Avertir le modérateur

23/08/2012

"Parano Magazine" en kiosque

parano magasine,illuminati,francs-maçons,NWO,nouvel ordre mondial,9/11,11 septembre,reptiliens,

Pour obtenir son numéro de Parano Magazine, il faut aller chez son marchand de journaux et demander le Journal de Mickey en se grattant l'oreille gauche (attention, si vous vous grattez l'oreille droite il vous donnera notre concurrent : Complorama). Il peut arriver que le susmentionné commerçant vous donne effectivement le Journal de Mickey : si c'est le cas, c'est qu'il est de mèche avec ceux qui vous veulent du mal et, croyez-moi, ils sont nombreux.

 

via conspiracywatch.info

12:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/07/2012

ACT

ACT,amis de la commune de Tarnac

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2012

Cannabig business et petites polémiques...

La légalisation contrôlée du cannabis prônée par Europe Ecologie-les Verts - position rappelée par la ministre du Logement Cécile Duflot - a pour but d’acter l’échec politique et économique de la répression. En 2005, l’économiste de Harvard Jeffrey Miron estimait que légaliser la marijuana aux Etats-Unis permettrait d’économiser 7,7 milliards de dollars (6,1 milliards d'euros) par an, soit l’argent dépensé pour la répression. S’y ajoutaient 2 à 6 milliards provenant de la taxation du cannabis...

piqué au tas sur Libe.fr

Cécile Duflot a minimisé les critiques de l'opposition, qui a crié au "désastre moral" et continué d'alimenter mercredi la polémique sur ses propos.  "L'UMP peut faire des polémiques sur le menu des repas ou la toile d'un pantalon, donc on ne va pas se casser la tête avec l'UMP", a-t-elle poursuivi. "Quand on est en situation de responsabilité au gouvernement", a-t-elle ajouté, "qu'on fait face à des réalités sociales et à des urgences et à des dossiers extrêmement importants, on a peu de temps à consacrer à ce genre de divertissements qui visiblement sont le coeur de l'activité de ce qui est désormais, et j'espère durablement, l'opposition". En milieu de journée, Cécile Duflot avait déjà dénoncé sur son compte Twitter une "polémique stupide" suscitée par l'UMP "tendance lourdauds".

piqué au tas sur tfouane

cannabis,weed,cécile duflot,

 

 

19:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/05/2012

Quand la philosophie s'occupe du complot

Une discussion entre Raphaël Enthoven et Emmanuelle Danblon, philosophe qui s'est intéressée à la rhétorique du conspirationnisme. Une très bonne introduction pour comprendre les ressorts des thématiques du complotisme.
via ramiro

20:16 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/03/2012

Tarnac... Un " Parti communiste combattant" en France ?


... Or, si jusqu'à présent, en France, on n'avait pas de groupe déterminé à plonger durablement dans la lutte clandestine, si le "vivier" se limitait à quelques centaines d'individus (à comparer avec les cent mille sympathisants du Parti armé italien), l'étendue des personnes arrêtées récemment (Action directe, fin mars 1980; autonomes, auteurs du hold-up La Fayette le 30 mai) oblige à constater des évolutions inquiétantes. On trouve, en effet, dans ces militants tous les divers éléments constitutifs d'un vivier du type italien, par exemple :

- des jeunes bourgeois de bonne famille, décidés à "trahir leur classe";
- des jeunes marginaux mélangeant actes politiques et le "droit commun", pour lesquels il n'y a pas de différence de nature entre ces deux types d'actes.

Témoigne de cet état d'esprit cet extrait d'une brochure intitulée "Insurrection", diffusée sous le manteau il y a quelques mois à Paris et se réclamant de l'autonomie : "Nos actions ont toujours eu une finalité sociale. Les expropriations (nous considérons comme un hold-up la réappropriation de ce que, durant toute une vie, les escrocs légaux nous volent) étaient faites pour assurer notre autonomie : achat de matériel, propagande, aide aux luttes autonomes et aux compagnons en prison, etc.";

- de jeunes immigrés de la seconde génération (dont le déracinement et le ballotage entre deux communautés pose des problèmes dans de nombreuses cités péri-urbaines) (1);
- des "loubards" de banlieue, jusqu'à présent peu sensibles à la politique;
- de ces jeunes ballotés entre le chômage et la condition de "hors-status", travailleurs précaires, intérimaires, "au noir", vacataires, contractuels, etc; dont le nombre augmente sans cesse (en 1978, 22% des inscriptions à l'A.N.P.E. sont des fins de contrats à durée déterminée; 28% en 1979. En 1969, il y avait 850 entreprises de travail intérimaire; il y en a, en 1977, 3 000, réalisant un chiffre d'affaires global de huit milliards de francs (2);
- d'authentiques "Brigadistes", italiens, comme en fait foi la rafle de Toulon, fin mars dernier, qui a permis d'établir les liens existants entre des militants de l'"aire autonome" française et des P.C.C. au-delà des Alpes;
- enfin - last but not least - de plusieurs jeunes femmes laissées orphelines par le féminisme : on sait le rôle de l'élément féminin, notamment en Allemagne dans la Fraction Armée Rouge.

Xavier Raufer
1-21 juillet 1980 Mensuel Est & Ouest - N° 642 - page 27-28

L'exemplaire d'Est & Ouest d'où est tiré cet extrait peut être consulté sur le site de Xavier Raufer (alias Christian de Bongain), militant d'Occident, marchand de peur faisant ses choux gras avec ses analyses, bien connu dans les milieux de la Nouvelle droite en continuelle recherche d'unification. On y reconnait la main, habile, d'un des promoteurs les plus farouche de l'anticommunisme. Tu noteras qu'une brochure, la bien nommée "Insurrection" tombe (déjà) à point. Son "complice", Alain Bauer, aurait-il remis le couvert ?

 

tarnac,xavier,raufer,albertini,duprat,extrême droite,madelin,alain robert,oas,est et ouest,les cahiers européens,anticommuniste, alain bauer,marchands de peur, mathieu rigouste,tarnac,SDAT,DCRI,squarcini, Probe


 

17:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/02/2012

OPA médiatique de Carla Sarkozy en Alsace... ou la manipulation métapolitique via les suppléments télévison de la presse locale

Au fond, j’ai fait mienne l’analyse de Gramsci : le pouvoir se gagne par les idées »


Nicolas Sarkozy - Entretien au Figaro, 2007

carla,bruni,sarkozy,programme,télévision,opa,gramsci

carla,bruni,sarkozy,opa,gramsci,programme,télévision,présidentielle,éléction

carla,sarkozy,bruni,télévision,programme,gramsci

gramsci,barbier,présentateur,télévision,interview,carla,bruni,sarkozy,programme,éléction,

Au passage, Carla n'oublie pas de flatter quelques uns de ses nouveaux chiens de garde...

 

La Banque Fédérative du Crédit Mutuel avait racheté le groupe L'Est Républicain qui comprend les titres L'Est républicain, Vosges Matin, Le Journal de la Haute-Marne et Les Dernières nouvelles d'Alsace. Le groupe, dirigé par le patron du Crédit mutuel, Michel Lucas, détient également L'Alsace-Le Pays, Le Républicain lorrain, Le Progrès, Le Dauphiné libéré, Le Journal de Saône-et-Loire et Le Bien public. Il est présent dans 24 départements où il diffuse plus de 1,1 million d'exemplaires payés de ces différents titres.

via alsacefrane3.fr du 14/01/2012

16:03 | Lien permanent | Commentaires (2) |

14/02/2012

Des parents d'élèves ont en effet dénoncé une "manipulation", lors de la visite de Nicolas Sarkozy, mardi 7 février 2012.

sarkozy, lavaur,manipulation

Des parents d'élèves ont en effet dénoncé une "manipulation", lors de la visite de Nicolas Sarkozy, mardi 7 février, à Lavaur (Tarn), sur le thème de la politique familiale. Un parent d'élève affirme sur le site de La Dépêche du Midi qu'on a demandé à des enfants de crier "Vive Sarkozy" en agitant un drapeau tricolore, lors de l'arrivée du chef de l'Etat sur le parvis de l'hôtel de ville. Une note d'information a pourtant bien été remise aux parents. Ces derniers pouvaient s'opposer à la présence de leur enfant lors de la visite présidentielle.


texte via lemonde.fr


11:55 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/01/2012

"Fafwashing"... la Nouvelle droite fait de l'entrisme à l'insu du plein gré de l'indignation

Les discussions apolitiques des Indignés se font souvent autour du thème de la "finance". Les informations trouvées ça et là, faisant fi de précautions minimales à propos des sources, auteurs, sites, cachent quelques fois des revendications occultées qui proposent des aspirations quelque peu plus complexes. C'est ainsi qu'on peut tomber "par hasard" sur le concept douteux de "démocratie réelle" d'Yvan BLOT, ici promu innocement sur le site des Indignés Strasbourg :

indignés,occupy,reopen,conspis

Yvan BLOT, personnage au passé politique quelque peu chargé (je te laisse libre de faire une recherche), intervient sous le titre : "débat en Etienne Chouard et Yvan Blot sur la démocratie réelle" qui est promu sur la chaîne Enquêtes & Débat , site qui comme tu le vois propose une large "ouverture apolitique" : de Dieudonné à Stéphane Hessel , et qui propose des thèses financières via des articles à tendances libérales de Damien Theillier,  Président de l'Institut COPPET...

 

coppet,institut, confusionnisme, entrisme, yvan blot


Mais tu penses bien qu'Yvan Blot n'a pas choisit de jouer la carte de l'apolitisme en cette journée du 11.11.11 à 11h :

yvan blot,synthèse nationale,11 novembre 2011

En fait, notre preux Yvan, comme la frange ultra de la Nouvelle droite, joue la carte Carl Lang :

 

carl Lang, synthèse nationale, spieler


Présidentielle 2012 : Carl Lang est candidat

Dans le ballet de la recomposition politique à l'extrême droite, une drôle d'alliance est née. Le Parti de la France (PdF) de Carl Lang, la Nouvelle droite populaire (NDP) de Roland Hélie et de Robert Spieler, et le MNR se lancent dans la course de 2012, à la présidentielle et aux législatives. Pour s'opposer à la candidature de Marine Le Pen, qu'ils considèrent comme "n'appartenant plus à la droite nationale". Jusque-là, rien d'étonnant puisque ces trois partis avaient lancé des listes communes aux régionales de 2010, en Lorraine et en Franche-Comté et travaillent ensemble. Mais il s'agit de pousser plus loin l'expérience, en montant une "confédération", utile pour bénéficier des remboursements des frais de campagne. Cette alliance était dans les tuyaux depuis début 2011. La création de cette "structure confédérale" et la candidature de Carl Lang à la présidentielle de 2012 ont été officiellement annoncées ce mardi 13 septembre.

Cette "confédération" intègre jusqu'à  l'Oeuvre française - Jérôme Bourbon, patron de Rivarol fait déjà campagne en ce sens- en passant par la NDP - Nationaliste révolutionnaire, proche des skinheads de Serge Ayoub - et le Parti de la France, plus catholique traditionnaliste.

Positionnement économique libéral

Si M. Lang refuse de se positionner par rapport à Marine Le Pen, il n'en demeure pas moins que la candidate du Front national est dans toute les têtes. D'ailleurs, Carl Lang a pris soin de souligner ses différences d'avec Mme Le Pen. "Moi, je ne suis pas à gauche d'Obama", faisant ainsi allusion à une déclaration récente de la présidente du FN.  Carl Lang dit être représentant de "la droite nationale", loin du "ni droite, ni gauche" lepéniste. Mais surtout, c'est sur l'Europe et les sujets économiques que les différences se font les plus marquées. Défendant l'entreprise, critiquant l'Etat interventionniste, Carl Lang se place plutôt dans un registre classique et traditionnel de l'extrême droite quand Marine Le Pen prône un "Etat fort".

Sur l'Europe, M. Lang se distingue du FN en indiquant que la sortie de l'UE déclencherait "le déclin inéluctable" de la France et aboutirait "à une situation d'isolement".  Idem sur l'euro. Il juge que si la monnaie unique "perdure", "la France doit rester dans la zone euro. C'est une erreur majeure. La sortie unilatérale verrait une augmentation de la dette, une hausse de tous les produits d'exportations dont le pétrole et une baisse du niveau de vie. Politiquement, tout se ferait autour de l'Allemagne. Il n'y aurait plus qu'un rôle de second rang pour la France".

En revanche comme à l'instar du FN, il prône un "partenariat privilégié avec la Russie". Pour M. Lang, celui ci se ferait avec une Europe des nations dans la perspective "d'une reconquête civilisationnelle".

Il risque tout de même d'être difficile pour M. Lang de récolter les 500 signatures nécessaires à sa candidature. Pour y parvenir il compte sur le président de son comité de soutien, Fernand Le Rachinel, ancien imprimeur et ancien créancier du Front national.

D'autres vieilles figures de l'extrême droite étaient présentes: Roger Holeindre ancien vice-président du FN dont il a claqué la porte après l'élection de Marine Le Pen à sa tête, et Pierre Descaves, ancien activiste de l'OAS.

(Version réactualisée de notre article du 28 janvier)

 

via droites-extremes.blog.lemonde.fr

Mais notre Yvan n'est pas le seul sur cette vague surfant sur le confusionnsime conspirationiste souverainiste ultra-catho.

Hervé Ryssen joue maintenant la même carte. Son ancien blog sur over-blog.com. propose des liens vers des sites très "tendances" (soleil blanc 1618, fdesouche, rivarol, konigsberg) :

hervé ryssen,soleil banc 1618,over-blog, rivarol


Sans surprise, il est maintenant hébergé sur hautetfort : herveryssen.hautetfort.com

Tu remarqueras le changement "fafwashing" de liens vers les sites d'infos sous le titre "blogs amis" qui propose maintenant une flopée de sites libertaires : Alsace libertaire, CNT, LCR, etc... (manque plus que Sud Education) Si ce n'est pas de l'entrisme !

hervé ryssen,over-blog,confusionnisme,entrisme

Quand à nos Indignés ? Ils surfent toujours sur le fil du rasoir, se faisant peur avec une info de type "Conspi" échangée au petit bonheur la chance, sans réelle prise de conscience que le net est devenue le terrain de chasse du "gramscisme technologique" (Douze thèses pour un gramscisme technologique - Polémia - 1er novembre 2008)

:

 

gramsci,polémia,alain de benoît

Ce qui me fait dire :

C'est le click final !
Groupons-nous, et demain,
L'Internet
Sera le genre humain.

 détournement de l'hymne sur une idée de Ramiro !

à lire également pour se faire une idée des dérives constantes rencontrées sur le net :

- http://affreuxsalebeteetmechant.20minutes-blogs.fr/trackb...

- http://www.article11.info/?Le-Grand-soir-analyse-des-deri...

 

11:23 | Lien permanent | Commentaires (51) |

14/12/2011

Comment distinguer un terroriste d’un écologiste

Bernard Squarcini, Nicolas Sarkozy et les responsables du nucléaire français sont formels : si les envahisseurs de la centrale de Nogent-sur-Seine n’avaient pas été des militants de Greenpeace mais des terroristes, ils auraient immédiatement été refroidis par les gendarmes.

Dans les temps anciens des années 1980, l’inflexible Charles Pasqua voulait “terroriser les terroristes”. Has been Pasqua! Les terroriser, en leur criant “bouh” planqué derrière le mur d’une cache d’armes, chaussé d’un masque du Joker ? Aujourd’hui, mes chers concitoyens, les terroristes, on ne les terrorise pas, on ne les arrête pas, on les abat. Plus rapide, plus économique et surtout plus sûr.

Après l’intrusion de militants Greenpeaciens à la centrale de Nogent-sur-Seine, les têtes politiques, policières et électriques du pays ont tranché. Les activistes responsables seront épargnés, les terroristes dessoudés.

Les forces locales de sécurité ou les gendarmes dédiés à ce genre de missions pouvaient tirer. Mais est-ce qu’on va tirer sur des gens qui veulent faire passer un message ? C’est très gentil tout cela. [Pour constater l’apparition de la gentillesse dans les éléments de langage gouvernementaux, cliquez ici].”
Bernard Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (dépêche AISG)

Il est clair que s’ils avaient été des terroristes, nos gendarmes, qui ont 30 kg de matériel sur le dos, les auraient neutralisés autrement, avec des moyens assez dissuasifs.
Dominique Minière, directeur du parc nucléaire d’EDF (Le Monde)

On avait repéré que c’était des militants de Greenpeace, pacifistes.
Hervé Maillart, directeur de la centrale de Nogent (AFP)

S’il y avait eu un doute, la sécurité aurait tiré tout de suite. Ça ne se serait pas passé comme ça en Russie, en Ukraine et même aux États-Unis. C’est la chance des grandes démocraties (sous-entendu la France), on ne tire pas sur les manifestants et sur les pacifistes.”
Nicolas Sarkozy, président de la République (Le Canard enchaîné)

La distinction entre les terroristes (à abattre) et les écologistes pacifiques (à poursuivre) semble donc bien acquise pour tout le monde, à l’exception de quelques jeunes têtes brûlées de l’UMP qui se sont excusées après coup.

Et pour cause ! Les responsables en question disposent d’une circulaire imaginaire, prétendument votée par le ministère de l’Intérieur, que nous n’avons pas en notre possession. La voici en exclusivité. [Ami lecteur : tout ce qui suit est faux, merci de ne pas le reproduire dans un but complotiste]

A la Direction générale de la police nationale
A la Direction générale de la gendarmerie nationale
A tous ceux que nous ne citerons pas parce qu’il est compliqué d’écrire une circulaire exactement comme Claude Guéant

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, vous êtes appelés à des missions de précision, souvent difficiles. L’actualité récente illustre la nécessité de votre vigilance permanente quant à la qualification terroriste en cas de surgissement impromptu dans une enceinte protégée. Pour agir en conformité avec la législation, vous veillerez à porter ces instructions à la connaissance de tous, dans vos services respectifs.

En règle générale et sans présager de votre libre appréciation en temps réel, les individus se présentant face aux forces de sécurité vêtus d’une combinaison orange et affublés d’une lampe frontale sont des activistes écologistes de la mouvance Greenpeace. Ils ne représentent aucun danger immédiat et peuvent être neutralisés par simple sommation. En cas de résistance passive, il est recommandé de faire appel aux services spécialisés qui les détacheront du grillage. J’attire votre attention sur la confusion possible entre un activiste de Greenpeace et un évadé de Guantanamo, cas de figure dans lequel vous voudrez bien faire preuve du plus grand discernement.

Si l’individu scande un slogan du type “Non, non, non au nucléaire” ou déploie de gentilles banderoles (comprises entre la catégorie 1 et la catégorie 3 sur l’échelle interministérielle de la gentillesse, se référer à la circulaire CTX172), l’usage de la force restera non-létal. S’il brandit une arme de guerre ou dévoile une ceinture d’explosifs en criant “Va crever en enfer enculé de gendarme”, les forces de sécurité sont autorisées à faire feu (si possible pas sur la ceinture d’explosifs).

Il arrive, dans les situations de grande confusion, de vent supérieur à 60 km/h ou de légère surdité, que la revendication ne puisse être comprise. Vous demanderez alors à l’individu de répéter ses propos. S’il ne répond pas, ou pas clairement, vous ferez feu de manière proportionnée.

Toute balle tirée fera l’objet d’une enquête administrative pour évaluer la qualité de la décision d’exécution. En cas de sanction mortelle abusive, le fonctionnaire s’expose à des poursuites disciplinaires et judiciaires.

Sincerely yours,

Claude Guéant.

 

piqué au tas sur lesinrock.fr

10:26 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/12/2011

Le mythe de la Kalach de banlieue - le retour II

La kalachnikov, une arme en vogue chez les voyous français

Deux attaques à main armée en 24 heures dans l'agglomération marseillaise en début de semaine. Deux malfaiteurs tués et un policier gravement blessé. Un point commun entre ces deux faits divers, l'arme employée. Des fusils d'assaut de type kalachnikov. Les plus répandus au monde. Une arme de guerre d'origine soviétique éprouvée par les guérillas du monde entier, prisée par les terroristes et les mafias. En France, cette redoutable pétoire du 20e siècle, autrefois l'apanage des braqueurs professionnels, est désormais aussi entre les mains de délinquants et de trafiquants de moindre envergure. Car les malfaiteurs qui ont ouvert le feu sur les policiers dans la nuit du dimanche 27 novembre au lundi 28 novembre n'étaient pas des professionnels aguerris, mais des petits voyous inexpérimentés qui braquaient sans méthodologie un supermarché et un magasin de bricolage. Un grand écart entre les armes utilisées et un butin dérisoire, composé notamment de produits alimentaires surgelés. La kalachnikov ou l'arme de la misère et des grands crimes…

MAFIAS D'EUROPE ET D'AILLEURS

Le ministre de l'intérieur, Claude Guéant, pointe une "généralisation des kalachnikovs" qu'il faut "éradiquer du circuit". Le "circuit" évoqué puise sa source dans les Balkans. Depuis la chute du mur de Berlin et la disparition du monde bipolaire, les stocks d'armes soviétiques irriguent les mafias d'Europe et d'ailleurs. "L'arc balkanique, où règne depuis longtemps la 'gun culture' et où les hommes conservaient à leur domicile leur arme de dotation après leur service militaire, a donc connu une forte multiplication des filières d'approvisionnement dans les années 1990", a écrit l'officier de gendarmerie Jean-Charles Antoine dans la revue Questions internationales. Et ce doctorant en géopolitique d'ajouter : "Ces filières se sont internationalisées et certaines de ces armes ont été retrouvées dans les milieux criminels de France, d'Allemagne ou des Pays-Bas".

La libre circulation dans l'Union européenne a naturellement profité à ces trafiquants qui transportent les armes le plus souvent par la route. "On n'est pas sur des gros trafics de milliers de fusils d'assaut trafiqués dans des sortes de go-fast de kalachnikovs", tranche un policier en exercice. "Cela peut être un émigré de retour dans son village pour l'été, qui ramène sur le territoire français une ou plusieurs kalachnikovs pour la vente. Bien sûr, il y a des réseaux très structurés", ajoute-t-il. Ce qui complexifie le travail d'enquête, d'identification et d'interception des policiers français.

"PILLAGE DES ARSENAUX LIBYENS"

Pour le criminologue Alain Bauer, la France connaît sa troisième vague d'importation illégale d'armes de guerre. La première remonte à la période de la Résistance avec une partie de l'armement ensuite récupérée par le grand banditisme. Il explique la suite : "Après le pillage des arsenaux albanais dans les années 1990, qui marque une profusion de la kalachnikovs, on assiste aujourd'hui au pillage des arsenaux libyens depuis la chute de Mouammar Kadhafi", observe cet expert.

Ces kalachnikovs libyennes sont en fait des copies chinoises importées en son temps par Kadhafi et aujourd'hui écoulées par des trafiquants en Europe et en Afrique."On en trouve de plus en plus en France et elles sont vendues à moins de 1 000 euros", indique M.Bauer.

Depuis l'effondrement de l'URSS, les voyous français n'ont plus vraiment de mal à se procurer des kalachnikovs, rapportent les spécialistes. Un avocat partage sa surprise lorsqu'un de ses clients lui a confié sa méthode pour s'en procurer : "Il avait acheté sa kalachnikov sur un site Internet russe qui livre en pièces détachées et en plusieurs paquets envoyés à intervalles irréguliers." Cette arme est aussi réputée pour sa simplicité mécanique et sa facilité à être démontée.

400 À 500 EUROS, VOIRE LA MOITIÉ POUR LES KALACHNIKOVS CHINOISES

En France, une kalachnikov déjà utilisée se négocie entre 400 et 500 euros. Neuve, le prix se situe autour de 2 000 euros. Mais l'apparition récente de kalachnikovs chinoises en provenance de Libye diviserait par deux ces tarifs. Autrement dit, une bouchée de pain pour des trafiquants de drogue ou des braqueurs. Et un prix accessible à des jeunes malfrats. Autrefois privilège des "équipes" de voyous professionnels et expérimentés, ces fusils d'assaut se sont considérablement démocratisés. Il est plus facile de s'en procurer et les prix baissent.

Il n'existe pas de statistiques officielles sur la circulation de kalachnikovs sur le territoire. Mais les saisies constituent un indicateur. En 2009, les forces de l'ordre ont saisi 1 487 armes à feu toutes catégories, contre 2 710 l'année suivante. Et depuis le début de l'année 2011, près de 3 355 armes à feu ont été saisies, dont près de 380 armes de guerre, indique l'AFP. Dans les Bouches-du-Rhône, la préfecture de police a calculé la proportion de fusils d'assaut parmi les armes à feu saisies cette année. Il en ressort que les kalachnikovs représentent un quart des armes saisies depuis début 2011.

Pour Frédéric Lagache du syndicat de police Alliance, les forces de l'ordre n'ont actuellement pas les moyens nécessaires pour endiguer cette "prolifération" de kalachnikovs. Selon lui, ce qu'il manque, pour réduire l'avance des criminels, "c'est une véritable police de renseignement sur la criminalité organisée qu'il faudrait mettre en place pour enquêter en amont et anticiper sur leurs actions". Un service qui existe à Paris, où une section de la direction du renseignement se consacre entièrement à ces missions. "Mais pas dans les grandes villes de province", déplore M. Lagache. Un constat partagé par M. Bauer qui conseille le président de la république sur les questions sécuritaires : "Il y a une très faible organisation du renseignement de terrain en France. C'est un des enjeux de la sécurité publique."

piqué au tas sur lemonde.fr - 02/12/2011


Relire :

Le mythe de la kalashnikov de banlieue ...

11:23 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu