Avertir le modérateur

09/03/2011

Message Tantrique

SI_ma_mère_en_avait.jpeg

16:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/02/2011

Gianfranco Ragona – Le pacifisme anarchiste de Gustav Landauer - 2006

extrait :

Chacun, selon lui, porte en soi un savoir transmis par les générations précédentes et appartenant à l’espèce : « Les personnes ne réussissent pas à penser leurs idées, elles cachent en elles-mêmes des connaissances infinies et une secrète sagesse, mais elles ne réussissent pas à les mettre en œuvre. [18] » Dans ce savoir générique se retrouve le désir de paix, écrasé par la société capitaliste moderne et par l’État, puisque les travailleurs ne sont plus en état d’agir de manière autonome et d’affirmer leurs intérêts et leurs valeurs. De façon critique envers la politique, il situa la cause de cette situation dans la séparation entre travail manuel et travail intellectuel ; elle a pour conséquence que la majeure partie du peuple ne peut plus réfléchir à l’intérêt général :
« Les ouvriers pensent lentement ; chez leurs parents on pensait avec lenteur et l’école ne les a pas améliorés, elle ne les a pas entraînés. Leur pensée est restée emprisonnée et ils ont toujours jugé favorablement la possibilité d’attribuer à d’autres la tâche de penser à leur place. Ceci, seulement ceci, est la cause du malheur dont nous parlons : le système de la délégation ! »

 

à lire chez Espace contre Ciment

 

12:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/12/2010

Le cracheur de feu

http://www.lavieengris.com/wp-content/uploads/2007/02/lecracheur.jpg

12:17 | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/12/2010

[La Fabrique Infos] - Les Amis de la Commune de Tarnac

Bonjour!


Nous ne vous écrivons pas, aujourd'hui, pour vous entretenir des obscurs dédales de procédure dans lesquels la justice s'attache à enfermer certains d'entre nous, et dont nous essayons encore de les sortir. Nous vous écrivons dans une perspective nettement plus joyeuse : ce que nous avons commencé à construire, depuis plusieurs années, sur le plateau de Millevaches.

Si nous nous sommes installés à Tarnac, c'est bien sûr pour la vieille tradition de résistance à l'autorité centrale, d'entraide populaire, de communisme rural qui y survivait. Notre idée n'a jamais été de nous y réfugier, mais au contraire de nous y regrouper pour y élaborer d'autres rapports sociaux, y rendre vivables d'autres rapports au monde que ceux qui dominent, et précisément dévastent le monde.

Nous imaginions des communes qui se répartissent les cultures élémentaires et se partagent lors de fêtes mémorables les récoltes selon leurs besoins, des garages collectifs, des camions sillonnant le plateau pour apporter à ceux qui ne peuvent se déplacer le ravitaillement nécessaire, des discussions de bar plus pointues qu'un séminaire à la fac, une laiterie commune qui fournirait à tous le lait à prix coûtant, bref : tout un territoire qui s'affranchit peu à peu du recours à l'argent, à la police, à l'Etat.

L'offensive policière qui nous a frappés visait, entre autres choses, à détruire l'expérience qui commence à prendre racine ici, à trancher les liens qui nous unissent et nous unissent aux autres habitants du plateau : isoler pour mieux anéantir. Non seulement l'opération n'a pas rencontré le succès escompté, mais elle a eu l'effet exactement inverse. La solidarité qui s'est exprimée ici a dépassé tout espoir raisonnable. Grâce au soutien de tant d'inconnus aux quatre coins de la France et du monde, grâce à votre soutien donc, nous avons pu traverser l'épreuve qui devait nous pulvériser. Ce plateau qu'il s'agissait de nettoyer de toute dissidence finit par l'attirer comme magnétiquement. Quant à nous, tout cela n'a fait que tremper un peu plus notre détermination, et nous attacher un peu plus fermement à réaliser nos perspectives initiales. Le bar-épicerie est toujours là. La ferme du Goutailloux voit paisiblement croître son troupeau et ses cultures communes. Une assemblée populaire a même vu le jour sur le plateau afin d'intervenir et d'appuyer le dernier mouvement contre la réforme des retraites; et elle est intervenue.

(la suite à lire en pièce jointe)


--
Des Amis de la Commune de Tarnac
act@boum.org

courriel du 09/12/2010

 

Lien vers doc pdf : ACT.pdf

 

15:05 | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/10/2010

Rebetiko n° 7 - Raisons de retraite : trop énervés pour se défiler

rebetiko72.png

distibué dans les manifs

19:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/09/2010

Benzodiazépines - Ordonnances pour le contrôle social

http://www.foulmouthshirts.com/T_SHIRT_D/thumbnails/bigROHYPNOL3.jpg

 

Extrait de BENZODIAZÉPINES psydoc-fr.broca.inserm.fr

 

Dans le contexte actuel, la France fait partie des pays les plus médicalisé. La prescription des médicaments au cabinet du médecin généraliste dépasse le pourcentage de tous les autres pays industrialisés. Plus des trois quarts des médecins qui voient des toxicomanes déclarent leur prescrire des médicaments. On note de même une augmentation nette des posologies quotidiennes des benzodiazépines - Tranxène® 50, Rohypnol® - constat qui vient de confirmer la place importante que les prescription médicamenteuses jouent dans la pérennisation ou l’entretien des " béquilles chimiques ". Les quantités journalières prescrites dépassent souvent les posologies habituelles : (Tranxène® 50, posologies variant de 1 à 8 comprimés,    Rohypnol®,  2 à 4 comprimés par jour, Lexomil® de 1 à 6 comprimés par jour).

 

Le Rohypnol® (flunitrazépam) est une benzodiazépine utilisée dans plusieurs pays pour le traitement de l'insomnie. Sa vente n'est pas permise au Canada et aux Etats-Unis, mais on la retrouve sur le marché noir (il arrive souvent par les filières mexicaines). Le produit est absorbé rapidement par voie orale (on peut aussi l'ingérer par inhalation). La sédation survient après 20 à 30 minutes. Les effets culminent après 2 heures et persistent pendant 8 heures.

Au début de 1997, les médias nord-américains ont fait une grande publicité au produit, l'associant à des viols commis sur des victimes ayant absorbé le médicament à leur insu, avec de l'alcool (les cambriolages sexuels). Le flunitrazépam possédant des propriétés amnésiantes, la victime éprouvait beaucoup de peine à se souvenir de ce qui lui était arrivé à son réveil. De plus sa présentation était de nature à favoriser de tels débordements ; récemment les laboratoires ont mis sur le marché une nouvelle forme de Rohypnol®, de couleur verte qui colore les boissons dans lequel il est dissout et en réduisant sa posologie (arrêt de la commercialisation des formes de 2 mg).

La meilleure analyse européenne est celle du Dr Marc Jamoulle, spécialiste belge. Selon son analyse la situation au niveau de l’Europe est inquiétante, avec une consommation en forte hausse. L’enquête mené parmi des consommateurs d’héroïne a permis de souligner que presque 60% des dépendants aux opiacés sont des polytoxicomanes, les médicaments détournés d’usage et surtout le Rohypnol® étant incriminé dans plus de la moitié des cas. Les " roches " donnent un état caractéristique, " être en Roche ", état décrit souvent comme une explosion interne. Les " roche-man " ont des passages à l’acte fréquents, suivis d’un état d’amnésie antérograde totale. Il est utilisé de façon intentionnelle comme amnésiant antérograde (notamment par les prostituées et les prisonniers). Le Rohypnol® fait partie actuellement des drogues de rue les plus répandues.

Le tableau peut être d'intensité variable selon la quantité de comprimés ingérée, la potentialisation alcoolique souvent recherchée, le degré de déficience mentale de l'individu, la durée et l'intensité de la toxicomanie. Le Rohypnol® est rapidement toléré. Les doses peuvent atteindre 60 à 80mg/jour. On a rapporté des décès lors de surdoses, particulièrement avec l'ingestion combinée d'alcool.

Le Tranxène® 50 (chlorazépate), est une benzodiazépine souvent rencontrée dans le parcours des toxicomanes. La prise orale de Tranxène® se fait souvent en mélange avec l’alcool et des drogues dures comme l’héroïne. Les effets se font ressentir au bout de 30 à 45 minutes et persistent pendant 6 à 8 heures (effet dose-dépendant). Les réactions adverses sont représentées par une baisse de la tension artérielle, sécheresse des muqueuses, troubles de la vision, états confusionnels. Paradoxalement, l’effet anxiolytique attendu peut être replacé par une levée de l’inhibition – agressivité ou excitabilité. Comme les autres benzodiazépines, l’usage abusif de Tranxène® induit une pharmacodépendance (le sevrage se manifeste alors par céphalées, tension nerveuse, engourdissements des extrémités, et dans les cas extrêmes des crises convulsives). Parmi les effets psychiques redoutables on peut citer des hallucinations, attaques paniques, états confusionnels, des signes d’irritabilité, désorientation temporo-spatiale. Comme pour les autres benzodiazépines, l’arrêt du Tranxène® doit se faire proggressivement, par paliers.

L’Halcion® (triazolam) est une des benzodiazépines qui ont soulevé plusieurs points d’interrogation, surtout sur ces propriétés amnésiantes et sur le développement de la suggestibilité mais aussi sur les manifestations violentes qui résultaient. On a vu des pays qui ont interdit la commercialisation (Grande-Bretagne en 1991) ou des pays qui ont réduit la posologie autorisée et limiter la durée de prescription (maximum deux semaines en France). La soumission des consommateurs a attirée l’attention des spécialistes sur le potentiel infractionnel de son utilisation.

 

L’utilisation des benzodiazépines dans une visée toxicomaniaque est un fait largement constaté au niveau de la France. Le faible coût, la possibilité et la facilité de se procurer une substance psychoactive sous la couverture quasi-constante de la légalité font de cette classe médicamenteuse, le numéro un des médicaments détournés d’usage ; on constate de plus en plus la présence grandissante des mélanges entre les benzodiazépines et les autres drogues, mais aussi des mélanges aussi dangereuses entre les benzo et les produits de substitution opiacés (Subutex). La nécessité de travail en réseau entre les différents partenaires – secteur médico-psychologique, social, justice – est une évidence. La politique de réduction des risques doit tenir compte de cette consommation et offrir des moyens de prévention plus adaptés, à travers des campagnes d’information et sensibilisation auprès des prescripteurs, des usagers et des professionnels des centres de soins.

 

Extrait d'un article de navytimes :

Traduction GoogleTrad-Probe

Les accidents mortels, impliquant essentiellement des médicaments préscrits par ordonnance, surviennent en même temps qu'une augmentation des prescriptions d'ordonnance chez les militaires. De nombreux soldatss prennent plusieurs médicaments en même temps. Les prescriptions d'anxiolitiques et des médicaments psychiatriques ont presque doublé de 2001 à 2009, selon les données de l'Agence Defense Logistics. Et l'armée a indiqué que le montant de prescription de stimulants aux soldats a plus que doublé entre 2006 à 2009.

Les registres de décès montrent les militaires ont signalé au moins 68 morts accidentelles par médicaments en 2009, contre 24 en 2001. Au total, au moins 430 soldats sont morts de la consommation de drogue - ou, dans un petit nombre de cas d'utilisation d'alcool, - au cours de la dernière décennie.

Ces chiffres sont basés sur une analyse des documents militaires par Times sur plus de 14.000 blessés mis à jour par le Centre Defense Manpower Data et fournis en réponse à une requête Freedom of Information Act.

Source :

Rx for death: Troop deaths soar with prescriptions for war wounded

 


09:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/08/2010

Stroszek is dead...

Actualités

Bruno Schleinstein

7 résultats (0,13 secondes)

  1. Bruno S., Street Musician Turned Lead Actor in Herzog Classics ...


    New York Times - Douglas Martin - Il y a 13 heures
    His full name, which he seldom used, was Bruno Schleinstein. He died Wednesday at the age of 78 in Berlin, according to the German Press Agency, ...
  2. Fallece actor alemán Bruno Schleinstein


    El Universal (Venezuela) - Il y a 2 jours
    El actor alemán Bruno Schleinstein que interpretó la película conocida como "El enigma Kaspar Hauser" del cineasta Werner Herzog murió en Berlín a los 78 ...
    Vida y muerte de Bruno S.- Clarín.com
    Autres articles (4) »
  3. Film Schauspieler Bruno Schleinstein gestorben


    FOCUS Online - Il y a 3 jours
    Bruno Schleinstein, Hauptdarsteller in Werner Herzogs Kaspar-Hauser-Film „Jeder für sich und Gott gegen alle“, ist tot. Der Schauspieler, Maler und Musiker ...
    Schauspieler Bruno Schleinstein tot- Kuvi
    Autres articles (17) »
  4. MUBI: Herzog Muse, 'Kaspar Hauser' Star Dead at 78


    Indie Wire (blog) - Il y a 2 jours
    MUBI is reporting that Bruno Schleinstein, the star of Werner Herzog's “The Enigma of Kaspar Hauser” (for which he was credited as Bruno S.), died yesterday ...
  5. Bruno Schleinstein (Geb. 1932)


    Tagesspiegel - Il y a 2 jours
    Bruno S. war sein Künstlername, zu sehen auf einem Filmplakat aus dem Jahr 2003. „The Rise & Fall of the former Werner-Herzog-Star“. ...
  6. Verletzte bei Granatenanschlag in Ruanda


    FOCUS Online - Il y a 3 jours
    Das geht aus einem Gesundheitsbericht hervor, den die Techniker Krankenkasse am Donnerstag vorstellte. zum Artikel Bruno Schleinstein, Hauptdarsteller in ...
  7. Jury will 14 Jahre Haft für Bin Ladens Koch


    FOCUS Online - Il y a 3 jours
    Das geht aus einem Gesundheitsbericht hervor, den die Techniker Krankenkasse am Donnerstag vorstellte. zum Artikel Bruno Schleinstein, Hauptdarsteller in ...

16:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/06/2010

"Qu'est-ce que la démocratie directe ?" - Fabrice Wolff (suite)

 

(PARABASE)

(Ce n'est pas à dire que la "justice démocratique" et les "droits de l'homme" s'imposèrent dès leur entrée en scène dans le spectacle social : à l'époque du triomphe par l'épée de l'Idéal bourgeois, ses adorateurs les plus fervents échouèrent à instituer le culte de la Raison, car c'était tout de même trop paradoxal; les nouveaux maîtres renoncèrent donc à incinérer le cadavre du vieux Dieu-juge omnipotent de Jérusalem - qui pour régner sur Rome avait certes dû tolérer la présence d'un brillant avocat au Tribunal des suppliciés, mais qui n'en avait pas moins persécuté sans pitié jusqu'au dernières adeptes de son plus coriace adversaire, le subversif Satan, que les Athéniens avaient connu et fêté sous le nom de Dionysos ou Sabazios -, et ils le réintronisèrent tant bien que mal dans le ciel nouveau, en ayant pris soin toutefois de le démembrer: réduit à n'être que la pudique vierge Vertu, ou la ferme matrone Morale, aujourd'hui grécisées en Éthique; mais en réalité, la société bourgeoise n'a jamais dédié de coûteuses cérémonies publiques qu'à la stoïque Justice - et aussi, bien sûr, à la virile Nation, ou à son avatar patrie, qui partage un trône qu'elle a souvent tenté d'usurper, bête immonde et insatiable parée de toutes sortes de breloques multicolores, qui exige sans cesse d'effroyables sacrifices humains et digère ses victimes dans des temples géants où, lors de grotesquespalotins.gif cérémonies éjaculatoires rythmées et régulées par les rituels du Sport, elle s'entend louer d'hymnes et de hourras. Les Français, ces incorrigibles utopistes, s'acharnent en vain à recoudre la plaie sanguinolente qui révèle la mutilation originelle de leur Idéal universel, et rêvent depuis Waterloo de refaire leur panache envolé en psalmodiant le mythe gras et libidineux de Marianne, la République modèle, vertueuse "patrie des droits de l'homme" qui arme les tyrans, à prix d'ami, de machettes ou d'uranium. C'est dire que seul Sade, le proscrit, le maudit, l'agitateur qui de la fenêtre de son cachot excitait le peuple de Paris contre la Bastille, l'orateur de l'éphémère embryon de démocratie directe des clubs des faubourgs, pouvait tout de suite arracher le bandeau qui empêche de reconnaître la double identité de la véritable personnification de l'Ideal d'une société schizophrène, et dévoiler Justine, frêle et crédule agnelle partout violée et profanée, qui finit immolée par sa maléfique sœur jumelle, Juliette, cynique, vénale, tortionnaire, empoisonneuse, exterminatrice, adulée en secret dans les alcôves des riches et des puissants. La France réelle ayant finalement fait mauvais accueil à l' Idéal bourgeois, ce dont témoignent les révolutions prolétariennes de 1848 et 1871, ainsi que toute la littérature du XIXe siècle - Balsac, Baudelaire, Lautréamont ou Rimbaud ayant ruiné systématiquement toutes prétentions mythographiques des Guizot, Thiers, Lamartine ou Hugo -, il prit es quartiers dans l'Allemagne piétiste, où Kant avaut été le plus enthousiaste théologien de la Raison, Fichte celui de la Nation, avant que Hegel, le grand abstracteur de quintessence, enseignât l'unité des concepts qui se réalise dans l'État : l'État de droit" étant la justification, la conscience et la limite, en un mot l' Esprit de la "raison d'État", et réciproquement, dans la plus parfaite harmonie, pour les siècles des siècles. A Marx et Engels revient le mérite d'avoir brisé ce cercle enchanté, en enquêtant sur les causes et conséquences de la révolution industrielle, qui réalisait la perfection de l'Idéal en broyant hommes, femmes et enfants dans le chaudron du Progrès de la Civilisation; ils découvrirent ainsi le lien métaphysique qui, au-delà du Bien et du Mal, maintient envers et contre-tout l'unité de la société bourgeoise: le Saint-Esprit du Marché mondial, mystérieuse et insaisissable Économie capitaliste, souveraine [divinité des négriers](en italique), fruit des entrailles des comptoirs coloniaux, qui usurpa à l'agriculture la Corne d'abondance quand elle prouva qu'elle réussissait, dans la cornue infernale des cales des navires faisant "commerce triangulaire", la transsubstantiation de produits manufacturés - armes, alcool et verroterie - en toutes sortes d'exquises denrées exotiques, par la seule magie du sacrifice des Nègres; qui conquit le monde par la force des "accumulations primitives du capital", autrement dit par le pillage, l'escroquerie et l'asservissement généralisés; qui se paya même le luxe d'abolir officiellement l'esclavage, là où les grandes plantations engendraient les usines et les mines où les prolétaires de toutes origines étaient désormais traités à l'égal des esclaves, et où les "Codes noirs", première expression du Droit bourgeois, faisait place aux réglementations du travail; et qui bien sûr a aussi ses Lois, ses temples : les Bourses, ses prêtres : les agioteurs ou [traders](en italique), augures des temps modernes, prédisant les jours fastes et néfastes sur la base de ces infaillibles calculs, aujourd'hui assistés par ordinateur, auxquels ils sont formés dans les meilleurs écoles d'astrologie divinatoire.

(Page 84-88)

 

Fabrice Wolff
Qu’est-ce que la démocratie directe ?

(Manifeste pour une comédie historique)

Editions Antisociales

16:20 | Lien permanent | Commentaires (0) |

26/06/2010

L'arme de la Critique de ta mère ne saurait remplacer la Critique par la Kalach

Ta mère en Kalach

 

 

Une femme apprêtée, colliers de perles et blush rose pétard, qui fusille du regard. Des doigts bagués qui se craquent. Une main délicate qui se crispe sur une Kalachnikov. Et c’est parti, du bon gros stoner balance ses gimmiks menaçants et quatre dames issues des confortables suburbs américains mitraillent, littéralement, le spectateur. Quand Wisteria Lane rencontre Sons of Anarchy, ça envoie le bois.

Peut-être même un peu trop, puisque cette vidéo est une campagne de Amber Watch Alert, qui vise à bannir les armes des foyers US. « Vous n’avez pas besoin d’une arme pour protéger votre enfant » lance la vidéo. Le problème, c’est que le résultat est tellement décalé que ça donnerait presque envie de voir ces dames très distinguées s’emparer de bazookas et de lance-flammes. par Andréa Fradin

 

piqué au tas chez Libération.freuh - 25/06/2010

09:55 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/06/2010

"Qu'est-ce que la démocratie directe ?" - Fabrice Wolff

Déesse des bourgeois, qui lui vouent un culte public auquel personne ne croit plus, issue des fertiles entrailles des Tribunaux révolutionnaires de la Terreur fécondées par le jus romain, accouchée au forceps par un dernier Imperator dont elle fut le seul héritage, la justice moderne dite "démocratique" - dont le cœur d'arbitraire magique devient chaque jour plus visible, avec par exemple l'ordalie par l'ADN, ou la nouvelle Inquisition "antiterroriste" qui subordonne la preuve par le fait à la preuve par la parolepalotins.gif (l'aveu ou l'annonce) - est, plus profondément encore que ses grossières caricatures bureaucratiques "marxistes-léninistes" (la "justice révolutionnaire" des Vychinski ou des Che Guevara), un spectacle de l'idéologie dominante, autrement dit une représentation mythologique, une mascarade par laquelle les rapports de domination existants sont chaque fois réaffirmés et remaquillés, "rechargés" du fluide efficace de l'Idéal. La "magistrature" moderne n'est de ce point de vue rien de mieux qu'une envahissante caste sacerdotale, initiée aux minutieux rituels du "Droit" et aux impénétrables arcanes de la "jurisprudence", organisatrice des cérémonies purificatoires par lesquelles l'oligarchie régnante sacralise toutes ses directives publiques, ainsi que toutes les punitions qui frappent ceux qui ne s'y conforment pas, au nom de la principale image que la bourgeoisie aime à donner à voir de sa propre souveraineté : la Justice, divinité vengeresse des contrats écrits - donc avant tout de la petite propriété -, avec sa balance de boutiquière, son hypocrite Credo étroitement communautaire : "J'ai confiance en la justice de mon pays", son décalogue : la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen. Dans une démocratie directe, au contraire, la "justice" étant en mesure de s'émanciper de tout idéalisme, tend à se dépouiller de son caractère primitif d'arbitrage sacré pour n'être plus comprise que dans sa signification concrète d'institution chargée d'arbitrer en dernière instance les désaccords et les conflits, et devenir ainsi la pierre de faîte institutionnelle d'une société fondée sur la raison humaine, d'où sont par conséquent bannis magistrature, droit, jurisprudence et tout le bataclan.

 

(Pages 84-85)

 

 

Fabrice Wolff
Qu’est-ce que la démocratie directe ?

(Manifeste pour une comédie historique)

 

 

00:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu