Avertir le modérateur

14/02/2013

Solidarité avec les expulsés de NDDL - Strasbourg

ZAD,NDDL,aéroport,nantes,solidarité

Sur les murs de Strasbourg...

19:10 | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/12/2012

Notre Dame des Landes : l’Etat a manipulé les chiffres.

 

NDDL,ZAD,aéroport,manipulation,préfet,, Bernard Hagelsteen,Vinci

à lire sur Reporterre

14:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

28/11/2012

Notre-Dame-des-Landes : un projet de 1967 pour répondre aux défis de notre temps

Bon, c’en est assez. Moi ça me fait peine. Beaucoup trop de contre-vérités sont énoncées quotidiennement sur l’affaire de l’Aéroport Grand-Ouest, outrageusement raccourci en NDDL par les supporters de la bande de squatteurs basanés polygames crypto-anarchistes néo-staliniens qui ne se lavent même pas tous les jours. Il est peut-être temps de prendre UN PEU de hauteur, de dépassionner le débat, et de ramener UN PEU de sérieux sur ce sujet de haute voltige.

;

Un peu d’histoire(s)

Le site de Notre-Dame-Des-Landes fut choisi en 1967 (selon les normes européennes environnementales et de préservation de la biodiversité qui devaient à l’époque déjà probablement être les mêmes qu’aujourd’hui) par le Service technique des bases aériennes, puis validé en 1970 par le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire (CIAT) pour remplacer “Nantes Atlantique” existant déjà à l’époque, notamment pour y développer le fret, et aussi un peu pour pouvoir accueillir fièrement le tout nouveau Concorde. Mais si, vous savez, cet avion qui a eu un petit souci le 25 juillet 2000, tuant 113 personnes, et qui ressemblait à un burn-out de cigogne sous extasy avec une paire de Ray-Ban.

S’il semble aujourd’hui – mais je m’avance peut-être un peu  – que le projet n’accueillera finalement pas le Concorde, dès mai 1967, les autochtones les plus civilisés pouvaient déchiffrer dans la presse locale avec leurs quelques rudiments de langue française que “La métropole Nantes – Saint Nazaire pourrait devenir le Rotterdam aérien de l’Europe par la création d’un aéroport international de fret au nord de la Loire”. Les hommes politiques et leurs experts avaient parlé. Et tout le monde sait ça, ils tiennent toujours leurs promesses.

la suite ici chez pierrederuelle.com

16:03 | Lien permanent | Commentaires (1) |

24/11/2012

Zone à défendre - site miroir

Si Jamais le site nous lâche comme l’autre jour, allez voir là-bas : http://lazad.noblogs.org/

Photos de hier et aujourd’hui ICI

Pique nique à la Chataigneraie : Les traveaux continuent à la Chataigneraie ! On vous invite tou-te-s à un pique-nique dimanche à 13h. Amenez vos outils pour continuer la reconstruction ensemble !

Point d’info permanent sur le campement établi le long de la d81 entre le lieu dit les domaines (la vache-rit) et la Rolandière.

Si vous nous rejoignez sur la zone, soyez le plus autonomes possible pour le couchage et la bouffe. Aussi venez avec une carte, des bottes voire une boussole. Il ya des barrages pour des voitures, les sacs sont fouillés et les masques à gaz quelquefois confisqués. MAIS ce possible d’y avancer à pied !!

Les trucs utiles à prendre en partant d’ici :
- Legal team : 06 75 30 95 45 : à contacter si vous êtes témoins d’arrestation, si vous êtes arrêté-e-s après votre libération
- Medix Team : 06 43 28 15 97

POINT INFO CE SOIR 20 H A LA VACHE RIT !

” HÉ VALLS, KYSTE MY ASS ! “

18:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

Une étude indépendante remet en cause le projet NDDL

L’étude indépendante demandée par le collectif des élus contre l’aéroport (CeDpa) montre une nouvelle fois l’étendue de ce grand projet inutile. Quels sont les points intéressants qui soulignent les fautes dans la Déclaration d’Utilité Publique de 2008 ?

À la demande du collectif d’élus opposés au projet de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, un cabinet d’études européen indépendant nommé CE-Delft a analysé la solidité économique de l’étude menée lors de la Déclaration d’Utilité Publique ; puis comparé les deux projets,  le réaménagement de l’aéroport Nantes Atlantique et la construction du nouvel aéroport.

Des procédures administratives incohérentes

Une Déclaration d’Utilité Publique (DUP) a été décrétée en février 2008 suite à une enquête publique qui présente de nombreuses zones floues. Lors de l’enquête publique, 80 % des contributions faites aux sept enquêteurs étaient opposées au projet. Cependant, l’enquête s’est quand même avérée positive pour déclarer une DUP. Sur les sept enquêteurs qui ont fait le travail, deux ont abandonné leur position avant la fin de la commission d’enquête. L’enquête amenant à la DUP n’a donc été signée que par cinq enquêteurs. En 2010, les enquêtes parcellaires ont continué et en 2011 la concession de ce futur aéroport a été donné à Vinci. En juin 2012, les enquêtes sur la gestion des eaux et les zones humides seront lancées et avant 2014 les études environnementales, foncières et archéologiques.
Lors de la DUP, l’ACIPA a déposé cinq recours au Conseil d’Etat pour annuler la procédure. Ils ont été rejetés sans motivation. Afin de poursuivre les recours juridiques, la Cour européenne des droits de l’Homme a été saisie par l’ACIPA en 2010. La Cour européenne a pour traiter la demande et faire en sorte que l’État français motive ses rejets. Parallèlement, trois recours sont en cours depuis la publication du cahier des charges au Tribunal Administratif de Nantes. Tous les recours ne sont pas suspensifs.
Par ailleurs, le projet était condamné par le Grenelle de l’environnement en 2007 qui dans ses lois ne prévoyait  pas d’augmentation de capacité aéroportuaire. Le projet Notre Dame Des Landes est multiplié par trois. Jean Marc Ayrault et François Fillon ont fait pression disant que cet aéroport serait le premier aéroport HQE et qu’il n’était ici que question de transfert, donc le projet de NDDL ne rentre pas dans le cadre des lois du Grenelle.

Entre pressions et soutiens politiques, les choses bougent

Le projet est aujourd’hui compris partout en France mais également en Europe. En 2009, le CeDpa a été créé. il regroupe 1000 élus opposés au projet, 500 élus des Pays de Loire et 500 élus de la France entière. En 2011, ils se sont constitués en association pour financer l’étude indépendante publiée depuis le mois d’octobre dernier. Il entend bien faire pression pour faire bouger les politiques. L’ACIPA quant à elle regroupe 42 associations, partis et syndicats qui se réunissent tous les mois. Des comités de soutiens se développent partout en France et un collectif de pilotes de Nantes Atlantique a rejoint le mouvement. Tous travaillent avec des géographes à dénoncer le projet et mettre en avant une « métropolisation » à outrance. De plus en plus d’actions sont organisées, des installations de jeunes en maraîchage entendent bien rester sur la commune et une opération « citoyens vigilants » est mise en place depuis trois ans. Il s’agit de deux personnes par jour qui stationnent devant les bâtiments importants de Nantes : la préfecture, le siège du Parti Socialiste, de l’UMP, le CG…

L’argument de la saturation de Nantes Atlantique ne tient pas

Michel Tarin explique qu’« au niveau des passagers il y a bien une augmentation du trafic. Depuis 2004, notamment l’arrivée des compagnies low-cost, on est à 3,3 millions de passagers par an ». Néanmoins ce qui sature un aéroport ce n’est pas le nombre de passagers mais le nombre de mouvements c’est dire de décollages et d’atterrissages. Nantes Atlantique stagne à ce sujet depuis dix ans. « Ce sont les avions qui aujourd’hui sont plus remplis qu’avant puisqu’en 10 ans on est passé de 40 à 80 passagers par avion » ajoute-t-il. La particularité de Nantes Atlantique a été qu’il y a eu une augmentation très importante des vols charters vacances, c’est une des principales plateformes qui accueillent le plus d’évolution dans ce sens-là.
À ce propos, l’étude du cabinet CE-Delft propose un comparatif des aéroports. En surface, l’aéroport de Nantes avec ses 320 ha est dans la moyenne internationale, sa piste de 2 900 m de long est la même que celle de l’aéroport de San Diego aux États unis. Sur ces pistes qui font la même taille, on traite à San Diego 223 000 mouvements annuels alors qu’à Nantes on traite à ce jour  42 000 mouvements. San Diego traite 17 millions de passagers par an quand Nantes Atlantique peine à traiter 3,3 millions de passagers. Michel Tarin explique « La longueur de piste par ailleurs ne veut pas dire grand-chose. À Gatwick, le deuxième aéroport de Londres, la piste fait 3 200 m, et bien un A380 ne peut pas décoller sur une piste a pleine charge. On y traite pourtant 280 000 mouvements avec 35 millions de passagers par an sur 270 ha ». Nantes Atlantique peut accueillir encore jusqu’à 200 000 mouvements, même si ce n’est pas souhaitable, sans problème technique majeur. Il ajoute que le projet de Vinci à Notre-Dame-des-Landes, aujourd’hui modifié par rapport au projet initial, compte deux pistes de 2 900 m qui ne pourront pas accueillir d’A380. Souhaitons nous refaire un aéroport à l’identique qui ne sera de toute façon jamais un grand hub intercontinental ? NDDL nécessite 940 ha pour la plateforme aéroportuaire, mais la DUP compte 1 650 ha. Ce sont plus de 2 000 ha de terres agricoles qui sont menacés !

la suite ici

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/03/2012

Arrêt immédiat du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes !

09:48 | Lien permanent | Commentaires (0) |

29/08/2011

Appel au soutien du village autogéré de notre dame des landes

Le collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL, le réseau NOG2011 vient de faire un appel au soutien. Vous trouverez ci-dessous cet appel.

"Le 1er juillet 2011, une centaine de militant-e-s anticapitalistes et antiautoritaires ont monté un village autogéré qui avait pour objectifs et principes :

- de fonctionner en autogestion et d’expérimenter des alternatives au monde autoritaire,
- de créer une convergence des luttes contre les logiques capitalistes et de préparer la résistance contre le G20,
- d’amplifier la résistance contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes en créant entre autre de nouvelles installations sur la zone du projet (ZAD),
- de soutenir la paysannerie locale biologique,
- …

Ce village qui a duré un mois, a été pour la plupart d’entre nous l’occasion de partager nos expériences de luttes et d’alternatives, et de créer des convergences pour la suite. Il nous a aussi permis de concrétiser nos envies d’autogestion à un plus grand nombre, durant un temps permettant l’assimilation de nos échecs et réussites. Surtout, il a permis d’amplifier la lutte contre le projet d’aéroport de NDDL, Vinci et son monde, par l’installation de plus de 30 militant-e-s sur la ZAD qui souhaitent y rester à long terme pour y vivre en autonomie et résister à ce projet.

Cependant, nous n’avons pas réussi à rembourser totalement les frais engagés dans ce village(fonds issus de précédentes rencontres internationales), même si nous avons tout fait pour les assumer (remboursant une bonne partie du déficit dans les dernier jours).Il nous reste à ce jour, un peu plus de 1000 euros à rembourser à la caisse internationale et à deux paysans locaux. Nous appelons ainsi à votre soutien financier pour que nous puissions respecter nos engagements.

Lors de la dernière assemblée générale du village, nous nous sommes mis d’accord sur le partage de l’argent en cas d’excédents lors de l’appel au soutien. Nous avons défini que : -50% de cet excédent irait au fond international, parce que ce village s’inscrivait dans une volonté internationale de contrer le capitalisme, ce qui permettra aussi de mieux préparer les contre-sommets suivants, -50% de cet excédent irait aux militant-e-s qui s’installent sur la ZAD suite au village autogéré. Il servirait à financer leur installation paysanne, leurs moyens de communication et de financer l’auto construction de leurs cabanes.

Le collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL s’est engagé de son côté à combler le déficit du village autogéré en organisant des concerts/bouffes collectives bio dès cet automne. Du côté du réseau NOG2011, certain-e-s membres de ce réseau organisent déjà des bouffes collectives bio.

En espérant qu’avec tous nos efforts nous permetrons de combler le déficit financier du village, et au mieux de dégager un excédent qui permettra de soutenir à la fois la lutte internationale contre le capitalisme mais aussi la lutte contre l’aéropot de NDDL et la multinationale Vinci.

Le collectif de lutte contre l’aéroport de NDDL, le réseau NOG2011"

L’adresse où envoyer votre soutien financier :

Le village c/o Reflex scalp 21 ter rue voltaire 75011 paris

Chèque à l’ordre de : la mare

 

JPEG - 48.9 ko

via indymédia lille

10:08 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/08/2011

Notre-dames-des-Landes: une militante porte plainte

Nantes: une militante anti-aéroport blessée dans une manifestation porte plainte

Une militante alter-mondialiste opposée au futur aéroport de Nantes, victime de blessures ayant entraîné 42 jours d'interruption temporaire de travail lors d'une manifestation le 27 juillet a porté plainte lundi pour violences et non assistance à personne en danger, a constaté l'AFP.
La plainte a été jugée recevable par le Parquet de Nantes qui va examiner le dossier et demandera si besoin des investigations complémentaires, a confirmé le procureur Laurent Fichot.

"J'ai entendu quelqu'un dire +on charge+ et je me suis fait fracasser", a expliqué à la presse la plaignante, Laurence Sadoun, qui a ensuite dû appeler elle-même les secours. Ses proches ont indiqué qu'elle avait eu plusieurs côtes cassées, un pneumothorax et des perforations des poumons qui expliquent l'importance de son ITT.
Les faits se sont produits lors d'affrontements entre les forces de l'ordre et quelques deux cents opposants au futur aéroport qui avaient investi l'actuel aéroport de Nantes, géré par le groupe Vinci. Le groupe Vinci a été choisi par l'Etat pour construire l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à une trentaine de km au Nord de Nantes, qui doit normalement entrer en service en 2017.
Lors de ces heurts, violents, trois manifestants blessés ont été hospitalisés ainsi que cinq policiers. Quatre personnes avait été interpellées et relachées peu après. La direction de l'aéroport avait de son côté déploré des dégradations matérielles.
La plaignante ne fait l'objet d'aucune poursuite à la suite de cette manifestation, a précisé le Parquet.
Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est soutenu par les collectivités locales socialistes (régions Pays de la Loire et Bretagne, conseil général de Loire-Atlantique, Nantes Métropole) mais suscite une opposition forte de la part des agriculteurs locaux mais aussi des militants écologistes ou anarchistes.

piqué au tas sur www.leparisien.fr - 09/08/2011

Manifestation anti-aéroport : une femme a déposé plainte hier

 Laurence, 42 ans, a déposé deux plaintes contre X hier. L’une pour « violences volontaires ». L’autre pour « non-assistance à personne en danger ».

Le 27 juillet dernier, cette mère de famille avait participé à la manifestation qui avait dégénéré en affrontement à l’aérogare de Nantes-Atlantique. Souffrant d’un poumon perforé, avec quatre côtes cassées, elle avait été transportée d’urgence au CHU de Nantes. « J’ai été rouée de coups de pied et de coups de matraque. J’aurais pu mourir », a-t-elle indiqué hier, en sortant du palais de justice de Nantes. « Les responsables doivent être poursuivis. Lorsqu’on frappe quelqu’un au sol, on n’a rien à faire au sein des forces de l’ordre », a tonné son avocat Me Erwann Lemoigne.

 

piqué au tas sur www.presseocean.fr - 09/08/2011

10:18 | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/06/2011

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : déploiement de l'armada policier pour sécuriser les forages

 

 

"Dégage, on aménage"

Déploiement policier sans précédent à Notre-Dame-des-Landes

Sur l’historique de l’appel et de la lutte, voir Mille Bâbords 17263

et surtout :

Site des occupant⋅e⋅s de la ZAD, territoire prévu pour la construction du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
http://zad.nadir.org/

Site de l’ACIPA Association luttant contre la création d’un autre aéroport à Nantes (Loire Atlantique)
Sur les communes de Notre Dame des Landes, Grandchamp des Fontaines, Vigneux de Bretagne et Treillières
http://acipa.free.fr/

 

 

11:01 | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/06/2011

Les idéologues sécuritaires et la voie du décèlement précoce de la sûreté aérienne

le_chaos_mondial.jpg

Christine de Veyrac se prononce pour les Scanners corporels dans les aéroports

Le rapport adopté en début de semaine, à une très large majorité, par la commission des transports du Parlement européen, propose d’autoriser les scanners corporels pour l’inspection des passagers dans les aéroports. Il en encadre aussi strictement les conditions d’utilisation.

« Il est certain que ces scanners représentent un progrès réel en matière de sûreté aérienne. Ils permettront en effet de détecter les objets non métalliques cachés par de potentiels terroristes, comme des pains d’explosifs plastiques ou des couteaux en céramique » a commenté la députée européenne UMP Christine de Veyrac, membre de la commission des transports du Parlement européen.

Parallèlement, « il est heureux que le vote d’hier exclue l’utilisation de technologies émettant des radiations ionisantes, et interdise que toute image du corps des personnes ne puisse être visualisée ou conservée. Nous protégeons ainsi la santé et la vie privée des passagers, ainsi que des employés des aéroports et des compagnies aériennes », a souligné la députée européenne de Toulouse.

Le Parlement européen arrêtera définitivement sa position lors de sa session plénière en juin prochain.

piqué au tas sur www.toulouse7.com

Bientôt des scanners corporels dans les aéroports français

Par TF1 News (D'après agence), le 07 janvier 2010 à 11h16, mis à jour le 07 janvier 2010 à 11:20

La DGAC a annoncé mercredi qu'ils seront bientôt expérimentés "dans les meilleurs délais". Ils permettent de repérer les objets interdits dissimulés sous les vêtements sans palpation des passagers.

La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a annoncé mercredi dans un communiqué que des scanners corporels seraient expérimentés "dans les meilleurs délais (...) dans certains aéroports français". Des scanners corporels "devraient être installés prochainement pour expérimentation à ADP" (Aéroport de Paris), précise le communiqué qui ajoute que cette décision a été prise "selon les directives d'un groupe de travail interministériel".

Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait annoncé qu'un groupe de travail sur les scanners corporels dans les aéroports français avait été mis en place et devait "faire des propositions" rapidement.

Les scanners corporels sont des portails qui permettent de repérer les objets interdits dissimulés sous les vêtements sans palpation des passagers et "l'absence d'impact sur la santé des passagers a été évaluée et confirmée par un organisme indépendant", selon la DGAC.

Parallèlement à l'installation de scanners corporels, "d'autres voies d'amélioration doivent être approfondies ou complétées", comme le "profilage des passagers", "l'amélioration de la détection des traces d'explosifs" ou "l'analyse et l'exploitation des informations connues sur les personnes déjà signalées comme suspectes". "Par ailleurs, la formation de personnel chargé de la sûrete sera renforcée", conclut le communiqué.

Piqué au tas sur TF1 News (D'après agence) le 07 janvier 2010

penser ces menaces dans l’esprit de les révéler (au sens radiographique).jpg

Scanners corporels : la sécurité renforcée dans les aéroports

Le secrétaire d'État aux Transports Dominique Bussereau a confirmé l'usage, à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, des premiers scanners corporels en France, permettant une fouille au corps virtuelle.

Publié le 15/01/2010





Qu'est ce que le scanner corporel ?

Le scanner corporel est une imagerie du corps. Il en existe deux types : le premier, qui sera pratiqué dans les aéroports de France, utilise des ondes millimétriques se limitant à la surface de la peau. Le second type, pratiqué aux Etats-Unis, utilise le système X-Ray qui pénètre sous la peau.

Comment ça marche ?

Le passager rentre dans un portique. Des antennes-récepteurs lui tournent autour et émettent des ondes radio qui traversent les vêtements. Les ondes réfléchies sont enregistrées sur un écran de contrôle qui fait alors apparaître une scan en 3D du passager.

A quoi ça sert ?

Le scanner corporel permet de renforcer la sûreté des aéroports, notamment depuis la tentative d'attentat du 25 décembre sur le vol Amsterdam-Detroit. Cette fouille virtuelle des passagers permet de détecter toute matière (objet ou liquide) dissimulée à la surface du corps, que ce soit de la poudre à explosif ou même des couteaux en céramique. Il permet ainsi un contrôle de sécurité des aéroports plus rapide, plus sûr et moins génant par rapport aux palpations corporelles.

Est-il dangereux pour la santé ?

Le premier type de scanner par ondes millimétriques, le seul qui sera utilisé en France, ne présente aucun danger pour la santé. D'après la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), ses ondes sont 500 fois moins puissantes que celles d'un téléphone portable. Quant au second type de scanner, pratiqué uniquement aux Etats-Unis, une exposition marquée ou régulière à ces ondes est nuisible à la santé.

Porte-t-il atteinte à la vie privée et à l'intimité ?

L'imagerie qui apparait sur l'écran de contrôle ne laisse apparaître qu'un androïde reconstitué en 3D. L'agent en charge de surveiller l'écran ne voit pas la personne scannée et ne connaît pas son identité. Le visage et les parties génitales sont floutées à l'écran. Les hommes contrôleront les hommes, les femmes contrôleront les femmes.

Sera-t-il obligatoire ?

La France étant pour le moment en phase d'expérimentation, le scanner corporel n'est pas obligatoire. Les passagers pourront choisir entre le scanner corporel et la fouille manuelle habituelle.

Combien ça coûte ?

Chaque scanner coûte entre 100 000 et 150 000 euros.

piqué au tas sur www.linternaute.com

Armes dans les aéroports: «Il faudrait exiger que les agents de sûreté sachent lire, écrire compter...»

INTERVIEW - Le criminologue Christophe Naudin est chercheur à l'université Paris 2 et auteur du livre «Sûreté aérienne, la grande illusion»…

La sûreté dans les aéroports et les avions est-elle suffisante? Le débat est relancé après que des journalistes ont réussi à déjouer les systèmes de sécurité à deux reprises, dans les aéroports de Roissy et de Marseille. Dans le cadre d’un reportage pour «Envoyé spécial», diffusé ce jeudi soir sur France 2, les reporters sont entrés dans deux avions, en possession d’un pistolet semi automatique 9mm. Rien de surprenant pour le criminologue Christophe Naudin, qui estime que les agents chargés de la sûreté ne sont pas assez qualifiés pour faire face aux risques.

Les mesures de sûreté sont elles efficaces dans les aéroports?
Non, il y a un problème d’efficacité, c’est certain. Que les journalistes aient réussi à embarquer avec une arme n’est pas du tout surprenant. Il s’agit avant tout d’un souci de recrutement: il faudrait exiger que les agents de sûreté dans les aéroports sachent lire, écrire, compter. Et c’est vraiment loin d’être le cas.
Il ne faut pas croire que ces agents sont juste des personnes qui regardent un écran pour voir si un objet est caché dans vos bagages. L’imagerie de sûreté est une science, qui nécessite une analyse. Une meilleure sélection des agents - et un meilleur salaire – permettrait d’améliorer de 30% l’efficacité de la sûreté dans les aéroports.

Pourtant des mesures de contrôle ont été prises ces dernières années. Elles ne servent à rien?
On en rajoute toujours une couche en fonction de l’actualité mais ce sont des mesures cosmétiques, qui sont toutes centrées sur la recherche de l’objet. Or ce n’est pas lui, en soi, qui est dangereux mais l’usage que certaines personnes peuvent en faire. La mesure qui consiste à empêcher les voyageurs de monter dans un avion avec une bouteille de liquide est la plus stupide que j’ai jamais rencontré. Il faudrait se concentrer davantage sur les personnes, cibler celles qui présentent plus de risque, et arrêter d’emmerder 100% des voyageurs.

Ces mesures ne diminuent donc pas le risque que des personnes mal intentionnées montent dans un avion?
Les contrôles sont accrus sur les destinations sensibles comme les Etats-Unis ou Israël. Mais le risque est alors diminué non parce que les mesures sont efficaces mais parce que la possibilité est plus grande qu’un agent repère ce que son collègue n’a précédemment pas vu.

La technologie peut elle être améliorée pour que les risques diminuent ?
Non, niveau matériel, on est au top. Ce n’est pas un problème de technologie mais bien de personnes qui se servent de cette technologie.

Propos recueillis par Enora Ollivier
piqué au tas sur www.20minutes.fr - 06/01/2011

« Les contrôles sont d'une nullité totale »

CHARLES DE COURSON, député de la Marne

28.12.2009
Rapporteur de la commission des Finances de l'Assemblée pour le transport aérien, le député Charles de Courson (Nouveau Centre) dresse un bilan sans concession du système actuel de contrôles dans les aéroports. Le renforcement des mesures de sécurité est-il adapté ? Charles de Courson. Achaque nouvel attentat ou tentative, la stratégie adoptée est celle de la fuite en avant. On nous parle alors de nouveaux appareils, comme ces scanners corporels. Leur seule utilité est d'enrichir les industriels, notamment américains, qui les commercialisent. Pour le reste, ils contribuent surtout à ralentir le transport aérien. Les contrôles actuels sont-ils si mauvais ? Ils sont d'une nullité totale. Tout a été pensé après le 11 septembre 2001 par l'administration Bush avec un unique objectif : restaurer la confiance des passagers. Ces mesures ont ensuite été imposées aux autres nations. Mais cette conception de la lutte antiterroriste est totalement erronée et inefficace face à des gens déterminés. Pourquoi ? J'appelle ça la théorie de la ligne Maginot. On veut faire croire que tous les objets peuvent être détectés. C'est illusoire. Prenez le sac à main de votre femme et fouillez-le pour y trouver des explosifs. Cela vous prendra un quart d'heure. Imaginez, si vous appliquez ça aux 90 millions de passagers qui prennent chaque année l'avion en France ! Vous aviez vous-même mis en lumière ces lacunes… En 2003, dans le cadre d'un rapport confidentiel pour le ministre des Transports, nous avions travaillé avec le criminologue Christophe Naudin. Sur onze tentatives pour introduire des armes ou des explosifs dans un appareil, dix ont fonctionné. Les mêmes tests aux Etats-Unis, réalisés dans sept aéroports, enregistraient 35 % à 65 % de réussite. Quelle est la solution ? Il faut arrêter ce naufrage économique. Chaque année, 500 millions d'euros sont dépensés en France pour ces contrôles de sécurité, 7 milliards aux Etats-Unis. Dans le même temps, seulement 50 millions d'euros sont alloués chez nous à l'infiltration des réseaux terroristes. Il faut faire l'inverse et pratiquer la lutte antiterroriste en amont, grâce au renseignement. La logique actuelle n'a aucun sens. Pourquoi ne pas faire des contrôles aux entrées du métro ou des gares, pendant qu'on y est ?
Cet article a été publié dans la rubrique A la une

Sûreté aérienne : le reportage qui fait peur

« Pièces à conviction »

Julien Dumond | 22.12.2006
C'EST UN MODE d'enquête journalistique plus fréquent dans les pays anglo-saxons qu'en France. Depuis plusieurs semaines, des journalistes de « Pièces à conviction », diffusée aujourd'hui en deuxième partie de soirée sur France 3, s'attachent à tester l'efficacité des mesures prises cet été pour améliorer la sûreté aérienne. Le résultat est édifiant. A l'image, Christophe Naudin, expert en sécurité, déjoue absolument tous les contrôles. Le 30 novembre, avec le journaliste de France 3 Laurent Richard, ils s'envolent de l'aéroport d'Orly pour celui de Nice. Dans son bagage cabine, Christophe Naudin a emporté la réplique exacte d'un pain de Semtex, un puissant explosif utilisé dans de nombreux attentats terroristes, un détonateur et une pile. Aucun agent au sol n'a repéré l'ensemble qui pourrait pourtant être transformé en bombe s'il s'agissait de réel Semtex. Au retour, l'expert passera les mêmes objets dans son bagage de soute cette fois. Le 4 décembre, c'est à bord d'un avion à destination de New York que l'équipe embarque deux cutters. Au moment du contrôle du bagage cabine aux rayons X, on voit que les agents discutent sans même regarder leur écran. Christophe Naudin est également parvenu à s'envoler pour Marseille avec un faux passeport lituanien après avoir acheté son billet le matin même en liquide... Enfin, l'auteur du reportage a pu approcher, seulement muni de son permis de conduire, la zone de fret numéro 4 de Roissy, pourtant ultra-sécurisée, en se faisant passer pour le chauffeur livreur du sous-traitant d'un sous-traitant. On le voit donc à l'image, la nuit du 13 décembre, au plus près des avions en partance sur le tarmac. « Les mesures sont mal appliquées mais surtout mal pensées » Interrogé sur ces investigations, le directeur des affaires stratégiques de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) bafouille. Et lorsque les journalistes lui font visionner les images, il reste carrément sans voix, répliquant seulement : « Les contrôles sont bons dans leur ensemble, vous voulez faire peur aux gens, c'est cela ? » « Les mesures sont mal appliquées mais surtout mal pensées », dit Christophe Naudin, qui avait par ailleurs réalisé 12 tests de ce type pour le député Charles de Courson : onze avaient réussi ! Un commandant de bord ne semble pas étonné par ces révélations. « La formation des agents de sûreté n'est que de quatre-vingt-onze heures », glisse-t-il. A voir ce « Pièces à conviction », il en faudrait en effet beaucoup plus.

Cet article a été publié dans la rubrique Spectacles
les deux articles piqué au tas sur Le Parisien.fr

la_paresse_intellectuelle_est_désormais_interdite.jpg

17:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu