Avertir le modérateur

26/04/2010

Sarkozy: affaire de l'attentat de Karachi

 

 

 

Il n'y a peut-être point de vérité qui ne soit à quelque esprit faux matière d'erreur.


Vauvenargues, Luc de Clapiers, Réflexions et Maximes (1746)

09:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

13/04/2010

Identité nationale et patriotisme aux Etats-Unis

Les milices sur le pied de guerre

 

L’an dernier, l’extrême droite a connu un essor fulgurant. Les changements politiques, démographiques et économiques aux Etats-Unis ont entraîné la création d’une myriade de nouveaux groupes.

Le nombre de groupuscules incitant à la haine est depuis quelques années en constante augmentation : + 54 % de 2000 à 2008. La crise économique et l’arrivée au pouvoir d’un président noir ont encore accéléré leur développement. Si le Parti national-socialiste des travailleurs américains – une importante faction néonazie – a implosé en novembre 2008, le foisonnement des organisations extrémistes s’est poursuivi en 2009 (932 groupes répertoriés, contre 926 l’année précédente), selon le dernier décompte effectué par le Southern Poverty Law Center*. Parallèlement, le nombre de groupes “nativistes” [xénophobes] qui ne se contentent pas de prôner une politique d’immigration plus restrictive mais agressent ou harcèlent physiquement les immigrés est passé de 173 en 2008 à 309 l’année dernière. Pratiquement tous ces groupes d’autodéfense sont apparus depuis le printemps 2005.

Ce sont surtout les mouvements “patriotes” qui ont connu la plus forte poussée. Le mouvement patriote s’est fait connaître au milieu des années 1990, s’insurgeant contre ce qu’ils considèrent comme des tendances despotiques du gouvernement. Ce mouvement est né dans des circonstances dramatiques – après la mort de 76 davidiens lors du siège de Waco, au Texas, en 1993. Si le mouvement patriote fédérait des personnes proches de groupuscules racistes, l’ennemi à abattre restait le gouvernement fédéral. Il se distinguait également par son goût pour les théories du complot. Au début des années 2000, la mouvance patriote avait pratiquement disparu, mais on a assisté l’an dernier à une spectaculaire résurgence du mouvement et de sa branche paramilitaire, les milices. En 2009, 363 nouveaux groupes patriotes ont fait leur apparition, leur nombre passant de 149 (dont 42 milices) à 512 (dont 127 milices) – soit une augmentation de 244 %.

Une tendance inquiétante car, dans les années 1990, des individus proches de cette mouvance ont perpétré de nombreuses violences, notamment l’attentat d’Oklahoma City qui a entraîné la mort de 168 personnes en 1995.

Aujourd’hui, les frontières entre les différents courants d’extrême droite sont devenues plus floues : les nativistes reprennent les thèses des patriotes, les déclarations racistes contre Obama se multiplient au sein du mouvement patriote, et les théories du complot fleurissent dans toutes les manifestations de droite.


* Fondé en 1971 en Alabama pour défendre en justice les militants des droits civiques, le Southern Poverty Law Center s’est spécialisé dans la surveillance des groupes extrémistes aux Etats-Unis.

Article du Courrier International - 18/03/2010

 

Sid_Vicious_was_innocent.jpg

« Tu conclus bien sur l'overdose de confusionnisme dans le Marcus ».

 

Citation prise chez Jules Bonnot de la Bande (écrit de Guy Debord à Jean-François Martos à propos de Lipstick Traces )

20:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/03/2010

Statement by the conspiracy of cells of fire regarding last night’s explosion - Déclaration de la "Conspiration des cellules de feu" concernant l'explosion de la nuit dernière

Rough translation; original on Athens IMC.

The past 24 hours find us in an extreme emotional antithesis…

On the one hand, great sorrow for the death of the 15-year old Afghani and the injury of his sister and on the other hand, maximum rage for the reportages of the media which totally arbitrarily and purposefully try to involve our organisation in this event. We are not usually “bothered” by the panic-ridden scenaria of the media, yet the importance of the event forces us to take a public position directly, without a connection to any attack of ours. For this reason we CLEARLY STATE THAT THE CONSPIRACY OF CELLS OF FIRE HAS ABSOLUTELY NOTHING TO DO WITH THE EVENT IN QUESTION. We know only too well that our word against the word of the Anti-terrorist unit does not have the same exposure, since the media, in a paid mission, “photograph” and slander our organisation and our supposed involvement in the explosion in the [neighbourhood of] Patisia [, Athens].

For this reason we turn to every thinking individual, in order for them to understand the dirty game that is being set.

For all the above we declare

First – as we have already written in the communique following our attack against the National Insurance “…the time given for the evacuation of the building was set with knowledge of the number of forces held by the police in the surrounding area. In the future, depending on the geographical characteristics of each area, we will set the time frame for evacuation accordingly. Our aim is material destruction and police are always warned so that they can evacuate each area on time… “. And so, it would be inconsistent and murderously careless for us to place an explosive device in a heavily populated area, without a warning call.

Second – in the case that the phone call to the [corporate TV station] ALTER did indeed take place in the morning of the same day, it would be criminal neglect for us to “abandon” the explosive device for approximately 14 hours with the possible danger of an explosion that would have passers-by as victims. THE RISK WE TAKE AS REVOLUTIONARIES PRESUPPOSES EVEN OUR MAXIMUM PERSONAL EXPOSURE AS COUNTER-BALANCE TO THE POSSIBILITY OF AN ACCIDENT. In plain words, we would neither give a time limit of 6 minutes, knowing it is impossible for an area to be evacuated in such time, nor would we leave a device exposed without us ourselves going, with our personal exposure, to pick it up. This is also part of the claim of responsibility of our choices.

Third – it is our standard tactic , in order to avoid the malfunction of each device, to always place two clocks (and not one, as it has so far been leaked by the media) so as in the case of the malfunctioning of one of the clocks, the second one to operate instead.
Fourth – always, the warning calls that we make are to at least two institutional media in order to avoid any misunderstanding on the side of the phone operators, as well as a possible cover up of the warning call, as has happened in the past to other organisations. Also, there is always a full and detailed description not only of the target where we have placed the device but also a reference to certain roads, the size of the explosive device and the relevant advice for the evacuation and sealing off of buildings (the hotel  La Mirage in Omonoia square in the case of the [neo-nazi group] Golden Dawn, the blocking off of both lanes of traffic and surrounding buildings]

Fifth – in the case of the placement of an explosive device at the house of the vice-president of the Greek-Pakistani Union in Patisia, having knowledge of the area and the mobility of migrants in the area, we gave a time limit of 20 minutes to the police and used for this reason, a low-intensity explosives (handmade black gunpowder) and not the explosive material we used at the offices of Golden Dawn or the Police Directorship for Immigrants. Also, it was no coincidence that the explosives were placed outside the storey of flats, not inside – as we wanted to avoid in any case a possible injury of the tenants. Finally, we are no judges, prosecutors or police reporters to reach easy conclusions. At the end of the day, the truth for what happened is only known by the perpetrators of the action. In the POSSIBLE CASE that the particular explosive device was placed by a Revolutionary Organisation then revolutionary dignity dictates a public claim of responsibility with the relevant self-criticism which would clear up the scene, otherwise political anonymity sabotages the revolutionary direction and “charges” an entire strategy, that of the urban guerrilla.

The conclusions are many along with the reminder that if it is really a “blind” attack then it is a very specific political tendency that finds itself to the right of the state and has a special preference for such practices (Piazza Fontana, Italy – explosive device by parstatal extreme-rightists) under certain conditions of social tension.

EVERYTHING CONTINUES…

CONSPIRACY OF CELLS OF FIRE

GUERRILLA GROUP OF TERRORISTS

NIHILIST SPLINTER

 

Mort (non) accidentelle d'un anarchiste

Paru le Mardi 03 Mai 2005  Le Courrier
LUC VAN DONGEN

Histoire ITALIE - L'attentat de Piazza Fontana, à Milan, en 1969, ne fut pas le fait d'anarchistes, mais bien de membres de l'extrême droite. Il avait pour objet de créer les conditions à l'avènement d'un régime fort en Italie.
«Toute analogie avec des événements et des personnages qui ont défrayé la chronique de notre temps serait à imputer à la subtile magie dont le théâtre est coutumier et par l'effet de laquelle, si souvent, même des histoires un peu folles, complètement inventées, se sont trouvées impunément copiées par la réalité!» C'est par ce prologue malicieux que s'ouvre la pièce de Dario Fo intitulée Mort accidentelle d'un anarchiste, qui est présentée par le Théâtre de Carouge jusqu'au 8 mai (lire Le Courrier du 30 avril).
En 1970, Dario Fo exposait courageusement, bien que sous la forme d'une farce bouffonne, ce que l'histoire retiendra sous le nom de «stratégie de la tension». Evoquant implicitement l'attentat de Piazza Fontana, à Milan, qui, le 12 décembre 1969, avait fait seize morts et plus de quatre-vingts blessés parmi les clients de la Banque d'Agriculture, Fo faisait dire à son personnage principal: «Ce massacre d'innocents à la banque n'a servi qu'à créer la tension nécessaire pour que les citoyens écoeurés, indignés par tous ces crimes de la subversion, demandent eux-mêmes l'avènement d'un Etat fort.» A ce moment, seuls les mouvements dits gauchistes, et dans une moindre mesure le Parti communiste, que Fo venait de quitter, tenaient ce discours. Depuis lors, notre connaissance des années 1969-1974 – l'apogée de la stratégie de la tension – s'est considérablement enrichie. Les travaux les plus solides, l'enquête parlementaire conduite par Giovanni Pellegrino, de même que l'instruction du juge milanais Guido Salvini, ont largement confirmé les intuitions et les insinuations de l'auteur italien.

FAUSSE PISTE

Il ne fait désormais plus aucun doute, pour l'historien, que la bombe qui explosa en ce 12 décembre ne fut pas le fait des anarchistes. La police fut aiguillée sur une fausse piste, notamment par un certain Marino Merlino, soi-disant anarchiste mais en réalité néofasciste, qui venait de fonder à des fins machiavéliques le libertaire Cercle du 22 Mars. Ni Giovanni Pinelli, qui se «suicida» dans d'étranges circonstances – c'est toute l'intrigue de l'oeuvre de Dario Fo, qui a pu s'appuyer sur les transcriptions des interrogatoires de police – ni Pietro Valpreda ne commirent l'attentat de Milan. Selon l'hypothèse la plus plausible, les poseurs de bombe à proprement parler furent des membres du groupe néofasciste Ordine Nuovo (Delfo Zorzi, Carlo Maria Maggi, Carlo Rognoni), qui étaient liés à des extrémistes appartenant à un mouvement frère, Avanguardia Nazionale (dirigé par Stefano Delle Chiaie), et à d'autres compagnons issus de la même mouvance (Pino Rauti, Franco Freda, Giovanni Ventura...). Un lien direct entre ces derniers et des agents des services de renseignements militaires, le SID, a pu être établi (Marco Pozzan, Guido Giannettini). L'implication de certains secteurs du Ministère de l'intérieur (en particulier l'Ufficio Affari Riservati), de la CIA (David Garrett) et des structures paramilitaires secrètes de l'OTAN (le réseau Gladio) n'est pas moins sûre. Comme l'est la complicité d'une partie de la justice, qui s'employa longtemps à brouiller les pistes et à disculper les coupables. Du reste, aujourd'hui, Piazza Fontana reste un crime sans coupables du point de vue judiciaire.


ALLIANCE CONTRE-NATURE

Cela dit, la part exacte de chacun des acteurs dans l'attentat en même temps que dans la stratégie de la tension, dont Piazza Fontana constitue le déclencheur, prête encore à discussion. Il se développa une combinatoire extrêmement complexe, qui mit en présence, à différents niveaux, des éléments divers aux motivations plurielles. Il n'est que de songer à l'alliance contre-nature entre des néofascistes abhorrant le régime en place et certaines instances étatiques l'incarnant par excellence. En 1969, alors que l'Italie était en plein «mai rampant», que les luttes sociales étaient à leur paroxysme, que le Parti communiste montait en puissance, que les idées progressistes et émancipatrices ralliaient toujours plus de jeunes, une fraction de la droite et de l'extrême droite unirent en secret leurs forces pour tenter de provoquer l'instauration d'un régime plus autoritaire. Pour les uns, il ne s'agissait que de susciter une reprise en main plus musclée du pouvoir, en excluant les socialistes du gouvernement et en y intégrant le parti d'extrême droite légaliste (MSI). Pour les autres, l'espoir fut sans doute de singer la Grèce des colonels et de mettre en place, par d'un coup d'Etat, une dictature militaire étouffant dans l'oeuf le processus de démocratisation en cours. L'anticommunisme fut le ciment qui souda les différentes parties en jeu. Mais il y avait encore autre chose.
L'extrême droite italienne avait été fortement influencée par les théories sur la «guerre révolutionnaire» propagées par les exilés français de l'Organisation de l'armée secrète (OAS). On sait que, traumatisés par la défaite en Indochine, des officiers français avaient mis au point une doctrine stratégique basée sur l'action psychologique, la guérilla et le harcèlement des civils, laquelle fut expérimentée durant la guerre d'Algérie. Suite à son échec, l'OAS se dissémina, notamment au Portugal, où l'un de ses protagonistes, Yves Guérin-Sérac, créa en 1966 l'Aginter Press, une centrale contre-révolutionnaire qui noua des contacts avec les néofascistes italiens. Ce n'est pas un hasard si trois des figures clés du terrorisme noir en Italie – Stefano Delle Chiaie, Guido Giannettini, Pino Rauti – comptèrent parmi les plus ardents idéologues de ladite guerre révolutionnaire après avoir, pour certains d'entre eux, aidé l'OAS. On a pu démontrer que ces trois individus avaient entretenu des liens étroits avec les croisés d'Aginter Press. Notons aussi que le 31 janvier 1968 eut lieu une réunion entre Rauti et Guérin-Sérac au cours de laquelle on préconisa certaines mesures anticommunistes, y compris d'«éventuelles actions offensives».


QUI MANIPULA QUI?

De plus, en novembre de la même année, un correspondant italien d'Aginter Press écrivait ceci: «Nous pensons que la première phase de notre action devrait être de créer le chaos dans toutes les structures du régime. Notre activité doit consister à détruire l'Etat démocratique sous couvert d'organisations communistes et prochinoises, que nous avons déjà en partie infiltrées [...]. Cela va provoquer un sentiment d'hostilité à l'égard de ceux qui menacent la paix. [...]. Nous devrions nous efforcer de convaincre l'opinion publique de l'échec et de l'incurie de l'appareil d'Etat légalement constitué, afin de nous faire apparaître comme les seuls capables de fournir une réponse sociale, politique et économique adaptée aux besoins du moment. En même temps, il nous faudrait apparaître en défenseurs des citoyens contre la désintégration entraînée par la subversion et le terrorisme.» Merlino avait égalemement été lié aux comploteurs d'Aginter Press. Et c'est en revenant d'un voyage en Grèce organisé par Rauti, en 1969, qu'il avait créé le Cercle du 22 Mars.
Peut-être l'initiative vint-elle donc de là. Croyant tenir une occasion de renverser le système qu'ils combattaient, parce que jugé à la fois bourgeois, démocratique, ploutocratique, cosmopolite, décadent et matérialiste, les ultras de l'extrême droite italienne s'associèrent à d'autres milieux prêts à s'engager sur la voie de la violence politique pour barrer la route au communisme, sûrs qu'ils étaient de pouvoir manipuler les éléments plus modérés. Mais qui manipula qui en définitive? Force est de constater qu'au lieu d'un renversement de l'ordre établi, on assista à son renforcement. I

08:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/09/2009

Bombe à la Bourse d'Athènes...les boules hélènistes...

la Bourse d’Athènes

 

la Bourse d’Athènes

 


08:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/08/2009

Quand,en Corse, la voiture d'un journaliste fait boum...

 


http://www.bakchich.info/Enrico-Porsia-Du-travail-de,08528.html




Paru aujourd'hui, jeudi 27 août 2009 (Corse-Matin)
nm-photo-262200.jpg
Photo : A.A
La charge avait été placée sous la roue avant droite de la voiture, stationnée devant la maison de la belle-mère du journaliste.

Les habitants du village de Conca, en Corse-du-Sud, ont été surpris dans leur sommeil par une forte détonation qui s'est produite dans la nuit de mardi à mercredi, aux environs de 3 heures du matin.

Un attentat a visé le véhicule du journaliste Enrico Porsia, rédacteur en chef du site Amnistia.net et correspondant de bakchich.info. Il est également connu comme étant un ancien membre des Brigades Rouges, réfugié en France après « les années de plomb » qui ont ébranlé l'Italie. Naturalisé français, il travaille et réside habituellement sur Bastia. Hier, il se trouvait à Conca au moment des faits, dans la maison de sa belle famille où il passait ses vacances. Il faut savoir qu'Enrico Porsia est depuis quelques années le compagnon d'Edith Muzy, la veuve de Franck Muzy, dont l'assassinat en 1994 avait été imputé au FLNC canal historique.

Représailles ou problèmes de voisinage ?

Le véhicule, rapidement sécurisé par les démineurs, a subi d'importants dommages sans qu'il n'y ait cependant à déplorer de dégâts collatéraux. La charge avait été placée sur la roue avant droite de la Citroën Berlingo du journaliste, apprenait-on hier de source policière. Aucune précision n'a été donnée quant à la nature et à la puissance du dispositif qui serait toutefois assez sophistiqué.

La victime a déposé plainte et a été entendue, hier en début d'après-midi, par les gendarmes de Sainte-Lucie de Porto-Vecchio. Représailles suite à une de ses nombreuses enquêtes au vitriol ou problèmes de voisinage (Enrico Porsia en a émis l'hypothèse lui-même), aucune piste n'est pour l'heure écartée.

Le parquet d'Ajaccio a été saisi du dossier et l'enquête confiée à la brigade de recherches de Porto-Vecchio.

Des enquêtes qui déplaisent

A travers son site Amnistia.net, Enrico Porsia a mené de nombreuses enquêtes au niveau international. Dans le même temps, il s'est intéressé aux affaires corses. Ces derniers mois, il a fait parler de lui par ses enquêtes sur l'élaboration du Padduc. Il avait notamment mis en cause le président de l'exécutif, Ange Santini, et le président de l'assemblée de Corse, Camille de Rocca Serra. Selon ses enquêtes, ces personnalités, et d'autres de la majorité, auraient tenté de mettre à profit le Padduc pour rendre constructibles des terrains leur appartenant. Des affirmations démenties par les intéressés et pour lesquelles des actions judiciaires sont en cours.

Sur son site, Enrico Porsia ne ménage pas non plus certains mouvements nationalistes. Le 4 mars dernier à Bastia, lors d'une manifestation faisant suite à la condamnation d'Yvan Colonna il aurait été pris violemment à partie par des jeunes encagoulés qui l'auraient pris pour un policier. Des faits relatés par le journaliste lui-même sur bakchich.info.

Face à cet attentat, la rédaction de Corse-Matin apporte son soutien à Enrico Porsia et rappelle son attachement à la liberté de la presse.

Pierre Ciabrini Et Nadia Amar

 

13:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/06/2009

L'antiterrorisme abattu...par Gladio ?

Manipulation du terrorisme en Grèce : ça continue !
mercredi 17 juin 2009 (16h17)

Un policier antiterroriste abattu à Athènes

http://fr.news.yahoo.com/4/20090617/tts-grece-policier-me...

Un policier des services antiterroristes grecs a été abattu mercredi à Athènes par deux membres de la mouvance d’extrême gauche armée qui ont pris la fuite à moto, rapporte la police.

Il s’agit du plus grave incident depuis les émeutes de décembre dernier dans la capitale grecque.

Le policier, qui avait 41 ans, a été tué de plusieurs balles tirées à bout portant alors qu’il était assis dans sa voiture, affecté à la surveillance d’un témoin impliqué dans une affaire visant un mouvement de guérilla urbaine.

Les deux assaillants, qui appartiendraient à la Secte rouge, un groupe de l’extrême gauche armée, ont disparu dans les rues du quartier densément peuplé de Patissia.

"C’était un meurtre de sang-froid (...) Ils ont sorti leurs armes et l’ont assassiné", a déclaré le porte-parole de la police grecque Panagiotis Stathis aux journalistes.

Plusieurs mouvements anarchistes et gauchistes ont mené une série d’attaques ciblant la police ou les banques depuis qu’un policier a abattu un adolescent de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos, le 6 décembre.

Ce décès avait déclenché pendant plusieurs jours les émeutes les plus violentes depuis la fin du régime militaire en 1974.

L’attaque de mercredi, survenue aux premières heures de la journée, rappelle l’agression d’un autre policier dans la nuit du 4 au 5 janvier, revendiquée par un autre groupe d’extrême gauche, Lutte révolutionnaire du peuple (ELA) en mémoire du meurtre de Grigoropoulos. L’agent de 21 ans avait été grièvement blessé.

Le policier tué mercredi venait de prendre la relève d’un collègue pour surveiller un individu protégé après avoir témoigné contre un membre de Lutte révolutionnaire du peuple, aujourd’hui dissous, condamné avec d’autres en 2004.

La police a ramassé 24 douilles provenant de deux armes différentes sur les lieux du meurtre, dont certaines correspondent à une arme utilisée par la Secte rouge lors de la fusillade du siège de la télévision Alter en février.

"La victime a été tuée d’au moins 15 à 20 balles", a précisé Paganiotis Stathis.

Un médecin légiste a indiqué que le policier n’avait pas eu le temps de dégainer son arme. "Il porte de multiples blessures par balles, la plupart sur la partie gauche du corps. Son arme était dans sa ceinture", a-t-il dit.

Une vaste chasse à l’homme a été lancée dans le quartier de Patissia pour tenter de retrouver les auteurs du meurtre, qui n’a pas été revendiqué.

"Il n’y aura aucune tolérance pour des actes criminels qui coûtent des vies et visent la société et la démocratie", a dit le porte-parole du gouvernement, Evangelos Antonaros.

REUTERS

Version française Grégory Blachier, Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André


Notes :

Remarquez bien qu’ils n’ont pas coincé les coupables, mais qu’ils savent déjà QUI sont les coupables.

Il est évident, quand on connaît cette vieille technique de gouvernement, que ce sont les services secrets grecs qui ont commis cet attentat dans le but habituel d’obtenir toujours plus de pouvoir pour la répression. Dans le but de faire mal voir les "anarchistes", les "gauchistes" et les contestataires. Bref, dans le but d’éteindre toute contestation.

C’est avec cette méthode que les Tamouls ont été vaincus au Sri Lanka parce qu’ils n’ont pas su voir et dénoncer une vérité identique.



De :
mercredi 17 juin 2009

3109528059-greek-policeman-gunned.jpg

La perspective des J.O. d'Athènes du mois d'août a fait bouger les autorités grecques. Depuis quatre ans, elles ont mené une vaste opération de démantèlement des groupuscules d'extrême gauche dans le but d'assurer la sécurité durant les compétitions internationales. Avec plus ou moins de succès, on l'a vu. Après le 17-N, le plus grand groupe terroriste du pays, qui avait revendiqué 23 assassinats entre 1975 et 2000 en plus de vols à main armée et d'attentats, c'est l'ELA (Lutte révolutionnaire populaire) qui vient d'être visé.

L'ELA a été fondé en 1975 par Christos Kassimis, un an après la chute de la dictature des colonels. Révolutionnaire, anticapitaliste et anti-impérialiste, le groupe s'attaque d'abord à la junte militaire puis à l'OTAN et aux intérêts américains, mais aussi aux entreprises commerciales et aux organes officiels grecs. Il a cessé ses activités depuis 1995 mais la prescription ne court pas encore pour les actes commis après 1983. Or il est responsable, entre autres, de l'assassinat du procureur Anastassios Vernados en 1989 et d'un attentat à la bombe contre un car de policiers en 1994, qui a causé la mort de l'un d'eux. Selon la police, l'ELA serait responsable de 250 attentats et 11 assassinats (il n'en a revendiqué que deux).

Christos Tsigaridas, le seul à avoir reconnu sa participation au groupe, Angeletos Kanas (maire de l'île de Kimolos dans les Cyclades), Irini Athanassaki et Costas Agapiou ont été condamnés à pas moins de 1174 années de prison pour possession de matières explosives et d'armes, complicité dans 41 affaires d'attentats à la bombe et complicité d'assassinats. Grâce à la compression des peines, cette impressionnante durée est ramenée à 25 ans. La Grèce semble donc a priori bien clémente avec ses terroristes d'extrême gauche.

Les années marxistes et anarchistes

L'ELA fait en réalité partie de la vague terroriste d'extrême gauche qui avait déferlé sur l'Europe occidentale dans les années 1970, prônant à l'époque la lutte contre l'impérialisme et la défense du prolétariat. RAF (Fraction de l'Armée Rouge) allemande, Brigades rouges italiennes ou Action directe, tous ont les mêmes buts et les mêmes méthodes d'action : enlèvements, assassinats, attentats à la bombe. Parallèlement aux attentats de la RAF contre les quartiers militaires américains ou les centres commerciaux, on se souvient de l'enlèvement et de l'assassinat du Premier ministre Aldo Moro en 1978 par les Brigades rouges puis de l'enlèvement du général américain de l'OTAN James Dozier en 1981. Et des assassinats par Action directe du général Audran, le responsable des ventes d'armes de l'Etat français, puis en 1986, de Georges Besse, le PDG de Renault.
Mais tous ces mouvements sont brisés dans les années 1980 : après 16 meurtres, les chefs de la bande à Baader sont condamnés à la prison à perpétuité et se « suicident » dans leur cellule la nuit du 17 au 18 octobre 1977. Les principaux activistes italiens et les chefs d'Action directe sont, eux, condamnés à la prison à perpétuité.

Le terrorisme d'extrême gauche a-t-il un avenir ?

L'efficacité de plus en plus grande des services de renseignements et de police et des autorités judiciaires des pays ont étouffé les velléités révolutionnaires. D'autant plus que les activistes ne bénéficient plus du soutien de l'Union Soviétique et que les régimes marxistes-léninistes ont été discrédités avec son renversement en 1990.

Progressivement, le fanatisme religieux prend la place du fanatisme politique. C'est vraiment lors de la première guerre du Golfe que le terrorisme religieux a pris son essor. La présence américaine sur le sol sacré saoudien a irrité un certain Oussama Ben Laden, qui se retourne contre ses alliés d'Afghanistan et glisse vers le terrorisme en 1994. Le premier grand coup d'éclat sont les attentats au Kenya et en Tanzanie. D'autre part, Yasser Arafat a islamisé l'Intifada pour obtenir le soutien de l'Arabie Saoudite. Peu à peu, tous les mouvements ont dû s'allier aux groupes terroristes islamistes. Aujourd'hui, ce type de terrorisme est quasiment le seul à demeurer et la lutte contre le terrorisme se tourne vers lui.

La Grèce était le seul pays de l'OTAN où le terrorisme d'extrême gauche demeurait un problème. Les Etats-Unis soupçonnaient même le gouvernement grec d'être réticent à agir à cause de connivences avec le 17-N et l'ELA. Avec le démantèlement, certes tardif, des deux principales organisations terroristes, c'est désormais une chose révolue.


Emilie Drab


Sources :
AFP, ambassade de Grèce, Belga, Le Monde, terrorwatch.com, wikipedia.org

 

 

 

 

  • Athènes s'est efforcée mercredi de rassurer l'opinion internationale sur la sécurité des Jeux olympiques après un attentat contre un commissariat de la banlieue de la capitale.

  • La police penche pour la piste de l'extrême-gauche nationale.

D.S. avec AFP - le 05/05/2004 - 12h38
Mis à jour le 05/05/2004 - 14h42

"Un incident isolé", "réactions exagérées", "cela pourrait se produire dans n'importe quelle partie du monde" : les responsables grecs se sont empressés de prendre la parole tout à tour mercredi matin pour relativiser l'attentat survenu quelques heures plus tôt contre un commissariat de la banlieue athénienne. A 100 jours du début des Jeux Olympique, ces explosions non revendiquées ont trouvé une résonance internationale malvenue pour les hôtes des J.O. qui ont dépensé 650 millions d'euros pour prévenir les actes terroristes.

"Cela n'affecte en rien la sécurité de la préparation olympique", a assuré le Premier ministre grec. "L'effort du peuple grec et son étroite coopération avec les autorités compétentes de l'UE, de l'OTAN et des Etats-Unis garantissent la sécurité des Jeux", a assuré Costas Caramanlis. Avant même de connaître l'identité des auteurs, le porte-parole du gouvernement grec était quant à lui monté au créneau pour affirmer que les explosions n'étaient "pas liées à la préparation olympique". Plus ferme encore, le secrétaire d'Etat grec aux Affaires étrangères avait jugé "exagérées" les réactions après les explosions, estimant que "de telles choses ont souvent eu lieu dans le passé".

Sophistication

Si la piste du terrorisme islamiste semblait devoir être écartée, celle de la petite délinquance locale ne paraissait pas pour autant pouvoir être retenue avec certitude. En effet, la sophistication des engins explosifs utilisés mercredi n'est pas comparable aux petits attentats perpétrés avec des bonbonnes de gaz contre des agences bancaires par des jeunes proches des milieux anarchistes. Selon la télévision Net, au moins l'une des bombes était composée de pains de dynamite, d'une minuterie et d'un détonateur. Les trois explosions étaient programmées à plusieurs minutes d'intervalle, sans doute pour piéger les secours.

Ainsi, la police penchait plutôt mercredi matin pour la piste de l'extrême-gauche que le gouvernement pensait pourtant affaiblie avec le récent démantèlement de groupes comme le 17-Novembre ou l'organisation Lutte révolutionnaire populaire (ELA). L'attentat de mercredi rappelle d'ailleurs deux attaques récentes. En septembre dernier, un policier avait été blessé lors d'un attentat perpétré avec un engin similaire contre un tribunal d'Athènes. Il avait été revendiqué par un groupe grec jusqu'alors inconnu, Lutte révolutionnaire. En novembre, un engin explosif avait été désamorcé devant une succursale athénienne de la banque américaine Citibank. La tentative avait été revendiquée par "Christos Kassimis", une appellation utilisée dans les années 80 par l'ELA.

En début d'après-midi mercredi, le ministre grec de l'Ordre public assurait que les auteurs de l'attentat de mercredi étaient "des éléments extrémistes locaux" qui, de toutes façons, n'avaient "pas de capacités particulières" de nuisance, "ni d'avenir".

 

Année 2005
28 juillet: L’ELA revendique trois attentats à la bombe (Info Grèce)
8 février : Les affaires prescrites de l’ELA devant la justice (Info Grèce)


Année 2004
12 octobre: Les 4 membres du groupe terroriste ELA condamnes a 25 ans de prison chacun
10 février : Ouverture du procès de cinq terroristes présumés de l’ELA


Année 2003
20 décembre: Le procès de la 17N fini, celui de l’ELA commence (Info Grèce)
3 février : Démantèlement du terrorisme. Après la 17N, le tour d’ELA


Grèce : Gladio réapparait

Grèce : Gladio réapparait

"Breaking the Greek Example : Gunmen Fire On Police in Athens" , Kurt Nimmo, Infowars,January 5, 2009

Pour détruire le mouvement de résistance greque, une operation Gladio false flag s’est produite à Athenes. "des tireurs inconnus ont tirés sur des policiers et les ont sérieusement bléssés lundi" rapporte msncb. Le gouvernement grec déclare aussitot : " cela porte la marque de l’attaque le 23 décembre contre un bus de police dont un nouveau groupe gauchiste a déclaré qu’il avait été perpétré en protestation à l’assassina par la police de l’adolescent".

La police est interdite d’entrée à l’école polytechnique d’Athènes. Le 17 novembre 1973 le dictateur militaire Georgios Papadopoulos envoie l’armée pour réprimer une manifestation à l’université. Un tank défonse le portail de l’université et tue 24 étudiants.

La junte militaire grecque de 1967 est lancée par la CIA et l’OTAN. Ils suivent un plan de l’OTAN pour neutraliser un supposé soulevement communiste. Les militaires grecs s’emparent du gouvernement, déclare la loi martiale et lancent des arrestations d’etudiants et de figures de l’opposition. Mauvais traitements, tortues, censure... "les policiers et les militaires déclarent à leurs victimes qu’ils pratiquent la torture en toute impunité parce que les Etats Unis et l’OTAN les soutiennent"

La police grecque et ses doneurs d’ordres globalistes veulent rentrer à nouveau dans l’université et briser le foyer de la Résistance grecque. L’Ecole Polytechnique est au centre des protestaions qui secouent la grece depuis l’assassina par la police le 6 decembre d’un adolescent.

La rebellion sociale et politique en Grèce dirigée contre les banquiers néolibéraux et l’agenda globaliste est désormais connu sous le nom d’"exemple Grec". Il crée un immense embaras pour les élites.

Afin de trouver un pretexte pour détruire la rébellion des agents provocateurs ont ouvert le feu sur un policier en faction cette nuit la dans le quartier-symbole ou a été tué l’adolescent.

L’OTAN et la CIA ont conduit des opérations similaires pendant l’Operation Gladio. "Révélées pour la première fois par le premier ministre Giulio Andreotti en 1991, Gladio est toujours protégé par ses fondateurs, la CIA et le MI6" écrit Chris Floyd. "Installé à l’origine comme un réseau clandestin de cellules qui devait être activé derrière les lignes ennemies en cas d’invasion soviétique" en Europe de l’Ouest, Gladio s’est rapidement converti en un outil de repression politique et de manipulation dirigé par l’OTAN. Ce reseau emploie des militants d’extrème droite, des agents provocateurs et des unités des services secrets militaires. Gladio a organisé des attentats sanglants, des assassinas, et de la subversion éléctorale dans les Etats démocratiques comme la France, l’Italie et l’Allemagne de l’ouest, mais également dans les régimes fascistes en Espagne et au Portugal.

Lorsque la Grece adhère à l’OTAN en 1952 les forces spéciales ( LOK, Lochoi Oreinon Katadromon) sont intégrés dans les réseaux stay-behind europeens (Gladio). La LOK est impliquée dans le coup d’Etat de 1967 lors d’un programme de Gladio appellé Operation Seepskin

Dans cette période de crise de l’Etat capitaliste, le recours aux vieux expédients pour controler les populations fonctionne toujours


publié le 6 janvier 2009 Indimédia Toulouse

 

 

 

Les pays cibles du plan Marshall sont en priorité ceux situés à l’Ouest du « rideau de fer » dans lesquels des partis communistes, sortis grandis et armés de leur participation à la résistance populaire contre le nazisme, sont puissants. L’aide Marshall va permettre à des gouvernements bourgeois de s’installer au pouvoir. Les PC français et italiens sont mis sur la touche, tolérés dans le pays mais interdits de pouvoir. Ils acceptent cette marginalisation qui sera définitive pour le PC italien aujourd’hui disparu. Le PC grec, bien qu’il ait eu un rôle décisif dans la résistance à l’occupation nazie a été mis sur la touche par la Grande-Bretagne, la bourgeoisie et les fascistes grec, se réveille tardivement et reprend les armes contre le nouveau régime. La riposte est immédiate : le premier Avril 1947 un général US débarque sur le sol grec avec 5000 hommes et prend le commandement d’une guerre « civile » qui bien alimentée en dollars US durera deux ans. Elle sera féroce, extrêmement sanglante et conduira à une quasi liquidation des communistes grecs et à une interdiction du PC qui durera jusqu’en 1974. Les fascistes grecs alors soutenus et conseillés par les Etats-Unis se permettront mettre de faire un coup d’Etat militaire qui saignera à nouveau le pays et les partis de gauche grecs pendant 7 ans (1967-1974)

La Grèce étant à l’Ouest du « rideau de fer », l’URSS, affaiblie par la guerre et en situation d’infériorité militaire, n’intervient pas. Le partage du continent est ainsi respecté par la force. Pour autant les « occidentaux » ne vont pas hésiter à tenter des débaucher des pays situés dans la zone d’influence soviétique. Tel sera le cas de la Tchécoslovaquie. Les élections qui suivent la guerre ont donné une place prépondérante au PC tchèque (43% des voix). Il va former un gouvernement de coalition avec des partis bourgeois. Confronté aux graves problèmes matériels de la reconstruction du pays, le gouvernement tchèque envisage de faire appel à l’aide MARSHALL. Pour l’URSS c’est le signe que le « rideau de fer » peut se déplacer pourvu qu’il se déplace vers l’Est. L’URSS s’oppose à cette demande d’aide financière aux Etats-Unis et exige du gouvernement tchèque dirigé par les communistes qu’il refuse cette aide. Le PC Tchèque mobilise la population dans ce sens. La crise politique éclate à Prague en Février 1948.

http://www.legrandsoir.info/article8481.html

 

  • 12H12 Tel que rapporté dans les média grand public, le policier antiémeute a été touché 2 fois (près de la hanche et près de l’épaule). Il est présentement en train de se faire opérer et il ne risque pas de mourir. Selon les policiers, 72 personnes sont présentement détenues pour la nuit à Eksarhia. Indymedia rapporte que le nombre de détenus pourrait s’élever jusqu’à 100.
  • 12H10 Il y a quelques minutes, un groupe anarchiste appelé “Anarchiki Syspeirosi” (”l’anarchistesquatter”) nous informe que la maison d’un de ses membres a subi un raid et que leur camarade a été arrêté.

(Commentaire: L’idée que la personne qui ait tiré sur le policier décide de se cacher à Eksarhia, ou encore qu’elle soit active dans l’un des plus groupes anarchistes les plus ouverts et les plus connu en ville est absurde. Ce qui se passe à Athènes et à Eksarhia en particuler est une tentative évidente de la police de trouver un lien entre le coup de feu et le mouvement qui les confronte avec les masses depuis quelques semaines. ).

  • 17H13 À environ 3 heures ce matin un policier antiémeute a reçu des balles alors qu’il gardait le bâtiment du ministère de la culture à Eksarhia. Les médias mainstream ont confirmé la nouvelle; apparamment le policier est blessé (mais sans danger pour sa vie). Au même moment, Indymedia rapporte qu’il y a une opération de police extensive en ce moment à Eksarhia; les policiers entrent dans de nombreux bars et cafés, battent les gens et les arrêtent. Le caré Eksarhia en entier semble être encerclé par la police.

« #36, 14:11 Actions de solidarité anticarcérales pour le nouvel an à travers le pays; la solidarité avec K.Kuneva grossit; les préparatifs pour la manifestation du 9 janvier ont commencé




 

17:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/06/2009

L'orchestre noir continue de jouer... un air de basse intensité

Réalisation Jean-Michel Meurice. Ce film tourné en 1997, dont on peut espérer d’après le producteur une sortie dans les salles de cinéma représente une somme d’investigations sur vingt ans, entre 1974 et 1977, puis entre 1992 et 1996 sur les attentats qui eurent lieu en Italie à la fin des années 60 et plus particulièrement sur celui du 12 décembre 1969, Piazza Fontana, à Milan. C’est l’époque où, en Italie, un changement social paraît possible. Les manifestations sont quotidiennes, 1968 ne semble pas s’être arrêté. Cet attentat à Milan qui fait de très nombreuses victimes, choque l’opinion publique. L’enquête de la police s’oriente presque immédiatement vers les anarchistes, selon les directives des services secrets italiens, et pour cause : ce sont ces derniers qui ont organiser l’attentat... C’est l’histoire d’une machination incroyable qu’un scénariste de fiction n’aurait jamais pu imaginer qui a été patiemment et méticuleusement reconstitué. En fait, des agents de la CIA, ceux-là mêmes qui recrutèrent Klaus Barbie en Amérique du Sud, ont créé en Italie un réseau occulte paramilitaire, Gladio, pour prévenir la montée du communisme et assurer la sécurité du monde « libre »... Ce réseau est constitué de hauts gradés militaires italiens formés à l’époque de Mussolini, de politiciens de droite, de membres des services secrets, de la loge P2, de l’OTAN, du groupe fasciste Ordine Nuovo ; ils collaborent avec des anciens officiers français de l’OAS et sont conseillés par les colonels grecs inspirés par le coup d’État de 1967.Un documentaire plus que salutaire qui démontre que ceux-là même qui dénonçaient l’insécurité et étaient chargés de la protection de la population, commettaient des attentats et organisaient des massacres..

 

En 1969, plus de 150 attentats secouent la péninsule italienne. La police les attribue alors en bloc aux milieux anarchistes. Mais de récents témoignages invalident cette piste et établissent la responsabilité de l'extrême droite, dans une manipulation impliquant les services secrets italiens, l'OAS, l'OTAN et la CIA. Enquête.
L'attentat de la Piazza Fontana le 12 décembre 1969, fit 13 morts et une centaine de blessés. Ce fut le point culminant d'une année de terreur, durant laquelle l'Italie connu plus de 150 attentats. L'enquête de police s'oriente alors immédiatement vers les virulents milieux anarchistes, qui prônaient la lutte armée. Le 'Groupe du 22 mars' est démantelé, l'affaire classée.
En fait, les policiers ont discrètement écarté une autre piste, impliquant cette fois l'extrême droite. Une nouvelle enquête révèlera que des membres d'un groupe néo-fasciste étaient impliqués dans la vague de terreur. Plus troublant, un fonctionnaire des services secrets italiens (SID), Guido Giannettini, aurait fréquenté ce groupe et donc informé son service de ses activités terroristes.
Les témoignages d'anciens fascistes repentis permettent aujourd'hui d'y voir plus clair. L'extrême droite est bien à l'origine des attentats, de mèche avec certains pontes de la Démocratie Chrétienne, les uns visant faire établir l'état d'urgence pour instaurer un pouvoir autoritaire, les autres pensant utiliser la violence fasciste pour dépopulariser l'extrême gauche. Mais la manipulation ne s'arrête pas là. L'OAS, la CIA et même l'OTAN sont également impliqués à des degrés divers, au nom de l'anticommunisme.
Jean-Michel Meurice recompose le puzzle d'une affaire éminemment complexe : anciens fascistes, hommes politiques, magistrats viennent témoigner devant sa caméra et rendent compte de l'état actuel des connaissances¿en attendant de nouvelles révélations.

 

 

Piazza Fontana, 12 décembre 1969

par Miguel Chueca
Le 12 décembre 1969, à 16 h 37, une bombe explose à la Banque nationale de l’agriculture, située sur la piazza Fontana à Milan. Commis à un moment de l’année et à une heure où les rues sont particulièrement animées, l’attentat visait à tuer le plus de monde possible : avec un bilan de 16 morts et une centaine de blessés, ses responsables peuvent se flatter d’y être parvenus. Si, trois jours après, l’opinion publique croit savoir le nom de l’auteur de la tuerie, il y a une chose, en revanche, qu’elle ne peut pas savoir : c’est que l’Italie vient d’entrer dans une période de dix ans de violences qui ne prendra fin qu’avec le carnage (85 morts et des dizaines de blessés) de la gare de Bologne en 1980.

Bien que la nature des attentats du 12 décembre - il y a en eu un autre à Milan et deux à Rome, qui ont fait peu de dégâts -, les moyens opérationnels et la froide organisation dont ils témoignent auraient dû conduire les enquêteurs vers d’autres milieux, les objectifs visés accréditent, à leurs yeux, l’hypothèse de la " piste rouge ", qui va les mener très vite sur les traces de l’anarchiste Pietro Valpreda. Quand celui-ci est interpellé et conduit à Rome pour y être " reconnu " par le chauffeur de taxi Cornelio Rolandi, qui pense avoir chargé le 12 décembre le responsable de l’attentat, la police a déjà procédé à de nombreuses arrestations dans le milieu libertaire. Le jour même où la presse annonce, à la une, l’arrestation de Valpreda, " le monstre à visage humain ", on apprend que les bombes du 12 décembre viennent de causer une victime de plus en la personne du cheminot libertaire Giuseppe Pinelli, trouvé mort dans la cour de la préfecture de Milan, où il était interrogé par les services du commissaire Calabresi : dans sa pièce Mort accidentelle d’un anarchiste, Dario Fo réduira en un petit tas de cendres ridicules les diverses et pittoresques versions policières de la " chute " du cheminot du quatrième étage de la questura de Milan. Quant aux charges contre Valpreda, elles vont bientôt se retourner contre la police elle-même : contradictions du " super-témoin " C. Rolandi, séance d’identification truquée, production à retardement de prétendues pièces à conviction, tout a été fait pour incriminer cet ex-délinquant juvénile, danseur de variétés sans engagements, anarchiste marginalisé dans son propre milieu, en qui les inspirateurs de l’obscure " stratégie de la tension " qui commence à faire sentir ses effets en cette fin d’année 69 ont vu l’homme le plus approprié pour jouer, à son insu, le rôle du coupable idéal. Belle opération, en vérité, bien utile pour égarer les recherches et rendre d’autant plus difficile l’accès à la vérité, qui n’a d’égal que la fabrication de la " piste bulgare " au moment de l’affaire de la tentative d’assassinat du pape Jean-Paul II (13 mai 1981).

Toutefois, malgré les efforts des services passés maîtres dans l’art du depistaggio (la fabrication de fausses pistes), l’enquête va s’orienter peu à peu vers les groupes nazis-fascistes Ordine nuovo et Avanguardia nazionale. Elle permet, en 1972, au juge Giancarlo Stiz de mettre Giovanni Ventura et Franco Freda en examen, tant et si bien que, quand commence, en 1975, le deuxième jugement pour les faits du 12 décembre 69, Valpreda doit partager le banc des accusés avec quelques distingués fascistes, au rang desquels figurent Guido Giannettini, journaliste et agent du SID (les services secrets), et Stefano Delle Chiaie, dont on saura plus tard qu’il a toujours été en contact avec D’Amato, directeur des affaires réservées du ministère de l’Intérieur et membre de la loge P2.

On va assister alors à un incroyable rodéo judiciaire qui, s’étalant sur plus de trente ans, va voir les acquittements succéder invariablement aux condamnations.

Condamnés à la prison à vie en 1979 pour l’attentat de la piazza Fontana, Freda et Ventura sont acquittés en mars 1981 au motif d’insuffisance de preuves. Fidèle à sa ligne de conduite, la justice continue imperturbablement d’associer Valpreda aux procès sur les faits du 12 décembre, jusqu’en janvier 1986, quand elle le fait sortir définitivement de la scène judiciaire, en compagnie de Freda et Ventura. En 2001, ce sont trois autres fascistes (Delfo Zorzi, Carlo Maria Maggi et Giancarlo Rognoni) qui sont condamnés à la prison perpétuelle pour ces mêmes faits. Puis, le 12 mars dernier, alors que l’attention de l’opinion publique est occupée par les informations en provenance de Madrid, la cour d’appel de Milan annule les peines prononcées contre les trois fascistes, une sentence qui met le point final à l’affaire de la piazza Fontana. Fait surprenant, au moment même où, sur la foi des " aveux " du repenti Pietro Mutti, l’Italie demande l’extradition de Cesare Battisti, la justice du pays acquitte Delfo Zorzi - ce même Zorzi qui, depuis de très longues années, coule des jours paisibles au Japon et y est devenu milliardaire - et ses amis au motif que leur accusation repose sur... les dénonciations d’un repenti, Carlo Digilio. La justice italienne applique, à l’évidence, le principe du " deux poids, deux mesures " : le fléau de la balance qu’elle tient penche toujours du même côté, et son bandeau ne lui couvre qu’un œil. En veut-on une preuve de plus ? Alors que des indices concordants accusent les fascistes impliqués dans les faits du 12 décembre, ils ont tous été absous, et les seules personnes emprisonnées aujourd’hui encore pour des faits liés à la tuerie de la piazza Fontana sont Adriano Sofri et deux autres ex-dirigeants de l’organisation d’extrême gauche Lotta continua, désignés par un autre repenti comme les commanditaires de l’assassinat en 1972 du commissaire Calabresi.

Venant après d’autres extraditions, l’affaire Battisti a certes réveillé le souvenir des " années de plomb " italiennes, mais cette exhumation a tendu très souvent à éclipser le souvenir des événements antérieurs au choix des armes opéré par une partie de l’extrême gauche du pays. Il est clair pourtant que la violence de ces groupes n’aurait pas atteint le niveau auquel il toucha à partir du milieu des années 70 si, avant, les artificiers de l’autre terrorisme - et aussi les putschistes de décembre 70 et de l’opération Rose des Vents d’avril 1973 - n’avaient ouvert toute grande la boîte de Pandore et plongé l’Italie dans ce que Francesco Cossiga n’hésita pas à qualifier de " guerre de basse intensité ". Les chiffres montrent que, dans cette guerre, le terrorisme noir, adepte des attentats de masse - et ce n’est pas par hasard s’il s’en est pris tout particulièrement aux gares et aux trains -, a frappé plus fort que le rouge, qui ne visa jamais que des individus particuliers. Mais le désir affiché des autorités italiennes de poursuivre en tous lieux les responsables, ou prétendus tels, du terrorisme rouge met d’autant plus en évidence l’étonnante inaptitude de la police à faire la lumière sur les massacres causés par le terrorisme noir et la surprenante indulgence dont la justice a fait montre à son égard. Les enquêtes sur les attentats contre les trains " Freccia del sud " et " Italicus ", sur la tuerie de la piazza della Loggia à Brescia ou celle de la gare de Bologne se sont toutes perdues dans les sables. Et plus la justice et les faiseurs d’opinion du pays donnent de la voix contre le " monstre " Battisti - en retrouvant, au passage, quelques-uns des qualificatifs dirigés naguère contre Pietro Valpreda - et plus assourdissant est leur silence sur les morts de la piazza Fontana, et plus manifeste le désir d’une partie du peuple italien de ne rien savoir de ce que la " mère de tous les massacres " (Luciano Lanza, La Ténébreuse Affaire de la piazza Fontana) pourrait lui apprendre sur sa propre société, sur ses institutions, sa justice, sa classe politique, sa police, ses services secrets.

Et il ne faut certainement pas compter sur les responsables politiques d’aujourd’hui, ex-membres de la loge P2 ou héritiers du néo-fascisme, pour faire en sorte que les noms des auteurs et des commanditaires de l’opération de décembre 69 sortent enfin à la lumière du jour.

Miguel Chueca

Paru dans le n° 2 de La Question sociale, "revue libertaire de réflexion et de combat", hiver 2004-2005.

Une version abrégée de ce texte avait paru dans Le Monde daté des 11-12 décembre 2004.

 

mercredi 11 juin 2008

France/Italie

Il y a brigadistes et brigadistes

Le premier ministre François Fillon vient de signer un décret autorisant l’extradition de Mme Marina Petrella, une ancienne membre des Brigades rouges qui vit en France depuis les années 1990. Condamnée en son absence, dans le cadre d’une législation d’exception, pour avoir, en 1981 à Rome, tué un commissaire de police et grièvement blessé son chauffeur, elle est emprisonnée à Fresnes, sous écrou extraditionnel, depuis le 21 août dernier.

Cette décision, si elle était suivie d’effet, serait choquante à deux titres :

— à titre personnel, elle vise une femme à « l’état psychique profondément dégradé », selon son avocate Maître Irène Terrel. De fait, après ce que les médecins qualifient d’« épisode suicidaire majeur », elle a passé huit semaines à l’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud de Villejuif. Et son ami, le militant d’extrême gauche Oreste Scalzone, décrit une femme « en grève de la vie ». Un tel état justifie pleinement l’application de la clause humanitaire prévue par les textes régissant l’extradition ;

— du point de vue politique, elle constitue — après l’extradition d’un autre brigadiste, Paolo Persichetti, en 2002, et la menace d’extradition de Cesare Battisti, en 2004 — une nouvelle violation de la parole de la France au plus haut niveau. En 1985, le président François Mitterrand s’était en effet engagé à ne pas extrader les anciens brigadistes, à condition qu’ils renoncent à la violence.

Avant de livrer Mme Marina Petrella à son ami Silvio Berlusconi, le président Nicolas Sarkozy devrait se demander pourquoi l’Italie continue à régler ses comptes avec les anciens Brigadistes rouges, mais pas avec les ex-Brigadistes noirs. Même les commanditaires de l’attentat de la piazza Fontana, qui, le 12 décembre 1969, tua 16 Milanais et en blessa 98, comme ceux de l’attentat contre la gare de Bologne qui, le 2 août 1980, fit 85 morts et plus de 200 blessés, courent toujours...

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-06-11-Italie



 

 

 

19:18 | Lien permanent | Commentaires (2) |

14/01/2009

Appel du parquet: risque de concertation frauduleuse

Sabotages SNCF : la compagne de Coupat reste en prison

C.J. (lefigaro.fr) avec AFP
14/01/2009 | Mise à jour : 19:41
| Ajouter à ma sélection
.

Le juge d'instruction a ordonné mercredi la remise en liberté d' Yldune Lévy. Mais la jeune fille demeure cependant incarcérée en raison d'un appel en urgence du parquet.

Comme son compagnon, Julien Coupat, le chef présumé du groupe responsable des sabotages des lignes TGV, Yldune Lévy reste derrière les barreaux. Après que le juge d'instruction a demandé la remise en liberté, libérer sous contrôle judiciaire, de la jeune femme, le parquet a fait appel en urgence mercredi soir de cette décision. C'est à la cour d'appel de Paris de se prononcer désormais sur la validité de la procédure de référé-détention

Le parquet de Paris justifie son opposition en raison notamment de «risque de concertation frauduleuse» entre la jeune femme et les sept autres prévenus du dossier qui ont déjà été remis en liberté. Le parquet avait utilisé la même procédure de référé-détention pour maintenir Julien Coupat en détention, fin décembre.

 

Coupat dépose une nouvelle demande de mise en liberté

 

Mise en examen le 15 novembre pour destructions en réunion et association de malfaiteurs à visée terroriste, Yldune Lévy est, avec Julien Coupat, la seule des neuf membres de la «cellule invisible» anarcho-autonome, mise en cause dans les sabotages des lignes de la SNCF, à être toujours incarcérée. La jeune femme de 25 ans a été entendue une première fois par le juge jeudi dernier. Le juge des libertés et de la détention (JLD) avait fixé comme condition préalable à toute libération que l'amie de Julien Coupat soit auditionnée.

Le couple Coupat-Lévy qui était placé sous surveillance car suspecté d'actes anarchistes, avait été vu le 7 novembre dernier à proximité d'une des voies ferrées, visées par un acte de sabotage, en train de jeter une lampe frontale et une brochure recensant des horaires et trajets de la SNCF. S'appuyant sur ce signalement et des témoignages, la police judiciaire soutient, malgré le peu d'éléments matériels à charge, que le groupe de Coupat envisageait le sabotage des lignes comme «un acte politique de déstabilisation de l'État».

 

Sabotages SNCF: le juge ordonne la libération d'Yldune Levy, appel du parquet

PARIS (AFP) — Le juge d'instruction chargé de l'enquête sur les dégradations contre des lignes ferroviaires à grande vitesse a ordonné mercredi la remise en liberté d'Yldune Lévy, qui reste cependant incarcérée en raison d'un appel en urgence du parquet, a-t-on appris de sources concordantes.

Thierry Fragnoli, le magistrat qui a mis en examen la jeune femme le 15 novembre pour "destructions en réunion et association de malfaiteurs à visée terroriste", a "signé aujourd'hui une ordonnance de remise en liberté sous contrôle judiciaire" d'Yldune Levy, a affirmé à l'AFP son avocat, Me Steeve Montagne.

"Je suis particulièrement heureux de cette décision, le juge a considéré que la libération d'Yldune ne pouvait pas nuire à la nécessaire recherche de la vérité dans le dossier", a-t-il souligné.

La compagne de Julien Coupat, chef présumé d'un groupe présenté comme "anarcho-autonome", n'a cependant pas été remise en liberté en raison d'un appel en urgence interjeté par le parquet, selon une source judiciaire.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris devra donc statuer sur ce référé-détention avant de décider ultérieurement si Yldune Lévy, âgée de 25 ans, doit être remise en liberté.

Les dates d'audiences de cette procédure n'étaient pas connues mercredi soir.

"Encore une fois le parquet s'oppose par une procédure d'exception à la mise en liberté de personnes en détention dans ce dossier", s'est insurgé Me Montagne.

Le 19 décembre, un juge des libertés et de la détention (JLD) avait ordonné la remise en liberté de Julien Coupat, chef présumé du groupe dit de Tarnac à l'origine des dégradations contre des lignes TGV fin octobre et début novembre.

Le parquet avait pris un référé-détention et la chambre de l'instruction avait finalement décidé une semaine plus tard de le maintenir en prison.

Yldune Levy, pour sa part, s'était vu refuser le 22 décembre une première demande de mise en liberté par un JLD au motif que celle-ci n'avait pas été interrogée sur le fond du dossier par le juge Fragnoli. Cette audition a eu lieu le 8 janvier.

A ce jour, des neuf mis en examen dans ce dossier, Julien Coupat et Yldune Levy restent les seuls à être en détention, lui à la maison d'arrêt de la Santé et elle à Fleury-Mérogis.

Trois autres membres de ce groupe, baptisé "cellule invisible" par les enquêteurs, initialement placés en détention provisoire ont été remis en liberté le 2 décembre.

Julien Coupat a, de son côté, déposé une nouvelle demande de mise en liberté, selon son avocate Irène Terrel. Aucune décision n'avait été prise mercredi soir, selon une source proche du dossier.

 

 

20:12 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu