Avertir le modérateur

21/10/2011

L'affaire Albertini : intelligence avec l'ennemi - Jean Lévy

trouvé ici : http://books.google.fr/books?id=W7s7j6bb7nUC&lpg=PA226&ots=P6nfDYK-dy&dq=Fran%C3%A7ois%20Duprat%20DST&pg=PA223#v=onepage&q=Fran%C3%A7ois%20Duprat%20DST&f=false

 

 

P223

P

 

P224

En 1983, selon Le Canard Enchaîné qui publie un document, l'IHS a reçu beaucoup de subventions d'entreprises (voir ci-contre).

 

Et l'auteur de l'article, Nicolas Brimo, insiste sur le caractère insolite de certains bienfaiteurs: la Ville de paris qui assure à l'IHS une subvention annuelle de 200 000f et, plus étrange que la générosité de jacques Chirac, celle d'une entreprise nationalisée, la SNIAS, et cela en 1983. Plus traditionnelle comme bailleur de fonds, nous retrouvons la puissante Union des industries métallurgiques et minières, éternel Père Noël des bonnes œuvres anticommunistes, et les MAS, les "magasins à succursales multiples".

 

Les bonnes fées qui se sont penchées depuis l'origine sur le berceau de la maison Albertini sont restées fidèles à sa cause et à ses activités, à la mesure du profit idéologique qu'elles récoltent.

 

Les lumières sur les ressources occultes d'officines, telles celle de Georges Albertini, et plus généralement sur les fonds secrets dispensés par le patronat en faveur des mouvements politiques, e, particulier ceux de droite et d'extrême droite, n'est pas un sujet particulièrement apprécié, ni par les généreux donateurs, ni par les heureux bénéficiaires. Les hommes de l'ombre n'aiment pas le grand jour.

 

Or un militant du Front National, le professeur d'histoire François Duprat, activiste de la contre-révolution permanente, zélateur du fascisme, fondateur d'Occident en 1964, écrit un livre sur la question. L'éditeur, Alain Moreau, doit le faire paraître au lendemain des élections législatives de 1978. Beaucoup de gens concernés par les révélations annoncées s'inquiètent. Le manuscrit prend la dimension d'une bombe. Mais c'est la voiture de l'auteur qui explose. François Duprat est tué sur le coup. Le livre ne paraîtra pas.

 

Le quotidien Libération en publie le synopsis précédé d'un chapeau que signe Eric Laudal. Après avoir rappelé que Robert Hersant était mis en cause par François Duprat, le journaliste poursuit :

 

"Il n'hésitait pas non plus à révéler le dessous du financement de certaines campages politiques par un grand mi d'Hezrsant, le financier Albertini. Albertini a financé la campagne de Giscard, l'achat de journaux par hersant et, dernièrement, l'élection aux législatives de trois brillants nouveaux élus "d'extrême droite par majorité interposée" note Minute : Gérard Longuet, Alain Madelin et Hubert Bassot, tous sont sous étiquette UDF..."

 

Des rumeurs émanant des milieux proches du parti des Forces Nouvelles laissent entendre que François Duprat était un agent de la DST. Ces "informations" sont reprises par le journal Paris-Normandie qui appartient au groupe Hersant.

 

Le manuscrit saisi par les autorités après la mort de Duprat demeure, encore aujourd'hui, introuvable. Le synopsis est donc le seul document qui dévoile certaines pistes explorées par l'auteur. Et ces pistes nous intéressent à plus d'un titre. Elles nous ramènent donc à notre sujet.

 

C'est ainsi qu'on peut lire dans le résumé du chapitre 2:

 

"Quelques aspects du financement du parti Populaire Français et da la Cagoule par certains milieux patronaux français (Worms, banque de l'Indochine, Huiles Lesieur, l'oréal, etc.).

 

Comment J. Boutemy réussi à centraliser des distributions financières du patronat sous la IVe République : l'affaire de paix et Liberté de J-P David au temps de la guerre froide..."

 

09:54 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu