Avertir le modérateur

10/01/2013

Dr Feelgood... mais pas pour très longtemps

Argllllllll

Wilko Johnson diagnosed with terminal cancer

Former Dr Feelgood guitarist has terminal cancer of the pancreas, but vows to keep on rocking as long as he can

Wilko Johnson has been diagnosed with terminal cancer of the pancreas. The news became public via a story in the Echo, the local paper in Johnson's hometown of Southend, and spread after local musician and music historian Will Birch tweeted the news, having read it in the Echo.

His manager, Robert Hoy, later issued a statement: "I am very sad to announce that Wilko has recently been diagnosed with terminal cancer of the pancreas. He has chosen not to receive any chemotherapy. He is currently in good spirits, is not yet suffering any physical effects and can expect to enjoy at least another few months of reasonable health and activity. He has just set off on a trip to Japan; on his return we plan to complete a new CD, make a short tour of France, then give a series of farewell gigs in the UK. There is also a live DVD in the pipeline, filmed on the last UK tour.

la suite sur le guardian

15:38 | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/12/2012

Khomeiny et la France + l'Operation Eagle Claw

Les 112 jours de Khomeiny en France

Ce documentaire démonte les rouages d’une extraordinaire opération de marketing idéologique et en décrypte le fonctionnement.
Un documentaire de Gérard Puechmorel
Une production Et la suite Productions

Le vendredi 6 octobre 1978, un avion en provenance de Bagdad atterrit à Paris. Sur la passerelle apparaît un homme de 76 ans à la longue barbe grise, vêtu d’une immense cape brune et portant un imposant turban noir sur la tête : l’Ayatollah Khomeiny.
L’image du héros prophétique est déjà là, à la sortie de l’avion, prêt à faire la conquête du monde et d’abord celui du monde médiatico-politique de l’époque.

Pour la première fois, un documentaire retrace les 112 jours de Khomeiny en France. 112 jours entre le 6 octobre 1978 et le 1er février 1979 durant lesquels, depuis sa résidence à Neauphle-le-Château, le religieux iranien entreprend - aidé par la fascination qu’il exerce très vite sur l’intelligentsia et la presse françaises - de conquérir une partie du monde musulman et de le convertir à ses thèses extrémistes.
Entrer dans l’histoire de cet exil de Khomeiny en France, c’est entrer dans l’histoire de l’une des grandes mystifications de notre histoire contemporaine : faire d’un ayatollah exilé en Irak, isolé, encore sans grand rayonnement dans son pays et totalement inconnu sur la scène mondiale, le chef emblématique d’une révolution qui allait prendre le pouvoir en Iran, la plus grande puissance alors du Moyen-Orient ! Et changer ainsi la face du monde et de l’histoire contemporaine.

A l’aide de nombreuses archives et d’entretiens avec les protagonistes de l’époque, ce documentaire démonte les rouages de cette extraordinaire opération de marketing idéologique. Il en en décrypte le fonctionnement et en révèle les moyens mis en jeu.

Lire la suite

12:37 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/12/2012

Rebel Waltz - The Clash

22.12.2002 - 22.12.2012

20:29 | Lien permanent | Commentaires (0) |

27/11/2012

Soirée contre les crimes racistes et les crimes sécuritaires - 6 décembre 2012

malik oussekine,6 décembre 1986,rigouste,rajsfus,

info sur demosphère

16:45 | Lien permanent | Commentaires (0) |

19/05/2012

Concert en soutien aux prisonniers de Villiers-le-Bel et au collectif Vies volées – Dimanche 10 juin à la Parole Errante (Montreuil)

montreuil,collectif,concert,soutien,justice,villiers-le-bel

via le juralib

10:21 | Lien permanent | Commentaires (0) |

23/03/2012

Le Théorème de la Hoggra – la violence et le mépris

Scénariser, mettre en scène - pour mieux faire comprendre. Et à la recherche historique et au combat politique, adjoindre l’arme de la littérature. Le Théorème de la Hoggra, dernier ouvrage du sociologue Mathieu Rigouste, relève de cette double ambition : il s’agit d’incarner ce que démontrait L’Ennemi Intérieur. De lui donner vie.

« Alors il faut bien se raconter quelques histoires avant de crever. »
.

Des histoires, il en est question au cours de ces presque 240 pages. Elles cheminent, en d’incessants va-et-vient, le long des fissures qui parcourent le fond de la Méditerranée : de l’Europe à l’Afrique, de la France à l’Algérie, de la métropole au département, du moins celui d’avant 1962. Des fissures sans fin, sans fond, dans lesquelles l’auteur n’hésite pas à trimballer sa lampe de spéléo, histoire de mettre à jour la nature intrinsèque de tout bon État démocratique qui se respecte. Une nature qui pourrait se réduire à une seule obsession : le contrôle de sa population, et notamment de sa frange la plus pauvre. Et dans ce registre-là, qui mieux que l’armée pour mener la danse ? Qui mieux que l’armée française lors des fameuses opérations de pacification menées en Algérie de 1954 à 1962 ?

De la doctrine de la guerre révolutionnaire, Mathieu Rigouste a tout dit dans son bouquin L’Ennemi Intérieur1. Dans Le Théorème de la Hoggra2, son dernier ouvrage, il s’agit cette fois de rendre le propos plus fluide, plus accessible, mais aussi de l’incarner à travers le parcours et la destinée de plusieurs personnages, avec comme épicentre géographique, La Mandoline, une cité de Gennevilliers. Il y a Houria, la vieille Algérienne née à Constantine en 1934. Fille d’un mineur militant indépendantiste, sa conscience politique sera définitivement aiguisée lors des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata en 1945. Après avoir été torturée par l’armée française, le FLN l’enverra en France en 1957 «  pour se reconstruire et disparaître ». Il y a Nordin, qui a eu comme pouponnière le bidonville de Nanterre. «  Le nom de son père figurait dans la liste des portés disparus du 17 octobre 1961. Cette nuit-là, il venait d’avoir trois ans, il a commencé à saisir de quel côté de la France il était né. » Travailleur à la chaîne, Nordin participera aux agitations ouvrières des années 1970, dealera de la came avant de renouer avec le combat politique dans les années 1980. À la Brasserie des blés, on croisera le commissaire Maurice Carnot, bourré comme une huître mais beaucoup plus disert que le susdit mollusque. Carnot a fait la bataille d’Alger, «  vitrine de l’excellence française dans le domaine de la contre révolution ». En octobre 1961, le flic a balancé quelques fellouzes dans la Seine. « Certains collègues avaient pris l’habitude de leur faire bouffer une ou deux cigarettes, pour être sûr de les crever. J’ai jamais apprécié ces méthodes mais c’était la guerre  », confiera le poulet éthylique. Quelques pages plus loin, on fera la connaissance de sa fille, Mélanie. L’indocile purge une peine de perpette à la maison d’arrêt pour femmes de Fleury. « Ceux qui m’ont enfermée disent que je suis la fille de Maurice Carnot et de Liliane Schmitt, mais dans la réalité je suis ce qui ne fonctionne pas. » Pute à son compte, Mélanie s’est fait serrer par les condés avant que ces derniers ne la violent lors de sa garde à vue. Fleur bleue, elle a choisi le jour de la Saint Valentin pour rendre à ses amants assermentés la mitraille de leur pièce, «  trois jolies cartouches de fusil de chasse, qu’ils doivent conserver entre les poumons et la gorge ».

De violence il est éminemment question dans ce bouquin puisque de coloniale, la guerre s’est fait sociale. Et donc totale. Le spectre de Rigouste balaie les cinquante dernières années durant lesquelles va fermenter un dispositif sécuritaire qui confine à la paranoïa. D’Alger à Tarnac, en passant par Dakar et Villiers-le-Bel, l’auteur dessine les contours de plus en plus nets d’une mécanique militaro-policière toujours en recherche du dernier ajustement. Aux manettes de cette machine de mort, quelques concepteurs à la botte des 1 % planétaires. Politiques, industriels ou bien hauts-gradés, toujours cyniques, Rigouste les caricature ébauchant et griffonnant le portrait-robot de cet ennemi intérieur tant fantasmé. Tel ce boss du GIGN qui, hésitant entre ultragauche et islamistes, fait ce constat alarmant : «  Les derniers rapports de la SDAT confirment la mise en place de plusieurs réseaux d’autodéfense à travers le pays. C’est pas les révolutionnaires qui embarquent la racaille, comme on croyait. C’est toute la vermine, bougnoules et subversifs confondus qui parle de prendre les armes ! »

Outil éminemment politique, Le Théorème de la Hoggra ne saurait se laisser réduire à un exercice de pur didactisme. Se faisant passeur d’histoires, Rigouste a taillé son verbe pour le béton et le verre de ces zones grises où l’hystérie médiatico-sécuritaire joue à plein. Il n’en fallait pas moins pour donner chair à ces hommes et femmes de peu, à ces silhouettes toujours mouvantes car en dérapage constant sur des lignes de fuites. Fuite devant la norme, fuite devant la génuflexion, fuite au travers les mailles d’un filet qui se tend en fonction des convulsions capitalistes du moment. Des rouages d’une machinerie en rodage permanent naîtront des accès de jubilation. La vengeance est un carburant qui ne connaît pas la crise. La matière est là pour nourrir le polar forcément insurrectionnel : « Le spectacle assimile les rois et les bouffons. Il enivre et rend les pères Ubu assez stupides pour laisser traîner la lame que le peuple leur plongera dans la couenne. »
Rigouste fait ainsi un pari, et mise tout sur des épaules soudain lasses de tenir les murs. De clinique, sa phraséologie devient incantatoire. Peut-être de quoi en rebuter certains. Quant aux autres, celles et ceux pour qui résignation rime avec suicide quotidien, la brèche est là qui fait béance. C’est le grand soir des calendes grecques qui précipite soudain son agenda. Sous nos yeux, l’écrivain se fait stratège et scénarise le retournement. Comme si les vieilles cendres n’avaient jamais été froides, et les brasiers prêts à repartir. Finalement il n’aura fallu qu’un souffle. Celui du vent qui se lève. Ou celui d’un larsen prêt à irriguer les fièvres.

.

«  Au départ des courts-circuits, au croisement des contraires,
Au carrefour des massacres, au point d’impact des colères,
À contre-courant envers et contre toutes les muselières,
À la périphérie des genres, au cœur des poudrières.
 »
(L’Angle Mort - Zone Libre vs Casey & Hamé)


L'ANGLE MORT - Zone Libre VS Casey Hamé/La... par elmadj

via article 11

07:22 | Lien permanent | Commentaires (0) |

14/03/2012

Les Idoles - Charly le surineur - Rooftop Working Class Rock

07:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/02/2012

"You Can't See It, and You Can't Smell It Either" - Rankin Taxi

15:47 | Lien permanent | Commentaires (0) |

16/12/2011

L'édification du socialisme (à tendance autogestionnaire titiste) Zora la rousse

sur une idée de Ramiro

18:56 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/10/2011

BEIGE GT "knights of the jaguar" ... Die fetten Jahre sind vorbei...

21:20 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu