Avertir le modérateur

30/03/2010

Statement by the conspiracy of cells of fire regarding last night’s explosion - Déclaration de la "Conspiration des cellules de feu" concernant l'explosion de la nuit dernière

Rough translation; original on Athens IMC.

The past 24 hours find us in an extreme emotional antithesis…

On the one hand, great sorrow for the death of the 15-year old Afghani and the injury of his sister and on the other hand, maximum rage for the reportages of the media which totally arbitrarily and purposefully try to involve our organisation in this event. We are not usually “bothered” by the panic-ridden scenaria of the media, yet the importance of the event forces us to take a public position directly, without a connection to any attack of ours. For this reason we CLEARLY STATE THAT THE CONSPIRACY OF CELLS OF FIRE HAS ABSOLUTELY NOTHING TO DO WITH THE EVENT IN QUESTION. We know only too well that our word against the word of the Anti-terrorist unit does not have the same exposure, since the media, in a paid mission, “photograph” and slander our organisation and our supposed involvement in the explosion in the [neighbourhood of] Patisia [, Athens].

For this reason we turn to every thinking individual, in order for them to understand the dirty game that is being set.

For all the above we declare

First – as we have already written in the communique following our attack against the National Insurance “…the time given for the evacuation of the building was set with knowledge of the number of forces held by the police in the surrounding area. In the future, depending on the geographical characteristics of each area, we will set the time frame for evacuation accordingly. Our aim is material destruction and police are always warned so that they can evacuate each area on time… “. And so, it would be inconsistent and murderously careless for us to place an explosive device in a heavily populated area, without a warning call.

Second – in the case that the phone call to the [corporate TV station] ALTER did indeed take place in the morning of the same day, it would be criminal neglect for us to “abandon” the explosive device for approximately 14 hours with the possible danger of an explosion that would have passers-by as victims. THE RISK WE TAKE AS REVOLUTIONARIES PRESUPPOSES EVEN OUR MAXIMUM PERSONAL EXPOSURE AS COUNTER-BALANCE TO THE POSSIBILITY OF AN ACCIDENT. In plain words, we would neither give a time limit of 6 minutes, knowing it is impossible for an area to be evacuated in such time, nor would we leave a device exposed without us ourselves going, with our personal exposure, to pick it up. This is also part of the claim of responsibility of our choices.

Third – it is our standard tactic , in order to avoid the malfunction of each device, to always place two clocks (and not one, as it has so far been leaked by the media) so as in the case of the malfunctioning of one of the clocks, the second one to operate instead.
Fourth – always, the warning calls that we make are to at least two institutional media in order to avoid any misunderstanding on the side of the phone operators, as well as a possible cover up of the warning call, as has happened in the past to other organisations. Also, there is always a full and detailed description not only of the target where we have placed the device but also a reference to certain roads, the size of the explosive device and the relevant advice for the evacuation and sealing off of buildings (the hotel  La Mirage in Omonoia square in the case of the [neo-nazi group] Golden Dawn, the blocking off of both lanes of traffic and surrounding buildings]

Fifth – in the case of the placement of an explosive device at the house of the vice-president of the Greek-Pakistani Union in Patisia, having knowledge of the area and the mobility of migrants in the area, we gave a time limit of 20 minutes to the police and used for this reason, a low-intensity explosives (handmade black gunpowder) and not the explosive material we used at the offices of Golden Dawn or the Police Directorship for Immigrants. Also, it was no coincidence that the explosives were placed outside the storey of flats, not inside – as we wanted to avoid in any case a possible injury of the tenants. Finally, we are no judges, prosecutors or police reporters to reach easy conclusions. At the end of the day, the truth for what happened is only known by the perpetrators of the action. In the POSSIBLE CASE that the particular explosive device was placed by a Revolutionary Organisation then revolutionary dignity dictates a public claim of responsibility with the relevant self-criticism which would clear up the scene, otherwise political anonymity sabotages the revolutionary direction and “charges” an entire strategy, that of the urban guerrilla.

The conclusions are many along with the reminder that if it is really a “blind” attack then it is a very specific political tendency that finds itself to the right of the state and has a special preference for such practices (Piazza Fontana, Italy – explosive device by parstatal extreme-rightists) under certain conditions of social tension.

EVERYTHING CONTINUES…

CONSPIRACY OF CELLS OF FIRE

GUERRILLA GROUP OF TERRORISTS

NIHILIST SPLINTER

 

Mort (non) accidentelle d'un anarchiste

Paru le Mardi 03 Mai 2005  Le Courrier
LUC VAN DONGEN

Histoire ITALIE - L'attentat de Piazza Fontana, à Milan, en 1969, ne fut pas le fait d'anarchistes, mais bien de membres de l'extrême droite. Il avait pour objet de créer les conditions à l'avènement d'un régime fort en Italie.
«Toute analogie avec des événements et des personnages qui ont défrayé la chronique de notre temps serait à imputer à la subtile magie dont le théâtre est coutumier et par l'effet de laquelle, si souvent, même des histoires un peu folles, complètement inventées, se sont trouvées impunément copiées par la réalité!» C'est par ce prologue malicieux que s'ouvre la pièce de Dario Fo intitulée Mort accidentelle d'un anarchiste, qui est présentée par le Théâtre de Carouge jusqu'au 8 mai (lire Le Courrier du 30 avril).
En 1970, Dario Fo exposait courageusement, bien que sous la forme d'une farce bouffonne, ce que l'histoire retiendra sous le nom de «stratégie de la tension». Evoquant implicitement l'attentat de Piazza Fontana, à Milan, qui, le 12 décembre 1969, avait fait seize morts et plus de quatre-vingts blessés parmi les clients de la Banque d'Agriculture, Fo faisait dire à son personnage principal: «Ce massacre d'innocents à la banque n'a servi qu'à créer la tension nécessaire pour que les citoyens écoeurés, indignés par tous ces crimes de la subversion, demandent eux-mêmes l'avènement d'un Etat fort.» A ce moment, seuls les mouvements dits gauchistes, et dans une moindre mesure le Parti communiste, que Fo venait de quitter, tenaient ce discours. Depuis lors, notre connaissance des années 1969-1974 – l'apogée de la stratégie de la tension – s'est considérablement enrichie. Les travaux les plus solides, l'enquête parlementaire conduite par Giovanni Pellegrino, de même que l'instruction du juge milanais Guido Salvini, ont largement confirmé les intuitions et les insinuations de l'auteur italien.

FAUSSE PISTE

Il ne fait désormais plus aucun doute, pour l'historien, que la bombe qui explosa en ce 12 décembre ne fut pas le fait des anarchistes. La police fut aiguillée sur une fausse piste, notamment par un certain Marino Merlino, soi-disant anarchiste mais en réalité néofasciste, qui venait de fonder à des fins machiavéliques le libertaire Cercle du 22 Mars. Ni Giovanni Pinelli, qui se «suicida» dans d'étranges circonstances – c'est toute l'intrigue de l'oeuvre de Dario Fo, qui a pu s'appuyer sur les transcriptions des interrogatoires de police – ni Pietro Valpreda ne commirent l'attentat de Milan. Selon l'hypothèse la plus plausible, les poseurs de bombe à proprement parler furent des membres du groupe néofasciste Ordine Nuovo (Delfo Zorzi, Carlo Maria Maggi, Carlo Rognoni), qui étaient liés à des extrémistes appartenant à un mouvement frère, Avanguardia Nazionale (dirigé par Stefano Delle Chiaie), et à d'autres compagnons issus de la même mouvance (Pino Rauti, Franco Freda, Giovanni Ventura...). Un lien direct entre ces derniers et des agents des services de renseignements militaires, le SID, a pu être établi (Marco Pozzan, Guido Giannettini). L'implication de certains secteurs du Ministère de l'intérieur (en particulier l'Ufficio Affari Riservati), de la CIA (David Garrett) et des structures paramilitaires secrètes de l'OTAN (le réseau Gladio) n'est pas moins sûre. Comme l'est la complicité d'une partie de la justice, qui s'employa longtemps à brouiller les pistes et à disculper les coupables. Du reste, aujourd'hui, Piazza Fontana reste un crime sans coupables du point de vue judiciaire.


ALLIANCE CONTRE-NATURE

Cela dit, la part exacte de chacun des acteurs dans l'attentat en même temps que dans la stratégie de la tension, dont Piazza Fontana constitue le déclencheur, prête encore à discussion. Il se développa une combinatoire extrêmement complexe, qui mit en présence, à différents niveaux, des éléments divers aux motivations plurielles. Il n'est que de songer à l'alliance contre-nature entre des néofascistes abhorrant le régime en place et certaines instances étatiques l'incarnant par excellence. En 1969, alors que l'Italie était en plein «mai rampant», que les luttes sociales étaient à leur paroxysme, que le Parti communiste montait en puissance, que les idées progressistes et émancipatrices ralliaient toujours plus de jeunes, une fraction de la droite et de l'extrême droite unirent en secret leurs forces pour tenter de provoquer l'instauration d'un régime plus autoritaire. Pour les uns, il ne s'agissait que de susciter une reprise en main plus musclée du pouvoir, en excluant les socialistes du gouvernement et en y intégrant le parti d'extrême droite légaliste (MSI). Pour les autres, l'espoir fut sans doute de singer la Grèce des colonels et de mettre en place, par d'un coup d'Etat, une dictature militaire étouffant dans l'oeuf le processus de démocratisation en cours. L'anticommunisme fut le ciment qui souda les différentes parties en jeu. Mais il y avait encore autre chose.
L'extrême droite italienne avait été fortement influencée par les théories sur la «guerre révolutionnaire» propagées par les exilés français de l'Organisation de l'armée secrète (OAS). On sait que, traumatisés par la défaite en Indochine, des officiers français avaient mis au point une doctrine stratégique basée sur l'action psychologique, la guérilla et le harcèlement des civils, laquelle fut expérimentée durant la guerre d'Algérie. Suite à son échec, l'OAS se dissémina, notamment au Portugal, où l'un de ses protagonistes, Yves Guérin-Sérac, créa en 1966 l'Aginter Press, une centrale contre-révolutionnaire qui noua des contacts avec les néofascistes italiens. Ce n'est pas un hasard si trois des figures clés du terrorisme noir en Italie – Stefano Delle Chiaie, Guido Giannettini, Pino Rauti – comptèrent parmi les plus ardents idéologues de ladite guerre révolutionnaire après avoir, pour certains d'entre eux, aidé l'OAS. On a pu démontrer que ces trois individus avaient entretenu des liens étroits avec les croisés d'Aginter Press. Notons aussi que le 31 janvier 1968 eut lieu une réunion entre Rauti et Guérin-Sérac au cours de laquelle on préconisa certaines mesures anticommunistes, y compris d'«éventuelles actions offensives».


QUI MANIPULA QUI?

De plus, en novembre de la même année, un correspondant italien d'Aginter Press écrivait ceci: «Nous pensons que la première phase de notre action devrait être de créer le chaos dans toutes les structures du régime. Notre activité doit consister à détruire l'Etat démocratique sous couvert d'organisations communistes et prochinoises, que nous avons déjà en partie infiltrées [...]. Cela va provoquer un sentiment d'hostilité à l'égard de ceux qui menacent la paix. [...]. Nous devrions nous efforcer de convaincre l'opinion publique de l'échec et de l'incurie de l'appareil d'Etat légalement constitué, afin de nous faire apparaître comme les seuls capables de fournir une réponse sociale, politique et économique adaptée aux besoins du moment. En même temps, il nous faudrait apparaître en défenseurs des citoyens contre la désintégration entraînée par la subversion et le terrorisme.» Merlino avait égalemement été lié aux comploteurs d'Aginter Press. Et c'est en revenant d'un voyage en Grèce organisé par Rauti, en 1969, qu'il avait créé le Cercle du 22 Mars.
Peut-être l'initiative vint-elle donc de là. Croyant tenir une occasion de renverser le système qu'ils combattaient, parce que jugé à la fois bourgeois, démocratique, ploutocratique, cosmopolite, décadent et matérialiste, les ultras de l'extrême droite italienne s'associèrent à d'autres milieux prêts à s'engager sur la voie de la violence politique pour barrer la route au communisme, sûrs qu'ils étaient de pouvoir manipuler les éléments plus modérés. Mais qui manipula qui en définitive? Force est de constater qu'au lieu d'un renversement de l'ordre établi, on assista à son renforcement. I

08:25 | Lien permanent | Commentaires (0) |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu