Avertir le modérateur

05/01/2011

LA RÉPRESSION DES « BLACK BLOCS », PRÉTEXTE À LA DOMESTICATION DE LA RUE PROTESTATAIRE [article sur Tarnac & Sommet de l'Otan à Strasbourg]

 

c'est_ici_qu'intervient_l'exigence_de_martialité_chez_le_joueur.jpg
[La photo ne fait pas partie de l'article original]

 

 

« D'ailleurs tout malfaiteur attaquant le droit social devient par ses forfaits
rebelle et traître à la patrie, il cesse d'en être membre en violant ses lois,
et même il lui fait la guerre. Alors la conservation de l'État est incompatible
avec la sienne, il faut qu'un des deux périsse, et quand on fait mourir
le coupable, c'est moins comme citoyen que comme ennemi. Les procédures,
le jugement, sont les preuves et la déclaration qu'il a rompu le traité social,
et par conséquent qu'il n'est plus membre de l'État. Or comme il s'est reconnu
tel, tout au moins par son séjour, il en doit être retranché par l'exil comme
infracteur du pacte, ou par la mort comme ennemi public ».
Rousseau, Du contrat social ou des Principes du droit politique1:
« Les détracteurs de l’anarchisme ne se font pas tous la même idée
du danger idéologique que représente celui-ci et cette idée varie en fonction
de leur degré d’armement et des possibilités légales qu’ils ont d’en faire usage »
S. Dagerman, L’anarchisme et moi2:
« Je ne pense pas qu’il faille répondre aux coups par la bénédiction. Je crois que
la violence est inévitable. (...). Je dis seulement qu’il faut refuser toute
légitimation de la violence. Elle est à la fois nécessaire et injustifiable.
Alors, je crois qu’il faut lui garder son caractère exceptionnel, précisément, et la
resserrer dans les limites qu’on peut. (...). Mais dans un monde où l’on s’emploie
à justifier la terreur avec des arguments opposés, je pense qu’il faut apporter
une limitation à la violence, la cantonner dans certains secteurs en l’empêchant
d’aller jusqu’au bout de sa fureur. J’ai horreur de la violence confortable.
C’est un peu facile de tuer au nom de la loi ou de la doctrine ».
A. Camus, Dialogue pour le dialogue3:
1
J.-J. Rousseau, Du contrat social ou des Principes du droit politique, Livre II, Chapitre V « du droit
de vie et de mort », 1762
2
S. Dagerman, La dictature du chagrin & autres récits amers (1945-1953), Agone, 2009, p. 19
3
In Défense de l’Homme, n°10, juin 1949, pp.2-3, in Lou Marin, Albert Camus et les libertaires
(1948-1960), Egrégores, 2008, p. 80

par
OLIVIER CAHN - Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise Responsable du LEJEP-CERSC

 

doc à télécharger : LA RÉPRESSION DES « BLACK BLOCS ».pdf

Lire la suite

16:27 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Emission France Inter - Jérémie Assous - Tarnac & Téléréalité: la cristalisation de l'antiterrorisme



15:52 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/01/2011

MISSIONS EXTERIEURES ET COOPERATION POLICIERE (1)

par
Geneviève GIUDICELLI-DELAGE
Professeur à l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I)
et
Olivier CAHN
ATER à l’Université de Cergy-Pontoise

 

L’européanisation et l’internationalisation ne cessent de faire évoluer les concepts et institutions. Tel est le cas de la coopération. Mécanisme interétatique, par lequel, à l’origine, des Etats unissaient leurs forces pour répondre à des problèmes qui étaient les leurs et que chacun connaissait sur son territoire, il correspond également, de nos jours, à la mise en œuvre par des Etats, qui l’assument ensemble, d’une politique commune – qui dérive de décisions d’instances européennes ou internationales – à l’égard de questions qui ne les concernent pas directement en tant qu’Etats. La coopération policière de deuxième pilier (2) relève de ce nouveau mécanisme interétatique. Sémantiquement, parce que les Etats assument une politique commune de l’Union européenne (ainsi que le disent clairement les noms des instruments juridiques qui la mettent en œuvre : « action commune », « position commune »), coopération s’entend donc « cohérence », celle nécessaire des actions étatiques mises au service de cette politique ; mais, parce que cette coopération n’est que l’une des coopérations spécifiques de l’Union européenne, coopération s’entend encore « coordination », celle souhaitable des diverses polices européennes. Juridiquement, la coopération policière de deuxième pilier s’inscrit dans un ensemble de relations (verticales et parfois horizontales) d’une extrême complexité, aux facettes diverses (institutionnelle, normative, opérationnelle)3, résultante d’un processus qui est encore marqué par l’incomplétude.
(1)
Ce texte est un résumé actualisé de la contribution française aux travaux du Conseil de la magistrature militaire italien, et publiés par ce dernier (en anglais et en italien), intitulés European common defence and criminal judicial area (Rome 26-28 novembre 2004) ; voir également le premier volet de ces travaux (en français et en italien), Missions militaires de peace keeping et coopération en matière pénale (San Remo, 11-12 octobre 2003).
(2)
Décidée par l’annexe 1 à l’annexe IV des §.25 des conclusions de la présidence, Conseil européen d’Helsinki, 1999 et formalisée au II. de l’annexe VI des conclusions de la présidence, Conseil européen de Nice, 2000 ; cf. F. Nkundabagenzi, L’Union européenne et la gestion civile des crises, GRIP DATA : G1808

la suite du document ici.

ou à télécharger : MISSIONS EXTERIEURES ET COOPERATION POLICIERE.pdf

15:22 | Lien permanent | Commentaires (0) |

01/01/2011

Nicolas SARKOZY et la réserve citoyenne [ou volontaires français contre le bolchevisme]

http://a21.idata.over-blog.com/3/94/00/10/artValeursActuelles_reserve.jpg


Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur ses objectifs pour 2006 en matière de sécurité et prévention de la délinquance, la révision de la loi du 23 février 2005 sur la colonisation et le projet de loi sur l'immigration, Paris le 12 janvier 2006.

 

Lire la suite

11:57 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/12/2010

Afghanistan: raid contre une entreprise de sécurité privée à Kaboul

Afghanistan: Deux hommes tués alors qu'ils préparaient un attentat

Mis à jour le 25.12.10 à 10h28

Les forces afghane et internationale ont tué deux hommes à Kaboul lors d'une opération nocturne après avoir reçu «une menace crédible» d'attentat contre l'ambassade américaine, annonce ce samedi la force internationale de l'Otan (Isaf).

L'Isaf a confirmé l'opération de vendredi soir contre l'immeuble d'une société privée de sécurité, annoncée plus tôt par des responsables afghans. «Des informations de renseignement indiquaient que deux véhicules garés sur place étaient chargés d'explosifs», indique l'Isaf.

Lors de l'opération, les soldats ont été visés et deux hommes sont morts dans la fusillade. Les victimes étaient des agents de sécurité afghans, selon des responsables afgans. Un grand nombre d'armes ont été trouvées durant l'opération, a dit l'Isaf sans préciser si des explosifs avaient été découverts. Cette semaine, la direction nationale de la sécurité afghane a affirmé détenir trois personnes impliquées, selon elle, dans un projet d'attentat contre l'ambassade américaine et le palais présidentiel afghan piloté par les taliban pakistanais.

Avec Reuters

piqué au tas sur 20minute.fr - 25/12/2010

 

KABOUL (AP) — Deux gardes afghans ont été tués et deux autres blessés au cours de la nuit de jeudi à vendredi lors d'une opération des forces de l'OTAN contre les locaux d'une entreprise de sécurité privée à Kaboul, selon un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

Zemeri Bashary a précisé qu'une enquête avait été ouverte afin de déterminer les raisons pour lesquelles les forces internationales avaient mené une opération contre les locaux de Tiger International, une entreprise afghane de sécurité privée. La coalition n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

D'après le chef des services d'enquête Mohammad Zahir, aucun des gardes qui se trouvaient sur place au moment des faits n'avait ouvert le feu sur les troupes de la coalition. Il a affirmé qu'il n'y avait eu aucune coordination avec les autorités afghanes avant l'opération.

Le président Hamid Karzaï a ordonné le démantèlement des entreprises de sécurité privées en Afghanistan, mais certaines ont été dispensées de cette mesure, comme celles assurant la protection des missions diplomatiques et des projets d'aide et de développement.

Cette semaine, le responsable du ministère de l'Intérieur en charge du processus, le général Abdul Manan Farahi, a déclaré que 57 entreprises de ce type avaient déjà été fermées.

Par ailleurs, l'explosion d'une bombe au bord d'une route a coûté la vie à un soldat afghan et à un homme dans la province orientale de Khost vendredi. Un autre militaire afghan a été blessé, a déclaré le chef des forces de police de la province Abdul Hakim Esaqzai. AP

piqué au tas sur tempsreel.nouvelobs.com - 24/12/2010

 

Des soldats de l'Isaf ont attaqué à Kaboul un complexe appartenant à une société de sécurité afghane, tuant deux gardiens afghans et saisissant des armes, rapporte vendredi le ministère afghan de l'Intérieur.
En vertu de nouvelles réglementations, les autorités afghanes doivent donner leur feu vert à de telles opérations nocturnes et des militaires afghans doivent y prendre part.
L'opération a été menée dans la nuit de jeudi à vendredi, a précisé le porte-parole du ministère, Zemari Bashary. L'Isaf (Force internationale d'assistance à la sécurité) n'a pas réagi pour le moment à ces informations.
Selon Bashary, deux gardiens afghans ont été tués et trois autres blessés dans ce raid, qui, a-t-il dit, n'a pas été lancé en coordination avec l'armée afghane. Une enquête a été ouverte sur l'incident, a-t-il ajouté.
Un responsable de la police de Kaboul a précisé que la société de sécurité visée s'appelle "Tigre national" [Tiger International] et est chargée de la sécurité et du transport du personnel d'au moins trois entreprises afghanes.
Le président afghan Hamid Karzaï a interdit toutes les sociétés privées de sécurité à partir de la mi-décembre, à l'exception de celles chargées de garder les ambassades, les installations militaires, les résidences et le personnel diplomatiques.

piqué au tas sur www.lexpress.fr - 24/12/2010

KABUL, Afghanistan — NATO forces, acting on apparently faulty intelligence, killed two Afghan private security guards and wounded three others in a gun battle early Friday that could lead to renewed criticisms of foreign forces by President Hamid Karzai.

The foreign troops were searching for two cars they had been told were packed with explosives and were going to be used in a car bomb attack on the United States Embassy in Kabul, according to a statement from the NATO-led International Security Assistance Force, or ISAF.

An ISAF representative said the battle started when troops took fire from a building near the lot where the cars were parked.

In the end, no explosives were found, and the troops released 15 people they had detained in the operation.

The ISAF statement described the raid as a joint operation with Afghan troops, but Col. Mohammed Zahir, director of criminal investigations with the Kabul police, denied that Afghan forces had been involved. Often on raids, NATO troops are accompanied by Afghan commandos not necessarily under the same command as the Afghan police and regular military.

Mr. Karzai has chafed at the lack of notification of Afghan commanders and complained bitterly about night raids in general because of the higher likelihood that innocent people — many of them armed for safety — will be killed by mistake.

The United States military has repeatedly promised to work hard to avoid deadly errors, but American commanders consider night raids effective because they often catch militants off-guard.

On Friday, Colonel Zahir expressed some of the Afghan frustration with such raids.

“NATO forces do not share the information with us, and it causes casualties,” he said.

The ISAF representative declined to speak about what appeared to be faulty intelligence, saying that the troops acted on what was considered credible information and shot only because they were shot at.

The Afghan government said it would investigate the shooting deaths. The guards who were killed worked for Tiger International, a private security company. They were protecting the Irshad Elham office building, a modern complex nestled among neon-lit wedding halls on the outskirts of Kabul.

“ISAF forces went to third floor of the Irshad Elham building and targeted Tiger International security guards,” Colonel Zahir said. “They killed the people based on the wrong intelligence that they had. After killing the guards, they did not find anything. There were no terrorists.”

A guard with Tiger International confirmed that two men had been killed there.

“There names were Mubin and Sadiq,” said the guard, who insisted on anonymity. “They had young children at home; they were good men, poor men.”

According to Hamidullah, a security guard who uses only one name and works at a neighboring building, the operation started at 1 a.m. Dozens of coalition vehicles descended on the neighborhood, blocking the road in all directions. “There were about 70 soldiers on foot approaching the building, and then the shooting started,” he said.

“The foreign troops came here as brothers to help us,” he added. “But now we are seeing the damage.”
A version of this article appeared in print on December 25, 2010, on page A12 of the New York edition.

piqué au tas sur Times.fr - NATO Night Raid in Kabul Leaves Afghan Guards Dead By MICHAEL KAMBER and SHARIFULLAH SAHAK December 24, 2010

 

Tiger International Armor

Tiger International is an ISO 9001:2008 accredited company Designing and Manufacturing Armoured vehicles. Our product range included SUVs, Pick-up's, Cash in transit vehicles,buses, Trucks, Armoured personnel Carriers, Vans, Ambulances. We are looking for a well Qualified and experienced Quality controller who will be responsible for the final certification of armoured vehicle manufactured in the companhy. Who will be also responsible for the checking and certifying of material purchased for the production process and will be responsible to implement policies and proceedures to avoid any kind of quality issues or manufacturing defects at all the stages of production process process.

Skills

>The Candidate should have strong technical knowledge of the auto mobile.
>Computer
>Skill and knowledge to keep the manufacturing and production process in line with ISO standards.

 

12:47 | Lien permanent | Commentaires (0) |

18/12/2010

Un oeil sur les prospectives de la Gendarmerie nationale - étude sur les « nouveaux rassemblements de personnes »

Entre novembre 2007 et août 2009, le Centre des Hautes Etudes de l’Armement (CHEAr), sous l’égide de la Direction Générale de l’Armement (DGA) [1], a piloté une étude sur les « nouveaux rassemblements de personnes ». Inscrite au catalogue des études prospectives de défense à caractère politico-militaire, économique ou social (EPMES) sous le numéro 2007/061, cette étude a été lancée par le Centre de Prospective de la Gendarmerie Nationale (CPGN) pour déterminer et analyser les nouvelles formes de regroupements de personnes dans l’espace public. Pour le ministère de la Défense, l’enjeu de cette étude est de taille, car il s’agit de mieux connaître les nouvelles formes d’action collective, leur « typologie, les caractéristiques de la mobilisation, leurs modes de fonctionnement, le mode de constitution des groupes, les tendances futures et les réponses policières apportées (dimension comparative) ». L’objectif étant « d’adapter les modes d’action et moyens à engager ».

 

la suite sur Non-Fides : http://www.non-fides.fr/?Un-oeil-sur-les-prospectives-de-la

 

10:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/12/2010

Que Jean-Noël Guérini embauche les deux enfants de Bernard Squarcini, numéro 1 de la police française, vous croyez qu’il le fait par hasard ?

C dans l’air sur Marseille, l’émission qui fait scandale

José d'Arrigo

Vendredi à 17 H 45, Yves Calvi consacrait son émission C dans l’Air sur France 5 , à « Marseille Connection ». Pendant 1 heure, ses 4 invités Jean-Jacques Colombi, de la Direction Générale de la Police Judiciaire, Xavier Raufer, criminologue, René Coppano ancien patron de la brb ( brigade de la répression du grand banditisme) et José d’ Arrigo, ex journaliste du Méridional entre autres et aujourd’hui correspondant de Nice Matin, ont fait le point sur « les affaires marseillaises » , du Clos la Rose à Alexandre Guérini. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère à pistou. Surtout, D’arrigo qui s’est vraiment lâché notamment sur Jean-Noël Guérini et ses recrutements de « fils de » et de « fille de ». Des accusations extrêmement lourdes et graves, qui ne devraient surement pas rester sans réaction des principaux intéressés, selon nos informations.
En tout cas, après l’émission de Enquête Exclusive de cet été sur M6, sur les magouilles des taxis marseillais, voilà encore une émission télé dont on va sans doute encore beaucoup parler et pas qu’à Marseille. Pour vous faire une opinion, on vous propose de la revoir en « replay » sur le site internet de France 5. Dépêchez-vous, car compte-tenu de la nature de certains propos, et de la qualité des personnes mis en cause, il n’est pas certain qu’elle reste très longtemps en ligne….

Un lien C Dans l’Air de vendredi 10 décembre : Marseille Connection sur le site de France 5


Christian Frémont, Bernard Squarcini, Henri Proglio : 3 proches de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Guérini

piqué au tas sur www.marsactu.fr

 

http://1.bp.blogspot.com/_QRW_47yapwo/SjoY8rD6QcI/AAAAAAAAAFI/HHXQY5BmfGA/s400/grosquick-feu.jpg

GroSQuick

10:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

11/12/2010

Alain Bauer intitulé « A la recherche de la criminologie : une enquête »

Les éditions CNRS ont publié un petit ouvrage d’Alain Bauer intitulé « A la recherche de la criminologie : une enquête ». Le livre correspond en fait au cours inaugural du 8 février 2010 effectué pour l’inauguration de la Chaire de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers. Inauguration qui avait par ailleurs fait l’objet de polémique puisqu’elle avait été contestée par certains chercheurs de l’institution:

 

18 janvier 2009

Le Conseil d’Administration du Conservatoire National des Arts et Métiers doit se prononcer sur la nomination de Monsieur Alain Bauer à la Chaire de criminologie récemment créée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur.

m-entr_e_cnam.1232284285.JPGNous, chercheurs et enseignants chercheurs, professionnels, militants et bénévoles associatifs, tenons à faire connaître notre position aux membres de ce Conseil.

Etant donné l’absence de consensus :
- sur l’opportunité de la reconnaissance d’une science « criminologique » à l’Université,
- sur les thèses soutenues par M. Alain Bauer en matière de délinquance et de criminalité,
- sur la conception de l’insécurité et des moyens de la combattre dont M. Alain Bauer assure la promotion par ses activités de conseil et d’expertise,
logo-bauer.1231856346.jpg
Nous jugeons que la nomination de M. Alain Bauer sur un poste de titulaire de chaire au CNAM nuirait gravement à la crédibilité de cet établissement et aux actions de formation, d’études et de recherche qui y sont menées sur les problèmes sociaux.
Nous demandons donc au Conseil d’Administration de se prononcer défavorablement sur la création de cette chaire et la nomination de son titulaire.

Pour signer cette pétition, cliquez sur : contrechairecriminologie@gmail.com

voir sur ce blog Pourquoi nous ne voulons pas de la « nouvelle criminologie » et des projets de contrôle de la recherche sur la « sécurité intérieure » dans lesquels elle s’inscrit (pétition)

 

Il n’en demeure pas moins que ce texte est pertinent car Bauer y questionne le concept de criminologie et démontre avec des arguments précis la complexité du phénomène  qui a traditionnellement été enseigné en France de manière marginale au sein des facultés de droit.Il rappelle par ailleurs la spécificité de notre pays où la criminologie n’existe « que de manière incidente et dérobée, soit sous la forme de recherches effectuées sous d’autres bannières, soit sous la forme de travaux conduits par des « criminologues » autodidactes ou autoproclamés ». Cette faiblesse académique nous distinguerait de pays tels que le Canada ou l’Italie. Alain Bauer propose donc de nouvelles approches pour mieux identifier la réalité contemporaine des phénomènes criminels avec notamment l’importance des relations internationales, de l’économie numérique et de la prospective dans le cadre des analyses. Il insiste par ailleurs à juste titre sur le décryptage des « risques peu visibles » mis en relief par le sociologue allemand Ulrich Beck...

[Ulrich Beck ne parle pas des" risques peu visibles" en ce sens mais pose la question des limites de la prévention]


La recherche dans ce domaine se trouve alors, quant à elle, face à un dilemme : d’un côté elle doit anticiper et imaginer l’inimaginable, de l’autre cette volonté d’éclaircissement peut ouvrir la boîte de Pandore, et risque d’indiquer de nouvelles voies à d’éventuels terroristes. En imaginant des risques inimaginables jusqu’alors, l’analyse du risque peut donc sans le vouloir en engendrer de nouveaux. Or, si, dans une intention préventive, l’imagination est libérée de l’inhibition culturelle, la cantonnant à ne concevoir que des accidents fortuits, et qu’elle est poussée à concevoir le déclenchement voulu de catastrophes, la liberté et la démocratie risquent d’être ébranlées dans leurs fondements mêmes.

Ulrich Beck « La société du risque globalisé revue sous l'angle de la menace terroriste », Cahiers internationaux de sociologie 1/2003 (n° 114), p. 27-33.
URL :
www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie....
DOI : 10.3917/cis.114.0027.

 

... et qui nécessitent des « organes de perception » devant aider les acteurs et les citoyens à mieux cerner les dangers à venir. Propos lucides ou voeux pieux ? On se demande en effet ce qu’il en est sur un plan plus opérationnel car depuis cette conférence inaugurale, la Chaire en question brille surtout par sa discrétion en termes de recherche…

 

article piqué au tas sur blogs.lexpansion.com - 9/12/2010

http://farm3.static.flickr.com/2194/2052005844_e5af2587a9.jpg

 

Fire walk with me

 

10:46 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/12/2010

HSBC et la prévention "d’utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme "

Heureux "client" des banques, tu dois encore te soumettre à la prévention en donnant des renseignements concernant "votre activité et [à] vos ressources "

 

document joint avec la demande de renseignement : fiche d’information relative à votre activité et à vos ressources.pdf

 

Lettre envoyée par un client :

 

Madame, Monsieur,

Suite à la réception d’un courrier de HSBC France daté du 14 octobre 2010 reçu le 2 décembre 2010, je suis surpris de découvrir  le demande de mise à jour concernant la fiche d’information intitulée : « La fiche d’information relative à votre activité et à vos ressources » sous prétexte de prévention « d’utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme » et de compléter par « si votre banque n’est pas en mesure d’obtenir et de remplir ainsi son obligation réglementaire de mise à jour de votre dossier, elle sera susceptible de mettre un terme à la gestion de votre compte ».

J’aurais plutôt souhaité être mis en relation avec ma chargée de clientèle pour une demande d’information concernant mon adresse et situation financière mais je suis très surpris qu’on me demande des informations concernant mes activités salariales et mes ressources.

Je vous renvoie donc cette fiche d’information non renseignée car j’estime que ces informations ne concernent en rien ma banque et encore moins la prévention de l’ « utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme » au moyen de mon compte courant.

En vous souhaitant bonne réception

 

Sans compter que chez HSBC, il n'y a qu'à se pencher pour trouver des noms :

 


Liste volée chez HSBC: la Belgique a des centaines de noms

La France continue de partager avec ses voisins les données de la liste volée par Hervé Falciani à l'entité genevoise de la banque HSBC. Le ministère des Finances de l'Hexagone a transmis à la Belgique les noms de contribuables résidant dans ce pays.

"Plusieurs centaines de contribuables belges sont concernés", a dit jeudi un porte-parole de l'administration fiscale de la Belgique. Il confirmait une information publiée sur le site de l'hebdomadaire économique belge "Trends-Tendance".

La liste volée par l'informaticien français concernait 15'000 clients de la filiale de gestion de fortune du géant britannique. La justice française avait saisi les données en janvier 2009 et l'affaire a été révélée dans la presse en décembre 2009.

Paris a identifié 3000 contribuables français fraudeurs et a transmis par la suite à Rome, Madrid et Ottawa des informations concernant des milliers de ressortissants italiens, espagnols et canadiens.

(ats / 02 décembre 2010 16:16)

piqué sur romandie.com le 03/12/2010

10:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

02/12/2010

31 janvier 2009 - Jusqu’où va votre philosophie de l’engagement ?

solidarite-avec-les-revoltes-incarcere.jpg

17:06 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu