Avertir le modérateur

10/12/2010

Et vous, vous bougez comment aujourd'hui ?

http://4.bp.blogspot.com/_Mfi9cE5Z3_4/TPfFAyfUDfI/AAAAAAAAAeY/ww7jgeFU0L8/s1600/mangerbouger6bis.jpg

10:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Manifestations étudiantes à Londres : Royal car attack

 

 

Londres: manifestations violentes sur fond de débat parlementaire

De violents accrochages ont opposé policiers et étudiants pendant plusieurs heures, jeudi à Londres, alors que les députés votaient avec une majorité réduite un projet de loi sur l'augmentation des droits universitaires qui a mis à mal la coalition au pouvoir depuis huit mois.

Trente-huit manifestants et dix policiers ont été blessés, dont plusieurs sérieusement, selon un dernier bilan de la police. Vingt-deux personnes ont par ailleurs été interpellées, dont trois pour agression sur des policiers, a ajouté la police, qui a dénoncé la présence de casseurs.

Lors de la manifestation qui a rassemblé des milliers de personnes, des étudiants ont tenté à plusieurs reprises de repousser un cordon de police à proximité du Parlement, où était débattu le projet de loi. Des policiers ont répondu avec des coups de matraque.

Des protestataires ont bombardé de projectiles, dont des pierres et des bâtons, les policiers en tenue anti-émeutes. En début de soirée, une fois le projet de loi adopté, un groupe a cassé des vitres blindées du ministère des Finances, tentant en vain d'entrer dans le bâtiment.

La Rolls Royce qui transportait le prince Charles et son épouse Camilla a aussi été attaquée par des manifestants qui ont endommagé une fenêtre de la voiture et jeté de la peinture blanche sur le véhicule noir, sans cependant blesser le couple qui se rendait au théâtre.

Au plus fort de la mêlée, un reporter de la BBC couvrant les incidents de la journée en direct est apparu à l'antenne coiffé d'un casque.

Les policiers avaient mis en garde contre une répétition des violences survenues en marge de précédentes protestations estudiantines. Mi-novembre, la première manifestation contre le projet de loi avait dégénéré, un groupe saccageant l'immeuble abritant le quartier général du parti conservateur au pouvoir.

"Augmenter les droits d'entrée à l'université ne fait que créer de graves divisions sociales", a estimé jeudi un manifestant, Andrea Baptiste.

Des étudiants ont peint des slogans "policiers enc...." et "éducation pour les masses" sur la statue de l'ancien Premier ministre conservateur Winston Churchill, située en face de la Chambre des Communes.

Au terme de débats mouvementés, les députés britanniques ont porté d'ici 2012 le plafond des droits universitaires en Angleterre de 3.290 livres (3.915 euros ou 5.180 dollars) par an à 6.000 livres, et dans des "circonstances exceptionnelles" à 9.000 livres.

Le projet de loi a été adopté avec seulement 323 voix pour, 302 députés votant contre. La majorité du gouvernement de coalition, qui est d'habitude d'au moins 83 députés, a été réduite à 21.

Ce projet a provoqué de profondes divisions au sein du gouvernement et plus particulièrement au sein des libéraux-démocrates, partenaires clés des conservateurs dans le cabinet.

Les "lib dem" s'étaient engagés pendant la campagne pour les législatives en mai à ne pas augmenter les frais d'inscription à l'université. Le vice-Premier ministre libéral-démocrate Nick Clegg a avancé l'actuelle cure d'austérité pour justifier la hausse des droits universitaires.

Les manifestants, essentiellement des étudiants, ont été rejoints jeudi par des membres d'autres syndicats et des militants de diverses organisations qui entendaient élargir la contestation à l'austérité décrétée par le gouvernement. "Il est temps que l'ensemble du mouvement syndical joigne ses forces", a déclaré Bob Crow, secrétaire général du syndicat des transports RMT.

A l'annonce des résultats du vote, une étudiante, Anna Campbell, a fondu en larmes. "Je suis tellement énervée. Mais ce n'est pas la fin, on va continuer à se battre", a-t-elle prévenu.

piqué sur actu.orange.fr - 10/12/2010

 

07:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/12/2010

[La Fabrique Infos] - Les Amis de la Commune de Tarnac

Bonjour!


Nous ne vous écrivons pas, aujourd'hui, pour vous entretenir des obscurs dédales de procédure dans lesquels la justice s'attache à enfermer certains d'entre nous, et dont nous essayons encore de les sortir. Nous vous écrivons dans une perspective nettement plus joyeuse : ce que nous avons commencé à construire, depuis plusieurs années, sur le plateau de Millevaches.

Si nous nous sommes installés à Tarnac, c'est bien sûr pour la vieille tradition de résistance à l'autorité centrale, d'entraide populaire, de communisme rural qui y survivait. Notre idée n'a jamais été de nous y réfugier, mais au contraire de nous y regrouper pour y élaborer d'autres rapports sociaux, y rendre vivables d'autres rapports au monde que ceux qui dominent, et précisément dévastent le monde.

Nous imaginions des communes qui se répartissent les cultures élémentaires et se partagent lors de fêtes mémorables les récoltes selon leurs besoins, des garages collectifs, des camions sillonnant le plateau pour apporter à ceux qui ne peuvent se déplacer le ravitaillement nécessaire, des discussions de bar plus pointues qu'un séminaire à la fac, une laiterie commune qui fournirait à tous le lait à prix coûtant, bref : tout un territoire qui s'affranchit peu à peu du recours à l'argent, à la police, à l'Etat.

L'offensive policière qui nous a frappés visait, entre autres choses, à détruire l'expérience qui commence à prendre racine ici, à trancher les liens qui nous unissent et nous unissent aux autres habitants du plateau : isoler pour mieux anéantir. Non seulement l'opération n'a pas rencontré le succès escompté, mais elle a eu l'effet exactement inverse. La solidarité qui s'est exprimée ici a dépassé tout espoir raisonnable. Grâce au soutien de tant d'inconnus aux quatre coins de la France et du monde, grâce à votre soutien donc, nous avons pu traverser l'épreuve qui devait nous pulvériser. Ce plateau qu'il s'agissait de nettoyer de toute dissidence finit par l'attirer comme magnétiquement. Quant à nous, tout cela n'a fait que tremper un peu plus notre détermination, et nous attacher un peu plus fermement à réaliser nos perspectives initiales. Le bar-épicerie est toujours là. La ferme du Goutailloux voit paisiblement croître son troupeau et ses cultures communes. Une assemblée populaire a même vu le jour sur le plateau afin d'intervenir et d'appuyer le dernier mouvement contre la réforme des retraites; et elle est intervenue.

(la suite à lire en pièce jointe)


--
Des Amis de la Commune de Tarnac
act@boum.org

courriel du 09/12/2010

 

Lien vers doc pdf : ACT.pdf

 

15:05 | Lien permanent | Commentaires (0) |

La Bourse ou la vie ? Investissez dans Cybergun !

CYBERGUN : Le bénéfice net semestriel augmente de 50 %

08/12/10 à 08:23 - investir.fr

Le résultat net du fabricant d'armes factices a augmenté de 50 %, à 1,8 million d’euros, au premier semestre de l’exercice 2010-2011. Cybergun table sur une hausse de plus de 20 % de ses ventes et du bénéfice par action d’ici à fin mars.

L'analyse (Investir)

« Les comptes semestriels confirmeront la capacité de Cybergun, dans un contexte de forte croissance, à améliorer fortement ses résultats. » C’est ce qu’a déclaré la direction du fabricant d’armes factices sous licence, en octobre, en évoquant ses comptes à mi-parcours.

Pour un chiffre d’affaires en progression de 38 % à 33,4 millions d’euros, le bénéfice opérationnel courant bondit de 24 % à 3,3 millions d’euros à fin septembre. Soit un léger effritement de la marge à 9,9 %, contre 11,1 % un an plus tôt. Mais cela n’a rien d’inquiétant au vu de l’active politique d’investissements en ressources humaines, recherche & développement et acquisitions menée par le management de Cybergun. Celui-ci s’est d’ailleurs attelé à maîtriser les charges financières, de sorte que le résultat net part du groupe semestriel ressort en hausse de près de 50 %, à 1,8 million d’euros. Il extériorise une marge nette de 5,4 %, contre 5 % à fin septembre.

Fort de ces performances et anticipant un bon millésime pour les fêtes de fin d’année, Cybergun, qui exploite une vingtaine de licences exclusives mondiales accordées par des fabricants d’armes (Colt, Kalachnikov, Sig Sauer, Uzi, Desert Eagle…), table sur une hausse de plus de 20 % de ses ventes sur l’ensemble de l’exercice qui prendra fin en mars 2011. Elle sera assortie d’une progression de plus de 20 % du bénéfice par action, à plus de 1,26 euro. Cette estimation, basse, est valorisée 9,6 fois au cours de 12,10 euros.

« Cette tendance [haussière des bénéfices, ndlr] devrait entraîner un mouvement naturel d’amélioration des ratios d’endettement à fin mars 2011 », commente Cybergun. Dans la perspective de Noël et afin de pouvoir répondre à la demande, le fabricant d’armes de loisir a augmenté « sensiblement » son niveau de stock à fin septembre. Résultat : l’endettement financier net atteint 19,4 millions d’euros, contre des fonds propres de 18,4 millions.

Les 9 millions d’euros levés lors de l’émission obligataire permettront de financer la stratégie de développement à l'international et de conquête de parts de marché de Cybergun, notamment dans le numérique. « Les importantes synergies naturelles entre l’univers du tir de loisir et celui du jeu vidéo offrent au groupe des perspectives très favorables, souligne la direction. Le modèle de développement qui sera appliqué permettra de minimiser les risques et de maximiser le retour sur investissement. »

Nous restons acheteurs de Cybergun. La société a rarement déçu et les perspectives offertes par l’univers du numérique sont prometteuses. Viser 14 euros.

Le cours au moment du conseil : 12.1 €

Céline Panteix

piqué au tas sur Investir.fr - 08/12/2010

http://image.toutlecine.com/photos/p/o/l/police-academy-1984-03-g.jpg

12:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Kalashnikov à Marseille - TF1 refait par le CSA ?

"La kalachnikov magique" de TF1 dans le collimateur du CSA

Le CSA se penche sur une mise en scène supposée de TF1 pour montrer l'arme retrouvée dans le coffre d'un 4x4 à Marseille.

C'est la parution d'un article épinglant TF1 dans le

C'est la parution d'un article épinglant TF1 dans le "Canard" qui a alerté le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Repro Cyril Sollier

"Bidouiller" sous les yeux des confrères, qui sont avant tout des concurrents, forcément, c'est risqué. Un jour ou l'autre, ça finit par se savoir… et on a droit à un bel "hommage" dans le Canard enchaîné. Mercredi dernier, le journal satirique épinglait "la kalachnikov magique de TF1". L'arme de guerre avait été retrouvée dans le coffre d'un 4X4, sur le Prado, à Marseille, lors d'opérations de contrôles tous azimuts déclenchées à la suite d'une série de fusillades dans les cités.

Prévenus, comme une bonne dizaine d'autres journalistes, par la préfecture de police que la pêche avait été bonne, les journalistes de TF1 étaient arrivés un peu à la bourre sur l'info. La kalach avait déjà été embarquée avec "l'heureux propriétaire". Mais, qu'importe. On n'est plus à une opération de com' près. On rappelle tout le monde et on refait la scène.

La séquence sera diffusée le lendemain, lors du JT de 13 heures, sans l'incrustation "reconstitution". Même si TF1 affirme n'avoir "jamais prétendu que cette scène avait été tournée sur le vif", l'absence de ce petit détail chagrine le Conseil supérieur de l'audiovisuel. "Interpellé" par l'article du "Canard", le CSA a décidé d'enquêter. "Nous allons voir si la chaîne a respecté la convention qui la lie au CSA, indique Nicolas Cizen du département du pluralisme et de la déontologie de l'info. Par exemple, s'il y a eu un manque de rigueur".

Ni la préfecture ni les journalistes ne seront entendus. "Nous ne sommes pas des détectives, glisse le CSA. Et pour nous, le responsable, c'est le président de la chaîne". Les investigations devraient durer deux mois puis les conclusions seront présentées en assemblée plénière. La chaîne pourrait alors être sanctionnée. La sentence peut aller de la simple mise en garde à la mise en demeure avec publication au journal officiel.

Laetitia SARIROGLOU

piqué sur Laprovence.com le 08/12/2010

12:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/12/2010

6 décembre 1986 Malik Oussekine - 6 décembre 2008 Alexandros Grigoropoulos

 

2006_12_07_malikoussekine_003.jpg

Phototèque du mouvement social

 

http://mke.indymedia.org/images/2008/12/210554.jpg

mke.indymedia.org

07:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/12/2010

Prévention au travail : Travailler plus et plus longtemps, c'est possible avec le Tapis antifatigue !

http://www.usinenouvelle.com/expo/img/tapis-anti-fatigue-mod-000023634-4.jpg

Tapis en mousse de vinyle enduite de PVC laminé assurant une durabilité maximum et des propriétés antifatigue exceptionnelles.
Surface en tôle de diamant permettant des rotations en pivot et une parfaite adhérence.
Technologie Uni-fusion™ : résistance aux conditions extrêmes.
Résiste à la plupart des fluides industriels et produits chimiques [contrairement à l'ouvrier].

Tapis antifatigue Cushion Trax® pour usage extrême [+ de 35h/semaine]

MERCI PATRON

 


Qu'est-ce qu'un tapis anti-fatigue?

Les tapis anti-fatigue sont conçus pour réduire la fatigue attribuable à de longues périodes en station debout sur une surface dure (un plancher de ciment par exemple). Les tapis permettant de réduire la fatigue peuvent être composés de divers matériaux, notamment de caoutchouc, de textiles, de vinyle et de bois.


Pourquoi utiliser un tapis anti-fatigue?

Les tapis anti-fatigue sont souvent utilisés pour réduire la fatigue au niveau des pieds que peuvent ressentir les travailleurs qui demeurent en position debout pendant de longues périodes. Toutefois, le tapis seul ne suffit pas à résoudre le problème. L'inconfort, la fatigue et les douleurs aux pieds ressenties après de longues heures en station debout sont souvent attribuables à une combinaison de facteurs, notamment la conception du travail, les chaussures du travailleur et le revêtement de sol. Selon des données scientifiques, le fait de demeurer debout pendant une période prolongée peut se révéler particulièrement stressant et fatiguant. Quelle que soit la qualité des chaussures du travailleur et du revêtement de sol, le simple fait de se tenir debout peut occasionner de la fatigue après toute une journée de travail.


Que faut-il considérer en premier lieu lorsqu'une personne travaille debout toute la journée?

Si l'on envisage de recourir aux tapis anti-fatigue, il faut tenir compte d'autres facteurs, notamment les chaussures et le revêtement de sol, mais il faut également prévoir d'autres positions de travail.

  • Changement de position de travail : le travail devrait être organisé de façon à ce que l'employé puisse choisir sa position de travail et en changer fréquemment. En effet, en proposant un siège au travailleur (une chaise ou un tabouret), ainsi qu'un appui-pieds, ce dernier peut choisir parmi diverses positions et passer fréquemment d'une position à une autre.
  • Chaussures : les chaussures, si elles sont bien choisies, peuvent limiter les effets néfastes de longues heures de travail en station debout. Il ne fait aucun doute que le choix des chaussures est un élément important pour les personnes qui travaillent debout. Les chaussures doivent offrir un soutien de l'arche et du talon et un coussinage adéquats, tout en demeurant confortables pour la personne qui les porte.
  • Revêtement de sol : le type de revêtement employé au travail a également une incidence sur le confort, plus particulièrement les personnes ayant les pieds sensibles. Les planchers durs, sans absorption, comme les planchers de ciment, sont les moins confortables. En effet, marcher sur un plancher dur produit le même effet que de recevoir un coup de marteau sur le talon à chaque pas. Le bois, le liège, le tapis ou le caoutchouc, bref toute matière offrant une certaine élasticité, sont moins durs pour les pieds. De plus, les revêtements plus souples permettent de réduire la fatigue et sont plus sécuritaires lorsqu'ils sont mouillés (moins de chutes et de glissements).


Quand devrait-on recourir aux tapis anti-fatigue?

S'il n'est pas possible d'installer des revêtements plus absorbants, il reste tout de même deux options pour soulager le travailleur : la première, ce sont les chaussures ayant une épaisse semelle isolante et les semelles amovibles qui absorbent les chocs.

La seconde, ce sont les tapis anti-fatigue. Ces tapis absorbent les chocs inhérents à la marche et leur effet de coussin réduit la sensation de fatigue du pied. Toutefois, il faut être prudent lorsque l'on a recours aux tapis, car ils peuvent faire trébucher ou tomber s'ils sont mal fixés.

Un autre type de revêtement, notamment le tapis anti-dérapant, est utile pour accroître la sécurité du lieu de travail et le confort du travailleur. Il se peut toutefois que les travailleurs ressentent une sensation de brûlure ou des douleurs car les propriétés antidérapantes des tapis font en sorte que les chaussures collent au plancher, entraînant ainsi un déplacement du pied à l'intérieur de la chaussure. La friction ainsi produite crée une chaleur qui cause la sensation de brûlure. Les semelles amovibles résilientes peuvent réduire cet inconfort.

En résumé, l'utilisation des tapis anti-fatigue ou l'installation de tapis sur les planchers n'élimine pas entièrement les douleurs aux pieds. Par contre, on peut améliorer les conditions de travail si on combine ces revêtements à une conception adéquate du travail et au port de chaussures de qualité.

Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail

http://4.bp.blogspot.com/_tWuY2JFaPmg/SDkK6ub-B3I/AAAAAAAAB-U/BD0IFIZRGWA/s400/Vedette_M%C3%A8re+Denis.jpg

14:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/12/2010

Affaire des 4 de Tours : la fuite en avant du Tribunal correctionnel

I : Ce qui s’est passé au Tribunal de Tours le vendredi 3 décembre 2010

Curieux spectacle que celui offert par le Tribunal correctionnel de Tours, devant une nombreuse assistance, durant toute cette matinée du 3 décembre.
On sentait l’atmosphère quelque peu électrique, après la contestation de certains éléments des conclusions présentées par Maître Nawel Gafsia, avocate d’Abb-El-Kader Aït Mohamed et de Chantal BEAUCHAMP. Certains compléments à ces conclusions ayant été données au Tribunal tardivement, une première suspension de séance est accordée, à l’issue de laquelle Me Gafsia accepte que les quelques éléments ajoutés à ses conclusions et que les juges, le Procureur et la partie civile disaient de pas avoir eu le temps d’étudier, soient retirés.
La parole est ensuite donnée à Me Gafsia, qui soulève les 3 points constitutifs de nullités de procédure, selon son argumentation.
La partie civile et le procureur répondent à ces 3 points, selon des argumentaires très techniques sur lequel la novice que je suis n’a pas grand chose à dire - si ce n’est qu’ils ne m’ont pas paru très convaincants.

 

la suite sur Millebabords

21:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |

HSBC et la prévention "d’utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme "

Heureux "client" des banques, tu dois encore te soumettre à la prévention en donnant des renseignements concernant "votre activité et [à] vos ressources "

 

document joint avec la demande de renseignement : fiche d’information relative à votre activité et à vos ressources.pdf

 

Lettre envoyée par un client :

 

Madame, Monsieur,

Suite à la réception d’un courrier de HSBC France daté du 14 octobre 2010 reçu le 2 décembre 2010, je suis surpris de découvrir  le demande de mise à jour concernant la fiche d’information intitulée : « La fiche d’information relative à votre activité et à vos ressources » sous prétexte de prévention « d’utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme » et de compléter par « si votre banque n’est pas en mesure d’obtenir et de remplir ainsi son obligation réglementaire de mise à jour de votre dossier, elle sera susceptible de mettre un terme à la gestion de votre compte ».

J’aurais plutôt souhaité être mis en relation avec ma chargée de clientèle pour une demande d’information concernant mon adresse et situation financière mais je suis très surpris qu’on me demande des informations concernant mes activités salariales et mes ressources.

Je vous renvoie donc cette fiche d’information non renseignée car j’estime que ces informations ne concernent en rien ma banque et encore moins la prévention de l’ « utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme » au moyen de mon compte courant.

En vous souhaitant bonne réception

 

Sans compter que chez HSBC, il n'y a qu'à se pencher pour trouver des noms :

 


Liste volée chez HSBC: la Belgique a des centaines de noms

La France continue de partager avec ses voisins les données de la liste volée par Hervé Falciani à l'entité genevoise de la banque HSBC. Le ministère des Finances de l'Hexagone a transmis à la Belgique les noms de contribuables résidant dans ce pays.

"Plusieurs centaines de contribuables belges sont concernés", a dit jeudi un porte-parole de l'administration fiscale de la Belgique. Il confirmait une information publiée sur le site de l'hebdomadaire économique belge "Trends-Tendance".

La liste volée par l'informaticien français concernait 15'000 clients de la filiale de gestion de fortune du géant britannique. La justice française avait saisi les données en janvier 2009 et l'affaire a été révélée dans la presse en décembre 2009.

Paris a identifié 3000 contribuables français fraudeurs et a transmis par la suite à Rome, Madrid et Ottawa des informations concernant des milliers de ressortissants italiens, espagnols et canadiens.

(ats / 02 décembre 2010 16:16)

piqué sur romandie.com le 03/12/2010

10:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/12/2010

31 janvier 2009 - Jusqu’où va votre philosophie de l’engagement ?

solidarite-avec-les-revoltes-incarcere.jpg

17:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu