Avertir le modérateur

17/05/2010

Glières 2010 : combat mémoriel autour de la Résistance II

La suite des Gliéres 2010 vu par PROBE.

Dans l'épisode précédent, je t'avais, amiE de lutte, parlé du film "Les réquisitions de Marseille".

Cette projection avait lieu au cinéma Le Parnal (5.00€ la place, la résistance a un prix ...)

J'ai trouvé sur le net un extrait de 8 minutes qui commence par le témoignage d'un des anciens des ADN (Acieries du Nord) de Marseille :

"on avait vécu une période fabuleuse" ...

 

"leur directeur, nommé avec l'aval de la CGT et des ouvriers, était assisté d'un comité consultatif de gestion. Symbole démocratique, ce conseil était composé de représentants du personnel – un ingénieur, un technicien, un ouvrier – et de représentants des actionnaires. » Et tous s'en portent bien : les ouvriers, qui voient leur salaire et leur travail s'améliorer, augmentent spontanément les cadences. L'entreprise est largement bénéficiaire (Elle restituera 600 millions de francs de bénéfices à l'État en 1947). On investit les bénéfices dans des logements sociaux, on construit un centre culturel, on crée les premiers CE, etc... Autant d'avancées souhaitées par le programme du Comité national de la résistance (CNR) qui prévoyait, entre autres, sécurité sociale et retraite pour tous." Stéphanie Arc - CNRS


Comme je ne suis pas trop doué pour faire de long discours, je te propose de lire ce qu'en dit Mille Babords (présent eux aussi aux Glières) :

Les Réquisitions de Marseille

Peu de personnes connaissent cette aventure. Au lendemain de la Libération de Marseille, au sortir des combats, des ouvriers créent des comités de gestion et relancent la production dans des entreprises dont les patrons ont, le plus souvent, pris la fuite pour cause de collaboration.

Nommé Commissaire régional de la République par de Gaulle, Raymond Aubrac, figure mythique de la résistance, va donner à quinze grandes entreprises marseillaises, et quinze mille ouvriers, les moyens de perpétuer cet élan en appliquant une mesure propre à l’état de guerre : "la réquisition". Soixante ans après, un film documentaire, réalisé par Sébastien Jousse et Luc Joulé, relate cette épopée, largement oubliée, ces "soviets de Marseille", selon la formule des patrons revanchards qui, en 1947, dans un contexte politique qui avait changé, parvinrent à y mettre un terme. Revenus sur le site de leur ancienne usine, en compagnie de l’historien Robert Mencherini, des ouvriers ayant pris part à l’aventure font revivre cet épisode qui, comme le confie l’un d’eux, démontre qu’on peut "substituer au profit la notion de service".

Au coeur du film, les Aciéries du Nord. Leur directeur était assisté d’un comité consultatif de gestion composé de représentants du personnel - un ingénieur, un technicien, un ouvrier - et de représentants des actionnaires. Les ouvriers, qui voient leur salaire et leurs conditions de travail s’améliorer, augmentent les cadences. L’entreprise est largement bénéficiaire. On investit les bénéfices dans des logements sociaux, on construit un centre culturel, etc... Autant d’avancées souhaitées par le programme du Conseil National de la Résistance.

Ce film est une belle occasion de découvrir cet épisode de l’histoire d’un mouvement social marseillais et d’alimenter la réflexion, à l’heure où le gouvernement privatise à tour de bras.

 

Ce film donne la part belle à ce qui pourrait sembler du "capitalisme participatif". Et tu t'es rendu compte de l'enfumage dont ces ouvriers on fait les frais ... car finalement que reste-t-il de leurs "acquis" ? Rien, ou plus grand chose ... car depuis juin 1947 "la réquisition ne s'imposait pas" et les collabos ont repris leurs place... personne n'a repris les armes pour s'insurger ...

Suite à la projection, un débat c'est organisé dans le cinéma ... je n'ai pas tenu longtemps non plus, bien que mes voisins étaient toutes et tous des gens très courtois et respectables, ayant un contact facile. Mais malgré toute leur bonne volonté, je n'ai pas voulu rester écouter les quelques syndicalistes prenant parole ...

Je suis donc retourné vers la salle Tom MOREL où j'ai cherché à rencontrer les "6 de Paux" dont on avait parlé à un moment ... et il me semble que c'est François RUFFIN qui m'a renseigné ...

à suivre ...

21:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu