Avertir le modérateur

11/05/2010

Charlton Heston plébicite la censure de Cop Killer

20:14 | Lien permanent | Commentaires (0) |

05/05/2010

La police détruit un café à Exarcheia - 05/05/2010

War-Zone Athens: three people dead, many buildings burning as general strike march turns into a battle

Three people have suffocated to death as a result of a fire in Marfin Bank during ongoing battles between anti-measure protesters and police in Athens.

The Athens protest march marking the zenith of the general strike called for the 5th of May was attended by an approximate 200,000 (20,000 which is the foreign broadcast number referring to the PAME march alone), although because of lack of media coverage due to the media participation in the general strike no concrete estimates can be made. After the PAME (Communist Party union) protesters left Syntagma square, the first lines of the main march started arriving before the Parliament with the first clashes erupting at the end of Stadiou street. The march then walked on the Unknown Soldier grounds leading the Presidential Guard to retreat, and attempted to storm the Parliament but was pushed back by riot police forces which today demonstrated a particularly staunch attitude and resolve against the demonstrators. Soon battles erupted around the Parliament with protesters throwing Molotov cocktails and rocks, with one riot police armored van torched, and the police responding by extended use of tear gas that soon made Athens’ atmosphere unbearably acrid. As more blocks reached Syntagma square, the battles spread across the city center and lasted for more than five hours.

During the clashes several state buildings were set ablaze including the County Headquarters of Attika. At the time of writing the Ministry of Finance is reported to be on fire, and vital tax documents as destroyed by the raging fire. However the strange thing is that it is the fourth floor of the building that is burning, at a height inapproachable to petrol bombs. The building is in danger of total collapse.

According to news reports that began at 14:00 Greek time after, under pressure by the events, most radio and TV stations decided to break their strike, claim that the fire at Marfin Bank’s Stadiou street branch that has led to the death of three workers (one a pregnant woman) was started by protesters. However this remains an unsubstantiated claim. A similar case three decades ago had originally put the blame for the fire at Kappa-Marousi building on Panepistimiou street, leading to the death of several people inside, to anarchists, while its was later proved the fire was caused by tear gas fired by the police.

A video of the fire-brigade trying to evacuate the building can be seen in http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/europe/8661385.stm

After the tragic death of the three workers made the round of Athens, new clashes started to spread in the Greek capital, with a large crowd gathered outside the burned bank when Marfin's boss tried to visit the site. Clashes broke out between the crowd and police when the former attacked the bank magnate accusing him of forcing the dead workers to scab on a general strike and locking them in the building despite them demanding to evacuate it since 12:00.

In Parliament the Communist Party of Greece has accused the government for the deaths, claiming it was a result of agents provocateur fascist groups. The claims of the Communist Party are based on the fact that 50 fascists tried to enter the PAME demo bearing the flags of the union earlier in the morning. The fascists were spotted, chased and sought refuge behind riot police lines. Accusing the extreme-right as being behind the deaths, the Coalition of Radical Left has declared in Parliament that the government cannot pretend to be in grief for the loss of life, as it has been attacking human life by all means possible.

Meanwhile, extended clashes broke out in Salonika where approximately 50,000 people marched destroying dozens of banks and corporate shops in Greece’s second largest city. Clashes with the police continued for several hours. According to news broadcasts anarchist have occupied the Labour Center of the city.

In Patras, around 20,000 protesters were joined by tractor drivers and garbage truck drivers on their vehicles, as flaming barricades were erected along central streets of the city and clashes developed between protestors and the police.

In Ioannina the protesters attacked banks and corporate shops leading to extended use of chemicals by the police. In Heraklion, 10,000 people are reported as marching against the measures. In Corfu, protesters taking part in the anti-measures march occupied the County Headquarters. Protesters have occupied the Administrative Headquarters of Naxos and the City Hall of Naoussa.

As a result of the Athens riots, the police have cordoned off the entire center of the city, erecting check points of entry and exit, while all police work permits have been recalled. At the time of writing battles continue to rage in the inner city, while news broadcasts claim the police is mobilising its forces to storm an anarchist squat in Exarcheia.

Article de Libcom.org - 05/05/2010

22:36 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/05/2010

Agent orange, la guerre sans fin

 

    



Les victimes vietnamiennes de l'agent orange/dioxine ne baissent
pas les bras
- 14/04/2010


Deux représentants des
victimes vietnamiennes de l'agent orange/dioxine que sont Nguyên Thi
Hiên, présidente de l'Association des victimes de l'agent
orange/dioxine de Dà Nang, et Pham Thê Minh (Hai Phong), doivent se
rendre le 14 avril aux États-Unis afin de poursuivre leur demande pour
que justice soit faite.




L'information
a été donnée mardi par l'association en question, lors d'une rencontre
des victimes de l'agent orange avant leur départ. Ce voyage se
poursuivra jusqu'au 16 mai, avec des escales dans les principales
villes des États-Unis comme Los Angeles, Chicago, Atlanta, Washington...

Selon
Nguyên Van Rinh, président de l'Association des victimes vietnamiennes
de l'agent orange/dioxine, ce voyage -le 5e depuis 2005- rendu possible
grâce à l'invitation du Comité américain de mobilisation du secours et
de la responsabilité pour les victimes vietnamiennes ainsi que de
l'Association des vétérans de guerre pour la paix, vise à appeler le
soutien de l'opinion des États-Unis, ce tout en renforçant les
relations d'amitié entre les peuples des 2 pays.

Lors de ce
voyage, la délégation vietnamienne rencontrera la communauté des
vétérans de guerre, des étudiants, des organisations religieuses, des Viêt kiêu pour
les informer de la situation des victimes vietnamiennes de l'agent
orange/dioxine et pour étudier le combat des victimes américaines de ce
produit toxique... Le 18 avril, la délégation vietnamienne et les amis
américains seront directement confrontés aux compagnies de produits
chimiques qui ont fabriqué ces défoliants utilisés pendant la guerre au
Vietnam, telles Dow ou encore Monsanto.

Le vice-président,
secrétaire général de l'Association des victimes vietnamiennes de
l'agent orange/dioxine, Trân Xuân Thu, a fait savoir qu'après ce
voyage, une délégation de responsables de l'association se rendrait aux
États-Unis pour demander justice. Cette année, elle envisage de
préparer un nouveau procès aux États-Unis, qui devrait débuter en 2011.


Construction d'une zone de vestiges de la guerre chimique

La
plupart des scientifiques et des cadres gestionnaires des branches
compétentes et des localités de Hanoi, Quang Tri, Dông Nai et Hô Chi
Minh-Ville ont proposé, à l'issue d'une récente conférence organisée au
bourg d'A Luoi, province de Thua Thiên-Huê (Centre), de construire
rapidement une zone de vestiges de la guerre chimique au Vietnam. Ils
ont également parlé du projet de planification de la zone de vestiges
de la guerre chimique à Quang Tri, A Luoi, ou Ma Dà-Dông Nai.


Huong Linh/CVN (14/04/2010)
Le Courrier du Viet-Nam

11:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/04/2010

Jacques Prévert - Citroën

« Un poème de Prevert composé lors de la grève des travailleurs de Citröen en 1933. Alors que la société est bénéficiaire et que l’usine mère de Javel était remise à neuf afin d’en faire "la plus belle du monde", l’entreprise annonce une baisse de 18 à 20% des salaires. Les ouvriers de CITROËN se mettent en grève et plus tard s’allient avec leurs camarades de RENAULT. La repression sera violente et donnera lieu à des centaines d’arrestations et de lourdes peines de prisons. CITROËN finira par abandonné son projet de baisse de salaire. Le mouvements forcera l’entreprise RENAULT à abandonner les projets similaires qu’elle prévoyait.

 

 

 

Citroën

À la porte des maisons closes C’est une petite lueur qui luit… Mais sur Paris endormi, une grande lumière s’étale : Une grande lumière grimpe sur la tour, Une lumière toute crue. C’est la lanterne du bordel capitaliste, Avec le nom du tôlier qui brille dans la nuit.

Citroën ! Citroën !

C’est le nom d’un petit homme, Un petit homme avec des chiffres dans la tête, Un petit homme avec un sale regard derrière son lorgnon, Un petit homme qui ne connaît qu’une seule chanson, Toujours la même.

Bénéfices nets… Millions… Millions…

Une chanson avec des chiffres qui tournent en rond, 500 voitures, 600 voitures par jour. Trottinettes, caravanes, expéditions, auto-chenilles, camions…

Bénéfices nets… Millions… Millions…Citron… Citron

Et le voilà qui se promène à Deauville, Le voilà à Cannes qui sort du Casino

Le voilà à Nice qui fait le beau Sur la promenade des Anglais avec un petit veston clair, Beau temps aujourd’hui ! le voilà qui se promène qui prend l’air,

Il prend l’air des ouvriers, il leur prend l’air, le temps, la vie Et quand il y en a un qui crache ses poumons dans l’atelier, Ses poumons abîmés par le sable et les acides, il lui refuse Une bouteille de lait. Qu’est-ce que ça peut bien lui foutre, Une bouteille de lait ? Il n’est pas laitier… Il est Citroën.

Il a son nom sur la tour, il a des colonels sous ses ordres. Des colonels gratte-papier, garde-chiourme, espions. Des journalistes mangent dans sa main. Le préfet de police rampe sous son paillasson.

Citron ?… Citron ?… Millions… Millions…

Et si le chiffre d’affaires vient à baisser, pour que malgré tout Les bénéfices ne diminuent pas, il suffit d’augmenter la cadence et de Baisser les salaires des ouvriers

Baisser les salaires

Mais ceux qu’on a trop longtemps tondus en caniches, Ceux-là gardent encore une mâchoire de loup Pour mordre, pour se défendre, pour attaquer, Pour faire la grève… La grève…

Vive la grève !

Jacques Prévert

Vidéo prise chez Voix de faits, poème trouvé sur le net

08:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/04/2010

Miguel Benasayag - «Légitimité de la lutte armée»

Retour sur une réponse à "Mais le sang a coulé" lors de l'entretien-débat de la projection de "Ni vieux Ni traîtres"

 

Entretien avec Miguel Benasayag, psychanalyste et philosophe, sur le thème de « la légitimité de la lutte armée »

Réalisé en février 2010 dans le cadre de la campagne 2010 pour la libération des prisonniers d'Action directe.


Miguel Benasayag - «Légitimité de la lutte armée» - I sur II

Deuxième partie :


Miguel Benasayag - «Légitimité de la lutte armée» - II

Le film-documentaire "Ni vieux Ni traîtres" est à voir (avec beaucoup d'autres choses) chez le Jura Libertaire : Ni vieux Ni traîtres (2006)

07:35 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/04/2010

CRASS - There Is No Authority But Yourself

 

 

There is No Authority But Yourself is a Dutch film documenting the history of anarchist punk band Crass. The 'anarcho-punk' band Crass never compromised, was very political and never had faked some sort of appearance. They were honest. Real. And extremely popular. Some of the members are still living together in Dial House, a quiet place in the countryside just outside London. 'Permaculture' workshops ('living ecologically and sustainable') are organized there. Penny Rimbaud (drummer) en Gee Vaucher (art works) are still living up to Crass' ideals. They are trying to live an authentic life 'outside the framework'.

 


00:08 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/04/2010

Manifestation anti-carcérale du 28 mars 2010 - Le traquenard ?


manifestation 28 mars 2010 paris contre les prisons
envoyé par wanof. - L'info video en direct.

Dimanche 28 mars 2010 vers 17h30 à l'angle du boulevard saint Jacques et de la rue de la santé dans Paris devait avoir lieu une manifestation PACIFIQUE et FESTIVE avec un concert en plein air sur un joli camion et de la bonne musique pour égayer ce beau jour printanier.
et là, quelle fut notre surprise lorsque nous sommes arrivés sur les lieux! de voir une centaine de camionnettes, de camions de police et de CRS en tout genre avec les hommes en bleus qui vont avec dans tout le quartier !
pourquoi un tel déploiement des forces de l'ordre et la privation de liberté de tous les manifestants bloqués entre les lignes de CRS avant d'être embarqués !?
cette vidéo justifierait elle tout ça !?
http://probe.20minutes-blogs.fr/archive/2010/03/31/video-manif-anticarcerale-prison-de-la-sante-du-28-mars-2010.html

wanof

 

Nous aurait-t-on fait une niche ?

11:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/04/2010

Luc Bronner : « Une guerre totale » - Maintien de l’ordre et urbanisme


Il y a le maintien de l’ordre visible (les CRS, les nouvelles armes, le Flash Ball) et il y a l’invisible. Quand la police joue les barons Haussman des années 2010. Sauf que ce n’est plus la carte de Paris qu’on redessine, mais celle de certaines banlieues. Luc Bronner, auteur de « La Loi du Ghetto » décrypte la « prévention situationnelle ». Interview vidéo.

Depuis quatre années, le journaliste Luc Bronner arpente un secteur à part. Une sorte de sous monde dans le monde, un univers avec ses codes propres, ses zones de non droits (Bronner insiste, à raison, sur le « s » à droits). Dans son nouveau livre, l’ancien lauréat du prix Albert Londres qualifie les lieux de « désert journalistique ». C’est un endroit avec ses « hiérarchies invisibles », avec ses guerres sans nom, sans fin, et ses déshérences. Bronner appelle les lieux comme il se doit : « la loi du ghetto ». Depuis quatre années, Luc Bronner, pour Le Monde, fait ce que tout le petit monde des grands médias a lâché, ou presque [1] : les banlieues françaises. Son travail est plus qu’utile. Il est rare.

Et c’est probablement cette rareté qui donne à « la loi du ghetto » un arrière goût de testament. Le testament d’un truc, la banlieue, qui n’en finirait pas d’agonir, mais qui se réveille, souvent, toujours, à la dernière minute. L’inventaire des lieux, des liens, et des enjeux, est implacable. Une ombre plane et ouvre tous les chapitres : Sarkozy. Le ministre 1 de l’Intérieur. Puis le ministre 2 de l’Intérieur. Puis le Président de l’Intérieur. Qui répète et se répète les mêmes histoires, les mêmes tourments, d’années en impuissances, d’impuissances en reniements. Mais l’on sent bien que ce Sarko cache la forêt : de droite, de gauche. Page 152 du livre, c’est la phrase clé : « là réside le paradoxe de la politique de la ville française. Le refus officiel de tout “communautarisme” et la mise en avant volontariste de la “mixité sociale”. Mais des pratiques aux antipodes ».

Puis l’on tombe sur les p.222-225. En arrêt. Ce sont celles sur la «  guerre totale », écrit Bronner, celles de l’ « intervention directe [par la police] sur l’urbanisme des cités ». Cela s’appelle la «  prévention situationnelle ».


Maintien de l'ordre et urbanisme
envoyé par davduf. - L'actualité du moment en vidéo.

Depuis 2007, dans le sillage des émeutes de 2005, la loi de prévention de la délinquance a en effet doté les forces de l’ordre d’une nouvelle mission : multiplier les «  études de sécurité » de certains quartiers et les consignes concrètes dans les plans de réaménagement des cités. Et Luc Bronner de détailler les « cahiers de recommandations » transmis aux responsables de la rénovation urbaine : « ne plus autoriser la construction de dalles d’où des émeutiers pourraient lancer des projectiles. Installer des plots en béton devant les sites sensibles, comme les commissariats, ou susceptibles d’être attaqués par une voiture bélier, comme les commerces. Faire disparaître les auvents devant les halls d’immeubles pour éviter que les jeunes s’y regroupent à l’abri des intempéries. Supprimer les passerelles qui peuvent être utilisées par des jeunes pour viser des véhicules de police. Modifier els itinéraires de circulation pour favoriser une intervention plus rapide des forces de l’ordre. Eliminer ce que les experts appellent des “ dents creuses ” (…) L’administration va même jusqu’à donner des indications sur l’intensité minimale de l’éclairage : 22 lux en extérieur, 40 voire 80 lux pour un parking ».

Le livre de Bronner est de (cette) trempe là. Truffé d’informations, prises au pouvoir comme aux dealers, aux habitants comme aux penseurs. De temps en temps, l’auteur se risque au « je ». Et c’est tant mieux. Il raconte ses situations, ses angoisses. Et l’on devine que sa peur physique, au cœur de certaines émeutes, n’est parfois rien comparée à ses peurs morales : à quoi joue-t-on avec NOS ghettos ? De quoi détournons-nous NOS regards ? semble demander sans cesse Luc Bronner.

Pour le reste, ce petit point pour évacuer les suspicions de copinages : à plusieurs reprises, Luc Bronner cite dans son livre l’un de mes ouvrages. Nous ne nous étions jamais rencontrés avec cette interview vidéo, filmée en mars 2010, dans une brasserie de la Gare du Nord à Paris. L’idée, ici, n’est pas de renvoyer un quelconque ascenseur (social-en-panne ou pas), juste de souligner un petit moment qui fait plaisir à lire : le sentiment diffus que quelqu’un a repris le travail là où vous l’aviez laissé. Qu’en disséquant l’invisible, vous comprenez mieux le visible.

JPEG - 1.2 Mo
scorched car in Paris suburb november 2005
(cc) Alain Bachellier

Notes

[1] Je pense à Stéphanie Binet, par exemple, de Libération ou au quinzomadaire Le Tigre


mercredi 7 avril 2010, par davduf


17:55 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/04/2010

Kuhle Wampe, oder : Wem gehört die Welt ?

00:38 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/03/2010

Vidéo Manif anticarcérale Prison de la Santé du 28 mars 2010

prise chez Indy

Les images vidéo de la manif que j’ai filmée (Debbio) jusqu’à 17H15, avant les interpellations, mais déjà encerclée par les CRS.


Manif devant la prison de la Santé : 110 arrestations

10:33 | Lien permanent | Commentaires (2) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu