Avertir le modérateur

28/11/2010

Ivre, en Porsche, le gendarme avait tué son collègue

Justice. L'accident avait eu lieu, le 24 juillet 2009, vers 3 h, entre Sarzeau et Muzillac. Hier, le gendarme comparaissait pour homicide involontaire. Il encourt 18 mois de prison avec sursis.

« C'est un dossier accablant dans lequel des représentants de l'autorité qui doivent montrer l'exemple se sont permis de très graves écarts de conduite. Ils n'avaient pas le droit », lance le représentant du parquet, Nicolas Le Bris, s'adressant particulièrement au gendarme de 33 ans assis sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Vannes, hier après-midi. Affecté en renfort saisonnier à Damgan en juillet 2009, le jeune gendarme mobile avait perdu le contrôle de sa Porsche et entraîné le décès de son collègue.

buzz-gendarme21.jpgIvresse et vitesse

Le président Cassand Ferrier invoque également les deux circonstances aggravantes de l'accident qui s'était produit dans la nuit du 24 juillet 2009, vers 3 h 20 : une alcoolémie de 0,75 g par litre de sang et une vitesse excessive (entre 110 km/h et 127 km/h d'après les experts). Le choc avait été violent sur la petite route entre Sarzeau et Muzillac. Dans une courbe, le véhicule s'était déporté sur le talus et avait percuté un arbre. Aucun témoin direct de l'accident n'a été retrouvé. C'est l'automobiliste qui alertera les secours, mais en tenant sur le moment, des propos incohérents et divergents. « Un véhicule BMW serait à l'origine de sa sortie de route et il ne serait pas forcément le conducteur », rapporte le tribunal.

L'automobiliste est sous le choc et ne souvient toujours pas de ce qui s'est réellement passé au moment de l'accident. Ce soir-là, il a participé à un barbecue organisé par la brigade. C'est son jour de congé et il compte profiter de la soirée. Le jeune homme consomme plusieurs bières, du rhum avant d'achever la soirée dans un bar et d'y commander deux vodkas. Les deux amis et collègues décident alors de rentrer, avant de prendre la décision de ressortir en discothèque. C'est sur le chemin que l'accident a eu lieu. L'automobiliste sera sérieusement blessé au coude et à la jambe, alors que son ami décédera à l'hôpital vers 6 h du matin.

A l'audience, le gendarme ne réfute pas les faits, mais évoque l'amnésie. En larmes, il demande pardon aux parents de son jeune collègue. « Les mots me manquent pour vous dire ce que je ressens ». L'avocat de la famille accepte les remords mais s'indigne : « C'est une situation aberrante : un gendarme avec une Porsche, qui contrôle, verbalise. »

Le procureur requiert dix mois de prison avec sursis et l'annulation du permis de conduire. Le tribunal s'est donné jusqu'au 16 décembre pour rendre sa décision.

[la photo ne fait pas partie de l'article]

piqué au tas sur OeustfRance.fr - 26/11/2010

 

 

 

11:49 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu