aussi grand.

Pour confectionner un engin explosif, il faut en réunir les ingrédients, qui sont sous haute surveillance en Europe, en Amérique du Nord et dans tous les pays-cibles, et disposer d'un certain bagage technique [contrairement à l'amalgame entretenu dans certains articles de presse].

Le fiasco de Faisal Shahzad, qui a échoué à faire sauter une bombe maladroitement assemblée dans sa voiture à Times Square (New York) en mai a démontré que ce n'était pas à la portée du premier jihadiste venu [Os Cangaceiros, malgré ce que certains en disent, est plutôt un manuel de  désassemblage d'artifices et d'ultra-arnaques de ces 30 dernières années].

Mais pour commettre un massacre à l'arme automatique, il suffit d'en trouver [et surtout la munition qui va avec], ce qui ne pose aucun problème, de choisir des lieux fréquentés et d'appuyer sur la détente.

Le carnage de Fort Hood (Texas), au cours duquel le commandant Nidal Hassan a tué treize soldats américains, a été, au cours des derniers mois, présenté sur des forums jihadistes comme l'exemple à suivre.

Le 23 mai l'imam radical [tu noteras la glissade de la sémantique démocrate chrétienne, on passe du jihadiste à l'imam radical] américano-yéménite Anwar al-Aulaqi appelait dans une vidéo "tous les musulmans qui servent dans l'armée américaine à suivre l'exemple héroïque de Nidal Hassan, qui a tué des soldats en route pour l'Afghanistan et l'Irak".

Alors qu'il était, à son insu, enregistré par un policier infiltré du New York Police Department (NYPD), Mohamed Mahmoud Alessa, un Américain d'origine palestinienne arrêté le 5 juin alors qu'il tentait de quitter les Etats-Unis pour la Somalie disait: "Ils n'ont peur de toi que quand tu as une arme et que tu commences à les tuer".

Pour le professeur Louis Klaveras [Alain B. et Xavier R. n'étant pas disponible], du Center for Global Affairs de la New York University, "les gens aux Etats-Unis et en Europe devraient s'inquiéter: cela pourrait bien être le prochain modèle d'attaque terroriste".

bullet_penetration.jpgLes jihadistes "ont compris qu'ils doivent employer des moyens plus simples, plus disponibles, à condition qu'ils soient mortels", dit-il. "Une arme à feu l'est: vous pouvez tuer une douzaine de personnes en une minute. Les armes sont faciles à trouver et peu chères: aux Etats-Unis, vous trouvez quelque chose de très puissant pour 300 à 400 dollars !" [Fini la vieille propagande genre M. Powell secouant sont échantillon d'urine sous les yeux des caméras]

Dans un rapport publié fin mai, l'agence privée d'investigation et d'analyse Stratfor écrivait: "Il y a une très forte probabilité que des jihadistes liés à ou inspirés par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), le TTP pakistanais ou même les shebab somaliens tentent d'organiser des attaques simples, avec des armes à feu, dans un futur proche".[note que l'agence privée ne donne pas d'indication de lieu]

Le cauchemar de Bombay, où un commando d'islamistes pakistanais a fait 166 morts en novembre 2008 en jetant des grenades et tirant au pistolet-mitrailleur, a démontré la vulnérabilité des grandes villes à des offensives de ce genre.

Un scénario similaire en Europe ou aux Etats-Unis, par exemple dans des centres commerciaux à des moments d'affluence, empêche de dormir les spécialistes de la lutte antiterroriste [et c'est oublier les pétages de plomb de consanguins pur-souche en Europe, comme au McDonald de Porvoo en Finlande ou de l'adolescent meurtrier du collège de Winnenden en Allemagne].

A Paris, l'un d'eux, qui demande à ne pas être identifié [monsieur veut continuer à pouvoir acheter son pain], rappelle "que juste après Bombay, un exercice de coordination des secours et de la riposte a eu lieu au Ministère de l'Intérieur. Un scénario avec des tireurs dans Paris, à la Défense (banlieue parisienne), et à Lyon" (centre-est).

Mais "les terroristes n'ont - heureusement pour nous [blanc démocrate chrétien] - pas beaucoup d'imagination: ils sont souvent prisonniers de répertoires d'actions assez traditionnels. Ils reproduisent les mêmes schémas, presque toujours à base d'attentats et de bombes, de préférence dans les transports [l'auteur aurait pu préciser que c'est les transports en commun  (le ferroutage, niveau impact médiatique, c'est moyen, à moins qu'il ne s'agisse de train Castor)]".

De plus, selon lui, "nous n'avons pas pour l'instant détecté une perméabilité [et pourtant] entre les réseaux jihadistes et les réseaux mafieux qui trafiquent les armes de guerre. Pour l'instant, en France comme en Europe, ces armes de gros calibre servent à attaquer les fourgons blindés" [Alors Ne devient pas fou qui veut ? - Lacan].

piqué sur www.google.com - Michel MOUTOT (AFP) – 20/07/2010

AK-47 762x39mm.jpg

 

09:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/07/2010

Rodez la Rouge n° 6

« Il est quelques mortels qui ont de la roideur dans l’esprit, un défaut de souplesse dans l’échine, un manque de flexibilité dans la nuque du cou ; cette organisation malheureuse les empêche de se perfectionner dans l’art de ramper… »

D’Holbach, Essai sur l’art de ramper à l’usage des courtisans.

Fondé en 2007, Rodez La Rouge est un journal semestriel imprimé et gratuit.

Sa ligne éditoriale est anarchiste.

À ce titre, ses rédacteurs tentent de mener une critique cohérente  de deux maux inséparables : l'État et le Capitalisme, quelles que soient leur forme.

Cette critique, d'orientation révolutionnaire, est guidée par un principe éthique infalsifiable : le refus de parvenir.

Le numéro Printemps - Eté 2010 est enfin disponible aux points de diffusion habituels.

22:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

19/07/2010

Création d’une académie pour former les cadres du renseignement - texte de loi publié au JO

...L’académie aura pour missions de « concevoir, d’organiser et de mettre en œuvre des activités de formation initiale, de favoriser la coopération entre ces services, de participer aux actions de sensibilisation au renseignement ».

Lorsqu’elle sera opérationnelle [sic], « l’académie » formera les cadres des services de renseignement français, dont ceux dépendant du ministère de la Défense : la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE ).

La création de cet organisme finalise la réforme du renseignement lancée au printemps 2008. Celle-ci est marquée par la fusion des Renseignements généraux (RG) et de la Direction de la surveillance du territoire (DST) au sein de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et par la création d’un coordonateur national du renseignement, placé sous l’autorité du secrétaire général de la Présidence de la République. Enfin, un Conseil national du renseignement (CNR) a été créé et se réunit sous la présidence du chef de l’Etat.

piqué au tas sur www.defense.gouv.fr

 

Le décret portant création d'une « académie du renseignement », chargée de la formation des agents du renseignement français, a été publié vendredi au « Journal officiel ». Un service à compétence nationale, directement rattaché au Premier ministre. Cette décision fait suite à la réforme du renseignement français lancée au printemps 2008. Environ 12.000 hommes et femmes sont chargés de la collecte du renseignement ou du contre-espionnage français. Elle a pour mission de « concevoir, organiser et mettre en oeuvre des activités de formation initiale et continue » de ces agents, de favoriser la coopération entre les services concernés et de participer aux actions de sensibilisation du renseignement.

piqué au tas sur Les Echos.fr

JORF n°0162 du 16 juillet 2010 page
texte n° 1


DECRET
Décret n° 2010-800 du 13 juillet 2010 portant création de l'académie du renseignement

NOR: PRMX1018039D

www.legifrance.gouv.fr

"Ces mouvements contestataires restent vivaces et se regroupent au gré des circonstances. Cela ne veut pas dire qu’ils ne font rien entre-temps : par exemple, ils ont suivi de très près les émeutes en Grèce, accompagnées d’assassinats politiques. En France, quelques clignotants s’allument."

 

21:16 | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/07/2010

Grenoble City is burning II - De l'établissement d'un ordre public à la pacification sociale

Le_Pacificateur.jpg

DR. Ordre public. ,,Ensemble des institutions et des règles destinées à maintenir dans un pays le bon fonctionnement des services publics, la sécurité et la moralité des rapports entre les particuliers`` (Cap. 1936). Contraire à l'ordre public; troubler l'ordre public. C'est quand l'État est en danger, c'est quand l'ordre public est troublé, qu'il faut demander à la justice et aux lois un appui contre la révolte (Scribe, Bertrand, 1833, iv, 5, p.198). L'ordre public et la sécurité des citoyens ne demandaient que la garantie des possessions; pourquoi la loi a-t-elle créé des propriétés? (Proudhon, Propriété, 1840, p.203). Le maintien de l'ordre public appartient exclusivement à l'autorité française (De Gaulle, Mém. guerre, 1954 p.560).P. méton. Stabilité sociale, respect des institutions en vigueur, de la hiérarchie sociale. Partisan de l'ordre. La France, sous un ordre apparent, est toujours en révolution (Michelet, Journal, 1856, p.309). Comme ils [des sergents de ville] arrêtaient les voitures pour ne laisser passer personne, le jeune homme traversait, sans en avoir besoin, pensant faire plaisir à ces soutiens de l'ordre (Montherl., Bestiaires, 1926, p.395):
11. «Le parti de l'ordre a toujours été le même» dit Renan. C'est l'organisation des maîtres du monde, profitant de l'ordre établi (...). C'est le parti des plus forts, où toutes les puissances sociales se concentrent. Avec la loi pour théorie, avec la force pour ultima ratio, il fera jouer tous les ressorts pour garder la possession d'État.
Clemenceau, Vers réparation, 1899, p.IV.
En partic. Absence de troubles dans la rue. Maintien de l'ordre; maintenir, faire régner l'ordre; forces de l'ordre (v. force I C 2). Il y eut des scènes sanglantes; des barricades se formèrent, et les troupes envoyées pour rétablir l'ordre furent obligées de faire feu (Chateaubr., Mém., t.3, 1848, p.295). [P. allus. hist.] L'ordre règne à Varsovie. Les Prussiens entreront dans Paris et «l'ordre régnera à Varsovie»! (Flaub., Corresp., 1871, p.216):
12. Vous serez consigné quatre jours pour me poser des questions ridicules! Cette petite exécution fit son effet: on n'insista pas davantage, et les hommes, traînant leurs sabots, leurs gamelles au poing et leurs pains sous l'aisselle, s'en allèrent achever leurs repas où ils purent, sur le pied de leurs lits ou sur l'appui des fenêtres. Une fois de plus l'ordre régnait dans Varsovie.
Courteline, Train 8 h 47, 1888, 1re part., VI, p.74.


Action de pacifier; rétablissement de la paix. Depuis la bataille de Platée jusqu'à la pacification générale, il s'écoula trente années (Chateaubr., Essai Révol., t.2, 1797, p.46). Ainsi fut consommée la pacification de la cité, le mariage des deux ordres, l'unité de Rome (Michelet, Hist. romaine, t.1, 1831, p.150):
1. Grâce au progrès de la pacification, au progrès démocratique, au progrès social, on peut maintenant envisager le jour où les hommes et les femmes qui habitent l'Algérie seront en mesure de décider de leur destin, une fois pour toutes, librement, en connaissance de cause.
De Gaulle ds Doc. hist. contemp., 1959, p.217.
HIST. Édits de pacification. ,,Plusieurs édits des rois, qui avaient pour but d'apaiser les troubles de religion, dans le xvie siècle`` (Littré). Le traité conclu avec les révoltés fut accompagné d'un édit qui révoquait tous les édits de pacification accordés jusque là aux calvinistes (Thierry, Tiers État, 1853, p.138).


Contre l’ordre impérial, un ordre public démocratique et universel

La société mondiale est entrée dans une forme d’impérialisme qui n’est pas seulement le fait d’un gouvernement mais d’un système, celui d’un capitalisme financier multinational et intergouvernemental à la fois. Aucune résistance n’est tolérée à l’ordre ainsi imposé. Incapacité après le 11 septembre 2001 à s’opposer à la guerre en Afghanistan, silence de plomb sur la Tchétchénie, mutisme douloureux sur la Palestine, faiblesse de l’opposition à la guerre contre l’Irak par crainte d’apparaître comme favorable au régime en place à Bagdad, telles sont, sur les conflits les plus graves, les victoires de l’ordre impérial qui prend désormais l’humanité en otage et jette les plus déséquilibrés de ses membres dans l’impasse funeste du terrorisme. Sommes-nous condamnés à laisser faire ou obligés à pousser la seule communauté politique encore en état de s’exprimer, à savoir l’Europe, à s’engager dans la compétition militaire pour revenir (mais dans combien de temps et dans quel but ?) à une situation bipolaire ? Non, car il nous reste une arme trop peu utilisée : celle des idées, donc des valeurs qu’elles expriment.

Le peuple vietnamien, le peuple algérien, les peuples d’Afrique sous colonisation portugaise n’ont pas gagné leurs guerres contre l’Occident sur un rapport de forces matérielles favorable, bien au contraire. Ils les ont gagnées par la force d’une idée, celle d’émancipation, et l’irruption d’un changement de la norme juridique, avec l’affirmation du principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui a renversé la validité du colonialisme jusqu’alors reconnue.

Monique Chemillier-Gendreau

la suite ici :

Lien

 

Aux Insoumis de la pacification sociale

Il y a de plus en plus d’indésirables dans le monde, d’hommes et de femmes pour qui cette société n’a prévu qu’un rôle, celui de crever. La société ne nous désire qu’ainsi : morts pour le monde ou pour nous-mêmes.

Parce que l’exploitation, l’enfermement, le contrôle, l’isolement ou la domination ne sont pas que des mots, on peut se briser les os courbé sur une machine à coudre, comme derrière une chaîne de montage ; on peut tourner en rond dans une cage en attendant d’être ligoté dans un charter, comme compter les jours en attendant le prochain parloir derrière l’hygiaphone ; on peut aller chercher des mômes à l’école avec l’angoisse de se faire arrêter à la sortie, comme les y abandonner pour regarder tranquillement sa télé ; on peut s’entasser à dix dans une cave, comme on peut se croire chanceux dans une cage à poule ; on peut échapper à la rafle des flics pour retomber dans les filets de la communauté, comme on peut esquiver le contrôle de la BAC pour finir sous la coupe de ses grands frères ; on peut interpeller les petits voleurs en faisant le vigile, comme on peut dénoncer les incendiaires de poubelle de derrière sa fenêtre.

Dans cette guerre sociale sans trêve, ce n’est pas notre misère commune, mais la vigueur avec laquelle nous la combattons, qui nous permettra d’abattre ce système. Si nous nous sentons en l’occurrence solidaires des sans-papiers révoltés, ce n’est pas pour déverser un racket politique de souteneurs et créer un énième sujet politique qui serait vertueux de par sa condition. Et ce n’est pas non plus pour assister une victime en péril, à la façon des charognards humanitaires. Nous ne sommes pas du côté des indésirables, nous en sommes. L’entr’aide et la lutte ne peuvent ainsi se construire entre nous qu’à partir de bases de réciprocité et d’offensive.

Quand on nous vend l’image de la mère de famille élevant seule ses six enfants, de l’honnête ouvrier qui œuvre – pourtant – à la bonne santé de l’économie nationale, de l’enfant séparé de ses parents mais entouré de camarades de classe aimants, voire de l’universitaire reconnu jusque dans son bled, c’est la tactique du scandale qui pointe sa sale gueule de bonne sœur. S’indigner à grand renfort d’affect sur les « bons sans-papiers injustement réprimés », c’est faire comme si l’occupation policière, les rafles, les camps, les expulsions, mais aussi les marchands de sommeil ou de sueur, étaient des « dérives » à rectifier. C’est oublier que c’est aussi une conséquence très démocratique d’un monde qui transforme tout et tous en marchandise.

Des mutinés du vaisseau des morts

La suite ici : Aux insoumis de la pacification sociale

 

La pacification sociale, c'est l'assassinat !

Pourrions-nous encore nous duper ? L’image trompeuse de la paix sociale se tache de sang. Dans lombre de la course habituelle des choses, lordre prédominant exige une vie après lautre. À present, les lois et ses représentants révèlent assez clairement ce qu’ils étaient depuis toujours par essence : des assassins au nom de l’État. Pendant que les gens flânent apathiquement le long des rues commerciales, un homme se fait tuer lors dune tentative de déportation à Zurich. Au milieu des insignifiances quotidiennes, avec lesquelles les médias nous bourrent, en Bochuz (VD) les matons laissent étouffer un détenu rebelle dans sa cellule brûlante. Près du Fribourg les flics tuent un mec de 18 ans, suspecté davoir volé une voiture, par plusieurs coups de feu dans une embuscade. Mais le rythme monotone du monde du travail ne laisse guère le temps pour réfléchir sur de tels événements. Peu de temps après, deux hommes de plus meurent, cette fois dans une prison de Zurich et de Schaffhouse. Chaque mort en prison est un assassinat, parce quelle est provoquée par une violence extérieure qui se pose au-dessus de nous. Et si ce nest pas la matraque dun maton, cest lexistence réduite à quelques mètres carrés. À Pfäffikon se pend un homme de 40 ans, qui était en prison pour vol. Une personne de plus est grièvement blessée par un feu dans sa cellule. À nouveau un réfugié tombe de la soute dun avion.

 

Et tout ça, ce ne sont que les choses, qui ont surpassé les murs et les medias pendant les trois derniers mois ici en Suisse…

 

Les mesures politiques et juridiques avec lesquelles on prétend soccuper de tels «malheurs», ne servent quà maintenir la paix sociale. Pourquoi sengager encore dans cette duperie qui ne fait rien que nous empêcher de transformer la rage en révolte. En révolte contre cette course bien trop habituelle des choses… La prison, cest la torture, là il ny a pas de question. Et la société qui en a besoin ? Qui accepte et justifie de tels assassinats ?

La suite ici : La pacification sociale, c'est l'assassinat !

http://toofik.com/IMG/jpg/pacification.jpg

Pacification 1 Algerie 1954. Huile sur rhodoïde - 25,3/19,1 cm  2007

16:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Hanoi Jane et Kaboul David

 

Hanoi_Jane.jpg

Jane Fonda - Hanoi (Viet Nam) - 08/07/1972

 

david_Helmand.jpg

David Beckham - Helmand (Afghanistan) - 23/05/2010

 

 

09:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/07/2010

A Sevran, « Les policiers ont 100000 fois raison! »

 

6h 30, 150 policiers dans les cités de Sevran

Un kilo de cannabis, deux armes, une garde à vue.C’est le maigre bilan de la descente d’hier matin aux Beaudottes et à Cité-Basse.

Un air de déjà-vu flottait sur Sevran, hier au petit matin. A l’entrée des Beaudottes, policiers, douaniers et gendarmes mobiles contrôlaient chaque voiture. Permis de conduire, carte grise, contenu du coffre… Pendant ce temps, d’autres policiers, cagoules sur la pour certains, entraient dans les halls, sous l’œil presque impassible des lève-tôt du coin.

« Les policiers ont 100000 fois raison! » lâche un retraité qui vit ici depuis 1972, en allant chercher son pain. Pas moins de 150 fonctionnaires ont été mobilisés pour cette opération, qui s’est déroulée en même temps, de 6 h 30 à 9 h 30, à la Cité-Basse, à l’autre bout de la ville. Bilan : de bien maigres trouvailles, au regard de la réputation de plaque tournante de la drogue qui colle à ces quartiers.

Une quinzaine de halls ont été fouillés.

Un kilo de cannabis, un pistolet 9 mm, trois chargeurs de Kalachnikov, une voiture volée. Voilà ce qui a été découvert à Cité-Basse. Un calibre 12 a été saisi aux Beaudottes. Un suspect a également été placé en garde à vue. La police, qui le recherchait, n’a pas eu à le réveiller, il s’était fait interpeller la veille pour d’autres faits.[le flair, toujours le flair]

La descente d’hier matin était menée par plusieurs services. La police judiciaire agissait sur commission rogatoire, la sûreté territoriale dans le cadre d’une préliminaire. Pour le préfet Christian Lambert, il s’agit de continuer sans relâche sa politique d’occupation du territoire [ la cité ], notamment dans les halls d’immeubles. « Aller partout, à tout moment pour prouver qu’il n’y a pas de zone de non-droit est le leitmotiv du préfet, indique-t-on dans son entourage. L’opération de Sevran en fait encore la démonstration. »

Une quinzaine de halls ont ainsi été fouillés. « On ne peut que se réjouir que la police aille dans les quartiers, souligne Patrice Roques, adjoint (PS) au maire de Sevran, en charge de la tranquillité. Mais il faut aussi s’interroger sur la stratégie à long terme et que la guerre des halls ne s’oppose pas à la guerre des nourrices (NDLR : ces appartements utilisés pour se cacher, stocker de la drogue ou des armes). »

L’action d’hier matin, précise-t-on au parquet, intervient dans le contexte tendu qui règne à Sevran, où le trafic de drogue se mêle à des violences par armes à feu (lire ci-dessous). A Cité-Basse, où un jeune a miraculeusement échappé à la mort après avoir été atteint d’une balle à la tête, il y a une dizaine de jours, des habitants s’interrogent sur l’efficacité de telles descentes. « Lorsque les grands géraient le trafic, la cité était protégée, estime une habitante. Ils sont tombés, et la situation a changé. » Dans le quartier, la rumeur selon laquelle les trafiquants des Beaudottes voudraient avoir le monopole de la vente de cannabis, aux dépens de Cité-Basse, est prise très au sérieux.

piqué au tas sur le Parisien.fr - 17/07/2010

les_mauvias_jours_finiront.jpg

13:33 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Violences policières du 21 juin à Poitiers : jusqu'où la justice soutiendra-t-elle ?

Si la presse, à chaud et sous la pression des événements ne dispose pour donner l’information que des éléments fournis par la police, elle le fait surtout au début des «  affaires » . Que ce soit pour le 10 octobre ou pour le 21 juin à Poitiers, ces mêmes médias ont peu à peu infléchi cette ligne pour prendre en compte les versions émanant d’autres interlocuteurs, faisant ainsi des analyses plus pluralistes et plus nuancées.

En va-t-il de même pour la justice ? Concernant le 10 octobre, cette dernière ayant immédiatement suivi ce que lui servait la police a condamné lourdement, et elle n'est pas, par la suite, revenue sur ces peines disproportionnées. Pouvait-elle d'ailleurs vraiment le faire ? Il semblerait que non : ç'aurait été désavouer la police. Elle s’est pourtant, par là, largement décrédibilisée. Car enfin, mettre en prison sans preuves des personnes qui n'avaient jamais été condamnées et qui étaient connues pour leur engagement politique, et surtout confirmer cette décision en appel trois mois plus tard, a montré aux yeux de tous – y compris de la presse – une justice couvrant la police et aux ordres du ministère de l'Intérieur.

La justice, y compris le parquet, peut pourtant ne pas s’aligner sur la police. On l'a vu en mars dernier où Nina a été relaxée suite à l'appel du procureur : durant ce procès, l'avocat général a suggéré une telle fin, en démontant tous les éléments de l’accusation parce que la procédure n’avait pas été suivie correctement, et en s’en remettant au tribunal.

En ce qui concerne le 21 juin, les accusés, forts de ce qui s'était passé en octobre dernier, ont refusé la comparution immédiate. Ils et elles ont été jugés le 8 juillet lors d'un procès marathon qui a parfois été critiqué pour sa durée. Mais l’attitude pointilleuse du président n'était-elle pas la seule façon d’éviter la justice expéditive précédemment exercée ? Lors de ce procès au long cours, les incohérences et contradictions dans les déclarations des policiers sont clairement ressorties, en particulier celles du commissaire Papineau, Directeur Départemental de la Sécurité Publique. Et de même leurs omissions – comme faire état d’une condamnation antérieure de l'un d'eux pour violences sans préciser qu’il avait été relaxé, n’étant en rien responsable de ces violences. Et bien d’autres éléments sont apparus nettement : que l'accusation reposait sur les seuls témoignages des policiers, également partie civile, alors que d’autres personnes avaient été témoins des événements – la défense en a ainsi produit six ; que l'enquête sur le terrain avait été inexistante… et surtout que les choses ne s’étaient pas passées comme l'accusation le prétendait, mais bien comme les prévenus et leurs avocats ne cessent de le dire : c’est un véritable tabassage policier de militants et militantes connus pour leur engagement politique qui a eu lieu lors de la Fête de la musique à Poitiers !

Pour le Comité contre la répression des mouvements sociaux, ces événements sont une illustration supplémentaire des méthodes de répression policières mises en œuvre contre les mouvements sociaux, et en particulier certains de leurs acteurs et actrices – des méthodes expérimentées dans les quartiers puis généralisées : harcèlement suivi de tabassages, d’arrestations, de gardes à vue prolongées et de procès. Que les forces de l’« ordre » se sentent aussi libres dans leurs façons d’agir traduit un rapport de forces en leur faveur. Grévistes, jeunes militants, sans-papiers, « radicaux » en font les frais depuis trop longtemps.

Relaxe de tous les inculpés du 21 juin !

Rassemblement devant le palais de justice de Poitiers le 28 juillet à 18 h

Soutien lors du délibéré, le 29 juillet à 14 h !

Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux antirep86@free.fr http://antirep86.free.fr

courriel du 17/07/2010

 

13:11 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Grenoble City is burning, ou du confusionnisme laïque dans les Médias.

Un quartier s’enflamme contre la police parce qu’elle a tué un braqueur de casino

 

A Grenoble, dans le quartier de la Villeneuve, rien ne va plus entre jeunes et forces de l’ordre. Voitures incendiées, commerces incendiés et pillés, coups de feu en direction des policiers, tramway attaqué et un jeune arrêté. C’est le bilan de la soirée dernière et de cette nuit. La cause de cette violence urbaine ? La mort dans la nuit de jeudi de Karim Boudouda, jeune du quartier tué par la police alors qu’il venait de braquer un casino à l’aide d’armes lourdes.

piqué au tas sur www.rtlinfo.be - 17/07/2010


oeil_pour_oeil.jpg
photo AFP/PHILIPPE MERLE





 

[ Sur l'overdose de confusionnisme dans les Médias ]




Hier soir, une prière au mort a été récitée par un imam dans un parc du quartier de la Villeneuve. Une cinquantaine de manifestants y ont assisté en silence, et c’est ensuite* que l’embrasement a eu lieu.
www.france-info.com - 17/07/2010
C'est après* une prière au mort récitée dans la soirée par un imam, écoutée en silence par une cinquantaine de jeunes rassemblés dans un parc du quartier de la Villeneuve, d'où était originaire le braqueur tué, que la situation a dégénéré.
www.lemonde.fr - 17/07/2010

La soirée avait débuté calmement à la Villeneuve, quartier populaire de Grenoble, jusqu'à* une prière au mort récitée par un imam, écouté en silence par une cinquantaine de jeunes rassemblés dans un parc, a constaté une journaliste de l'Agence France Presse sur place. Puis la violence s’est installée.

www.rtlinfo.be - 17/07/2010

C'est après* une prière au mort récitée dans la soirée par un imam, écoutée en silence par une cinquantaine de jeunes rassemblés dans un parc, que la situation a dégénéré.

actu.orange.fr - 17/07/2010



09:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le sergent-chef du 13ème RG tué en Afghanistan était un militant du FN, annonce ce parti (actualisé) - blog Secret-Défence

Dans un communiqué que l'on peut lire sur son site internet, le Front national annonce que Laurent Mosic, sergent-chef au 13ème régiment du génie, tué le 6 juillet en Afghanistan " fut un militant actif du Front national et du DPS" (département protection sécurité), le service d'ordre du parti d'extrême-droite, sans donner plus de détails. "Jean-Marie Le Pen et le bureau du Front national présente à ses proches leur plus sincères condoléances" poursuit le communiqué. Laurent Mosic s'était engagé en 1990, à l'âge de 18 ans.

la suite ici

piqué au tas sur le blog Secret-Défence - 15/07/2010

 

http://www.ww2-history.com/wp-content/uploads/2010/02/sto.jpg

 

En France, les droits politiques et syndicaux des personnels militaires sont limités par la loi du 13 juillet 1972 portant statut général des militaires.

Les militaires n'ont pas le droit d'adhérer à des groupements ou à des associations à caractère politique. Ils peuvent cependant se porter candidats aux différentes fonctions publiques électives. À titre exceptionnel, ils sont autorisés à adhérer à un parti politique et à exprimer librement leurs opinions pendant les campagnes électorales. S'ils sont élus, ils sont placés en position de service détaché pendant la durée de leur mandat. Bien que non rémunérés, ils continuent alors à bénéficier des droits à l'avancement et à la pension de retraite. Ils sont réintégrés dans l'armée à l'expiration de la période de détachement.

L'article 7 du statut général des militaires restreint la liberté d'expression individuelle, qui ne peut s'exercer « qu'en dehors du service et avec la réserve exigée par l'état militaire ». En outre, les militaires sont liés par le secret et ne peuvent évoquer des questions politiques ou mettant en cause soit une puissance étrangère soit une organisation internationale qu'avec l'autorisation du ministre de la Défense.

L'expression collective des intérêts professionnels des militaires se heurte, quant à elle, aux articles 10 et 11 du statut général. Le premier leur interdit de se constituer en syndicats professionnels ou d'adhérer à des groupements professionnels, et le second exclut l'exercice du droit de grève.

Toutefois, une certaine forme d'expression collective se manifeste dans les instances de concertation internes et spécifiques aux forces armées.

La suite ici

 

 

00:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu