Avertir le modérateur

10/09/2010

[Infos 4 prevenuEs - Tours] Les 4 de Tours (Lettre d'info du comité de soutien)

 

http://baleiniers.org

Lettre d'Infos N°1

(09 septembre 2010)

Editorial :

Le 16 septembre 2010 à 13h30 se tiendra au Tribunal correctionnel de Tours le procès des quatre militant-e-s tourangeaux, Jean Christophe BERRIER & Muriel EL KOLLI du collectif Soif d’utopieS et Chantal BEAUCHAMP & Abd-El-Kader AIT MOHAMED du RESF 37 poursuivi-e-s par Brice Hortefeux pour « diffamation publique » contre l’administration préfectorale .

Pour informer et faire circuler les informations concernant la mobilisation et les initiatives qui se mettent en place nous avons décidé d'adresser à l'ensemble des signataires de la pétition en ligne cette lettre infos.

Cette publication permettra, comme nous l'espérons, d'amplifier la mobilisation et de fournir les informations utiles à celles et ceux qui soutiennent les 4 prévenu-e-s de Tours.

Merci de faire circuler cette lettre dans vos réseaux et pour plus d'informations : http://baleiniers.org

Relaxe pour les 4 de Tours . Déboutons Hortefeux !

 

Les initiatives de soutien aux 4 prévenu-e-s en Septembre

Rassemblement devant le Palais de Justice de Tours, place J Jaurès

· lundi 13 septembre 2010 à 18h

· jeudi 16 septembre 2010  à 13 h (jour du procès)

Débat le mardi 14 septembre au Centre de Vie du Sanitas à Tours à partir de 20h avec :

· la juriste Danielle LOCHAK,

· les historiens Olivier LE COUR GRANDMAISON et Cédric Delaunay et

· un membre du Collectif national de résistance à Base-élèves.

Soirée infos/concert le mercredi 15 septembre avec la participation militante de

· ZEP (Zone d'Expression Populaire) et,

· en première partie FUNKTION

Au Centre Culturel Communal de Saint-Pierre des-Corps à partir de 18h00

· Participation libre

· Buvette militante sur place

TV-BRUITS sera  à Tours du 13 au 17, avec pour objectif de mettre en ligne un sujet par jour sur notre site et sur : http://tours.tvbruits.org

Pour télécharger la pétition, la faire signer et nous la retourner : CLIQUEZ ICI

Vous recevez cette Lettre parce que vous êtes l'un-e des 2151 signataires en ligne de la pétition de soutien demandant la relaxe des 4 prévenu-e-s. Si vous souhaitez vous désinscrire (idem si vous voulez vous inscrire) de cette lettre merci de cliquez sur le lien : S'inscrire/Se désinscrire

 

lettre info N°1.pdf lettre info N°1.pdf
435 Ko   Afficher Télécharger

 

 

09:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/09/2010

Maxime Gremetz agressé ? - Benjamin Lancar fait le buzz...

Maxime Gremetz agressé ?

Le député apparenté communiste de la Somme, Maxime Gremetz s'est écroulé au sol, mardi à la fin de la manifestation contre la réforme des retraites, place de la Nation, à Paris devant un barrage de CRS, d'après les informations d'Europe 1. Les versions divergent sur les causes de cette chute. Selon son collaborateur à l'Assemblée nationale, le député aurait été "agressé par les CRS", alors qu'il attendait un taxi pour se rendre à l'Assemblée. Des échauffourées avaient lieu, non loin de là, entre des jeunes, qui avaient formé une chaîne, et des CRS. La compagnie, souhaitant évacuer les manifestants, a foncé dans le tas, dans lequel se trouvait Maxime Gremetz qui a reçu plusieurs coups, à la tête, dans les tibias. Le Samu a souhaité emmener le député à l'hôpital qui a opté pour la médecine de l'Assemblée. Selon l'attachée de presse du PCF, le député picard a eu un "malaise". La police a affirmé qu'il n'y a pas eu de "contact physique", précisant, "nous avons demandé l'intervention des pompiers car la personne qui a chuté, sentait fortement l'alcool".

piqué au tas sur www.europe1.fr - 08/09/2010

poivrot.jpg

Lutte contre l'alccolisme sur la voie publique (photo piquée au JL avec camaraderie)

 

 

Benjamin Lancar fumé chahuté Place de la Nation

En ce jour de grève nationale, le président des Jeunes Populaires UMP s'est déplacé Place de la Nation. Résultat, il a été "insulté et menacé" selon ses propres termes.

La rentrée de Benjamin Lancar est mouvementée. Après avoir été réélu à la tête des "Jeunes Populaires", et après avoir promis qu'il allait s'attaquer à la "gauchosphère", le jeune conseiller régional UMP a vécu une nouvel évènement.

Sûrement pour voir de ses propres yeux, si les estimations du nombre de manifestants effectuées par la préfecture étaient les bonnes, il s'est déplacé à 17h place de la Nation. A cet endroit, le cortège se dispersait. Benjamin Lancar a participé à un débat avec Maxime Gremetz puis a voulu répondre aux questions de I-Télé. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu.

Sur son site, il explique: "Au moment où le direct a commencé, et où je répondais à la première question du journaliste, j’ai été violemment pris à partie, insulté, sifflé et menacé physiquement, à tel point que le direct a été interrompu et qu’une équipe de la chaîne m’a raccompagné à la station de métro la plus proche pour garantir ma sécurité".

Bien sûr, Benjamin Lancar en profite pour tacler les manifestants. "Je dois dire qu’au moment où le Président de la République et l’ensemble de la majorité sont en permanence attaqués par une gauche moralisante et bien-pensante, au moment aussi où le Président de la République, le Premier Ministre et Eric WOERTH sont prêts au dialogue, notamment dans le domaine de la pénibilité, j’ai été horrifié par un tel degré de sectarisme et d’irrespect de la liberté d’expression de chacun".

piqué sur www.zigonet.com 08/09/2010

http://www.lexpress.fr/pictures/59/30332_le-president-sortant-des-jeunes-ump-benjamin-lancar-et-le-depute-um-david-douillet-le-27-juillet-2010-a-gujan-mestras.jpg

Benjy et son coach en relation publique

15:10 | Lien permanent | Commentaires (2) |

[La Fabrique Infos] - Demain, jeudi 9 septembre, en librairie : Frédéric Lordon - Daniel Bensaïd

 

Frédéric Lordon
Sortie le 9 septembre 2010
Capitalisme, désir et servitude

Comment un certain désir s’y prend-il pour impliquer des puissances tierces dans ses entreprises ? C’est le problème de ce qu’on appellera en toute généralité le patronat, conçu comme un rapport social d’enrôlement. Marx a presque tout dit des structures sociales de la forme capitaliste du patronat et de l’enrôlement salarial. Moins de la diversité des régimes d’affects qui pouvaient s’y couler. Car le capital a fait du chemin depuis les affects tristes de la coercition brute. Et le voilà maintenant qui voudrait des salariés contents, c’est-à-dire qui désireraient conformément à son désir à lui. Pour mieux convertir en travail la force de travail il s’en prend donc désormais aux désirs et aux affects. L’enrôlement des puissances salariales entre dans un nouveau régime et le capitalisme expérimente un nouvel art de faire marcher les salariés.
Compléter le structuralisme marxien des rapports par une anthropologie spinoziste de la puissance et des passions offre alors l’occasion de reprendre à nouveaux frais les notions d’aliénation, d’exploitation et de domination que le capitalisme voudrait dissoudre dans les consentements du salariat joyeux. Et peut-être de prendre une autre perspective sur la possibilité de son dépassement.

Format: 13*20 | 216 pages | 12 euros | ISBN 978-2-3587-2013-7

Daniel Bensaïd
Sortie le 9 septembre 2010
Tout est encore possible

La voix de Daniel Bensaïd, sa belle gueule d’intellectuel juif et son accent de Toulouse, sa façon de rire, d’écouter, de répondre avec les mains : ces entretiens en restituent ce qui peut l’être sur du papier. On y retrouve sa singularité : la conjonction chez le même de deux régimes de qualités, la conviction militante et le sens des nuances, le courage politique et l’indulgence amusée. Ni un hommage ni une déploration – il aurait détesté ça – ce petit livre fait parler un être irremplaçable et toujours vivant parmi nous.

Fred Hilgemann
Journaliste, auteur d’ouvrages sur la Russie et les pays baltes, Fred Hilgemann réalise, depuis 2006, des films documentaires pour la télévision et le web, qui s’intéressent aux formes de l’expression politique (L’épreuve des urnes, 68 non-stop, Le Carnaval de Kwen, Petites Pièces d’Afrique).

Format: 11*16,8 | 80 pages | 8 euros | ISBN 978 2 3587 2011 3

Accès au site internet

Courriel du 08/09/2010

14:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/09/2010

Après le général Morillon, les Bleus sont à Sarajevo ...

Le général Morillon pris à partie à Srebrenica

SARAJEVO (Reuters) - Des survivantes du massacre de Srebrenica (1995) ont obligé vendredi le Français Philippe Morillon, ex-commandant des forces de l'Onu en Bosnie, à quitter un site dédié aux victimes, en lui reprochant de ne pas avoir tenu sa promesse de ne jamais abandonner la ville.

A l'occasion de sa première visite à Srebrenica depuis la fin du conflit, le général Morillon était censé rencontrer des représentants de la municipalité et des parents de certains des 8.000 hommes et jeunes garçons musulmans exécutés par les forces bosno-serbes dans la ville de Bosnie orientale en juillet 1995.

Morillon, 74 as, a commandé la Force de protection de l'Onu (Forpronu) en Bosnie de septembre 1992 à l'été 1993, période durant laquelle Srebrenica fut décrétée zone protégée des Nations unies. Il supervisait la livraison de l'aide à des milliers de Musulmans de Bosnie orientale en quête de refuge.

L'ancien militaire français souhaitait exprimer sa sympathie et solliciter le pardon des familles de victimes, mais plusieurs femmes ont réagi avec colère à son entrée dans le cimetière et l'en ont fait sortir.

"Il n'avait pas le droit d'entrer au cimetière où nos enfants sont enterrés grâce à lui", a tonné Hatidza Mehmadovic, qui a remis en terre en juillet dernier, après exhumation, les restes de son mari et de ses deux fils morts dans le massacre.

En 1993, des habitants de Srebrenica avaient empêché Morillon de quitter leur ville pendant deux jours lors d'une visite au cours de laquelle il leur avait déclaré: "Je ne vous abandonnerai jamais."

Aujourd'hui, nombre de survivant(e)s lui reprochent d'avoir fait trop peu d'efforts pour attirer l'attention de son gouvernement et des Nations unies sur la gravité de la situation dans la ville.

Les femmes lui ont demandé pourquoi il n'avait pas tenu parole et s'il se sentait coupable d'un massacre que le Tribunal pénal de l'Onu pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a qualifié de génocide.

"Si seulement j'avais su que tout cela durerait encore deux ans, que cela se terminerait de cette façon, j'aurais évacué tout le monde", a dit Morillon selon la radio d'Etat bosniaque.

"Mais je ne pouvais pas le faire, parce qu'on m'aurait jugé complice du nettoyage ethnique et que le gouvernement de Sarajevo ne le voulait pas", a ajouté le général français, aujourd'hui député européen.

Insatisfaites de ses réponses, les femmes se sont ensuite mises à l'insulter et il a fini par quitter Srebrenica.

Daria Sito-Sucic, Philippe Bas-Rabérin pour le service français

piqué au tas sur www.latribune.fr - 03/09/2010

 

15:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

De "l'expérimentation sur l'encadrement militaire des délinquants"

http://i.ytimg.com/vi/uhCrR7E9t8Y/0.jpg

 

"Monsieur le ministre de la Défense

Nous souhaitons en Région Poitou-Charentes, avec Maxime Bono, député maire de la La Rochelle, vous proposer de lancer l'expérimentation sur l'encadrement militaire des délinquants dans le régiment de La Rochelle dont vous aviez annoncé la fermeture et qui pourrait être maintenu sur cette mission valorisant le savoir-faire d'encadrement des militaires, sans remettre en cause vos choix concernant la stratégie de défense.

Nous souhaitons vous rencontrer dans les meilleurs délais pour en parler et pour que cette expérimentation soit lancée sans tarder.

Nous vous prions de croire, M. le ministre, à l'assurance de notre considération distinguée.

Maxime Bono      Ségolène Royal. "

piqué au tas chez Secret-Défense - 02/09/2010

 

«C'est pas le boulot des militaires», rétorque le ministre de la Défense, Hervé Morin…

Extrait :

Et revoilà l’encadrement militaire des jeunes délinquants. Ségolène Royal a annoncé ce mardi qu’elle demandait au ministre de la Défense Hervé Morin d’expérimenter dans sa région, le Poitou-Charentes, cette mesure phare de son projet présidentiel de 2007. Une mesure qu’elle a remise au goût du jour lors du débat sur la sécurité au sein du PS, demandant au parti de reprendre cette idée dans ses futures propositions. Mais, la grande promotrice de «la politique par la preuve» préférerait l’expérimenter avant, d’où sa requête auprès d’Hervé Morin, formalisée dans une lettre, co-signée avec Maxime Bono, le maire de La Rochelle.

piqué sur www.20minutes.fr - 31/08/2010

15:11 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Benzodiazépines - Ordonnances pour le contrôle social

http://www.foulmouthshirts.com/T_SHIRT_D/thumbnails/bigROHYPNOL3.jpg

 

Extrait de BENZODIAZÉPINES psydoc-fr.broca.inserm.fr

 

Dans le contexte actuel, la France fait partie des pays les plus médicalisé. La prescription des médicaments au cabinet du médecin généraliste dépasse le pourcentage de tous les autres pays industrialisés. Plus des trois quarts des médecins qui voient des toxicomanes déclarent leur prescrire des médicaments. On note de même une augmentation nette des posologies quotidiennes des benzodiazépines - Tranxène® 50, Rohypnol® - constat qui vient de confirmer la place importante que les prescription médicamenteuses jouent dans la pérennisation ou l’entretien des " béquilles chimiques ". Les quantités journalières prescrites dépassent souvent les posologies habituelles : (Tranxène® 50, posologies variant de 1 à 8 comprimés,    Rohypnol®,  2 à 4 comprimés par jour, Lexomil® de 1 à 6 comprimés par jour).

 

Le Rohypnol® (flunitrazépam) est une benzodiazépine utilisée dans plusieurs pays pour le traitement de l'insomnie. Sa vente n'est pas permise au Canada et aux Etats-Unis, mais on la retrouve sur le marché noir (il arrive souvent par les filières mexicaines). Le produit est absorbé rapidement par voie orale (on peut aussi l'ingérer par inhalation). La sédation survient après 20 à 30 minutes. Les effets culminent après 2 heures et persistent pendant 8 heures.

Au début de 1997, les médias nord-américains ont fait une grande publicité au produit, l'associant à des viols commis sur des victimes ayant absorbé le médicament à leur insu, avec de l'alcool (les cambriolages sexuels). Le flunitrazépam possédant des propriétés amnésiantes, la victime éprouvait beaucoup de peine à se souvenir de ce qui lui était arrivé à son réveil. De plus sa présentation était de nature à favoriser de tels débordements ; récemment les laboratoires ont mis sur le marché une nouvelle forme de Rohypnol®, de couleur verte qui colore les boissons dans lequel il est dissout et en réduisant sa posologie (arrêt de la commercialisation des formes de 2 mg).

La meilleure analyse européenne est celle du Dr Marc Jamoulle, spécialiste belge. Selon son analyse la situation au niveau de l’Europe est inquiétante, avec une consommation en forte hausse. L’enquête mené parmi des consommateurs d’héroïne a permis de souligner que presque 60% des dépendants aux opiacés sont des polytoxicomanes, les médicaments détournés d’usage et surtout le Rohypnol® étant incriminé dans plus de la moitié des cas. Les " roches " donnent un état caractéristique, " être en Roche ", état décrit souvent comme une explosion interne. Les " roche-man " ont des passages à l’acte fréquents, suivis d’un état d’amnésie antérograde totale. Il est utilisé de façon intentionnelle comme amnésiant antérograde (notamment par les prostituées et les prisonniers). Le Rohypnol® fait partie actuellement des drogues de rue les plus répandues.

Le tableau peut être d'intensité variable selon la quantité de comprimés ingérée, la potentialisation alcoolique souvent recherchée, le degré de déficience mentale de l'individu, la durée et l'intensité de la toxicomanie. Le Rohypnol® est rapidement toléré. Les doses peuvent atteindre 60 à 80mg/jour. On a rapporté des décès lors de surdoses, particulièrement avec l'ingestion combinée d'alcool.

Le Tranxène® 50 (chlorazépate), est une benzodiazépine souvent rencontrée dans le parcours des toxicomanes. La prise orale de Tranxène® se fait souvent en mélange avec l’alcool et des drogues dures comme l’héroïne. Les effets se font ressentir au bout de 30 à 45 minutes et persistent pendant 6 à 8 heures (effet dose-dépendant). Les réactions adverses sont représentées par une baisse de la tension artérielle, sécheresse des muqueuses, troubles de la vision, états confusionnels. Paradoxalement, l’effet anxiolytique attendu peut être replacé par une levée de l’inhibition – agressivité ou excitabilité. Comme les autres benzodiazépines, l’usage abusif de Tranxène® induit une pharmacodépendance (le sevrage se manifeste alors par céphalées, tension nerveuse, engourdissements des extrémités, et dans les cas extrêmes des crises convulsives). Parmi les effets psychiques redoutables on peut citer des hallucinations, attaques paniques, états confusionnels, des signes d’irritabilité, désorientation temporo-spatiale. Comme pour les autres benzodiazépines, l’arrêt du Tranxène® doit se faire proggressivement, par paliers.

L’Halcion® (triazolam) est une des benzodiazépines qui ont soulevé plusieurs points d’interrogation, surtout sur ces propriétés amnésiantes et sur le développement de la suggestibilité mais aussi sur les manifestations violentes qui résultaient. On a vu des pays qui ont interdit la commercialisation (Grande-Bretagne en 1991) ou des pays qui ont réduit la posologie autorisée et limiter la durée de prescription (maximum deux semaines en France). La soumission des consommateurs a attirée l’attention des spécialistes sur le potentiel infractionnel de son utilisation.

 

L’utilisation des benzodiazépines dans une visée toxicomaniaque est un fait largement constaté au niveau de la France. Le faible coût, la possibilité et la facilité de se procurer une substance psychoactive sous la couverture quasi-constante de la légalité font de cette classe médicamenteuse, le numéro un des médicaments détournés d’usage ; on constate de plus en plus la présence grandissante des mélanges entre les benzodiazépines et les autres drogues, mais aussi des mélanges aussi dangereuses entre les benzo et les produits de substitution opiacés (Subutex). La nécessité de travail en réseau entre les différents partenaires – secteur médico-psychologique, social, justice – est une évidence. La politique de réduction des risques doit tenir compte de cette consommation et offrir des moyens de prévention plus adaptés, à travers des campagnes d’information et sensibilisation auprès des prescripteurs, des usagers et des professionnels des centres de soins.

 

Extrait d'un article de navytimes :

Traduction GoogleTrad-Probe

Les accidents mortels, impliquant essentiellement des médicaments préscrits par ordonnance, surviennent en même temps qu'une augmentation des prescriptions d'ordonnance chez les militaires. De nombreux soldatss prennent plusieurs médicaments en même temps. Les prescriptions d'anxiolitiques et des médicaments psychiatriques ont presque doublé de 2001 à 2009, selon les données de l'Agence Defense Logistics. Et l'armée a indiqué que le montant de prescription de stimulants aux soldats a plus que doublé entre 2006 à 2009.

Les registres de décès montrent les militaires ont signalé au moins 68 morts accidentelles par médicaments en 2009, contre 24 en 2001. Au total, au moins 430 soldats sont morts de la consommation de drogue - ou, dans un petit nombre de cas d'utilisation d'alcool, - au cours de la dernière décennie.

Ces chiffres sont basés sur une analyse des documents militaires par Times sur plus de 14.000 blessés mis à jour par le Centre Defense Manpower Data et fournis en réponse à une requête Freedom of Information Act.

Source :

Rx for death: Troop deaths soar with prescriptions for war wounded

 


09:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/09/2010

SuperSDATman et l'affaire de Tarnac

à lire sur UHD, l'article du Canard enchaîné :

Tout un train d'arnaques dans l'enquête sur Tarnac

 

les photos exclusives :

 

Super_SDAT-man.jpg

SuperSDATman évitant le rapide de 5h30, non, de 3h50, pardon pour l'invertion des chiffres.

 

 

SuperMercos.jpg

SuperMercos échappant à la filature pour se rendre à Trilport

18:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

A Colombes, quand Hortefeux passe, les braqueurs se régalent

Mercredi après-midi, alors que les abords du commissariat de Colombes dans les Hauts-de-Seine étaient ultra sécurisés pendant la visite du ministre de l’Intérieur, Brice Horetefeux, les truands s’en sont donnés à cœur joie dans d’autre zones de la ville, pourtant fort peu éloignées. Une bijouterie a ainsi été attaquée à main armée à peine à quelques centaines de mètres du lieu de visite du ministre Un peu plus tard, c’est une station-service sur la même commune qui était braquée, peut-être par la même équipe. Un concours de circonstances qui "met un coup" au discours sécuritaire du gouvernement.
ici le son !

piqué sur www.rtl.fr - 04/09/2010

18:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/09/2010

Tarnac: la police antiterroriste avoue une «erreur» et des «distorsions»



judge-dredd_situ.jpg


à lire sans modération sur UHD :

La police antiterroriste avoue une "erreur" et des "distorsions"

 

20:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/09/2010

Brice "Wallace" Hortefeux remodèle la sécurité intérieure

Hortefeux « remodèle » le ministère de l'Intérieur

A l'heure des réductions de coût et de la rationalisation des services de l'Etat, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, fait figure de bon élève. Il a annoncé hier la création de nouvelles directions issues de la fusion de plusieurs services. Une nouvelle direction « de la prospective et de la planification de la sécurité nationale » réunira deux anciennes directions dévolues à ces tâches. Même chose pour la nouvelle direction « des ressources et des compétences de la police », fusion des anciennes directions de l'administration et de la formation des policiers. Deux nouveaux services communs à la police et à la gendarmerie ont également été créés, dont la direction de la coopération internationale chargée « de mettre en oeuvre la politique internationale de la France en matière de sécurité intérieure ». Elle sera dirigée par Emile Pérez, un haut fonctionnaire policier qui était jusqu'à présent le chef du Service central de coopération internationale de police (SCTIP).

Les Echos

piqué au tas sur www.lesechos.fr - 02/09/2010

 

The-Wrong-Brice.jpg

18:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu