Avertir le modérateur

18/07/2009

Airbus A400M : les pays participants vont maintenir leur engagement (der Spiegel)

Airbus A400M: les pays participants vont maintenir leur engagement (presse)

AFP 18.07.09 | 11h10

 

Les sept pays ayant passé commande de l'avion de transport militaire Airbus A400M vont annoncer la semaine prochaine qu'ils maintiennent leur engagement pour ce programme, croit savoir l'hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître lundi. L'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Espagne, la Turquie, la Belgique et le Luxembourg "se sont mis d'accord" cette semaine et annonceront lors de la réunion des ministres de la Défense concernés, vendredi au Castellet (sud de la France), qu'ils maintiennent leurs commandes malgré les retards du programme, affirme le magazine. "Les ministres de la Défense vont revenir sur leurs menaces de rompre les contrats d'ici la fin juillet", écrit Der Spiegel. Réunis fin juin à Séville (Espagne), les ministres avaient décidé de se donner un mois de réflexion supplémentaire avant de décider de l'avenir de l'appareil et d'éventuellement entamer avec Airbus une négociation sur les surcoûts générés par ses retards. L'A400M devait commencer à être livré dès la fin 2009. Mais, victime d'importantes difficultés de mise au point, il accuse un retard d'au moins trois ans et ne sera pas livré avant 2013.

20:45 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/07/2009

Crash reconstitution numérique La nuit du mensonge

Jeudi 4 juin 2009 | 13h56

Crash de l’Airbus d’Air France: reconstitution numérique

Après la disparition du vol AF 447, les autorités font de la récupération des deux boîtes noires de l'Airbus A330-200 leur priorité. Aujourd’hui les médias se demandent si l’avion a explosé. e-alsace révèle la trajectoire en trois dimensions d’un vol ainsi que l’ensemble des actions de l’équipage sur le tableau de bord. Un dossier vidéo exclusif…


La trajectoire de vol que le site e-alsace révèle est celle du crash du mont Sainte-Odile. Le 20 janvier 1992, un Airbus A 320 d’Air Inter s’écrasait aux portes de Strasbourg. 87 personnes avaient trouvé la mort, neuf personnes avaient survécu. Mauvaise trajectoire, descente trop rapide, erreur de langage de la tour de contrôle, peut-être une défaillance technique, de nombreux éléments avaient conduits à la catastrophe. A l’aide de tous les paramètres connus, les dernières minutes du vol avec l’ensemble des actions de l’équipage, les conversations de l'équipage, les paroles du contrôleur aérien, et la visualisation complète des indications du tableau de bord ont été restituées en images de synthèse grâce aux technologies numériques. Ces éléments figurent dans le dossier judiciaire de la catastrophe.

Ce travail a été mené par une entreprise TIC alsacienne, la société CEFA Aviation, basée à Raedersheim dans le Haut-Rhin. C’était alors la première grosse reconstitution d’une trajectoire d’un crash réalisé par CEFA aviation. Jean Belotti, expert aéronautique, et Francis Guthleben, écrivain, auteur notamment du livre « La nuit du mensonge », s’étaient rendus ensemble à Saint-Louis dans le Haut-Rhin afin d’évaluer le travail d’un informaticien alors presque inconnu et aux allures de « géo trouvetout », Dominique Mineo. Celui-ci affirmait alors qu’il pouvait reconstituer en 3 D la trajectoire des vols à partir des paramètres enregistrés. Ce qui aujourd’hui n’a plus rien d’étonnant, apparaissait alors comme de la science fiction, ou presque.

Pilote militaire de formation, Dominique Mineo travaillait d’abord à la sécurité pour la compagnie suisse CrossAir. C'est dans ce cadre que l'idée d'un outil de simulation évoluée avait pris corps dès 1998. avant la naissance de Cefa Aviation en août 2000.

Une référence

A la suite du déplacement de Jean Belotti et Francis Guthleben à Saint-Louis et malgré une certaine méfiance, Jean Belotti avait suggéré au juge d’instruction François Guichard chargé de l'enquête sur le crash du mont Sainte-Odile de confier une mission à Dominique Minéo. Le choix fut payant.

Depuis la société CEFA Aviation est devenue une référence. Avec son logiciel d'analyse des vols exploitant les boîtes noires des avions. Le logiciel mis au point par CEFA Aviation exploite simultanément et de façon synchronisée l’ensemble des paramètres enregistrés dans les boîtes noires. Il permet, entre autres une vue panoramique du cockpit sur un à trois écrans, une modélisation des instruments de bord,  un affichage de tous les paramètres de vol, une version spécifique pour chaque avion,  une vue 3D de l'avion et de sa trajectoire, une visualisation interactive du vol en temps réel. La reconstitution de l’environnement est effectuée à partir de données satellites, pour une plus grande précision.

Déjà au service d'Air France

Depuis août 2000, Cefa Aviation est reconnue pour être une des sociétés leaders dans l'analyse des données de vol. Elle a développé l'un des logiciels de visualisation les plus avancés et a ainsi pu aider les compagnies aériennes, notamment, en améliorant la sécurité des vols et l'entraînement des pilotes. La société a développé une gamme de logiciels pour différents types d’avions. Ces logiciels permettent également d’analyser les défaillances techniques d’un appareil, ainsi que les actions inappropriées de l’équipage. En effet, le simulateur de vol permet de visualiser les paramètres de vol sous la forme d’un cockpit virtuel fidèlement reconstitué.

CEFA Aviation, avec ses cinq salariés, compte actuellement une quarantaine de compagnies d’aviation et travaille régulièrement avec le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA). La société tente maintenant de conquérir le marché asiatique. Dominique Mineo, président de CEFA Aviation est d’ailleurs ces jours-ci en Asie pour cela.

Air France fait partie des clients de CEFA Aviation. Au sein de la société CEFA Aviation, on affirmait hier que lorsque les boîtes noires du vol AF 447 auront été récupérées, elle pourrait apporter son concours pour tenter de reconstituer le vol tragique Rio-Paris qui a fait 228 victimes, comme elle l’a fait pour le crash du Mont Sainte-Odile. Air France pour sa part diffuse des communiqués réguliers sur la catastrophe du vol Rio-Paris

Une aide précieuse pour comprendre

Les technologies numériques sont donc mises au service de la compréhension de catastrophe aérienne et de la sécurité aérienne.

Le 15 janvier 2009, un avion du même type que celui qui s’est écrasé au mont Sainte-Odile, un Airbus A 320, a amerri dans l’Hudson River à New York, sans faire la moindre victime parmi les 155 personnes à bord. Là aussi, les technologies numériques ont été mises à contribution pour reconstituer le vol.


Hudson reconstitution accident airbus
envoyé par parisiensssssssssss. - L'info internationale vidéo.

Le numérique a aussi été mis a contribution après les attentats du 11 septembre 2001. Des informaticiens de l’université de Purdue ont patiemment reconstitué l’impact des avions sur les tours du World Trade Center. But: mieux comprendre les minutes qui ont suivi l’impact.

 

 

 

"La Nuit du Mensonge" :

de Stucki et Guthleben, avec leur trés aimable autorisation.

 

Loi Fauchon

La loi n°2000-647 du 10/07/2000 tendant à préciser la définition des délits non intentionnels, dite "loi Fauchon" du nom de son initiateur, a été publiée au JO.RF. Elle modifie de ce fait le Code Pénal.

Désormais, on distingue entre ceux qui sont directement à l'origine du dommage (lampistes) de ceux dont le lien de causalité entre leur faute et le dommage (blessures ou mort d'êtres humains) n'est qu'indirect (décideurs). Ainsi ceux qui ne sont pas directement à l'origine du dommage mais qui par leurs fautes ou négligences ont contribué à créer la situation qui a occasionné le dommage (décideurs publics ou privés, prétendus "responsables", mais qui ne se veulent pas "coupables") sont sensés se voir apprécier leur responsabilité dans des conditions plus restrictives. L'association ECHO et d'autres associations de victimes se sont émues dés l'origine de cet état de droit. Sous le prétexte avoué, n'en déplaise à M. Fauchon qui prétend aujourd'hui le contraire, de protéger prétendument des "maires", cette loi d'origine sénatoriale a procédé à une réforme, non pas limitée à certains décideurs de droit public mais globale de la responsabilité pénale en matière de délits non intentionnels.

On lira l'excellent ouvrage sur la loi "Fauchon" de M. Guillaume Perrault : "Ni coupables ni responsables", Albin Michel, 2004.

La justice a su, notamment dans le procès du Mont Blanc, retenir dans le cadre d'un accident collectif, la responsabilité de personnes que le manque de conscience professionnelle, voire humaine, poussait à se défausser sur d'autres. Gageons que le Tribunal de Colmar dans sa grande sagesse saura lui aussi dans le cas de la catastrophe du Mont Sainte Odile faire une telle oeuvre de justice, ce qui quatorze années après la mort de 87 personnes, serait un minimum souhaitable.

 

Les Secours

Ils ont été conduits de façon scandaleuse. Plus de 4 heures 30 ont été nécessaires pour repérer le lieu du sinistre, aux portes de la capitale de l'Europe ! et par deux habitants de la région et deux journalistes de TF1 ! Et il est clair que si l'organisation de la recherche de l'épave avait été conduite de manière appropriée, et sans re-écrire l'histoire, la découverte du lieu du crash aurait été beaucoup plus rapide qu 4h30. Pour M. le Juge d'Instruction Guichard, se basant sur des expertises, certaines victimes décédées ultérieurement auraient pu peut être survivre si les secours étaient arrivés moins de 2 heures après l'accident. Or, entre l'heure de l'accident et les premiers "soins" extrêmement succincts et peu appropriés délivrés aux blessés, certains d'entre eux ont survécu et d'autres non, et il s'est écoulé plus de 5 heures. Comment dès lors peut on admettre, dans la plage de gravité des blessures, une césure de 3 heures pendant laquelle rien n'aurait changé pour le devenir de blessés décédés ultérieurement? Le simple bon sens et les lois de la statistique l'infirment. Quant à la qualité des secours, nous n'évoquerons que le communiqué de M. le Professeur L. Lareng, Président du Syndicat national de l'Aide Médicale Urgente : SAMU. Dans ce communiqué, le premier et l'unique du genre dans les annales du SAMU, il s'insurge sur l'absence de participation des SAMU aux secours sur le terrain qui en ont été empêchés.

L'ordonnance de renvoi est prolixe sur le sujet : plus de 80 pages qui constituent la totalité du titre IV « Recherches et secours » ; il en est aussi du rapport de la Commission Administrative : pages 276 à 284, avec recommandations pages 321 à 324. Et on lira avec stupéfaction l'excellent livre en totalité consacré à l'accident, hélas épuisé mais scanné et disponible ici, de Stucki J.P. et Guthleben F. : "La nuit du mensonge", Albin Michel, 1993 : Tables des Matières - Le Livre.

Et le juge d'instruction, fort des 2 heures précisées, a considéré qu'aucune faute ne peut être retenue, et malgré des appels de parties civiles, le procès ne devrait pas aborder cette question : il n'y a pas de responsable, et a fortiori de coupable. Cette décision est extrêmement mal vécue par les proches des victimes qui la considèrent déni de justice.

Afin que ce scandale des secours lors de l'accident du Mont Sainte Odile puisse au moins servir, l'association ECHO a décidé, en janvier 2006, d'aborder cette question. Pour ce faire, elle a convié des responsables à une table ronde lors de son Assemblée Générale 2006, sur les questions relatives à la survie et à l'organisation des secours tirées des recommandations de la Commission Administrative ayant été retenues. Peine perdue, personne !, aucun des invités : autorités administratives ministérielles, régionales ou locales, préfecture, gendarmes, sécurité civile, etc. n'a daigné faire l'effort de répondre à cette invitation pourtant formulée des mois à l'avance, sans doute par simple manque de courage vis-à-vis des familles de victimes, ce qui a donné lieu à un communiqué de presse et à des articles dans les journaux :

Pourtant personne n’aurait pu empêcher les familles de victimes et les rescapés d’évoquer ce problème crucial lorsqu’elles ont eu la parole et les dénégations du procureur n’ont convaincu personne d’autant que plusieurs prévenus, parmi lesquels M. Rantet, ont affirmé de façon péremptoire qu’ils savaient où se trouvaient l’avion dans les minutes qui ont suivi le crash. Les membres d’ECHO sont totalement solidaires des familles de victimes ayant survécu à l’accident et étant décédées en attendant les secours et qui ne pourront trouver la paix que lorsque des explications approfondies leurs auront été fournies ainsi que l’assurance qu’en pareil cas, les choses seraient organisées différemment.

23:22 | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/06/2009

Boeing C-130 vs Airbus A 400 M

PARIS (AFP)--La France examine l'opportunité d'acheter des avions de transport militaires américains C-130 face aux retards de l'A400M d'Airbus, a déclaré vendredi le ministre de la Défense, Hervé Morin.
"Nous examinons" "l'achat ou le leasing de C-130J" américains, a dit le ministre, en évoquant une série de mesures "palliatives" pour faire face aux retards de l'avion européen. Il a aussi évoqué l'achat ou la location-vente de petits avions de transport CASA de l'européen EADS.
Par ailleurs, le ministre a indiqué avoir décidé "de lancer la rénovation et la prolongation de 10 Transall", des avions de transports vieillissants qui équipent actuellement les armées françaises. Ils "pourraient ainsi aller jusqu'en 2018", selon M. Morin.
Par ailleurs, "j'ai initié une réunion la semaine prochaine en marge de la réunion de l'OTAN pour que nous puissions faire un point" sur l'A400M, a dit M. Morin, en soulignant que cette réunion permettra de tester "la volonté européenne" sur le programme.
Les ministres de la défense de l'OTAN doivent se retrouver pour une réunion jeudi et vendredi à Bruxelles.
Ensuite, "nous nous reverrons à la fin du mois: j'ai proposé à ma collègue espagnole d'être à l'initiative d'une autre réunion à Séville (sud de l'Espagne) fin juin", a ajouté M. Morin, en jugeant que les discussions sur l'avenir du programme "progressent" entre les pays clients et EADS, la maison mère d'Airbus.
EADS négocie jusqu'à fin juin avec les pays clients (Allemagne, Espagne, France, Royaume-Uni, Turquie, Belgique et Luxembourg) pour sauver de l'échec ce programme européen de 20 milliards d'euros, qui a pris au moins trois ans de retard.
Mais après cette échéance, "on aura un deuxième temps de plusieurs mois" avec "une phase qui permette de remettre plat les clauses du contrat", a affirmé M. Morin.

http://www.easybourse.com/bourse-actualite/air-france-klm/france-etudie-achat-d-avions-americains-en-attendant-l-a400m-FR0000031122-679862

 

 

 

08:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu