Avertir le modérateur

09/08/2010

Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine "Holiday in Cambodia"

12:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/08/2010

Brice n’acceptait pas qu'un groupuscule d'extrême gauche ait pu appeler à la destruction par le feu du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot.

grenoble_en_feu.jpg

incendie d'un CRA, nuit du 27 au 28 février 1933

 

 

Immédiatement exploité par le gouvernement à des fins politiques, il est suivi par le déploiement du Groupe d'intervention régional (GIR), qui suspend sine die les libertés individuelles et par une campagne de répression dirigée contre la mouvance d'ultra-gauche anarcho-autonome.

 

18:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Nationalité : la loi du Reich datant de septembre 1935 bientôt en vigueur ?

http://www.lefigaro.fr/medias/2007/11/08/9e1c66f2-8e02-11dc-9dc0-16e4f08dab71.jpg

 


 

Le Reichstag a voté à l'unanimité la loi suivante promulguée ci-après :

Paragr. 1

  1. Un ressortissant de l'Etat est une personne qui jouit de la protection du Reich allemand et qui, en conséquence, a des obligations particulières à son égard.

  2. Le statut de ressortissant de l'Etat est acquis en accord avec les dispositions du Reich et la Loi sur la nationalité.

Paragr. 2

  1. Un citoyen du Reich est un ressortissant de l'Etat de sang allemand ou apparenté, qui prouve par sa conduite qu'il est désireux est sincèrement disposé à servir le peuple allemand et le Reich.

  2. La nationalité du Reich s'acquiert par l'octroi d'un certificat de nationalité du Reich.

  3. Le citoyen du Reich est le seul détenteur des droits politiques complets, en vertu de la loi.

Paragr. 3

Le Ministre de l'Intérieur du Reich, en coordination avec le représentant du Führer, publieront les règlements administratifs et juridiques nécessaires à l'application et au parachèvement de cette loi.

 

Nüremberg, le 15 sept. 1935
au Congrès de la Liberté; Parti du Reich

Le Führer et Chancelier du Reich
Adolf Hitler
Le Ministre de l'Intérieur du Reich
Frick

 

Reichsgesetzblatt, I. 1935, p. 1146.

das Reichs- und Staatsangehörigkeitsgesetz.jpg

 

merci à eric pour la relecture !

11:51 | Lien permanent | Commentaires (2) |

07/08/2010

L' Afghanistan et la politique de "RETENUE COURAGEUSE": encore une "bavure"

"Désormais, nous avons une formulation et un langage absolument clairs sur l'équilibre nécessaire entre le droit à l'autodéfense, la protection de la population et l'assurance aux parents restés au pays que leurs garçons et leurs filles ont les moyens de mener à bien leurs missions et de réaliser leurs objectifs", s'est réjoui Josef Blotz, un porte-parole de l'OTAN.

 

 

 

09:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/08/2010

Le recul : action apportant précision sur les tirs contre des policiers à Auxerre et Villiers-le-Bel

http://www.simpsonspark.com/images/dossiers/modo/modo-15.jpg

Des policiers visés par des tirs à Auxerre et Villiers-le-Bel
(Le 5 août 2010)

Des policiers visés par des tirs à Auxerre et Villiers-le-Bel

Le Parisien | 05.08.2010, 17h43

Mardi soir à Auxerre, hier à Villiers-le-Bel. En deux jours seulement, des policiers ont été la cible de tirs d’armes à feu. Dans les deux cas, les tireurs ont utilisés des petits calibres. Mais c’est suffisant pour inquiéter les forces de l’ordre. Pour François Paillard, secrétaire du syndicat Alliance Police nationale Bourgogne et Franche-Comté , « on a franchi un pas qui, pour nous, est grave ».

Auxerre : des armes « de type 22 long rifle »

Une voiture de police a été visée par un tir d’ « arme à feu de petit calibre » et des projectiles dans la nuit de mardi à mercredi dans une cité sensible d’Auxerre, sans faire de blessé, et une enquête a été ouverte, relate la préfecture de l’Yonne. Selon le syndicat Alliance Police nationale, le véhicule de police aurait été impacté deux fois, « au niveau du pare-brise et de la carrosserie », par une arme « de type 22 long rifle ».

Les policiers en tenue, qui patrouillaient vers 2 heures du matin dans le quartier sensible de Sainte-Geneviève, à Auxerre, ont « entendu une déflagration » et « leur pare-brise a été étoilé », a précisé la préfecture. En outre, les fonctionnaires, une fois sortis de leur véhicule et après avoir reçu les renforts de la Brigade Anti-Criminalité (BAC), ont essuyé « des projectiles » et « entendu des déflagrations », selon la préfecture. Cela correspondrait à des « tirs de plombs », selon Frédéric Paillard.

Ces incidents interviennent après qu’un jeune homme, « connu des services de police », ait échappé à un contrôle et se soit réfugié dans son quartier de Sainte-Geneviève plus tôt dans la journée, ont indiqué la préfecture et le syndicat. Un groupe d’une dizaine de personnes, « encagoulées et armées de bâtons et de pierres », a alors « empêché l’intervention de la police », selon Alliance Police nationale. Le jeune homme a finalement été interpellé. Une enquête est en cours, et deux personne ont été arrêtées pour outrages sur des policiers, a indiqué la préfecture.

Une quinzaine d’individus armés à Villiers-le-Bel

Des policiers, qui contrôlaient un véhicule, ont essuyé mercredi soir des tirs par arme à feu à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) sans qu’il y ait de blessés. « Vers 23h40, une équipe des UTEC (Unité territoriale de quartier) contrôlait un véhicule place du Bois Joli à Villiers-le-Bel lorsqu’une quinzaine d’individus se sont présentés. Ils étaient armés », a expliqué Audrey Vagner, du syndicat Alliance Val-d’Oise. « Il y a eu des tirs à deux reprises sur les policiers qui ont riposté par un tir de flashball. Il n’y a pas eu de blessé ni d’un côté, ni de l’autre », a-t-elle précisé.

« Les douilles retrouvées sur place permettent de dire qu’ils étaient armés de 12 mm » (calibre de carabine de jardin, ndlr), a ajouté Mme Vagner. La préfecture du Val d’Oise n’a pas souhaité faire de commentaire, « une enquête est en cours ». La sûreté départementale a été chargée de enquête.

Alliance Police Nationale « en appelle à toute la classe politique »

« Grenoble, Auxerre et maintenant Villiers-le-Bel (...). Ces tirs sont perpétrés par des criminels prêts à tuer pour empêcher l’interpellation d’un malfaiteur ! », a dénoncé Alliance Police Nationale. « Il est urgent que la Justice se fasse entendre et tape du poing sur la table en sanctionnant lourdement, avec la plus extrême des fermetés, en réponse à cet emballement criminel intolérable », déclare le syndicat. « Face à la recrudescence de ces actes extrêmement préoccupants, Alliance Police Nationale en appelle à toute la classe politique pour qu’elle se rassemble unanimement en faveur de l’action des forces de sécurité », conclut le syndicat.


Villiers-le-Bel : les tirs n’étaient pas destinés aux policiers(sources proches dossier)

06/08/2010-[11:11] - AFP

CERGY, 5 août 2010 (AFP) - Les tirs essuyés mercredi soir par des policiers qui contrôlaient un véhicule à Villiers-le-Bel (Val d’Oise) n’étaient pas destinés aux forces de l’ordre contrairement à ce qu’avait affirmé le syndicat Alliance, selon des sources proches du dossier.

"Le tirs n’étaient pas dirigés contre les policiers. Il s’agit d’une lutte entre bandes. Ils ont échangé des tirs et les jeunes qui se sont dirigés vers les policiers fuyaient", a expliqué une source à l’AFP. "Il y a eu des échanges entre jeunes. Certains se sont réfugiés auprès des policiers qui contrôlaient un véhicule", a confirmé une autre source. Jeudi, le syndicat Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix, avait annoncé que des policiers des UTeQ (Unités territoriales de quartier), qui contrôlaient un véhicule, avaient essuyé mercredi soir des tirs par arme à feu à Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) sans qu’il y ait de blessés. "Grenoble, Auxerre et maintenant Villiers-le-Bel (...). Ces tirs sont perpétrés par des criminels prêts à tuer pour empêcher l’interpellation d’un malfaiteur !", avait dénoncé Alliance Police Nationale. Contacté par l’AFP, le parquet n’a pas fait de commentaire. La sûreté départementale a été chargée de l’enquête.

piqué sur Brèves du désordre -06/08/2010

 

 

  • Rappel du positionnement du doigt sur la queue de détente :
    • C'est la partie la plus sensible de l'index qui doigt se trouver en contact avec la queue de détente.
    • Cette partie ce situe au niveau de la pulpe de la dernière phalange (confère schéma).

 

12:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/08/2010

Les Quatre Barbus "Tyrolienne haineuse"

17:19 | Lien permanent | Commentaires (2) |

A propos de « Les terroristes disent toujours ce qu’ils vont faire »

http://www.lepolitique.com/actu/affiches/histoire/giscard.jpg

[illustration ne faisant pas partie de l'article]

 

 

par Yves, le mercredi 4 août 2010

 

« Les ter­ro­ris­tes disent tou­jours ce qu’ils vont faire », Alain Bauer et François-Bernard Huyghe, Editions PUF, 2010, 29 euros

Sous-titré « Terrorisme et révo­lution par les textes » et prét­endant nous offrir un tra­vail aussi appro­fondi que « Al-Qaida dans le texte : Ecrits d’Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi » recueil publié aux PUF sous la direc­tion de Gilles Keppel et Jean-Pierre Milleli, ce livre est bien davan­tage une ana­lyse de ce que fut « l’euro­ter­ro­risme d’extrême gauche » qu’une com­pi­la­tion de textes des grou­pes pra­ti­quant l’action armée en Europe, des années 1960 à nos jours. D’ailleurs, il n’est pas sûr qu’une telle com­pi­la­tion aurait eu un grand intérêt, tant ces textes sont écrits dans une langue de bois et un style illi­si­bles.

Un ouvrage grand public

Les fins connais­seurs de l’his­toire grou­pus­cu­laire europé­enne relè­veront cer­tai­ne­ment des erreurs dans le récit des mul­ti­ples scis­sions des grou­pes d’extrême gauche (nous en avons trouvé quel­ques-unes, dont l’effet négatif est ren­forcé par les fautes d’ortho­gra­phe, coquilles ou mots man­quants – les PUF se refu­sant sans doute à employer des cor­rec­teurs...).

Objection plus impor­tante, cer­tains remet­tront sans doute en cause les clas­si­fi­ca­tions idéo­lo­giques établies par les auteurs, clas­si­fi­ca­tions qui leur sem­ble­ront injus­tes ou inexac­tes. Soucieux de pro­duire un livre déli­bérément péda­go­gique et grand public, Bauer et Huyghe n’ont pas voulu écrire une minu­tieuse his­toire cri­ti­que des faits et des théories poli­ti­ques rele­vant de l’ « euro­ter­ro­risme d’extrême gauche ».

Une tâche impos­si­ble

Il est de toute façon impos­si­ble (sauf si l’on pioche sans ver­go­gne dans les archi­ves poli­cières – de toute façon fermées puis­que trop réc­entes – et les tém­oig­nages d’indi­ca­teurs) de dres­ser en 200 pages (les 90 pre­mières pages for­mant l’intro­duc­tion et les 10 der­nières une annexe sur les théo­riciens et arti­sans du tyran­ni­cide à tra­vers l’his­toire et sur les « sectes tueu­ses » avant le XXe siècle) un pano­rama com­plet de tous ces grou­pes, de l’his­toire de leurs mili­tants, sans oublier l’évo­lution du contexte poli­ti­que, social et idéo­lo­gique des années 60 à aujourd’hui en France, en Italie, en Allemagne, en Belgique, etc. D’ailleurs les auteurs évitent de se pen­cher en détail sur les causes socia­les pro­fon­des du ter­ro­risme d’extrême gauche dans les mét­ro­poles « impér­ial­istes ».

La guér­illa n’est pas le ter­ro­risme

Bauer et Huyghe établ­issent une différ­ence entre ter­ro­risme et guér­illa. « Le ter­ro­risme, mét­hode asymét­rique de lutte du faible au fort, s’ins­crit dans la gamme d’actions de contrainte, quel­que part au-dessus de la pro­tes­ta­tion ou de la mani­fes­ta­tion qui dégénèrent, quel­que part en des­sous de la guerre civile ou de la révo­lution où les masses s’affron­tent de façon per­ma­nente ». On a affaire à du ter­ro­risme quand des « orga­ni­sa­tions clan­des­ti­nes » se lan­cent dans des « atten­tats » sur « des cibles sym­bo­li­ques dans un but poli­ti­que, entraînant ou ris­quant d’entraîner mort d’homme ». Ils font remar­quer que l’usage de termes comme guér­illa urbaine ou mét­ro­po­lit­aine est « une façon pom­peuse d’éviter les termes (...) d’atten­tats » car « la guér­illa est un phénomène trop lié au ter­ri­toire (voire sa conquête) pour être confondu avec le ter­ro­risme, suite dis­conti­nue d’actions menées par sur­prise, pres­que tou­jours sur des cibles urbai­nes, par des acteurs mobi­les ».

Ils tra­cent ensuite un por­trait assez « jour­na­lis­ti­que » des prin­ci­paux grou­pes ter­ro­ris­tes européens (Fraction Armée Rouge (1), Brigades rouges, Cellules com­mu­nis­tes com­bat­tan­tes, Action directe), mêlant récits auto­bio­gra­phi­ques (sur­tout ceux tra­duits en français donc en petit nombre et pas tou­jours les plus intér­essants, notam­ment pour ce qui concerne l’Italie) de quel­ques « ex », rés­ultats des enquêtes poli­cières et judi­ciai­res (évid­emment sujet­tes à cau­tion), et un flo­rilège de cita­tions qui illus­trent, certes, le point de vue cri­ti­que déf­endu par les auteurs mais dont on ne peut pas dire qu’elles tra­his­sent les idées de ceux qui ont « pensé » et pra­ti­qué l’« euro­ter­ro­risme d’extrême gauche ».

Notre compte rendu se comp­tera de rele­ver les points les plus intér­essants, sans entrer dans une polé­mique sté­rile avec les posi­tions poli­ti­ques des auteurs, dont il nous faut quand même com­men­cer par pré­ciser les fonc­tions.

Deux réacs poly­va­lents

Alain Bauer est un habi­tué des pla­teaux de télé­vision, des émissions sen­sa­tion­na­lis­tes et un « spéc­ial­iste des ques­tions de sécurité » ; il ensei­gne ou a ensei­gné dans des ins­ti­tu­tions aussi émin­emment sym­pa­thi­ques que le Centre natio­nal de for­ma­tion judi­ciaire de la Gendarmerie natio­nale, l’Ecole natio­nale supéri­eure de la Police en France ou l’Académie de Police cri­mi­nelle de Chine ! Il conseille ou a conseillé les gérants du pou­voir éco­no­mique (Air France ; Générale des Eaux, devenu aujourd’hui Vivendi ; Groupe SARI du pro­mo­teur Christian Pellerin, etc.) et poli­ti­que (Rocard) fonc­tions qui ne peu­vent que nous le rendre à la fois sus­pect et anti­pa­thi­que. Sans comp­ter la société dont il est le PDG (AB asso­cia­tes SA) dont les « domai­nes de compét­ence » sont, d’après son site, les « diag­nos­tics de sécurité », « l’insé­curité intéri­eure et la déf­ense natio­nale ». Et nous ne men­tion­ne­rons pas tout ce que raconte le Réseau Voltaire sur Alain Bauer, car nous ne sommes pas en mesure de vérifier les infor­ma­tions de ce site expert en théories du com­plot et pour qui Bauer serait un cheval de Troie de l’impér­ial­isme amé­ricain – un comble pour un mon­sieur qui se ver­rait plutôt comme un chevè­nem­ent­iste, ou un « vall­sien » bon teint !

De toute façon, ce ne sont pas non plus ses fonc­tions d’ex-Grand maître, entre 2000 et 2003, du Grand Orient de France qui le feront remon­ter dans notre estime, la franc-maç­on­nerie ayant tou­jours pra­ti­qué la col­la­bo­ra­tion de classe et les magouilles poli­ti­ques. Certains ne man­que­ront pas de sou­li­gner que son itinér­aire – de la MNEF à la franc-maç­on­nerie en pas­sant par FO – res­sem­ble furieu­se­ment à celui de cer­tains mili­tants par­ti­sans de l’entrisme dans ces ins­ti­tu­tions, mais ce n’est sans doute qu’une mal­heu­reuse coïn­cid­ence…

Quant à son par­te­naire d’écri­ture, François Bernard Huygue, il a deux cas­quet­tes, l’une d’uni­ver­si­taire, doc­teur en scien­ces poli­ti­ques, l’autre de gérant de la Sarl « Huyghe Infostratégie » qui four­nit des « pres­ta­tions intel­lec­tuel­les et de conseil à des orga­ni­sa­tions et à des entre­pri­ses dans le domaine de l’intel­li­gence éco­no­mique, de la stratégie de l’infor­ma­tion, de l’édition, de la sécurité ». Cette double acti­vité res­sem­ble fort à celle (plutôt banale aux Etats-Unis) d’un intello proche des ser­vi­ces de ren­sei­gne­ments ou des direc­tions des gran­des entre­pri­ses, mais nous igno­rons ses sym­pa­thies poli­ti­ques exac­tes et n’avons lu aucun de ses ouvra­ges. Cependant un rapide coup d’œil sur son site (http://www.huyghe.fr/index.htm) laisse penser que les pas­sa­ges les plus intér­essants et les plus sub­tils de ce livre ont été écrits par Huyghe et non par Bauer.

la suite sur mondialisme.org

11:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/08/2010

Alain Bauer et l'euthanasie pour les vieux déliquants ?

NO COUNTRY FOR OLD MEN


quick_&_flupke.jpg

 

«Car ce qui compte surtout dans l'analyse de ce phénomène, explique le criminologue Alain Bauer, ce sont les conditions physiques du vieillissement, le fait que les gens vivent plus longtemps en meilleure santé. Cela influe inévitablement sur les comportements.» Ainsi, le délinquant d'habitude pourra prolonger son activité, l'impulsif conserver son punch bien après l'âge de la retraite, avec les conséquences que cela implique en cas de confrontation physique…

extrait d'un article du Le Figaro

16:55 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Procès des opposants aux tirs d'essai du nouveau missile nucléaire d'attaque français M51 le 8 septembre 2010 14heures à Mont de Marsan

Procès des opposants à l'arme nucléaire

 

"Le premier procès des opposants aux tirs d'essai du nouveau missile nucléaire d'attaque français M51 se tiendra le 8 septembre 2010 14heures à Mont de Marsan. Les 7 activistes comparaitront pour l'occupation d'un radar au Centre d'Essai de Lancement de Missile (CELM) de Biscarrosse, le 1er décembre 2009, jour de l'ouverture du créneau de tir du 4ème tir d'essai du missile M51. Depuis 2006 et le premier essai du M51, les inspecteurs citoyens du collectif "Non au missile M51" tentent d'empêcher ces tirs d'essai en intervenant physiquement sur les lieux du tir ou en essayant de perturber le bon fonctionnement des instruments de mesure du CELM (occupation du radar, lâchers de ballons "métallisés"). Par leurs actions, ils essayent de dénoncer la violation délibérée des accords et traités internationaux par la France en matière d'armement nucléaire. La France s'est engagée en les ratifiant à rentrer dans la voie du désarmement nucléaire et à ne pas attribuer de nouvelles missions à son armement nucléaire. Elle a pourtant, renouvelé et modernisé entièrement son arsenal nucléaire par des armes de performance et de portée plus importantes et avoué avoir réalisé le dernier tir d'essai du M51, le 10 juillet dernier.

Le collectif "Non au missile M 51" réaffirme sa détermination à mener toute les actions nécessaires, dans le respect de la non-violence, pour que la France respecte ses engagements vis à vis de la communauté internationale et qu'elle rentre dans la voie du désarmement.

mail : autrechose@no-log.org

site : www.nonaumissilem51.org

 

courriel du 04/08/2010

 

Après 4 années de lutte acharnée et d'actions de désobéissance civile, le premier procès des opposants à la relance de l'arme nucléaire en France se tiendra le 8 septembre 2010 à Mont de Marsan. Les 7 activistes collectif pacifiste "non au missile M51" poursuivis avaient occupé le radar principal du Centre d'Essai et de Lancement de Missiles (CELM) des Landes, à Biscarrosse, le 1er décembre 2009. Ce jour-là, la France s'apprêtait à procéder à un nouveau tir d'essai -le 4ème- du nouveau missile nucléaire français, le M51. Ce tir devait être le premier tir en conditions réelles, effectué depuis le sous marin nucléaire "Le Terrible", en baie d'Audierne, et suivi et supervisé par le CELM. Le tir avait finalement été reporté.

Depuis 2006 et le premier essai du M51, les militants du collectif "Non au missile M51" tentent d'empêcher ces tirs d'essai en intervenant physiquement sur les lieux du tir ou en essayant de perturber le bon fonctionnement des instruments de mesure du CELM (occupation du radar, lâcher de ballons "métallisés").

La France s'est engagée en ratifiant le Traité de Non-Prolifération à rentrer dans la voie du désarmement nucléaire (article 6) et à ne pas attribuer de nouvelles missions à son armement nucléaire. En 2010, elle aura pourtant renouvelé et modernisé entièrement son arsenal nucléaire avec des armes de performance et de portée plus importantes. Le dernier tir d'essai du missile M51, lui permettant de devenir opérationnel, devrait d'ailleurs avoir lieu dans les mois prochains.

Le collectif "Non au missile M 51" réaffirme sa détermination à mener toute les actions non-violentes nécessaires pour contraindre les autorités de notre pays à respecter leurs engagements vis à vis de la communauté internationale et oeuvrer à un véritable désarmement nucléaire.

Pour un soutien, tant moral que financier : Sans Armes

Domaine de Sillac 33770 Salles

[Chèque libellé à "Sans Armes / Campagne M51"]

Il est aussi possible de faire un don en ligne sur : www.nonaumissileM51.org

Contact : campagne@nonaumissilem51.org Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ;

sur place, et l'un des prévenus : Jean-Charles Darrieux :  05 58 04 81 60.

A Paris : Xavier Renou : 06 64 18 34 21.

pris avec camaraderie chez biosphere.ouvaton.org - 24/07/2010

 

16:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le soviet à Strasbourg : Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale


Le 10 novembre 1918, les soldats alsaciens proclament le soviet à Strasbourg.

Chaîne Public Sénat

Rediffusion le :
vendredi 06/08/2010 à 07h30
samedi 07/08/2010 à 15h00
lundi 09/08/2010 à 07h30
Durée : 52 minutes

Entre le 8 et le 22 novembre 1918, des conseils de soldats et d'ouvriers sont constitués dans les villes d'Alsace par des marins, principalement alsaciens, venus des ports de Kiel et de Wilhemshafen où ils étaient révoltés contre leur hierarchie qui avait décidé d'engager pour l'honneur un dernier combat, perdu d'avance, contre la flotte anglaise. Animés d'un fort sentiment révolutionnaire, ils proclamèrent à Strasbourg une République socialiste, non pas pour garder l'Alsace dans le giron d'une Allemagne impérialiste et vaincue, mais bien pour la soustraire au capitalisme français et la maintenir dans une Allemagne qui serait révolutionnaire et internationnaliste... mais l'Histoire en décida autrement...

Un documentaire écrit et réalisé par Jean-Noël Delamarre. Sur une idée originale de Philippe Joyeux. Les productions de la Lanterne. Un documentaire de 53 min.

 

 

Revolution.jpg

La Révolution, 1918-1919, René Beeh

(Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg)

 

[PDF]

QUAND LE DRAPEAU ROUGE FLOTTAIT SUR LA CATHÉDRALE


11:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu