Avertir le modérateur

12/06/2009

Road to Serfdom 4

 

serfdom4 (Large).jpg

 

 

 

A state controlled economic system:
The salesman asks his audience to make this pledge: "I hereby turn over to Ism, Incorporated, everything I have, including my freedom, and the freedom of my children, and my children's children, in return for which said Ism promises to take care of me forever." This doesn't scare them. So onlooker "John Q. Public" urges them to get better acquainted with the enemy.
"Before signing up, you boys ought to try a little taste of Dr. Ism's formula to see what you'd get in exchange for your 'freedom.' Go ahead! Try it." They drink and are plunged into a totalitarian dream. Clamped inside the State's iron fist, the worker cannot strike and is no longer protected by his union. The manufacturer is now irrelevant. "No more private property. No more you!" the State says to manufacturer, kicking him out onto the street. The farmer is controlled through a central production plan and turned into an industrialized employee of the state. One courageous politician speaks up for freedom, but is quickly brainwashed, becoming "State Propaganda speaker 3120," a phonograph where his head should be, saying "Everything is fine!" over and over again.

08:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/06/2009

Road to Serfdom 3

 

serfdom3 (Large).jpg

 

 

 

Nuclear energy is playing a vital role in the life of every man, woman, and child in the United States today. In the years ahead it will affect increasingly all the peoples of the Earth. It is essential that all Americans gain an understanding of this vital force if they are to discharge thoughtfully their responsibilities as citizens and if they are to realize fully the myriad benefits that nuclear energy offers them.
- Foreword to the 'Plowshare' booklet1, Edward J Brunenkant, Director, Division of Technical Information, Atomic Energy Commission (AEC)

 

 

10:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/06/2009

Road to Serfdom 2

serfdom2 (Large).jpg

 

 

09:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/06/2009

Taxes for Democraty - Road to Serfdom

 

serfdom1 (Medium).jpg

 

 

 

 




 

09:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/06/2009

Plane crash Flight Data Recorder boîte noire résistance

 

The "Black Box" FDR/CVR locator beacon which is known as the "pinger" transmits an acoustic signal at 37.5 Khz and can be detected by a special receiver. The FDR/CVR can be retrieved as long as this "pinger" is still intact on the FDR/CVR. But there is always a chance that the "pinger" can separate from the FDR/CVR in case of high impact. The pingers can nominally be heard for about 2 miles. At an ocean depth of about 8,000 feet and 12,000 feet, it would be pure luck to drop a monitoring buoy with special receiver in a position where it heard a pinger, given the depth. At the surface, the radius of success is substantially smaller than 2 miles.
The distance the pinger can be heard will also be affected by any thermal layers in the ocean, and the terrain where the FDR/CVR came to rest, both reducing the range. Towed sensors working below the surface improve the coverage pattern. Here's the general specs for the FDR/CVR;

Flight Data Recorder
Time recorded = 25 hour continuous
Number of parameters = 18 - 1000+
Impact tolerance = 3400Gs / 6.5 ms
Fire resistance = 1100 degC / 30 min
Water pressure resistance submerged = 20,000 ft
Underwater locator beacon = 37.5 KHz; battery has shelf life of 6 years or more, with 30-day operation capability upon activation

Cockpit Voice Recorder
Time recorded = 30 min continuous, 2 hours for solid state digital units
Number of channels = 4
Impact tolerance = 3400Gs / 6.5 ms
Fire resistance = 1100 degC / 30 min
Water pressure resistance submerged = 20,000 ft
Underwater locator beacon = 37.5 KHz; battery has shelf life of 6 years or more, with 30-day operation capability upon activation

The ULB, also known as the "pinger" usually have the following specifications
Underwater Locator Beacon (ULB)
Operating Frequency:37.5 kHz ± 1 kHz
Operating Depth:Surface to 20,000 feet
Pulse Length:Not less than 9 milliseconds
Pulse Repetition Rate:Not less than 0.9 pulse per second
Useful Life:Six years
Operating Life:30 days (minimum)
Acoustic Output, Initial:1060 dynes/cm2 rms pressure at 1 meter (160.5 dB)Acoustic Output, After 30 days:700 dynes/cm2 rms pressure at 1 meter (157.0 dB)
Operating Temperature:28º F to 100º F
Actuation:Fresh or salt water, surface to 20,000 feet
Radiation Pattern:Rated output over 80 percent of sphere

 

 

Boîte noire - Les boîtes noires des avions sont des dispositifs qui équipent les avions dans le but d'enregistrer les informations liées à leur vol afin de déterminer les causes en cas de catastrophe aérienne. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer leur nom, ces boîtes ne sont pas noires mais rouges.

Il existe deux types de boîtes noires, celles destinées à enregistrer les conversations du cockpit et celles destinées à enregistrer les données de vol. Toutes deux sont situées à l'arrière de l'avion car c'est la partie de l'avion la moins touchée dans la majorité des accidents.


Ces deux boîtes ont pour caractéristiques communes d'être équipées d'un émetteur sous-marin qui se déclenche en cas d'immersion et qui émet un signal afin d'aider à la localisation de l'appareil.

Le signal est émis à une fréquence de 37,5 KHz. Le signal émis peut être capté à pour une profondeur allant jusqu'à 3500 mètres (14 000 pieds).


A la suite d'un accident, ces boîtes sont retirées du lieu pour être examinées le plus rapidement possible. Les données sont alors traduites dans un format plus compréhensible.


Les boîtes pour les données de vol

Présentation

Les boîtes noires destinées à enregistrer les données de vol enregistrent différentes données relatives au parcours de l'avion.

Actuellement, une boîte doit enregistrer au moins 28 données comme par exemple l'altitude, la vitesse du vent, l'heure ou la pression. Certains appareils plus sophistiqués enregistrent jusqu'à plus de 300 paramètres (500 sur certains avions).

A partir de ces données, il est possible d'effectuer une simulation informatique du vol.


Caractéristiques
Durée d'enregistrement : 25 heures
Nombre de paramètres : De 28 à plus de 300
Tolérance à l'impact : 3400Gs /6.5ms (???)
Résistance au feu : 1100°C / 30 min
Résistance à la pression de l'eau : 5000 m (20000 pieds)
Batterie : 6 ans
Durée maximum avant examination : 30 jours



Les boîtes pour les voix du cockpit

Présentation

Ces boîtes enregistrent principalement les voix du cockpit mais certaines autres données peuvent être enregistrées à l'aide des 3 canaux disponibles. A partir des données enregistrées, les spécialistes arrivent à trouver de nombreuses informations.

En effet, en plus des voix des pilotes, ils arrivent à isoler des bruits de fond qu'ils arrivent à traduire comme étant un incident du moteur, une dépressurisation ou autres.


Caractéristiques
Durée d'enregistrement : 30 minutes, 2 hours for solid state digital units
Nombre de canaux : 4
Tolérance à l'impact : 3400Gs /6.5ms (???)
Résistance au feu : 1100°C / 30 min
Résistance à la pression de l'eau : 5000 m (20000 pieds)
Batterie : 6 ans
Durée maximum avant examination : 30 jours

 

20:05 | Lien permanent | Commentaires (1) |

Crash A 330 Pitot Thales

sensor_probes.jpg

PITOT PROBES

Thales developed a brandnew range of Pitot probes for all Airbus aircraft families,featuring an innovative design with enhanced performance,especially in adverse weather conditions such as heavy rain, large droplets or frost/severe icing.

An efficient electrical heating system and aerodynamic shape limit the risk of icing.
At the same time, a new water trap and drainage system prevents water from accumulating in the Pitot tube. These design features ensure highly reliable airspeed data and a stability of airspeed information. Long operating experience on Airbus jetliners provides further proof of these products efficiency.

By taking advantage of this outstanding reliability and performance, along with Pitot probe commonality across the A320 and A330/A340 families, aircraft manufacturers and airlines alike enjoy considerable operational, technical and economic benefits.

ANGLES-OF-ATTACK SENSORS

Thales unrivalled range of air data products also includes highly accurate angle-of-attack sensors – a critical component for flight safety and efficiency. These AOA sensors have been used on Airbus single-aisle and long-range aircraft from the beginning of each program. Thales has developed a new angle-of-attack sensor to meet increasingly demanding market requirements.
Designed around a new vane, this sensor also avoids the risk of heating element degradation caused by extreme environmental conditions and brings reliability to a whole new level.

Thales improves flexibility by developing an innovative vane replacement procedure, which allows airlines to carry out this procedure themselves, without requiring recalibration in a wind tunnel. This streamlined procedure is based on the use of market vanes and appropriate tools. Airlines can now enjoy the full benefits of these AOA sensors, including top reliability and maintainability, as well as product commonality across the A320 and A330/A340 families.

fiche_sensor_probes.pdf


AF447 : le BEA n'aime pas l'affaire des tubes Pitot

 

Si nous avions dû écrire hier sur nos pronostics quant à la conférence de presse du BEA qui s'est tenue ce matin, cela aurait donné:

- il y avait beaucoup de gros orages
- rien ne permet de dire que les sondes sont en cause comme le prétend un site internet de professionnels de l'aviation civile, car les sondes n'envoient aucun message ACARS
- on ne retrouvera jamais les enregistreurs et c'est tant mieux dommage.

A force de lire et d'entendre le BEA, on sait combien il devient prévisible. S'adressant à la presse généraliste, qui peut avoir tendance à manger tout cru le plat qu'on lui met dans l'assiette, il est certain que la recette peut sembler pertinente.

Mais s'il s'agit de faire croire aux équipages que les choses seraient aussi simples que cette "vision officielle", il ne faut pas compter sur nous pour diffuser ce point de vue.

Même un responsable de Météo France a démenti courageusement la version du complot orageux en affirmant que la situation qui prévalait cette nuit là était "habituelle".

 



Soyons factuels :

1/ les messages ACARS obtenus, seules indications de ce qu'a analysé, dans l'ordre croissant des ATA, le calculateur chargé d'analyser les pannes au cours des 4 dernières minutes de vol, font état d'un certain nombre de dysfonctionnements.

2/ certains grands esprits semblent vouloir écarter les problèmes de Pitot au motif que ces derniers n'envoient aucun message ACARS quand ils sont en panne.

3/ la foudre, les turbulences et l'orage n'envoient pas plus de messages ACARS que les tubes Pitot Thalès. Pourtant leur influence est prise plus en considération par le BEA alors que son chef prône, dans les médias, qu'il ne faut surtout pas faire d'hypothèses...

4/ il est très improbable que la foudre ou les turbulences dont on nous parle depuis le premier jour puissent conduire à cette série de dysfonctionnements (ou alors il va ne falloir voler que par beau temps au nom d'un certain principe de précaution…).

5/ en perdant 2 ou 3 tubes Pitot, on arrive exactement au même résultat que celui décrit par les messages ACARS : Alternate law 2, pilote automatique sur OFF, problèmes ADR, et toute la série d'instruments de bord qui arrêtent de fonctionner.

6/ sur A330, et sauf erreur de notre part, aucune autre panne (sauf la panne de 3 ADIRUs) ne donnerait le même résultat.

7/ le fait que l'ISIS (instrument de secours) se signale en "FAULT" montre qu'il y a un problème en amont de l'instrument, probablement au niveau de la sonde : la probabilité d'une panne d'un système de secours ET d'un système principal, indépendants, a été quantifiée par le certificateur comme "impossible" ou à négliger...

8/ le fait que les défauts des tubes Pitot Thalès soient répandus au point qu'une vaste campagne de changement a été décidée, tant sur A320 que sur A330 et A340, montre sans ambiguïté que le problème est connu et ceci depuis bien avant le crash.

9/ Un site internet de professionnels de l'aviation civile ;-) reçoit un nombre significatif de témoignages de pilotes qui racontent comment ils ont mouillé la chemise quand ils ont connu des mésaventures semblables mais heureusement aux conséquences finales moins graves.

10/ les 9 points ci-dessus expliquent parfaitement les raisons pour lesquelles le BEA essaye de systématiquement ramener la presse vers les orages, la foudre et la turbulence. On imagine l'ampleur de la catastrophe économico-judiciaire qu'un défaut sur le système ADR impliquerait. Faut-il pour autant ignorer cette possibilité ?

11/ en vertu du point 10 ci-dessus, on comprend que le scénario idéal soit aujourd'hui que les balises se soient détachées des enregistreurs ce qui aurait pour conséquence qu'on ne les retrouverait jamais. Officiellement, on ne "saurait" donc jamais...

12/ en vertu du point 11 ci-dessus, on pourrait continuer de changer les tubes Pitot tout en demandant au BEA d'expliquer l'accident par une probable perte de contrôle de l'appareil suite à "une vitesse erronée et non adaptée" subie dans un "épisode orageux particulièrement sévère", ayant pour cause "un probable dysfonctionnement d'un ou deux systèmes" sans qu'il ne soit possible "d'établir avec certitude la liste de ces systèmes".

publié le 2009-06-06 20:52 par EuroCockpit.





09:50 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/06/2009

Boeing C-130 vs Airbus A 400 M

PARIS (AFP)--La France examine l'opportunité d'acheter des avions de transport militaires américains C-130 face aux retards de l'A400M d'Airbus, a déclaré vendredi le ministre de la Défense, Hervé Morin.
"Nous examinons" "l'achat ou le leasing de C-130J" américains, a dit le ministre, en évoquant une série de mesures "palliatives" pour faire face aux retards de l'avion européen. Il a aussi évoqué l'achat ou la location-vente de petits avions de transport CASA de l'européen EADS.
Par ailleurs, le ministre a indiqué avoir décidé "de lancer la rénovation et la prolongation de 10 Transall", des avions de transports vieillissants qui équipent actuellement les armées françaises. Ils "pourraient ainsi aller jusqu'en 2018", selon M. Morin.
Par ailleurs, "j'ai initié une réunion la semaine prochaine en marge de la réunion de l'OTAN pour que nous puissions faire un point" sur l'A400M, a dit M. Morin, en soulignant que cette réunion permettra de tester "la volonté européenne" sur le programme.
Les ministres de la défense de l'OTAN doivent se retrouver pour une réunion jeudi et vendredi à Bruxelles.
Ensuite, "nous nous reverrons à la fin du mois: j'ai proposé à ma collègue espagnole d'être à l'initiative d'une autre réunion à Séville (sud de l'Espagne) fin juin", a ajouté M. Morin, en jugeant que les discussions sur l'avenir du programme "progressent" entre les pays clients et EADS, la maison mère d'Airbus.
EADS négocie jusqu'à fin juin avec les pays clients (Allemagne, Espagne, France, Royaume-Uni, Turquie, Belgique et Luxembourg) pour sauver de l'échec ce programme européen de 20 milliards d'euros, qui a pris au moins trois ans de retard.
Mais après cette échéance, "on aura un deuxième temps de plusieurs mois" avec "une phase qui permette de remettre plat les clauses du contrat", a affirmé M. Morin.

http://www.easybourse.com/bourse-actualite/air-france-klm/france-etudie-achat-d-avions-americains-en-attendant-l-a400m-FR0000031122-679862

 

 

 

08:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2009

L'orchestre noir continue de jouer... un air de basse intensité

Réalisation Jean-Michel Meurice. Ce film tourné en 1997, dont on peut espérer d’après le producteur une sortie dans les salles de cinéma représente une somme d’investigations sur vingt ans, entre 1974 et 1977, puis entre 1992 et 1996 sur les attentats qui eurent lieu en Italie à la fin des années 60 et plus particulièrement sur celui du 12 décembre 1969, Piazza Fontana, à Milan. C’est l’époque où, en Italie, un changement social paraît possible. Les manifestations sont quotidiennes, 1968 ne semble pas s’être arrêté. Cet attentat à Milan qui fait de très nombreuses victimes, choque l’opinion publique. L’enquête de la police s’oriente presque immédiatement vers les anarchistes, selon les directives des services secrets italiens, et pour cause : ce sont ces derniers qui ont organiser l’attentat... C’est l’histoire d’une machination incroyable qu’un scénariste de fiction n’aurait jamais pu imaginer qui a été patiemment et méticuleusement reconstitué. En fait, des agents de la CIA, ceux-là mêmes qui recrutèrent Klaus Barbie en Amérique du Sud, ont créé en Italie un réseau occulte paramilitaire, Gladio, pour prévenir la montée du communisme et assurer la sécurité du monde « libre »... Ce réseau est constitué de hauts gradés militaires italiens formés à l’époque de Mussolini, de politiciens de droite, de membres des services secrets, de la loge P2, de l’OTAN, du groupe fasciste Ordine Nuovo ; ils collaborent avec des anciens officiers français de l’OAS et sont conseillés par les colonels grecs inspirés par le coup d’État de 1967.Un documentaire plus que salutaire qui démontre que ceux-là même qui dénonçaient l’insécurité et étaient chargés de la protection de la population, commettaient des attentats et organisaient des massacres..

 

En 1969, plus de 150 attentats secouent la péninsule italienne. La police les attribue alors en bloc aux milieux anarchistes. Mais de récents témoignages invalident cette piste et établissent la responsabilité de l'extrême droite, dans une manipulation impliquant les services secrets italiens, l'OAS, l'OTAN et la CIA. Enquête.
L'attentat de la Piazza Fontana le 12 décembre 1969, fit 13 morts et une centaine de blessés. Ce fut le point culminant d'une année de terreur, durant laquelle l'Italie connu plus de 150 attentats. L'enquête de police s'oriente alors immédiatement vers les virulents milieux anarchistes, qui prônaient la lutte armée. Le 'Groupe du 22 mars' est démantelé, l'affaire classée.
En fait, les policiers ont discrètement écarté une autre piste, impliquant cette fois l'extrême droite. Une nouvelle enquête révèlera que des membres d'un groupe néo-fasciste étaient impliqués dans la vague de terreur. Plus troublant, un fonctionnaire des services secrets italiens (SID), Guido Giannettini, aurait fréquenté ce groupe et donc informé son service de ses activités terroristes.
Les témoignages d'anciens fascistes repentis permettent aujourd'hui d'y voir plus clair. L'extrême droite est bien à l'origine des attentats, de mèche avec certains pontes de la Démocratie Chrétienne, les uns visant faire établir l'état d'urgence pour instaurer un pouvoir autoritaire, les autres pensant utiliser la violence fasciste pour dépopulariser l'extrême gauche. Mais la manipulation ne s'arrête pas là. L'OAS, la CIA et même l'OTAN sont également impliqués à des degrés divers, au nom de l'anticommunisme.
Jean-Michel Meurice recompose le puzzle d'une affaire éminemment complexe : anciens fascistes, hommes politiques, magistrats viennent témoigner devant sa caméra et rendent compte de l'état actuel des connaissances¿en attendant de nouvelles révélations.

 

 

Piazza Fontana, 12 décembre 1969

par Miguel Chueca
Le 12 décembre 1969, à 16 h 37, une bombe explose à la Banque nationale de l’agriculture, située sur la piazza Fontana à Milan. Commis à un moment de l’année et à une heure où les rues sont particulièrement animées, l’attentat visait à tuer le plus de monde possible : avec un bilan de 16 morts et une centaine de blessés, ses responsables peuvent se flatter d’y être parvenus. Si, trois jours après, l’opinion publique croit savoir le nom de l’auteur de la tuerie, il y a une chose, en revanche, qu’elle ne peut pas savoir : c’est que l’Italie vient d’entrer dans une période de dix ans de violences qui ne prendra fin qu’avec le carnage (85 morts et des dizaines de blessés) de la gare de Bologne en 1980.

Bien que la nature des attentats du 12 décembre - il y a en eu un autre à Milan et deux à Rome, qui ont fait peu de dégâts -, les moyens opérationnels et la froide organisation dont ils témoignent auraient dû conduire les enquêteurs vers d’autres milieux, les objectifs visés accréditent, à leurs yeux, l’hypothèse de la " piste rouge ", qui va les mener très vite sur les traces de l’anarchiste Pietro Valpreda. Quand celui-ci est interpellé et conduit à Rome pour y être " reconnu " par le chauffeur de taxi Cornelio Rolandi, qui pense avoir chargé le 12 décembre le responsable de l’attentat, la police a déjà procédé à de nombreuses arrestations dans le milieu libertaire. Le jour même où la presse annonce, à la une, l’arrestation de Valpreda, " le monstre à visage humain ", on apprend que les bombes du 12 décembre viennent de causer une victime de plus en la personne du cheminot libertaire Giuseppe Pinelli, trouvé mort dans la cour de la préfecture de Milan, où il était interrogé par les services du commissaire Calabresi : dans sa pièce Mort accidentelle d’un anarchiste, Dario Fo réduira en un petit tas de cendres ridicules les diverses et pittoresques versions policières de la " chute " du cheminot du quatrième étage de la questura de Milan. Quant aux charges contre Valpreda, elles vont bientôt se retourner contre la police elle-même : contradictions du " super-témoin " C. Rolandi, séance d’identification truquée, production à retardement de prétendues pièces à conviction, tout a été fait pour incriminer cet ex-délinquant juvénile, danseur de variétés sans engagements, anarchiste marginalisé dans son propre milieu, en qui les inspirateurs de l’obscure " stratégie de la tension " qui commence à faire sentir ses effets en cette fin d’année 69 ont vu l’homme le plus approprié pour jouer, à son insu, le rôle du coupable idéal. Belle opération, en vérité, bien utile pour égarer les recherches et rendre d’autant plus difficile l’accès à la vérité, qui n’a d’égal que la fabrication de la " piste bulgare " au moment de l’affaire de la tentative d’assassinat du pape Jean-Paul II (13 mai 1981).

Toutefois, malgré les efforts des services passés maîtres dans l’art du depistaggio (la fabrication de fausses pistes), l’enquête va s’orienter peu à peu vers les groupes nazis-fascistes Ordine nuovo et Avanguardia nazionale. Elle permet, en 1972, au juge Giancarlo Stiz de mettre Giovanni Ventura et Franco Freda en examen, tant et si bien que, quand commence, en 1975, le deuxième jugement pour les faits du 12 décembre 69, Valpreda doit partager le banc des accusés avec quelques distingués fascistes, au rang desquels figurent Guido Giannettini, journaliste et agent du SID (les services secrets), et Stefano Delle Chiaie, dont on saura plus tard qu’il a toujours été en contact avec D’Amato, directeur des affaires réservées du ministère de l’Intérieur et membre de la loge P2.

On va assister alors à un incroyable rodéo judiciaire qui, s’étalant sur plus de trente ans, va voir les acquittements succéder invariablement aux condamnations.

Condamnés à la prison à vie en 1979 pour l’attentat de la piazza Fontana, Freda et Ventura sont acquittés en mars 1981 au motif d’insuffisance de preuves. Fidèle à sa ligne de conduite, la justice continue imperturbablement d’associer Valpreda aux procès sur les faits du 12 décembre, jusqu’en janvier 1986, quand elle le fait sortir définitivement de la scène judiciaire, en compagnie de Freda et Ventura. En 2001, ce sont trois autres fascistes (Delfo Zorzi, Carlo Maria Maggi et Giancarlo Rognoni) qui sont condamnés à la prison perpétuelle pour ces mêmes faits. Puis, le 12 mars dernier, alors que l’attention de l’opinion publique est occupée par les informations en provenance de Madrid, la cour d’appel de Milan annule les peines prononcées contre les trois fascistes, une sentence qui met le point final à l’affaire de la piazza Fontana. Fait surprenant, au moment même où, sur la foi des " aveux " du repenti Pietro Mutti, l’Italie demande l’extradition de Cesare Battisti, la justice du pays acquitte Delfo Zorzi - ce même Zorzi qui, depuis de très longues années, coule des jours paisibles au Japon et y est devenu milliardaire - et ses amis au motif que leur accusation repose sur... les dénonciations d’un repenti, Carlo Digilio. La justice italienne applique, à l’évidence, le principe du " deux poids, deux mesures " : le fléau de la balance qu’elle tient penche toujours du même côté, et son bandeau ne lui couvre qu’un œil. En veut-on une preuve de plus ? Alors que des indices concordants accusent les fascistes impliqués dans les faits du 12 décembre, ils ont tous été absous, et les seules personnes emprisonnées aujourd’hui encore pour des faits liés à la tuerie de la piazza Fontana sont Adriano Sofri et deux autres ex-dirigeants de l’organisation d’extrême gauche Lotta continua, désignés par un autre repenti comme les commanditaires de l’assassinat en 1972 du commissaire Calabresi.

Venant après d’autres extraditions, l’affaire Battisti a certes réveillé le souvenir des " années de plomb " italiennes, mais cette exhumation a tendu très souvent à éclipser le souvenir des événements antérieurs au choix des armes opéré par une partie de l’extrême gauche du pays. Il est clair pourtant que la violence de ces groupes n’aurait pas atteint le niveau auquel il toucha à partir du milieu des années 70 si, avant, les artificiers de l’autre terrorisme - et aussi les putschistes de décembre 70 et de l’opération Rose des Vents d’avril 1973 - n’avaient ouvert toute grande la boîte de Pandore et plongé l’Italie dans ce que Francesco Cossiga n’hésita pas à qualifier de " guerre de basse intensité ". Les chiffres montrent que, dans cette guerre, le terrorisme noir, adepte des attentats de masse - et ce n’est pas par hasard s’il s’en est pris tout particulièrement aux gares et aux trains -, a frappé plus fort que le rouge, qui ne visa jamais que des individus particuliers. Mais le désir affiché des autorités italiennes de poursuivre en tous lieux les responsables, ou prétendus tels, du terrorisme rouge met d’autant plus en évidence l’étonnante inaptitude de la police à faire la lumière sur les massacres causés par le terrorisme noir et la surprenante indulgence dont la justice a fait montre à son égard. Les enquêtes sur les attentats contre les trains " Freccia del sud " et " Italicus ", sur la tuerie de la piazza della Loggia à Brescia ou celle de la gare de Bologne se sont toutes perdues dans les sables. Et plus la justice et les faiseurs d’opinion du pays donnent de la voix contre le " monstre " Battisti - en retrouvant, au passage, quelques-uns des qualificatifs dirigés naguère contre Pietro Valpreda - et plus assourdissant est leur silence sur les morts de la piazza Fontana, et plus manifeste le désir d’une partie du peuple italien de ne rien savoir de ce que la " mère de tous les massacres " (Luciano Lanza, La Ténébreuse Affaire de la piazza Fontana) pourrait lui apprendre sur sa propre société, sur ses institutions, sa justice, sa classe politique, sa police, ses services secrets.

Et il ne faut certainement pas compter sur les responsables politiques d’aujourd’hui, ex-membres de la loge P2 ou héritiers du néo-fascisme, pour faire en sorte que les noms des auteurs et des commanditaires de l’opération de décembre 69 sortent enfin à la lumière du jour.

Miguel Chueca

Paru dans le n° 2 de La Question sociale, "revue libertaire de réflexion et de combat", hiver 2004-2005.

Une version abrégée de ce texte avait paru dans Le Monde daté des 11-12 décembre 2004.

 

mercredi 11 juin 2008

France/Italie

Il y a brigadistes et brigadistes

Le premier ministre François Fillon vient de signer un décret autorisant l’extradition de Mme Marina Petrella, une ancienne membre des Brigades rouges qui vit en France depuis les années 1990. Condamnée en son absence, dans le cadre d’une législation d’exception, pour avoir, en 1981 à Rome, tué un commissaire de police et grièvement blessé son chauffeur, elle est emprisonnée à Fresnes, sous écrou extraditionnel, depuis le 21 août dernier.

Cette décision, si elle était suivie d’effet, serait choquante à deux titres :

— à titre personnel, elle vise une femme à « l’état psychique profondément dégradé », selon son avocate Maître Irène Terrel. De fait, après ce que les médecins qualifient d’« épisode suicidaire majeur », elle a passé huit semaines à l’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud de Villejuif. Et son ami, le militant d’extrême gauche Oreste Scalzone, décrit une femme « en grève de la vie ». Un tel état justifie pleinement l’application de la clause humanitaire prévue par les textes régissant l’extradition ;

— du point de vue politique, elle constitue — après l’extradition d’un autre brigadiste, Paolo Persichetti, en 2002, et la menace d’extradition de Cesare Battisti, en 2004 — une nouvelle violation de la parole de la France au plus haut niveau. En 1985, le président François Mitterrand s’était en effet engagé à ne pas extrader les anciens brigadistes, à condition qu’ils renoncent à la violence.

Avant de livrer Mme Marina Petrella à son ami Silvio Berlusconi, le président Nicolas Sarkozy devrait se demander pourquoi l’Italie continue à régler ses comptes avec les anciens Brigadistes rouges, mais pas avec les ex-Brigadistes noirs. Même les commanditaires de l’attentat de la piazza Fontana, qui, le 12 décembre 1969, tua 16 Milanais et en blessa 98, comme ceux de l’attentat contre la gare de Bologne qui, le 2 août 1980, fit 85 morts et plus de 200 blessés, courent toujours...

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-06-11-Italie



 

 

 

19:18 | Lien permanent | Commentaires (2) |

03/06/2009

« Ces expéditions de zozos ne servent plus à rien »

Douze mercenaires recrutés à Paris par Ratsiraka sont partis du Bourget le 18 juin. Et ont été bloqués le jour même en Tanzanie.

« Nous devions simplement former des équipes au contrôle des bagages, du fret et des passagers. Comme à Roissy... » Luc Marquès de Oliveira, l’homme qui a envoyé une équipe de mercenaires le mois dernier à Madagascar, ne manque pas d’humour. Joint par Libération, il explique que le président Didier Ratsiraka l’a contacté à la mi-juin : l’ex-homme fort de l’île était de passage à Paris, pour « travailler à la recherche d’une solution à la crise malgache ». Ratsiraka lui fournit un « schéma directeur » pour monter « une opération de type "sûreté et sécurité" des aéroports de Toamasina [ex-Tamatave, ndlr] et d’Antsiranana [ex-Diego Suarez, ndlr] ». Il s’agissait plutôt d’envoyer une équipe de spécialistes pour tenter de renverser la situation militaire sur l’île au profit de Ratsiraka. Les deux villes en question étaient alors les dernières qui échappaient encore à l’autorité du nouveau chef de l’Etat, Marc Ravalomanana (lire ci-contre).

Selon nos informations, ces mercenaires ne partaient pas pour Madagascar pour s’y battre, mais pour entraîner et encadrer un bataillon de 150 à 200 militaires malgaches, dévoués à Ratsiraka. « Assurer la sécurité d’un aéroport ? Vous voulez rire ! Ces hommes ne sont pas des vigiles », commente un proche du dossier. En tout cas, ce contrat est une bonne affaire : environ trois millions d’euros sur une durée de dix-huit mois. De quoi mettre du beurre dans les épinards de la société de Luc Marquès de Oliveira. Nageur de combat. Marquès n’envisageait pas de participer directement à l’expédition. Pour former son équipe, il fait appel à Marc Garibaldi, un jeune collaborateur de Bob Denard, puis du général Jeannou Lacaze, ancien des services français et ex-chef d’état-major des armées. L’ancien aspirant Garibaldi recrute - en « trente-six heures », selon Marquès - une douzaine de « professionnels ». Beaucoup sont issus du 11e Choc, le bras armé de la DGSE, l’un d’entre eux étant même un ancien nageur de combat. Ratsiraka ne s’adresse pas à Marquès par hasard. Celui-ci dirige une petite entreprise de sécurité installée à Courbevoie (Hauts-de-Seine), Active Protection International Service (APIS). Il connaît surtout très bien Madagascar. Ancien de la DGSE, Luc Marquès y a été en poste, s’occupant un temps de la garde présidentielle (GP). D’aucuns racontent qu’il a été un moment très lié à la fille du chef de l’Etat. Puis, il est retourné sur l’île comme consultant en sécurité pour surveiller l’opposition malgache. Parachutiste au 1er RPIMa dans les années 70, Marquès rejoint le GO (groupement opérationnel), une unité discrète utilisée par le Sdece (l’ancêtre de la DGSE). Membre du service Action, il sert au Liban - où il aurait participé à la traque des frères Abdallah impliqués dans des actes terroristes - et au Tchad. Après avoir quitté l’armée dans les an nées 80 avec le grade d’adjudant, il se lance dans les affaires au Tchad. Il y ouvre une boulangerie industrielle et une cimenterie. Rentré en France, il rejoint la société de sécurité de Philippe Legorjus, l’ancien commandant du GIGN, qui l’envoie notamment en Birmanie pour le compte de Total. Il crée ensuite sa propre société, Argos, et forme les miliciens congolais de Denis Sassou N’Guesso, les Cobras, dans un camp baptisé Trocadéro. Ses missions le conduisent également en Ethiopie, en Erythrée et au Burundi.

Le 18 juin, les douze mercenaires quittent Paris. Ils embarquent à bord d’un Falcon 900 de la société privée Aéro Services Executive, l’avion d’affaires qu’utilise Ratsiraka pour ses déplacements officiels. Leur équipée va tourner à la pantalonnade. A l’escale de Dar-es-Salaam (Tanzanie), leur avion n’obtient pas l’autorisation de poursuivre sa route vers Madagascar, à la suite d’une discrète mais efficace intervention du Quai d’Orsay. Bloqué, le Falcon n’a plus qu’à faire demi-tour. Les autorités françaises sont au courant de l’expédition depuis le début. Dès leur embarquement sur l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), les mercenaires étaient surveillés par la DPSD (Direction de la protection et de la sécurité de la défense, ex-Sécurité militaire), qui les aurait même filmés.

Gros chèque. A leur retour à Lyon-Satolas, le 20 juin au matin, un comité d’accueil des « Services » les attend pour « leur remonter les bretelles », selon un proche du dossier. « Nos hommes ont été débriefés », confirme Luc Marquès. Ils repartiront libres, n’ayant commis aucune infraction au regard du droit français. Et avec un gros chèque en poche. « Marquès sait se montrer grand seigneur ! », ajoute la même source. « Il n’y aura pas d’épisode n° 2 », confie le patron de l’APIS, quelques jours après le retour de Ratsiraka en France. D’autant que les troupes loyales à son rival Ravalomanana ont entre-temps pris le contrôle de l’ensemble de l’île... Et que le nouveau Président est désormais reconnu par Paris, Londres et Washington. « Nous avons voulu faire un exemple », explique le porte-parole du Quai d’Orsay, François Rivasseau. « Ces expéditions de zozos ne servent plus à rien », juge pour sa part un professionnel du renseignement.

http://www.malagasy.org/article.php3?id_article=525

 

 

Oléoduc contesté, mais protégé
Même le Washington Post, jadis partisan du pipeline Tchad-Cameroun, vient de changer de position (08/12/2000) en constatant
qu’Idriss Déby s’est servi des royalties pour acheter des armes.
Cela n’empêche pas les constructeurs de recruter des services de sécurité très branchés. Bouygues et Cie ont retenu la
société Geos, matrice du futur mercenariat français “officieux” (à l’instar de MPRI aux USA). Y officie l’ancien patron du
renseignement militaire (DRM), Jean Heinrich. La firme Spie a eu recours aux services de PHL Consultants, de l’exsupergendarme
Philippe Legorjus. Bolloré étrenne un nouveau venu, Sécurité sans frontières, dont le conseil de surveillance est
présidé par… son “Monsieur Afrique”, Michel Roussin – ex-n° 2 de la DGSE. Idriss Déby, enfin, a embauché pour surveiller le
tronçon tchadien un ex-capitaine de la DPSD (Sécurité militaire)… (La Lettre du Continent, 16 et 30/11/2000).

 

 

L'affaire Moigne met en lumière certaines pratiques d'officines privées (LEMONDE)

L'affaire Moigne met en lumière certaines pratiques d'officines privées

L'enquête sur les malversations du commissaire Patrick Moigne, mis en examen vendredi 14 mars pour avoir monnayé des informations confidentielles à des tiers, met en lumière le rôle et les pratiques d'officines privées de renseignement. Le chef de la brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP) de la police judiciaire de Paris aurait ainsi vendu des informations relatives au groupe pétrolier Total à une société d'"intelligence économique". Un secteur où le ministère de l'intérieur a prévu de faire le ménage, dans la future loi d'orientation et de programmation sur la sécurité intérieure, en introduisant des contrôles plus stricts.

Les policiers ont un nom pour désigner la vente de ces informations qui passent par le privé : la "tricoche". Dans le dossier Moigne, le commanditaire s'appelle Jacques Leroy, à la tête de sa propre société, JLR Conseil. Ce dernier a reconnu, lors de ses auditions, avoir eu "connaissance de futures opérations de police et de futures gardes à vue dans au moins une affaire sensible" et cité Total, selon une information confirmée par le parquet de Paris. Le groupe pétrolier, qui s'est refusé à tout commentaire, fait l'objet de plusieurs informations judiciaires, notamment pour la corruption présumée de fonctionnaires étrangers en Irak dans le cadre de l'opération "pétrole contre nourriture", mais aussi dans deux autres affaires en Iran et au Cameroun. Or le premier dossier est suivi par la brigade financière et les autres par la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), qui font toutes deux partie, avec la BFMP, du pôle financier de la PJ de Paris, où M. Moigne travaillait.

Jacques Leroy est lui-même un ancien policier de la brigade financière de Paris. Mis en examen pour "corruption active d'une personne dépositaire de l'autorité publique" et interpellé en même temps que M. Moigne, le 13 mars, c'est un proche de Philippe Legorjus, ancien chef du GIGN. Les enquêteurs s'intéressent de près à l'ancien gendarme qui avait créé, après son départ de l'armée, en 1995, la société Atlantic Intelligence. Cette entreprise de renseignements privés devenue leader sur son marché, a eu, parmi ses premiers clients, Total et a employé M. Leroy. Lors de l'audition de ce dernier par les enquêteurs, le nom de M. Legorjus ainsi que celui d'une de ses plus fidèles collaboratrices ont été cités.

M. Legorjus a lui-même recruté en 2004 Jacques Leroy, qui a quitté Atlantic Intelligence en 2006 tout en continuant à travailler pour elle, en sous-traitance, via sa propre société. Aujourd'hui, l'ancien gendarme ne dirige plus Atlantic Intelligence, qui a changé de nom pour devenir Risk & Co. Même s'il en contrôle toujours un tiers des parts, il a été poussé vers la sortie par Bruno Delamotte, propriétaire de la société BD Consultant avec laquelle il avait fusionné. "Je ne connais absolument pas Patrick Moigne et le seul gestionnaire de Total depuis deux ans, c'est Delamotte", affirme M. Legorjus.

Entre les deux hommes, les relations se sont dégradées au point que Bruno Delamotte n'hésite pas à dire qu'"un vrai ménage a été fait". "Nous avons signé un protocole d'accord pour racheter les parts de M. Legorjus suite à des divergences stratégiques et parce que nous n'étions pas d'accord sur les méthodes et les pratiques", dit-il, tout en confirmant avoir toujours pour client Total, sur la "sécurité de projets au Yémen et au Niger".

Ce n'est pas la première fois que des officines privées "d'intelligence économique" font parler d'elles. Sous cette appellation floue, qui désigne pour l'essentiel la collecte d'informations sensibles mais aussi, de plus en plus, la sécurité des entreprises à l'étranger, tout un marché s'est développé. Il est devenu le premier secteur de reconversion de policiers et de gendarmes, voire des anciens du RAID ou de la DGSE, "chassés" pour leur savoir-faire en matière d'investigation et surtout leur carnet d'adresses. Le groupe Geos - qui n'est en rien soupçonné de malversations -, par exemple, s'est attaché les services de plusieurs anciens fonctionnaires, dont l'ex-patron de la DST, Louis Caprioli, comme "conseiller spécial". M. Delamotte a travaillé deux ans au secrétariat général de la défense (SGDN) où ce civil était chargé des questions de blanchiment d'argent.

Face à ces liaisons parfois dangereuses, la sous-direction des affaires économiques de la PJ de Paris tente de se protéger. Son directeur, Patrick Hefner, émet un avis défavorable chaque fois qu'un ancien de la maison lui fait part d'une demande d'agrément transmise à la préfecture de police pour ouvrir une de ces officines. Depuis un an, assure un policier, les locaux du pôle financier sont interdits aux "retraités" et toutes les informations demandées à la brigade financière et de la BRDE sont consignées sur un registre.

Isabelle Mandraud

 

 

18:07 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Duck and Cover

 

10:59 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu