Avertir le modérateur

18/04/2010

Mort d'un ado afghan de 16 ans en tentant le passage

 

Loon Plage, près de Dunkerque, selon une personne de Salam:

 

Ramahdin était afghan et il avait 16 ans . Il a trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche en tentant de passer en angleterre. Caché sous un camion qui montait sur le ferry boat de Loon Plage pour rejoindre son eldorado. Un contrôle de police d'après le camarade qui était avec lui et il  a perdu la vie sous les roues du semi remorque. Personne n'en a parlé, la presse n'était pas au courant. La mort d'un jeune de 16 ans est-elle si banale que ça?

Nous étions plusieurs à le connaitre puisqu'il était allé avec son cousin à Bailleul pour une convalescence, deux gentils garçons d'ailleurs.

Qu'en est-il actuellement? Le corps serait rapatrié en afghanistan via l'ambassade.

Combien devra -t-il  encore y avoir de morts ? "

http://permalink.gmane.org/gmane.politics.activism.zpajol/26151

17:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

16/04/2010

Grèce: les anarchistes contre-attaquent après les dernières opérations policières - Creta TV occupée

 

Les anarchistes grecs ont lancé une véritable offensive contre les arrestations des présumés membres de l'organisation armée "Lutte Révolutionnaire", "victimes" d'une campagne contre le mouvement révolutionnaire et antiautoritaire.

Athènes, 15 avril.- Après une série d'attaques sans victimes à l'engin incendiaire à Salonique et à Athènes dans les dernières quarante-huit heures, des groupes d'anarchistes ont occupé aujourd'hui les locaux du gouvernement Pasok à Héraklion en Crète, après qu'hier ils eurent fait de même à la principale chaine de TV de l'île afin de transmettre une déclaration sur les arrestations. La police a poursuivi aujourd'hui une grande opération qui a mené à l'arrestation de 6 personnes, dont trois ont déjà été inculpées, soupçonnées d'être membres de la principale organisation insurrectionnaliste (sic), "Lutte Révolutionnaire", et quatre autres qui appartiendraient à un autre groupe armé plutôt actif, les "Cellules de feu". Les agents ont aussi saisi du matériel explosif et de la documentation sur "Lutte Révolutionnaire", sur ses préparatifs pour un nouvel attentat imminent. Dans une déclaration diffusée sur internet les anarchistes affirment que les personnes arrêtées sont "des combattants, non des terroristes". Et de dénoncer "la junte socialiste au pouvoir en Grèce", qui comme "les autres dictatures", fait coïncider l'opération policière avec le prochain recourt au FMI, affirmant que les preuves contre eux sont fabriquées de toute pièce dans le cadre d'une grande campagne contre le mouvement anarchiste et révolutionnaire.

Source: ansa (agence de presse), 15.04.10 Trad. Informa-Azione.

Liens:: http://www.informa-azione.info/grecia_anarchici_all039a.....

IndymédiaNantes vendredi 16 avril 2010 - 15:29

23:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

15/04/2010

Démission de Benoît Genuini, médiateur du Pôle Emploi

Pôle Emploi perd son médiateur

Il a craqué ! Benoît Genuini, le premier médiateur de Pôle Emploi, aura tenu un peu plus d’un an à son poste avant de remettre sa démission.

Avec les liens dont celui avec le PDF du rapport de Benoît Genuini :
http://www.actuchomage.org/20100415...

Jeudi, 15 Avril 2010.

Benoît Genuini estime qu’il n’a eu « ni les moyens ni le soutien nécessaires » pour mener à bien son travail consistant à traiter plus de 900 réclamations par mois. De plus, le rapport d’activité qu’il a conçu et remis le 12 mars a été renvoyé aux calendes grecques...

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : « La direction générale n’a pas vu l’intérêt de mon rapport parce qu’elle accepte mal toute forme de critique », dénonce-t-il. Elle « n’a pas compris le bénéfice qu’on pouvait tirer des problèmes que l’on a soulevés », tant il est vrai qu’au lieu d’être une force, reconnaître ses torts est systématiquement considéré comme une faiblesse.

Bien que relativement consensuel, ce rapport de 89 pages demeure un état des lieux suffisamment accablant qui pointe de graves dysfonctionnements internes. A cette occasion, Benoît Genuini s’était dit « frappé » par la « soif de communication » et le « besoin quasi pathétique de relation personnalisée et d’écoute des gens ». Malgré un déni complet de la politique de radiation menée par Pôle Emploi qu’il qualifiait de « fantasme », il a eu le mérite de dénoncer la déshumanisation galopante de l’organisme issu de la fusion ANPE/Assedic, ainsi que son irrespect envers les chômeurs.

A partir de situations vécues (inscriptions laborieuses, dossiers perdus, couacs du 3949, radiations abusives et autres cafouillages aux conséquences dramatiques…), des propositions concrètes afin d’améliorer le service rendu aux usagers et soulager les conseillers ont été avancées. Parmi elles, le rétablissement des comités de liaison, ces rencontres régulières entre associations de chômeurs et directeurs d’agence permettant de maintenir un minimum de dialogue.

Mais, on s’en serait douté, faciliter la vie des usagers et des agents du service public de l’emploi ne fait pas partie des priorités, bien au contraire ! « Pôle Emploi avait su se doter d’un sys­tème d’alerte sans concession », regrette Gaby Bonnand, le président CDFT de l’Unedic, déplorant le départ du médiateur. Un système d’alerte sans concession ? Quelle naïveté à propos de cette vitrine qui n’a été montée que pour masquer un chaos sciemment orchestré.

http://www.actuchomage.org/

Pôle Emploi est à la recherche d’un successeur. Un profil plus docile, "à la Martin Hirsch", est certainement requis.

Article pris chez Millebabords - 15/04/2010

 

 

Le médiateur de Pôle emploi voulait «plus de bon sens et d'humanité», raté

Benoît Genuini, le médiateur de Pôle emploi qui a démissionné après en avoir dénoncé les dysfonctionnements, a souligné jeudi qu’il avait été «un poil à gratter dans l’institution», mais qu’il s’était heurté à des «résistances» et que «la greffe» était «difficile à prendre».

La direction de Pôle emploi a indiqué jeudi que M. Genuini avait démissionné moins d’un mois après la remise de son premier rapport dans lequel il épinglait divers dysfonctionnements de la nouvelle entité issue de la fusion entre l’ANPE et les Assedic, et prônait «beaucoup plus de bon sens et d’humanité» vis-à-vis des chômeurs comme du personnel.

«L’objectif que j’avais quand je me suis lancé dans cette aventure (…), c’était d’aider les demandeurs d’emploi en difficulté à trouver une solution à leur problème et d’aider Pôle emploi à mieux remplir sa mission de service public et à mieux travailler», a expliqué M. Genuini sur RTL.

«Pour ça, il faut des moyens, il faut un soutien», a-t-il ajouté. Il a reconnu que «le médiateur est un peu un poil à gratter dans l’institution, (…) il va pointer des situations qui ne sont pas traitées normalement, qui embêtent les gens».

«Donc il va freiner l’action, (…) il va un petit peu embêter tout le monde, et c’est une greffe qui est difficile à prendre», a-t-il expliqué.

Selon lui, «l’institution résiste un petit peu. J’ai vécu toute ces petites résistances pendant un an».

«Au bout d’un an, j’ai sorti mon rapport annuel pour pointer un certain nombre de dysfonctionnements, mais surtout pour témoigner de la vie à Pôle emploi, de tous les talents des conseillers, des directeurs d’agence (…), mais aussi d’un gros système qui est lent, souvent inerte et qui prend du temps», a-t-il dit.

S’il juge que c’est «une très bonne idée de fusionner les services qui s’adressent à une même personne», il a cependant souligné que la fusion ANPE-Assedics était l’«une des plus difficiles à faire, car on fusionne deux institutions qui ne font pas le même métier».

«Les cultures, le fonctionnement, le traitement des personnes sont complètement différents», a-t-il insisté.

Il a rappelé que dans son rapport, il avait pointé «un gros problème» de communication «entre Pôle emploi et ses usagers».

Selon lui, il faut notamment que pole emploi refasse «complètement tous nos courriers qui sont trop secs, trop abrupts, qui sont perçus comme une agression, et qui ne sont pas assez humains».

(Source AFP)

Article pris chez Libération.fr

21:25 | Lien permanent | Commentaires (1) |

10/04/2010

Manifestation anti-carcérale du 28 mars 2010 - Le traquenard ?


manifestation 28 mars 2010 paris contre les prisons
envoyé par wanof. - L'info video en direct.

Dimanche 28 mars 2010 vers 17h30 à l'angle du boulevard saint Jacques et de la rue de la santé dans Paris devait avoir lieu une manifestation PACIFIQUE et FESTIVE avec un concert en plein air sur un joli camion et de la bonne musique pour égayer ce beau jour printanier.
et là, quelle fut notre surprise lorsque nous sommes arrivés sur les lieux! de voir une centaine de camionnettes, de camions de police et de CRS en tout genre avec les hommes en bleus qui vont avec dans tout le quartier !
pourquoi un tel déploiement des forces de l'ordre et la privation de liberté de tous les manifestants bloqués entre les lignes de CRS avant d'être embarqués !?
cette vidéo justifierait elle tout ça !?
http://probe.20minutes-blogs.fr/archive/2010/03/31/video-manif-anticarcerale-prison-de-la-sante-du-28-mars-2010.html

wanof

 

Nous aurait-t-on fait une niche ?

11:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Kidnap your boss! A Greek première

Friday, April 9, 2010

Following the fine tradition of “boss kidnapping” in France and elsewhere, workers at the courier company INTERATTICA in Athens decided to take direct action today, when it was announced that the company was going bankrupt and that all 205 of them would be sacked with no compensation. Immediately, all exits to the company’s building were blocked by the workers, trapping the local management inside. Communication was swiftly established with representatives of the company’s headquarters in Paris.A small police force that appeared outside the building threatened with a riot police intervention but retreated soon after.

“Miraculously”, the “bankrupt” company managed to secure the funds to compensate the workers a few hours after the kidnapping. By 1900 local time (GMT+2), the management submitted  a written guarantee that all workers were to be compensated within the next calendar month. Currently (1930 GMT+2), a workers’ committee remains in the building and will stay, guarding the company’s valuables in the building, until all compensations are paid off.

There are constant updates in Greek and photos from today’s events at the website of the Anarchist Innitiative of Aigaleo (Athens).

More updates on the INTERATTICA case on Monday.

After the Greek Riots

 

 

Suivant la plus pure tradition de France et d'ailleurs du "boss-snaping" (ou l'art d'inviter son patron à rester avec les travailleurs sur le lieu de travail pour partager un moment de convivialité prolongé et des discussions franches autour de la notion de lutte des classes), les travailleurs d'Athènes de la compagnie de messagerie INTERATTICA, filiale de la multinationale française Géopost (Chronopost, Exapaq) ont décidé d'enclencher l'action directe aujourd'hui quand on leur a annoncé que la compagnie avait fait faillite et que les 205 salariés allaient être virés sans aucune compensation.

Immédiatement, toutes les sorties du bâtiment ont été bloquées par les travailleurs, qui ont ainsi invité fermement le management à prolonger son séjour avec eux sur les lieux mêmes de l'entreprise.

La communication a été promptement établie avec la siège parisien de la multinationale. Une petite escouade de police est venue faire une apparition à l'extérieur du bâtiment, menaçant de faire appel à une intervention de la police anti émeute, mais ils ont rapidement quitté les lieux peu après.

"Miraculeusement", la compagnie "en faillite" a annoncé avoir réussi à sécuriser les fonds nécessaires pour compenser les travailleurs seulement quelques heures après la retenue du management. A 19 heures (heure locale), le management a remis une promesse écrite que tous les travailleurs seraient compensés dans le prochain mois calendaire.
Actuellement, à 19h30, le comité des travailleurs à décidé de rester dans les bâtiments, gardant les biens et les valeurs de la compagnie, jusqu'à ce que touts les compensations soient effectivement payées.

A suivre ...

 

08:28 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/04/2010

NO BORDER CAMP à Bruxelles du 27 septembre au 3 octobre 2010 -

 

No Border Camp à  Bruxelles -  On a besoin de vous


NO BORDER CAMP à Bruxelles du 27 septembre au 3 octobre 2010 Le CAMP NO BORDER DE BRUSSEL s’inscrit dans la tradition des camps No Border organisés à travers le monde depuis les années 90. Ni cadre normatif ni organisation, NoBorder est avant tout une convergence de luttes et une rencontre, à un moment donné, dans un espace donné.

Comme à Calais ou à Lesbos en 2009, il s’agira de créer un espace de partage. Partage et échange d’informations, de compétences et d’expériences, voire d’expertise. Un espace de préparation et de mise en oeuvre de démarches visant à obtenir la fin du système de frontières qui nous divise tous et toutes.

NOS PRINCIPES DE BASE SONT :

Les mêmes droits pour toutes et tous ! La liberté de circulation et d’installation ! Ni frontières ni nations ! Personne n’est illégal !

POURQUOI A BRUXELLES ?

L’Union Européenne s’emploie depuis plus de 10 ans à ériger une Europe Forteresse. Elle externalise ses frontières en Asie et en Afrique et se dote de patrouilles de gardes frontières, hélicoptères et navires grâce à son agence Frontex (Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures). De plus, sa politique extérieure permet désormais de rémunérer des états, de l’Ukraine au Maroc, pour qu’ils effectuent à sa place le travail de "prévention" de l’immigration.

De par son rôle de capitale de l’Europe, Bruxelles est le symbole de la mise en oeuvre de cette politique (anti)migratoire. En y organisant le camp No Border, nous remettrons en question ces politiques européennes.

QUAND À BRUXELLES ?

La construction du NoBorder camp aura lieu du 24 au 26 septembre 2010 Les activités débuteront le 27 pour se poursuivre jusqu’au 3 octobre. Une grande manifestation est prévue le 2 octobre 2010.

Une semaine pendant laquelle nous aimerions voir Bruxelles fourmiller d’activités autour des politiques (anti)migratoires et de leurs conséquences, une occasion de lutter ensemble sous divers modes d’action mais aussi de créer des dynamiques communes à plus long terme. Nous invitons toutes les associations et tous les particuliers à participer comme elles/ils le souhaitent et à proposer des activités ou des collaborations.

COMMENT APPORTER SON SOUTIEN ?

Un CAMP NO BORDER est ce que l’on veut en faire : par des idées d’ateliers, de films ou d’une exposition, un orateur intéressant ou d’autres propositions modestes et/ou géniales par des propositions de terrains, de locaux, de lieux permettant de loger des activistes et/ou d’y organiser des activités par un apport financier par l’organisation d’une activité, d’une soirée de soutien en participant en réseau avec d’autres… Plus nous serons nombreux, plus nous serons entendus, plus nous avancerons !

VOUS AUSSI REJOIGNEZ-NOUS, VOUS AVEZ UN RÔLE À JOUER DANS LA GENÈSE DE LA MASSE CRITIQUE, TOUJOURS NÉCESSAIRE AU CHANGEMENT !

CONTACT : Nobordercamp_a_vluchteling.be

COMPTE BANCAIRE : 880-4955551-62 IBAN : BE51 8804 9555 5162 //// BIC : HBKA BE 22

Indymédia paris 07/04/2010

17:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/03/2010

Strasbourg - Soutien aux Lycéens - à 16:00 devant le Lycée Kléber le jeudi 1/04/2010

Lycée Kléber .png

Rassemblement au soutien des lycéens "interpellés" et menacés de sanction pour avoir participé au débraillage de leur lycée.
Ce jeudi à 16h...devant le lycée Kléber à Strasbourg.

20:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Vidéo Manif anticarcérale Prison de la Santé du 28 mars 2010

prise chez Indy

Les images vidéo de la manif que j’ai filmée (Debbio) jusqu’à 17H15, avant les interpellations, mais déjà encerclée par les CRS.


Manif devant la prison de la Santé : 110 arrestations

10:33 | Lien permanent | Commentaires (2) |

30/03/2010

CRA du Mesnil-Amelot

Manif devant le CRA du Mesnil-Amelot

AFP
29/03/2010 |

Environ 300 personnes se sont réunies aujourd'hui à l'appel d'une quinzaine d'associations près du nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, formant un cercle de silence pour dénoncer son ouverture.

"Ce qui se passe avec la construction de ce nouveau centre de rétention est expressif de cette déshumanisation de la politique à l'égard des étrangers", c'est "important de dire notre honte et notre outrage", a affirmé Alain Richard, Franciscain de la communauté de Toulouse, à l'initiative des cercles de silence.

Derrière des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "non au traitement inhumain des immigrés" ou encore "non à l'enfermement des enfants", 300 membres d'associations, riverains ou élus locaux se sont réunis à plusieurs centaines de mètres du nouveau CRA, sans pouvoir accéder à son entrée principale, la route étant bloquée par la police. Plus de 800 messages écrits à destination des retenus étaient également affichés sur un long drap blanc porté par les participants.

Le plus grand centre de rétention de France

Ce nouveau CRA qui devait initialement ouvrir aujourd'hui n'a toujours pas de date officielle d'ouverture. "Nous ne laisserons pas mettre les enfants en prison" a martelé Richard Moyon du Réseau Education sans Frontières (RESF), avant de dénoncer "une chasse à l'enfant intensive" avec l'ouverture de ce nouveau CRA qui comptera 40 places pour des familles. Dominique Nogueres, vice-présidente de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) a regretté l'existence d'une "cité judiciaire à l'intérieur du CRA", qui "éloignera le plus possible les étrangers d'une justice digne et responsable".
Entouré de hauts grillages, de barbelés, de haies épineuses et d'un chemin de ronde, surmonté d'un mirador, le centre est équipé de multiples caméras de vidéo-surveillance, de détecteurs de mouvements et de portes à ouverture magnétiques contrôlés à distance, selon la Cimade, seule ONG autorisée à y intervenir. Dans ce centre de rétention, le plus grand de France, qui va se rajouter au premier CRA de Mesnil-Amelot, il y aura 240 places.(le Figaro)

Le Cra pas encore ouvert, déjà critiqué

Créé le 26.03.10 à 03h39
Mis à jour le 26.03.10 à 03h39
Le nouveau site comportera 2 CRA de 120 places séparés par des bâtiments administratifs.
Le nouveau site comportera 2 CRA de 120 places séparés par des bâtiments administratifs./ S. POUZET / 20 MINUTES

Immigration Un deuxième centre de rétention administrative doit ouvrir au Mesnil-Amelot (77)

Le nouveau centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) n'a pas encore ouvert qu'il fait déjà parler de lui. D'après les associations, l'édifice ressemblerait davantage à une prison qu'à un centre de retenue pour les sans-papiers, censés demeurer libres de leurs mouvements. « On ressent une froideur sécuritaire dans cet établissement carcéral », dénonce Clémence Richard, correspondante à la Cimade. Une délégation de l'ONG de défense des droits des migrants a pu visiter à plusieurs reprises le bâtiment avant son ouverture, prévue dans quelques semaines.

Univers carcéral et sécuritaire
Grillages, haies épineuses, barbelés, caméras, détecteurs de mouvements… Il faudra montrer patte blanche à l'entrée. « La police aux frontières contrôlera les entrées et même les déplacements à l'intérieur des bâtiments », déplore Damien Nantes, responsable du service défense des étrangers à la Cimade. « Ils sont retenus pour une faute administrative. On ne peut pas les considérer comme de dangereux délinquants. » Sans compter le bruit incessant des avions qui atterrissent à Roissy, dont une des pistes est dans l'axe des bâtiments.

Un bâtiment jugé « illégal »
La CRA du Mesnil-Amelot pourra « accueillir » jusqu'à 240 retenus (lire encadré). Problème, le décret du 30 mai 2005 fixe une limite de 140 places pour les centres de rétention. Les autorités justifient ce surnombre par une division du site en deux CRA séparés d'une route, mais ce n'est pas l'avis des associations. « Il n'y a qu'une seule entrée, un seul tour de ronde pour les gardiens, un seul grillage autour de l'enceinte. Il n'y a donc bel et bien qu'un seul CRA, de 240 places, ce qui est illégal », estime Damien Nantes. « C'est faux. Nous communiquerons une fois les travaux terminés », répond-on au ministère de l'Immigration. L'association a déposé un recours devant le tribunal administratif en janvier pour annuler l'arrêté ordonnant l'ouverture de l'établissement.

Un « village judiciaire » dans le CRA
L'idée n'est pas nouvelle. La création de salles d'audience délocalisées date de 2003. Mais il y a deux ans, la Cour de cassation avait rappelé que si les tribunaux pouvaient s'installer « à côté » des CRA, cela ne voulait pas dire « à l'intérieur ». « Ce village judiciaire est bien commode. Il est à l'abri du regard du public et du contrôle démocratique », s'inquiète Patrick Henriot, du Syndicat de la magistrature. Le ministère de la Justice est d'ailleurs prêt à y mettre les moyens.
« Pour relier avec un réseau sécurisé les salles au tribunal de grande instance de Meaux et de Bobigny, cela coûterait 200 000 € chaque année. « Il n'y a plus de séparation des pouvoirs, les droits de la défense sont complètement bafoués », ajoute Marianne Lagrue, du syndicat des avocats de France.

Un camp pour les enfants
Ce sera LE centre de rétention des enfants en Ile-de-France. Deux bâtiments, soit 40 places, seront réservés aux familles. Depuis le décret de 2005 qui autorise la retenue des mineurs, 262 enfants ont été enfermés en France. « Ce n'est pas parce qu'il y a du matériel de puériculture qu'on peut les mettre en prison », dénonce la Cimade.

William Molinié


Silence en bout de piste! On expulse...

Au Mesnil-Amelot, en bordure de l'aéroport Charles De Gaulle, se trouve un bâtiment dit "village judiciaire" avec, au rez-de-chaussée, les locaux de police et, au premier étage, des salles d’audience du Tribunal de Meaux délocalisées. Le tout à l'intérieur de la clôture de sécurité entourant le Centre de Rétention Administrative qui recevra 40 personnes par jour, pour finalement en expulser une partie. Ouverture: le 29 mars 2010.

Pour les défenseurs du droit des étrangers à vivre dignement dans le pays où ils projettent leur avenir et celui de leur famille, les Centres de Rétention Administrative (CRA) représentent l'ultime étape d'une série de mauvais traitements contre lesquels il faut lutter inlassablement. Lieux d'enfermement de personnes dont le seul crime est de vivre et travailler en France sans titre de séjour, pour qui l'accès au droit ne peut se faire que dans l'urgence, où l'on place des familles complètes, ils génèrent des tensions mortelles; mutilations, suicides, incendies.

Le nouveau CRA de 240 places ouvre ses portes (si l'on ose dire...) le 29 mars 2010. Nous relayons l'appel à marquer l'opposition à cette ouverture par un Cercle de Silence sur place.

Martine et Jean-Claude Vernier

Ce centre sera le plus grand de France. Il s’ajoutera au premier CRA du Mesnil-Amelot, qui compte déjà 140 places.

 

pistes_mesnil_1_2.jpg

 

L’entrée en fonction de ce véritable camp marque une nouvelle étape de ce que les associations de défense des droits des migrants ont qualifié depuis 2004 d’industrialisation de la rétention. D'exceptionnel, l'enfermement des personnes en situation irrégulière devient peu à peu un outil banal de la politique migratoire. C’est une première atteinte à la dignité des personnes.

Le futur centre de rétention (schema ci dessus) comptera 240 places dont 40 places réservées aux familles. Il est organisé en six "unités de vie" de 40 places, disposées autour de deux bâtiments administratifs jumeaux, eux-mêmes reliés par une passerelle de commandement. Une double enceinte grillagée et barbelée entoure l’ensemble du camp. Des dizaines de caméras et des détecteurs de mouvements complètent ce dispositif carcéral.

Comme pour le CRA de Vincennes, l’Administration utilise la fiction de deux centres de rétention mitoyens pour contourner la réglementation : celle-ci limite à 140 places la capacité d’un centre de rétention.

La construction envisagée de deux salles d’audiences à proximité immédiate du camp instituera une justice d’exception éloignée de tout regard de la société civile.

Un centre de 240 places représente une moyenne de 40 arrivées par jour (c’était le cas au CRA de Vincennes avant l’incendie du 22 juin 2008). Comme l’a montré la situation de Vincennes, ce type d’univers déshumanisé favorise, encore plus qu’ailleurs, le non-droit, les violences, les auto-mutilations et les tentatives de suicide.

Un tel camp ne pourra fonctionner qu'au mépris du respect des droits et de la dignité des personnes qui vont y être enfermées. S'opposer à son ouverture c'est défendre leurs droits fondamentaux d’êtres humains.

Nous nous opposons à l’ouverture du futur centre de rétention du Mesnil Amelot. Nous  dénonçons la criminalisation des migrants et appelons les citoyens et les élus à se mobiliser contre l’internement administratif des étrangers.

Nous appelons tous ceux qui le peuvent à venir se joindre à un cercle de silence qui se tiendra  devant le nouveau centre du Mesnil-Amelot le 29 mars à 13h 30

Nous appelons tous les prochains cercles de silence à informer sur cette ouverture et à faire signer l'appel contre celle-ci.

Pour trouver des éléments d'informations sur le camp voir le ici. Des indications (navettes mises en place, trajet) pour se rendre au Mesnil le 29 seront mises en place.

Les billets récents de Fini de rire sont ici et le sommaire complet est .

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, nous contacter .

08:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/03/2010

Appel à la solidarité internationale avec les travailleurs en lutte du Mali - Aufruf zur internationalen Solidarität mit dem Kampf der Arbeiter in Mali

La tension monte au Mali

Le film Appel à la solidarité internationale avec les travailleurs en lutte du Mali, réalisé fin janvier 2010 à Bamako par le Collectif des travailleurs licenciés et non licenciés de Huicoma et son comité de soutien, est désormais visionnable en ligne sur Internet*. D’une durée de 20 minutes, il présente les buts et les moyens de la lutte des (ex-)travailleurs de l’Huilerie Cotonnière du Mali contre les conséquences tragiques de la « privatisation » (en réalité pillage organisé par la « bourgeoisie nationale » en intime complicité avec l’État, vendu au plus offrant) de l’une des plus importantes entreprises du Mali (qui, malgré ses précieuses ressources, est déjà l’un des pays les plus déshérités de la planète). Cet Appel à la solidarité internationale est lancé depuis la Bourse du travail de Bamako, occupée jour et nuit depuis le 10 novembre 2009 par plusieurs centaines de travailleurs licenciés ou grévistes, conscients de revendiquer leur droit à la survie contre la logique criminelle du système capitaliste mondialisé, conscients aussi de ne pouvoir compter que sur eux-mêmes, et sur la solidarité des révoltés du monde entier, pour parvenir à terme à « mettre l’homme au centre des préoccupations de l’homme ».

Après plus de quatre mois d’occupation ininterrompue, la Bourse du travail de Bamako est incontestablement devenue le centre d’attention de tous ceux qui se battent au Mali pour – ou contre – un changement social radical, comme en témoigne encore tout récemment la violente dispersion par la police, le 9 mars, d’une « marche des démunis » visant à réaliser la « convergence des luttes » sur le modèle de l’organisation autonome des (ex-)travailleurs de Huicoma. La caste dirigeante a raison de s’inquiéter d’un tel processus, car elle n’a pas grand-chose d’autre à faire valoir, vis-à-vis de ses partenaires et soutiens, que la passivité et la résignation d’une population qu’on voudrait définitivement écrasée par la misère et le désespoir. Et chacun sait de quoi les bourgeois sont capables, pour conserver leur crédit : c’est pourquoi les (ex-)travailleurs du monde entier, et d’abord parmi eux les Maliens de la diaspora, déjà révoltés, en France et ailleurs, contre la surexploitation, contre le harcèlement administratif et policier, contre l’arbitraire judiciaire et carcéral, doivent faire preuve de la plus grande vigilance à propos des événements qui se déroulent en ce moment à Bamako, annonciateurs de troubles plus vastes et plus profonds.

Prolétaires de tous les pays, unissons-nous !


* Ici :

http://tvbruits.org/spip.php?article1400

Ou là :

http://www.cnt-f.org/international/spip.php?article452

Ou encore là :

http://video.rebellyon.info/spip.php?article40

Pour télécharger le film :

http://juralibertaire.over-blog.com/pages/Appel_a_la_soli...

14:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu