Avertir le modérateur

16/03/2011

Accès au Nucléaire Civil - 8 et 9 mars 2010 - OCDE/AEN - AIEA -

abri_101.jpg

Devant l'OCDE, Nicolas Sarkozy propose que les centrales vendues dans le monde soit évaluées en fonction de leur sûreté et de leur prix.

Nicolas Sarkozy a défendu aujourd'hui le développement du nuclaire civil dans le monde devant les pays de l'OCDE à Paris. Les questions de sécurité sont au coeur des discussions alors que les associations anti-nucléaire ont présenté ce week-end un document interne d'EDF pointant "des risques graves" sur l'EPR de Flamanville.

Le chef de l'Etat qui ouvrait les débats à l'OCDE a suggéré à l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) d'établir un classement des réacteurs nucléaires proposés à la vente sur le marché mondial en fonction de leur sûreté.

Prix et sécurité

"Je souhaite qu'un organe indépendant sous l'égide de l'AIEA établisse sur des bases scientifiques et techniques incontestables une grille d'analyse internationale et je demande, M. le directeur, que vous classiez les réacteurs proposés sur le marché selon le critère de la sûreté", a déclaré le chef de l'Etat.

"Aujourd'hui, le marché ne classe que selon le critère du prix, a poursuivi le chef de l'Etat. Que l'AIEA prenne la responsabilité de dire : voilà les différents réacteurs qui sont sur le marché, voilà leur classement sur le thème de la sûreté!". La proposition présidentielle trouve un écho dans la perte par la France du contrat de 4 centrales aux Emirats Arabes Unis (20 milliards de dollars) qui avaient préféré le projet sud-coréen nettement moins cher par rapport à l'EPR.

Le nucléaire a le vent en poupe

Bien qu'il reste faible dans la production d'énergie dans le monde, le nucléaire revient en force. Selon la World Nuclear Association, plus de 450 nouveaux réacteurs devraient être construits dans le monde d'ici à 2030, soit un marché de plusieurs centaines de milliards de dollars.

Le président américain a aussi déclaré qu'il souhaitait relancer les projets de centrales nucléaires depuis le grave accident de la centrale de Three Mile Island en Pennsylvanie (1979).

Pour le patron de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA), le japonais Yukiya Amano, "l'électronucléaire peut apporter une contribution majeure au développement économique et aider à atténuer les changements climatiques". "Nous nous attendons à ce que 10 à 25 nouveaux pays mettent leur première centrale en service d'ici 2015", a-t-il précisé devant la conférence

Expertise dans le nucléaire

Pour favoriser l'essor du nucléaire, Nicolas Sarkozy a aussi annoncé lundi la création d'un institut international de l'énergie nucléaire regroupant les meilleurs enseignants et chercheurs français, dans le cadre d'un réseau international destiné à former des spécialistes du nucléaire civil dans le monde.

"J'ai décidé de passer à la vitesse supérieure en créant un Institut international de l'énergie nucléaire qui abritera une école internationale du nucléaire. Il concentrera les meilleurs enseignants et chercheurs pour offrir une formation de très haute qualité", a dit M. Sarkozy.

Cet institut fera "partie intégrante d'un réseau international de centres d'excellence spécialisés en cours de constitution", a-t-il ajouté, précisant qu'un "premier centre va être mis en place en Jordanie".

"D'autres centres de formation au nucléaire se développeront, avec le soutien de la France, comme l'institut franco-chinois de l'énergie nucléaire, en coopération avec l'université de Canton", a poursuivi le chef de l'Etat. "Nous voulons partager avec vous notre compétence", a-t-il insisté.

TV avec AFP

piqué au tas sur www.20minutes.fr - 08/03/2010

 

Lire la suite

08:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/03/2011

Article 11 n°3

12:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/03/2011

Xavier Raufer soutient Eric Zemmour devant le Vlaams Belang


"Eric Zemmour est un martyr de la liberté d'expression"

Un expert français, invité à Bruxelles par le Vlaams Belang à débattre sur la relation banditisme-immigration, évoque Eric Zemmour en tant que martyr de la liberté d'expression.

Xavier Raufer, un expert français en terrorisme et en criminologie a été invité à Bruxelles le 19 février dernier à l'initiative du Vlaams Belang.  Une vidéo de cette conférence, organisée par le Forum des Seniors Brabançons dans les murs du Parlement flamand, a été postée sur internet et diffusée par les Inrocks

Dans celle-ci, on y voit l'expert français être interviewé au sujet de l'hybridation du terrorisme et du banditisme. Il est ensuite revenu sur la condamnation d'Eric Zemmour, le chroniqueur de RTL et Ruquier, pour provocation à la haine raciale. Un jugement illogique, selon lui. "La justice poursuit fréquemment toute atteinte à la présomption de racisme ou des affaires comme celle-là, et donc on est obligé d'être très vigilant sur ce qu'on dit, on est obligé de mesurer ses propos, ce qui est normal, il faut mesurer ses propos quand on a une expression publique", confesse l'expert.

"Mais deuxièmement, nous constatons deux poids deux mesures, parce qu'en même temps les auteurs de chansons de type rap, enfin si on peut appeler ça des chansons, tiennent des propos extrêmement machistes, racistes à l'égard du pays dans lequel ils vivent, à l'égard des femmes et caetera et on les laisse parler pour liberté d'expression, et on condamne Zemmour qui n'a dit que la vérité, à savoir que si on va à la porte d'une prison en France, huit sur dix des gens qui en sortent et qui y entrent sont issus de l'immigration, c'est une simple vérité. Alors la condamnation, elle provient du fait qu'on n'a pas le droit de faire des statistiques ethniques en France, donc on n'a pas le droit de dire la vérité sur ce plan-là. Mais, dans le fond, Zemmour n'a fait que dire ce que tout le monde pense".

Interrogé par la rédaction des Inrocks, l'expert, décrié en France pour ses prises de position ("Ses productions idéologiques constituent une sorte d'archétype de la collusion entre l'idéologie  sécuritaire et l'extrême-droite", dit de lui Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales à Paris dans Les marchands de peur) a refusé de justifier sa présence en ces lieux. Cet homme, qui se considère comme martyr de la liberté d'expression, a déjà été attaqué pour provocation à la haine envers les Roms. (7sur7)
piqué au tas sur www.7sur7.be/7s7 - 08/03/11

 

Ce criminologue français s’est rendu à Bruxelles le 19 février pour parler de criminalité et d’immigration devant un parterre de dirigeants du parti indépendantiste flamand.

Les idées françaises s’exportent, la preuve. Criminologue réputé, tenant d’une ligne sécuritaire sans faille, Xavier Raufer a fait un petit tour à Bruxelles, pour un débat organisé au Parlement flamand par le Brabants Seniorenforum (Forum brabançon des seniors), organisation du troisième âge satellite du Vlaams Belang.

Ce parti politique, qui a succédé au Vlaams Blok en 2004, souhaite la partition de la Belgique entre Wallons et Flamands et la constitution de grands Pays-Bas. Il défend une ligne anti-immigration, anti-islam et pro-sécurité. Il dispose de 21 députés au Parlement flamand (onze de moins que pendant la législature précédente). C’est donc le deuxième parti de cette assemblée, derrière les démocrates-chrétiens et à égalité avec les libéraux.

Ancien d’Occident et d’Ordre Nouveau, Xavier Raufer intervient régulièrement dans les médias, en tant qu’expert en terrorisme et criminologue. Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales à Paris VII (et pas du tout sur la même ligne politique), en dresse un portrait acide dans Les marchands de peur :

“Depuis la fin des années 1990, Xavier Raufer, de son vrai nom Christian de Bongain, est l’un des plus proches et des plus constants collaborateurs d’Alain Bauer. Ses productions idéologiques constituent une sorte d’archétype de la collusion entre l’idéologie sécuritaire et l’extrême-droite.”

Fiers de leur invité, les membres du Vlaams Belang ont diffusé une vidéo de la rencontre, dans laquelle Xavier Raufer répond à trois questions. Il développe un petit discours sur l’hybridation du terrorisme et du banditisme. Puis, sur la condamnation d’Eric Zemmour pour provocation à la haine raciale, le criminologue est très clair :

“La justice poursuit fréquemment toute atteinte à la présomption de racisme ou des affaires comme celle-là, et donc on est obligé d’être très vigilant sur ce qu’on dit, on est obligé de mesurer ses propos, ce qui est normal, il faut mesurer ses propos quand on a une expression publique. Mais deuxièmement, nous constatons deux poids deux mesures, parce qu’en même temps les auteurs de chansons de type rap, enfin si on peut appeler ça des chansons, tiennent des propos extrêmement machistes, racistes à l’égard du pays dans lequel ils vivent, à l’égard des femmes et caetera et on les laisse parler pour liberté d’expression, et on condamne Zemmour qui n’a dit que la vérité, à savoir que si on va à la porte d’une prison en France, huit sur dix des gens qui en sortent et qui y entrent sont issus de l’immigration, c’est une simple vérité. Alors la condamnation, elle provient du fait qu’on n’a pas le droit de faire des statistiques ethniques en France, donc on n’a pas le droit de dire la vérité sur ce plan-là. Mais, dans le fond, Zemmour n’a fait que dire ce que tout le monde pense.”

la suite sur www.lesinrocks.com/actualite

*Les marchands de peur, la bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire, Mathieu Rigouste, éditions Libertalia, février 2011.

09:40 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/03/2011

Chassez le (brun) naturel: Chantal Brunel (UMP) suggère de remettre les immigrés "dans les bateaux"

Le _emps_n'est_plus_à _la_parole_mais_aux_actes.jpg

"Il faut rassurer les Français sur toutes les migrations de populations qui viendraient de la Méditerranée. Après tout remettons-les dans les bateaux!" a déclaré l'ancienne porte-parole de l'UMP à la presse dans les couloirs de l'Assemblée.

"Le temps n'est plus à la parole mais aux actes et aux décisions", a ajouté Chantal Brunel. "Marine Le Pen n'a aucune solution à proposer. Nous, on doit montrer qu'on a des solutions", a-t-elle ajouté.

"On doit assurer la sécurité en France et rassurer les Français", a conclu la députée.

Pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, "cette sortie atroce de la part de la députée UMP donne envie de vomir. On touche le fond".

"L'affolement gagne les rangs de l'UMP. Ces propos racistes doivent être condamnés au plus vite par Jean-François Copé. Toute autre attitude de la part du secrétaire général de l'UMP serait comprise comme une approbation", poursuit-il.

Et le numéro un communiste d'appeler "à se servir des bulletins de vote Front de gauche, le 20 mars prochain (aux cantonales), pour sanctionner les noces brunes entre l'UMP et le FN. C'est urgent".
piqué au tas sur actu.orange.fr

Nous,_on_doit_montrer_qu'on_a_des_solutions.jpg

 

19:01 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/03/2011

L'OTAN cherche à minimiser les perters civiles en Afghanistan

Afghanistan/Otan: Petraeus s'excuse


AFP
02/03/2011 | Mise à jour : 15:48
Le général américain David Petraeus, chef des troupes de l'Otan en Afghanistan, a présenté des excuses aujourd'hui pour la mort au cours d'un raid de neuf civils, "tragédie" dont l'Isaf assume l'entière responsabilité.

Les excuses du général Petraeus font suite à un appel pressant du président afghan Hamid Karzaï demandant à la force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) d'éviter les "meurtres quotidiens" de civils et l'avertissant qu'elle allait au devant de "graves problèmes" dans le cas contraire.

Peu auparavant, la police afghane avait annoncé que neuf jeunes enfants avaient été tués au cours d'un raid aérien hier alors qu'ils ramassaient du bois, dans la province orientale de Kunar, où l'Otan est déjà accusée par le gouvernement afghan d'avoir tué 65 civils dans un bombardement il y a dix jours.

"Nous sommes profondément désolés pour cette tragédie et nous présentons nos excuses aux membres du gouvernement afghan, au peuple d'Afghanistan, et par dessus tout aux survivants de la famille dont des membres ont été tués au cours de nos opérations", déclare le général américain dans un communiqué. "Ces morts n'auraient jamais dû se produire et je présenterai mes excuses en personne au président Karzaï à son retour de son voyage à Londres cette semaine", ajoute le communiqué.

De son côté l'Isaf, qui ne précise pas l'âge des victimes, déclare "assumer l'entière responsabilité de cette tragédie et vouloir continuer à mener une enquête exhaustive sur cet incident afin de comprendre pourquoi il a eu lieu et tenter d'empêcher qu'un tel événement ne se reproduise à l'avenir". "Si l'enquête devait corroborer les faits, des sanctions seraient envisagées, y compris des sanctions disciplinaires", ajoute le communiqué. L'Isaf indique avoir agi en représailles à des tirs de roquettes contre une base militaire.



KABOUL, 1er mars – RIA Novosti

Neuf enfants afghans ont été tués dans un bombardement des forces de l'Otan dans le district de Manogai, dans l'est du pays, rapporte l'agence d'information afghane Pajhwok.

Selon l'agence, qui cite de nombreux témoins oculaires, un groupe d'enfants, âgés de 10 à 15 ans, s'est rendu dans la vallée de Nanglam située dans le district pour aller chercher du bois. Des pilotes de l'Otan les ont pris pour des talibans et les ont bombardés.

Le chef de la police du district, Mohammad Rahman Bashardost, a confirmé que des enfants avaient péri mais sans pouvoir préciser le nombre de victimes.

Des enquêteurs envoyés sur place livreront le bilan définitif une fois leur travail terminé, a précisé l'intéressé.

De son côté, le service de presse de l'Alliance a fait savoir que le bombardement a été effectué après l'attaque d'une base de l'Organisation perpétrée par des insurgés dans le même district et que les victimes de ce raid aérien étaient des talibans.

Ce n'est pas la première fois que les actions de l'Otan font des victimes civiles. Le 18 février, l'aviation de l'Alliance a effectué un bombardement similaire qui a fait 65 victimes civiles, dont 29 enfants.

 

Afghan Probe Links NATO Strikes to 65 Civilian Deaths

The lifeless body of a dog is seen as Afghan police officers, right, look at the wreckage of a car after an explosion in the Arghandab district of Kandahar province, Afghanistan, February 27, 2011
Photo: AP

The lifeless body of a dog is seen as Afghan police officers, right, look at the wreckage of a car after an explosion in the Arghandab district of Kandahar province, Afghanistan, February 27, 2011

The Afghan government says NATO forces killed 65 civilians, many of them children, during recent attacks on a militant stronghold.

A government statement Sunday disclosed findings of an investigation conducted last week.  It said the death toll from NATO air and ground operations earlier this month in Kunar province included 21 boys, 19 girls, 10 women and 15 adult males. 

http://www.voanews.com/english/news/asia/-8-Die-in-Afghan-Explosion-117006808.html

 

 

 

 

16:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/02/2011

Bouygues remporte le projet du Pentagone à la française

http://socio13.files.wordpress.com/2008/12/sarkozy-dassault-bouygues-lagardere.jpg?w=450&h=241

Le deuxième groupe français de BTP a été préféré à Vinci et Eiffage. Le contrat dépasse 3 milliards d'euros, pour bâtir ou renover 467.000 m2 de bureaux qui accueilleront 9300 salariés.

Les pouvoirs publics ont tranché jeudi : selon nos informations, Bouygues a été choisi comme l'attributaire pressenti pour construire puis gérer les locaux du ministère de la Défense transféré à Balard au sud de Paris fin 2014. Une information confirmée par le ministère de la Défense qui dans son communiqué indique avoir choisi le «Bouygues pour construire le site de Balard. Il inclut Thales, Sodexo, une filiale des Caisses d'Epargne et Natixis».

Bouygues, groupement «pressenti», doit encore travailler deux mois avec le ministère pour peaufiner le contrat de Partenariat public privé (PPP) sur 30 ans qui doit être signé en avril. Ce n'est qu'à ce moment là que le projet lauréat sera dévoilé au public.

Il s'agit d'un énorme chantier où il faut d'abord bâtir ou rénover 467.000 m2 de bureaux qui accueilleront 9300 salariés aujourd'hui dispatchés sur quinze sites en région parisienne. Au total, cela fait un contrat qui dépasse trois milliards d'euros

Si le deuxième groupe français de BTP a été préféré à Vinci et Eiffage également présents dans la short-list, c'est qu'il proposait la solution la moins onéreuse. Concrètement, il touchera chaque année un loyer compris entre 125 et 130 millions d'euros payé par l'Etat pendant la durée de ce partenariat-public privé, soit 26 ans. De quoi construire les bâtiments mais aussi s'occuper de leur maintenance et assumer d'autres fonctions comme la restauration….

Bouygues a également été choisi pour faire ce Pentagone à la française grâce à la qualité de sa proposition architecturale signée Nicolas Michelin et Jean-Michel Wilmotte. Les esquisses ont séduit les militaires par leur caractère pratique et évolutif. Pour le groupe de Martin Bouygues, ce succès tombe à point nommé : en 2010, il n'avait gagné aucun des contrats à plusieurs milliards, pour des lignes ferroviaires à grande vitesse, tombés dans l'escarcelle de Vinci et d'Eiffage.

piqué au tas sur www.lefigaro.fr - 18/02/2011

15:38 | Lien permanent | Commentaires (0) |

L’investigation est un sport de combat : enquête sur le journalisme sportif

Quoi qu’en ait dit le baron Pierre de Coubertin, le sport n’est plus une affaire d’amateurs. Devenu spectacle professionnel, ses écarts (tricherie, dopage, violence, corruption, etc.) sont d’autant plus saillants, et ses ramifications tentaculaires. Pour le journaliste sportif, le subtil équilibre entre contact et distance, entre l’enquête et le commentaire, est difficile à trouver. Cela tombe bien : la définition de son rôle social est en jeu. Enquête.

À la surprise générale, la Fifa (Fédération Internationale de Football Association) attribue début décembre l’organisation de la coupe du monde de football à la Russie en 2018 et au Qatar en 2022. « Nous avons ouvert de nouveaux marchés de développement du football (...) Ce n’est pas pour l’argent, c’est une folie de prétendre cela » [1], explique sans craindre la contradiction Sepp Blatter, président de la fédération internationale dont le fonctionnement du comité exécutif est entouré de soupçons de corruption.

De ces suspicions, le journal L’Équipe se borne à reprendre quelques dépêches d’agence. Et se contente pour tout commentaire de reproduire la parole officielle de Blatter. Au sein du journal, certains reconnaissent que c’est dommage. « On est mauvais sur la Fifa comme on est mauvais sur le CIO », s’énerve Damien Ressiot, chargé de l’antidopage à L’Équipe.

Cet épisode illustre les rapports délicats que le journalisme entretient avec le sport. Envahi par l’argent des sponsors et les contrats d’exclusivité, lié par essence à la presse qui a créé maintes compétitions et continue d’en régenter, le sport professionnel serait réfractaire à l’information indépendante, et le journaliste sportif serait suspecté de compromissions et de collusion avec la matière qu’il traite. Parce qu’il faut promouvoir et entretenir le spectacle, le sport s’accommoderait mal du travail d’enquête journalistique.

la suite sur ACRIMED

12:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Breaking Bad - Tout le monde n'est pas siglé toto

 

Des produits suspects trouvés dans un abri

Samedi soir, deux adolescents âgés de 16 ans ont été grièvement blessés sur ce terrain après l'explosion de leur bombe artisanale. Samedi soir, deux adolescents âgés de 16 ans ont été grièvement blessés sur ce terrain après l'explosion de leur bombe artisanale.

Opérés, les deux adolescents grièvement blessés par une explosion devraient garder de lourdes séquelles. Le maire, Jean-Claude Vanbelle, va se rapprocher de la préfecture pour que les familles puissent bénéficier d'un soutien psychologique.




B. et B., les deux adolescents grièvement blessés par une explosion, samedi soir à Leers, ont été opérés. « Même si les médecins ont pu sauver la main d'un d'entre eux, on sait malheureusement qu'ils garderont de graves séquelles », explique une source proche du dossier.
Parallèlement, une enquête a été ouverte par le commissariat de police de Roubaix qui attend le feu vert des médecins pour auditionner les deux victimes, placées depuis leur opération en salle de déchoquage du CHR de Lille. Elles ont pu recevoir des visites de leurs proches, hier après-midi.


Une enquête de voisinage et du cercle familial aurait permis de déterminer que « ce n'est pas la première fois qu'ils jouaient au petit chimiste, même si rien ne permet de dire qu'ils avaient déjà procédé à de telles explosions ».
Hier après-midi, les policiers ont récupéré des récipients dans l'abri de jardin d'une des victimes. Un proche, inquiet, venait d'y découvrir des produits suspects, « dont il ne connaissait pas la nature ».

« Il leur faut un soutien »

Une chose est certaine aujourd'hui : « Ce n'était qu'une expérience, explique un enquêteur. Il n'y a rien de délictueux derrière tout ça ». Ce qui explique pourquoi le parquet n'a pas souhaité communiquer. « Ils ont peut-être déjà payé le prix fort », estime un magistrat.
Hier soir, Jean-Claude Vanbelle, le maire de Leers, devait rencontrer la famille de Baptiste. « C'est une famille sans histoire, explique l'édile. Je vais demander aux autorités supérieures qu'ils puissent bénéficier d'un soutien psychologique ». Pour le reste, le premier magistrat assure n'avoir jamais eu le « moindre retour » concernant de tels « jeux » dans sa commune.w

piqué au tas sur www.nordeclair.fr - 22/02/2011

http://www.pleaz.fr/wp-content/uploads/2010/10/02337630-photo-aaron-paul-et-bryan-cranston-dans-breaking-bad.jpg

 

 

11:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le parquet bloque la semi-liberté de Jean-Marc Rouillan

Le tribunal d’application des peines de Paris a accordé, hier, un régime de semi-liberté à Jean-Marc Rouillan, 58 ans, qui était le dernier membre d’Action directe (AD) à passer jour et nuit en prison. Mais le parquet a bloqué cet aménagement de peine en faisant immédiatement appel. L’ancien leader d’AD est en prison depuis près de vingt-quatre ans pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, en 1986, et d’un ingénieur général de l’armement, René Audran, en 1985. L’appel suspend de fait la mise en place du régime de semi-liberté, censé entrer en vigueur le 7 mars. Il reviendra donc à la chambre de l’application des peines de la cour d’appel de Paris d’examiner dans plusieurs semaines la demande de semi-liberté, qui ouvre la voie au bout d’un an à une éventuelle libération conditionnelle. Jean-Marc Rouillan avait déjà bénéficié d’une mesure de semi-liberté en 2007, mais elle avait été révoquée quelques mois plus tard, après des déclarations dans la presse selon lesquelles il ne «crachait» pas sur tout ce qu’il avait fait.

piqué au tas sur libé.com - 16/02/2011

10:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/02/2011

La SDAT tends les tubes pour se faire battre...

make_my_day.jpg

extrait articel nouvel-obs :

- Il y a un an, les plongeurs de la Brigade fluviale retrouvaient des tuyaux en plastique dans la Marne, sur la commune de Trilport (77), à l'endroit même où le militant d'ultragauche Julien Coupat et sa compagne Yldune Lévy avaient fait une halte la nuit du sabotage. En tout, cinq barres en PVC avaient été récupérées dans l'eau. Deux d'entre elles, de deux mètres de long chacune, avaient été emboitées l'une dans l'autre à l'aide d'un manchon recouvert de scotch noir...

- Le ticket de caisse Bricorama est émis à 14h20. Il comporte cinq éléments : deux tubes en plastique, servant en plomberie à l'évacuation des eaux, un manchon pour les relier et deux autres articles soldés à 2,50 euros, non-identifiés par des codes-barres. Interrogé par les enquêteurs, le directeur du magasin a trouvé cette note inhabituelle : habituellement, lorsque l'on achète ce type de tuyaux, a-t-il expliqué, on s'équipe aussi d'autres accessoires de plomberie comme des coudes plutôt que des manchons.

donc 5 = 2

 

pause-repas-entre_12h00_et_14h50.jpg

- Les enquêteurs, qui n'avaient pas le véhicule dans leur champ de vision, sont persuadés que la Mercedes y est entrée, brouillant ainsi les ondes de la balise GPS. Julien Coupat disparaît donc des radars de la police de 12h à 14h50, heure où son véhicule refait surface, toujours Porte de Châtillon, et met le cap vers la Seine-et-Marne.

 

Et un pti’ cigare pour digérer...

 

 

11:13 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu