Avertir le modérateur

30/03/2011

Profanations - pièges à cons - Strasbourg - Mendes - Cimetières

Bagdad Cemetery

Huit skinheads mis en examen ce matin

Huit des seize jeunes gens interpellés mardi matin par les policiers (DNA d’hier) devraient être mis en examen aujourd’hui dans le cadre des profanations commises dans trois cimetières strasbourgeois en 2010. Certains ont livré des aveux en garde à vue.

Sur les quinze individus arrêtés mardi matin dans plusieurs communes bas-rhinoises, trois ont été mis hors de cause et relâchés mardi dans la soirée, après avoir passé toute la journée en garde à vue à l’hôtel de police de Strasbourg. Aucun élément tangible susceptible d’établir qu’ils auraient participé à l’une ou l’autre des profanations n’a pu être retenu à leur encontre. D’autres ont été libérés hier en cours de journée.

Un projet né lors d’une soirée alcoolisée

Les sept autres mis en cause, qui appartiennent tous à la mouvance skinhead locale (lire ci-dessous), ainsi qu’un seizième individu interpellé dans le sud de la France, ont été informés de la prolongation de leur garde à vue mardi soir. Certains étaient mineurs au moment des faits. Hier, leurs auditions se sont poursuivies dans les locaux de la sûreté départementale du Bas-Rhin.

Plusieurs suspects sont passés aux aveux devant les enquêteurs quant à leur implication dans les dégradations commises dans des cimetières strasbourgeois. D’autres skinheads n’ont pas formellement reconnu s’être rendus dans les cimetières. Ils ont en revanche été mis en cause par leurs comparses.

http://www.casa-lesroches.com/noyaux.jpg

Un «noyau dur»

L’idée d’aller profaner un cimetière aurait germé dans la tête de l’un des suspects, à l’occasion d’une soirée de beuverie, le 27 janvier 2010. Une dizaine de jeunes se seraient alors rendus en pleine nuit au cimetière israélite de Cronenbourg à bord de deux véhicules. Une fois dans le cimetière, le petit groupe se serait réparti les tâches : les uns taguant des croix gammées à la bombe orange sur des tombes, les autres renversant des stèles à coups de pied.

guerrier.jpg

Des jeunes décrits comme «désœuvrés»

Devant la résonance médiatique prise par cet événement, certains auraient choisi de se désolidariser du groupe. Laissant un «noyau dur» composé de quatre individus. Ce sont ces quatre-là qui auraient ensuite planifié les profanations des carrés musulmans de la Robertsau et de la Meinau, en juin et en septembre 2010. Trois d’entre eux auraient d’ailleurs reconnu les faits.

Au terme des 48 heures passées en garde à vue, huit hommes devraient être présentés, tôt ce matin, à Nathalie Beaudoux, la juge d’instruction strasbourgeoise en charge de la triple profanation de 2010. La magistrate devrait leur notifier leur mise en examen. Certains des jeunes gens, dont la majorité sont décrits comme «désœuvrés», pourraient être placés en détention provisoire.

Céline Lienhard et Antoine Bonin

piqué au tas sur dna.fr - 31/03/2011

 

Atteintes aux symboles religieux en 2010

  • Juifs : 42 sites visés, dont 12 cimetières

  • Musulmans : 57 sites visés, dont 7 carrés funéraires

  • Chrétiens : 522 sites visés, dont 214 cimetières (5 agressions à caractère satanique, 11 actes à connotation nazie, le reste n’étant pas identifié), et 308 dégradations visant des chapelles (272), des calvaires (10), des monuments aux morts (26).

(Source : chiffres Renseignements généraux)

Lire la suite

12:39 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/03/2011

Procès manifestant anti-otan à Nancy - suite en avril

http://breakout.blogsport.de/images/kundgebung.jpg

Presseerklärung vom 9.3.2011

Vor anderthalb Jahren freigesprochen soll ein Aktivist erneut verurteilt werden.
Der Staatsanwalt fordert 1 Jahr auf Bewährung für den Besitz eines Zeltherings und eines schwarzen T-Shirts. Die Verteidigung dagegen plädiert für die Bestätigung des Freispruchs, da ein Zelthering keine Waffe sei. Das Urteil wird im April erwartet.

Bei den Protesten gegen den NATO-Gipfel im französischen Strasbourg vor zwei Jahren war Jan im Schnellverfahren zu sechs Monaten Haft verurteilt worden. Nach vier Monaten Haft war er vom Berufungsgericht in Colmar freigesprochen worden. Der Oberstaatsanwalt ging in Revision, heute fand nun eine erneute Verhandlung am Berufungsgericht in Nancy statt.


T-Shirt das bei der Gerichtsverhandlung und der unangemeldeten Kundgebung von UnterstützerInnen getragen wurde

Der Staatsanwalt erklärte, Jan habe an einer unangemeldeten Demonstration teilgenommen, dabei habe es sich um eine Aktion des sogenannten „Black Block“ gehandelt. Die bloße Teilnahme daran sei ausreichend, denn diese Art von Aktionen seien immer gewalttätig. Seit einigen Jahren ist das Konstrukt einer Art „Black-Block-Organisation“ ein in den französischen Medien verbreitetes Bild.
Dennoch sei das erstinstanzliche Urteil von 6 Monaten Haft zu hart gewesen, stattdessen forderte er heute 1 Jahr auf Bewährung sowie 3 Jahre Frankreichverbot.

Jan selbst hatte vor dem Prozess noch an einer öffentlichen Kundgebung in Nancy teilgenommen, war vor Gericht aber nicht erschienen, weil kein Gericht das Recht habe, über ihn zu urteilen und Gerechtigkeit nicht zu erwarten sei.

Seine Anwältin betonte, dass es trotz der immensen Videoüberwachung in Strasbourg und der massiven Polizeipräsenz im Rahmen des Nato-Gipfels keinerlei Anhaltspunkte gab, dass er dieses Stück Metall als Waffe benutzt habe. Das Gericht konnte auch zum wiederholten Mal nichts über den Verbleib des Zeltherings und des schwarzen T-Shirts sagen – vor Gericht waren diese Gegenstände nie vorgelegt worden.

Vorgeworfen wurde Jan auch, im Gewahrsam darauf bestanden zu haben, ohne Anwalt keine Aussage zu machen. Frankreich ist neben Belgien und der Türkei eines der drei letzten europäischen Länder, die noch kein Recht auf Aussageverweigerung vorsehen. Auf Druck des Europäischen Gerichtshofs für Menschenrechte wird dieses Gesetz in Frankreich erst im Juli 2011 eingeführt.

Bezugnehmend auf die kürzlichen Demonstrationen der Richter-Gewerkschaft in Frankreich appellierte die Anwältin an die Richter, dass auch Kriegsgegner_innen das Grundrecht haben zu protestieren.

Das Urteil wird am 13. April gesprochen.
Nach dem Prozess fand eine Kundgebung mit etwa 70 Teilnehmenden auf einem zentralen Platz in Nancy statt.

Fotos und mehr ….

 

 

15:03 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/11/2010

Quand AREVA et le lobby du nucléaire décide de faire passer les trains Castor dans les villes...

Les déchets nucléaires sont passés en ville

 

Le convoi transportant des déchets nucléaires vitrifiés à l'usine Areva de la Hague vers l'Allemagne, attendu hier à Hoenheim et Lauterbourg, a vu son itinéraire modifié en dernière minute. Le train est finalement passé en pleine ville de Strasbourg et a passé la frontière à Kehl.

Les manifestants antinucléaires n'auront jamais vu les « Castor » (*). Alors qu'une soixantaine de personnes attendaient hier matin à Hoenheim le passage des onze conteneurs de déchets nucléaires à destination de l'Allemagne (DNA d'hier), le train parti la veille de Valognes (Manche) est finalement passé par Strasbourg pour franchir la frontière sur le pont de Kehl peu avant 14 h. « Incroyable qu'un convoi d'une telle dangerosité passe en pleine ville »  Après avoir été bloqué plusieurs heures ...

Aurélien Poivret (avec S.G.)

piqué sur dernouf.fr -07/11/2010

 

Le train de l’enfer détourné par Kehl-am-Rhein: photos et vidéos Feuille de Choux


Train de l'enfer à Kehl-am-Rhein
envoyé par f-de_c.

La suite sur Feuille de Choux

 

Le train nucléaire n'a pas sifflé à son passage

 

 

Le train nucléaire n'a pas sifflé à son passage

Publié le dimanche 07 novembre 2010 à 07H21

REIMS (Marne). Dévié au dernier moment, le train de déchets radioactifs a traversé incognito, hier en fin  de nuit, les agglomérations de Reims et Châlons- en-Champagne.   Aucun manifestant  pour l'accueillir.

LE coup d'intox d'Areva a parfaitement fonctionné. En décidant de changer au dernier moment l'itinéraire de son convoi de déchets radioactifs, le groupe nucléaire s'est offert un passage tranquille dans la Marne. Aucun manifestant pour l'accueillir. « Combien de Rémois étaient au courant qu'un train radioactif passait cette nuit près de chez eux ? » s'interroge Ken*. « Pratiquement aucun ! »
Ken faisait partie des initiés. C'est l'un des rares témoins du passage à Reims du convoi de déchets radioactifs parti de Normandie pour l'Allemagne (lire aussi en page Monde). Il a filmé la scène et posté sa vidéo de 59 secondes sur le site YouTube.
Le club des cinq
Le jeune homme se décrit comme un « simple citoyen » sensibilisé au sujet du nucléaire. Il n'a même pas veillé spécialement dans l'attente du train.
« Je suis quelqu'un qui a du mal à dormir. J'étais encore debout, à 2 heures, quand j'ai appris sur le réseau Twitter que le trajet avait été modifié et que le convoi passerait par Reims. J'ai prévenu quelques amis avec lesquels j'ai des affinités sur les questions d'écologie. Grâce à Twitter, on a pu suivre la progression du convoi en temps quasi-réel. C'est comme ça que nous avons su vers quelle heure il arriverait à Reims. »
Accompagné de quatre camarades, Ken s'est posté vers 4 h 30 le long du boulevard des Tondeurs, près du pont de Bétheny. « On s'est mis dans un recoin pour rester discrets. On avait repéré des policiers et on avait peur d'être importunés s'ils nous voyaient. C'étaient des agents de la brigade anticriminalité. Ils faisaient des allers et retours pour vérifier si personne n'allait sur les voies. Ce n'était pas notre intention. »
Un wagon rempli de CRS
Autrefois, lors du passage de précédents convois, Ken a participé à des envahissements de voies ferrées mais depuis la mort de Sébastien Briat, militant antinucléaire mortellement percuté en 2004 lors d'une action de blocage en Moselle, « il est pour moi hors de question d'approcher les trains ».
« C'est trop dangereux. De toute façon, nous savons bien qu'il y aurait eu un service d'ordre pour nous empêcher l'accès. Le but de notre présence était d'avoir quelques images d'un convoi hautement dangereux qui passe à quelques centaines de mètres de milliers de personnes, pour alerter l'opinion et la sensibiliser aux risques de tels convois. »
Postés dans leur recoin, Ken et ses camarades n'ont patienté qu'une vingtaine de minutes. « Le convoi est arrivé à 4 h 48. Il n'était pas précédé d'un hélicoptère, comme ailleurs sur le trajet. Nous avons vu défiler les conteneurs blancs. Le train n'allait pas vite. A la fin, il y avait un wagon éclairé rempli de CRS. Dommage que nous n'étions pas sur le pont. J'aurais mieux filmé. J'ai couru pour me rapprocher mais il était trop tard. » Le convoi avait déjà disparu dans la nuit, direction Châlons-en-Champagne. Arrivé à 5 h 50, il a observé un arrêt dans la gare préfecture, avant de quitter la Marne pour la suite de ses aventures.
F.C
* Anonymat demandé sous ce pseudonyme.

piqué sur www.lunion.presse.fr - 07/11/2010

11:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

31/10/2010

1er ANTI SOMMET DU CLOWNISTAN - Strasbourg

http://bxl.indymedia.org/articles/511

Strasbourg ; 4, 5, 6 novembre 2010 !

Venez nombreux, nombreuses, permis de séjouir et peine de mort de rire pour tout le monde !!!

Imga0526-medium

Imga0533-medium

Imga0576-medium

si vous souhaitez pustuler pour ce stage de déformation... et decouvrir l'identité NON nationale Clownistanaise...

(roulement de tambourds)

(idem)

contactez ce contact : clownistan@gmail.com

 

au menu de cette déformation :

1. l'identité NON nationale c'est quoi ?

projections, discussions, partages sur notre identité nationale "subie" et celle que nous pouvons construire, choisir

2. l'armée des clowns c'est quoi ?

- une campagne publicitaire affiche ce slogan provocateur : " devenez vous même . com " et devinez ???

c'est la nouvelle campagne de recrutement de l'armée de Terre !

Le Clownistan prépare sa riposte : " devenez vous même . clown ", la contre campagne !

- présentation de la " Clandestine Insurgent Rebels Clowns Army " alias CIRCA et de son histoire non nationale... la surpuissante interpanationale armée des clowns !

- découvertes des jeux subversifs et susceptibles de troubler le désordre public

- échanges d'expériences activistes sur toutes les actions possibles et inimaginables dans la rue, les entreprises, les temples commerciaux, les églises de la sainte consommation, les hotels de popolis, les hotels de ville, les baises militaires, chez Interpopol, etc etc

3. le Clownistan c'est quoi ???

Historique depuis le Jour Premier... mi septembre au Royaume de Belgique avec qui nous sommes en pleins troubles aux désordres diplomatiques et à qui nous avons ouvertement déclaré la guerre intersydérale à coup de peines de morts de rire et autres attaques bizoutiques !

Historique donc... en complément de celui de l'armée des clowns.

bases :

décisions collectives sans chef et au consensus

individus qui s'organisent en réseaux, associations sans chefs

chaque individu possède la non nationalité clownistanaise et occupe simultannement les fonctions d'ambrassadrices / ambrassdeurs, Prézi Dictateur Généralement Génial, mili-Terre, antene locale, porte ta parole, etc etc

notre origine est No Border !

des actions sont prévues chaque jour si il le faut, et il le faut, ne serait ce que pour faire rire, sourire, donner un peu (beaucoup) de joie dans ce monde si triste...

la Bienveillance est notre loi ultime : nous partons du principe que ce sont des êtres bienveillants qui feront une société bienveillante... donc c'est à NOUS de commencer par nous même en refusant la concurrence et en expérimentant le partage, en refusant la destruction de la planète et en la protégeant, bref... bla bla bla

rejoignez nous dans ce projet qui ne se fixe aucune limite, aucun cadre, si ce n'est de bien se marrer et de faire la rire volution partout et pour toujours !!!

ambrassades no border de quelque part entre ici et là, partout et ailleurs...

 

20:12 | Lien permanent | Commentaires (1) |

22/10/2010

Soutien concernant l'arrestation à la manif étudiante du 21/10/2010 à Strasbourg - (actualisé)

Salut,

Si le camarade ne sortait pas à 8h comme cela a été dit, il faut se préparer éventuellement à ce qu'il passe en comparution immédiate (CI) aujourd'hui. Habituellement les transferts du commissariat vers les geôles du tribunal se font vers 11H30 et la CI à partir de 14h00 donc rassemblement de soutien devant à confirmer : lisez vos mails dans la matinée ou consultez les sites www.alsaceenlutte.com ou https://mensch.coop/legalteamstrasbourg où nous publierons des nouvelles au fur et à mesure.
Nous avons deux avocats prêts à intervenir si besoin.

Important : qu'il passe ou refuse la CI, ou qu'il sorte simplement avec une convocation, il faudra des témoignages : écrivez sur un brouillon dès maintenant ce dont vous vous souvenez : Mais laissez votre brouillon à la maison ! Et ne le transmettez surtout pas par mail ! Envoyez simplement un mail à legalteam-strasbourg@effraie.org disant que vous pouvez apporter un témoignage : nous vous recontacterons pour se rencontrer de visu.
Idem pour vidéo ou photos (pas par internet).

 

le camarade vient d'être libéré

+ d'info par la suite



Conseil plus général par les temps qui courent : déterminez à l'avance le membre de votre famille (ou votre patron) que vous préviendriez en cas de GAV, prévenez ce proche et donnez-lui un ou deux numéros de téléphone de camarades qu'il devra contacter pour que le soutien s'organise rapidement.
Si vous avez votre propre avocat, pensez à écrire son numéro de téléphone sur votre bras.
Si vous n'avez pas d'avocat, acceptez celui d'office : Nous n'avons pas d'avocat pour le moment prêt à intervenir à tout moment en GAV. Mais nous pourrons au minimum agir de la même manière et intercepter avant la CI. Nous allons essayer de faire le point avec les avocats, de les "motiver" pour trouver une meilleure manière de fonctionner, mais ce n'est pas gagné...

Rappel en GAV : Ne rien signer ! Essayer de s'en tenir à "je n'ai rien à déclarer", et en tout cas ne citer aucun nom de camarade même pour en "dire du bien" (merci pour elles/eux). Dès la 1ère heure (et renouvelable toutes les 24 heures) : faire prévenir votre proche, demander avocat et médecin (insister pour que ce dernier note, si c'est le cas, que vous n'avez rien (pas de blessures, pas de douleurs, etc.) : ce qui pourrait prouver que vous auriez éventuellement subit par la suite des violences en GAV). Essayer de garder son calme et pensez à la solidarité qui s'organise dehors : vous n'êtes pas toutE seulE !
Mais le mieux : Lisez le guide juridique AVANT d'aller en manif/action.

 

Pense bête juridique LTS

08:55 | Lien permanent | Commentaires (0) |

19/10/2010

19/10/2010 - Les lycées lancent la journée d'action dans toute l'Alsace

La situation à 10h.

A Strasbourg : les portes du lycée Fustel-de-Coulanges, au centre ville à Strasbourg ont été bloquées ce matin à 8h. L'action s'est déroulée sans incident. Seuls les "prépas" ont pu se rendre en cours, nous a-t-on indiqué.

A 10h, un lycéen cadenassait les portes du lycée des Pontonniers, toujours au centre ville de Strasbourg. Pour entrer ou sortir de l'établissement, les lycéens enjambaient les grilles du portail.

A Mulhouse, plusieurs centaines de lycéens ont manifesté dès ce matin 8h. A 10h, ils étaient quelque 700 à jouer au chat et à la souris avec les forces de l'ordre. Des groupes de collégiens et de lycéens se rassemblaient au fur et à mesure de la manifestation.

A Sélestat, ce sont près d'un milliers de lycéens qui manifestaient ce matin.

A Saint-Louis, dans le Haut-Rhin, ce sont quelque 500 lycéens qui manifestaient ce matin.

 

La situation à 11h.

Strasbourg : peu après 10h un cortège de quelque 200 lycéen est parti des Pontonniers pour se diriger vers le lycée Jean-Rostand, boulevard de la Victoire. Le cortège était encacré par les policiers et la circulation du tram était perturbée. Les lycéens se sont brièvement arrêtés devant Jean-Rostand. Puis ils ont été rejoints par une centaine de lycéens de Marie-Curie. Le cortège s'est ensuite arrêté devant l'INSA. Pour finir 200 à 300 lycéens sont repartis vers 11h vers la place de la République. La manifestation est très inorganisée. Les lycéens qui ont lancé le mouvement ce matin se sont petit à petit désengagés.

A Wissembourg, ce sont plus de 300 lycéens qui se sont mobilisés ce matin.

Les lycées lancent la journée d'action dans toute l'Alsace

piqué au tas sur dna.fr - 19/10/2010

 

Alsace : les manifestations en direct

Les lycéens de Thann ont ouvert la marche ce matin vers 8h. Photo Arnaud Viry

 

Alsace : les manifestations en direct

Les manifestations contre la réforme des retraites se poursuivent aujourd'hui avec trois grands rendez-vous régionaux à Strasbourg, Colmar et Mulhouse. D'autres mobilisations ont eu lieu dès ce matin ailleurs en Alsace. Une journée à suivre minute par minute sur notre site internet en cliquant ici.

- 10h30. - Depuis tôt ce matin à Colmar, une centaine de lycéens du Camille Sée font le tour des établissements de la ville, les lycées Blaise Pascal et Bartholdi, pour tenter de rallier à leur cause les autres élèves colmariens. A 11h, ils rejoindront la grande manifestation qui partira de la Préfecture.

- 10h.-300 lycéens à Mulhouse, le tram bloqué. Les lycéens ont débuté dès ce matin 8h un tour des établissements mulhousiens et étaient bloqués vers 10 h dans la rue du Sauvage, en plein centre ville, par un barrage policier. Quelques bombes lacrymogènes ont ensuite été lancées par la police devant le centre porte Jeune.

- 9h30.- Opération escargot terminée entre Entzheim et Vendenheim. Les syndicalistes se sont retrouvés bloqués dans les bouchons des automobilistes un jour de grève.

- 8h.- les lycéens ont débuté la journée par des manifestations à Colmar, Mulhouse, Thann (NOTRE DIAPORAMA), Saint-Louis, Altkirch.

- 7h40.- Opération escargot sur l'A35. Dans l'est de la France, «des opérations escargot sont en cours» sur l'A35 (Bas-Rhin) en direction de Strasbourg dans le sens sud-nord et sur l'A31 (Moselle) en direction de Metz dans le sens nord-sud.

piqué au tas sur l'Alsace.fr - 19/10/2010

11:05 | Lien permanent | Commentaires (0) |

24/09/2010

Contexte général de tension à Strasbourg : profanation de tombes et apéro saucisson

Strasbourg : entre 20 et 30 tombes d'un carré musulman profanées la nuit dernière

(Actualisé à 13h). - Entre 20 et 30 tombes du carré musulman du cimetière sud de Strasbourg, situé entre les quartiers du Neuhof et de la Meinau, ont été profanées la nuit dernière, a indiqué ce matin Olivier Bitz, adjoint à la sécurité à la mairie de Strasbourg.

"Des stèles en bois ont été cassées et des stèles en pierre ont été déplacées", a précisé M. Bitz, notant également que trois croix gammées ont été tracées dans les allées du cimetière, sans doute à l'aide d'un bâton. En revanche, aucune inscription n'a été relevée sur les stèles. Le cimetière a été interdit d'accès jusqu'à nouvel ordre.

Le maire de la ville, Roland Ries, s'est rendu sur place vers 11h et a condamné "avec la plus grande fermeté cette nouvelle atteinte au respect dû aux morts, à la religion musulmane, et plus largement au vivre ensemble à Strasbourg" dans un communiqué diffusé un peu avant 13h.

"Ce qui se passe à Strasbourg est grave, a encore déclaré M. Ries. Les évènements de ce jour font douloureusement écho à d’autres atteintes à des tombes juives, musulmanes ou chrétiennes dans d’autres cimetières de la ville et, il y a 72h, à l’attentat dont a été la cible Faruk Gunaltay, directeur du cinéma L’Odyssée. Dans cette ville meurtrie par l’Histoire, mais aussi symbole de la réconciliation franco-allemande et de la construction de l’Europe des Peuples et de la Démocratie, de tels agissements doivent interpeller et mobiliser tous les citoyens, de toutes origines et de toutes croyances."

"Cette nouvelle profanation s'inscrit dans une série de tags à caractère raciste et d'autres profanations qui durent depuis une quinzaine de jours à Strasbourg", a pour sa part dénoncé Olivier Bitz, jugeant la situation "inacceptable à la veille d'une journée où Patrick Binder (leader du Front national en Alsace, NDLR) veut organiser un "apéro saucisson" à Strasbourg. On est dans la provocation."

Cet "apéro saucisson" doit avoir lieu demain matin à 11h dans le quartier du Conseil des Quinze.

L'adjoint à la sécurité de la ville de Strasbourg a également interpellé le préfet de la Région Alsace, Pierre-Etienne Bisch, pour souligner "l'inacceptable de la situation", car celui-ci a refusé d'interdire la manifestation.

 

piqué au tas sur L'Alsace.fr - 24/09/2010

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/53/Bundesarchiv_Bild_146-2004-0009,_HJ_auf_Fahrt.jpg

la photo ne fait pas partie de l'article

17:35 | Lien permanent | Commentaires (0) |

12/09/2010

EnBuscaDe "Son de la Barricada"

09:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

30/08/2010

Strasbourg - Vélorution du 25 septembre 2010

 

Les anti-rallye dénoncent le « non-sens » de l'épreuve

 

L'étape française du championnat du monde de rallye automobile qui se déroulera en Alsace du 1er au 3 octobre prochain suscite la polémique, deux mois avant de démarrer : une vingtaine d'associations en Alsace se mobilisent pour dénoncer l'« anachronisme » de cette épreuve sportive.

 

http://www.velorution.org/images/velorution.org.png

 

« Ce rallye n'a sa place ni en Alsace, ni ailleurs », concluent la vingtaine d'associations, signataires d'un manifeste intitulé « Ras le rallye », qui doit prendre son départ depuis la place Kléber à Strasbourg, puis traverser le vignoble et le massif vosgien.  « C'est un non-sens » du point des « valeurs » qu'il véhicule, a expliqué hier matin Alain Jund (Verts) - pour qui le sextuple champion du monde Sébastien Loeb est « un évadé fiscal », membre du collectif, composé d'une vingtaine d'associations d'horizons divers (allant de la Ligue contre la violence routière, le Comité d'action deux-roues Mulhouse, Strasbourg et Colmar, l'Association des usagers des transports publics de Strasbourg (Astus), le collectif pour la réappropriation de l'espace public (CREP), Piétons 67, des associations de quartier, les Verts, Greenpeace, ou encore le Centre antibruit du Bas-Rhin).  « C'est une incitation au gaspillage des ressources naturelles » et c'est « légitimer les pollutions atmosphériques et les gaz à effet de serre », considèrent les opposants au rallye - pour qui, « ce choix n'est pas responsable à l'heure des grands enjeux énergétiques et climatiques ».

 

« Apologie de la vitesse, conduites à risques »

Outre les « dégradations pour la faune et flore dans les zones protégées », « les nuisances en terme de bruit ou de circulation », les membres du collectif pointent aussi du doigt « l'apologie de la vitesse » et des « conduites à risques » - alors que c'est l'« une des principales source d'accidents », relève Gilles Huguet. Pour le président de la Ligue contre le violence routière, il est « inconcevable » de faire passer des bolides à pleine puissance sur « des tracés où s'applique le code de la route », voire « dans des zones piétonnes de Strasbourg ou de Haguenau ».  Ce rallye est une « démarche contraire aux objectifs environnementaux », considère François Giordani. Pour le président de l'Astus, « le schéma des transports collectifs n'est pas suffisant (...) et cette convention qui lie pour trois ans la région et le rallye » représente une dépense annuelle (région, Départements 67 et 68, Cus, Agglomération de Mulhouse et Ville de Haguenau) de quelque « 1,4 millions d'euros (sur les 2,4 du budget total) ». Et ce, d'après le collectif, « sans compter les frais indirects (nettoyage, voirie) ».

Philippe Dossmann

Le collectif appelle à un rassemblement à vélo (vélorution) contre le rallye, le samedi 25 septembre à 14 h 30, place du Wacken, devant le siège de la Région.

DNA - article du 30/08/2010

 

14:46 | Lien permanent | Commentaires (2) |

04/08/2010

Le soviet à Strasbourg : Quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale


Le 10 novembre 1918, les soldats alsaciens proclament le soviet à Strasbourg.

Chaîne Public Sénat

Rediffusion le :
vendredi 06/08/2010 à 07h30
samedi 07/08/2010 à 15h00
lundi 09/08/2010 à 07h30
Durée : 52 minutes

Entre le 8 et le 22 novembre 1918, des conseils de soldats et d'ouvriers sont constitués dans les villes d'Alsace par des marins, principalement alsaciens, venus des ports de Kiel et de Wilhemshafen où ils étaient révoltés contre leur hierarchie qui avait décidé d'engager pour l'honneur un dernier combat, perdu d'avance, contre la flotte anglaise. Animés d'un fort sentiment révolutionnaire, ils proclamèrent à Strasbourg une République socialiste, non pas pour garder l'Alsace dans le giron d'une Allemagne impérialiste et vaincue, mais bien pour la soustraire au capitalisme français et la maintenir dans une Allemagne qui serait révolutionnaire et internationnaliste... mais l'Histoire en décida autrement...

Un documentaire écrit et réalisé par Jean-Noël Delamarre. Sur une idée originale de Philippe Joyeux. Les productions de la Lanterne. Un documentaire de 53 min.

 

 

Revolution.jpg

La Révolution, 1918-1919, René Beeh

(Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg)

 

[PDF]

QUAND LE DRAPEAU ROUGE FLOTTAIT SUR LA CATHÉDRALE


11:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu