Avertir le modérateur

03/07/2013

Tour antinucléaire de Fessenheim - Manif et prise de parole

einchörchen,nucléaire,nuke,fessenheim,centrale,antinucléaire,manifestation,alsace

à lire ici

19:23 | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/06/2013

[Codissol] Journée nature à Molodoi le 9 juin

codissol,molodoï

13:04 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/04/2013

La chaîne humaine, cheval de Troie des gauchistes

Pour comprendre ce que je vais raconter ici au sujet de Notre-Dame-Des-Landes, il faut que je précise que j’ai une expérience concrète de ce que Theodore Kaczynski appelle les gauchistes [1]. Si vous n’avez pas lu La société industrielle et son avenir, je dirai, pour résumer l’idée de Kaczynski - désolé ce résumé sera forcément très caricatural -, que les gauchistes sont le premier obstacle à un changement de société radical puisqu’ils se "révoltent" contre la société en lui assurant sa continuité.

J’ai écrit et publié "Réseau Sortir du Nucléaire est une imposture à la lutte antinucléaire" à la suite d’événements précis qui ont eu lieu fin 2009 début 2010 que j’ai vécus à l’intérieur de la structure RSDN, en tant que administrateur suppléant au Conseil d’Administration de l’association. Cette association est typique pour étudier ce phénomène social où ceux qui sont censés s’opposer au système qui les opprime font tout pour le renforcer et se complaisent dans la situation d’impuissance qu’ils entretiennent. Je précise néanmoins que cette jeune association bénéficie de l’expérience de ses grandes soeurs institutionnalisées au fil des années : Greenpeace et les Amis de la Terre.

Or, le RSDN est la première "ONG" à avoir introduit en France le principe de "Chaîne Humaine" le 11 mars 2012 lorsqu’ils ont rassemblé soixante mille personnes sur la route de Lyon à Avignon [2]. L’autosatisfaction proclamée par le nombre de 60000 participants est symptomatique du gauchisme selon Kazcynski : plus ils sont nombreux à manifester leur impuissance, plus ils sont contents parce que les médias de masse relaient leur initiative [3]. Selon Kaczynski,

la suite sur Puissance Plume

08:41 | Lien permanent | Commentaires (0) |

12/03/2013

Industrie de la volaille

e9Bx7CF.gif

via liqidvcel

21:45 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/02/2013

PANTHÉISME, NÉOPAGANISME ET ANTICHRISTIANISME DANS L’ÉCOLOGIE RADICALE

PANTHÉISME,Martin Heidegger,Danièle Hervieu-Léger,Mircea Eliade,Eugen Drewermann,Alain de Benoist,Alain Renaut,Alterophobie,Lynn White, Ecologisme, Extrême droite, NÉOPAGANISME,Fragment sur les Temps Présent,FTP,ANTICHRISTIANISME,ÉCOLOGIE RADICALE

par Stephane Francois à lire sur FTP

Pour aller plus loin :

- 2 exemples de déclinaison sur le thème "ethnocide" sur des sites/blogs identitaires

panthÉisme,ethnocide,martin heidegger,indigène,génocide,identité,religion,peuple,universalisme,différentialisme,danièle hervieu-léger,mircea eliade,eugen drewermann,alain de benoist,alain renaut,alterophobie,lynn white,ecologisme,extrême droite,nÉopaganisme,fragment sur les temps présent,ftp,antichristianisme,Écologie radicale

panthÉisme,ethnocide,martin heidegger,indigène,génocide,identité,religion,peuple,universalisme,différentialisme,danièle hervieu-léger,mircea eliade,eugen drewermann,alain de benoist,alain renaut,alterophobie,lynn white,ecologisme,extrême droite,nÉopaganisme,fragment sur les temps présent,ftp,antichristianisme,Écologie radicale

 

- Extrait d'un article de soutien à Thierry Sallantin à lire sur BAN PUBLIC

panthÉisme,ethnocide,Thierry Sallantin,martin heidegger,indigène,génocide,identité,religion,peuple,universalisme,différentialisme,danièle hervieu-léger,mircea eliade,eugen drewermann,alain de benoist,alain renaut,alterophobie,lynn white,ecologisme,extrême droite,nÉopaganisme,fragment sur les temps présent,ftp,antichristianisme,Écologie radicale

 

07:53 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/01/2013

Essai nucléaire : indemnisation et déclassification de documents

Essais nucléaires: cinq Polynésiens indemnisés

Publié le mardi 11 décembre 2012 à 15H05

 
 

 

Une réunion consultative du suivi des conséquences des essais nucléaires s'est tenue aujourd'hui à Paris, au Ministère de la Défense. Suite à cette réunion, le Comité d’indemnisation des essais nucléaires à donné son accord d’indemnisation à cinq Polynésiens suite à l’étude de leur dossier.

Une étude épidémiologique devrait également être réalisée en Polynésie française pour l’évaluation de l’impact sanitaire des retombées des essais nucléaires aériens de 1966 à 1974.

Mais pour le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, la modification de la Loi Morin n’est pas d’actualité malgré la demande des associations, qui souhaitent modifier l’article 4 alinéa 2 afin de supprimer la notion de risque relatif.

piqué au tas sur lesnouvelles.pf

déclassification de documents d'essais nucléaires en Polynésie française 

JORF n°0003 du 4 janvier 2013 page 

texte n° 86 

AVIS 

Avis n° 2012-20 du 20 décembre 2012 

NOR: CSDX1300001V

La Commission consultative du secret de la défense nationale, régulièrement convoquée et constituée, en ayant délibéré,

Vu le code de la défense ;

Vu l'article L. 2312-4 du même code qui dispose qu'une « juridiction française dans le cadre d'une procédure engagée devant elle peut demander la déclassification et la communication d'informations, protégées au titre du secret de la défense nationale » et que « cette demande est motivée » ;

Vu l'article L. 2312-7 du même code selon lequel l'avis de la commission « prend en considération les missions du service public de la justice, le respect de la présomption d'innocence et les droits de la défense, le respect des engagements internationaux de la France ainsi que la nécessité de préserver les capacités de défense et la sécurité des personnels » ;

Vu le jugement du 7 octobre 2010 du tribunal administratif de Paris, rendu à la requête de l'Association des vétérans des essais nucléaires et de l'association « Mururoa E Tatou », par lequel il est demandé au ministre de la défense de se prononcer à nouveau, après saisine et avis de la Commission consultative du secret de la défense nationale, sur la déclassification et la communication de divers rapports établis par les services mixtes en charge du contrôle biologique et de la sécurité radiologique à la suite des tirs nucléaires réalisés au Sahara et en Polynésie française entre 1960 et 1996 ;

Vu la lettre de saisine de M. Jean-Yves LE DRIAN, ministre de la défense, en date du 3 octobre 2012 ;

Considérant que, si par son jugement susvisé le tribunal administratif de Paris a notamment enjoint au ministre de la défense de saisir de certains documents la Commission consultative du secret de la défense nationale, il ne réclame pas à avoir lui-même communication de ces documents après leur éventuelle déclassification ;

Considérant dans ces conditions qu'il n'est pas possible à la commission, pour arrêter l'avis qu'elle doit rendre au ministre de la défense, de prendre en considération parmi les critères que la loi lui prescrit de mettre en œuvre celui qui est relatif aux « missions du service public de la justice » ;

Emet un avis favorable à la déclassification des 58 documents communiqués par les services du ministère de la défense.

Sont toutefois exceptés de cet avis favorable :

― le dernier paragraphe de la page 7 et le premier paragraphe de la page 8, les pages 64 à 86 du compte rendu de la campagne 1974. ― Rapport n° 149/74-11/SMSR/DIR du 26 novembre 1974 ;

― les pages 36, 37 et 38 du document « Conséquences radiologiques du tir Andromède » n° 113/SMSR de juin 1970 ;

― les pages 35, 36, 37 et la planche n° 37 du document « Conséquences radiologiques du tir Dragon » n° 136/70/SMSR de juillet 1970 ;

― les pages 22, 23, 32, 33 et 34 du document « Conséquences radiologiques du tir Canopus » n° 72/68/SMSR de décembre 1968 ;

― les pages 31, 32 et la planche 29 du document « Conséquences radiologiques du tir Cassiopée » n° 113/70/SMR de juin 1970 ;

― les spectres n° 15246, 15278 et 15276 du compte rendu de l'opération « Arcturus » n° 76/SMSR/PEL/PAC du 20 juillet 1967 ;

― la totalité de l'annexe IV du compte rendu de l'opération « Antares » n° 75/SMSR/PEL/PAC du 18 juillet 1967 ;

― la totalité de l'annexe 2 du document « Opération Altaïr » n° 72/SMSR/PEL/PAC du 6 juillet 1967 ;

― la totalité des annexes 5 et 6 du document « Bilan des mesures physiques concernant TUREIA » n° 3/SMSR du 28 juillet 1967 ;

― les pages 31 à 35 du document « Conséquences radiologiques du tir Licorne » n° 156/SMSR de juillet 1970 ;

― les tableaux I et II et la figure n° 3 du document « CENTAURE » n° 101/SMSR/PAC du 7 septembre 1974 (Retombées Centaure et divers Retombées Tahiti) ;

― la totalité de l'annexe 5 du document « Conséquences radiologiques du tir Capella » n° 68/DAM/SDE/SPS d'août 1968 ;

― la totalité de l'annexe 4 et de l'annexe 5 (pages 28 à 31) du document « Conséquences radiologiques du tir Castor » n° 69/DAM/SDE/SPS de septembre 1968 ;

― la totalité des annexes 3, 4 et 5 (pages 34 à 48) du document « Conséquences radiologiques du tir Pollux » n° 70/DAM/SPE/SPS de novembre 1968 ;

― la totalité de l'annexe 4 (pages 30 et 31) et la planche n° 26 du document « Conséquences radiologiques du tir Procyon » n° 73/DAM/SDE/SPS de janvier 1969.

A l'exception des mentions à caractère nominatif ou des mentions à caractère interne dont la suppression paraîtra nécessaire au ministre.

Fait le 20 décembre 2012.

Pour la Commission consultative

du secret de la défense nationale :

La présidente,

E. Ratte

13:59 | Lien permanent | Commentaires (5) |

30/12/2012

Notre Dame des Luttes !

12:39 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/12/2012

Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres.

 

NDDL,ZAD,aéroport,manipulation,préfet,, Bernard Hagelsteen,Vinci

à lire sur Reporterre

14:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

24/11/2012

Une étude indépendante remet en cause le projet NDDL

L’étude indépendante demandée par le collectif des élus contre l’aéroport (CeDpa) montre une nouvelle fois l’étendue de ce grand projet inutile. Quels sont les points intéressants qui soulignent les fautes dans la Déclaration d’Utilité Publique de 2008 ?

À la demande du collectif d’élus opposés au projet de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, un cabinet d’études européen indépendant nommé CE-Delft a analysé la solidité économique de l’étude menée lors de la Déclaration d’Utilité Publique ; puis comparé les deux projets,  le réaménagement de l’aéroport Nantes Atlantique et la construction du nouvel aéroport.

Des procédures administratives incohérentes

Une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) a été décrétée en février 2008 suite à une enquête publique qui présente de nombreuses zones floues. Lors de l’enquête publique, 80 % des contributions faites aux sept enquêteurs étaient opposées au projet. Cependant, l’enquête s’est quand même avérée positive pour déclarer une DUP. Sur les sept enquêteurs qui ont fait le travail, deux ont abandonné leur position avant la fin de la commission d’enquête. L’enquête amenant à la DUP n’a donc été signée que par cinq enquêteurs. En 2010, les enquêtes parcellaires ont continué et en 2011 la concession de ce futur aéroport a été donné à Vinci. En juin 2012, les enquêtes sur la gestion des eaux et les zones humides seront lancées et avant 2014 les études environnementales, foncières et archéologiques.
Lors de la DUP, l’ACIPA a déposé cinq recours au Conseil d’Etat pour annuler la procédure. Ils ont été rejetés sans motivation. Afin de poursuivre les recours juridiques, la Cour européenne des droits de l’Homme a été saisie par l’ACIPA en 2010. La Cour européenne a pour traiter la demande et faire en sorte que l’État français motive ses rejets. Parallèlement, trois recours sont en cours depuis la publication du cahier des charges au Tribunal Administratif de Nantes. Tous les recours ne sont pas suspensifs.
Par ailleurs, le projet était condamné par le Grenelle de l’environnement en 2007 qui dans ses lois ne prévoyait  pas d’augmentation de capacité aéroportuaire. Le projet Notre Dame Des Landes est multiplié par trois. Jean Marc Ayrault et François Fillon ont fait pression disant que cet aéroport serait le premier aéroport HQE et qu’il n’était ici que question de transfert, donc le projet de NDDL ne rentre pas dans le cadre des lois du Grenelle.

Entre pressions et soutiens politiques, les choses bougent

Le projet est aujourd’hui compris partout en France mais également en Europe. En 2009, le CeDpa a été créé. il regroupe 1000 élus opposés au projet, 500 élus des Pays de Loire et 500 élus de la France entière. En 2011, ils se sont constitués en association pour financer l’étude indépendante publiée depuis le mois d’octobre dernier. Il entend bien faire pression pour faire bouger les politiques. L’ACIPA quant à elle regroupe 42 associations, partis et syndicats qui se réunissent tous les mois. Des comités de soutiens se développent partout en France et un collectif de pilotes de Nantes Atlantique a rejoint le mouvement. Tous travaillent avec des géographes à dénoncer le projet et mettre en avant une « métropolisation » à outrance. De plus en plus d’actions sont organisées, des installations de jeunes en maraîchage entendent bien rester sur la commune et une opération « citoyens vigilants » est mise en place depuis trois ans. Il s’agit de deux personnes par jour qui stationnent devant les bâtiments importants de Nantes : la préfecture, le siège du Parti Socialiste, de l’UMP, le CG…

L’argument de la saturation de Nantes Atlantique ne tient pas

Michel Tarin explique qu’« au niveau des passagers il y a bien une augmentation du trafic. Depuis 2004, notamment l’arrivée des compagnies low-cost, on est à 3,3 millions de passagers par an ». Néanmoins ce qui sature un aéroport ce n’est pas le nombre de passagers mais le nombre de mouvements c’est dire de décollages et d’atterrissages. Nantes Atlantique stagne à ce sujet depuis dix ans. « Ce sont les avions qui aujourd’hui sont plus remplis qu’avant puisqu’en 10 ans on est passé de 40 à 80 passagers par avion » ajoute-t-il. La particularité de Nantes Atlantique a été qu’il y a eu une augmentation très importante des vols charters vacances, c’est une des principales plateformes qui accueillent le plus d’évolution dans ce sens-là.
À ce propos, l’étude du cabinet CE-Delft propose un comparatif des aéroports. En surface, l’aéroport de Nantes avec ses 320 ha est dans la moyenne internationale, sa piste de 2 900 m de long est la même que celle de l’aéroport de San Diego aux États unis. Sur ces pistes qui font la même taille, on traite à San Diego 223 000 mouvements annuels alors qu’à Nantes on traite à ce jour  42 000 mouvements. San Diego traite 17 millions de passagers par an quand Nantes Atlantique peine à traiter 3,3 millions de passagers. Michel Tarin explique « La longueur de piste par ailleurs ne veut pas dire grand-chose. À Gatwick, le deuxième aéroport de Londres, la piste fait 3 200 m, et bien un A380 ne peut pas décoller sur une piste a pleine charge. On y traite pourtant 280 000 mouvements avec 35 millions de passagers par an sur 270 ha ». Nantes Atlantique peut accueillir encore jusqu’à 200 000 mouvements, même si ce n’est pas souhaitable, sans problème technique majeur. Il ajoute que le projet de Vinci à Notre-Dame-des-Landes, aujourd’hui modifié par rapport au projet initial, compte deux pistes de 2 900 m qui ne pourront pas accueillir d’A380. Souhaitons nous refaire un aéroport à l’identique qui ne sera de toute façon jamais un grand hub intercontinental ? NDDL nécessite 940 ha pour la plateforme aéroportuaire, mais la DUP compte 1 650 ha. Ce sont plus de 2 000 ha de terres agricoles qui sont menacés !

la suite ici

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/10/2012

Kokopelli - Les semences fermières condamnées ?

kokopelli,semence,justice

En 2008, le tribunal de grande instance de Nancy condamnait Kokopelli à des dommages et intérêts au bénéfice du semencier Graines Baumaux qui portait plainte pour concurrence déloyale, du fait de la vente aux jardiniers amateurs de graines ne figurant pas sur le catalogue officiel.

Saisie par la cour d’appel de Nancy, la Cour de justice de l’UE a estimé en juillet quela législation européenne qui interdit la commercialisation de semences non inscrites aux catalogues officiels était valide.

La Cour précise néanmoins que les variétés anciennes qui ne répondent pas aux critères exigés pour l’inscription aux catalogues disposent d’un régime dérogatoire soumis à des restrictions géographiques, quantitatives et de conditionnement. Elle laisse le soin au tribunal de Nancy d’apprécier si Kokopelli respecte ces restrictions.

Une petite fenêtre de droit pour l’association qui se bat depuis 1999 pour la protection de la biodiversité végétale ?

Source : Campagnes solidaires n°276

piqué au tas sur herbi-mag.com - 10/10/2012

11:34 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu