Les représentants de la SNCF au conseil d'administration d'Eurostar ont démissionné vendredi 3 décembre, quelques heures avant la signature du contrat controversé d'achat de nouveaux trains à Siemens.
C'est ce que révèle le Financial Times, qui indique que les représentants de la SNCF, Barbara Dalibard et Dominique Thillaud, ont démissionné alors qu'Eurostar, filiale de la SNCF à 55%, allait signer l'achat de dix trains à grande vitesse au groupe allemand pour quelque 600 millions d'euros.
Eurostar avait annoncé début octobre cette commande de matériel livrable en 2014, en anticipant une révision annoncée des règles de sécurité.
Le problème porte surtout sur la motorisation répartie le long des rames de Siemens, ce qui permet de gagner de la place, mais augmente aussi les risques d'incendie selon ses détracteurs.

Plainte devant la justice britannique

La société qui effectue la liaison ferroviaire dans le tunnel sous la Manche s'est immédiatement attiré les foudres du français Alstom -candidat malheureux et jusqu'à présent fournisseur exclusif du groupe SNCF en trains à grande vitesse- et du gouvernement français, qui a mis la SNCF sous pression.
La commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale a même voté une motion demandant au gouvernement de refuser d'étudier toute homologation des nouveaux trains tant que le contrat ne serait pas annulé.
Alstom a déposé une plainte devant la justice britannique et devant la Commission européenne pour obtenir la suspension de l'appel d'offres au terme duquel Siemens a remporté la mise.